spacer

ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN AVRIL 2008.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT AVRIL 2008. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

Bienvenue
Home
Accueil
Toute l'actualité
Forums
Ancien Site
Présentation
Historique
Charte
Appel à la Nation
Idéologie
Organes
Gouvernement
Comité Directeur
Le Mamba
Adhésion
Devenir Membre
Donations
Animer une Cellule
Actus BDP
A La Une
BDP Discours
BDP Communiqués
BDP@Médias
Vidéos BDP
Audios BDP
Galerie Images
Traîtres & Imposture
Publications
Livres
Articles
Films
Nous Contacter
Infos Contact
Home
Accès Membres
  Accès Site
  Inscription Site
  Newsletter
  Forum Email
  Réactions
Username

Password

Remember me
Password Reminder
No account yet? Create one
Syndication
Mettez nos news
sur votre site!
Favoris BDP
 
 

Top 20 des News
Du Bongo sans "couilles" au Bongo "rigolo": Et si Gbagbo avait raison? Réaction du Dr. Daniel Mengara à la Polémique PDF Print E-mail
Analyses et Opinions
Written by BDP   
Lundi 13 Juin 2005 à 23:59

Image
Dr. Daniel Mengara

Coordonnateur, BDP-Gabon Nouveau

 

Le tollé ayant accueilli les commentaires faits sur Omar Bongo, le dictateur du Gabon, par le président de Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo dans le quotidien France Soir du 6 juin 2005 est assez surprenant. Surprenant car traiter Omar Bongo de rigolo n'est ni une insulte, ni un Imagesimple fait de l'esprit. C'est la simple vérité qui repose sur les 38 ans d'incompétence représentés par le pouvoir bongoïste au Gabon. Et dans ce contexe, Gbagbo n'a fait que dire ouvertement ce que les Gabonais et tous les observateurs du Gabon pensaient déjà d'Omar Bongo: Omar Bongo, tout le monde le sait, est la risée de la communauté internationale et ceci à plusieurs égards.

Mais revenons un instant sur les propos "choquants" du président ivoirien. Qu'a dit exactement Laurent Gbagbo?

Voici les commentaires du président ivoirien:

"Aucun Etat africain n?a condamné cette constitution [ivoirienne] parce que beaucoup des leurs sont marquées du sceaux du nationalisme et rédigées de la même façon. Regardez le Gabon. Le père Bongo veut donner des leçons, mais c?est un rigolo ! Pour être candidat à l?élection présidentielle, il faut être Gabonais depuis au moins quatre (4) générations."

En quoi ce commentaire représente-t-il une insulte? Sur le plan de la véracité des faits constitutionnels du Gabon, Laurent Gbagbo a entièrement raison, et semble même mieux connaître la constitution du Gabon qu'Omar Bongo lui-même. Le problème c'est que nous en Afrique, et surtout au Gabon, nous aimons nous arrêter sur les mots. Nous aimons tellement les débats vides et les jeux de mots reposant sur des superficialités que le fond des choses nous échappe souvent, faisant donc de nous de simples palabreurs, partisans du cirque politique que des leaders incompétents nous imposent. Il ne faut donc pas, dans cette affaire, rester superficiel en s'arrêtant sur le mot "rigolo" utilisé par Laurent Gbagbo.

La vraie question est plutôt la suivante: Le fond de l'assertion de Gbagbo repose-t-il, lui, sur des arguments vérifiables, donc sérieux? En fait, Gbagbo ne pose-t-il pas là un problème sérieux en Afrique, celui des singeries constitutionnelles qui ont fait que nous, Africains, ayons tout simplement accepté de perpétuer chez nous les modalités constitutionnelles que nos colonisateurs nous ont laissé? Modalités constitutionnelles dictatoriales jadis faites pour perpétuer le joug colonial en Afrique? Quand Gbagbo dit par exemple qu'aucun état africain n'a condamné la constitution ivoirienne parce que "beaucoup des leurs sont marquées du sceaux du nationalisme et rédigées de la même façon", il faut voir dans cette assertion beaucoup plus que les mots. En fait, il ne s'agit pas de nationalisme car les leaders africains ne savent pas le sens de ce mot. Ce dont il s'agit, c'est d'une réalité animalière qui accable l'Afrique. Gbagbo, sans peut-être le savoir, a mis son doigt sur quelque chose d'essentiel: les legs constitutionnels de l'Europe en Afrique ont souvent été la source de divers maux politiques, économiques, sociaux et culturels au sein de notre continent. Les Africains francophones que nous sommes se sont-ils jamais posé la question de savoir pourquoi la plupart de nos constitutions se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, et pourquoi ces constitutions semblaient toutes calquées sur la constitution française? Mieux même encore, nous sommes-nous demandé si le modèle français était véritablement adapté aux réalités africaines de la post-colonisation, où justement le problème des nationalités qui déchire la Côte d'Ivoire ne peut se poser de la même manière qu'en Europe, à cause justement des frontières abusivement tracées par les colons, frontières qui ont séparé des familles, des tribus et des clans, frontières qui ont cassé les liens de sang comme seule l'Afrique sait les comprendre, et redéfini la territorialité africaine avec des principes venus d'ailleurs?

Où sont les penseurs africains et pourquoi ne se sont-ils jamais penchés sur ce problème pour proposer des formules constitutionnelles plus adaptées à nos réalités? Où sont les politiciens patriotes d'une Afrique des nationalismes nouveaux, ceux qui feront pour l'Afrique les transformations désintéressées qui s'imposent, en tenant compte de l'esprit de nos cultures?

Ils ne sont malheureusement plus nulle part, ces nationalistes-là. Nos politiciens et intellectuels ventrus et vendus ont des chats plus urgents à fouetter: leur ventre et la grosse tête du leadership dénoué de tout sens de la Patrie. En Afrique, nous sommes tous devenus apatrides.

Ce n'est pas Bongo que Gbagbo accuse, chers frères. C'est l'Afrique toute entière. C'est nous, pompeux intellectuels, accrochés à nos privilèges élitistes et incapables de pensée libératrice; c'est nous, politicards enfoncés jusqu'au cou dans nos ventres à la recherche du pouvoir politique et de l'assouvissement des bas instincts, refusant de faire face aux réalités coloniales qui nous séparent encore de nos frères exilés de nous par la force de ces bâtardes frontières; c'est nous, états africains, empêtrés dans nos individualismes fossilisés, alors que de part et d'autres de nos infâmes frontières, des divisions se creusent entre peuples de même origine. C'est quoi être Gabonais? C'est quoi être Ivoirien, Camerounais, Equato-Guinéen? Et nous laissons faire; et nous regardons faire. Car nous nous complaisons dans la marée nocive et déshumanisante de ces legs coloniaux qui nous animalisent.

C'est quoi, en fin de compte, la nationalité en Afrique? Le Fang du Cameroun arrête-t-il d'être Fang parce qu'il est séparé du Fang gabonais par une frontière artificielle? Si le dénominateur commun du Téké gabonais et du Téké congolais se trouve dans leur "tékitude", qu'importe que l'on soit Gabonais ou Congolais? Peut-être faudrait-il que nous soyons capables de dépasser ces labels divisifs pour nous consacrer à la réfection de l'Africain sur la base de l'esprit?

Il faut respecter Laurent Gbagbo, mes frères. Laurent Gbagbo, sans être un intellectuel pompeux à la senghor, est un visionnaire. Il a ses limites et a tendance à dire les choses de manière crue. Mais il n'en demeure pas moins qu'il est le seul en Afrique aujourd'hui à poser les vrais problèmes. Quelle honte pour nous Africains de nous en prendre à ce Monsieur simplement parce qu'il a utilisé le mot "rigolo" pour parler d'un collègue malhonnête! Quelle honte pour nous de le maltraiter parce que nous aurons nous-mêmes failli à notre devoir, celui qui consiste à lire, au-delà de la crudité des mots, le vrai message que Gbagbo essaie de nous communiquer: Celui d'une Afrique qui singe et qui se retrouve prisonnière de ses singeries, à l'image même du Gabon où Omar Bongo, le singe en chef se réjouit de voir son peuple croupir dans la misère la plus inexplicable dans un pays pourtant riche. La culture des coups fourrés politiques est ce qui satisfait le bonhomme. Et c'est de ce machiavélisme que parfois nous nous complaisons, au moment où parfois nous surprenons certains en train de dire: "Tchuuooo, Bongo est fort; il a acheté tous ses opposants." Et nous voilà en train de normaliser la culture du faux, d'ériger la médiocrité en moralité et de sanctifier la criminalité comme valeur morale. Et pendant ce temps, personne ne se demande avec quel argent Omar Bongo a acheté tous ces opposants. Eh bien laissez-moi vous le dire: la prochaine fois que l'enfant de l'un de vos proches mourra de paludisme faute de médicaments et d'hôpitaux, sachez que c'est avec l'argent qui aurait pu sauver cet enfant que Bongo aura acheté ses opposants.

Et loin de moi l'idée d'absoudre Laurent Gbagbo de la débâcle ivoirienne. Avec un peu plus de tact et d'esprit démocratique, le président Gbabgo aurait pu éviter aux Ivoiriens les affres de la guerre civile. Cette guerre n'était pas nécessaire. Il suffisait de libéraliser là où ni Houphouët, ni Bédié, ni Guei n'avaient pu le faire. Il en avait le pouvoir. Sur ce point, Gbagbo aura trop tergiversé. La Côte d'Ivoire en souffre aujourd'hui.

Mais Laurent Gbagbo pose aujourd'hui de vrais problèmes et ces problèmes méritent notre attention. Concernant le Gabon, le problème reste évidemment entier, les commentaires de Gbagbo ayant au moins le mérite de révéler au grand jour les incohérences de la maison Bongo.

A ce titre, Gbagbo a raison, car Omar Bongo est non seulement un rigolo, mais véritablement un clown qui ne mérite le respect de personne, tellement il a couvert le Gabon d'opprobre sur les plans national et international, ce qui, si Bongo avait encore un peu d'humanité en lui, aurait dû le forcer à se retirer de la vie publique gabonaise. Il y a eu dans l'histoire du Gabon sous Bongo trop de gaspillage, trop d'opportunités perdues, trop de crimes, trop de viols, trop d'incompétence, trop de honte, trop d'humiliations.

Pour que l'on accusât Gbagbo d'irrévérence insultante envers Bongo, il eût fallu au préalable que sa déclaration fût fausse ou injurieusement infondée. Or, les encyclopédies nous disent qu'une injure "est une parole offensante adressée à une personne dans le but de la blesser délibérément, en cherchant à l'atteindre dans son honneur et sa dignité. Une insulte, quasi-synonyme d'injure, est cependant considérée comme une injure moins grave. Une injure grave est un outrage." Et sur ce plan, la loi française, par exemple, est claire quant à son interprétation de l'outrage ou de l'injure. En effet, l'article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, par exemple, définit l'injure comme suit: « toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure. »

Il est important ici de noter les termes de la loi française telle qu'elle est clarifiée par l'idée de l'absence de faits.  Autrement dit, c'est l'absence d'imputation de fait précis qui fait l'injure, c'est-à-dire l'absence de preuves. C'est ainsi que l'injure ou l'outrage devient parfois synonyme de diffamation car reposant principalement sur des supputations ou invectives non fondées. Pour qu'il y ait donc, injure, insulte ou outrage dans les propos tenus par le président ivoirien à l'encontre d'Omar Bongo, il faudrait que Bongo puisse établir sur le plan de la loi et du langage, que l'affirmation de Gbagbo repose sur des invectives non fondées.

