spacer

ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN AVRIL 2008.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT AVRIL 2008. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

Bienvenue
Home
Accueil
Toute l'actualité
Forums
Ancien Site
Présentation
Historique
Charte
Appel à la Nation
Idéologie
Organes
Gouvernement
Comité Directeur
Le Mamba
Adhésion
Devenir Membre
Donations
Animer une Cellule
Actus BDP
A La Une
BDP Discours
BDP Communiqués
BDP@Médias
Vidéos BDP
Audios BDP
Galerie Images
Traîtres & Imposture
Publications
Livres
Articles
Films
Nous Contacter
Infos Contact
Home
Accès Membres
  Accès Site
  Inscription Site
  Newsletter
  Forum Email
  Réactions
Username

Password

Remember me
Password Reminder
No account yet? Create one
Syndication
Mettez nos news
sur votre site!
Favoris BDP
 
 

Top 20 des News
Gabon: Affaire Raïssa Mengue: la Préfecture de Haute-Garonne s?explique PDF Print E-mail
Divers
Written by gabonews   
Mercredi 27 Février 2008 à 06:42

En réponse à la situation qui prévaut actuellement, après le rapatriement vers Libreville, il y a une semaine, de l’étudiante boursière de l’Etat gabonais, Raïssa Mengue, la préfecture de Haute –Garonne a tenu à s’expliquer, à donner sa version des faits en vue d’éclairer et d’apaiser l’opinion nationale et internationale par rapport à cette situation qui, au demeurant, jette un coup de froid sur les relations entre la France et le Gabon.

Voici in extenso la teneur du communiqué rendu public le 25 février 2008 par cette Préfecture.

« Articles de la Dépêche du Midi relatifs à Melle Raïssa MENGUE ONDO, la Préfecture de Haute-Garonne précise:

Suite à la diffusion des articles de la Dépêche du Midi du samedi 23 et lundi 25 février 2008, la Préfecture de Haute-Garonne souhaite apporter des précisions quant à la supposée absence de «cadre juridique» et de «procédure» pour la reconduite à la frontière de Melle Raïssa MENGUE ONDO.

En effet, Melle MENGUE ONDO s’était vu notifier le 21 décembre 2007 un arrêté du Préfet refusant son renouvellement de titre de séjour en tant qu’étudiante et lui demandant de quitter le territoire français au plus tard le 22 janvier 2008.

Le refus du titre de séjour était motivé par l’absence de sérieux des études de cette jeune femme (7ème inscription consécutive pour passer une licence de droit).

Melle MENGUE ONDO s’est présentée spontanément aux services de la préfecture le lundi 18 février 2008 ; compte tenu de sa situation irrégulière avérée, elle a été interpellée et – après s’être vue proposer l’ensemble des garanties prévues par les textes (accès à un avocat, à un soutien juridique, un médecin…) – a été reconduite au Gabon le 19 février 2008.

•Présentation des éléments de la situation de Melle MENGUE ONDO au regard du droit des étrangers:

•Mlle MENGUE ONDO, née le 05 juillet 1978 à Bissok au Gabon, a sollicité auprès des services de la préfecture, le 13 novembre 2007, le renouvellement de son titre de séjour « étudiant »;

•Entrée en France, le 18 septembre 2001, avec un passeport revêtu d’un visa de long séjour « étudiant » émis par le consulat général de France à Libreville (Gabon), Melle Raïssa MENGUE ONDO a bénéficié, depuis lors, de cartes de séjours temporaires d’un an portant la mention « étudiant » régulièrement renouvelées;

•La loi prévoit toutefois que l’étranger qui séjourne en France en qualité d’étudiant doit justifier du sérieux de ses études , c’est à dire d’une progression significative validée par l’obtention d’un diplôme;

•Or, Melle MENGUE ONDO a produit en 2007, pour l’université, une septième inscription en licence de droit, formation normalement diplômante au terme de trois années d’études;

•Par ailleurs, l’examen, par la Préfecture de Haute-Garonne, de sa situation personnelle et familiale (telle que résulte des éléments du dossier de Melle MENGUE ONDO et de ses déclarations) a permis de conclure qu’elle n’était pas menacée dans son pays d’origine, où elle avait vécu jusqu’à l’âge de 23 ans et où elle disposait d’attaches familiales;

•La demande de renouvellement du titre de séjour en novembre 2007 a donc été rejetée;

•La préfecture de Haute-Garonne a notifié à Mlle MENGUE ONDO, en date du 21 décembre 2007, par voie postale en recommandé à son adresse, un arrêté portant obligation de quitter le territoire - précisant que cet arrêté serait exécutoire à compter d’un mois après sa notification (soit le 22 janvier 2008) ».

