spacer

ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN AVRIL 2008.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT AVRIL 2008. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

Bienvenue
Home
Accueil
Toute l'actualité
Forums
Ancien Site
Présentation
Historique
Charte
Appel à la Nation
Idéologie
Organes
Gouvernement
Comité Directeur
Le Mamba
Adhésion
Devenir Membre
Donations
Animer une Cellule
Actus BDP
A La Une
BDP Discours
BDP Communiqués
BDP@Médias
Vidéos BDP
Audios BDP
Galerie Images
Traîtres & Imposture
Publications
Livres
Articles
Films
Nous Contacter
Infos Contact
Home
Accès Membres
  Accès Site
  Inscription Site
  Newsletter
  Forum Email
  Réactions
Username

Password

Remember me
Password Reminder
No account yet? Create one
Syndication
Mettez nos news
sur votre site!
Favoris BDP
 
 

Top 20 des News
DERNIER APPEL A L?OPPOSITION: NOUS POUVONS ENCORE SAUVER LE GABON DU DICTATEUR OMAR BONGO PDF Print E-mail
Communiqués BDP
Written by BDP   
Samedi 26 Novembre 2005 à 23:55


ImageCet article n?est pas une critique, mais un appel, notamment à notre frère Pierre Mamboundou de l?UPG, et partant, à Zacharie Myboto si l?UGDD se trouve dans l?opposition réelle, pour une union immédiate de l?opposition qui puisse permettre, au travers d?une stratégie commune, de pouvoir encore sauver le Gabon, même à ce niveau du processus électoral tronqué. Il y a encore des choses que l?opposition peut faire pour gagner, non pas par les urnes (puisque la cause est entendue à ce niveau), mais par des processus révolutionnaires. Mais cela va demander une coordination rapide et efficace des efforts.

Cet appel du BDP-Gabon Nouveau se veut critique parce qu?il veut d?abord montrer aux uns et aux autres là où des erreurs ont été commises. Mais il se veut aussi rassembleur en permettant aux uns et aux autres, sur la base de ce constat critique, de redresser leur tir, pour le plus grand bien du Gabon. Nous pouvons encore sauver le Gabon du dictateur Omar Bongo en novembre 2005, mais cela va demander que l?opposition parle d?une seule et même voix? révolutionnaire. La révolution que propose le BDP-Gabon Nouveau ne peut pas réussir si Mamboundou et Myboto s?y opposent. Elle réussira si tous les principaux mouvements d?opposition travaillent dans le même sens, dans l?unité, pour le seul intérêt du changement.

Dans cet article, nous livrons donc tout, y compris certaines des stratégies secrètes du BDP-Gabon Nouveau. Nous en avons encore plusieurs autres, toutes capables d?aboutir à un changement immédiat en Novembre si Mamboundou et Myboto font l?humble effort de mettre de côté leur fierté pour se rapprocher du BDP-Gabon Nouveau autour de l?idée du boycott révolutionnaire. Il leur faudra tout simplement abandonner leur positionnement « républicain » et « convivial » pour s?avancer avec nous dans la logique du boycott révolutionnaire. Cela veut dire être capable d?aller jusqu?au bout et ne pas s?arrêter en chemin une fois le processus enclenché.

Que les patriotes lisent donc ce (long) document jusqu?au bout.

Le BDP-Gabon Nouveau a déjà souligné, dans un article intitulé « 27 Novembre 2005 : Trahison d?une opposition interne inepte ? » (Voir article), les contradictions qui auront émaillé le positionnement idéologique des opposants gabonais candidats, notamment Zacharie Myboto et Pierre Mamboundou, au cours de cette élection. Mais ce qui frappe le plus dans ce scrutin, c'est l'incroyable naïveté politique de Pierre Mamboundou, l?homme qui avait le plus de chance d?abattre le régime Bongo, mais qui par naïveté a laissé passer la plus grosse chance politique qu?il y avait de terrasser, une fois pour toutes, la bête sauvage qu?est Omar Bongo.

Nous parlons spécifiquement de Pierre Mamboundou ici parce que le BDP-Gabon Nouveau, depuis qu?Omar Bongo l?a privé d?accès au Gabon, avait compris que c?est de ce que fera Pierre Mamboundou à cette élection que dépendra l?avenir du Gabon. Et nous étions prêts à soutenir ses efforts si, d?une part, ce parti aîné avait fait appel à nos services dans le cadre d?une union de l?opposition, et si, d?autre part, son idéologie politique s?était orientée, dès le départ, vers une stratégie du rassemblement couplée d?une idéologie du boycott révolutionnaire capable de mener au changement immédiat que les Gabonais attendent.

On a du mal à croire, en regardant l'homme se débattre dans cette élection, que Mamboundou ait vraiment une connaissance réelle du Gabon politique, encore moins une expérience suffisamment profonde de la politique gabonaise. C?est comme si son calvaire électoral dans ce pays depuis son retour d?exil en 1993 ne lui avait enseigné aucune leçon réelle sur ce que c?est que le bongoïsme le plus animalier, bongoïsme contre lequel il faut utiliser des actions politiques non conventionnelles si l?on veut espérer gagner. A moins que l?on ne se soit évidemment mis dans la tête, bien naïvement, que le Gabon est une démocratie. Pourtant, l?homme Mamboundou jouit non seulement d?une popularité admirable, mais aussi d?une expérience politique d'au moins 12 ans depuis son retour d'exil et d'au moins 16 ans si on tient compte du temps passé dans la vie publique gabonaise de manière générale en tant qu?opposant (il créa l?UPG en 1989).

Cette élection aura donc été le seul vrai test électoral de Pierre Mamboundou qui, personne n?en doutait, ni même le BDP-Gabon Nouveau, était devenu le seul vrai chef de l?opposition depuis la honteuse débandade du prêtre défroqué et tristement célèbre Paul Mba Abessole. Mamboundou aura, hélas, lamentablement échoué à ce test, non seulement par un amateurisme politique incroyable au vu de son expérience politique, mais aussi par son incapacité en tant qu?aîné historique des opposants restants à fédérer ce qui restait de l?opposition, cloitré qu?il était dans une fierté sans bornes, un attentisme politiquement suicidaire et une croyance démesurée en sa capacité de vaincre Omar Bongo tout seul. Graves erreurs que même Omar Bongo aura évitées de commettre dans ce Gabon devenu imprévisible : pour gagner au Gabon en 2005, il fallait oublier la fierté et ratisser le plus large possible. Tandis qu?Omar Bongo ratissait large dans le méli-mélo qu?est devenue sa putride majorité présidentielle, il était de la responsabilité de Pierre Mamboundou, en tant que doyen de l?opposition, de faire pareil au sein de l?opposition en se rapprochant des « plus petits que soi » dans le but de rassembler et de fédérer, pour gagner. Mais par fierté et mauvais calculs, le grand Mamboundou, de son Ndendé natal où il s?était exilé pendant 7 ans, n?a jamais voulu se « rabaisser » pour fédérer les plus petits. Il les aura souvent balayés du revers de la main, préférant ainsi faire un cavalier seul suicidaire alors qu?en face, Omar Bongo, même dans sa bêtise, faisait preuve de tact politique. Mamboundou aura donc, à ce niveau, manqué à son devoir et les résultats, à cette élection, n?en deviendront que plus douloureux.

Sa participation à une élection perdue d?avance comme celle du 27 novembre aura été un suicide politique pour Pierre Mamboundou pour plusieurs raisons. Ces raisons partent de la mauvaise compréhension que le camp Mamboundou semble avoir eu du processus électoral gabonais. Mamboundou semble avoir compris le Gabon comme une démocratie historique au sein de laquelle il fallait utiliser des moyens républicains?plaintes, recours, médias, urnes?pour gagner. Il s?est donc comporté comme si, au Gabon d?Omar Bongo, un opposant pouvait gagner une élection par le simple dépôt par les citoyens d?un bulletin de vote dans l?urne. Grave erreur. Nous nous expliquons.

Le résultat d'une élection peut se juger mathématiquement. Si au départ, les conditions du vote sont faussées, le résultat est forcément faussé. C?est un cas classique de 1+1=2. Quand donc, Mamboundou déclare partout où il tient des meetings que, cette fois, il ne se laissera pas voler la victoire, on se demande si lui-même ou ceux qui le conseillent ont pesé le poids de tels mots. Pire, Mamboundou avait déclaré que si lui-même se rendait compte que, techniquement, il avait perdu les élections, il reconnaîtrait républicainement sa défaite. Des paroles bien naïves que l?on pourrait comprendre s?il s?agissait d?une élection tenue dans une démocratie classique, mais que l?on a du mal à digérer dans le contexte dictatorial du Gabon.

Mamboundou et ses partisans semblent ainsi avoir manqué de logique mathématique. Leur équation fut fausse dès le départ car ils se sont limités à regarder deux des trois variables de l?équation électorale gabonaise : ils ont naïvement cru que la popularité de Pierre Mamboundou (variable 1) serait suffisante pour  mener à la victoire (résultat) : popularité = victoire. Une équation, donc, incomplète. Ce qui a manqué à leur équation, c?est d?une part la nature du processus électoral, et d?autre part le contexte du processus électoral. Processus et contexte étaient donc le plus important variable de l?équation. De manière logique donc, l?équation de Mamboundou aurait dû se formuler ainsi :

1) Si Mamboundou est populaire, et le processus électoral est transparent, alors Mamboundou gagnera (popularité + processus transparent = victoire, donc 1 + 1 = 2).