Or, à ce niveau, les commentaires de Laurent Gbagbo sont clairs: Le président ivoirien pense qu'Omar Bongo est un rigolo parce qu'il veut donner des leçons à Gbagbo sur la conduite à tenir dans son pays alors qu'à ce niveau, Bongo n'est pas une référence. Et pour le prouver, Gbagbo cite le texte fondamental gabonais, établissant ainsi un rapport de correspondance direct et véridique entre le Bongo manipulateur de constitutions dans son propre pays et le Bongo faussement moralisateur qui s'étend avec une arrogance mal placée sur l'Afrique. Puisqu'il y a un gouffre de fausseté évident entre ces deux "Bongos", Gbagbo en conclut tout simplement que Bongo est un clown, car ce sont les clowns qui aiment à se revêtir de masques de fausseté pour faire croire aux incrédules qu'ils représentent quelque chose qu'ils ne sont pas en réalité.

Pour, donc, prouver que Bongo est un clown qui a pour vocation d'amuser la galerie sans pour autant être drôle (il est incompétent même dans cela), il suffit de regarder ce que Bongo a fait du Gabon pendant les 38 dernières années.

Bongo le prestidigitateur manipulateur de constitutions

Prenons d'abord le personnage Bongo sur le plan même du texte constitutionnel gabonais, que ni Bongo lui-même, ni beaucoup de Gabonais ne semblent connaître. Gbagbo aura heureusement permis aux Gabonais et au monde de se rendre compte des incohérences suivantes entre ce que Bongo veut donner comme leçons aux autres dirigeants africains, et ce qui se passe réellement chez lui:

Incohérence No. 1: L'article 10 de la constitution, celui-là même qui est incriminé dans le bras de fer diplomatique entre le Gabon et la Côte d'Ivoire, stipule clairement que "Toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut se présenter comme candidat à la présidence de la République. Seule sa descendance ayant demeuré sans discontinuité au Gabon le peut, à partir de la quatrième génération."

Cet article est problématique du point de vue même de la loi et de la possibilité de son application sur le plan historique. Car, si l'on se réfère à la simple histoire du Gabon, on se rend compte que l'entité connue aujourd'hui comme Gabon n'existe aucunement avant la colonisation européenne. On ne peut donc parler de nationalité gabonaise avant les colons puisque le Gabon est une création occidentale. Durant la période coloniale elle-même, le Gabon n'existe pas non plus en tant qu'entité juridique autonome puisqu'il fait partie d'abord de ce qu'on appelait à l'époque "Congo français", avant d'être intégré à l'AEF de 1910 à 1958. Pire même encore, les machinations françaises qui, de de Gaulle à de Gaulle, essayèrent de maintenir l'empire français menèrent, entre 1946 et 1958 à des aménagement juridiques et constitutionnels (Union française 1946-1958 et Communauté française, 1958-1960) qui firent pratiquement des ressortissants  des territoires français des citoyens français. C'est dire que les Gabonais nés avant 1960 furent tout?Congolais, Camerounais, Aéfiens, Français?sauf Gabonais.  Puisque le Gabon n'existe en tant que pays indépendant que depuis le 17 août 1960 et sa première constitution en tant que nation indépendante ne date que de février 1961, les légalistes qui se respectent peuvent conclure qu'Omar Bongo est lui-même frappé d'illégalité puisqu'il n'aurait acquis la nationalité gabonaise qu'au moment de l'indépendance et, donc, de l'existence juridique du Gabon en tant qu'entité autonome. Du moment qu'il n'est pas né au Gabon, mais en AEF, Omar Bongo serait-il alors, sur la base de sa propre constitution, prêt à se disqualifier lui-même de la course à la présidence en décembre 2005?

C'est donc là la première incohérence que Bongo doit résoudre s'il veut se rendre crédible aux yeux du monde.

Incohérence No. 2: Le même article 10, contient, dans l'alinéa précédent, la stipulation suivante: "Sont éligibles à la présidence de la République, tous les Gabonais des deux sexes jouissant de leurs droits civils et politiques, âgés de quarante (40) ans au moins (L. 1/97 du 22 avril 1997).".

Cet alinéa est problématique. Sur la base de quoi le régime Bongo est-il parvenu à déterminer que l'âge requis pour un Président de la république valable se situe à 40 ans? 40 ans est-il forcément l'âge de la maturité et de la compétence? Or, quand on sait que Bongo lui-même, qui dit être né en 1935, est arrivé au pouvoir en 1967 à l'âge, donc, de 32 ans, on s'étonne. A moins que Bongo n'ait menti sur son âge véritable, n'y a-t-il pas une contradiction flagrante entre ce que Bongo s'applique à lui-même comme loi et ce qu'il impose aux autres dans sa tentative de bloquer par des manipulations constitutionnelles tous ceux qui seraient susceptibles de l'évincer?

Et puis, est-ce qu'il appartient véritablement aux hommes politiques de fixer comme cela de manière arbitraire des limites que seul le peuple serait habilité à fixer par son vote? Il me semble que si un jeune de 32 ans se décide à se présenter comme candidat aux élections présidentielles, ce n'est pas aux politiciens véreux de limiter sa candidature. Le peuple doit lui-même être capable de décider s'il veut d'un jeune à sa tête ou non. Cette peur de perdre le pouvoir est donc si chronique chez Bongo qu'il est obligé de se tailler des constitutions sur mesure, montrant ainsi qu'il est non seulement un rigolo comme le dit Gbagbo, mais aussi un homme sans couilles. Il a trop peur de la transparence, Omar Bongo. Vous remarquerez que des pays comme le Sénégal, le Burkina, le Cameroun, le Cap-Vert, le Tchad et beaucoup d'autres, fixent la limite d'âge minimale à 35 ans. Les Gabonais sont-ils donc plus immatures que les Sénégalais et les Camerounais?

Et que s'est-il passé depuis 1967 qui a fait que Bongo se trouve acceptable comme présidentiable à 32 ans, et refuse désormais que d'autres Gabonais ne fassent comme lui? Cette incohérence doit également être résolue avant décembre 2005 si Omar Bongo se veut crédible.

Incohérence 3: En juillet 2003, Omar Bongo a fait modifier l'article 9 de la constitution, pour réaffirmer non seulement le mandat de 7 ans, en contradiction flagrante d'avec la limitation de 5 ans décidée à la conférence nationale de 1990, mais également pour établir une rééligibilité permanente sans limite de mandats. Les Américains ne mâchent donc pas leurs mots quand ils écrivent, par l'entremise du Département d'état dans son rapport annuel des droits de l'homme au Gabon (Rapport 2003, publié en septembre 2004), que: "Le Gabon est une république dominée par un fort régime présidentiel. Le Parti Démocratique Gabonais (PDG) est demeuré au pouvoir depuis 1968 et a depuis lors restreint le choix politique. Le Leader du PDG El Hadj Omar BONGO, président depuis 1967 a été réélu  pour un mandat de 7 ans en 1998 à l?issue d?un scrutin entaché d?irrégularités. Le 14 Juillet, le Parlement a voté un amendement constitutionnel qui a supprimé la  limitation du nombre de mandat électif présidentiel et a de facto facilité une présidence à vie."

Le même article 9 tel que modifié institue une élection présidentielle à un tour, ce qui, encore une fois, traduit la peur de Bongo de voir le peuple l'acculer à un deuxième tour qui lui serait forcément fatal. Bongo sait qu'il n'a jamais gagné d'élection au Gabon et qu'au jour d'aujourd'hui il n'a aucune chance d'être élu dans la transparence. Alors, pour se protéger, il institue une élection à un tour dans l'espoir de jouir d'une majorité relative. Ce que Bongo oublie, cependant, c'est que personne au Gabon ni dans le monde n'accordera de crédit à une élection comme celle qu'il prépare.

L'on s'arrêtera là car la liste des enfantillages clownesques du bongoïsme en termes de prestidigitations constitutionnelles pourrait faire l'objet de tout un livre. Toujours est-il que le régime Bongo détient aujourd'hui deux des records les plus honteux du monde: Bongo est maintenant, après Fidel Castro, le plus ancien président du monde (38 ans de pouvoir); s'il s'impose en décembre 2005, il sera parti pour passer 45 ans au pouvoir. Bongo détient aussi l?un des records de manipulations constitutionnelles les plus ignominieux au monde, vu que  de 1967 à 2003, le régime Bongo n?a cessé de « brigander » la constitution gabonaise, la modifiant au moins trente et une fois en 36 ans (1967-2003), soit à peu près une fois par an en moyenne. Aujourd'hui c'est une constitution entièrement taillée sur la petite mesure d'Omar Bongo: l'homme se sait petit au propre comme au figuré et sa manière de compenser cette petitesse se traduit par des comportements petits, mais exagérés, comme ceux qui consistent à s'assurer de voler une élection en rejetant la transparence électorale et à confondre stabilité politique et monarchie dictatoriale à vie.

A cela, il faut ajouter que Bongo n'a jamais gagné d'élection au Gabon, ce qui automatiquement fait de lui un imposteur. Gbagbo, qui au moins a la légitimité qui découle d'une élection qu'il a non seulement gagnée par les urnes, mais que le peuple ivoirien a renforcée par deux fois en se soulevant (face à Robert Guei et face à la France) pour confirmer Gbagbo à ce poste. S'il y a quelqu'un qui a des leçons de légitimité à donner à l'autre, c'est bien Gbagbo.

Bongo la risée du monde

Il n'y a peut-être que Bongo qui ne sait pas qu'il est la risée du monde entier. Rien que par sa manière négligée de s'exprimer, les autres présidents s'esclaffent à chacune de ses interventions à l'ONU et dans les meetings présidentiels, sans parler des interviews médiatiques qui, en général, couvrent le Gabon et les Gabonais de honte. Il suffit de lire le type de réponse que Bongo donne lors des interviews qu'il accorde aux journalistes du monde. Sur la Côte d'Ivoire par exemple, RFI lui posa le 23 août 2004, la question suivante:

Question de RFI : Alors, Monsieur le président, revenons sur le cas d'Alassane Ouattara. Que lui conseillez-vous ? D'être candidat ?

Réponse d'Omar Bongo: Vous voyez Ouattara, ce jeune technocrate appelé par Houphouët, il devient par la suite politicien. Il n'a pas fait de bruit mais à cause de Ouattara par-ci, Ouattara par-là, on a fait un mythe. Aujourd'hui, Ouattara est là. Ouattara à droite, Ouattara devant, Ouattara derrière. Comment voulez-vous que j'aille lui dire, ne te présente pas. Au nom de quoi ?

En gras, nous avons souligné le type de réponses indignes d'un chef d'état qui ont, malheureusement, fait la notoriété du bonhomme Bongo dans le monde, à tel point que quand les journalistes l'approchent, ce n'est point parce qu'ils sont intéressés par la brillance de sa pensée, mais plutôt parce qu'ils veulent rire des conneries qu'il va, à coup sûr, pondre. Qu'est-ce que, bon dieu, ça peut bien vouloir dire "Aujourd'hui, Ouattara est là. Ouattara à droite, Ouattara devant, Ouattara derrière"? Bongo parle quelle langue? Si le français est difficile pour lui, qu'il fasse au moins comme Bush quand il visite la France. Qu'il apporte un interprète qui va traduire en français sa langue maternelle pour lui. Cela aura au moins le mérite de hisser nos langues inconnues en langues internationales. Mais des histoires du style "Ouattara à droite, Ouattara devant, Ouattara derrière" ne sont pas faites pour faire honneur au Gabon, surtout que Bongo a oublié dans sa litanie ouattarienne d'ajouter: "Ouattara à gauche, Ouattara en haut, Ouattara en bas, Ouattara partout."

