spacer

ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN AVRIL 2008.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT AVRIL 2008. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

Bienvenue
Home
Accueil
Toute l'actualité
Forums
Ancien Site
Présentation
Historique
Charte
Appel à la Nation
Idéologie
Organes
Gouvernement
Comité Directeur
Le Mamba
Adhésion
Devenir Membre
Donations
Animer une Cellule
Actus BDP
A La Une
BDP Discours
BDP Communiqués
BDP@Médias
Vidéos BDP
Audios BDP
Galerie Images
Traîtres & Imposture
Publications
Livres
Articles
Films
Nous Contacter
Infos Contact
Home
Accès Membres
  Accès Site
  Inscription Site
  Newsletter
  Forum Email
  Réactions
Username

Password

Remember me
Password Reminder
No account yet? Create one
Syndication
Mettez nos news
sur votre site!
Favoris BDP
 
 

Top 20 des News
Peut-on changer pacifiquement les présidents sauvages ? PDF Print E-mail
Analyses et Opinions
Written by Le Messager   
Mercredi 23 Novembre 2005 à 13:44

Le Messager (Douala)
SHANDA TONME

ImageOn a longtemps spéculé sur les fondements juridiques et morales des mutations sociales et politiques violentes, particulièrement lorsqu'il s'agit de l'Afrique, pour essayer d'apporter une réponse à l'instabilité des pouvoirs sur le continent. En réalité, même les plus habiles des optimistes, qui recourent à la loi des processus de croissance imparfaits pour tenter une explication, ne sont plus crédibles. L'irrationalité semble donc être le trait premier des événements.

Notre démarche refuse de s'enfermer dans une quelconque logique, et proscrit d'avance, tout cantonnement dans une lecture des faits qui tend à ignorer les revers dialectiques de ce qui se fait chez nous et de ce qui se fait ailleurs.

 
Que l'on nous comprenne donc ! il n'y a en notre sens, aucune différence ni aucune rupture de conséquences, entre l'impossible transition dans une entreprise publique comme la Cameroon Radio and Television ( Crtv), et l'impossible transition au sommet du pouvoir d'Etat au Burkina Faso ou au Gabon. Partout, le processus d'expression du corps managérial, relève d'une même logique, celle qui implique la confiscation du pouvoir par un clan, qu'il soit ethnique, ésotérique, ou familial, et induit une absence complète de transparence dans les comptes, les règles, et les promotions.

Lorsque nous traitions il n'y a pas si longtemps dans ces mêmes colonnes, des démocraties de brousse, nous tracions déjà, les lignes de fractures incontournables qui au bout de l'analyse, produisent une division du monde puis l'explosion à terme.

Nous devons à la vérité, faire d'abord l'auto-critique de l'intellectuel, du citoyen, de l'Africain, et sans doute du Camerounais tout court. Nous qui avions ressenti avec tant de peine ces adjectifs de sauvage, et avions cru de notre devoir de protester avec véhémence, avons maintenant, l'obligation morale de reconnaître, que nous méritions, sans doute, ces quelques injures des illuminés coloniaux. Il ne s'agit point de trouver des bases morales à cette colonisation, il s'agit de nous reconnaître d'abord attardés, avant d'engager la seule lutte qui compte : la lutte de la dignité. Cette lutte, nous l'avions aussi abondamment souligné, ne va pas chercher à New York ou à Paris, elle se déroule ici chez nous, sur de petites choses, et dans le champs clos que représente notre quotidien réel.

Nous parlions tantôt de la Crtv. Il ne faudrait pas que les quelques brillances, et il en existe, qui y ont établi leurs quartiers professionnels, se sentent, frustrés, à nous entendre réduire la logique qui fonde la gestion et la projection de leur maison dans la cité camerounaise, à des règles sauvages. En somme, celui qui nous en voudrait, perdrait tout le fil de notre lutte âpre pour un Cameroun meilleur, une société plus juste, et une répartition des richesses plus équitable et transparente.