2) Par contre, si Mamboundou est populaire, mais le processus électoral n?est pas transparent, alors Mamboundou perdra (popularité + processus frauduleux = défaite, donc 1 - 1 = 0).

Tandis que la popularité de Mamboundou était incontestable, ce qui aura manqué, donc, c?est le contexte de transparence qui aurait dû lui garantir la victoire. C?est donc dans l?obtention de la transparence électorale avant l?élection que se situait le vrai combat de Mamboundou, et non dans la simple participation à une élection perdue d?avance. L?élection au Gabon n?est pas une question de participation ou de discours (tout le monde peut participer, tout le monde peut parler et donner des cartons rouges), mais une question de transparence (à quel type d?élection est-ce qu?on participe et qu?est-ce qu?on doit faire pour s?assurer de gagner ?). Les Mamboundistes ont vu le résultat avant le processus et cela leur aura coûté cher.

Ainsi, pour que Mamboundou puisse parler concrètement de se faire voler l'élection, il aurait fallu que le processus électoral lui-même ait été juste et transparent dès le départ. Autrement dit, pour parler de vol de l?élection, il aurait fallu que du début à la fin, le processus électoral gabonais ait pu garantir la possible élection de Mamboundou et que ce soit uniquement au niveau de l?urne, donc, des résultats bruts, que l?élection ait été faussée par Omar Bongo.

Or, quand on y regarde de près, ce n'est pas au niveau des résultats du 27 novembre que Bongo volera forcément le vote à Mamboundou, c'est en fait depuis le début que ce vote aura été volé. Ce que Mamboundou oublie c'est que quand le processus est préfabriqué depuis le départ, le résultat peu avoir l'air correct et légitime à la fin. Ceci veut dire que Bongo n'aurait plus grand besoin de fabriquer ou de manipuler le résultat brut des urnes, vu que ce résultat aura été préparé, prédéterminé et préfabriqué au niveau du processus électoral lui-même. Il se peut donc bien que, dans le compte des votes, Bongo ait effectivement eu l'air de gagner mathématiquement et légitimement en ayant plus de bulletins en sa faveur que Mamboundou, tout simplement parce que le processus utilisé pour arriver à ce résultat apparemment légitime aura été manipulé dès le départ.

Par exemple, au plus simple, le fait que Mamboundou n?ait pas pu faire campagne dans certains coins du Gabon à cause des pressions illégales du régime fait que, n?ayant pas pu le voir et entendre son message, certains Gabonais votent la seule personne qu?ils ont entendue, c?est-à-dire Omar Bongo. Au plus compliqué, le fait que la Cour constitutionnelle ne punisse pas la corruption politique ouverte, celle-là même qui a permis à Bongo d?acheter ouvertement (pourtant illégalement) le vote des Gabonais à coups de milliards tirés directement des caisses de l?état, peut faire que les Gabonais votent effectivement pour Bongo, alors qu?un tel vote, de toute évidence basé sur la corruption, est illégal de par la loi gabonaise même. On pourrait ainsi citer exemple sur exemple d?actes illégaux subtils et non subtils qui, si permis en amont, peuvent en fait prédéterminer un résultat aux apparences légitimes en aval. Ainsi, Mamboundou pourrait, en réalité, se retrouver avec des procès-verbaux honnêtes et légitimes reflétant exactement, mathématiquement, légitimement et honnêtement le vote des Gabonais, ce qui le contraindrait à admettre républicainement sa défaite, oubliant en fait que cette défaite avait été préfabriquée par le processus tronqué lui-même. A processus tronqué donc, résultat tronqué.

Ceci veut dire que si Mamboundou tient parole, il reconnaîtra techniquement une défaite qui n?en serait pas une, ou du moins une défaite qui résulte directement d?un processus manipulé. D?où le constat de naïveté que nous faisons aujourd?hui.

La naïveté de Mamboundou cache à peine un autre problème, celui qui fait que quand on analyse bien sa position idéologique, on a l'impression qu'il n'a pas encore compris que le Gabon n'est pas encore une démocratie. Quand Mamboundou parle de se faire voler la victoire, on a l'impression qu'il n'a pas encore mesuré à sa juste valeur ce mot. Comme nous l'avons dit plus haut, se faire voler la victoire au Gabon n'est pas une chose qui se passe forcément au niveau de l'urne. L?élection toute seule ne suffit pas à expliquer la défaite ou la victoire d?un candidat. Beaucoup plus que le vote lui-même, c?est la nature du processus et le contexte de préparation d?une élection qui déterminent la nature et la direction du vote. Ainsi, se faire voler la victoire au Gabon se passe à tous les niveaux de l'appareil électoral et étatique : d?Omar Bongo au gouvernement, de la Cour constitutionnelle à la CNE et du parlement aux représentants des administrations publiques acquises à la cause du bongoïsme criminel.

Dans ce contexte, le résultat du vote n'est qu'un effet secondaire du contexte de fraude généralisée qui est celui du Gabon. C'est donc à la racine du mal qu'il faut soigner le mal. La fraude véhiculée par des institutions corrompues à la cause bongoïste est le vrai mal qu'il faut combattre, et le mot pour cela est la REFORME.

Voilà pourquoi il aurait été important pour Mamboundou d'essayer de comprendre ce vote au-delà même de ses résultats. Son combat, pour garantir un vote juste, aurait ainsi dû se trouver en amont du processus électoral, c'est-à-dire forcer le régime à rendre transparent tout le processus électoral AVANT le vote.

Par exemple:

1) Cour constitutionnelle: La seule manière de garantir un vote crédible au Gabon ou dans n'importe quel pays démocratique serait d'avoir une Cour suprême ou constitutionnelle libre et indépendante. Dans le cadre du Gabon, il n'y aucune indépendance des juges. La première chose qu'un opposant doit alors faire, avant que de se lancer dans quelque élection que ce soit, c'est de garantir l'impartialité des juges en demandant ou imposant une réforme constitutionnelle capable de mener à cette indépendance. Dans le cas du Gabon, tous les 9 juges de la Cour constitutionnelle sont nommés par Bongo. Une réforme valable à ce niveau aurait, au minimum, fait que sur les 9 juges, Bongo n'en nomme aucun et que leur présence dans cette Cour soit le résultat d'une élection par leurs pairs au niveau de la magistrature et du corps judiciaire gabonais. Avec un budget indépendant, ces juges neutres auraient ainsi pu jouer le rôle d'arbitres neutres dans une élection comme celle-ci. Mamboundou, en laissant de côté ce fléau de la Cour constitutionnelle, a oublié d'agir là où cela fait le plus mal. A Madagascar, le nouveau président Ravalomanana avait eu gain de cause parce que la Cour constitutionnelle de son pays avait eu le courage de dire au président sortant qu'il avait perdu les élections. Ceci permit alors au peuple de revendiquer sa victoire malgré l'entêtement du dictateur Ratsiraka qui, comme Bongo, avait voulu s'entêter à proclamer sa victoire et à s'imposer par la force. Il était donc important pour Mamboundou de faire un travail important d?opposition durant les 7 années écoulées, pour mener le pays vers une réforme des institutions et de la Constitution qui auraient pu, aujourd?hui, garantir sa victoire.

2) Corruption politique: On voit aujourd'hui que les foules que Bongo attire sont basées majoritairement sur une corruption politique directe des militants : dons illégaux en nature et en argent, transport gratuit aux meetings, etc. Dans les pays démocratiques du monde, y compris même jusque dans la loi gabonaise, il est interdit de faire des dons aux militants aux fins d'obtenir leur vote. Or, le camp Bongo s'est lancé ouvertement dans la corruption politique des militants, sans que ni la Cour constitutionnelle, ni Mamboundou n'aient fait quoique ce soit pour combattre cela. Cette corruption politique ouverte et facilement prouvable aurait, à elle seule, suffi pour qu'une Cour constitutionnelle indépendante invalide immédiatement ce vote et le reporte. Si donc, demain, tous les gens corrompus par Bongo votent pour Bongo, cela aura été un vote illégal qui aurait l'air légal si on se contente de regarder le résultat des urnes. Mamboundou, dans sa naïveté, verrait en effet que ces gens ont vraiment mathématiquement voté pour Bongo, et il accepterait sa défaite. Mais une telle acceptation serait naïve parce qu'elle ne tient pas compte du fait qu'un vote basé sur la corruption est en fait un vote illégal. C'est donc AVANT le vote que Mamboundou devait s'assurer de faire changer la loi électorale ou de menacer de boycotter activement les élections si la Cour constitutionnelle n'interdit pas à Bongo de donner directement de l'argent aux électeurs, de les transporter à ses meetings et d'utiliser les caisses de l'état pour acheter les foules qui se rendent à ses meetings.