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
SVP, connectez vous ou enregistrez vous.



Total Actuel: 44 Réactions
1. bonjour
Posté par: raissa le 30-03-2008 09:39
bonjour Raissa. 
C,est patrick 
jesuis congolais 
jesuis celibataire 
Atravers cette note je voudrais vous parvenir mes salutation. 
jevoudrai correspondre avec vous 
merci beaucoup  
patrick. 
jesuis akigali capital of rwanda
2. Soyons un temps soit peu rigoureux !!!
Posté par: Wilda le 20-03-2008 10:46
Ce qui est le plus regrettable dans cette affaire c\'est que nous les \"pretendus\" intellectuels nous ne sommes pas capable de tenir un discours ferme et coherent. Cest lamentable parceque nous aurons besoin de beaucoup d\'atouts dont ceux-la pour pretendre relever notre tres cher et merveilleux pays. 
 
C\'est a chacun de s\'interroger sur le role futur qu\'il aura a jouer et la responsabilite qui est la notre. Cela passe necessairement par une bonne expression afin d\'etablir la communication, condition cine qua non pour tout echange !!!
3. Toi aussi sévérine,sois crédible un peu,c quoi le français que t'écris là???
Posté par: Go the revolutions le 19-03-2008 13:30
Ya pas d'excuses,il faut arreter d'encourager le systeme bongoiste,cette fille mangeait la bourse qui aurait pu servir à quelqu'un d'autrs et qui,lui aurait prit ses etudes au sérieux,elle devrait rembourser les 7 ans de bourses! 
J'espère qu'elle va trouvé du boulot à yogo santé,ça lui fera du bien!
4. contestation
Posté par: severine le 19-03-2008 12:56
ok la préfecture a agit selon la loi.Mais je pense que qu'ils n'avaient pas le droit de la mettre déhors sans mettre au courent l'ambassadeur du gabon.moi je dit s'est une forme de rasisme cachée.Dites moi quel français on à traiter de la sorte au gabon?ok ça n'allait pas fort dans ces etudes mais la moindre de chose c'etais de prevenir l'ambassade qui à son tour devais faire état à l'Etat gabonais! 
quand c'est étrangé en france ça cause probleme mais,quand c'est français en etrangé ça ya pas problème mais enfin nous ne somme plus sous la colonisation que le gabon comprenne.
5. contestation
Posté par: tata le 15-03-2008 11:37
les bourses gabonaises en france sont gérée par le crous et après 2échecs consécutifs, l\'étudiant perd sa bourse. Comment elle a fait?et les bourses et stages, 7ans faut pas abuser.nous savons qu\'elle n\'est pas seule dans ce cas.
6. La france au francais, arretons nos betises
Posté par: nouch le 12-03-2008 08:22
je suis une ex etudiante qui a eu la possibilite d'etudier en france et a terminer ses 4 annes d'etudes haut la main. 
Les autorites francaises sont helas dans leur droit 7 ans pour une licence, il faut arreter. 
je ne suis pas issu d'une famille de minister mamere a meme perdu son emploi quand j'etudias en france. 
ma bourse a tete suspendu caron a compte en echec mon anne en fac de medecine au gabon. 
c pour dire, ceux qui ont la chance de preserver 7 ans une bourses sans etre inquites, je felicite leur expulsion. 
il faut savoir faire face a la vie et arreter de vivre dans l'illusion. 
les gabonnais doivent comprendre que meme pour eux la france n'acceptera pas la misere du gabon. 
je vois actuellement dans une capitale africaine depuis plus d'un an et viens de commencer un emploi largement paye et largement merite. 
alors Miss raissa , fait autre chose tout le monde n'est pas doue pour les etudes
7. Pas comme ça!!
Posté par: Edové le 12-03-2008 03:58