Voici en effet arrivé monsieur Vamoulké, cavalier porteur des aspirations évidents de changement, qui rêve, comme Gorbatchev mais sans son pouvoir ou sans tout le pouvoir, d'un monde meilleur. En l'espace de quelques mois, intellectuels, professionnels de la communication et simples citoyens, croient au miracle d'une révolution sans coup de feu, dans la galaxie de l'appareil d'Etat. Hélas, au bout du compte, l'opération qui en appelait au mérite et à la compétence, dans une recherche effrénée d'indépendance vis-à-vis de l'idéologie du parti unique, est contrariée, bloquée, et tuée par la pratique sauvage du régime.

Mais qui a pensé le changement d'un démembrement d'une institution, sans le changement des fondements et des principes moteurs de la dite institution ? Dans le cas de l'appareil de radio et de télévision du Cameroun, c'est tout le corps existentiel, de la tête aux pieds, du régime, qui vibre dans une machine de propagande. Cette machine ne fonctionne-t-elle pas à abrutir les citoyens, et à leur enseigner que la famille présidentielle descend de la même lignée sanguine que Jésus Christ ? Comment aurait-on pu, si facilement et si insolemment, congédier ceux qui en sont les instruments d'avant-garde et les clairons ? Tous ou presque, sont restés en poste, avec juste quelques variations. Les exclus de toujours demeurent exclus, et les privilégiés de toujours demeurent privilégiés. Le cavalier du changement n'aura eu que la concession, toute petite, mais acceptable selon les règles sauvages du régime, de faire appel à quelques cousins ethniques, pour des postes où l'on doit lui rendre souvent compte, les ressources humaines et l'administration générale. Vive donc l'Extrême Nord, mais petitement, et surtout sans toucher à l'hégémonie, la dictature du Centre-Sud.

Ce qui nous préoccupe, d'ici, et de là-bas, c'est la difficulté qu'il y a finalement, à admettre, que nous avons une logique. Personne ne s'offusquerait plus vraiment ici, en apprenant que le modèle de crispation et de confiscation du pouvoir, que l'on observe, à la tête d'une entreprise ou à la tête d'un Etat, est typique des sauvages. Le discours sur la démocratie et la transparence, ne sert que le temps d'une kermesse aux enjeux bien limités, sinon stériles.

Nous voulons surtout que l'on sache, qu'il n'est point de démocratie et de transparence, qui soit une pure disposition littéraire ou juridique. Tout est question de culture, et nul ne prétendrait plus, sous peine de ridicule, que la colonisation nous a enlevé, jusqu'à la capacité de maturité institutionnelle.

Il faut, dans ces conditions, reconnaître, c'est devenu impératif, que notre sort, n'a plus rien de commun, avec celui d'un peuple allemand par exemple, où l'on voit le chancelier quitter ses fonctions avec tous les honneurs. La gloire des peuples sauvages réside dans confrontation des extrêmes, et jusqu'à la mort des faibles. Nous n'inventons rien, car l'histoire enseigne que toutes les sociétés aujourd'hui dites développées, sont passées par cette guerre entre les sauvages qui gouvernaient alors leurs destins. Les monarques européens de la féodalité furent des cruels, et tous ceux qui ont fait un peu d'histoire, savent ce que représentait l'absolutisme royal. Beaucoup furent mis à mort. Qu'en pensent les nôtres ?

En revenant à la démonstration de base, avec quels instruments scientifiques, aurions-nous des chances de comprendre les Bongo, Compaoré, et autres ? L'Occident a fait le pari de nous laisser dans ce qu'elle considère, comme des moeurs de sauvages. Imaginez que le coup d'Etat se produit dans quelques mois au Burkina Faso et que Compaoré en meurt ! On commentera dans les chancelleries occidentales et dans leurs médias, que c'était prévisible. En attendant, et pour l'heure, on présente ce sanguinaire des temps modernes, comme le victorieux d'une extraordinaire élection présidentielle démocratique. On dira de même de Bongo dans quelques jours.