En fait, avec un peu plus de jugeote, Mamboundou aurait pu insister avec bec et ongles pour que les dépenses de chaque parti soient limitées à la subvention que leur donne l'état et aux donations des membres, elles aussi limitées dans le montant que l'on peut contribuer. Une telle loi électorale aurait ainsi limité la capacité du régime à dépenser l'argent de l'état vu que la Cour constitutionnelle aurait pu voir, dans les comptes de chaque parti, lequel aura enfreint à la loi électorale sur le financement des partis politiques. Une cour constitutionnelle indépendante aurait ainsi pu invalider cette élection sur ce simple constat. Mamboundou a donc fait, à ce niveau, preuve d'une naïveté incroyable pour quelqu'un qui participe à la vie politique du Gabon depuis au moins 16 ans.

3) Supervision internationale: Laisser la charge de tout le processus électoral gabonais à l'état gabonais fut un autre acte de suicide politique de la part de Pierre Mamboundou. Car la réalité est que rien de bon ne peut arriver à une élection laissée entièrement aux mains d'Omar Bongo. Pour avoir déjà pris part à diverses élections préfabriquées par le régime depuis 1993, Pierre Mamboundou aurait dû s?attendre à ce que les mêmes causes produisent, aujourd?hui encore, les mêmes effets. Si les deux premières précautions énumérées ci-dessus étaient impossibles, il restait au moins à Mamboundou de réclamer avec griffes et ongles, comme l?avait suggéré le BDP-Gabon Nouveau, que l'ONU vienne au Gabon s'occuper entièrement de l'élection, comme elle vient de le faire avec succès au Liberia en faisant élire une femme à la magistrature suprême. Et pour cela, tous les moyens auraient été bons car il fallait alors maximiser sur le manque de « couilles » de Bongo, montrer à la communauté nationale et internationale que Bongo a peur de la transparence et ne peut pas gagner une élection transparente même sous l?arbitrage de l?ONU, et tout faire pour préparer le pays à un boycott violent si Bongo refusait que l'ONU vienne au Gabon prendre en main cette élection.

Bref, il fallait, d?une manière comme d?une autre, boycotter activement et demander le report des élections tant qu'un minimum de transparence, au travers de la satisfaction d'au moins l'une des conditions ci-dessus, ne serait pas obtenu. Et il ne fallait pas se cacher ou se défendre de la violence. Il fallait, en fait, préparer les foules à la violence, à la confrontation, pour montrer à Bongo, AVANT l'élection, que l'opposition ne se laisserait plus faire et qu'il avait le choix entre la transparence immédiate ou la révolution immédiate.

Malheureusement, Mamboundou a choisi la posture défensive qui consistait à se défendre de toute accusation de violence. C'est quand-même assez surprenant et paradoxal que ce soit un opposant dit radical qui, pour montrer qu'il est sérieux, ait choisi de promouvoir le calme et la non-violence de ses militants là où le pouvoir, lui, n'hésite pas à utiliser la violence. On croit aujourd?hui entendre parler Mba Abessole, le champion de la non-violence conviviale, qui avait à son époque compromis les chances de changement par des discours contradictoires qui ont fini par mener le pays au désespoir. Aujourd?hui, les erreurs commises par Mba Abessole sont en train d?être commises par Pierre Mamboundou. Ainsi, au lieu de tout faire pour pousser le régime Bongo à l'erreur qui aurait pu amener à la révolution immédiate, les opposants gabonais que sont Mamboundou et Myboto ont préféré adopter profil bas, disant à leurs militants de se calmer parce qu'ils avaient peur que Bongo ne les pousse à l'erreur. Quel paradoxe !

Et pourtant, ce qu'il fallait c?était justement cela : tout faire pour pousser Bongo à l'erreur. Tel meeting est interdit? Eh bien, on le brave. Bongo envoie ses militants perturber un meeting de Mamboundou? Eh bien on attrape ces militants et on les roue de coups. Bongo interdit une marche? Eh bien on marche quand-même. Bongo envoie les militaires barrer la route d'une marche? Eh bien on force le passage. Et ainsi de suite. C?est cela la lutte révolutionnaire. C?est cela le vrai combat politique face à une dictature essoufflée comme celle d?Omar Bongo.

Qu'est-ce que Bongo allait bien pouvoir faire face à un tel déferlement de défis? Soit il tuait tous les Gabonais présents, ce qui serait sa fin, soit il arrêtait Mamboundou, ce qui serait aussi sa fin car un Mamboundou en prison aurait été un Mamboundou encore plus dangereux qu'un Mamboundou en liberté. Cela veut dire qu'à sa sortie de prison, Mamboundou aurait été tout naturellement le nouveau président du Gabon.  La question devenant alors, y a-t-il aujourd?hui au Gabon un leader capable de se sacrifier pour son peuple ?

On nous dira certainement que le BDP-Gabon Nouveau est mal placé pour donner des leçons à Mamboundou, vu que le mouvement est à l?étranger et invisible au Gabon. Vrai.

On nous dira également que le BDP-Gabon Nouveau n?aurait pas pu mieux faire. Faux.

Pourquoi faux? Parce que la stratégie révolutionnaire que nous discutons ouvertement ici est, en réalité, la stratégie que le BDP-Gabon Nouveau comptait mettre en pratique si le mouvement avait pu se transférer au Gabon avant les élections comme il l?avait prévu. Une fois au Gabon, tout un plan de subversion aurait été activé pour rendre le Gabon tellement ingouvernable que le BDP-Gabon Nouveau aurait pu, avec ses partenaires au sein d?une opposition unifiée, acculer Bongo au simple choix soit de démissionner, soit de réformer. Malheureusement, le régime Bongo, ayant pris connaissance de ce plan, a privé le BDP-Gabon Nouveau d?accès au Gabon, notamment par le refus de délivrer à son leader son passeport gabonais. Ceci aura donc empêché l?activation du plan de subversion du BDP-Gabon Nouveau, qui incluait même la possibilité pour le Dr. Daniel Mengara de se faire arrêter par Omar Bongo, déclenchant ainsi un mouvement de rébellion tellement large que le régime Bongo se serait écroulé après un mois d?émeutes populaires et d?incursions armées.

Ayant donc constaté son incapacité à se rendre au Gabon, il ne restait plus au BDP-Gabon Nouveau que la possibilité de travailler de concert avec le reste de l?opposition, de manière à voir comment, si tout le monde partageait la même philosophie, il serait possible de mener un combat commun pour la libération du Gabon. Mais pour que cette démarche ait pu avoir une chance d?aboutir, il fallait une opposition unie parlant d?une seule et même voix. Le BDP-Gabon Nouveau ne pouvait pas réussir un tel plan si Mamboundou et Myboto, par exemple, allaient combattre un tel plan de subversion. Le BDP-Gabon Nouveau comptait donc sur le camp Mamboundou et sur le camp Myboto et tous les autres pour que, rapidement, l?opposition accorde ses violons autour d?un possible boycott révolutionnaire. Malheureusement, il n?y eut aucune tentative de la part des Mybotistes et des Mamboundistes de se rapprocher du BDP-Gabon Nouveau pour une telle possibilité. Nous avions même, à l?époque, envoyé un représentant auprès de l?UPG pour suggérer et négocier une entente avec le camp Mamboundou. Notre tentative est restée sans lettre jusqu?à aujourd?hui.

Ce n?est donc pas par manque de volonté de la part du BDP-Gabon Nouveau que l?opposition n?est pas unie aujourd?hui. En fait, comme nous l?avons dit plus haut, il était de la responsabilité du doyen des opposants actuels, c?est-à-dire Pierre Mamboundou, de se montrer assez modeste et humble pour se rabaisser au niveau des autres groupes pour fédérer tous les mouvements d?opposition en vue d?un vaste mouvement populaire pour le changement immédiat au Gabon. Mais pour Mamboundou, la fierté l?aura emporté au détriment du réalisme : le réalisme voulait dire qu?aucun opposant, que cela soit Mamboundou, Mengara ou Myboto, n?avait aucune chance de gagner contre Bongo si 1) il faisait cavalier seul, et/ou 2) si les opposants ne s?unissaient pas pour imposer la réforme au régime Bongo AVANT l?élection.

Oui, certains diront que toutes ces idées, le BDP-Gabon Nouveau les livre trop tard à Mamboundou. Nous dirions que ce serait là un mauvais procès d'intention à l'encontre du BDP. D'abord parce que Mamboundou, s'il sait ce qu'il fait, ne devrait pas avoir besoin du BDP-Gabon Nouveau pour savoir ces choses-là. Ensuite parce que ceux qui lisent le site du BDP-Gabon Nouveau savent que depuis sa création, le BDP-Gabon Nouveau n'a fait que parler de réforme. Ceci parce que le mouvement avait compris, en regardant le système politique gabonais, que sans réforme réelle, il n'y aurait pas la possibilité d'un changement démocratique au Gabon. Il n'y a donc pas un seul article du BDP publié depuis 1998 qui n'insiste pas sur la réforme.

Et même si l'on admettait que ce n'est pas tout le temps que nos frères upégistes lisent notre site, personne ne doutera du fait que cela fait plus d'un mois depuis exactement le 12 octobre (plus de 40 jours) que le BDP-Gabon Nouveau milite pour le boycott et lance des idées de réforme dans l'espoir que des leaders comme Mamboundou et Myboto pourraient s'en inspirer pour demander la transparence pré-électorale à Omar Bongo. Pire, le 13 novembre (il y a 12 jours), le BDP publiait un article intitulé « De la nécessité d?un boycott révolutionnaire au Gabon: Répondre aux actes de guerre du régime terroriste d?Omar Bongo par des actes de légitime défense » (voir article), où il critiquait les opposants Gabonais, notamment Myboto et Mamboundou, les invitant à se ressaisir tout en leur montrant la voie à suivre idéologiquement, stratégiquement et politiquement si l'opposition voulait s'assurer une victoire à 100%. Mais aucun des candidats n'a donné suite à cela.