Et ne parlons pas des affaires humiliantes comme celle de Miss Pérou, où Bongo plongea Imagele Gabon dans la honte mondiale en tentant de séquestrer une pauvre péruvienne attirée faussement au Gabon pour assouvir les appétits sexuels du dictateur Gabonais. Mais quel exemple à donner à son peuple, mon Dieu! Un président qui se veut réellement représentatif de son pays se doit d'être non seulement le garant des institutions tel que dicté dans l'article 8 de la Constitution, mais aussi le garant de la moralité. A un moment où le SIDA fait des ravages au Gabon, un président "couche-là" ne peut qu'encourager l'immoralité par l'exemple qu'il donne, car beaucoup se diront: "Puisque le président le fait, pourquoi pas moi?". Et voilà comment un mauvais président peut instituer l'immoralité comme valeur et pousser la jeunesse d'un peuple à sa perte, en encourageant des comportements volages qui disséminent un peu plus le SIDA au sein de la population. Il n'en demeure pas moins que la nouvelle de la fameuse séquestration de Miss Pérou fit le tour du monde. Les Russes, les Chinois et tous les pays obscurs et connus du monde la publièrent, en parlèrent, plongeant le pays dans un état d'humiliation sans pareil. Le Gabon, dont certains n'avaient jamais entendu parler, devint soudain connu de tous, sur la base d'une histoire de fesses. Drôle de manière de véhiculer l'image de son pays, Monsieur Bongo!

Bongo le génocidaire de son peuple

Parlons maintenant brièvement de la gestion désastreuse que Bongo a faite du Gabon en 38 ans. Comparativement à la Côte d'Ivoire, l'économie gabonaise ne pèse pas lourd puisque dépendante en grande partie du secteur pétrolier. L'économie gabonaise sous Bongo vit donc en permanence sous perfusion pétrolière à un moment où celle de la Côte d'Ivoire repose sur un tissu agricole conséquent et bien établi. Certes, le revenu par habitant de l'Ivoirien est bas (1500 dollars US) par rapport à celui du Gabon (5900 dollars), mais cet avantage en chiffres n'est guère visible dans le niveau de développement du Gabon. D'abord parce que le revenu par tête du Gabon fluctue massivement en fonction des cours du pétrole (3810 dollars en 2003, contre 5900 dollars en 2004), ensuite parce que 38 ans après l'arrivée de Bongo au pouvoir, et malgré d'immenses richesses, 60% des Gabonais vivent encore sous le seuil de pauvreté (37% pour la Côte d'Ivoire), et le pays croule sous une dette avoisinant 30% de son PIB. A ce rythme-là, si Bongo s'impose en décembre 2005 et finit ce nouveau mandat de 7 ans, il provoquera la mort d'au moins 80.000 Gabonais entre janvier 2006 et janvier 2013, Gabonais qui seront morts inexplicablement de pauvreté dans un Gabon dit riche. Dans un pays où 1 enfant sur 10 meurt avant son premier anniversaire, généralement dans sa première semaine de vie, où l'espérance de vie stagne aux alentours de 50 ans, ce taux de mortalité est si étonnant qu'il est comparable à celui de pays en guerre civile. Or, le Gabon est supposé être un pays "stable" vivant dans la "paix". Comment peut-on, en temps de paix, perdre autant de citoyens qu'un pays en situation de guerre civile? Evidemment, au pays de Bongo, les mots ne font pas peur, au point que le mot "paix" est devenu la sauce servie aux Gabonais à chaque discours pendant les 38 dernières années.

Parlons maintenant des "couilles" d'Omar Bongo, spécifiquement. Les statistiques du Département d'état américain sur le Gabon nous disent que les forces armées gabonaises tous corps confondus (marine, armée, forces aériennes, gendarmerie, police) se composent de 8000 membres et que la garde de Bongo représente un corps de 1500 membres. Vu que la garde de Bongo est la véritable armée du Gabon, les autres corps étant privés d'armements et de logistique de guerre pour éviter les coups d'état, on se rend compte que sur un total de 9500 membres au total, la garde de Bongo pèse à peu près 16% de tous les corps armés de la nation. Mon dieu, 16% des forces armées pour protéger un seul homme! Si ce n'est pas un manque de couilles ça, alors on ne sait plus ce que c'est. Bongo a donc à lui tout seul, la capacité de faire la guerre aux forces régulières de la nation, montrant ainsi, encore une fois, l'image bunkerisée d'un homme aux abois, qui va partout en Afrique proclamer la nature "pacifique et stable" du Gabon, alors qu'en fait le pays, de l'intérieur, vit dans la peur de voir l'armée privée de Bongo s'abattre sur lui. Ce qui est sûr, c'est que Bongo, contrairement à Gbagbo, ne peut espérer voir les Gabonais risquer leur vie pour lui ou pour sauver son régime comme les Ivoiriens par deux fois l'ont fait pour sauver Gbabgo, d'abord face à Guei, ensuite face à la France. Et voila pourquoi le bouffon gabonais s'entoure non pas d'une garde républicaine, mais bel et bien d'une armée de guerre, pour contraindre à la "paix" les Gabonais, et aller au dehors chanter une paix gabonaise qui n'existe pas.

Bongo le rigolo

Regardons maintenant de plus près certains des commentaires désobligeants faits par Bongo à l'encontre de son "frère" Gbagbo. Dans l'interview accordée à RFI citée plus haut, Omar Bongo disait ceci de Gbagbo:

Question RFI : Le président Laurent Gbagbo vous suivra-t-il ?
Réponse d'Omar Bongo: Ecoutez, moi je ne suis pas un donneur de leçon, dites-vous bien. Gbagbo à chaque fois que je lui parle, il a une logique propre à lui. Il vous donne l'impression parfois de quelqu'un qui écoute beaucoup. Or, il n'écoute pas. Parfois aussi, il vous donne l'impression qu'il ne vous écoute pas, mais il vous écoute. Par exemple à Accra, nous avons insisté pour qu'il réintègre les trois ministres limogés, mais il a dit non, mais qu'il était prêt à les nommer à d'autres postes. Mais lorsque Bédié, Ouattara, Soro sont entrés, il a dit: " Alors Soro, tu vas bientôt retourné au gouvernement (... ) ". Et ceux-ci ont applaudi. Mais il a également dit qu'il n'avait encore rien décidé mais moi je savais qu'il avait accepté.

Ce que l'on voit, dans les propos de Bongo, c'est d'abord une manière de parler des autres présidents, eux au moins  légitimes, comme des enfants. Voilà pourquoi le journal en ligne Notre Voie du 9 juin rappelle que Bongo avait déjà dit de Gbagbo que "Le président Gbagbo dit une chose le matin et son contraire le soir. Il n'est pas digne de confiance".

Ce n'est donc que justice que Gbagbo lui ait répondu le 6 juin dernier. Mais hormis cela, comme Bongo le confirme lui-même, Gbagbo lui au moins sait reculer quand les conditions l'imposent. Gbagbo en arrivant au pouvoir a trouvé une constitution dictatoriale en place qui n'avait pas été façonnée par lui. Il a ainsi, malgré ses réticences, accepté non seulement les dispositions d'Accra telles que Bongo les expose ci-dessus, mais également cédé sur des points importants, comme par exemple permettre à Alassane Ouattara d'être candidat là où la constitution ne le permettait pas.

Question RFI : En relisant l'accord d'Accra III, il n'a été nulle part écrit que tous les candidats à l'élection présidentielle pouvaient se présenter. Or, il semble que toutes les difficultés soient nées de cela...

Réponse d'Omar Bongo : Nous n'avons pas dit explicitement cela. Nous avons demandé la révision de l'article 35 notamment dans ses problèmes d'éligibilité. L'actuelle Constitution dit de "père et de mère" nous avons préféré mettre le "ou" (de père ou de mère) de nationalité ivoirienne. La cause de la crise ivoirienne est l'article 35 et cette ivoirité, les "et" et "ou". Il faudrait faire en sorte que tout le monde se présente. Il est facile de se présenter à une élection mais c'est l'après élection qui compte. Donc, moi je pense qu'être candidat ne veut pas dire forcément qu'on sera élu. Je l'ai dit à Gbagbo. J'ai dit à Laurent : écoute, tu as été élu, mais il n'est pas dit que tu seras battu. Alors, il faut laisser les différents candidats se présenter eux-mêmes, ils verront avec le peuple.
 

Ah bon! Ainsi Bongo sait donner des leçons de démocratie hors de son pays! Mais quand a?t-il montré la même préoccupation pour son propre pays? Quand il s'agit de la Constitution ivoirienne, on voit Bongo devenir expert en jurisprudence et débattre de la valeur sémantique des "et" et "ou", donner des leçons à Gbagbo en lui conseillant de laisser tout le monde se présenter car cela ne veut pas dire qu'on sera élu, etc.

Mais au Gabon, Omar Bongo maintient une constitution qui exclue les gens qui ont la trentaine, entérine la présidence à vie et prépare la fraude. Gbagbo au moins aime son pays. Il sait reculer quand il faut sauvegarder un minimum de dignité à la nation. Mais comment Bongo qui ne cesse de renforcer sa dictature au Gabon peut-il donner des leçons de flexibilité à Gbagbo quand lui-même se fossilise dans des comportements de rigolo? Même quand le mouvement d'opposition BDP se rend en France pour rencontrer les Gabonais et discuter avec eux, Omar Bongo perd 1,5 milliards de F CFA pour l'en empêcher. Au Gabon, d'autres milliards ont été perdus pour acheter toute l'opposition. Pourquoi Omar Bongo a-t-il autant peur de la transparence électorale?

Si, donc, Bongo veut démontrer aux Gabonais qu'il a des couilles et qu'il n'est pas rigolo, la solution est toute trouvée, qu'il modifie la constitution gabonaise en revoyant les articles incriminés comme suit:

1) Modifications constitutionnelles

Article 9: Le Président de la République est élu pour cinq (5) ans au suffrage universel direct. Il est rééligible une fois.
Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés.
Si celle-ci n'est pas obtenue au premier tour, il est procédé à un second tour, le deuxième dimanche suivant la proclamation des résultats par la Cour Constitutionnelle.
Seuls peuvent se présenter au second tour les deux candidats ayant recueilli le plus grand nombre de suffrages au premier tour.
Au second tour, l'élection est acquise à la majorité absolue des suffrages exprimés.

Article 10:  (?.) 
Sont éligibles à la présidence de la République, tous les Gabonais des deux sexes jouissant de leurs droits civils et politiques, âgés de trente deux (32) ans au moins.
 (?)

En gras, nous signalons les lignes que nous proposerions à la place des dispositions actuelles. Modifier ces deux articles selon ces principes est une chose simple qu'Omar Bongo pourrait facilement faire pour montrer à Gbagbo et à tous ses critiques qu'il n'a pas peur de la transparence électorale et qu'il n'est pas prêt à s'imposer aux Gabonais pendant 45 ans.

