spacer

ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN AVRIL 2008.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT AVRIL 2008. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

Bienvenue
Home
Accueil
Toute l'actualité
Forums
Ancien Site
Présentation
Historique
Charte
Appel à la Nation
Idéologie
Organes
Gouvernement
Comité Directeur
Le Mamba
Adhésion
Devenir Membre
Donations
Animer une Cellule
Actus BDP
A La Une
BDP Discours
BDP Communiqués
BDP@Médias
Vidéos BDP
Audios BDP
Galerie Images
Traîtres & Imposture
Publications
Livres
Articles
Films
Nous Contacter
Infos Contact
Home
Accès Membres
  Accès Site
  Inscription Site
  Newsletter
  Forum Email
  Réactions
Username

Password

Remember me
Password Reminder
No account yet? Create one
Syndication
Mettez nos news
sur votre site!
Favoris BDP
 
 

Top 20 des News
Chronique d'un "Boycott" Flop: Rapport sur la Victorieuse Tournée du Patriote du BDP-Gabon Nouveau en France PDF Print E-mail
Rapports
Written by BDP   
Lundi 06 Juin 2005 à 10:22

Montclair, New Jersey, le 6 juin 2005 (BDP Presse) - Communiqué de Presse, Pour diffusion immédiate

Note: Pour voir la version PDF du rapport, cliquez ici.

A. Introduction
B. Tournée du Patriote, Omar Bongo et l'Opération "Boycott"
C. Tournée du Patriote et rôle de la France
D. Tournée du Patriote et Impact du BDP en France
E. Conclusion




A. Introduction

Le régime Bongo vient de subir le camouflet le plus humiliant de son histoire. La Tournée du Patriote du BDP-Gabon Nouveau en France du 27 mai au 1 juin 2005 s'est bel et bien tenue, malgré les multiples tentatives de sabotage orchestrées par le régime dans le but de freiner la marche inexorable du BDP vers la vigoureuse revendication des droits des Gabonais. Le BDP, au travers de sa délégation composée du Dr. Daniel Mengara (USA), du Dr. Bruno Ella (Bordeaux), de Messieurs Alexandre Ondo Ndong (Rennes) et Vincent Essono (Bordeaux) et de la secrétaire, chargée du protocole du BDP, Madame Ayari (USA), a pu parcourir l'Hexagone et livrer son message d'espoir aux Gabonais de France.

A ce titre, la direction du BDP-Gabon Nouveau, notamment le Comité directeur, tient à remercier les Gabonais qui ont vaincu leur peur et qui se sont rendus aux meetings pour discuter de leur pays avec la délégation BDP. Le Comité directeur du BDP-Gabon Nouveau rend également hommage aux organisateurs des réunions dans les diverses villes parcourues, notamment le Dr. Bruno Ella et Monsieur Vincent Essono (Bordeaux), Monsieur François Mouely Nziengui (Nancy), Monsieur Jean-Pierre Ele (Amiens), Monsieur Alexandre Ondo Ndong (Rennes) et Madame Félicité Vincent (Paris).

La Tournée du Patriote ne fut pas facile car le régime Bongo, et dans une moindre mesure, la France, auront tout tenté pour empêcher le BDP de s'exprimer. Le régime Bongo parce qu'il a peur de la vérité véhiculée par le BDP; la France parce qu'elle faillit se laisser elle aussi prendre en otage par les mécanismes mafieux de la françafrique.

A la fin, le BDP a triomphé par sa détermination. Mais Omar Bongo a encore une fois perdu inutilement l'argent du Gabon, près d'un milliard et demi de francs CFA de jeté par la fenêtre, à essayer de faire taire le BDP.

Le camouflet du régime Bongo vient du fait qu'en essayant de terrasser le "petit" David (le BDP), c'est le "puissant" Goliath aux pieds d'argile (régime Bongo) qui s'est cassé les dents. A la fin, c'est un régime Bongo humilié de n'avoir pu empêcher le BDP de tenir ses meetings en France qui se retrouve aux abois, ayant trouvé en le BDP une formation politique redoutable.

Ce rapport retrace les grandes étapes de la Tournée du Patriote et conclut par une analyse de la tournée en terme d'impact et de perspectives d'avenir pour le BDP-Gabon Nouveau.


B. Tournée du Patriote, Omar Bongo et l'Opération "Boycott"

Tout de suite après l'annonce de la Tournée du Patriote sur le site du BDP, les services secrets de notre mouvement eurent vent de la préparation par le régime Bongo d'une vaste opération visant à empêcher le BDP de tenir les meetings prévus pour sa tournée. L'opération fut baptisée du nom de code "Boycott".

En quoi consistait l'opération "Boycott" préparée pour empêcher la Tournée du Patriote? Le régime avait prévu de:

- mettre en branle tous ses réseaux PDG en France pour désinformer sur le BDP en le présentant auprès des autorités, hôteliers et autres comme un mouvement violent, voire terroriste;

- faire peur aux étudiants et expatriés gabonais en France en les menaçant de représailles s'ils s'aventuraient aux meetings du BDP;

- faire pression sur les organisateurs BDP locaux chargés de l'organisation de la tournée dans les villes étapes (Bordeaux, Lyon, Nancy, Amiens, Rennes, et Paris);

- empêcher l'affichage et la distribution des affiches et prospectus BDP, et arracher toutes les affiches que pourraient coller le BDP en France;

- utiliser les réseaux de renseignements franco-gabonais pour empêcher le BDP de louer des salles publiques ou privées pour ses meetings, ce qui veut dire mettre la pression sur, et parfois menacer, les maires et responsables de salles privées;

- corrompre des directeurs d'hôtel pour les empêcher de louer des salles de réunion et des chambres de couchage au BDP;

- corrompre les organisateurs du BDP pour s'assurer qu'ils ne feront pas la publicité nécessaire;

- créer la désinformation en disant aux directeurs d'hôtels que le BDP était un groupe terroriste qui risquait de troubler l'ordre public au sein de leur établissement;

- racheter toutes les chambres et salles de réunions disponibles dans les hôtels où le BDP était susceptible de s'installer en France;

- organiser des bandes de hooligans gabonais et congolais pour perturber à l'intérieur des salles les meetings du BDP par des comportements irrespectueux (sonneries de téléphone cellulaires, rires, etc.) et des questions répétitives sans sens du type "vous parlez depuis une heure, mais on ne voit pas où est votre programme," etc.;

- organiser des bandes de hooligans pour créer des troubles à l'extérieur des lieux de meetings du BDP;

- organiser des contre-manifestations affirmant le soutien des hooligans au régime d'Omar Bongo;

- menacer physiquement la délégation du BDP;

- et si possible, assassiner le Dr. Daniel Mengara;

A la tête de toute cette vaste opération, l'ambassadeur du Gabon en France, Monsieur Jean-Marie Adzé, soutenu directement du Gabon par Omar Bongo et les membres du régime qui essaient depuis 1999, de faire taire le BDP-Gabon Nouveau. Deux cellules de crises furent créées par le régime: une en France, l'autre au Gabon, les deux restant en contact permanent pour s'informer mutuellement, avec les enfants de Bongo, dont le fameux Landry Bongo, faisant la navette entre Libreville et Paris. Des coordonnateurs furent également dispatchés sur toute la France, voyageant de ville en ville pour suivre l'évolution du BDP, relayer l'information entre villes et la passer aux cellules de crise du régime à Paris et au Gabon.

C'est ainsi que quand commença, il y a deux semaines, la campagne d'affichage du BDP qui noya Paris de grandes affiches, le régime activa l'opération "Boycott". Dans le cas des affiches du BDP dans Paris et dans la région Ile-de-France, le régime envoya ses sbires sillonner Paris et environs pour repérer les affiches et les arracher. Ils procédèrent aussi, autour de l'ambassade du Gabon, à l'affichage de petites affiches de contre-propagande appelant au soutien d'Omar Bongo et fustigeant le BDP d'être un mouvement démagogique et violent.

Quand, donc, débuta la première étape de la Tournée du Patriote du BDP à Bordeaux, l'opération "boycott" fut activée par le régime. C'est ainsi que:

A Bordeaux, vendredi 27 mai 2005:

Le matin même du 27 mai, jour où devait se tenir le meeting BDP de Bordeaux prévu pour 14h00, les organisateurs BDP de Bordeaux furent informés par fax que la salle publique de l'Athenée Municipal de Bordeaux qu'ils avaient légalement louée et payée, avec assurance risque à l'appui, venait de leur être retirée par la mairie de Bordeaux et que le meeting du BDP ne pouvait plus s'y tenir parce qu'il était de nature à troubler l'ordre public. Cette annonce fut faite aux responsables de Bordeaux juste quelques heures avant le meeting. Les demandes d'explication formulées par les responsables du BDP à Bordeaux, notamment le Dr. Bruno Ella, auprès des autorités municipales, rencontrèrent des réponses évasives, qui se contentaient de dire que l'ordre d'interdire la salle était venu de Paris.

Que voulait donc dire Paris? L'Elysée? Bongo? L'Elysée serait-elle intervenue directement pour, en complicité avec le régime Bongo, empêcher le BDP et les Gabonais de s'exprimer librement en France, bafouant ainsi les principes les plus élémentaires de la liberté d'expression et des droits de l'homme et de la femme? Toujours est-il que les informations glanées ici ou là par le BDP rapportèrent le fait que les meetings organisés par le BDP suscitaient de "vifs émois" "partout en France", notamment "en haut" à Paris et qu'ils faisaient l'objet d'un "vif intérêt" à Paris.

Confronté, donc, au défi de n'avoir plus de salle pour tenir son meeting de Bordeaux, le BDP-Gabon Nouveau mit en branle ses ressources et parvint à louer de toute urgence une salle de réunion à l'hôtel Novotel Bordeaux Centre, où les Gabonais purent tant bien que mal être redirigés et où la réunion put finalement se tenir.

Mais les appels téléphoniques menaçants continuèrent qui disaient au BDP de ne pas se rendre à Lyon car les membres du PDG les y attendaient de pied ferme et aucun Gabonais ne viendra au meeting. La délégation du BDP ne céda pas à ces menaces et continua son chemin sur Lyon, après avoir tenu son meeting de Bordeaux.

A Lyon, samedi 28 mai 2005:

Dans cette ville, le BDP avait prévu une réunion à l'Hôtel Kyriad Perrache à 12h00 précises. Mais Lyon fut une ville spéciale car l'organisateur de cette ville, un certain Jonas Essandone, avait disparu de la circulation près de deux semaines avant le meeting. Les renseignements du BDP font état de pressions, puis d'argent donné à cet organisateur, pour qu'il fasse capoter totalement la réunion de Lyon en disparaissant. Tous les prospectus qui lui avaient été envoyés disparurent et ne furent donc pas distribués aux Gabonais de Lyon.

