spacer

ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN AVRIL 2008.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT AVRIL 2008. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

Bienvenue
Home
Accueil
Toute l'actualité
Forums
Ancien Site
Présentation
Historique
Charte
Appel à la Nation
Idéologie
Organes
Gouvernement
Comité Directeur
Le Mamba
Adhésion
Devenir Membre
Donations
Animer une Cellule
Actus BDP
A La Une
BDP Discours
BDP Communiqués
BDP@Médias
Vidéos BDP
Audios BDP
Galerie Images
Traîtres & Imposture
Publications
Livres
Articles
Films
Nous Contacter
Infos Contact
Home
Accès Membres
  Accès Site
  Inscription Site
  Newsletter
  Forum Email
  Réactions
Username

Password

Remember me
Password Reminder
No account yet? Create one
Syndication
Mettez nos news
sur votre site!
Favoris BDP
 
 

Top 20 des News
Biens mal acquis? profitent trop souvent: La fortune des dictateurs et les complaisances occidentales PDF Print E-mail
Révélations
Written by CCFD   
Mercredi 20 Juin 2007 à 21:31

 

Lucifer
Agrandir Image
Lucifer
« Bien mal acquis ne profite jamais », veut le proverbe. En réalité, les (anciens) dictateurs et leurs familles profitent en toute impunité des milliards qu’ils ont volés à leur pays et placés à l’étranger, sur des comptes en banque ou dans des demeures de prestige. Selon l’Union européenne, « les actifs africains volés détenus dans des comptes en banque à l’étranger équivalent à plus de la moitié de la dette externe du continent ».

Ce pillage en règle n’est pas l’apanage des pays africains : les fortunes amassées par Marcos, Suharto et, dans une moindre mesure, Fujimori, Milosevic ou Duvalier, n’ont rien à envier à celles des Mobutu, Bongo et consorts. Depuis des dizaines d’années, le produit des détournements de fonds publics et de la corruption à des fins d’enrichissement personnel par les hommes politiques du Sud a été placé en sécurité dans les pays développés ou les paradis fiscaux et judiciaires.

A l’heure où l’ensemble des bailleurs de fonds, au premier rang desquels la Banque mondiale, ont fait de la lutte contre la corruption et de la « bonne gouvernance » la clé du développement des pays du Sud, cette étude cherche à comprendre pourquoi la quasi-totalité des avoirs illicites et des biens mal acquis n’ont fait l’objet d’aucune mesure de gel et de restitution aux pays spoliés.

Gabon

Pas très loin de la Guinée Equatoriale, on trouve un autre Etat pétrolier, le Gabon, avec à sa
tête depuis 1967, Omar Bongo Ondimba. Alors que le Gabon exporte plus de 13 millions de tonnes
de pétrole brut par an199, Joseph Hanlon estime la dette contractée par Bongo, toujours au pouvoir,
à 4 milliards $.200 Le dictateur gabonais confondant budget de l’Etat et revenus personnels, ce chiffre donne une idée de l’enrichissement colossal du clan Bongo, après 39 ans de mainmise sur le
pouvoir gabonais.

Philippe Madelin, dans son livre L’Or des dictatures, listait en 1993 les
différents biens du clan Bongo : 2 villas aux Etats-Unis, une propriété à Nice, un appartement
avenue Foch et des participations dans plus de 50 sociétés gabonaises ou étrangères. Il serait aussi
le plus grand propriétaire foncier de Libreville. Il se déplaçait à l’époque avec un DC 8 rénové
grâce à un prêt de 16 millions de francs du Fonds français d’aide et de coopération.201 Bongo aurait,
comme Obiang, bénéficié de la rente pétrolière de son pays et des différentes commissions qu’il
percevait de l’entreprise française Elf pour accroître sa fortune personnelle. Ainsi, il possédait, en
copropriété avec cette dernière et avec D. Sassou-Nguesso, la banque FIBA, domiciliée à
Libreville, qui recevait, à l’époque, toutes les commissions versées par la compagnie pétrolière pour
l’obtention de contrats.