Quant aux dispositions de l'article 10 concernant la candidature des personnes naturalisées, elles doivent faire l'objet d'un débat national franc. Il va sans dire que dans la plupart des pays du monde, l'on n'accepte pas facilement que des étrangers ou personnes naturalisées soient éligibles à la présidence de la république. Par contre, la descendance de ces personnes, du moment que leurs parents sont solidement établis dans le pays en tant que Gabonais d'adoption, mérite des égards particuliers puisque cette descendance, elle, est gabonaise par le droit du sol. La logique voudrait que cette descendance ait droit d'éligibilité, même si, par le jeux démocratique, les "autochtones" auraient le droit d'attirer l'attention des votants sur le caractère "étranger" de tels candidats, laissant ainsi le peuple jouer de manière autonome l'arbitre quant à qui il veut à sa tête. Mais il n'appartient nullement aux politiciens de fixer des limitations aussi arbitraires et absurdes que celles qui veulent qu'au Gabon, ne peuvent se présenter comme candidats aux présidentielles que la quatrième génération de descendants d'étrangers naturalisés.

2) Appel à l'ONU

Pour les élections de décembre 2005, un autre signe de bonne volonté de Bongo serait de tout simplement inviter l'ONU au Gabon et lui laisser, comme l'avait proposé le BDP, l'entière responsabilité d'organiser du début à la fin les élections présidentielles de décembre. Ceci permettrait de garantir la transparence minimale qui s'impose dans une élection aussi cruciale que celle de décembre 2005. Et comme le BDP l'avait dit, si Bongo gagne dans ces conditions de transparence, le BDP s'inclinerait et reconnaîtrait Bongo comme président du Gabon. Pour le moment, le BDP ne reconnaît pas Bongo comme président du Gabon car, en 38 ans, Omar Bongo n'y a jamais été élu de manière transparente et démocratique.

Si Bongo peut donc, dans le cadre des élections de décembre, simplifier au maximum les contraintes constitutionnelles, laisser les Gabonais qui le souhaitent s'exprimer ou se porter candidat, alors la bataille pour la démocratie au Gabon serait gagnée.

Mais ça c'est le rêve. La réalité est que Bongo n'a jamais été démocrate et ne le sera jamais. Il faudra, pour changer Bongo, le pousser à la sortie car il est incapable de la même flexibilité patriotique qu'il a semblé exiger de Laurent Gbagbo.

Les faits sont donc avérés. Gbagbo, en disant des faits concrets dans le cadre de ses commentaires, ne peut avoir insulté Bongo. Dire à un voleur reconnu comme voleur qu'il est voleur n'est pas une insulte. Dire de Bongo qu'il est rigolo parce qu'il dit aux autres de faire ce qu'il n'ose pas faire au Gabon est loin de constituer un outrage. Car, rigolo, Bongo l'est en réalité. Incompétent, Bongo l'est aussi. Sans couilles, Bongo l'est encore. Le président Laurent Gbagbo a tout simplement donné des leçons de compétence à l'imposteur gabonais en lui balançant au visage sa propre constitution entachée de lois "rigolotes".

Gbagbo aura même été surprenant par les précisions contenues dans ses commentaires. Par exemple, il a parlé de Bongo comme "le père Bongo". Le mot "père" n'est pas anodin ici. Il paraît en effet que dans le régime Bongo, le culte de la personnalité a atteint des sommets tellement maladifs que tout le monde appelle maintenant Bongo "papa". Et il n'y a plus personne au Gabon qui sorte d'une audience avec Bongo qui n'ait à la bouche la formule "Bongo m'a donné des conseils, comme un père". Comme de juste, en ce dimanche 12 juin de "soutien" acheté, Ntoutoume Emane, Premier ministre du gouvernement gabonais, a lui-même confirmé ce culte de la personnalité en appelant sans vergogne Bongo "papa" en public: "Notre papa à tous est très content de ce que vous avez fait. Avec Madame la première dame, ça lui va tout droit au coeur et il vous remet quelque chose pour que vous puissiez prendre un pot à Gabon Expo."

Quand on sait que Ntoutoume Emane a presque le même âge qu'Omar Bongo (Ntoutoume Emane est né en 1939 et Bongo en 1935), l'on a presque envie de vomir. Vomir parce que, au Gabon, la corruption a atteint des proportions tellement "normalisées" que le Premier ministre gabonais n'hésite même plus à venir féliciter publiquement les foules en leur proposant d'aller prendre un "pot" pour les remercier de ce qu'ils "ont fait". Un aveu, donc, que le soutien à Bongo n'était pas du tout spontané. Derrière ces cris de "soutien" se cachait plutôt l'impatience d'aller boire la bière qui avait été promise à ceux qui crieraient le plus. Rien que de l'artifice, en somme. Envie de vomir, encore, parce que Ntoutoume Emane aura un jour à expliquer aux Gabonais comment un homme de 70 ans (Bongo) aura pu avoir un enfant de 66 ans (Ntoutoume). Monsieur Ntoutoume Emane, sachez que personne au Gabon ne veut de ce "papa" rigolo là.  Apparemment, le gouvernement sous Bongo est lui aussi une grosse escroquerie, un cirque.

Et la pauvre presse d'état au Gabon! Le signe évident que la presse gouvernementale est bâillonnée et que les libertés d'expression ne sont pas encore garanties chez nous peut se voir dans un des articles publiés par l'Union, le journal gouvernemental, le 8 juin dernier (Voir http://www.bdpgabon.org/content/view/1694/45/). L'Union, ce jour-là, n'arriva même pas à rapporter objectivement les mots de Gbagbo, préférant occulter le mot "rigolo" par la formule elliptique "r?." comme dans « regardez le Gabon : le père Bongo veut donner des leçons. C'est un r... Pour être candidat à l'élection présidentielle, il faut être Gabonais depuis au moins quatre générations». Quel est donc ce pays où un organe de presse officiel n'arrive même pas à rapporter objectivement les choses qui préoccupent la nation? Quelqu'un mourrait-il au Gabon si l'Union disait clairement que Gbagbo a traité Bongo de "rigolo" et que les mots sont de Gbagbo? C'est dire à quel point la clownerie gabonaise est devenue une culture dans notre pays, tout cela à cause du fameux "rigolo" Omar Bongo, qui croit que gérer un pays se résume à faire de gros discours sans sens du style "Ouattara à droite, Ouattara devant, Ouattara derrière".

Et c'est ce même Omar Bongo qui, lors de la fausse marche de soutien orchestrée par son chef de parti Simplice Nguedet Manzéla ce dimanche 12 juin 2005,  au lieu de montrer qu'il avait de la hauteur, a sombré encore plus bas que Gbagbo en disant: "Je ne me vois pas descendre plus bas que terre pour aller parler à Gbagbo (?).Mais quand on vient chez quelqu'un tous les jours, quand on vient lui demander des leçons, quand on vient lui demander des conseils, quand on le suit partout hors de son pays et hors du pays du président Bongo, cela signifie que Bongo est plus fort, alors rentrez tranquillement, nous aurons l'occasion de lui répondre."

Et voilà Omar Bongo le grand homme maniant la boue à pleines mains, se vantant comme un enfant du primaire d'être "plus fort" que Gbagbo, un Gbagbo qui le suivrait comme un chien "partout hors de son pays et hors du pays du président Bongo". Pour un pays qui a rappelé son ambassadeur et qui a demandé à Gbagbo de calmer le jeu, si ce n'est pas attiser le feu ça, je ne sais plus ce que c'est. Il me semble que nous allons vers l'escalade vu que des Ivoiriens seraient capables de faire la même chose, et à ce moment, qui sait quel venin Gbagbo pourrait encore cracher à propos d'Omar Bongo?

On ne sait finalement plus à quoi riment les protestations du régime Bongo si, en fin de compte, Bongo a décidé de rejoindre Gbagbo dans la boue que Gbagbo est supposé lui avoir balancée au visage en le traitant de rigolo.

Pour, donc, avoir eu peur de la transparence électorale pendant 38 ans, le verdict est simple. Omar Bongo n'a pas de couilles. Et pour avoir voulu jouer, à l'extérieur du Gabon, le démocrate qu'il n'a jamais été chez lui, le verdict est là aussi, sans appel: "Le père Bongo est un rigolo".

En fin de compte, remercions le président ivoirien d'avoir suscité un vrai débat sur une Afrique faite de singeries suicidaires. Ce que Laurent Gbagbo a fait, et qui est salutaire également, c'est tout simplement d'avoir rabattu le caquet à un petit bonhomme qui commençait à prendre la grosse tête alors même que dans les faits, Omar Bongo est une coquille vide qui ne laissera comme héritage au Gabon que le spectacle d'une inexplicable désolation, dans un pays qui avait pourtant tout pour donner des leçons de démocratie, de transparence et de gestion responsable au reste de l'Afrique. L'héritage de Bongo au Gabon sera sans aucun doute celui d'une médiocrité érigée en culture dans un pays sans état. Pour cet impardonnable échec, Omar Bongo demeure indubitablement et irrévocablement la honte de l'Afrique.

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey 07052, USA
Tel: 973-447-9766 / 973-655-5143
Fax: 973-447-9766 / 973-655-7909
Site:
http://www.bdpgabon.org

Dr. Daniel Mengara
Coordonnateur
Premier ministre du gouvernement gabonais de salut national en exil

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
SVP, connectez vous ou enregistrez vous.



Total Actuel: 90 Réactions
1. reaction
Posté par: mombouele le 23-01-2010 08:42
si li la fait c'est parce que surement il voulait surement de la fille
2. http://www.newstylerolex.com/
Posté par: rolex le 22-01-2010 20:51
050With theof not aggressively Actor SamuwoxinRolex Dayton and overnight fame, Samuwoxin Gordon in the film  
 
wear Rolex Watches, may be Replica Rolex watches,  
 
Fake rolex is good and cheap. He is both Through performance capture technology, the embodiment of the Afan tat and  
 
Replica Watches image of endorsement on, he starred in humans really are in the film 
 
breitling watches
 
McGrady said the replica rolex is a cost-effective. Everyone loves  
Rolex watches. breitling watches.omega watches  
 
cartier watches chanel watches and other replica watches 
 
. McGrady himself with a replica watches. He is fond of replica rolex 
 
Suoerdana name and Rolex Watches list frequently appear in the beauty, she was wearing a sexy tight-fitting clothes  
 
and boots to wear Rolex boarded Complex magazine, filled with a sense of style just like science fiction is \"a new  
 
sci-fi film The Queen,\" panache. Replica Rolex is very important. Suoerdana said  
 
breitling watches
with breitling watches such as co-operation itself is recognition of  
omega watches
 
China news agency, Washington, January 16 (Reporter Wu Qingcai) - Haiti, four days after a major earthquake, replica  
 
Rolex
15 decided to Haiti to provide 30 million U.S. dollars worth of humanitarian emergency material assistance. 
 
replica Rolex
is good Replica Watches 
 
a luxury mobile phone Vertu, it is expensive, most people can not afford the expensive  
 
Vertu cell phone, but the Replica Vertu able to meet everyone,  
 
vertu replica is also a high quality and cheap. Vertu phone is noble. 
 
louis vitton handbags is a luxury bags, it is expensive, we all can not afford, but since there  
 
Replica handbags
, we can buy your favorite replica louis vitton handbags, louis vitton  
 
are high quality and cheap. 
 