Dans le jeu d'extrapolation malicieux de ce qui se vit et se fait en Afrique, l'on admet que la situation échappe à toute logique propre, démocratique, raisonnable, mais, l'on s'abandonne aussitôt, à des formes d'égoïsme qui tendent à décréter, que les peuples qui n'ont pas su ou pu se libérer par eux-mêmes, n'ont qu'à rester où ils sont et comme ils sont.

La conclusion s'impose simplement, c'est-à-dire que personne ne change les sauvages, sinon les sauvages, et par l'unique truchement de leurs violences. Ce n'est pas une conclusion qui procède du défaitisme, bien au contraire, elle procède de la lucidité et du réalisme. Dans le cas d'une entreprise publique à l'instar de la radio et de la télévision camerounaise, comment s'attendait-on, raisonnablement, à voir des changements importants, simplement parce que l'on a nommé un nouveau directeur général ? Le régime étant dominé par une ethnie qui en deux décennies et demi, a transformé la seule école de journalisme digne de nom du pays, en centre de formation des cadres propagandistes chargés de promouvoir le pouvoir du village et le régime du village, il n'y a rien à attendre avant un changement des institutions et un changement de pouvoir.

Or lorsque l'on analyse le mode opératoire des régimes, on s'aperçoit, que le fait pour Bongo, pour Compaoré ou pour tout autre potentat, de rassembler les moyens de l'Etat, les ressources de l'Etat, pour conduire sa campagne, ne gêne plus les partenaires étrangers. On en vient à masquer, que ces prétendus président-candidats, ne sont autre chose, que des truands sans honneurs, sans loi ni foi, qui altèrent les constitutions au gré de leurs hallucinations totalitaires. A écouter les journalistes étrangers, Compaoré aurait gagné par un raz de marrée. Mais où en Occident accepterait-on ce genre d'individu, et comment qualifiait-on ce genre d'individu dans leur riche histoire ?

On ne change donc pas et on ne peut pas changer les sauvages. Notre peur, relative bien sûr, c'est que le seul processus libérateur en face de sauvages, soit celui qui les anéantit, leur enlève la vie. Parce que cette logique est inscrite dans l'histoire contemporaine de l'Afrique lettres de sang, nous en sommes encore à nous demander, s'il est toujours bien de la convoquer. Le petit sergent Doe procéda à une véritable boucherie lors du renversement du président Willian Tolbert au Libéria, mais il connut lui aussi, un sort des plus cruels. Chacun voulait se venger à sa manière, entre sauvages.
 
Et le Burkina d'apparence si calme, n'est pas loin des turbulences, tant les souvenirs de la mort de Sankara, font planer des exigences de vengeance dans la population. On en dira de même du Cameroun où le fantôme de l'ancien président, ajouté aux tueriez consécutives au coup d'Etat manqué de 1984, crée une sorte de doute permanent sur l'équilibre psychologique de plus d'un acteur politique.

C'est cela, tout le contexte, qui renvoie à une société de sauvages, où les tenants du pouvoir pèchent par le trop grand manque d'humilité, d'honnêteté, et de retenue, ouvrant la voie, à des violences induites et sauvages, en guise de réponse à leurs propres pratiques sauvages.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
SVP, connectez vous ou enregistrez vous.