C'est donc tout principalement par le bouche à oreille et grâce au site Internet du BDP que se fit connaître le meeting de Lyon. Cependant, c'est à Lyon que se manifestèrent directement pour la première fois au BDP les autorités françaises. En effet, ce samedi 28 mai, alors que la délégation s'apprêtait à commencer son meeting, un commissaire de police en civil de la Préfecture de Police se présenta au BDP pour solliciter une entrevue avec le Dr. Daniel Mengara. Le protocole du BDP lui suggéra de revenir à 14h00 à la fin de la réunion, moment où il fut finalement reçu par le Dr. Daniel Mengara et sa délégation, délégation composée du Dr. Bruno Ella, Monsieur Alexandre Ondo Ndong, Monsieur Vincent Essono et de la secrétaire et chargée du protocole du BDP-Gabon Nouveau, venue directement des Etats-Unis avec le Dr. Daniel Mengara. L'entrevue, qui dura deux heures de temps, se passa très bien et le commissaire de police rassura le BDP que sa présence ne consistait nullement à vouloir empêcher le BDP de tenir sa réunion, mais que vu l'intérêt que suscitait notre tournée en France, il était de son devoir de s'assurer de notre sécurité.

Le BDP quitta donc Lyon avec l'assurance ferme que les autorités françaises suivaient de très près sa tournée. Cependant, de Lyon, le BDP reçut des informations supplémentaires lui annonçant que les hooligans gabonais et congolais qui sillonnaient la France pour empêcher la réunion du BDP attendaient la délégation de pied ferme à Nancy.

A Nancy, samedi 28 mai 2005:

Le séjour de la délégation du BDP à Nancy fut certainement des plus mouvementés. Ayant vu que le BDP, malgré les tentatives de "boycottage" des réunions de Bordeaux et de Lyon, avait quand même pu non seulement tenir ses deux premières réunions, mais également échanger avec les courageux Gabonais qui avaient pu se déplacer malgré les pressions et les menaces, les sbires de Bongo décidèrent de mettre le paquet. A Nancy, ils s'organisèrent pour se positionner aux divers carrefours menant à l'hôtel Albert 1er Astoria pour détourner les Gabonais de la réunion. Ces hooligans allèrent même jusqu'à se présenter comme bédépistes aux Gabonais qui arrivaient, et leur annonçaient que le meeting avait été annulé.

Le BDP apprit qu'ils avaient également investi l'hôtel en y louant des chambres pour mieux surveiller les actions du mouvement. Devant l'ampleur des menaces qui pesaient sur le BDP, les autorités françaises, sans que le BDP le demande, dépêchèrent un contingent de policiers en civil qu'ils positionnèrent aux alentours de l'hôtel. Un commandant de police demanda également à être reçu par le Dr. Mengara, pour l'informer qu'il n'avait pas à craindre la police française car elle n'était là que pour protéger la délégation. Un cordon de sécurité fut donc établit tout autour de l'hôtel. La réunion de Nancy put donc se tenir et le BDP put communiquer son message d'espoir aux courageux Gabonais qui étaient venus écouter le Dr. Daniel Mengara et sa délégation.

Cependant, c'est à Nancy que se manifesta la toute première tentative d'atteinte physique faite à l'encontre de la délégation du BDP. Pendant que la délégation tenait son meeting, des voyous commandités par le régime s'en prirent aux essuie-glaces de la voiture du BDP. Ils vidèrent aussi le réservoir de la voiture de son carburant, au point que la délégation trouva une voiture sentant le gasoil et des signes évidents que quelqu'un s'en était pris à la voiture en la vidant de son carburant. Ne sachant si d'autres aspects de la voiture avaient fait l'objet de sabotage, la délégation continua courageusement son chemin sur Amiens.

A Amiens, dimanche 29 mai 2005:

Amiens fut sans aucun doute l'étape qui symbolisa le plus le machiavélisme qui avait été orchestré par le régime Bongo à l'encontre du BDP-Gabon Nouveau lors de cette tournée. Le représentant du BDP à Amiens, Monsieur Jean-Pierre Ele, avait initialement réservé une salle de réunion au sein du campus universitaire, plus précisément à la Résidence universitaire du Bailly à Amiens. Comme on pouvait s'y attendre, les sbires de Bongo ou les autorités françaises téléphonèrent au directeur du CROUS pour les avertir que le BDP était venu en France pour troubler l'ordre public et qu'il fallait leur refuser la salle. La salle fut donc retirée au BDP, et ceci trois jours avant même la réunion.

La représentation locale du BDP se chargea donc de réserver secrètement une salle de secours dans un hôtel de la place, l'Hôtel Ibis. La nouvelle salle ne fut communiquée aux Gabonais d'Amiens que le jour même de la réunion, avec des affiches et des indications les pointant sur le nouveau lieu. Mais comme on pouvait s'y attendre, les hooligans de Bongo furent les premiers à arriver sur les lieux et se chargèrent d'arracher les affiches BDP pour empêcher les Gabonais d'Amiens de connaître le nouveau lieu du meeting. Ils se livrèrent aussi à la désinformation qui consistait à dire aux gens que le meeting avait été annulé et que ce n'était plus la peine d'y aller. La représentation locale du BDP s'assura cependant que l'information sur le nouveau lieu de réunion serait connu.

Evidemment, maintenant que le régime Bongo savait que la réunion se tiendrait le jour même à l'hôtel Ibis, hôtel où il avait lui-même logé son équipe "boycott" pour déstabiliser le BDP dans cette ville, l'opération "boycott" fut de nouveau mise en branle. Cette fois, les sbires de Bongo allèrent directement voir le directeur de l'hôtel Ibis et le menacèrent en lui disant qu'il ne devait pas donner la salle au BDP, un groupe terroriste qui venait pour troubler l'ordre public en France. Pour appuyer leur idée, ils donnèrent 50.000 Euros au directeur de l'hôtel pour qu'il retire la salle au BDP, salle que pourtant l'hôtel avait confirmée le matin même. Ils rachetèrent également toutes les chambres ainsi que toutes les salles de réunion de l'hôtel. Le directeur, vert de peur, annonça le retrait de la salle à la délégation du BDP alors que le Dr. Mengara et son équipe arrivaient au lieu et à l'heure du meeting.

A partir de là, le combat semblait gagné par Bongo, sauf que, à la surprise des Bongoïstes, le BDP avait déjà fait des arrangements en louant une salle dans un autre hôtel gardé totalement secret, juste au cas où. C'est ainsi que, tout de suite, les Gabonais venus écouter le BDP furent redirigés sur l'hôtel Best Western d'Amiens, où le meeting commença avec deux heures de retard. Ce retard dû non pas au BDP, mais aux manipulations du régime ne suffit pas apparemment pour décourager les Gabonais venus écouter la délégation. Beaucoup de ces Gabonais avaient dû marcher de la résidence universitaire, lieu initial de la réunion, à l'hôtel Ibis où on leur dit que le meeting avait été déplacé, puis de l'hôtel Ibis à l'hôtel Best Western. Malgré le retard, ils persévérèrent jusqu'au bout. Le régime avait aussi organisé ses hooligans autour de l'hôtel Ibis, encore une fois pour décourager les Gabonais qui y arrivaient. Ce type de difficulté était certes de nature à rendre impossible le meeting, mais la détermination du BDP et celle des Gabonais d'Amiens rendit cette assemblée possible.

Alors même que le meeting commençait enfin à l'hôtel Best Western, un mystérieux coup de fil arriva à la réception demandant à la réceptionniste de stopper le meeting. Mais la courageuse réceptionniste refusa de céder et répondit à la personne au bout du fil que c'était trop tard et qu'elle ne pouvait rien faire. Le meeting put donc se tenir car le régime avait été pris de court par la rapidité avec laquelle le BDP avait pu obtenir, puis sécuriser cette troisième salle de réunion.

Ce fut cependant un meeting émaillé par des comportements subversifs de la part des hooligans politiques envoyés par le régime pour perturber les réunions du BDP. Le régime avait mal calculé son coup. Il croyait que, devant les menaces et les retraits de salles, le BDP se découragerait et abandonnerait ses meetings. Un appel avait même été reçu par la délégation qui lui disait de ne plus s'arrêter dans les petites villes et d'aller directement à Paris. Mais le BDP persévéra. Maintenant que le BDP était à Amiens, la quatrième ville de son périple, le régime devenait fébrile. Il donna l'ordre à ses sbires de perturber la réunion d'Amiens. C'est ainsi que la moitié au moins de la salle de réunion fut envahie par les partisans de Bongo. Ces derniers se livrèrent à des comportements d'enfants: rires bêtes, questions bêtes et récurrentes, comportements subversifs, le tout dans l'espoir de faire sortir de ses gongs la délégation du BDP de manière à causer un possible affrontement ou au moins, la rupture du meeting.

Malheureusement pour eux, la délégation du BDP resta de marbre et livra son message avec force et conviction, forçant les hooligans à se taire et à écouter malgré eux. Il était clair que le message du BDP les frappait tellement qu'ils en oubliaient presque leur mission. A la fin du meeting, ces jeunes que le régime avait mis sur le mauvais chemin vinrent saluer le Dr. Mengara et sa délégation, exprimant ainsi avec le respect qui se doit un acte d'allégeance qui montrait qu'ils étaient avec le BDP avec leur c?ur, mais avec Bongo avec leur ventre. C'était, si l'on veut, des malheureux qui s'étaient mis malgré eux au service du diable et on le sentait dans leurs yeux qui interpellaient par le désespoir qu'on y lisait. Ces jeunes que le message BDP avait marqué ne purent donc mener totalement à bien la mission qui leur avait été confiée car après avoir écouté le BDP, ils ont vu la vérité. La fin de la réunion fut ainsi totalement différente de son début. Ces jeunes venaient d'assister à l'avènement d'un pan important de l'histoire gabonaise et ils en étaient fiers.

Les services de renseignements du BDP surent plus tard que le directeur de l'hôtel Ibis avait été directement acheté par le régime Bongo, et que, malgré sa promesse de rediriger les Gabonais d'Amiens de son hôtel à l'hôtel Best Western, il donna l'ordre à sa réceptionniste de dire aux Gabonais que la réunion avait été annulée. Malgré ces difficultés, Amiens montra la détermination des Gabonais, car ces derniers montrèrent qu'ils pouvaient attendre deux heures pour écouter le message de vérité du BDP. Ils comprenaient que le BDP avait affaire à un ennemi redoutable.

A Rennes, dimanche 29 mai 2005:

Le même scénario de sabotage continua à Rennes. Ici, la salle de réunion du MIR (Maison Internationale de Rennes) qui avait été réservée bien longtemps à l'avance, fut tout d'un coup retirée au BDP. Raison donnée: "Fermeture exceptionnelle" en ce jour où, pourtant, la salle est habituellement ouverte. Mais comme à son habitude, le BDP avait rebondi et trouvé une salle de réunion à l'hôtel Kyriad, où la réunion se tint, finalement. Mais déjà, ici, on sentait la fatigue commencer à prendre le régime Bongo. A Rennes, le régime fut incapable, en dehors du retrait de salle, de monter une attaque en règle contre le BDP. Malgré le retard de deux heures que la délégation accusa à Rennes à cause à la fois des difficultés d'Amiens et de la pluie diluvienne qui tomba ce jour-ci entre Amiens et Rennes, le meeting de Rennes eut lieu à 21h00 au lieu de 19h00 comme initialement prévu. Les Gabonais de Rennes avaient montré de la patience et certains étaient même venus de villes avoisinantes comme Nantes. Evidemment, l'on notait par-ci par-là la présence discrète des services secrets français envoyés pour veiller sur la sécurité de la délégation du BDP, signe que la France avait finalement décidé de s'assurer que personne ne viendrait empêcher le BDP de tenir ses meetings. Bongo avait, certes, le droit de racheter toutes les chambres d'hôtel et toutes les salles de réunion sur le passage du BDP, mais cela n'était pas suffisant pour empêcher le BDP de parler. Les échanges avec les Gabonais de Rennes eurent donc lieu et se terminèrent aux alentours de minuit.