 La vérité est donc que, en tergiversant trop, en s'étant retiré trop longtemps (7 ans) à Ndendé sans avoir pris soin d'investir le terrain politique gabonais pour préparer cette élection, Mamboundou aura été responsable de son propre échec à cette élection. Il est sorti trop tard de sa retraite et n'a pratiquement pas de représentants dans bon nombre de bureaux de vote nationaux. Comment fera-t-il alors pour contrôler les résultats d'un vote perdu d'avance?

Le plus amusant c?est d?entendre les gens proposer des stratégies infantiles ici et là, comme par exemple le fait de garantir l?obtention des procès-verbaux par l?opposition ou l?utilisation de téléphones cellulaires pour communiquer les résultats. Ce que ces personnes oublient c?est que Bongo peut bloquer les transmissions cellulaires en le demandant aux compagnies de téléphonie cellulaire de la place et que les procès-verbaux ne valent rien dans un pays où la Cour constitutionnelle elle-même peut falsifier des documents au profit du régime en place. L?expérience de 15 ans de multipartisme au Gabon aurait déjà dû nous enseigner cela, surtout dans un pays où tous les médias sont contrôlés par le régime. Pire, les procès-verbaux, comme nous l?avons dit plus haut, ne suffisent pas car ils peuvent présenter un résultat apparemment correct donnant mathématiquement et incontestablement la victoire à Bongo sur la base d?une élection pourtant faussée dès le départ. Bref, au Gabon, il n?y a aucune autre garantie de victoire pour l?opposition que la transparence électorale dans le contexte d?une réforme générale, et cela passait, au minimum, par l?obtention d?au moins l?une des trois garanties citées ci-dessus, parmi d?autres. 

Il n'y a donc aucun doute que Mamboundou perdra cette élection. Pareil pour Myboto. La question qui se pose alors est de savoir ce que Mamboundou serait prêt à faire pour obtenir gain de cause. Le BDP-Gabon Nouveau n'a aucun doute que Mamboundou aurait forcément gagné cette élection s?il y avait eu un minimum de transparence. Bongo, même devant un chien, ne peut gagner une élection transparente au Gabon. Mais nous pensons que le camp Mamboundou souffre des mêmes maux qui caractérisent les bongoïstes aujourd'hui: une fierté extrême, un manque de modestie presque maladif et le refus de reconnaître les erreurs commises. Or, quand on est têtu, fier et qu'on est incapable de flexibilité pour voir là où on s'est trompé, on s'aveugle et on fait des erreurs. Mamboundou souffre aujourd?hui d?avoir cru qu?il pouvait, sans au préalable avoir fédéré l?opposition, gagner tout seul ces élections face à un régime programmé pour préfabriquer une victoire électorale sur mesure à son candidat.

Mamboundou se retrouve ainsi dans une situation impossible. En refusant la violence et le boycott AVANT l'élection, il s'est privé de la meilleure arme qu'il avait de devenir président de la République au Gabon. Mais, paradoxalement, si Mamboundou veut obtenir gain de cause APRES l'élection, il n'aura d'autre recours que cette même violence qu'il aura refusée avant le vote. Mais il sera alors trop tard pour obtenir gain de cause, à moins de se lancer dans une vraie opération de guerre civile. Et ce serait dommage car une guerre aurait pu être évitée avec un minimum de pression AVANT l'élection. Il fallait juste obtenir un minimum de transparence AVANT l'élection pour sauver le pays à la fois de Bongo et de la violence. Mamboundou aura, hélas, manqué de talent politique pour obtenir les deux. Et au passage, il se sera perdu lui-même.

A un moment où le régime Bongo était au plus fragile de son histoire, Mamboundou et Myboto viennent tout simplement de faire une victoire cadeau à Omar Bongo. Il sera alors désolant de voir Mamboundou et Myboto pleurnicher demain quand le dictateur qu'ils auront aidé à se faire réélire ira, une énième fois se moquer d'eux et du peuple gabonais en déclarant son odieuse victoire à la télévision gabonaise.

Et alors, il faudra un jour demander des comptes à Mamboundou, Myboto et ceux qui, aveuglément, ont cru qu'on pouvait, par la non-violence, gagner une élection contre un dictateur dont tout le système est préfabriqué pour offrir des victoires préfabriquées à son chef. Autrement dit, le drame de cette élection aura été de voir Mamboundou et Myboto, alors que le peuple se trouve prêt à en découdre avec le régime, faire le geste contraire qui consiste à calmer les populations, évitant ainsi des confrontations qui auraient pu mener à une crise politique nécessaire. Pourtant, l'histoire du combat politique dans le monde a démontré que, sans crise politique, aucun pays n'avance. Ce sont les crises politiques qui mènent au progrès et le fait d'avoir une opposition trop conviviale, bloque, en fait, la possibilité du progrès. A ce titre, Mamboundou et Myboto, en évitant les confrontations et en refusant la violence, sont devenus, par la force même des choses, des forces de blocage et non des forces de changement. Et on se demande pourquoi Omar Bongo arrive à se maintenir au pouvoir. Il a en face de lui une opposition inepte.

Après plus de 38 ans de politique pour l'un, et 16 ans de politique pour l'autre, Myboto et Mamboundou auront fait preuve de la plus grosse naïveté de l'histoire politique gabonaise. Au passage, sans même s'en rendre compte, ils sont devenus des forces de blocage politique plutôt que des forces de changement politique. Vrais produits du bongoïsme (division et incapacité de s?effacer pour le bien de la nation), ils auront continué à voir le monde de manière bongoïste, d'où ce cuisant échec auquel ils se seront eux-mêmes condamnés. Au passage, ils auront condamné le peuple à 7 ans de plus de bongoïsme et de souffrance, alors qu'ils détenaient en leurs mains le pouvoir de libération de ce peuple.

Ni le BDP-Gabon Nouveau, ni le Dr. Mengara n'ont l'expérience politique pour prétendre avoir le potentiel politique que Mamboundou avait à cette élection. Dans nos réunions privées, l'une de nos options était de nous lancer dans la bataille pour un candidat de l'opposition unie si cette opposition 1) adoptait une stratégie commune de boycott révolutionnaire, et 2) faisait appel à nous AVANT l?élection pour préparer ce boycott. Le BDP-Gabon Nouveau avait alors la possibilité, de par sa force stratégique, à faire élire sans coup férir n'importe lequel des candidats que l'opposition aurait choisi comme candidat unique, mais cette fois dans un contexte de transparence. Ceci semble avoir échoué.

Mais il reste encore une chance, quoique minimale, de faire tomber Omar Bongo en ce mois de novembre. Des stratégies simples mais courageuses peuvent encore mener au changement immédiat au Gabon si l?opposition s?unit pour parler d?une même voix pendant et après le vote dans le cadre d?une stratégie réellement révolutionnaire. Tout seul, le BDP-Gabon Nouveau ne peut réussir une telle stratégie, ni une telle révolution, surtout si le reste de l?opposition s?y oppose et ne suit pas.

Si Mamboundou et Myboto veulent la présidence du Gabon pour eux, ils devront négocier cela entre eux dans le cadre du FORAD (Front de l?Opposition Radicale pour l?Alternance Démocratique) que nous avons proposé, car le BDP-Gabon Nouveau ne s?y intéresse pas et ne présentera pas de candidat à la présidence si Mamboundou et Myboto acceptent le boycott. Ce qui intéresse le BDP-Gabon Nouveau, c?est de voir le Gabon changer, le régime Bongo évincé et le peuple enfin libéré de la malédiction bongoïste.

Les sept ans qui viennent devraient être sept années de renouveau pour le Gabon. Ne laissons pas Omar Bongo piller le Gabon pendant 7 ans de trop. En novembre, nous pouvons encore sauver le Gabon. Faisons-le ensemble.

Un opposant peut être au pouvoir dans trois mois, si nous acceptons tous de souffir ne fût-ce que l'espace d'une semaine, le temps de faire partir Omar Bongo.

Vive Le Gabon!
Vive la nouvelle république!

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey 07052
USA
Tel: 973-447-9766 / 973-655-5143
Fax: 973-447-9766 / 973-655-7909
Site:
http://www.bdpgabon.org

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
SVP, connectez vous ou enregistrez vous.