Soyons un peu intello, on ne réponds à la violence, s'il y a violence, par la violence. la reconduite à la frontiere de notre compatriote ne doit pas etre un pretexte pour deteriorer les relations franco-gabao. posons nous la question de savoir elle été reconduite de cette façon. Elle faisait l'objet comme bon nombre de nos compatriotes, d'une accumulation excéssive des mauvais resultats scolaires. elle n'est d'ailleurs pas la seule dans ce cas ici, il faudrait que les gabonais sachent avant tout qu'on vient ici d'abors pour les etudes. la plupart des gabonaises se trompent irrevocablement d'objectif une fois en France ; les filles font des enfants dans le desordre et les garçons se donnent aux mariage avec les plus vilaines filles de france, est logique? je ne pense pas. à voir, c'est tres desolant chers compatriotes. je pense que la France n'a pas des compte à nous rendre quant à sa politiq interieure.
8. il faut savoir se taire des fois
Posté par: mon pauvre gabao le 12-03-2008 02:23
on ne peut pas condamné les enfants pour les actes de leur pére, mais toi fils quand tu es mal placé pour comprendre la difficulté contente de lire comme tout le monde et ne jette pas la pierre a l'autre, j'ai trouvé cela assez déplac surtout que vous vivez dans un cadre tout a fait différent enfin , s'est vous les grands intéllo de mon pays , s'est vous qui aves les grands diplome dont ce n'est pas a moi simple ouvrier qui fait vous apprendre a faire une analyse, mais frère s'est désolant
9. je suis deçu
Posté par: unejeunegaboma le 11-03-2008 15:31
je sui vraiment deçu de voir que certains profite pr faire des règlement de compte a d'autres. Kadiatou M. est la fille de mon grand père ex ministre des finances. ce n'est pas pr autant qu'elle a a fait "7 ans" a l'étranger et est rentré sans diplôme, au contraire , la réussite scolaire à toujours été le mot d'ordre de papy Marcel. de plus moi même étant boursière je tiens à préciser que je méritait cette bourse et que j'en suis fière...
10. Chère matoka k.
Posté par: l?exilé le 08-03-2008 06:22
Des fois etre intelligent s?est aussi savoir ce taire quand il faut ? tes diplômes aurai pu te l?apprendre et entre ceux qui te reconnaissent savent que tu n?as pas eu besoin de la bourse pour faire tes études , et dieu seul sais combien la situation des étudiants bien que boursier est difficile en France , oui sept ans s?est trop , mais toute le monde n?a pas eu un papa ministre des finances, d?étudier dans les meilleurs condition que possible et crois moi quand tu es rentré tu as trouvé des diplôme autant que toi, sinon plus eux par contre non pas trouvé un simple gagne pain, alors que toi en un temps record tu as trouvé ta place au soleil , apprend a te taire et vole en silence
11. reponse a KADIAOU
Posté par: mon pauvre gabao le 08-03-2008 05:12
toi aussi ne soit pas trop dure avec ta soeur lol, il est certe vrai que la soeur se sert des études pour prolonger son sejour en france avec la complicité de notre systeme ngouda ngounda lol , il faut essayer de connaitre ses motivations? sa situation ?enfin il ne faut pas trop juger, et je crois me souvenir que toi aussi tu fais pati des grand priviligié du pays , ta famille est tres loin d'etre sainte , n'est pas? enfin j'espere qu'avec tes diplomes et ton long sejour en france tu ne verras pas comme papa du ministere des finance ton portefeuille personnel lol
12. reponse a KADIAOU
Posté par: KADIAOU le 04-03-2008 07:44
Obligé de dire même n\'importe quoi! Vous aussi, soyons un peu sérieux de temps en temps! C\'est ça \"GABON D\'ABORD\"? C\'est quoi cette affaire de licence en 7 ans? Et si c\'était le PhD, il lui aurait fallu alors combien de siècles??? Et si c\'était au pays, la bourse lui aurait toujours été accordée? Sans aucun doute, que nenni!  
 