A Paris, lundi 30 mai 2005:

Paris fut le moment de l'apothéose pour le BDP. D'abord parce que le BDP avait finalement atteint Paris, signe de victoire, mais aussi parce que Paris fut la ville où le BDP mesura à sa juste valeur son importance non seulement vis-à-vis du régime Bongo et de la France, mais aussi vis-à-vis des Gabonais. Paris, c'est d'abord la ville dans laquelle Bongo et ses sbires s'attaquèrent au BDP quand ils surent que le BDP avait noyé Paris et environs sous de multiples posters. Le régime avait alors organisé une vaste opération pour essayer d'arracher tous les posters affichés par les militants BDP de Paris. Paris c'est aussi la ville où le régime avait pu, grâce au réseau mafieux de la françafrique, faire que les salles et les chambres louées par le BDP à l'hôtel Le Parnasse lui soient retirées. Ainsi, le BDP s'était "apparemment" retrouvé sans salle de meeting à Paris depuis le 27 mai, alors que la salle du Parnasse avait été sécurisée depuis des semaines. Et puisque Bongo avait en même temps loué toutes les chambres et salles de réunion disponibles à l'hôtel Le Parnasse, le BDP se retrouvait déstabilisé puisque sans lieu de meeting à Paris.

Mais le BDP ayant plus d'une corde dans son arc, et la France ayant finalement intimé l'ordre à l'ambassadeur du Gabon en France, Monsieur Jean-Marie Adzé, de cesser ses manèges, le BDP attendit le jour même de la réunion de Paris, c'est-à-dire le 30 mai, pour annoncer sa nouvelle salle: à la surprise du régime, le BDP avait tout simplement pris une salle dans le luxueux hôtel Méridien situé en face de la Gare Montparnasse. Certes, la salle du Méridien avec sa capacité de 35 places était plus petite que celle que le BDP avait louée à l'hôtel le Parnasse, mais c'était la seule disponible dans les parages immédiats du Parnasse. Le BDP voulait s'assurer que les Gabonais n'auraient pas à marcher trop longtemps pour se rendre au Méridien, situé quelques centaines de mètres plus bas.

Et comme la France avait finalement décidé de protéger jusqu'au bout la délégation du BDP, elle organisa une sécurité en béton tout autour de l'hôtel Méridien et tout au long du chemin qui menait de l'hôtel Le Parnasse (lieu initial de la réunion) à l'hôtel Méridien (nouveau lieu de la réunion situé à quelques centaines de mètres). De nouvelles affiches furent mises tout au long de ce chemin pour diriger les Gabonais sur l'hôtel Méridien. A l'intérieur même de l'hôtel, le gouvernement français installa ses services secrets en civil, et l'hôtel lui-même organisa gratuitement pour le BDP une sécurité hors pair, filtrant scrupuleusement l'entrée de la zone où se trouvait la salle de meeting réservée par le BDP. A la surprise du BDP, les Gabonais venus assister au meeting avaient investi très tôt les lieux. Ils attendaient autour du Méridien et beaucoup, intimidés par la sécurité et les espions de Bongo qui se tenaient devant l'hôtel, n'osèrent point entrer. Les autres, plus téméraires, pénétrèrent le Méridien et attendirent devant la salle de meeting jusqu'à l'ouverture de la porte de la salle environ une heure après l'heure prévue. Les Gabonais, contre toute attente, était donc au rendez-vous: il y avait là des Français, des Gabonais, des Africains, tous brûlant d'envie de rencontrer et écouter la délégation BDP.

La salle louée se remplit donc très vite et de nombreux Gabonais durent attendre des heures dehors avant de pouvoir voir le Dr. Daniel Mengara et sa délégation. Plusieurs se découragèrent même et durent partir. L'on dut demander à ceux qui avaient pu entrer de sortir pour permettre à ceux restés dehors de pouvoir entrer dans la salle et poser au moins une question. Ce meeting tenu dans le luxueux contexte de l'hôtel Méridien Montparnasse devint donc une apothéose inattendue qui avait totalement battu en brèche les efforts milliardaires du régime pour empêcher le BDP de se faire entendre auprès des Gabonais et des amis du Gabon.

Il était visible et clair que les mêmes hooligans envoyés par Omar Bongo dans toute la France pour perturber les meetings du BDP étaient de nouveau au meeting de Paris. Certains d'entre eux étaient reconnaissables non seulement physiquement, mais aussi par la nature subversive de leurs questions, faites comme à leur habitude de récitations sans sens ayant pour but de défendre le régime Bongo et montrer que le BDP n'a pas de programme. Certains avaient également, selon les informations du BDP, été commandités pour venir dans la salle créer la bagarre pour, encore une fois, essayer de jeter le discrédit sur le BDP. Il y eut par exemple le cas d'un hooligan bongoïste qui s'était arrangé pour qu'un de ses amis l'appelle du dehors sur son cellulaire, et sans se soucier de la réunion, ce Monsieur prenait son téléphone et se mettait à parler dans la salle alors que la réunion se tenait déjà. Le service de sécurité faillit le foutre dehors, malgré ses protestations accusant le BDP d'être une dictature. Encore un sbire de Bongo qui confondait liberté et anarchie. Le Dr. Mengara et sa délégation BDP assenèrent néanmoins leur message avec vigueur et conviction. A la fin, même les hooligans envoyés par le régime, devant les arguments présentés par le BDP, finirent par se terre, leurs slogans manioc ayant fini par devenir creux.

La fin du meeting de Paris fut, comme à Amiens, une révélation: ce sont les mêmes hooligans achetés par le régime pour semer le trouble dans les réunions BDP qui furent, paradoxalement, les premiers à venir serrer la main au Dr. Mengara, montrant ainsi un respect surprenant au vu de toutes les tentatives menées par eux pour faire capoter ce meeting. Ces jeunes, quelque part, avaient compris le sens profond du message du BDP. Ils s'excusaient presque avec leurs yeux, même quand leurs bouches disaient des insanités. Ils voulaient mériter l'argent que le régime leur avait donné et à ce titre, ils agissaient avec leur ventre. Mais c'est leur tête qui parlait quand ils venaient par la suite très respectueusement serrer la main du Dr. Mengara et des membres de sa délégation après le meeting. Ceci fut d'autant plus facilité par le fait que le Dr. Mengara ne perdit jamais son calme, ni devant les questions incongrues et sans sens des sbires bongoïstes, ni devant les tentatives de désordre. Il était resté d'un calme olympien tout au long de ce meeting et de tous les autres, montrant ainsi une nature démocrate et patiente qui en dit long sur le caractère de l'homme.

Coût total de l'opération "boycott" organisée à l'encontre du BDP, 1,5 milliards de F CFA. Et l'on s'étonne de voir le Gabon mourir à petit feu sous le régime Bongo, qui préfère dépenser inutilement l'argent des Gabonais pour faire taire un mouvement dont le but est tout simplement de dire la vérité. Tout cet argent perdu pour rien au vu des médiocres résultats obtenus par cette opération "boycott".

En effet, le BDP avait pu, malgré les efforts titanesques déployés par le régime, tenir tous ses meetings. Pire, après avoir écouté le message du BDP, ce sont les hooligans achetés par le PDG qui envahissaient le Dr. Daniel Mengara et sa délégation pour non seulement les saluer, mais également solliciter des autographes. Ils montraient ainsi que, malgré leur mission de déstabilisation du BDP, ils comprenaient, et partageaient les propos tenus par les bédépistes, auxquels ils firent allégeance en oubliant pour un moment leur mission, pour saluer cet homme et cette délégation de patriotes qui osaient dire la vérité sur le régime Bongo. Autrement dit, ces hooligans sont venus aux meetings avec la haine qu'avait semée en eux un régime irresponsable, et ressortaient de là aguerris et convaincus de la justesse du discours du BDP. Le BDP avait acquis d'eux le respect qui découle de la vérité.

Il est donc étonnant de constater que c'est le régime Bongo qui en est aujourd'hui réduit à la piteuse tache d'organiser le "boycottage" du BDP. Pourtant, le BDP n'est ni au pouvoir, ni responsable du bilan désastreux du Gabon. La question devient donc: Pourquoi le régime se comporte-t-il en challenger vis-à-vis du BDP alors que le BDP n'est pas au pouvoir?

C. Tournée du Patriote et rôle de la France

Quel rôle a joué la France dans cette affaire? Nous dirons que la France, contrairement à ce que voulait Bongo, a soutenu implicitement le BDP. Ce soutien a commencé par un apparent désaveu puisque dès Bordeaux, le BDP sentit qu'il allait devoir affronter deux adversaires redoutables. D'une part, Omar Bongo, qui avait financé la fameuse "opération boycott" à concurrence de 1,5 milliards de F CFA, d'autre part la France qui, pour éviter un incident diplomatique avec le régime Bongo, se sentait plus ou moins obligée d'appuyer les requêtes anti-démocratiques de son allié. Ceci était d'autant plus vrai que l'étape de Bordeaux fut tout de suite pour la délégation le signe que la France n'était point disposée à laisser la démocratie suivre son cours. Cet ordre "venu de Paris" qui retira la salle louée par le BDP était en effet des plus étonnants, surtout au vu du motif de risque de trouble à l'ordre public avancé par les autorités pour justifier ce retrait de salle au BDP, salle pourtant louée légalement selon les règles de l'art avec assurance-risque en prime.

Quand donc apparut un agent de la préfecture de police à Lyon peu avant le meeting de cette ville, le BDP s'attendait à se voir interdire le meeting. Il n'en fut heureusement rien. Au contraire, le représentant de la préfecture se montra courtois et compréhensif, nous assurant que son pays n'avait aucunement l'intention de nous empêcher de tenir nos meetings. C'est ainsi donc qu'à Nancy, Amiens, Rennes et Paris, les autorités françaises, malgré les divers retraits de salle, ne tentèrent finalement rien de direct pour empêcher la tenue des meetings du BDP.