Total Actuel: 41 Réactions
1. C'est notre Président
Posté par: OP le 04-06-2008 06:52
Je suis Gabonais et soutien la politique du Président Omar BONGO ONDIMBA
2. le gabon est dans la merde du pouvoir oppréssif
Posté par: jeri'jaah le 23-03-2007 09:05
c'est n'importe quoi ici le président n'a pas l'intention de changer le gabon,nous le savons tous,quand le progrès est fixé sur le matériel et l'emporte sur la conscience,il n'y a que la bassesse qui se fera voir.la base d'une nation c'est l'éducation,mais ici c'est le contraire et cela avec l'accord du président de la republique.l'éducation national est médiocratique alors les gabonais dans leur quotidiens n'expriment que des tares.le peuple gabonais est un peuplr de merde.jeri'jaah
3. le gabon est dans la merde du pouvoir oppréssif
Posté par: Visiteur X le 23-03-2007 08:56
salut je suis jeri'jaah je suis un jeune rappeur politiquement engagé dans mon art.c'est vraiment desolant de constater que les gabonais sont très cons et idiots,comment quelqu'un dans la misere actionnée par la politque du président peut-il juger positif ce dernier?n'importe quoi c'est vrai que la misere est universelle mais avant de voir chez autrui il faut dabors poser un regard bien veillant chez soi.moi je suis de ceux qui pense qu'on peut vivre dans l'abondance meme dans cette réalite de précarité ils suffit de poser les bonnes bases,je ne suis pas du coté des politiques en place ni des politiques opposant,personnellement je me méfis des dires des politiques.le président gabonais en ce qui me concerne est d'une politique diabolitique.je ne craint mes propos j'ai plus peur vu que DIEU MON PERE EST DE MON COTE. 
aucun homme politique ne me fais peur malgré leur methodes tyraniques.jeri'jaah ll'autodidact
4. le gabon est dans la merde du pouvoir oppréssif
Posté par: The virtuousPatriot le 03-12-2005 16:35
En appelant la pop a bruler, vandaliser, et encourager ces jeunes delinquants a faire ce k'ils veulent, est desolant. Le BDP et Dr Mengara doivent prouver k'ils sont meilleur au plan social et polique. 
 
Ki des membres du BDP a Jersey pourra prendre des responsabilitees des evenements qui peuvent se produire. 
 
 
Dr MenGara, n'as tjours pas fait de declaration apres les elections. Mais il prefere faire de reunion a huit clot 
Mais bon ca arreter
5. Ya t'il de diference between Bongo and
Posté par: The virtuousPatriot le 03-12-2005 16:24
Je ss tres choque de lire que le sois disant BDP demande aux Gabonais de prendre des armes et encourage a la destruction des bien Publiques. 
 
Ce ki m'etonne le +, c'est que le BDP est un parti de voyou chere/Cher Compatriotes.En encourageant ces jeunes deliquant a bruler et casser magasins, il sera du devoir du BDP DE PLUTOT calmer la situation.mais Non, ils nous devoilent vraiment ceux dont ils ont ds la tete comme pyromane, et pas assez mur politiquement. 
 
C'est degueulasse de voir ces messages du BDP du Mardi disant:" Que Mamboundou et Myboto fasse seulement un signe, pour k'ils agissent" 
Ca prouve bien combien de fois ces gens devraient vivre au 17e siecle. 
 
L'autre point est que la maintenance du website du BDP permet de censurer les messages fort que les astronautes emettent a travers leur site.Ya pas trop de differance entre LE BDP ET Bongo, ils sont plus dangereux qu'Omar. 
Le dernier point est que depuis les resultats presidentielles, Dr Mengara se cache derriere les gens qui l'entour.
6. Qd on n'a rien a dire, on ferme sa bouc
Posté par: The VirtuousPatriot le 03-12-2005 16:05
le sois disant visiteur inconnue, peur d'avoir un nickname vient se meler des chozs qui ne le regarde pas. 
Toi t'es ki pour venir ce se site parler des GABS. 
c la derniere fois que tu viens sur ce site dire des betises. 
Pauvre malade va! 
 
The VirtuousPatriot
7. mes frères gabonais
Posté par: Visiteur le 03-12-2005 15:48
bonjour tout mes frères gabonais. 
En tout cas on ces que ont ne change pas un antrèneur qui mètrise déja la situation de l'équipe c'est pour cela mes frères gabonais ont voté pour bongo . 
 
 
 
voyons mes frères gabonais dans un concour il yaura forcément des gagants et des perdants .  
 
merci alors mes frères gabonais arreté de vous coupé-coupé et vous décalé-décalé
8. BONGO dehors
Posté par: Visiteur le 03-12-2005 10:24
c'est la première fois que je visite ce site... 
je suis une gabonaise de 24 ans et j'ai lu avec beaucoup d'intérêt vos commentaires. c'est vrai que vous ne pourriez jamais chngé le pays derrière votre clavier...le gabonais peuple de passifs! je suis aujourd'hui en train de me promener dans Libreville depuis ce matin avec un tee shirt Bongo remodifié: j'ai barré sa tête d'un signe halte et j'ai écrit des messages bien lisibles...jusque là tout va bien, j'ai droit à quelques regards malveillant et j'ai pas peur. on crie sur tous les toits que nous sommes en démocratie, alors pourquoi ne pas organiser une manif pacifique, pensez vous que la police puisse tirer sur tous les jeunes de libreville s'ils manifestent? je pense que non si le nombre des manifestants et bien élevé....ce que je fais aujourd'hui je le fais pour mes petits frères, qu'ils grandissent dans une société meilleure et qu'ils ne connaissent surtout pas ce que je vis; je le fais aussi pour mon peuple meurtri par des conditions de vie impossibles, la famine qui guette le gabon et les structures sociales comme la santé inexistantes, pour toutes ces femmes qui se retrouvent seules sans aucune aide de l'état à éléver un certain nombre de gosses....je quitte mon clavier pour marcher dans les rues de Libreville et faire valoir mon mécontentement! 
 
je voudrai aussi que les gens comprenne que lorsque offre une pompe plublique aux villageois une semaine avant les élections comment voulez vous qu'ils réagissent? ce ne sont pas des cons mais des gens qui ont soif et faim!  
 
PS: pitié Myboto estd de la même espèce que les probongo; il ne doit meme pas faire partie de l'opposition car ces valeurs ne valent pas celles de ce qui vivent les inconvénients de cette société; il a fait partie de ce système pendant trop longtemps alors qu'il oublie le peuple gabonais pour redresser la situation. toutes les familles gabonaises ont au moins une personne que la route a tué, on n'oublie pas!
9. gabao die
Posté par: ngagiz le 02-12-2005 08:24
le gabonais né pa for dan la tete une election sa ce prepare longuement je pense ke no opposant on fé preuve d'amateurisme politique le peuple à besoin etre conscientiser de savoir kil y'a une otre alternative ke celle du p.d.g(bongo)no opposant ne sillonnent jamais le gabon profond ils n'animent jamais dé coseri é il pense ke lé gens von lé suivre pa du tout é écouté moi cé discour défensif plutot qu'offensif çé décevant çé gens ne peuvent pas provoquer une révolution .le peuple n'attendaient que leurs ordres officielles é il ce sauraient soulever il régnait une psychose à la suite de la proclamation .meme le régime en place à trembler mé comme à l'accoutumé nos soit disant leaders on manquer d'audace.je ne pense pas qu un mamboundou ou un myboto soit présidentiable
10. EDUQUEZ VOS ENFANTS
Posté par: EDUCATION le 02-12-2005 07:36
EDUQUEZ VOS ENFANTS, APPRENEZ LEUR A CONSTRUIRE DANS LA DESTRUCTION, ET ARRETEZ DE SACRIFIER DU TEMPS PRECIEUX DANS DES CAUSES PERDUES D'AVANCE. VOUS N'AVEZ NI LA CARRURE, NI LA POSTURE POUR MODIFIER NE SERAIT-CE QU'UN MILLLIEME DE CE QUI SE PASSE AU GABON. JE NE REVIENDRAI PAS SUR CE DEBAT POUR Y LIRE VOS REPONSES JE NE M'EXPRIMERAI QU'UNE SEULE FOIS POUR VOUS DONNER LA SEULE ET UNIQUE SOLUTION QUI SOIT. ENSUITE JE FOUS LE CAMP, ET ON ENTEND PLUS PARLER DE MOI. 
 
CULTIVEZ VOTRE JARDIN, ET QUELQUE SOIT L'ECHELON SOCIAL AUQUEL VOUS VOUS TROUVER, VOUS ETES ACTEUR DANS LA CONSTRUCTION DU GABON DE DEMAIN SI VOUS DECIDEZ DE SOIGNER VOTRE PAYS EN PRENANT CONSCIENCE UNE BONNE FOIS POUR TOUTES DE VOTRE ENVERGURE.  
QUE CHACUN FASSE CE QU'IL PEUT A SON NIVEAU EN GARDANT A L'ESPRIT QU'IL SE REND ENNEMI DE SON PAYS EN FAISANT TOUT CE QUI VA A L'ENCONTRE DE LA CONSTRUCTION  
EXEMPLES BENINS: FEMMES, ALCOOL, ESCLAVAGE, ORGUEIL, CRITIQUES... 
BREF TOUT CE QUI FAIT DE VOUS DE PURS EXEMPLES POUR LES GENERATIONS A VENIR QUI VOUS REGARDENT. EH OUI, C'EST CA LA VERITE: NOS ENFANTS, NOS PETITS FRERES, NOS NEVEUX ET MEME PLUS GRAVE, NOS AMIS NOUS REGARDENT ET PRENNENT EXEMPLE SUR NOUS.  
 
BALAYONS DEVANT NOTRE PORTE ET APPRENONS A NOUS SERVIR D'UN MARTEAU AVANT DE PENSER A CONSTRUIRE UNE MAISON.  
 