En 1999, au coeur de l’instruction de l’affaire Elf, le Sénat américain publie
un rapport d’enquête, une nouvelle fois sur l’initiative du sénateur démocrate Carl Levin, sur
l’origine de la fortune du président gabonais. On peut y lire les informations suivantes : « M. El
Hadj Omar Bongo est devenu client de la Citibank en 1970. En près de trente ans, le président du
Gabon et sa famille ont tissé des relations étroites avec le département de gestion privée de la
Citibank, à New York. Ils ont détenu de multiples comptes auprès de ses différents bureaux, à
Bahreïn, au Gabon, à Jersey, à Londres, au Luxembourg, à New York, à Paris et en Suisse. Que ce
soient des comptes courants, des fonds de placement, des dépôts à terme ou des comptes
d'investissement. La plupart des comptes gérés à New York ont été ouverts au nom de Tendin
Investments Ltd, une société écran située aux Bahamas, et cédée au président Bongo en 1985.
Quant aux comptes gérés à Paris, ils ont été établis au nom d'une deuxième société écran, Leontine
Ltd. En outre, le bureau de New York a ouvert, en 1995, un compte bancaire intitulé «OS», dont le
titulaire n'est autre qu'Omar Bongo. (…) Le président Bongo détient d'autres comptes en Suisse. Se
retranchant derrière les lois sur le secret bancaire suisse, la Citibank n'a fourni aucune
information sur ses avoirs en terre helvète. »

On découvre plus loin qu’une partie de l’argent aurait servi à financer sa campagne
électorale en 1993 ou le voyage des Bongo au 50ème anniversaire de l’ONU (1,6 million $). Les
sénateurs n’ont, en tout cas, aucun doute sur la provenance des fonds. « Les fonds gouvernementaux
du Gabon sont bien la source première des avoirs se trouvant sur les comptes d'Omar Bongo.»202
Au total, le montant des avoirs du président gabonais, qui ont été placés sur ses différents comptes
bancaires à la Citibank, à New York, de 1985 à 1997, serait d'environ 130 millions de dollars. En
1997, la Citibank rompt ses relations avec le gouvernement gabonais et décide de fermer tous les
comptes. Il ne sera jamais inquiété aux Etats-Unis, ni en Europe. En 2001, dans son livre « Blanc
comme Nègre »203, le président gabonais écrit : « O. Bongo n’a pas de comptes en Suisse ! Celui qui
trouvera un compte de Bongo en Suisse, je l’embrasserai et je lui servirai du champagne. »

Pourtant, en 1997, en plein coeur de l’affaire Elf et à la suite d’une commission rogatoire
internationale de la France, un juge d’instruction suisse, Paul Perraudin, saisit les comptes d’Alfred
Sirven et André Tarallo. Il recherche les bénéficiaires ultimes de cet argent. Il découvre un compte
bancaire à la Canadian Imperial Bank of Commerce (CIBC) de Genève, au nom de la société
Kourtas Investment installée au Bahamas, ouvert par le conseiller du président gabonais, Samuel
Dossou. Le président Bongo en serait le bénéficiaire économique. Pendant deux années, les avocats
de Bongo (Jacques Vergès et Dominique Poncet) ont tout fait pour expliquer que ce compte était
« alimenté par les fonds appartenant à la présidence » et qu’il bénéficiait de l’immunité
présidentielle, mais le tribunal fédéral suisse rejeta leur requête en 1999.204 En enquêtant sur
Kourtas, le juge Perraudin découvre aussi que Bongo possèderait la société panaméenne Devenport,
toujours à travers son conseiller spécial, Samuel Dossou. Ces deux sociétés ont été impliquées dans
l’affaire Elf. Les comptes, alimentés par les revenus du pétrole, étaient au coeur d’un montage financier. Ces fonds auraient permis, après leur transfert sur des comptes d’A. Sirven, notamment le
compte Mineral, de verser de l’argent à des personnalités politiques, mais aussi à des fonctionnaires
et à des hommes d'affaires français et étrangers.

L’ordonnance de renvoi des juges instruisant le procès Elf, à la 11ème chambre du tribunal
correctionnel de Paris indique, elle aussi, l’existence de comptes du président Bongo en Suisse :
« Le compte personnel du président BONGO à la FIBA était essentiellement crédité par des
transferts bancaires en provenance de Libreville, de Genève (CIBC), du Liechtenstein ou des Etats-
Unis (en liaison avec M. ROGERS, dirigeant de la CITYBANK à Paris). M. Hodray, alors directeur
général de la FIBA, évalue à un montant global de 30 à 40 millions de francs [suisses] par an
l'alimentation du compte du président BONGO. Ce compte était essentiellement débité de retraits
en espèces effectués sur instructions téléphoniques du président BONGO et remis à des personnes,
le plus souvent africaines, qui se présentaient à la banque. »205