La France doit-elle être entièrement exonérée pour autant? Non, car d'une part le retrait de la salle de Bordeaux ne se justifiait aucunement sur le plan des droits de l'homme, et d'autre part, le retrait de toutes les salles à caractère public (Athenée Municipal de Bordeaux, CROUS d'Amiens, MIR de Rennes, Hôtel Le Parnasse) remettait sérieusement en cause l'image d'une France qui aime à se définir comme le pays des droits de l'homme. La flagrante contradiction entre le fait de laisser le BDP s'exprimer et le retrait de toutes les salles à caractère public semblait ainsi inacceptable du point de vue des droits de l'homme. Même le fameux hôtel Le Parnasse de Paris, qui est, semble-t-il, une propriété de l'état français, fut retiré au BDP, contredisant ainsi dans les faits la France des droits de l'homme.

La protection accordée à la délégation du BDP par la France tout au long de cette tournée fut certes une chose à saluer. Mais les Gabonais attendront cependant de voir la France poursuivre cette logique de liberté en restant hors de ce débat par, au moins, la neutralité qui voudrait qu'elle respecte elle-même ses propres lois. Du moment qu'une salle, qu'il s'agisse d'un édifice public ou privé, a été dûment louée et réservée, le droit veut que cet accord soit respecté. Si la France craint des troubles à l'ordre public, il ne lui appartient pas d'interdire les réunions ou de retirer des salles, mais plutôt d'assurer, comme elle l'a fait, la sécurité des personnes et des biens. Vu que le BDP ne tenait que des meetings intellectuels sérieux sur le Gabon et n'appelait pas à manifester sur la voie publique, c'est plutôt les sbires de Bongo organisés en bande de hooligans pour causer des troubles qu'il fallait tenir à l'?il, pas le BDP.

Le BDP remerciera cependant, au passage, les diverses forces de l'ordre et représentants des services secrets français ayant passé leur temps à veiller sur l'intégrité physique de la délégation du BDP en France.

D. Tournée du Patriote et Impact du BDP en France

Le BDP aura lui-même été surpris par son impact et son ampleur en France. Alors que le mouvement se pensait encore petitement, il s'est rendu compte du profond espoir qui existe chez les Gabonais expatriés de voir le changement arriver le plus tôt possible au Gabon.

Le BDP pensait petitement parce qu'il croyait que le peuple gabonais, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, avait perdu l'espoir. Cette tournée aura démontré le contraire. Même chez ces jeunes Gabonais transformés en hooligans par le régime, le BDP a pu voir l'espoir s'exprimer. La plupart de ces jeunes, comme mentionné plus haut, ne servent pas le régime parce qu'ils ont conviction en la capacité de ce régime de refaire positivement le Gabon. Ils le servent parce qu'il leur faut manger. Mais dans leurs yeux, le BDP a vu le même désespoir que chez les autres Gabonais, la même envie de voir les choses évoluer dans le sens d'un Gabon meilleur.

D'aucuns diront sans doute, pour nuire au mouvement, que la tournée du BDP aura été un fiasco car ils s'attendaient à voir les diverses salles louées envahies par des foules de Gabonais venus de partout en France.

A ceux-là, l'on répondra que pour le BDP, et surtout dans le contexte des manipulations mises en place par le régime, le succès de cette tournée se mesure moins par le nombre de Gabonais présents dans les salles que par le fait que TOUS les meetings programmés se soient tenus.

Il faut en effet dans ce type d'affaires, garder toute la mesure de ce qui s'est réellement passé dans les diverses villes françaises. Il n'y a pas eu une seule ville où le BDP se sera pointé en France sans incident bongoïste de nature à compromettre les meetings prévus. A Bordeaux, le jour même du meeting, la salle fut retirée au BDP par la Mairie. Ceci veut dire que le BDP avait dû de toute urgence trouver une autre salle et rediriger les Gabonais vers cette nouvelle salle. Ceci, dans le contexte des pressions diverses subies par les Gabonais, était donc de nature à compromettre l'imposante présence des Gabonais que le BDP aurait pu attendre. Mais le BDP n'attendait pas forcément des foules car il était au courant des manipulations en cours. Ce qui était important, dans ce cas, n'était pas des salles pleines, mais plutôt le fait pour chacun des meetings de se tenir comme prévu afin de faire de la Tournée du Patriote ce symbole de la résistance et du changement qu'elle est devenue. Et dans ce contexte, le BDP fut présent au rendez-vous, tout comme le furent les courageux Gabonais qui se seront présentés à ces meetings en bravant pluies, longues marches d'hôtels en hôtels et de salles en salles, menaces et brimades. C'est là le vrai sens de la victoire du BDP, une victoire découlant du fait que le mouvement, pour tenir ses meetings, a dû faire face à une mafia organisée qui a dépensé 1,5 milliards de francs CFA pour contrer le BDP.

A ce titre, l'impact du BDP ne peut se mesurer que par le degré d'effort mis en place par le régime pour empêcher la Tournée du Patriote. C'est cet effort titanesque déployé par le régime pour contrer le BDP qui, en fin de compte, donne toute la mesure de ce que représente le BDP aux yeux de ce régime, c'est-à-dire, un vrai danger. Le paradoxe est donc là: le régime réagit sauvagement face au BDP parce qu'il sait lui-même, sur la base de ses informations, que le BDP est très présent, implicitement ou explicitement, dans les milieux gabonais expatriés et dans le discours des Gabonais au pays même. La réaction de panique du régime face à la Tournée du Patriote traduit donc la peur qui découle de ses propres observations sur le terrain en France et au Gabon: le régime voit le BDP partout et redoute l'effet boule de neige qui pourrait en découler.

On ne peut certes juger directement et objectivement de l'impact réel du BDP auprès des Gabonais de France sur la seule base de la tournée qui vient d'être faite. Pour que cela fut possible, il aurait fallu au régime Bongo laisser le BDP faire sa tournée sans tenter quoique ce soit pour la faire capoter. Si cela avait été le cas, il va sans dire que le BDP lui-même aurait pu conclure à un flop de sa tournée si les Gabonais ne s'étaient pas rendus aux meetings dans un contexte dépourvu de pressions. Mais, comme à son habitude, le régime a paniqué, et du coup, s'est privé de la possibilité de savoir vraiment ce que le BDP pèse réellement au sein de la diaspora. Du coup, le régime lui-même, sans le savoir, a sauvé le BDP du possible fiasco qu'aurait pu être sa Tournée du Patriote. A cause des pressions multiformes exercées sur l'état français et sur les Gabonais par Omar Bongo pour déstabiliser le BDP, le régime a fait lui-même de la possible défaite du BDP une victoire inespérée. Le BDP sort, en fin de compte, beaucoup plus fort de cette Tournée qu'il ne l'espérait.

Et comme les signes ne trompent jamais, il est facile de conclure que la panique du régime s'inspire forcément d'éléments palpables sur le terrain politique. L'on peut ainsi oser avancer le fait que le régime, au travers de ses antennes en France, avait probablement eu vent d'un possible déferlement de sympathie pour le BDP auprès des Gabonais expatriés. D'où sa réaction et sa stratégie visant à tout faire pour empêcher les contacts entre le BDP et les Gabonais.

Dans ce contexte, la victoire du BDP ne peut se mesurer uniquement sur la base du nombre de Gabonais s'étant rendus aux meetings. Dans un contexte aussi nocif que celui créé par le régime pour saboter la tournée du BDP, l'on pouvait s'attendre forcément à ce que certains compatriotes apeurés par les pressions et les menaces, ne fassent pas le déplacement. Mais le fait que certains compatriotes apeurés ne soient pas allés aux meetings ne veut point dire désaveu du BDP, bien au contraire. La victoire du BDP consiste en le fait que 1) TOUS ses meetings se soient tenus, et 2) des Gabonais courageux aient bravé la peur et les difficultés pour se rendre à ses meetings, et tout cela malgré les 1,5 milliards dépensés pour bloquer le BDP. A ce titre, la présence d'un seul Gabonais dans nos meetings aurait été vue par le BDP comme une victoire.

E. Conclusion

S'il y a cependant une chose évidente qui ressort de cette tournée, c'est que nous avons actuellement au Gabon un régime aux abois. Ces abois montrent que c'est un régime affaibli qui craint que le message du BDP ne fasse boule de neige et ne finisse par précipiter sa fin à un moment où Omar Bongo se prépare à mourir au pouvoir. Cette fin, au vu des diverses observations que la délégation du BDP a pu faire au cours de cette tournée est beaucoup plus proche que nous ne pensions, et le régime lui-même le sait. Ce régime ne tient qu'à un seul fil. Or, ce fil peut facilement se couper.

Voilà pourquoi, pour réussir à se maintenir au pouvoir, il lui est impératif de barrer la voie au BDP, mouvement qu'il perçoit aujourd'hui comme le plus gros danger auquel il n'ait jamais fait face.

Le BDP sort donc doublement conforté de cette tournée qui aura mobilisé non seulement tout l'état gabonais et d'énormes moyens, mais aussi l'état français. Autrement dit, la crainte évidente du régime de voir le BDP se lancer sur le terrain s'est confirmée de manière indubitable au cours de cette tournée, tout comme s'est confirmée la reconnaissance de facto par la France du BDP comme mouvement politique gabonais en bonne et due forme avec lequel il faudra désormais compter dès lors qu'il s'agira de traiter des problèmes concernant le Gabon.

De ce double confort naît donc, au BDP, la prise d'acte des espoirs des Gabonais et le désir d'y répondre, d'une manière comme d'une autre.

Parce que la Tournée du Patriote ne fut que la première étape d'une longue série de rencontres entre le BDP et le peuple gabonais, le BDP-Gabon Nouveau assure les Gabonais que son combat est le leur. Le processus de "dévirtualisation" du BDP-Gabon Nouveau est désormais en cours. Les Gabonais ont pu voir en chair et en os une délégation du BDP devenue symbole de cette dévirtualisation. Le combat du BDP, qui est celui de tous les Gabonais, va donc désormais se diriger vers le terrain gabonais, pour qu'ensemble avec le peuple gabonais, nous réclamions avec vigueur notre dignité et, au besoin, l'arrachions des mains de ceux qui prennent en otage cette dignité depuis 38 ans. A ce titre, le BDP-Gabon Nouveau fera très prochainement des déclarations historiques d'envergure nationale.

C'est désormais sur le terrain au Gabon que se porte le regard de notre mouvement. En cela, le BDP renouvelle ici l'idée maîtresse de son combat politique, à savoir: Bongo Doit Partir, par tous les moyens possibles. Parce que la Tournée du Patriote a confirmé la nature mafieuse du régime Bongo, qui a perdu inutilement 1,5 milliards de francs CFA à essayer de taire les aspirations du peuple, la conclusion qui s'impose est que Bongo Doit Partir.

A ce titre, l'article 35 de la Déclaration des Droits de l'Homme et des Citoyens de 1793 porte en lui une actualité toute indiquée: "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs".

En décembre 2005, donc, BDP.


BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey 07052, USA
Tel: 973-447-9766 / 973-655-5143
Fax: 973-447-9766 / 973-655-7909
Site: http://www.bdpgabon.org

Note: Pour voir la version PDF du rapport, cliquez ici.
 

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
SVP, connectez vous ou enregistrez vous.