SALUTATIONS
11. je done ma réaction !!!!
Posté par: mats le 02-12-2005 03:45
J e viens de prendre connaissance de l'analyse faite par les services du DR.MENGARA et j'avoue qu'elle a un fond.Je crois qu'effectivement Mr MAMBOUNDOU voire même Mr MYBOTO ont manqué de tact politique car nous savions tous que les dés étaient pipés d'avance ce qui sous-entend que la stratégie de gagner l'élection par la voie des urnes était nulle et non avenue.Toutefois, je voudrais faire remarquer à l'endroit des internautes gabonais que si l'UPG s'est appuyé sur cette stratégie c'est parce que il pensait à un sorte de soulévement populaire qui allait suivre la publication officielle des résultats.Mais malheureusement les gabonais ont encore prouvé combien de fois ce sont des chipe môlles c-a-d des gens qui ont la prétention de dire qu'ils veulent le changement mais ne font rien pour le matérialisé. 
En outre, à ce jour, on peut lire un tract sur le site : www.mamboundou2005.com qui invite les gabonais à une ville morte.Mais force et de constater que ce sont ces mêmes gabonais qui crient à la misére qui sont aller travailler etc Donc je crois qu'on ne peut aps bonnement dire DR.MENGARA que c'est le combat de MAMBOUNDOU ET DE MYBOTO s'il vous plait.Les gabonais doivent se prendre en chrage s'ils veulent le changement.Voilà ma position !!!! :upset
12. Pourquoi les armes?
Posté par: Visiteur le 01-12-2005 10:52
Bjr! 
Je suis une jeune gabonaise âgée de 22ans en classe de Tle. 
J'ai lu et rélu votre article et j'avoue que la dedans il y a du bon du vrai mais il ya aussi à craindre.Se lever c'est beau,c'est bien, c'est pour le changement,nous le voulons tous ce changement mais à quel prix?Avons-nous pensé à nos enfants?Que ne raporterait la gueurre si ce n'est que malheur,tristesse et ns appauvrir d'avantage?Les gabonais sont-ils prêt à faire ce sacrifice? 
Lorsque vs demandez à Mr MAMBOUNDOU de s'allier à l'opposition ignorez-vs qu'il est le seul véritable opposant gabonais et que le reste sont pour la plus part des traîtres,pour certains qui ne cherchent qu'ils ne cherchent qu'à se faire de l'argent en attirant l'attention sur leur petites personnes?Et que si Mr MAMBOUNDOU venait à s'allier avec eux celà semerait un doute dans l'esprit des gabonais en pensant que ce dernier rejoinds "la majorité dictatoriale"? 
N'oublions pas que ce dernier sait comment prendre les partis qui s'allient;méditer la dessus. 
Demandez juste aux gabonais de faire chuter l'économie gabonaise en n'allant pas travailler pendant 1 ou 2 mois et ns verrons la suite avant de prendre de mesures plus radicales.
13. Pourquoi les armes?
Posté par: Visiteur le 01-12-2005 07:33
14. Directives attendues
Posté par: Visiteur le 01-12-2005 02:59
visitez www.mamboundou2005.com aussi vous qui rechercher le bien de notre pays et vouler apporter un pierre pour battir le Gabon avec Son Excellence le vrai Président Pierre MAMBOUNDOU.
15. bande de lache
Posté par: Visiteur le 30-11-2005 12:11
une fois de plus le gabonais prouve qu il n a que la tchatche. bongo a ete reelu un point c est tout. continuer de critiquer bien cache derrierre votre ordi comme d hab. vous me rappelez un peu ces chiens qui n aboyent que de loin une fois que tu t en approche ils deviennent encore plus doux que des agneaux. vous etes la a glorifier le BDP qui critique OBO mais une fois devant celui ci lui fait de grosses courbettes en echange d arghent. Et ce n est pas la peine de nier ca c est vu lors du sejour de bongo o USA . Certains membres qui declaraient appartenir au BDP n ont pas hesiter a aller voir le grand OBO en cachette pour lui quemander des sous n est ce pas SERGE BESSACQUE qui a vendu sa fierte aux chiens, non meme aux asticots.  
Eh oui vous faites le ngounda ngounda pour a rien des que OBO est la VOus etes les premiers a crier BONGO ONDIMBA OYE SOUTIEN meme eencore plus fort que tous les autres esperant la gratter quleques sous.  
Vraiment j ai pitie de vous , OBO est tellement fort que vous bande de froussards tremblez devant lui.  
YAYA OBO OYEEEEEEEEEEE OYEEEEEEEEEEEEEE SOUTIENT
16. election truquée
Posté par: l'observateur le 30-11-2005 08:44
Vraiment j'avoue, que j'ai été stupéfait en lisant cette analyse. Sincerement, bravo. Mais oui, c'est tout a fait ce que vous dites. Comment prétendre gagner une éléction alors que les dés sont pipés d'avance. Et voilà, aujourd'hui bongo qui risque de repartir pour un nouveau . C'est pas du tout croyable.  
Toutefois, j'ai une question à poser, comment Mamboundou aurait-il fait pour faire passer ces lois dans la mesure où l'assemblé nationnale est en majorité bongoîste?
17. que serai je ?bongo encore pour 7 ans!!
Posté par: Visiteur le 30-11-2005 06:57
salut! je suis jeune gabonais et j'y vis. franchement je suis à bout de ce régime bongoiste, je ne sais plus quoi faire.je vis depuis ma venue au monde dans la précarité la plus extrême tout comme la plus part des gabonais,et cela depuis 40 ans de règne sans partage du "Coudout".aujourdhui j'avais espoir des lendemains meilleurs,et voila par un coup de couteau à la gorge, des boureaux de Bongo et ses vénaux m'ont ravis cet espoir.je suis abattu au point où la vie n'a plus de sens car ma jeunesse va se catir à attendre déchoir cet inhumain ou ces monstres qui n'ont pas l'amour pour leurs populations.je n'ai plus d'espoir. sauver nous!!!!
18. REVOLTE!!!!
Posté par: Visiteur le 30-11-2005 06:01
Je dis te l'affirme bongo doit partir ,je demande donc son renverssement par la force ,je dirais par tous les moyens possibles pour le bin des mapanes donc bongo degage DEGAGE DEGAGE DEGAGE
19. Coup de gueule
Posté par: Visiteur le 30-11-2005 05:45
Je pense que les gabonais doivent savoir que notre véritable adverssaire ces nous même car quand je vois des femmes et des hommes applaudir bongo en se tremoussant comme des vers de terre à son passage c'est qu'il ya quelque chose qui ne tourne pas rond chez ces gens là.Comment comprendre que des femmes et des hommes qui n'ont rien à manger le soir ou qui ne peuvent avoir les trois répas du jour garantie puissent se comporter ainsi qu'on me le dise ou qu'on me donne une explication pour que moi aussi je puisse faire autant.Mais que diable ont-ils?Cependant avec le recul je fini par croire que les gabonais on le président à la mésure de leurs ambitions cet homme qui dit:ni à gauche ni à droite mais toujours hihihihi
20. Victoire de Mamboundou
Posté par: révolution!!! le 30-11-2005 05:24
Tt d abord quand je parle de révolution je ne parle pas de révolution par les armes mais d une révoltion comme celle d Ukraine qui a fini par payer!!On ne peut + continuer a ns prendre pr des cons on ne va pas continuer a subir Bongo il ns a déja assez mis ds la merde comme ca 38 ans c trop!!!BONGO et ts tes amis dehors ils st riche pendant que le peuple meurt de faim et souffre!!!!
21. proposition d'union
Posté par: x-men le 30-11-2005 05:06
mes cheres confréres ,en lisant vos suggetions au processus électoral que devait suivre sur le seul véritable opposant ;vous n'aime point notre pays car en sachant cela il fallait donc se raprocher de mamboumdou avant la précampagne pour maitre aux agais magré d'apres vous sa confiance en soi.
22. LA CENSURE A COMMENCE SUR INTERNET !!!
Posté par: visiteur le 30-11-2005 05:05
Le site de "gabonflash" a des problèmes actuellement. Ormis le site du BDP, nous avons l'habitude de prendre des news du pays de temps en temps sur le Forum de gabonflash. Or il semble que ce forum soit maintenant désactivé aux visiteurs depuis hier. Ces quoi ces CONNERIES ??? Donc c'était un site PDGiste? 
MERCI BDP pour votre combat, vous avez raison depuis le debut!!! 
 