Send or receive money to PayPay account, 外贸收款 master收款 网上支 
 
信用卡支付 visa收款 在线支付bank account worldwide,  
 
深圳收汇宝email and SMS either by internet or mobile phone 
 
Treatment of male erectile dysfunction. Generic Viagra advanced technology, modern pharmaceutical methods,  
 
refined concentrate aphrodisiac made of the Need for quick Viagra Online, for impotence, premature ejaculation,  
 
erectile capacity,viagra sales erectile rigidity and lasting ability to effect significant 
 
 
Rolex is pioneer in creating stylish and dazzlingReplica Rolex watches for women. The  
Rolex Lady-Datejust Pearlmaster pioneers the lady\'s collection produced by Rolex. The watch  
 
presents a symbol of status for fashion lovers as it  
sunglasshas a very authentic and convincing appeal. tiffanyThe Rolex Lady 
 
-Datejust Pearlmaster acquired a definite and distinct appeal because of the diamonds placed on the bezel. Montblanc pens 
 
has been innovative in creatingParker pens new technology and tiffany 
 
implementingcartier Jewelry the technology in thecartier Jewelry.  
050
3. http://www.newstylerolex.com/
Posté par: Replica Watches le 06-01-2010 20:32
050I soon found Rolex if I was willingReplica Watches to spend a Replica Rolex little bit that IRolex Watches could get Swiss Omega watchesceramic Chanel replica watchesbreitling watches that looked exactly chanel watcheslike the realFake rolex thing but I could breitlingpurchase it Rolex 2010 on my budget. I Rolex phone shopped around forRolex the replica thatReplica Rolex matched my style the Replica watchesbest and bought it.I havebreitling watches been wearing it fake rolexregularly ever since and even the omega watchespeople that have the real chanel watchesthings are complimenting  
Rolex me on my purchase, never the replica Rolexwiser that what I am wearing isReplica Watches not an authentic piece. IVertu 
Rolex have decided that IReplica vertu will keep on keeping upReplica handbags with the competition, butsunglass I'll do it wiselyRolex by buying replicas and pocketing  
Generic Viagrathe extra cash!Nowadays it is Viagra Onlinehard to find a man or a woman, who doescartier Jewelry not wish to look different网上支付 and to show the unique style. 信用卡支付Watches today become one of the most popularvisa收款 object of attention. That is why a lot of在线支付 middle-class people want to differ深圳收汇宝 their appearance by means of master收款good-looking watches or watches by the famous breitlingbrends. But only limited amount of people couldOmega afford the original Cartier or Breitling watches. 
050
6. welcome
Posté par: dede le 03-03-2008 06:41
7. a mon frere tata et son francais
Posté par: elle le 05-09-2007 19:52
Eh mon frere "laisser LUI terminer" et "vous LUI traité" c'est pas le bon francais oh pardon arranges d'abord le francais pour ecrire... excuses moi
8. MESSAGE A MAKAYA
Posté par: elle le 05-09-2007 19:41
mon frere mille merci pour ton message... Dieu seul sait que plus il y aurait eu des personnes resonnant comme toi et plus vite l'Afrique aurait avancé... laisses tomber cet imbecile qui raconte la vie des autres derriere son computer et qui insite tout le monde a la bataille lui etant a l'abris. mon FRERE merci pour to message car je commencais a desesperer en lisant tout ces gens qui vont dans son sens... oublis ces personnes et ensemble faisons avancer notre tendre pays par nos mentalités moins erronées
9. a moan dzan wa bô minal
Posté par: Makaya le 05-09-2007 06:54
mbolo ! ye wo ne voghe ? mais mon frère je ne savais pas que tu étais fang ! je comprend pourquoi il y autant de fang dans ton organisation... bref revenons-en au sujet! 
 
Donc d\'après toi gbagbo a eu raison de dire que bongo est \"rigolo\" , grosso modo il passe de \"sans couilles\" à \"rigolo\" 
:grin , je suis mort de rire... 
mais dis moi un peu hein, comme nous sommes analphabètes et qu\'on a du mal à comprendre le gros fala que tu utilises, ça veut dire quoi \"rigolo\" ? 
 
Après avoir défini le terme même là, en anglais comme en français (la langue qu\'on peut comprendre), tu ne trouves pas étrange que ça te définit exactement ? en tout cas, moi je n\'ai pas le niveau d\'un docteur et avec mon petit niveau de CEP, je sais que rigolo veut dire \"personne peu sérieuse, peu crédible\" dont les synonymes sont \"charlot, drôle, guignol etc...\" 
A moan dzan, en tant que guerrier fang, prouve aux gabonais que t\'es brave, non en leur faisant croire qu\'en restant dans les pays occidentaux qui soutiennent le régime, t\'es opposant... alors que les ivoiriens ne veulent pas de gbagbo (parce que sans le savoir mon frère, gbagbo est avec ces pays là) toi tu approuves ce qu\'il a dit à notre tortionnaire... le monde à l\'envers! 
tu aurais dû tourner ta langue indéfiniment avant de donner ton point de vue! eh oui ce n\'est pas une analyse que t\'as faite, mais ton point de vue INSIPIDE, MALHONNETE, HYPOCRITE... 
Lie, lie,lie quand allez vous arrêter de vous faire du mal et par la suite faire du mal à ceux qui croient au moins à une idéologie:\"pour combattre l\'ennemi, il faut l\'affronter à armes égales\" et \"le Gabon appartient à ceux qui font des actions concrètes\". 
Viens au pays pour affronter les réalités, au lieu de rester planquer behind your computer... des phrases joliment écrites, une vie dorée aux states... alors que moi je me contente du manioc issu de notre terre dont le prix ne cesse d\'augmenter... 
 
je vais te donner un conseil moan dzan, shut up because nobody understands what you tell or come here with your phd for helping gabonese people!
10. Regarde-toi avant de juger les autres
Posté par: Cyriaque le 04-09-2007 10:08
Mon pôvre Mengara, 
 
Bongo rigolo et sans couilles tu prétends? J\'aimerais quand même te rappeler, cher Mengara, qu\'un homme politique a au moins deux caractères qui peuvent être des avantages et même faire la différence d\'avec le commun des mortels. Il doit avoir une vision, il doit anticiper sur les événements. Ni toi, ni Gbagbo que tu soutiens dans la médiocrité le les ont. Gbagbo a été un piètre chef d\'Etat, son exemple suffit pour que ton rève de direction du Gabon s\'arrête. Je voudrais te rappeler les circonstances dans lesquelles l\'auteur du charnier de Yopougon a traité Bongo de rigolo. Il s\'est fâché parce que le chef de l\'Etat gabonais lui a conseillé comme solution de la crise ivoirienne une rencontre et des négociations aves Guillaune Soro, le chef des rebelles du nord pour partager le pouvoir avec lui en le nommant chef d\'un gouvernement de transition qui aurait pour mission principale de préparer les élections présidentielles. L\'évolution des faits démontre aujourd\'hui que Bongo a eu raison puisque Gbagbo est finalement parti négocier à Ouaga et que Soro est maintenant son Premier Ministre. De toi à moi, qui est plus rigolo que l\'autre aujourd\'hui ? Gbagbo aurait eu une vision de vrai chef d\'Etat qui anticipe sur les événements qu\'il aurait sauté sur cette occasion et la Côte d\'Ivoire n\'aurait pas perdu un an et demi pour rien. Et tu es plus rigolo que Gbagbo parce que tu as partagé son point de vue sans le recul nécessaire à une analyse désintéressée et objective. 
 
Bongo sans couilles tu dis ? Non, pas toi ! Je suppose que tu as eu la même éducation de Fang que moi. Tu es de Minvoul, moi je suis d\'Oyem. Tu dois savoir qu\'un homme ne fuit pas devant le danger. Tu dois savoir qu\'un homme ne s\'attaque pas à une femme pour atteindre son mari. Il n\'y a pas plus grande lâcheté chez nous. Toi tu tires sur les ambulances et tu fuis te calfeutrer aux Etats Unis sous prétexte d\'opposition. Fadaises ! Depuis très longtemps, les opposants vivent tranquilles au Gabon si on excepte les mythomanes comme Mamboundou qui voient leur vie en danger à chaque carrefour (ils restent pourtant) et les couards comme toi qui n\'ont vraiment pas de couilles pour affronter le danger. De toi à moi, entre Bongo et toi, qui est sans couilles ? Viens l\'affronter, viens l\'attaquer, viens défendre tes points de vue chez toi, au Gabon et face à lui.  
 
Je voudrais terminer en te rappelant le simple principe de politesse qui veut qu\'un jeune n\'insulte pas plus âgé que lui. Je voudrais te rappeler le simple devoir républicain qui veut qu\'on respecte les Institutions en place, qu\'on les aime ou non. L\'opposition à un régime n\'est pas une licence pour injurier ces Institutions. Pour moi, enfreindre cette règle de base quand on prétend aimer son pays vous place dans les rangs des rigolos. Et tu en es un.
11. dr mengara le panafricaniste
Posté par: Visiteur X le 16-04-2007 02:28
j'ai du respect pour vos commentaires dr. 
je suis vraiment surpris que vous n'etes pas xenophobe comme les autres gabonais. 
j'ai vecu dans votre pays pendant plus de dix ans (CE 2 -Tle E). 
si vous etes sinceres veridique patriote,Dieu vous aidera dans vos actions. 
merci dr mengara 
 
12. Il se drogue encore, Albert Bernard?
Posté par: Visiteur le 03-12-2005 08:57
javascript:ac_smilie('8)')
13. Il se drogue encore, Albert Bernard?
Posté par: Visiteur le 02-12-2005 14:28
14. reponse
Posté par: Visiteur le 02-12-2005 10:34
pourquoi crier au feu lorsqu'on n'est dans l'eau mengara salle traitre
15. un sale egoiste et gros pédé
Posté par: Visiteur le 28-11-2005 09:46
slt je suis peut etre tros jeune pour en parler mais il faut que je me libere.je suis de tout coeur avec ce qu'a dit mr mengara oui bongo n'est qu'un sale egoiste qui a été dejas elu president pendant 6fois et ce vieux cochon n'est pas rassasié ça m'exaspere de voir nos gdes femmes s'exibées pour danser pour ce pouri il n'a fait que nous vendre et seules les personnes qu'il pède le suivent mais un jour la foudre s'abattre sur lui il finiras en enfernull :eek cochon
16. un sale egoiste et gros pédé
Posté par: Visiteur le 17-11-2005 15:32
je suis gabonais et n'admet pas de tels inepsies de la par de mr mengara.peut il fairemieux ke bongo le fils d'ondimba
17. bangando en jouet
Posté par: Visiteur le 10-11-2005 06:07
il est plus qu'un rigolo de laisser les gabonais mourir ainsi dans al misere. 
on lui coupera un jour ses "testo"soyez en sure. 
merci
18. bangando en jouet
Posté par: tata le 04-10-2005 11:30
pour le probleme de mr Bongo laisser lui terminer sa soif s'il trouve que le pouvoir et sa seule vie mais ya une seule chose que l'etre humain oublie que ya un lever du solei et un couché du 
soleil. 
quand a vous aussi vous incriminer mr bongo vous lui tretéde tout et de rien vous aussi vous fériez comme lui une fois passer au pouvoir vous voyer que vos parents et ami(es) et non voir les problèmes des gabonais vous etes a soifer de pouvoir . 
 
l'homme gabonais d'aujourd'hui connais comment sa se passe c'est une affaire de famille. 
 