Total Actuel: 38 Réactions
1. biqemipe
Posté par: biqemipe le 30-03-2008 15:23
jgdhxnvj nhuojjvz http://sejmeocf.com mphslven nrfrccgy wsawakhh
2. encore un idiot!
Posté par: Visiteur le 06-10-2005 07:42
Nous avons récupéré ce document dans un ciber café : le gabon et le gabonais lambda vivent d'expediant et tous les jours , Bongo et ses amis dilapident nos resources en achetant des Gabonais peu scrupuleux, mandiants et paresseux à coups de millions s'ilvous plais at-on besoin de ces methodes en démocratie? ils ne changeront plus au 12 mars (pardon!) democratie ces vampires se tenaient entre eux comme de vieux vautours (l'image est à bien observer à la télevision). 
Malheur au Gabonais qui n'a en rien profité d'eux! qu'il se garde d'accorder sa voix le jour "J" il en sera ...... 
 
Code:

null
3. encore un idiot!
Posté par: Visiteur le 06-10-2005 07:42
Nous avons récupéré ce document dans un ciber café : le gabon et le gabonais lambda vivent d'expediant et tous les jours , Bongo et ses amis dilapident nos resources en achetant des Gabonais peu scrupuleux, mandiants et paresseux à coups de millions s'ilvous plais at-on besoin de ces methodes en démocratie? ils ne changeront plus au 12 mars (pardon!) democratie ces vampires se tenaient entre eux comme de vieux vautours (l'image est à bien observer à la télevision). 
Malheur au Gabonais qui n'a en rien profité d'eux! qu'il se garde d'accorder sa voix le jour "J" il en sera ...... 
 
Code:

null
4. Oui, mais...
Posté par: Visiteur le 04-07-2005 13:51
Tu ne comprend pas les choses mon grand. Tu voulais que Mengara se batte pour ses droits en pleine tournée? Dans ce cas, tu aurait voulu qu'il abandonne la tournée pour aller se battre pour ses droits, donc échouer sur toute la ligne? Soit logique. D'abord il se bat pour la tournée pour la terminer, même s'il faut utiliser des solutions provisoires. Ensuite s'il veut il se bat pour ses droits. Mais ne dis pas des choses qui n'ont pas de logique.
5. à Mengara
Posté par: Visiteur le 04-07-2005 12:42
Mr. Mengara, 
Je suis convaincu, tout comme vous, que la grande majorité des gabonais aspire depuis longtemps à un changement de pouvoir politique dans notre pays. Mais après les désillusions que nous avons connues avec des leaders comme Mba Abessole, je pense que le peuple gabonais est devenu de plus en plus méfiant. Je ne suis pas encore membre du BDP, car en effet je me pose des questions sur votre capacité à vous battre pour vos droits, notamment celui d'avoir des élections libres et transparentes au Gabon. Je constate que vous avez réservé une salle dans une résidence universitaire à Amiens, elle vous est refusée quelques jours plus tard à cause des malversations du pouvoir Bongo en place. Tout ce que le BDP a pu faire, c?était de « réserver secrètement une salle de secours dans un hôtel » comme on peut le lire sur votre article. Avez-vous besoin de vous cacher dans un pays de droits comme la France pour organiser une réunion ? Ne pensez-vous pas que le directeur du CROUS d?Amiens, qui a annulé votre réservation parce qu?il « avait reçu des ordres » était poursuivable en justice ? Si oui, pourquoi ne l?avez-vous pas fait et rendu publique ? Alors, si vous êtes obligé de réserver secrètement des salles en France pour vous réunir, ne faites pas croire aux gabonais qu?un jour vous organiserez un meeting à Libreville, avant que Bongo ne vous achète. 
Si chaque fois qu?on vous ferme une voie, vous cherchez systématiquement la voie secondaire sans se préoccuper de la légalité de la fermeture de la première voie, vous finirez dans un guet-apens, avec le peuple gabonais au dos, comme on a vu jadis des gabonais mourir pour la cause de Mba Abessole. 
Nous sommes derrière vous, mais pas aveuglément.  
6. :grin
Posté par: AD_Vitam le 28-06-2005 12:31
:grin A coco ! 
Il est bon de posseder du doute... Cpdt les faits sont accablants en ce qui concerne le pouvoir en place ... 
Mr Mengara demande et souhaite le changement ... c bien mais il n'a jamais demande d'obeir au doit et a l'oeil au detriment de toutes raisons... 
Personnellement il semble etre le remede mais pas la panacee aux maux qui gangrenent notre pas ... Mais sachez qu'il en faut bcp de gens comme vous cela septique...
7. :grin
Posté par: AD_Vitam le 28-06-2005 12:30
:grin A coco ! 
Il est bon de posseder du doute... Cpdt les faits sont accablants en ce qui concerne le pouvoir en place ... 
Mr Mengara demande et souhaite le changement ... c bien mais il n'a jamais demande d'obeir au doit et a l'oeil au detriment de toutes raisons... 
Personnellement il semble etre le remede mais pas la panacee aux maux qui gangrenent notre pas ... Mais sachez qu'il en faut bcp de gens comme vous cela septique...
8. gabon libre
Posté par: coco le 22-06-2005 11:26
Certains d'entre nous croit dur comme fer au programme du BDP (les éxaltés), d'autres sont méfiants parcequ'ils ont déjà été trop abusés (les septiques)...les 2 camps aiment leur pays. 
Je fais parti des septiques, j'ai mes raisons que j'ai déjà développées, mais je souhaite le meilleur au BDP, je ne veux pas être parmis ceux qui auront freiné le changement. Je pense qu'on doit leur accorder le bénéfice du doute.Si MENGARA est un imposteur il finira en sbire d'OBO, si il va au bout de ce qu'il dit, peut-être libérera-t-il le gabon! 
Je suis à l'écoute de celui qui proposera autre chose pour le gabon, à l'heure actuelle le BDP reste le seul parti dissident au moins dans les textes !
9. àbobo
Posté par: Daev's le 14-06-2005 19:11
tu m'etonnes tjrs aussi passionnants vos paroles, as tu deja entendu que moi Daev's j'apartennais à une mouvance politique? Tu parles de Bagbo et de notre manége et kom tjrs tu commets les mm bêtises. lorsque tu sais rien d'une pers , demande, au lieu de spéculer pr savoir à quelle obédience j'arpartiens. si tu écoutais un peu tu saurais que à aucune kom je l'ai déja dit. tu me reparles de nancy et prtt lorsque j'interviens de cette discution c'est pr parler que d'Amiens, mais bon ça doit dépasser ton enttendement d'écouter.joue le jeu politique si nous allons jusqu'a supposer que cela existe au Gabon et tiens un vrai debat avec moi. je te le propose déréchef, ce forum n'est pas l'endroit pr ça. tu n'aimes pas le Gabon plus que moi.Tu n'es pas victime non +.mon mail: rencontrons pr un tchat. si tu étais à amiens une question a été posée sur la progeniture des martyres gabistes: pas de reponses concréte en dehors des tergiversations du Dr Ella. Si refuser de se faire avoir encore, pr toi, est un manège, excuse moi, mais moi partipais à un e conférence et mes questions ont étè + que cohérentes. d'ou te viens l'idée q j stigmatise le Dr Mengara? en fait pr toi,i s'écrit !. contact moi si tu veux vraiment qu'on est une discution " PROGRESSIVE"
10. A daevs
Posté par: Visiteur le 10-06-2005 16:48
Daevs, tu racontes des conneries. J'étais là à Amiens aussi et j'ai vu votre manège. Plus bongoïste que toi, tu meurs. Tu t'attaques au Dr. mengara comme s'il était au pouvoir. C'est justement ça le problème du gabon. Ta cble devrait être Bongo, mais c'est mengara qui semble faire l'objet de ta haine. Mengara fait entendre sa voix comme Gabonais. Il a des discours, mais qui n;en a pas? sa faute est-ce de dire tout haut ce que beaucoup de gabonais pensent tout bas. le fait que tu t'attaque à quelqu'un qui n'a pas mis le gabon dans le pétrin montre ton camp. Tu es bongoïste et tu veux éloigner le débat du vrai problèm,e du gabon, qui est Omar Bongo le rigolo. Maintenant que Gbagbo a mis à nu votre rigolo de présida, la honte vous a gagné. C'est tout de même drole que toutes tes attaques sont dirigées contre Mengara alors que ce rapport ne porte pas la signature de Mengara. Qu'est-ce qui te dit que c;est Mengara tout seul qui l'a écrit? Tu est bongoïste et ton instincr est bongoiste. Sui tu ne l'es pas, en quoi peut tu mettre en cause le rapport de BDP et son contenu. Tu n'étais pas à Nancy pour voir que les gesn avaient essayé de vider la voiture du BDP de son essence, Tu n'étais pas dans le bureau du directeur de l'IBIS non plus. Si tu t'entetes à réfuter tout ça, c'est que tu sais plus de choses que nous ne savons. Mais moi à Amiens j'ai vu votre manège. Je ne vois pas de différence entre ce que le BDP raconte et ce que j'ai vu. J'ai fait la marche du CROUS et ensuite de l'IBIS. Partot, vous les petits pédégistes à qui bongo a donné 200 euros pour vous prostituer, vous avez tout fait pour bloquer le BDP. C'est dommage ce manque d'esprit de dialogue pour les gens qui se disent gabonais. Qu'est-ce qui vous fait si mal dans ce que mengara dit?
11. à bobo
Posté par: deavs le 10-06-2005 10:32
:roll t'es trés mal renseigné et ton raisonnements a bcp de failles. tu suppute sur mon appartenance au régime, 1er eurreur mon frére, tu m'impliques dans ce qui s'est passé à amiens(2nd), tu parles de poignée d'euro(3e) et pour finir tu aimerais me donner l'éthimologie du mot hooligang, arrète de te regarder le nombril au reveil.Comme je te l'ai dit, Daevs n'est pas un speudo, dc si tu aussi tu as le courage de faire comme moi, j'attends. Respire un peu ne te sens pas mal parrapport à Amiens, moi je suis témoin occulaire sns faux témoignage pour parler de ce que je maitrise je vais pas spéculer comme d'autres sur les dires de certaines personnes: 50.000euro au patron d'ibis, c'est des foutaises, je vous ai dit qu'on est dans un pays de droit, si le bdp et son armada d'intello avais la preuve de ce méfait, pensez vous trés serieusement cher bobo qu'ils s'en seraient restés là? et ceci sans compter les accusations d'assassinnat, vous n'etes pas serieux. ne vous méprenez pas, je suis pas pédégiste, juste un gabonais qui a trop souvent vu des gens venir lui promettre monts et merverveille pour "changre le pays" et qui comme par hasard se st retrouvés maire de lbv, ministre, porte parole du cabinet du président,président de l'assemblée nationale et je ne sais quoi d'autre.arretez de nous prendre pour des enfants. tu as mon prénom si tu veux une discution "progressive" comme l'a dit l'autre.en alignants des mots de façon cohérente et ordonné ne fait pas de vous quelqu'un d'inteligent. accepte le dialogue hors le web frére gabiste.et je reitère vive Amiens c'est le sort qu'on reserve à ts les politologues qui vont venir. Parlez un peu des vrais pb qui minent les pays, qu'on arrete de se passer pour des martyrs, au Gabon on les connait et ils vivent pas tranquillement aux U.S.A
12. mengara espèce de petit excrément de la
Posté par: Visiteur le 10-06-2005 10:30
Franchement mengara n'est qu'un minus qui parle et qui parle et qui parle encore. 
Arrêtez de vous servir inutilement de vos verves incandescentes pour médire bongo et le régime. 
vous pensez que c'est en parle(t)mentant que vous allez changer le gabon? si vous voulez le changer , commencez par aller mettre vos compétences au service du peuple gabonais. 
On en connait beaucoup qui vous ont brillament précédés mais où sont ils today? bien enpoint et le gabon reste inégal à lui même. 
Vous êtes tous docteurs dans votre fameux gouvernement pourri, vous pensez qu'un pays ne peut changer qu'avec des docteurs ou disons des intellectuels? 
Allez plutôt distraire vos familles dans vos villages. 
Pour finir, si mengara a des couilles dans son pantalon(il parait qu'il n'est pas circoncis) qu'il aie le courage de rentrer au gabon et y installer son parti le MDA(Mengar Doit Arriver). :(
13. Les détracteurs du BDP sont ils réelleme
Posté par: Prince YANGOU le 10-06-2005 10:08
A lire certaines réactions de bon nombre de compatriotes je me pose la question de savoir si réellement ces derniers sont des gabonais.Au lieu de louer les efforts et le courage qui ont caractérisé l'équipe du BDP au cour de son périple français,on préfère l'envoyer en enfer alors que le mal du Gabon,nul ne l'ignore c'est le clan Bongo.Si certains ont manqué de courage pour non seulement dénoncer tout haut ce que Bongo et sa bande ont fait pour faire du pays(si on peut encore parler de son existence!!!) ce qu'il est aujourd'hui et tenir tête à une bande de corrupteurs et corrompus invétérés,c'est pas de la faute du Dr MENGARA ni celle du BDP encore moins. 
De grâce,si vous n'avez pas le moindre sentiment pour ce beau pays tombé dans les mains de ces diables que nous connaissons tous,laissons les autres se battre pour essayer encore de sauver ce qui l'est.
14. Les détracteurs du BDP sont ils réelleme
Posté par: Prince YANGOU le 10-06-2005 10:08
A lire certaines réactions de bon nombre de compatriotes je me pose la question de savoir si réellement ces derniers sont des gabonais.Au lieu de louer les efforts et le courage qui ont caractérisé l'équipe du BDP au cour de son périple français,on préfère l'envoyer en enfer alors que le mal du Gabon,nul ne l'ignore c'est le clan Bongo.Si certains ont manqué de courage pour non seulement dénoncer tout haut ce que Bongo et sa bande ont fait pour faire du pays(si on peut encore parler de son existence!!!) ce qu'il est aujourd'hui et tenir tête à une bande de corrupteurs et corrompus invétérés,c'est pas de la faute du Dr MENGARA ni celle du BDP encore moins. 
De grâce,si vous n'avez pas le moindre sentiment pour ce beau pays tombé dans les mains de ces diables que nous connaissons tous,laissons les autres se battre pour essayer encore de sauver ce qui l'est.
15. VIVENT LA DIVISION DE MENGAGA
Posté par: AMIENS le 09-06-2005 07:08
 