LA DIASPORA 
23. LA CENSURE A COMMENCE SUR INTERNET !!!
Posté par: Visiteur le 29-11-2005 19:21
pour moi mamboundou a précipité le gabon dans sa chute, j'espérais qu'il allais prendre contact avec le bdp pour en savoir un peu plus et surtout du soutien, mamboundou n'ignorais pas les manigences de bongo, elles etaient aussi évident que le nez sur la figure. 
tout le mon espèrais un boycottage de ces elections manioc, aujourd'hui nous voilà reparti pour un tour et je pense que celui sera pire que les autres. 
parce monsieur bongo sentant sa mort prochaine s'enrichir en core plus vite et deux fois plus avec ses ministres pour bien quitté le navire. prions dieu
24. lu pour vous
Posté par: Visiteur le 29-11-2005 18:45
Président à vie : Bongo, propriétaire du Gabon 
(Le Messager 29/11/2005)  
A 70 ans, après quatre décennies d?un règne désastreux, le doyen des chefs d?Etat africains va rempiler.  
Quelque 560 000 Gabonais inscrits sur les listes électorales étaient invités à se rendre aux urnes dimanche dernier, 27 novembre, pour élire leur prochain président. Ils avaient déjà été précédés vendredi par 15 000 à 20 000 soldats, policiers et gendarmes dont une nouvelle disposition de la loi électorale a anticipé le vote, officiellement pour leur permettre de mieux assurer l?ordre public le jour du scrutin. Le choix des électeurs devait porter sur les 5 candidats retenus par la cour constitutionnelle. Quatre sont de l?opposition : Pierre Mamboudou, 59 ans, le président de l'Union du peuple gabonais (Upg), considéré comme le chef de file de l'opposition "radicale", qu'il incarne seul depuis le ralliement au pouvoir en 2002 de l'opposant historique Paul Mba Abessolo. ll était arrivé deuxième à la présidentielle de 1998, avec officiellement16,54% des voix contre 66,8% au président sortant, déclaré élu dès le premier tour. Zacharie Myboto, 67 ans, ancien baron et fidèle du régime Bongo, récemment passé avec armes et bagages dans l?opposition. Christian-Serge Maroga, 46 ans, président du Rassemblement des démocrates (Rdd), qu'il a fondé en 1993 après avoir quitté l'Upg de Pierre Mamboundou. Augustin Moussavou King, 45 ans, Administrateur civil et président du Parti socialiste gabonais (Psg), petite formation de l'opposition dont il est membre depuis 1990.  
Le cinquième candidat n?étant autre que le président sortant, Omar Bongo, doyen des chefs d?Etat africains en exercice. Au pouvoir à Libreville depuis 1967 veut encore rempiler. Alors qu?il sollicitait un nouveau mandat il y a sept ans, Omar Bongo avait annonçait qu?il partirait au terme de celui-ci. ?Il faut savoir partir. [?] Dans sept ans, je pense que je m'en irai après avoir formé des femmes et des hommes capables de me succéder ?, promettait-t-il en 1998. La promesse n?engageait évidemment que ce qui y avaient cru. Omar Bongo y est pourtant revenu au cours de cette présidentielle de novembre 2005. Interrogé mercredi dernier sur sa succession, le maître de Libreville a répondu qu?il proposera le moment venu aux Gabonais ? trois ou quatre personnes et ils choisiront parmi des quatre ?, son successeur. Prié de dire quand ce "choix" interviendrait, le président gabonais s'est lui-même posé la question sans y répondre : ? Faut-il les choisir maintenant ou bien à la fin du mandat ou bien à la fin de ma carrière politique ? ? 
 
Farce électorale 
Omar Bongo qu?un de ses pairs africains a récemment traité de ??rigolo?? qui parle sans s?écouter, a-t-il réellement mesuré la portée de ses déclarations de mercredi dernier. En annonçant qu?il proposerait son successeur aux Gabonais à la fin de son mandat, il s?était déjà déclaré vainqueur de cette présidentielle avant même le scrutin, réduisant de fait la présidentielle du 27 novembre à une simple farce électorale. Autrement, on ne comprendrait pas au nom de quoi, Omar Bongo viendrait proposer quatre noms au peuple qui se serait déjà choisi un autre président qui ne serait pas Bongo. Davantage, en limitant le choix de son successeur à trois ou quatre personnes désignées par lui, il affirme clairement que le Gabon c?est lui, à défaut d?être sa propriété.  
Les déclarations de mercredi dernier ont sans doute trahi la pensée du président gabonais qui a verrouillé cette présidentielle au point de réduire sa ??réélection?? en une simple formalité que les Gabonais étaient appelés à valider le 27 novembre. Normalement, Omar Bongo n?aurait pas dû être candidat à cette élection au vu de la constitution adoptée en 1990 et qui n?autorisait pas plus de deux mandats à la tête du pays. Après s?être octroyé un premier mandat en 1993 et un second en 1998, le maître de Libreville a souverainement décidé en 2003 de faire réviser la constitution pour en expurger cette subversive limitation de mandats. Et, pour s?assurer une ??victoire?? plus ??nette?? que les très controversés 51.07% de 1993 et 68.8% de 1998, le régime n?a pas lésiné sur les moyens : listes électorales douteuses, distribution orientée des cartes d?électeurs, confiscation des médias d?Etat, limitation des déplacements des candidats de l?opposition et ?utilisation de moyens financiers considérables ?  
 
Bilan désastreux 
Va donc pour un nouveau mandat d?Omar Bongo qui, à 70 ans, a maintenant passé plus de la moitié de sa vie dans un fauteuil de président. Mais, pourra-t-il faire en sept ans seulement ce qu?il n?a pas déjà pu faire en quatre décennies de règne ? Par rapport aux immenses ressources pétrolières dont le Gabon a pu bénéficier, le bilan de l?ère Bongo est tout simplement désastreux. Longtemps doté d?une population d?à peine plus d?un million d?habitants, le Gabon a absorbé en moyenne, sur plus de 30 ans, plus de 1 000 milliards de francs cfa annuels. Et pourtant, ce pays est aujourd?hui classé au 123e rang dans le rapport sur le développement humain du Pnud et est réduit à quemander au Fonds monétaire international un programme de réduction de la pauvreté ! 
 
Par Ambroise EBONDA (Le Messager) 
nullAboundoungnull
25. lu pour vous
Posté par: Visiteur le 29-11-2005 16:22
je suis gabonais et suis désolé de vous apprendre que le partis de M.Maboundou est un partis xénophobe.Nous n'en avons pas besoin pour le 21eme siècle. 
Si on veut lutter contre l'ethnicité, arretons de faire de partis ethnique. 
C'est vraiment dommage pour le gabon. 
Je comprends pourquoi il ne sera jamais président. 
En tout cas, le sauveur, on l'attend toujours.
26. Il ya un probleme
Posté par: Visiteur le 29-11-2005 13:29
Ho mais attendez...il y a un probleme la. vous voulez vous allier a P. Mamboundou en le traitant de tous les noms d'oiseaux sur votre site web....et vous dites qu'il est politiquement immature. Vous me donnez plutot l'impression d'etre une bande d'opportunistes aigris. Je ne suis pas certain que vous soyez differents de Mba Abessolo...d'ailleurs j'en viens a me poser la question de savoir quelle cause vous servez veritablement.
27. bande de laches
Posté par: Visiteur le 29-11-2005 12:36
vous me faites bien rire avec votre sois disante revolution et cpmment allez vous la manifester a travers les touches de votre clavier , bien planque a l abri derrierre votre ecran d ordinateur . Vous vous moquez des gens qui souffrent vraiment au gabon, pendant que vous etes bien a l abri a l etranger. et quant a m Mangara avant de parler de mettre en place une revolution , avec quel parti et quel partisants. Mengara aux dernieres nouvelles tous vos sois pseudo fideles colaborateurs vous auraient laches pour une poignes de dollars venant de Bongo celui la meme que vous proclamez combattre ( demandez a Besacque Serge il vous le confirmera). Alors de grace fermez vos clapez avant de jouer au cyber-superman. Merci pour ceux qui subissent rellement les injustices du pays
28. bande de laches
Posté par: tita le 29-11-2005 11:02
mes chers, 
 
 
il faut etre surplace et peser lourd sur le regime. 
surplace, la population sera motivée.. 
 
oooo gabon.
29. pauvre Gabon
Posté par: warren le 29-11-2005 10:50
j'écris pour la premiere fois afin de vous exprimer ma deception face à la tournure que vont prendre les évenements.Il est dommage de constater que pour chasser un chef d'Etat,la violence soit la seule solution aux problemes des Africains.Le peuple gabonais souffre suffisamment du regne de Bongo pour qu'ils puissent enfin souffler.Comment pouvez vous concevoir que Bongo prefere depenser 9 millions de dollars pour se faire prendre en photo avec George Bush que de contribuer au bien etre des gabonais à travers la construction de logements sociaux.Il est evident que le seul objectuf de Bongo est de se remplir les poches,une fois de plus pendant les sept prochaines années et riien deplus. 
Il faudrait que nous,Gabonais,conprenions que Bongo pourrait nous voir crever que cela ne lui ferait ni chaud ni froid.Moi ce que je pense;c'est que Mamboundou est un homme qui a l'air sincere.J'ajouterais meme qu'il m'a l'air cent fois plus patriote que Bongo.c'est pour cette raison qu'il ferait un bon chef d'Etat pour moi.Il a l'avantage d'etre un intellectuel contrairement à Bongo.A part l'argent rien n'interesse Bongo.La misere dans laquelle vivent les Gabonais lui importe.C'est pour cela que nous disons que nous souhaiterions un mamboundou pour qu'il aide le Gabon a enfn progresser dans son developpemnent.Je ne suis pas un upegiste,mais laissez moi vous dire que les paroles de Mamboundou sont pleines de sincerité contrairement à celles de Bongo.Mes freres,tous contre Bongo pour que demain soit mieux qu'aujourd'hui,mais sans lui(rires).Je vous aime mes freres.
30. pauvre Gabon
Posté par: Visiteur le 28-11-2005 11:47
c'est bien la première fois que je partage à presque 100% une de vos analyses. pourtant, malgré tout, je n'arrive toujours pas à digérer le fait le fait que M.Mamboundou ai maintenu sa candidature. si son intégrité n'était pas difficilement contestable, bien des questions se poseraient et s'imposeraient...
31. 95% ? Et pourquoi pas.
Posté par: Visiteur le 28-11-2005 06:36
Tout dépend de l'analyse. 
 