 
19. bangando en jouet
Posté par: Visiteur le 29-09-2005 16:29
correspondance entre hier et aujourd hui
20. LE BDP ENFIN AVEC O.BONGO ONDIMBA
Posté par: L'ANCIEN le 29-09-2005 10:34
EN EFFET LE BUREAU EXECUTIF A ETE RECU PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE GABONAISE ANYC LE 21/09/2005.
21. ne soyons pas naifs
Posté par: L'ancien le 29-09-2005 10:05
Mr mengara j'apprécie humblement ce que vous avez eu le courage de faire depuis l'etranger.Car qu'on le veuille ou non,vous avez réussi à vous faire connaitre d'une partie,infime,du peuple gabonais. 
Mais chers compatriotes internautes,on dit souvent que:A TROP FRAPPER A LA PORTE DU diable IL FINIT PAR OUVRIR SA PORTE. 
Vous vivez aux USA,pourquoi ne cherchez vous pas à vous inspirez de ce qui se fait là-bas? Je m'explique;vous arrivez dans le paysage politique comme cela plein de bonnes intentions,selon vous,et un gouvernement déjà formé;tout cela à quelques mois des élections présidentielles.Ou étiez-vouz entre la fin des dernières elections et maintenant?Et qui vous a appris que tout le monde peut faire de la politique et devenir homme d'etat?Pour revenir à ma première question,dans les pays des autres il y a des financiers,des affairistes,des intellectuels...Tout le monde ne devient pas président mr Mengara,en plus vous n'avez pas plus d'idées novatrices que le pouvoir en place depuis le temp qu'on sait.Et comme si cela ne suffisait pas,vous etes entourez dans votre gouvernement; qui relève du domaine du fantasme ;d'une majorité de personnes de la meme ehtnie que vous.Ce qui a pour but de créer l'amalgame,non pas chez les personnes averties et initiés,mais chez la grande partie du peuple analphabete,sous-instruite,naive, affamée et peu préparée à discerner vos propos mensongers et disproportionnés. 
Comme vous je suis fang,et les valeurs chez nous sont celles de toutes les autres ethnies du GABON:dignité,respect,hospitalité...N'UTILISEZ PAS INTERNET POUR CREER LA CONFUSION,LA HAINE,et que sais-je d'autres.Le net voyez-vous peut servir à réaliser des projets,créer des entreprises,soumettre aux avis des frères et soeurs ses élements pour ne plus attendre du gouvernement des réalisations(comme qui attendrait la fete de noel qui bien entendu elle arrive toujours), des associations éducatives pour l' 
emploi et l'esprit d'initiative dont le peuple a besoin.Vous etes pofesseur,et je suppose que vous serez capable de faire la nuance entre le TRAVAIL DE L'ESPRIT ET CELUI DE LA CHAIR. 
Pour finir,essayer d'abord de bien vous enrichir dans le new jersey;regardez les indiens,mexicains et chinois qui maitrisent la ville deNEW YORK;inspirez-vous longuement de ces gens et revenez dans votre pays riche,les poches pleines,poser des actes dans l'immobilier, le sport,la restauration..., afin de créer de l'emploi et donc d'augmenter le pouvoir d'achat des gabonais et de créer de la richesse dans ce pays qui en plus besoin que tous les genres d'idioties qu'on peut de gens avides de vivre l'opulence reservé aux dictateurs africains.CECI EST VALABLE POUR TOUS LES MENGARA DE DECEMBRE PROCHAIN AU GABON. 
QUE LE SEIGNEUR BENISSE TOUS LE GABON ET TOUS SES ENFANTS.
22. ne soyons pas naifs
Posté par: LAPOSTE le 28-09-2005 17:47
La route vers la liberté,la vraie est obstruée d'obstacles et elle sera longue.Mais quand on a des convictions,du courage,on avance,quand on veut se dissocier des injustices,on ne recule pas,on dit non. 
Avançons tous ensemble dans l'action de conquérir cette liberté.
23. "Jésus est la solution"
Posté par: BenHelohim le 24-09-2005 08:11
Shalom alecha,  
 
Je suis peut-être pas très politique, mais bon je sais une chose, un marin a besoin d'une boussole pour trouver son chemin, ses repères, alors pour se retrouver dans ce bas monde, nous avions tous besoin de la Bible pour nous guider. 
Ça fait pas longtemps que je parcours ce site, mais c'est désolant d'entendre toutes ces choses. Je ne suis pas pour le parti de Mr Bongo et ni du votre.  
Mais je voudrai vous dire une chose à vous tous qui écriviez ici pour réagir et surtout à vous monsieur Mengara, vous n'êtes pas sage. Si un homme se croit sage dans ce monde alors, qu'il devienne fou afin de devenir sage/....  
Et enfin, monsieur Mengara, vous avez besoin de Jésus... Il n'est pas exclu que le scandale arrive, mais malheur par qui il arrive !!!  
Heureuse la nation dont l'Eternel est Dieu. Tous les gabonais doivent recourir à Jésus.  
Pourquoi chercher tant de haine dans le coin de votre coeur et le faire subir au peuple? Ce n’est pas déjà trop ce que nous endurons ici ? A vous qui lisez ce message sachez que vous avez besoin de recourir à la prière car seul Jésus détient la clé de secours pour ce pays. L'homme est mauvais dans sa nature, et je ne crois pas en vos motivations monsieur Mengara et à votre système, arrêtez de distraire les gens pour des fins personnels, vous aurez des comptes à rendre à Dieu. Et je suis également désolé pour tous ceux là qui réagissent de façon mal poli sur ce site, pas besoin de sortir des injures comme vous le faite ici. Bien qu'Il soit( Monsieur Bongo) à vos yeux rien du tout, Il reste le président et votre président que vous le vouliez ou pas! respectez les autorités et à Dieu la vengeance, si vous voulez un changement je vous supplie de vous tournez vers Jésus, et Il mettra l'homme qu'il faut à la place qu’il faut. Vos propos provoque la haine dans les coeurs, c'est ce que vous voulez? C'est ça votre sagesse? Vous n'êtes pas au Gabon et vous voulez provoquer des troubles depuis votre écran comme un pirate Inter, s'il vous plaît, je vous respect, mais quand même!!! 
Il y a des familles ici qui souffrent énormément et si cela s'ajoutait à une guerre, vous ne quitterez pas votre aisance pour venir au secours de ceux qui chercheront à se frayer un chemin pour sauver leurs vies.  
Votre sagesse est une folie pour Dieu. Vous avez fait des propositions à monsieur Myboto pour prouver sa crédibilité et ben moi également je vous fais une proposition Recevez Jésus dans votre vie maintenant et vous serez sauvé. Quelque soit vos débats politique, je sais que c’est important pour le pays, mais sachez une chose, celui qui bâti sans l’aide de Dieu, bâti en vain….. Celui qui s'imagine connaître quelque chose ne connaît pas encore comme il devrait connaître. 
 
 
« Eternel, tu es celui qui règne dans les cieux et sur la terre, le seul créateur du souffle humain, je te présente maintenant toute cette organisation BDP, si cela ne vient point de toi, toi qui EST un feu dévorant et une tempête déchaînée, renverse par ton souffle toute cette organisation afin qu’ils sachent que tu es Dieu, que la confusion soit leur partage au nom de Jésus. Je crois en ta Toute puissance, et que tu es celui qui détient le cœur du roi entre tes mains, et tu peux l’incliner comme un courant d’eau selon ton bon plaisir. Maintenant Adonaï, vient au secours de ce peuple sans berger, sans connaissance et sauve-le, tu as dit dans ta parole, si mon peuple s’humilie, prie et se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je pardonnerai son péché et je guérirai son pays ; Alors Seigneur, que ta parole ne retourne pas à toi sans avoir accomplit ce pourquoi elle a été libérée au nom de Jésus-Christ. Change maintenant ces cœurs assoiffés de haine, et renverse toutes œuvres démoniaques orchestrés au nom de Jésus. Je déprogramme maintenant tout ce que l’ennemi aurait programmé contre ce pays le Gabon au travers ce site au nom de Jésus. Je scelle maintenant cette prière sur la terre et dans les cieux au nom de Jésus. QU’IL EN SOIT AINSI…. » 
Jésus vous aime, et le commencement de la sagesse, c'est la crainte de Dieu... 
Que Dieu vous bénisse... 
 
 
- Pour information, je suis gabonais âgé de 24 ans.- 
24. Bongo ridiculise le Gabon à l´ONU
Posté par: gugu le 24-09-2005 10:15
Ce n'est pas toujours qu'on peut trouver gratuitement un clown pour vous faire rire toute la journee. Gbagbo avait dit que le pere Bongo etait un rigolo, Bongo a souleve toute la terre pour traiter Gbagbo de tous les noms. Mais puisque la vie est etrange, et que la verite ne peut se cacher eternellement, Bongo est alle lui meme s'offrir en spectacle sur le podium des nations unis, en parfait rigolo.  
Il faut donc dire merci a Bongo pour ce spectacle gratuit. Ca n'arrive pas tous les jours. 
Et surtout, il faut etre reconnaissant a Bongo d'avoir enrichi notre vocabulaire avec des mots exotiques tels que "rat-que-dit-quer", qui est un verbe de la famille d'eradiquer, mais qui fait ici allusion a la chasse aux rats dans les forets gabonaises, "Biosite", une facon plus raccourcie de dire Bio-diversite, pourquoi faire long quand on peut faire court? Un mot nouveau tel que "illustrasotion" qui fait penser a illustration mais avec plus de saveur du negre francafricain au service de la france. 
 
Ou est passe le gabonais qui ne cesse de nous balancer les images du Gabon? 
 
Enjoy! 
 