JE NE FAIS PAS VRAIMENT DE POLITIQUE, MAIS N'EMPECHE QUE J'OBSERVE toutes les manipulations de politicards.  
 
MONSIEUR MENGARA EST-IL OUI OU NON ALIMENTE FINANCIEREMENT PAR LES SUPPÖTS DE BONGO? 
 
A cette question l'intello sophiste n'a pu répondre lors de "son meeting"" sur Amiens. 
 
Très chere MENGARA, arrêtez svp de divertir les gabonais qui souffrent alors que coulez vos jours heureux à NEW- JERSEY avec les fonds que l'oligarchie omarienne vous donnent : MBA OBAME en personne. 
 
BRAVO POUR VOS CALCULS MACHIAVELIQUES, LES GABONAIS VOUS DEMANDERONS TOT OU TARD LES COMPTES 
16. Que veux tu finalement
Posté par: Gabao le 08-06-2005 19:37
Mon frere,loin de moi l'envie d'etre désobligeant,encore moins insultant aton égard,permets-moi de dire que comme Mengara que tu traites de pseudo opposant,toi tu es un pseudo patriote parceque j'ai du mal a comprendre que l'on veuille jeter systématiquement le discrédit sur tous ceux qui osent aujourd'hui se déclarer opposant a de certaines brebis galeuses qui ont trahi le peuple dans le passé.Crois-tu vraiment qu'un Homme doive prendre la décision de se déplacer désormais a pieds pour le restant de ses jours pour la simple raison qu'il ait eu un ou plusieurs accidents de circulation avec des véhicules par le passé?Moi je pense que non.Donc c'est parceque Mba des bois, Agongjo et tous les autres toquards qui se disaient opposants ont fait la révérence a Bongo que désormais, tout gabonais qui osera se déclarer officiellement opposant au régime de Bongo sera traité de menteur???Ca veut dire quoi ca??Toi meme tu appartiens a quel camp?Tu imagines si a chaque fois que tu oses dire que quelques chose ne va pas au Gabon on te traite de pseudo opposant,qu'est ce qui va nous rester mon Dieu???Soutenons ces "SUSPECTS" du BDP qui ont les couilles de dire tout haut ce que nous tous on pense bas et attendons au moins qu'ils nous trahissent avant de les lapider.Avec des allégations comme les tiennes, c'est plutot l'inverse qu'on fait c'est a dire "pendre quelqu'un avant meme qu'il n'ait commis de crime" c'est l'essence meme de la philosophie dictatoriale.Mais je te comprends, c'est le lègue de Bongo dans la mentalité des gabonais.Voila meme une situation révoltante qui pourrait faire de toi le porte-étendard de la cause simple mais vitale pour les gabonais qui est que"Bongo doit partir" 
Fraternellement
17. Que veux tu finalement
Posté par: Visiteur le 08-06-2005 18:56
les pseudos opposants que nous avons au pays ont commencé comme mengara. il ne sera jamais president à gabao car l'onu n'y organisera jamais des elections.obo est malin sa chute viendra de l'interieur .
18. Oui cher Gabao: sans ONU ==> pas de cand
Posté par: GermaineDeLaGaffe le 08-06-2005 10:51
Très cher frère Gabao, 
 
Je partage parfaitement ton idée : sans ONU, pas de candidature de BDP.  
 
Implicitement et logiquement on devrait dire : sans ONU=> boycott de la part du BDP.  
 
Fort de la réussite de sa tournée patriotique, ta frangine est à 99% avec toi lorsque tu dis que le BDP «doit poser les fondements d'une action pragmatique plus prononcée en sol gabonais pendant la période des élections pour se faire réellement connaître, pour finaliser l'opération de dévirtualisation qui est incontournable?». 
 
En revanche je ne partage pas ta proposition qui dit «que l'éventuelle candidature du BDP face l'objet d'un vote par sondage sur le site»*. Ce sondage est-il scientifiquement démocratique dans le sens de l?unicité du triplet (une personne, un ordinateur, un vote) ? Ma réponse est non, un tel sondage n?est pas crédible. 
 
En effet, le vote par sondage sur le site peut facilement être biaisé. Via un simple jeu de temps et d?adresses IP, et le tour est joué aussi facilement que bonjour. Ou encore plus simplement parcourir les cybers et changer n fois d?ordinateurs pour pouvoir (re)voter. Tous les bongoïstes voterons oui, et le mouvement BDP tombera dans le guet-apens du monarque bongo.  
 
Je reconnais toutefois que la question étant capitale, tout mouvement démocrate doit la soumettre à un vote auprès de ses membres. Il en va ainsi que le vote doit être limité uniquement aux membres du BDP.  
 
Si j?étais membre du BDP, je voterais NON. Et nous nous rejoignons toi et moi. 
D?ailleurs je suis quasi-persuadé que seul Judas voterait oui. 
PrincesseDeLaGaffe 
 
 
(*)Au passage, un sondage est en ligne depuis un certain temps. Dans ce dernier, le oui l?emporte largement. A ce jour il eut en principe 106 votes, 56 fois pour le oui. En une heure, je peux, inverser largement cette tendence vers ? Boycott. 
19. Pas de candidature pour le BDP sans ONU
Posté par: Gabao le 07-06-2005 13:50
Je le répete,j'insiste la dessus et je suis heureux de constater que plusieurs de mes freres intervenants pensent la meme chose que moi.Bongo est le plus déloyal du monde et il a juré que le Gabon était son heritage personnel que lui a légué son pere Basile Ondimba.Bongo peut,va et disposera de tous les moyens possibles pour humilier,mettre en déroute,fagocyter,détruire,corrompre et tuer le BDP comme il l'a toujours souhaité.J'ai lu avec beaucoup d'intéret la chronique sur la tournée du patriote.Nous convenons presque tous que c'est une victoire qui doit poser les fondements d'une action pragmatique plus prononcée en sol gabonais pendant la période des élections pour se faire réellement connaitre,pour finaliser l'opération de dévirtualisation qui est incontournable pour la survie de notre mouvement(BDP).Sans ONU,le BDP ne gagnera jamais les élections organisées par Bongo car leur fondement meme est frauduleux.Non seulement le Bdp PERDRA,mais Bongo le martellera au maximum pour s'assura qu'il n'en restera apres décembre 2005.Il n'hésitera pas a trahir les résultats des urnes en attribuant au BDP le score le plus minable de toute la votation du genre 0,0000000000001% des voix comme il l'a déja fait avec d'autres.Il mettra l'accens sur une vaste campagne qui aura pour but de trahir, de dénaturer et de dévier le vrai message d'espoir du BDP.EN somme, a le ridiculiser et a le désosser sans rien lui laisser.Je propose donc que l'éventuelle candidature du BDP face l'objet d'un vote par sondage sur le site pour privilégier la voix démocratique meme si en cas de victoire du oui,le probleme redemeurera entier. 
affaire a suivre
20. Merci pour ce Combat
Posté par: Jon le 07-06-2005 11:07
AU DR MENGARA ET AUX AUTRES. 
AU BDP NOUVEAU 
 
Moi aussi, comme vous tous d?ailleurs, j?ai de l'espoir pour notre très cher Gabon. J?ai l'espérance qu'un jour, jour proche, les choses changeraient au Gabon et ce pour le mieux. Le combat d?idées que vous mener est à mes yeux très louable et mérite beaucoup d?égard et de respect. Je salue ainsi au passage la tournée patriotique en France et j?attends de pieds ferme la tournée patriotique au Gabon. Pour l?heure je ne crois pas a une candidature pour 2005. Bâtissons d?abord des fondations solides avant de briguer la magistrature. Travaillons avec les Gabonais sur le terrain. 
 