Si Bongo gagne par 95%. Cela peut tout simplement dépendre du nombre de personnes qui sont allés votés. 
 
Il y a eut boycott par la population. L'abstention est énorme. 
 
Et dans l'abstention, la très très grande majorité aurait voté pour un candidat de l'opposition crédible dans elections transparente.  
 
Les 4 candidats-adverssaires de m. bongo sont venus les petits pour des ambitions personnellesles 2 gros pour venir avaliser les elections. En résumé 4 opposants du vendre. 
 
EN réalité avec un tel taux d'abstention, bongo avec effectivement les gens d'etre élu au 1er tour "100 triché".  
 
Aurevoir m. maboumdou
32. C'est fait: Bongo s'est déclaré vainqu
Posté par: Visiteur le 27-11-2005 20:51
 
Comme prévu, Bongo s'est déclaré vainqueur à 95% sur l'ensemble du Gabon. Ne riez pas, c'est lisible sur son site de propagande. 
 
On attend plus que le couvre-feu ici à Libreville comme le scénario le prévoit. 
 
Mais, la bataille pour la succession vient même de commencer ce soir à Libreville. 
Le PDG est parti en guerre contre le RPG pour contrôler le viellard finissant qui serait subjugué par l'intelligence de l'Homme des bois.  
Pour faire barrage à Mba, le PDG opte dès ce soir pour des législatives où chaque parti de la majorité bongolienne présenterait ses propres candidats. 
Le RPG serait ainsi pénalisé par son manque de miang dont regorge le PDG. Rawiri, malade aussi, serait contre cette stratégie qui risque de ramener Mba des bois dans le camp adverse, ce qui n'arrangerait rien au clan bongo après le départ du roi vieillissant. 
 
Au PDG, Mba des bois est une équation casse-tête qui dérange tous les plans concoctés. On dit que Bongo l'écoute trop. Ce qui fait peur, car dit-on, le vieillard malade pourrait lui léguer les ficelles de la puissance financière et les arcanes des milieux pétroliers qui pourraient lui être une arme de choix pour la suite... 
 
Je vous tiendrai mensuellement au courant de la suite des événements vécus de l'intérieur de la caverne. 
 
A plus!
33. C'est fait: Bongo s'est déclaré vainqu
Posté par: Visiteur le 27-11-2005 09:00
J'ai contacte le NDI (National Democratic Institute) a DC en septembre pour demander pourquoi ils ne seraient pas au Gabon en novembre. Le responsable m'a informe que c'etait au gouvernement gabonais de les reclame. Quelle blague! Il faut ainsi juger que les institutions internationales ne sont pas appropriees pour nos "democracies".
34. vigilance
Posté par: Visiteur le 26-11-2005 20:33
pour 7 annees c'est jouer gros... jouons sur donc la vigilance... et le reflet du peuple? en etes vous sur que ce vote le traduira??? 1678 vont se rendre demain pour un eventuel vote ... on peut s'y rendre sans voter comme voter... 
le vascillement est chose commune je le sens comme un appat mr Mamboundou en tete c'est la cerise sur le Gateau il sera en tete pour la suite c'est sur en entrant dans l'urne mais en sortant? 
des surprises peuvent s'averer tragique ... 
comme convenu mes freres le signale du vote se fera demain si differents representants legales y sont presents.... 
a vos marques pret ...
35. DERNIERE INFO
Posté par: Visiteur le 26-11-2005 18:41
! NEWS FLASH !! 
Vote du 25 Novembre 2005 
Pierre MAMBOUNDOU en Tête 
(Hourrah aux Militaires) 
Soyez vigilants peuple gabonais. 
Bongo est en fuite pour la France (départ le 27/11/2005)
36. les elections aux gabon
Posté par: Visiteur le 26-11-2005 18:15
je pense comme vous que pour casser le systeme bogoisme il fallait que mamboundou et myboto s'unissent. Avec la popularité de mamboundou comme vous le dite si bien et la force de myboto je pense que omar bongo tomberai depuis le premier tour mais comme nous connaissons tous bongo et son systeme, le solitaire mamboundou n'a aucune change. et myboto c'est pas la peine car c'est l'ami de bongo je pense qu'entre bongo et myboto c'est une mise en scene comme en 1993 avec le meme bongo et le traitre de mba abessolo
37. DERNIERE INFO
Posté par: Visiteur le 26-11-2005 17:50
! NEWS FLASH !! 
Vote du 25 Novembre 2005 
Pierre MAMBOUNDOU en Tête 
(Hourrah aux Militaires) 
Soyez vigilants peuple gabonais. 
Bongo est en fuite pour la France (départ le 27/11/2005)
38. AUX SOLDATS GABONAIS
Posté par: Visiteur le 26-11-2005 17:22
LETTRE OUVERTE A NOS VAILLANTS SOLDATS SI CETTE ELECTION EST ENTACHEE DES IRREGULARITES VOUS AVEZ UN DEVOIR CELUI DE REMETTRE DE L'ORDRE LE CAS DE LA MAURITANIE DEVRAIT VOUS SERVIR D'EXEMPLE. LE PEUPLE VOUS SOUTIENDRA
39. AUX SOLDATS GABONAIS
Posté par: sasletert le 26-11-2005 15:41
objectivement pour qu'un changement s'opére au gabon notre beau pays, il faut que les gabonais fassent couler de leur sang, en gros une revolution. Sinon ce sera toujours la même chose. Nos derniers opposants n'ont pas encore deçus, ils n'ont plus qu'une seule carte à jouer.Celle-ci doit impérativement être la bonne...
40. Merci M. MENGARA
Posté par: Brigitte le 26-11-2005 14:41
Désolé mais Maboundou et Myboto sont pas rassembleurs comme le devrait^d'ête un président potentiel. 
 
Il me semble que le BDP croit encore à cet homme. Oubliez-le! Il est trop limité et pas bien entouré. Politiquement son entourage c'est quelques 3 à 4 intello de la diaspora ("étrangère") qui ne peuvent même pas communiquer avec lui. Il n'éxoute personne... 
 
Pour moi, le 28, Maboundou=maboule-dou=byboto=myboto=Mba abessolo=Traitre=achetés de bongo. 
 
Comprenons-le c'est une génération qui a deçu.
41. Merci M. MENGARA
Posté par: Visiteur le 26-11-2005 13:03
Que Dieu protège le gabon et ses habitants !!!!!

Sections Actualités: BDP | Dossiers | Gabon | Monde
spacer
RECHERCHE
Visiteurs
We have 1933 guests online
Actus Gabon
A La Une
Dossiers
A La Une
Françafrique
Libre Tribune
A la Une
Actus Monde
A La Une
CALENDRIER
Juillet 2014
L M M J V S D
301 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
Activités Courantes
No Latest Events
Sondages
Que veut dire pour vous le mot "Opposition"?
  
REACTIONS
Sur: Gabon : Daniel Mengara, pr&eac...
Par cephas kouassa qui dit...
"message"
10/02/10 10:40
rappel
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par FIDIECK Célestin qui dit...
"Président d'un club de footbal au Cameroun"
09/02/10 09:36
Ceci est à encourager. J'amairais sav...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par mika qui dit...
"football"
05/02/10 14:27
salut mon c'est mika je cherch 1 centre ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"contact"
02/02/10 10:08
bonjour Mr NDONG Voila aujourdui 5ans q...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"RECHERCHE"
02/02/10 10:00
bonjour j'aimerai savoir ou trouver les...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par ROMEO E. KONU qui dit...
"JE CHERCHE LE CONTACT PERSONNEL DE PATRICK"
01/02/10 12:47
C'EST MOI QUI AI AMENER Mr. DAOUDA DIALL...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:55
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:52
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:42
Au fait je repond au +237 94 47 48 90 m...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:28
Salut et bonne année a tous moi c\'est M...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par mombouele qui dit...
"reaction"
23/01/10 08:42
si li la fait c'est parce que surement i...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Alliance secrète Myboto-Bongo:...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:49
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:43
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Législatives: Le Premie...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Communiqué: René...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:42
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Omar Bongo, en français petit ...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:36
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par boussougou roger gael qui dit...
"je veux integrer le club"
22/01/10 05:00
bonjour je suis un jeune tres embisieux ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par kobeyo qui dit...
"savoir"
21/01/10 15:37
salut jute pour savoir qu...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par diof qui dit...
"recherche de centre de formation de football au gabon"
19/01/10 08:00
bjr cher correspondant je suis un jeune ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par agent de jouer qui dit...
"agent de jouer"
18/01/10 12:27
Je suis un agent de joueur je suis à Lon...
Lire cette réaction...
Sur: Mafia au Gabon: Les mauvais pa...
Par Atchoutchou atchoutchou kiki qui dit...
""
18/01/10 12:04
NO MAIS ! Moi je dis seulement : GABON P...
Lire cette réaction...
Récents articles BDP, Gabon, Monde
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

Copyright©1998-2007 BDP-Gabon Nouveau.
Tous droits réservés.