Cliquez sur ce lien pour voir la honte 
 
Ah le pere Bongo est un rigolo qui nous amuse assez!!!!  
25. bla
Posté par: Visiteur le 18-09-2005 13:02
ce fameux docteur (nul) installé aux USA 
 
est veritablement un vrai taré 
 
26. Laissez les mensonges Mr Mengara
Posté par: Visiteur le 03-08-2005 09:17
Mr Mengara, vous etes un grand menteur!!! un tribaliste !!! et un faux type !!! vous vous cachez aux Usa et vous croyez etre un vrai opposant ? au lieu d'aller soutenir vos freres gabonais qui souffrent ...c'est une honte pour vous ... :eek Laissez vos mensonges et allez dormir svp... 
A bon entendeur.... :)
27. bof...! cet article fait peine à lire!
Posté par: Visiteur le 26-07-2005 20:49
Dr Mengara! 
est ce bien la politique que vous esperiez mener au gabon? ou simplement une façon de vous faire un nom? vous vous dites homme instruit, mais je vous en pris faites preuve d'altruisme et soyez moins fanatique dans vos propos.faite une politique intelligente(car je n'en doute pas que vous l'etes) et non un chapelet d'informations qui induisent un certain sceptissisme auprès de vos compatriotes tel que moi. a ce demander "ou se trouve le vrai du faux dans tous ce que vous dites" soyez plus concis car c'est en parlant peu que l'on peut agir efficacement. 
cordialement
28. bof...! cet article fait peine à lire!
Posté par: Visiteur le 21-07-2005 08:42
29. c 'est dommage
Posté par: munadji le 13-07-2005 18:47
La coordination des pedegistes de france est franchement en mal de sensation,c'est tout de meme normal et l'on pourrait aisement comprendre leur acharnement sur un simple etudiant sorti des amphis comme ils pretendent le dire,mais je voudrais tout simplement savoir si cette coordination est capable de faire face devant la colere des gabonais engendré par 50 ans de regne sans partage incarné bien entendu par leur camarade bongomar,croyez vous que mengara soit seul a constaté l'etat dans lequel vos leaders et parents ont mis le pays,vous qui'etes longtemps sorti des amphis pensez vous qu'un pays detenant des ressources comme le notre puisse se retrouver dans la situation que nous vivons presentement?non je ne crois pas,reconnaissez veritablement votre echec et surtout soyez patient vos comptes seront definitivement entamé 
 
vos cetificats et diplômes ne nous ont pas servis alors soyez humble et raisonnable dans vos envolées lyriques 
salut :eek
30. c 'est dommage
Posté par: Visiteur le 12-07-2005 08:40
En tout cas je m'en fouts de la politique car c'est un chemin qu'utilise seulement les gens qui ont la gueule de bois... Menteurs que vous êtes. :grin
31. c 'est dommage
Posté par: ABESSOLO TITTA le 11-07-2005 20:24
O BON DIEU, 
SAUVEZ L'AFRIQUE !!
32. eh !ben !!!!!!!!!!!
Posté par: une gabs de dakar le 11-07-2005 02:24
Dites donc, il a fallu donc que gbagbo traite votre président de rigolo.POur que vous pouviez sortir au grand jour tous ceux que vous aviez dans vos coeurs? 
Moi franchement je nè confiance eb aucun homme politique parce ce kil ne tiennent jamais leurs promesses. cè bien bo de critiquer mais entre nous connaissez vous kelkun parmi les hommes politiques gabonais qui puisse nous sortir de se guépier??????? 
:? :grin  
ils sont tous pareils....c'est a croire mm kon ne sortira jamais ^lus de ce problème  
mais bon je ne veux pas jouer a la pessimiste ;) je préfère pour l'instant jouer au st thomas 
tant que kelkun dans ce pays n'aura pas fait kelke chose de réel pour sauver notre pays. 
parce que cè bien beau de parler mais il fo agir,vous etes la a critiquer le president mais que faites vous pour que ça puisse changer, nous sommes fatigués de toute cette presse, de toute cette parole. 
nous voulons du concret :upset  
ce n'est pas en le critiquany que bongo va quitter du pouvoir, tout au contraire il se moque de vous ça ne lui dit rien puiske de toutes les façons malgré vos insultes il sera toujours a pouvoir :grin  
de toutes les façons je ne l'ai jamais voté et je ne le voterai jamais 
mais vous autres vous vous dites fatigués de lui mais vous le vous le coté encore  
il fo savoir ce que vous voulez :upset :upset :upset :upset :( :(
33. que fais bongo o encore la
Posté par: Visiteur le 09-07-2005 10:11
il se doit de partir tout le monde le sait et le dit.j attend avec impatience le jour ou reignera une democratie durable et reel dans notre gabon. le peuple parle mais il n agit point, nos coeur ont encore peur, c est normal bongo est celui qui menace la paix. je suis cependant convaincu que ns ns devions de forger nos coeur et de ns appreter a l inevitable. peu importe ce que ca doit ns couter mais les retomber serons meilleur. le gabon aura un futur plaisant ou tt le monde beneficiera au moin de ses droits.  
bongo tu vas mourir et payer pour tt tes crimes
34. que fais bongo o encore la
Posté par: Visiteur le 06-07-2005 13:17
:grin  
Ceci n'est autre qu'une reponse au visiteur qui s'etonne de savoir que le gabonais s'interresse uniquement qu'aux politiques... :grin c pas complique c simplement le mal qui attarde notre pays... cette politique est telle qu'il mine toutes evolutions... qd un membre est malade et que l'on ne pe plus le soigner pour vivre les medecins on recours a l'ampution. Et on fait avec malheureusement... 
Aux cocos je dis cela et je parle de ce qui me concerne...le gabon 
jusqu'a preuve du contraire, qd nos responsables bradent les richesses du pays ce n'est jamais avec une arme a la tempe... :grin  
Le comble c qu'ils n'ont plus honte... 
35. que fais bongo o encore la
Posté par: Visiteur le 05-07-2005 11:07
Coups d`Etat répétés en Afrique - Le rôle du Président Omar Bongo  
[ Libreville - Gabon ] ( 5/07/2005) Simplice Zahui  
 
Selon le Temps d'Abidjan, le chef de l'Etat gabonais a été mis à nu par un de ses compatriotes dans la préparation des coups d'Etat en Afrique. Les différentes guerres que vit l'Afrique tout entière ont ceci de commun que c'est le seul individu, de surcroît chef d'Etat africain, qui en est à l'origine. Nos sources viennent de confirmer ce que nombre d'observateurs de la scène politique en Afrique pensaient déjà.  
 
En effet, une source proche de la Présidence gabonaise s'est confiée à nous pour mettre à nu le rôle combien déterminant que joue le Président de ce petit pays de l'Afrique centrale qu'est le tristement célèbre chef d'Etat Omar Bongo Odimba. Qui, selon les informations recoupées ça et là, se resout à faire descendre son homologue ivoirien comme il l'a fait avec succès, au Burkina Faso, au Congo, au Rwanda et en Côte d'Ivoire depuis décembre 1999 jusqu'à la rébellion armée du 19 septembre 2002. Un rôle que Omar Bongo joue comme missionnaire mandaté à ce titre par la France conservatrice et notre interlocuteur ne s'arrête pas en si bon chemin.  
 
Il a, par ailleurs, fait des révélations sur ce qu?un collectif d'avocats gabonais prépare pour traduire Omar Bongo devant le Tribunal pénal international (TPI). Soit. Mais ce qui intéresse le plus, l'Ivoirien et peut-être la communauté internationale, ce sont les informations sur le chef de l'Etat gabonais. Et notre interlocuteur est sans ambiguïté. "Le coup d'Etat de 1999 survenu le 24 décembre a un parrain, Omar Bongo. La rébellion qui a consacré le génocide rwandais est une conspiration du Président gabonais que Jacques Chirac a tout simplement financée. La prise du pouvoir au Congo Brazzaville par Denis Sassou N'Guesso, beau-frère de Omar Bongo, n'a été que simple formalité parce que Bongo lui-même a mis la main dans la pâte. Et ce, après avoir été aidé par Lissouba qui a demandé à son ethnie de voter pour Omar Bongo au Gabon. Ce à quoi les compatriotes de Lissouba ont accédé, portant par leur action élective, l'actuel Président au pouvoir n'est pas tout.  
 
En Mauritanie comme au Togo où il y a eu des tentatives de coup d'Etat, Omar Bongo, soutient notre informateur, a apporté son expertise et son aide financière aux comploteurs. C'est, affirme-t-il, ce triste décor que Bongo et Chirac veulent reproduire chez vous en Côte d'Ivoire pour satisfaire aux exigences d'Alassane Ouattara. Et d'ajouter que toute la surface minière et minérale du sous-sol ivoirien est déjà maîtrisée par la France après que Dominique Ouattara, épouse de M. Ouattara, l?a par ses réseaux et ses moyens, expertisée. L'homme soutient que chaque fois qu'un coup d'Etat est réussi dans un pays africain, le Président gabonais se rend en France, chez son ''maître'' pour prendre sa commission y compris Blaise Compaoré qui est le relais de Bongo en Afrique de l'Ouest. Bozizé est le fruit de cette conspiration menée de main de maître par le Président gabonais. Ce que regrette cependant le compatriote de Omar Bongo, c'est la pauvreté qui secoue tout le pays. Le panier de la ménagère est totalement devenu vide. Le tissu social se dégrade.  
 
L'économie gabonaise en déconfiture et les sociétés d'Etat en perpétuelle reconversion devenant des sociétés privées appartenant à Omar Bongo. L'exemple de l'Union gabonaise des Banques, la compagnie des banques et le marché du bois gabonais n'appartient qu'à Omar Bongo et les grandes firmes françaises. Toutes choses qui ont rendu le pays aussi pauvre qu'il ne l'est en ce moment. Au mépris des aspirations du peuple gabonais.  
Simplice Zahui  
 
 
© 2005 Le Temps d'Abidjan
36. que fais bongo o encore la
Posté par: Ibékélia le 03-07-2005 15:31
Il faut vraiment que nous gabonais réagissions. Qu'allons nous laisser à nos enfants. J'ai entendu dire que Bongo préparait sa succession. Avons nous besoin d'un fils à Bongo comme futur président. Je suis née en 1967, j'ai vu la dégradation de mon pays, de tous son système. Toutes les valeures que mes parents mon inculquer n'avait plus sa place au Gabon. Le vol est devenu une valeur, le viol, banalisé. Si tu t'offusque trop de ces choses, tu es montré du doigt ou même on te menace. Les gabonais n'ont pas tous la mémoire courte, ils ont peur pour leur vie, pour leur famille. beaucoup de jeunes gabonais sont conditionné par ce système à accepter leur sort. Il faut effectivement une vraie révolution pour tout changer.
37. Tchuooooo
Posté par: Visiteur le 01-07-2005 13:33
Puisque bongo n'a pas de couilles , alors les enfants qu'il a ne sont pas les siens. Ce sont des enfants de ses gardes du corps . La preuve edith a fait un enfant metisse dont bongo se reclame de la paternite....Question" bongo est-il blanc pour faire un enfant metisse ? Reponse: non ! Mengara a donc raison . Du Bongo rigolo au bongo sans couilles . Bongo n'a pas vraiment les couilles pour enceinter une femme . Tchuooooooooooooooo!!!!!!!!!!!!! :grin
38. Et le népotisme continue...
Posté par: Bhenen le 30-06-2005 14:22
Alors, Visiteur, vois tu ce qu'on qualifie concrètement de gestion ethnique du pouvoir ? Depuis hier 29/06/2005, Obamda, le fossoyeur de la SEEG depuis plus de 20 ans vient d'être gratifié du poste de PDG de la dite société. Trouve ces origines ethniques pour mieux justifier sa longévité à la direction de la SEEG.
39. Mengara, intellectuel
Posté par: Visiteur le 29-06-2005 12:37
Mengara est un vrai intellectuel .Tu merite le titre de docteur. Bonne argumentation,bonne orthographe,bonne grammaire,bon fond et bonne forme . Je te note 19.5/20
40. Et le népotisme national alors ?
Posté par: Bhenen le 29-06-2005 05:31
Monsieur Visiteur, tu es démagogue en parlant de gouvernement ethnique au BDP. Que je sache, le BDP ne gouverne pas réellement le Gabon. Même n'appartenant pas à ce mouvement, je trouve cette indexation insidieuse. 
 
A propos de la présence ethnique dans les arcanes du pouvoir réel du pays, je t'invite à scruter du côté des ministères clés du Gabon ( Finance, Défense nationale, Intérieur...).  
 
Regarde également la totalité des Chefs militaires et de sécurité ( Armée, GP, Gendarmerie, police...), sans oublier les dirigeants des entreprises nationales ( Oprag, SEEG...). Et tu sauras ce qu'est une gestion ethnique du pays.  
 