Total Actuel: 3 Réactions
1. des milliers de congolais au gabon afin
Posté par: elaub le 24-11-2005 07:39
obo laisse le pays  
des milliers de congolais seraient sur notre territoire afin de voter bongo ondi-mba je frequente ce milieu et je peux vous dire que tous les jours ils se retrouvent a hoyo la maison du charbonnage ceci pour dire aux gabonais qu'il ne partira pas bien que vous voteriez contre.
2. Vous direz encore du mal de la France?
Posté par: Visiteur le 24-11-2005 04:57
Depuis qu'elle s'est retiree la debacle d'une nation s'est agreablement manifestee... Nous ne demandons qu'un changement sans vouloire la perte de qui que se soit... 
A titre d'ex les ong Francaise fournissent des medicaments qui ont pour destinatioin des pharmacies privees pour lesquelles le peuple Gabonais doit debourser malgre un revenu par hab confortable mais inexistant pour la mjorite... Est cela une continuite pour croire a un chgmnt? 
APPRENNEZ A ATTAQUE LE MAL A LA RACINE ET FAIRE LE POUR ET LE CONTRE DES CHOSES...
3. Avertissement et mise en garde à omar bo
Posté par: Super pulsator le 24-11-2005 04:12
Nous attendons à bras ouvert, la construction de l'habitat au gabon. 
Car nous savons tous que la france à octroyé plus de 500 milliards de franc pour le financement de ce projet. 
 
Vraiment nous peuple GABONAIS refusons d'imaginer un seul instant que la campagne d'omar bongo (affichage par excès des posters), l'achat de 1500 véhuciles deja en circulation non immatriculé attribué au PDG, le dispatching d'argent à sa famille et à ses amis + leurs familles, transfert (transport) de la population dans toutes les localité, hebrgement +restauration etc... se fait avec cet argent.

Sections Actualités: BDP | Dossiers | Gabon | Monde
spacer
RECHERCHE
Visiteurs
We have 2575 guests online
Actus Gabon
A La Une
Dossiers
A La Une
Françafrique
Libre Tribune
A la Une
Actus Monde
A La Une
CALENDRIER
Juillet 2022
L M M J V S D
272829301 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Activités Courantes
No Latest Events
Sondages
Que veut dire pour vous le mot "Opposition"?
  
REACTIONS
Sur: Gabon : Daniel Mengara, pr&eac...
Par cephas kouassa qui dit...
"message"
10/02/10 10:40
rappel
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par FIDIECK Célestin qui dit...
"Président d'un club de footbal au Cameroun"
09/02/10 09:36
Ceci est à encourager. J'amairais sav...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par mika qui dit...
"football"
05/02/10 14:27
salut mon c'est mika je cherch 1 centre ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"contact"
02/02/10 10:08
bonjour Mr NDONG Voila aujourdui 5ans q...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"RECHERCHE"
02/02/10 10:00
bonjour j'aimerai savoir ou trouver les...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par ROMEO E. KONU qui dit...
"JE CHERCHE LE CONTACT PERSONNEL DE PATRICK"
01/02/10 12:47
C'EST MOI QUI AI AMENER Mr. DAOUDA DIALL...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:55
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:52
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:42
Au fait je repond au +237 94 47 48 90 m...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:28
Salut et bonne année a tous moi c\'est M...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par mombouele qui dit...
"reaction"
23/01/10 08:42
si li la fait c'est parce que surement i...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Alliance secrète Myboto-Bongo:...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:49
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:43
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Législatives: Le Premie...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Communiqué: René...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:42
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Omar Bongo, en français petit ...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:36
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par boussougou roger gael qui dit...
"je veux integrer le club"
22/01/10 05:00
bonjour je suis un jeune tres embisieux ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par kobeyo qui dit...
"savoir"
21/01/10 15:37
salut jute pour savoir qu...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par diof qui dit...
"recherche de centre de formation de football au gabon"
19/01/10 08:00
bjr cher correspondant je suis un jeune ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par agent de jouer qui dit...
"agent de jouer"
18/01/10 12:27
Je suis un agent de joueur je suis à Lon...
Lire cette réaction...
Sur: Mafia au Gabon: Les mauvais pa...
Par Atchoutchou atchoutchou kiki qui dit...
""
18/01/10 12:04
NO MAIS ! Moi je dis seulement : GABON P...
Lire cette réaction...
Récents articles BDP, Gabon, Monde
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

Copyright©1998-2007 BDP-Gabon Nouveau.
Tous droits réservés.