Quand même, Raïssa, arrête ton char(abia) et va chercher un job ou un mari! Laisse cette bourse à un étudiant plus jeune, plus intelligent et plus nécessiteux que toi! A ton âge, tu devrais être soit plus loin que la licence, soit en mariage ou alors déjà sur le marché de l\'emploi!  
 
Arrêtons donc nos simagrées en accusant la France de tous les qualificatifs alors que là n\'est pas le problème. En fait cela n\'a permis qu\'à nous ouvrir les yeux sur une situation de désordre qui n\'avait en fait plus de nom. TCHOUOOOOOOOO!  
 
Quand je pense qu\'à moi ces gens de la DGBS en complicité avec un conseiller de l\'ambassede du Gabon en pays ami avaient presque détourné ma bourse alors que j\'étais major de ma promo en 1994, je n\'avais que 25 ans et il ne me restait plus que 2 ans jusqu\'au MBA avec un parcours sans faute, siouplaît! (ceux qui me connaissent me reconnaîtront), j\'avais dû illico presto faire machine arrière au bled pour élucider cette injustice criarde et arracher ma bourse des griffes de ces vampires! Dieu merci (car lui u moins, il ne dort pas!), j\'ai réussi et suis rentré 2 ans plus tard bardé de mes diplômes. HAHAHA! Nanti de mes parchemins, je\'ai trouvé ma place au soleil dans le privé. Et vlan!!! 
 
Malheureusement, cette affaire n\'a été qu\'une infime goutte d\'eau dans la mer des bêtises du Gabon, car les \"voleurs\" sont toujours dans la nature avec pour certains des promos politiques de députés, ministres et j\'en passe. Et on dit qu\'on aime notre pays! 
 
Bref, tout juste pour dire que la cocotte arrête de pleurnicher, elle a déjà plus que profité de quelque chose qu\'elle ne méritait plus. Elle ne sera même pas poursuivie pour rembourser cet argent! Que ses gens lui trouvent plutôt un emploi honnête (j\'espère), et puis basta, quoi! Mais qui a triché trichera encore et encore. Tant pis pour eux s\'ils n\'ont pas de dignité ni d\'honneur, pour nous quoi, dixit MAKAYA... 
 
Quant à nous et les autres, vigilance, le malin rôde toujours!
13. un pays corrompu
Posté par: lionel le 04-03-2008 07:04
bah voila que certains etudiant gabonais qui veulent des bourses pour poursuivre leurs etudes se les voient refuse au profit d`autres qui aurait des soit disant copain,parents.......... c`est aux bourses et stages qu`il faudrait remettre la responsabilite weech c ca le gabon
14. Pardon......ha ..Kié
Posté par: Siméon Ekhoga le 03-03-2008 18:44
je ddemande pardon pour mes impostures , je suis un brigand......... 
 
Du BDP au RDPG de Siméon Ekoga : ?Une arnaque de quatre mercenaires politiques? 
Auteur: Kisito de Wasykoto | Date: 10 Septembre 2003 | Réactions (0) 
Section: BDP Dans La Presse | Source: Le Peuple 
 
On parle, à Libreville, d?une aile du BDP entrée en dissidence avec le mouvement basé aux USA. Siméon Ekoga, son président, est rentré au Gabon. Après un entretien avec Omar Bongo, le BDP s?est mué en Ras­semblement démocratique du peuple gabonais (RDPG). Pour éclairer la lanterne de nos lecteurs, nous avons obte­nu cette interview exclusive sur Internet (http://www.bdpgabon.org). 
 
 
 
 
 
LE PEUPLE : Siméon Ekoga, Corneille Ollomo, Roméo Husingha Birinda, Engone Akoughey et Raymond Iwen se sont ralliés au PDG en se faisant passer pour des membres du BDP. Qu?en dites-vous? 
 