41. Le serieux et la crédibilité du Dr
Posté par: Visiteur le 27-06-2005 05:13
Dr, 
Vos analyses sont pertinents et amènent à reflechir sur le fonctionnement actuel et logique future du Gabon. 
Cependant,votre ambiton de Chef d'Etat semble démesurée et quasi-iréalisable. 
Votre tribune d'expression est l'internet qui concerne à peine le 1/5 des Gabonais. 
J'ai demandé un jour au de Ntsengkélé ( Canton Ntang-louli à Makokou) s'il avaient eu vent des ambitions d'1 de leur fils de Minvoul, tous étaient contents, mais surpris de n'avoir jamais entendu parlé de ce nom... En y ajoutant qu'il lutte depuis les USA ( Fala), ils ont rigolé en me priant de changer de sujet... cela leur rappelait un certain Père MBA, "messie" du Gabon,protégé des Fang de Makokou,ennemi n* 1 de BONGO, qui parait-il mange desormais à sa table comme un fils prodigue. 
Autrement dit, vous comme Mba, c'est un combat illusoire, surtout vous que seuls les intellectuels connaissent. A 6 mois des Présidentiels qui vous votera alors que même le soleil de Minvoul ne connait pas la résistance de votre crane? 
Le 2é point est que votre stratégie qui repose sur l'injure terreà terre du Chef(en tout cas c'est lui pour le moment) n'est pas de nature à vous grandir, il fait naitre une certaine deception en nous, car l'injure est l'arme de la femme,du faible... dit-on à Allarmintang. 
En effet, Mba,Manganga et consort en ont fait leur principale arme, c'était cracher en l'air. 
Venons 1 peu à votre Gouvernement: 9 membres sur les 16 sont Fang à consonnance Minvoul,Medouneu,Makokou terroir de votre tribu. Serez-vous le Président de la continuité (tribalisme exacerbé) ou du sang neuf au service du "peuple qui a tant souffert"? 
Je suis sincère dans mon propos et souligne que je suis votre trés proche de sang, pas du régime Pdg et espérant un horizon nouveau à notre beau pays. 
Que me répondez-vous? 
Avec mes sentiments respectueux et fraternels
42. Monsieur Mengara et M.Rigolo
Posté par: Visiteur le 24-06-2005 13:29
Monsieur, 
Sur le fond, je suis tout à fait d'accord avec vos remarques et votre raisonnement, à quelques nuances près. Mais le fait que vous approuviez sans réserves, ne serait-ce que sur la forme, cette injure d'un chef de l'Etat étranger, me confirme encore plus dans l'impression que j'ai que vous n'avez pas la carrure d'un homme d'Etat. Evidemment que sur le fond, nous sommes d'accord sur le fait M.Bongo est un fléau pour le Gabon et les gabonais !!! Mais, qu'on le veuille ou non, M.Gbagbo n'a pas seulement insulté l'individu Bongo mais aussi l'institution qu'est le président de la République gabonaise et à travers elle le peuple qu'elle est supposée représenter. Il est normal que nous autres, quand on est entre nous-mêmes, il est normal et légitime, on agonisse d'injures M.Fléau Bongo mais un vrai homme d'Etat, tout en gardant son droit de critique, se doit de prendre une certaine hauteur que de toute évidence vous n'avez pas !!! 
Regardons un peu autour de nous. Quand M.Jospin s'est attaqué à l'âge de Chirac, même les socialistes l'ont condamné (M.Jospin avait au moins des circonstances atténuantes vu qu'il s'agissait au départ de propos privés qui ont été rendus publics par un journaliste) ; quand Oliver North a publiquement déclaré qu'il ne reconnaissait pas Clinton comme son président, il s'est fait vertement reprendre par les plus conservateurs des Républicains ;quand Chirac a déclaré publiquement que les présidents des pays d'europe de l'est qui avaient soutenu la position américaine sur la guerre en Irak avaient perdu une occasion de la fermer, tout le monde lui est tombé dessus, au point qu'il a fallu que le ministre des affaires étrangères a du s'excuser discrètement.  
Malgré toute la haine et la honte qu'on peut éprouver pour M.Fléau Bongo, il faut qu'on fasse la distinction entre l'individu et l'institution. Dans tout ce que je dis je ne défends pas le premier (ça ne me viendrait même pas à l'idée!!!!) mais bien le second. Faisons rapidement une analogie un peu osé mais qui me semble adaptée : même si votre père physique est la pire des crapules, vous croyez vraiment que c'est en l'insultant avec les étrangers à la famille que vous serez respectés par eux ? Non. L'attitude responsable et respectable serait d'interdire à ces personnes de l'insulter, et à travers lui votre famille, tout en faisant bien comprendre que vous savez bien qui il est et que vous allez vous occuper de son cas (le linge sale est toujours mieux lavé en famille)
43. GBAGBO
Posté par: joe le 24-06-2005 11:40
Joe MENGARA, tu vas fort...
44. ..?
Posté par: Alea_jacta le 24-06-2005 11:20
:grin Nul est sense oublier qu'il ne faille pas se comporter comme un fou au risque de se prendre dans son jeu... 
Tout bon gabonais ne poursuivra un fou qui vient lui derober ses vetements pdt que ce dernier prend son bain... :grin S'il faille apporter un changement on se devrait d'apporter la difference mais pas le desordre... :grin c deja chose coutumiere le peuple a droit a un peu de repit... l'arrogance, la cupidite et le pedantisme est chose courante face au peuple qui ne demande que de manger et se loger descemment...
45. papi bongo
Posté par: lanimal le 24-06-2005 11:01
je suis agréablement surpris de voir qu'il ya au gabon des personnes capable de véhiculer l'intelligence suprême.merci docteur ce pays maudit à besoin de gens comme vous à son chevet.ce n'est meme + un projet de dire qu'on est gabonais à l'étranger.Dieu pardon guéééh delivre nous du mal,je suis né en ayant connu que ce régime et je ne souhaite pas mourir en ayant connu que celui là.On vit tous dans la résignation heureusement que personne n'est éternel...je pense à eyadema le vieux père.Papi bongo fera mieux 2 casser la pipe dans la discrètion.Bêtiseland et son souverain le rigolo....c'est gênant
46. chasser bongo du pouvoir
Posté par: guibeul le 23-06-2005 16:53
comme vous l avez ecrit vous meme des chefs d etat comme bongo l afrique n en a plus besoin.au lieu de pleurnicher l opposition gabonnaise doit se mettre au travail pour chasser bongo du pouvoir.pour que gbagbo soit soutenu par son peuple aujourd hui ,il a fallu qu il pacourt la cote d ivoire pendant dix ans etudiant la maniere de vivre des ivoiriens .aujourd hui le resultat est la.il est en communion avec sont peuple. il faut que l opposition gabonnaise oublie de suivre l argent pour pouvoir tomber bongo.bongo ce n est pas houphouet boigny bongo ,cest un president africain qui pour regler un petit probleme d incomprehention avec son jeune frere gbagbo a besoin d aller demander conseils a chirac en france pour mieux ridiculiser l afrique.combien d annee restent a bongo pour vivre?ne lui donnez pas cette chance de mourir au pouvoir,bogo doit etre chasse du povoir pour savoir qu il a ruine son pays et payer pour cela 
47. chasser bongo du pouvoir
Posté par: le 23-06-2005 16:24
vs êtes cool mon gars ! OBO ns fait trop honte , pourtant 1° au bac avec zero faute en dictee et 20/20 en anglais né à lewaî ds un bled d'analphabetes
48. docteur mengara
Posté par: Visiteur le 23-06-2005 09:15
A vous lire,il semble que vous soyez quelqu'un qui est tres au fait des choses et qui est un patriote.Le gabon ,notre gabon n'a que trop souffert de la mal gestion de celui que je nomme scarface.IL est temps qu'il parte alors pourquoi ne pas organiser une sorte de pole de gauche au gabon au sein duquel on aura que de vrais opposants au regime(mamboundou,doc mengara,mbou yembi...).IL est temps que le hcr fasse place a une coalition plus structuree et mieux organisee le depart par les urnes de bongo passera par cette coalition. THINK ABOUT IT
49. Affaire "Rigolo"
Posté par: Une Ivoirienne le 21-06-2005 14:37
Au fait, quelqu'un peut-il me donner la signification de ODIMBA (cf. nom du président gabonnais). 
 
D'avance, merci.
50. Affaire "Rigolo"
Posté par: Une Ivoirienne le 21-06-2005 14:27
Merci de laisser le temps au temps de faire éclater la vérité sur cet incident. Je continue de me demander pourquoi c'est maintenant que le SEM GBAGBO nonobstant les usages diplomatiques réagit ainsi. Ouvrons nos yeux et nos oreilles, voyons et entendons. 
Je reste convaincue que SEM GBAGBO n'a pas agit de la sorte par exaspération ou sur un coup de tête.  
So, wait and see. 
Qui vivra vera et saura. 
Puisse DIEU nous accorder une longue vie. 
 
 



Sections Actualités: BDP | Dossiers | Gabon | Monde
spacer
RECHERCHE
Visiteurs
We have 225 guests online
Actus Gabon
A La Une
Dossiers
A La Une
Françafrique
Libre Tribune
A la Une
Actus Monde
A La Une
CALENDRIER
Octobre 2014
L M M J V S D
29301 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
Activités Courantes
No Latest Events
Sondages
Que veut dire pour vous le mot "Opposition"?
  
REACTIONS
Sur: Gabon : Daniel Mengara, pr&eac...
Par cephas kouassa qui dit...
"message"
10/02/10 10:40
rappel
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par FIDIECK Célestin qui dit...
"Président d'un club de footbal au Cameroun"
09/02/10 09:36
Ceci est à encourager. J'amairais sav...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par mika qui dit...
"football"
05/02/10 14:27
salut mon c'est mika je cherch 1 centre ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"contact"
02/02/10 10:08
bonjour Mr NDONG Voila aujourdui 5ans q...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"RECHERCHE"
02/02/10 10:00
bonjour j'aimerai savoir ou trouver les...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par ROMEO E. KONU qui dit...
"JE CHERCHE LE CONTACT PERSONNEL DE PATRICK"
01/02/10 12:47
C'EST MOI QUI AI AMENER Mr. DAOUDA DIALL...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:55
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:52
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:42
Au fait je repond au +237 94 47 48 90 m...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:28
Salut et bonne année a tous moi c\'est M...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par mombouele qui dit...
"reaction"
23/01/10 08:42
si li la fait c'est parce que surement i...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Alliance secrète Myboto-Bongo:...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:49
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:43
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Législatives: Le Premie...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Communiqué: René...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:42
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Omar Bongo, en français petit ...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:36
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par boussougou roger gael qui dit...
"je veux integrer le club"
22/01/10 05:00
bonjour je suis un jeune tres embisieux ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par kobeyo qui dit...
"savoir"
21/01/10 15:37
salut jute pour savoir qu...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par diof qui dit...
"recherche de centre de formation de football au gabon"
19/01/10 08:00
bjr cher correspondant je suis un jeune ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par agent de jouer qui dit...
"agent de jouer"
18/01/10 12:27
Je suis un agent de joueur je suis à Lon...
Lire cette réaction...
Sur: Mafia au Gabon: Les mauvais pa...
Par Atchoutchou atchoutchou kiki qui dit...
""
18/01/10 12:04
NO MAIS ! Moi je dis seulement : GABON P...
Lire cette réaction...
Récents articles BDP, Gabon, Monde
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

Copyright©1998-2007 BDP-Gabon Nouveau.
Tous droits réservés.