Les relations entre la France et le Gabon sont telles qu’Omar Bongo n’a jamais été inquiété
et aucune mesure n’a été prise demandant le gel de ces fonds, que l’on peut supposer d’origine
illicite. En 1992, le gouvernement français aurait même payé les notes d’hôtel de toute la délégation
gabonaise accompagnant Bongo, notamment celle de l’Hôtel Crillon : 30 millions de francs au
total.206 Beaucoup d’hommes politiques français ont fréquenté ou fréquentent encore le président
gabonais et ses différentes propriétés. Il le leur rend bien car il aurait souvent financé les
campagnes électorales de partis politiques français amis, notamment par l’intermédiaire de la caisse
noire d’Elf.207 Lors du procès Elf, l’ancien patron de la compagnie pétrolière Loïc Le Floch Prigent
a ainsi admis avoir « su l’existence d’une caisse noire et (…) toléré cette pratique. Je sais que des
interventions ont eu lieu auprès d’hommes politiques français, poursuit-il, et je l’affirme. »208 Outre
les hommes politiques, Bongo entretient de très bonnes relations avec les investisseurs étrangers,
notamment français. A l’époque de l’affaire Elf, il offrit à André Tarallo, une villa en Corse du Sud,
qu’il décrivit lui-même « conçue pour être une villa de réception destinée aux rencontres francoafricaines
»209 (Villa Cala Longa, d’une valeur de 13 millions d’euros). Tarallo, le Monsieur
Afrique de la compagnie française, achètera également avec l’a

rgent des comptes en Suisse, un appartement de 400m² à Paris, 5 Quai d’Orsay, dans le 7ème arrondissement pour 2,1 millions
d’euros. 4,1 millions d’euros supplémentaires servirent pour les travaux d’aménagement. Lors de
l’audience, il affirmera que cet appartement devait servir au président gabonais. Un autre dirigeant
d’Elf, Loïc Le Floch Prigent, ancien PDG de la compagnie pétrolière acquit à la même période, en
1990 un hôtel particulier, l’hôtel de Nanteuil, 36-38 rue de la Faisanderie à Paris. Cet hôtel
répertorié dans le guide « des palais parisiens de la Belle époque » a une surface habitable de 600m²
et un jardin de 300m². Il aurait été acheté 8,6 millions d’euros en 1990 via des fonds issus d’un
compte suisse d’Alfred Sirven. Pendant l’instruction de l’affaire Elf, Le Floch Prigent a soutenu
que l’immeuble était destiné à une « personnalité africaine » mais a reconnu plus tard qu’il lui
servait d’ « appartement de fonction ». Le président du Gabon en aurait reçu le titre de propriété en
guise de « commission en nature. »210

En plus de ces biens et des biens listés par P. Madelin, O. Bongo posséderait plusieurs
propriétés à Paris dans le XVIème arrondissement, dont un hôtel particulier où il reçoit régulièrement les hommes politiques français, à côté de l’avenue Foch : il se situerait dans une voie
privée, rue Dosne. Ainsi, il y recevait le 31 août 2006, si l’on en croit La Lettre du Continent,
Dominique de Villepin puis Nicolas Sarkozy.211 En mars 2007, au cours d’une visite privée en
France, le chef de l’Etat gabonais y aurait reçu deux candidats à l’élection présidentielle française,
N. Sarkozy et F. Bayrou212.


BONGO

Omar BONGO 1967-

Montant

Estimation d’une fortune de plusieurs centaines millions de dollars. Enquête du sénateur démocrate
américain Carl Levin en 1999 sur les comptes de Bongo à la CitiBank (130 millions $ auraient transité par la
banque américaine)

Rôle comme pour Sassou-Nguesso dans la banque FIBA, créé par Bongo, domicilié à Libreville et qu’il
possédait en copropriété avec Elf. Le compte personnel du président BONGO à la FIBA aurait été
essentiellement crédité par des transferts bancaires en provenance de Libreville, de Genève (CIBC), du
Lichtenstein ou des Etats-Unis (en liaison avec M. ROGERS, dirigeant de la CITY BANK à Paris). M.
Hodray alors directeur général de la FIBA évalue à un montant global de 30 à 40 millions de francs par an
l'alimentation du compte du président BONGO. Ce compte était essentiellement débité de retraits en espèces
effectués sur instructions téléphoniques du président BONGO et remis à des personnes, le plus souvent
africaines, qui se présentaient à la banque.365

Dans leur dernier livre, Antoine Glaser et Stephen Smith (Comment la France a perdu l'Afrique ?) rappellent
les 300 millions de FF volatilisés en Suisse, lors du projet mort-né d'usine de cellulose, et surtout les 30
milliards de FF du chemin de fer Transgabonais : les commissions afférentes « ont fait la fortune autant de
barons du régime gabonais que de leurs "amis" occidentaux, en particulier français».
En 1992 : le gouvernement français a payé les notes d’hôtel de toute la délégation gabonaise accompagnant
Bongo notamment à l’Hôtel Crillon … 30 millions de francs au total (La lettre du continent, n°179, 14
janvier 1995).