Je crois à notre pays et aux diverses bénédictions que Dieu a déversées sur ce beau pays. J'ai foi qu'un jour mes enfants pourront être fiers d'appartenir à ce petit émirat au c?ur de l'Afrique Centrale. J?ai foi que mes enfants porteront un jour, encore plus haut, le flambeau du Gabon. Et d'ailleurs c'est cet espoir qui nous fait (tous) vivre car sans espoir et sans espérance des lendemains meilleurs, la vie serait un échec notoire, une défaite cuisante.  
 
Le comble est que 38 ans de pouvoir absolu, de vol et détournements encouragés des deniers publics, de dictature acharnée, de la chasse à l'homme et de sa dépravation des valeurs fondamentales ont failli ici et là. Apres nous avoir proposé le progressisme national et concerté, le nouvel élan et le pacte national de solidarité et de développement, la situation des gabonais n'a pas changé. Alors nous n'acceptons plus cet état des choses. Donc Mr. Bongo et sa bande doivent partir.  
 
If they do not go by ballots, then they will have to go by bullets !!!!! 
 
Faites alors briller cet espoir pour TOUS LES GABONAIS. ET DEMAIN SERA MEILLEUR. 
21. Non à la convivialité, oui au boycott
Posté par: Visiteur le 07-06-2005 08:32
Boycott de la parodie d?élections de décembre prochain. 
 
Le régime de Bongo ne laissera pas le mouvement ou le parti aux idées concentrées sur le départ de Bongo s?installer au Gabon. Il vous laissera à peine le temps de vous installer, de s?assurer et de neutraliser les forces et limites de vos différents soutiens politiques (intérieurs et extérieurs). 
 
Albert Bernard Bongo ne tiendra pas sa promesse de vous voir installer au Gabon. C?est par instinct que vos femmes et vous-mêmes seriez muselés, matraqués, corrompus, désavoués, honnis, isolés, humiliés? certains baisés et engraissés avec quelque CFA. 
 
Concitoyens, Bdpistes, aux ordures la convivialité : affaires de bandits se règlent en bandits. 
 
Le pouvoir en place n?a rien à foutre de la pluralité d?idées. Le premier chef d?entre eux, Albert Talons Dame, parrain de la mascarade électorale de BB EYADEMA avec tout ce qu?on sait, vous humiliera et se servira de votre caution pour son «élection». Seriez-vous aveugle tant aveugle que je suis passive? Vous êtes jeunes nous sommes jeunes confondons pas vitesse et précipitation. 
 
Je vous laisse mériter la fable «le scorpion la grenouille *» de Gilbert ZANELLA. Vous ne seriez par surpris que la guêpe ne peut longtemps tenir sur sa promesse malgré l?assurance tout risque pris par la grenouille. C?est sa nature, c?est d?instinct, ainsi en va Albert Bernard Bongo et son Régime Family. 
************************** 
Voici la petite histoire du Scorpion et de la Grenouille: 
 
Un scorpion hésitait au bord d'une rivière car il était curieux de la rive au-delà. 
Une grenouille verte qui passait par là fut aussitôt l'objet d'une ardente prière. 
 
Le scorpion : «Passe-moi, je te prie, sur la rive opposée et je n'userai pas de mon bel aiguillon: 
Je veux pouvoir scruter de nouveaux horizons, la profondeur de l'eau m'empêche de passer.» 
 
La grenouille: «Je veux bien t'emmener; j'espère cependant ne pas faire d'erreur» 
Le batracien pensa aussitôt: suis-je bête d'avoir peur me piquant sur mon dos, il serait condamné. 
 
Et les voilà partis sur l'onde frémissante. Au beau milieu du cours, tout à coup le scorpion injecte son venin à la bête accueillante qui commence à couler dans un lent tourbillon. 
 
"Pourquoi as-tu fait ça, dit la grenouille en pleurs, nous mourrons tous les deux: es-tu fou à lier? 
L'insecte malfaisant ne put que répliquer : "Piquer est ma nature, le reste n'est qu'un leurre." 
********************** 
A bon entendeur, salut. 
Princesse, reine de toutes les gaffes.
22. Non à la convivialité, oui au boycott
Posté par: Génération nouvelle le 07-06-2005 06:45
A mes frères et soeurs d'Afrique 
 
Peu de personnes aujourd'hui peuvent affirmer que l'Afrique va bien. A quelques exceptions près, les Dirigeants Africains se soucient plus de leurs comptes en banque que de ce pourquoi ils détiennent le pouvoir. En effet, TOUT POUVOIR VIENT DE DIEU. Mais, pouvons-nous dire que Dieu donne le pouvoir à certains pour voir les autres MOURRIR DE FAIM, VIVRE DANS LES MATITIS, SE BATTRE POUR EMPRUNTER UN TAXI, ETRE INCAPABLES D'INSCRIRE LES ENFANTS A L'ECOLE, ETRE INCAPABLE DE SE SOINGNER. Je ne pense pas que l'objectif de DIEU soit l'oppression de son peuple. L'AFRIQUE est MALADE et le GABON l'est encore PLUS. Bongo et ses amis ont géré pendant plus de 35ans; je pense, sans être dur, qu'il est temps qu'ils partent afin que d'AUTRES GABONAIS viennent aux affaires. Cela est d'autant plus important que Bongo et ses amis n'ont plus rien à proposer. Je trouve, insensé que certains de mes frères, parcequ'ils ont bénéficié des faveurs du régime, veulle soutenir l'insoutenable. Ils n'ont d'autres arguments que LA PAIX. Que ceux là apprennent que DIEU QUI DONNE LE POUVOIR SAIT AUSSI LE REPRENDRE. La paix se vit puisqu'elle doit être une réalité dans la vie quotidienne d'un peuple. Omar a fait ce qu'il a pu même si nous sommes TOUS convaincus qu'il aurait pu faire mieux, il est temps que d'AUTRES fassent le temps. Bongo Doit Partir: cela est important pour le GABON et pour lui-même.
23. Pas d'ONU====> Boycott
Posté par: Visiteur le 07-06-2005 06:41
Je suis pas, absolument pas pour que le BDP ait un "candidat" au présidentiel. Ce serait aller cautionner une mascarade electorale. Actuellement le pays souffre de manque d'opposants... ce serait aller donner servir le pouvoir en place. 
 
Esprits illmuninés que vous êtes, vous le savez: aller aux elections c'est peut être un "tremplin" pour vos carrières politiques. Mais hélas, c'est une trahison pour le Gabon... Ce serait anéantir notre opposition en laissant le pauvre Mamboundou tout seul. 
 
 
 
Votre devoir, le notre, est de continuer à ronger ce système de plus en plus de l'extérieur. Il est de susciter une prise de conscience collective de la destruction de notre pays et de notre popoulation par le régime de Albert Bernard.  
 
La possibilité du mouvement BDP "de rentrer au bercail" ne doit pas du tout s'accompagner avec celle de couper ces ailes exterieures actuelles. Le mouvement BDP-qui ne doit pas changer de nom, du moins l'aile extérieur- veillera sur le parti politique au GABON via un lobbyng multi-forme et via les alliances avec d'autres forces politiques extérieurs 
 
PrincesseDeLagaffe
24. A Daevs, le hooligang
Posté par: Bobo le 07-06-2005 06:18
Monsieur Daevs, on dirait que tu joues avec les mots. c'est quoi un hooligang pour toi? ce mot qui vient de chez les anglais veut dire des voyous dont le but est de semer le désordre. heureusement que tu avous toi-meme etre parmi ces hooligangs. moi je vois que les jeunes qui ont été payés par Bongo ont reçu quelques poignées d'euros pour semer le désordre sur la route du bdp, que ce soit à Amiens ou les autres villes. Qu'Amiens n'ait pas voulu tuer le Dr. n'est pas important. ce qui compte c'est que tout le monde qui a été payé a tenté de saboter. si ce que je lis dans le rapport est exact, Amiens a été pire que les autres villes puisque c'est la ville ou le BDP a changé de salle trois fois. pour moi, ça veut dire que Amiens a eu plus d'hooligangs organisés que toutes les autre sviles. Que vaudrait les questions "pertinentes" de jeunes d'Amiens si le BDP avait abandonné après le retrait de la salle d'IBIS? Vous voyez qu'il n'y auarait jamasi eu débat. La seule chose qui a fait qu';il ya ait débat c'est la perséverance de la délégation.  
Alors arrête de nous pomper l'air avec tes histoires d'Amiens ceci, amiens cela. Amiens me semble comme un repaire de pédégistes affamés qui ont besoin des euros de misère du PDG pour vivre. vous êtes même prêt à tuer votre pays pour ça. tout l'argent que vous prenez au lieu de déveloper le pays. vous êtes des gens salles. tu viens nous parler d'amiens comme si le rapport du BDP disait que les gens d'Amiens avaient essayé de le tuer le dr. . On s'en fout que la tentative d'assassinat se soit passé à amiens ou autre. Ce qui compte c'est que les gens d'amiens font partie du vaste réseau de hooligangs achetés par Bongo pour tuer les actiosn du bdp, et même tuer physiquement les pauvres gars qui essaient de travailler pour leur pays. le rapport du bdp est clair. mais toi on ne sait pas pourquoi tu est défensif à ce point en venant nous vendre amiens comme la qualité de ceci ou cela. Amiens est sale avec des pédégiste criminels quand vous achetez des directeur d'hotel et détournez les gabonais pour empecher les meetings. imaginez qu'il y ait eu des accidents de voiture avec tous ces déplacements de salle en salle avec la délégation ou même avec les pauvres gabonais obligé de se déplacer de salle en salle, hein? Faut voir les conséquences de vos actes, mes frères. vous êtes criminles c'est tout. Vous parlez de loi et de démocratie. ce sont des gros mots quand ils sortent de la bouche des gens qui essaient de tuer la démocracie en se laissant acheter pour quelqwues poignees d'euros pour vendre leur pays. vous vouliez empecher les gabonais de se parler entre eux et vous parlez de démocratie? vous n;avez pas de moralité. vous devriez avoir honte meme de venir ici défendre vos comportements de criminels.
25. Nous sommes prêt pour la tournée au Gabo
Posté par: Visiteur le 07-06-2005 06:14
Bonjour, 
Je suis heureux de lire comment le BDP a résisté au machiavelisme de OBO. Nous nous organisons pour resister au Gabon. Le Gabon n'est pas la chose de Bongo et sa bande de voleurs mais de tous les gabonais. 
 
A nous voir à Libreville. Faites vite de nous communiquer le calendrier.
26. àbobo
Posté par: Daevs le 07-06-2005 05:46
mon chèr se sont là des accusations très graves, si vous avez bien lu mon intervention, je parlais de la ville d'Amiens. ne confondez pas les choses. Personne à Amiens n'a mis la vie du DR Mengara et de sa délégation en danger et je me mets au défis quiquonque de me prouver le contraire. Moi Deav's c'est pas anonyme, bcp de Gabonais en France peuvent me reconnaître, alors arretons la diffamation, ce qui s'est passé à Amiens sont des agissements du pouvoir,mais pour Quelques poignées d'euros" personne à Amiens n'a voulu tuer qui que se soit.le DR lui même a dit qu'Amiens était jusque là la seul ville où il y eu vraiment débat et pour cause ces jeunes ont posé des questions pertinentes.Nous sommes dans un pays de loi, vous croyez qu'on peut agir ainsi impunément? arrêtez de dire n'importe quoi alors. en dehors des pbs logistiques qu'a rencontrer le bdp à Amiens, il n'y a rien eu d'autre, c'est pas des criminels et de toute façon vous savez où ils st ces gens aller porter plainte, mais qu'on stop la delation sur le groupe d'Amiens, je sais que le DR Ella est trés fort avec les mots, il purra peut être vous aider à me répondre, mais je le sais Honnête et de bonne foi, il pourra pas mentir sur ces jeunes. si vous avez utilisé ces termes pour les besoins de la campagne, soit mais arrêtez la diffamation. Encore une fois que les choses soient claires: je parle d'Amiens
27. àbobo
Posté par: Visiteur le 07-06-2005 05:17
Tous ceux qui soutiennent bongo sont des cons........le gabon est pays le plus riche de l'afrique centrale,, combien de kms de route goudronnees? combien d'hopitaux bien garni en medicament? combien de salle de classe contenant au moins 30 eleves? combien coute une bouteille de gaz produite a port gentil? combien coute les factures d'eau et d'electricite a la seeg?
28. L'avenir du Gabon se construra au Gabon
Posté par: Okapi le 07-06-2005 03:23
Nous attendons le BDP sur place au pays. L'avenir de notre Gabon ne peut se bâtir qu'au Gabon et non en France.  
29. A daevs
Posté par: Bobo le 06-06-2005 22:57
Pourquoi ça te choque que le dr. appelle tout ce monde hooligangs? Quand on essaie d'intenter à la vie de quelqu'un en vidant sa voiture de carburant et en trafficant les essuie glasse, c'est criminel. Est-ce que c'est ça que tu appelle la démocratie Monsieur daevs? Apparemment, tu passes cet aspect au silence. Que vaut le respect que ces jeunes ont montré si en même temps ils sont prêts à tuer pour une poignée d'euros?
30. A daevs
Posté par: Le prophete le 06-06-2005 21:15
D'accod avec toi, Gabao. Je reviendrai plus tard. Que la lutte continue! 
31. amiens
Posté par: daevs le 06-06-2005 20:19
Très cher Dr Mengara, je vois que comme les hommes que vous stigmatisés, vous êtes éffectivement devenu un fin politicien. vous maniez le sophisme avec dextérité mais comme je vous l'ai demandé à amiens,vous restez tjrs en occident.battez vous pr les gabonais et c'est grace à ces "hooligans" que vous avez pu tenir votre meeting, soyez respecteux car eux vous ont énormement respectez et ne soyez pas comme ces" intellos" de premiere catégorie dt à parlé votre confrére le DR Ella. jouez le jeu de la democratie et remerciez plutôt l'ampathie de ces "hooligans". HAAAAAAAA politiquequand tu nous prends
32. amiens
Posté par: Bobo le 06-06-2005 19:04
oh que la politique est compliquée
33. POur"cher compatriote"Gabao
Posté par: Visiteur le 06-06-2005 18:37
Mon frere, je suis heureux de te voir réagir cela prouve que tu manifestes de l'intéret a l'égard de ton pays mais de grace,essaie d'etre plus explicite dans ton intervention pour qu'on puisse suivre ta logique ,moi en particulier puisqu'apparemment c'est a moi que tu t'adresse.Pour me reprendre de facon plus concise,j'exhortais le comité central du bdp a la prudence et a la malice face a leurs adversaires bongoistes.C'est bien beau d'encourager les autres a donner leur sang pour le Gabon et je parie que c'est tres facile de le faire surtout quand il ne s'agit pas de ton pere,ton frere ton oncle ou que sais-je encore.Avoir des couilles pour te reprendre n'est pas synonyme d'etre idiot et suicidaire.Si tu me relis,je n'incite personne a se terrer a l'étranger bien au contairej'encourage l'action pragmatique jusqu'aux confins du Gabon.Et puis mon frere, tu penses vraiment que Castro est un exemple de démocrate?6Si le docteur Mengara et ses compagnons de lutte veulent le pouvoir au Gabon pour faire comme Castro,crois moi,on est pas sorti de l'auberge.Je répete que pour ma part,l'heure n'est plus aux martyres en souvenirs desquels on écrit des poemes et pour lesquels on érige des statues.Regarde Loumoumba,qu est ce que sa mort tragique a changé en RDC sous Mobuttu ,son ignoble et vile successeur?Nous ne voulons pas pleurer Mengara comme on l'a fait avec Germain Mba il n'ya pas si longtemps.Qu'est ce qui a changé au Gabon entre temps??La révolution a l'ukrenienne est la bombe atomique du 21e siecle et crois moi,un immense seeting coordonné pendant des jours devant toutes les ambassades du Gabon a l'étranger,devant les ambassades des grandes puissances au gabon ,devant le camp de gaule(6e BIMA) devant la présidence et j'en passe avec toute la détermination qui reste au Gabonais sera plus efficace,je le pense qu'un accident tragique et volontaire a l'encontre des membres du BDP qui endeuillera leurs familles et le Gabon entier sans changer quoi que ce soit pour notre sort. 
Fraternellement
34. Bravo BDP
Posté par: Visiteur le 06-06-2005 17:48
Courage, les gars!
35. Et toi?
Posté par: Visiteur le 06-06-2005 17:26
C'est bien beau de critiquer ce que font les autres. Pourquoi ne vous jeter vous pas dans la bagarre au lieu de jouer les oiseaux de mauvais augurre? Encouragez ceux qui se battent au lieu de les decourager.
36. Cher compatriote
Posté par: Visiteur le 06-06-2005 17:12
Notre frere Gab me semble oublier le cas du Togo , ONU ou pas, c'est plus complexe que ca ! la verité n'est pa ailleurs elle ne viendra que par la volonté du peuple et rien d'autre et peut etre un peu avec l'aide de l'exterieur ou du contexte international, les élections, eux ils arrivent toi tu parles de quoi , des idées , du blabla , du BDP mais continue donc ....Qui veut le combat l'affronte leninne l'a fait au peril de sa vie , Castro Alors si ta les couilles vas y le combat c'est du manioc
37. Cher compatriote
Posté par: Alea_jacta le 06-06-2005 16:23
:grin qoui de mieux que cela :grin
38. Lisez mes freres et soeurs,pardon!!GABAO
Posté par: Visiteur le 06-06-2005 14:22
Mes freres, c'est avec une immense joie que je poste ce message en ce moment.Je voudrais particulierement remercier et féliciter la délégation du Bdp,ainsi que tous les Gabonais qui ont oeuvré de pres ou de loin a la réalisation de ce safari d'envergure nationale contre vents et marées.Merci aussi aux Bongoistes qui,par leurs agissements dignes des plus grands pirates,par leurs actes hooligans étalent a suffisance leur médiocrité,leur incompétence la peur bleue qui les envahit quand ils imaginent une éventuelle prise de conscience générale du peuple Gabonais et le Tsunami qui pourrait en découler.Ils sont donc conscients du mal qu'ils ont fait et qu'ils continuent de faire aux gabonais.Alors,ils ne méritent aucun ménagement,aucune pitié.Au docteur Mengara et au comité directeur du BDP,je voudrais exhorter a la prudence quant a leur décision de poser ou non leur candidature aux élections présidentielles de décembre.Bongo est dangereux et peut s'avérer meurtrier.L'histoire l'a montré et le présent le confirme.S'il a tenté de jeter le discrédit sur le BDP,de le détruire pire de tuer ses leaders en terre francaise,qu'en sera t-il au Gabon ou il est le maitre absolu du jeu?Moi je propose au bdp de marquer sa présence physique au gabon avec tous les dangers que cela comporte pendant la période électorale et de passer au maximum son message d'espoir mais de ne se porter candidat que si Bongo accepte la clause des élections sous baniere onusienne car on sait comment la calomnie,la désinformation,les pressions de toutes sortes du régime bongo peuvent oter toute crédibilité meme aux hommes les plus valeureux.La plus grande victoire selon moi est que par une présence marquée,le Gabon profond sache qu'il y a quelque part des hommes valeureux qui veillent sur eux et qui disent fermement non a Bongo.C'est mon point de vue,il est soumis a votre Falsification.merci....

Sections Actualités: BDP | Dossiers | Gabon | Monde
spacer
RECHERCHE
Visiteurs
We have 2557 guests online
Actus Gabon
A La Une
Dossiers
A La Une
Françafrique
Libre Tribune
A la Une
Actus Monde
A La Une
CALENDRIER
Juillet 2022
L M M J V S D
272829301 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Activités Courantes
No Latest Events
Sondages
Que veut dire pour vous le mot "Opposition"?
  
REACTIONS
Sur: Gabon : Daniel Mengara, pr&eac...
Par cephas kouassa qui dit...
"message"
10/02/10 10:40
rappel
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par FIDIECK Célestin qui dit...
"Président d'un club de footbal au Cameroun"
09/02/10 09:36
Ceci est à encourager. J'amairais sav...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par mika qui dit...
"football"
05/02/10 14:27
salut mon c'est mika je cherch 1 centre ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"contact"
02/02/10 10:08
bonjour Mr NDONG Voila aujourdui 5ans q...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"RECHERCHE"
02/02/10 10:00
bonjour j'aimerai savoir ou trouver les...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par ROMEO E. KONU qui dit...
"JE CHERCHE LE CONTACT PERSONNEL DE PATRICK"
01/02/10 12:47
C'EST MOI QUI AI AMENER Mr. DAOUDA DIALL...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:55
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:52
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:42
Au fait je repond au +237 94 47 48 90 m...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:28
Salut et bonne année a tous moi c\'est M...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par mombouele qui dit...
"reaction"
23/01/10 08:42
si li la fait c'est parce que surement i...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Alliance secrète Myboto-Bongo:...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:49
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:43
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Législatives: Le Premie...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Communiqué: René...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:42
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Omar Bongo, en français petit ...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:36
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par boussougou roger gael qui dit...
"je veux integrer le club"
22/01/10 05:00
bonjour je suis un jeune tres embisieux ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par kobeyo qui dit...
"savoir"
21/01/10 15:37
salut jute pour savoir qu...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par diof qui dit...
"recherche de centre de formation de football au gabon"
19/01/10 08:00
bjr cher correspondant je suis un jeune ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par agent de jouer qui dit...
"agent de jouer"
18/01/10 12:27
Je suis un agent de joueur je suis à Lon...
Lire cette réaction...
Sur: Mafia au Gabon: Les mauvais pa...
Par Atchoutchou atchoutchou kiki qui dit...
""
18/01/10 12:04
NO MAIS ! Moi je dis seulement : GABON P...
Lire cette réaction...
Récents articles BDP, Gabon, Monde
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

Copyright©1998-2007 BDP-Gabon Nouveau.
Tous droits réservés.