Biens immobiliers

Ph. Madelin366 faisait en 1993 la liste des différents biens de Bongo : 2 villas aux USA, une propriété à Nice,
un appartement avenue Foch et participation dans plus de 50 sociétés gabonaises ou étrangères. On dit aussi
qu’il serait le plus grand propriétaire foncier de Libreville. Il se déplaçait à l’époque avec un DC 8 rénové
grâce à un prêt de 16 millions de francs …du Fonds français d’aide et de coopération.
La famille élargie d’O. Bongo aurait deux appartements, avenue Foch (1000m²), à vendre pour 8 millions
d’euros selon la Lettre du Continent (24 mars 2005.)

La famille Bongo posséderait un appartement (rue L. Pichat) et plusieurs autres propriétés, notamment
boulevard Lannes à Paris (cf. pages blanches).

Le couple présidentiel aurait enfin acheté il y quelques années un hôtel particulier rue Dosne, une voie privée
située dans le 16ème arrondissement de Paris, entre la rue de la Pompe et l'avenue Bugeaud (source : site
internet de l'ambassade du Gabon en France).


28 mars 2007

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
SVP, connectez vous ou enregistrez vous.



Total Actuel: 4 Réactions
1. bongo le chien
Posté par: hassan mohammed le 12-03-2008 13:17
bongo une vrais merde et les membre de sa famille des vrais batards et surtout des gens sans coeur :(
2. que Dieu nous protège de ce dictateur.
Posté par: bob le 22-01-2008 12:27
depuis 40ans bongo règne san partage au gabon 80 pour cent de la populations es pauvre et que 20 pour cents profite des largèse de bongo et de ca famille que Dieu nous libere de ce dictateur qui nous torture depuis 2 generations .......
3. au royaume de bongo
Posté par: vasariah stephen le 10-08-2007 15:45
au royaume de bongo terre laissé par ses ancetres et dont les friuts de léconomie sont gérés par lui et sa famille tout en tuant ceux qui veulent en parler mal c'est comme ça mes freres. rien ne vas au gabon léducation léconomie la politique...sont a terre. es-tu seigneur
4. slt
Posté par: boli le 29-07-2007 15:57

Sections Actualités: BDP | Dossiers | Gabon | Monde
spacer
RECHERCHE
Visiteurs
We have 4337 guests online
Actus Gabon
A La Une
Dossiers
A La Une
Françafrique
Libre Tribune
A la Une
Actus Monde
A La Une
CALENDRIER
Mai 2022
L M M J V S D
2526272829301
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Activités Courantes
No Latest Events
Sondages
Que veut dire pour vous le mot "Opposition"?
  
REACTIONS
Sur: Gabon : Daniel Mengara, pr&eac...
Par cephas kouassa qui dit...
"message"
10/02/10 10:40
rappel
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par FIDIECK Célestin qui dit...
"Président d'un club de footbal au Cameroun"
09/02/10 09:36
Ceci est à encourager. J'amairais sav...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par mika qui dit...
"football"
05/02/10 14:27
salut mon c'est mika je cherch 1 centre ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"contact"
02/02/10 10:08
bonjour Mr NDONG Voila aujourdui 5ans q...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"RECHERCHE"
02/02/10 10:00
bonjour j'aimerai savoir ou trouver les...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par ROMEO E. KONU qui dit...
"JE CHERCHE LE CONTACT PERSONNEL DE PATRICK"
01/02/10 12:47
C'EST MOI QUI AI AMENER Mr. DAOUDA DIALL...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:55
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:52
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:42
Au fait je repond au +237 94 47 48 90 m...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:28
Salut et bonne année a tous moi c\'est M...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par mombouele qui dit...
"reaction"
23/01/10 08:42
si li la fait c'est parce que surement i...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Alliance secrète Myboto-Bongo:...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:49
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:43
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Législatives: Le Premie...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Communiqué: René...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:42
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Omar Bongo, en français petit ...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:36
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par boussougou roger gael qui dit...
"je veux integrer le club"
22/01/10 05:00
bonjour je suis un jeune tres embisieux ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par kobeyo qui dit...
"savoir"
21/01/10 15:37
salut jute pour savoir qu...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par diof qui dit...
"recherche de centre de formation de football au gabon"
19/01/10 08:00
bjr cher correspondant je suis un jeune ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par agent de jouer qui dit...
"agent de jouer"
18/01/10 12:27
Je suis un agent de joueur je suis à Lon...
Lire cette réaction...
Sur: Mafia au Gabon: Les mauvais pa...
Par Atchoutchou atchoutchou kiki qui dit...
""
18/01/10 12:04
NO MAIS ! Moi je dis seulement : GABON P...
Lire cette réaction...
Récents articles BDP, Gabon, Monde
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

Copyright©1998-2007 BDP-Gabon Nouveau.
Tous droits réservés.