 
 
Le BDP : De tous les noms cités, nous ne connaissons que MM. Siméon Ekoga et Corneille Ollomo. M. Ekoga fut exclu du BDP le 20 juin 2000 pour traîtrise. Corneille Ollomo avait été démissionné de ses fonctions en janvier 2003 pour incompétence. Le reste des noms que vous mentionnez nous sont totalement incon­nus. Ces personnes furent probablement recrutées comme mercenaires politiques par le régime pour rendre crédible une masca­rade médiatique qui n?a pas dupé les Gabonais. Autrement dit, ce n?était qu?une arnaque maladroitement fabriquée par le régime dans sa tentative désespérée de nous faire taire en nous décrédibilisant auprès des Gabonais. Les organisateurs de la réunion BDP [12-14/6/2003] à Bordeaux, à savoir M. Gilbert Mezui (chef la cellule BDP Bor­deaux) et le Dr. Tsir Ella Nguema (Ministre de l?Edu­cation nationale du BDP domicilié à Bordeaux) se sont bien étonnés de voir M. Ekoga s?autoproclamer pré­sident du BDP alors qu?un tel poste n?existe pas dans les statuts. Le Comité directeur du BDP, basé aux Etats-Unis, a déjà fait avec le Dr. Daniel Mengara, notre coor­donnateur, toute la lumière sur ce sujet dans divers com­muniqués de presse dispo­nibles sur notre site Internet (http://www.bdpgabon.org). Pour nous, c?est du passé, maintenant. Le BDP reste entier et continue son com­bat plus déterminé que jamais. 
 
 
 
Que vous inspire la créa­tion du RDPG, clone du PDG? 
 
 
 
Le terme clone prêle à confusion et nous lierait de forme et de fond à la fiction bongoïste que le régime a voulu vendre aux Gabonais en présentant Siméon Ekoga et son groupe comme un parti clone du BDP. Au contraire, le RDPG est le dernier-né des clones du PDG. Le RDPG mort-né d?Ekoga n?est pas un parti politique, mais un groupe de quatre mercenaires poli­tiques achetés par le pouvoir et constitués à la va-vite pour simuler un ralliement du BDP au régime Bongo. Cependant, il n?est aujour­d?hui un secret pour person­ne au Gabon que c?est bel et bien Omar Bongo lui-même qui, parle le biais d?André Mba Obame, Jean Ping et Paul Toungui, a créé Siméon Ekoga et son RDPG-PDG dans un hôtel trois étoiles de Libreville (le Méridien Ré­Ndama). Ce stratagème a échoué. Le BDP s?ancre résolument dans une opposi­tion qui n?accepte ni les compromissions, ni la langue de bois. Malgré les trahisons, il compte mettre fin à la tradition du ventre et de la convivialité qui sévit au Gabon. Il faut aujourd?hui aux Gabonais autre chose que des gouvernements et institutions « manioc » dont le seul but est de se remplir les poches et les ventres avec l?argent du peuple. 
 
 
 
Comment fonctionne le BDP? 
 
 
 
Le BDP fonctionne comme toute structure savamment construite pour être efficace, surtout dans le cadre d?un combat l?opposant à une dic­tature comme celle du régi­me Bongo. Notre mouvement dispose, entre autres, d?un Comité directeur, de cellules réparties dans le monde et au Gabon, et d?un Gouver­nement de Salut national en exil. Il existe un certain nombre d?autres organes secrets et/ou informels chargés de divers dossiers stratégiques dont la teneur ne peut être révélée à cette étape de notre combat politique. En un mot, le BDP travaille assidûment et se pré­pare inlassablement dans un sens qui puisse donner un souffle nouveau à notre pays dans un contexte démocratique et sur la base d?une nouvelle entente entre les citoyens gabonais de tous bords politiques et ethniques. 
 
 
 
Pensez-vous que le prési­dent de la République ait été roulé par des escrocs ayant réussi à se faire pas­ser pour des membres du BDP? 
 
 
 
Non, nous ne Ie pensons pas. Le BDP est d?avis que rien ne se passe au Gabon qui n?ait l?accord d?Omar Bongo (...). Nous détenons des informations précises qui font état de manipulations commanditées directement du palais de Bord de mer à travers le trio André Mba Obame, Jean Ping et Paul Toungui. Si Omar Bongo a, comme vous le dites, été roulé dans la boue, non pas par Siméon Ekoga qui n?est qu?un pion, mais bel et bien par le trio, alors demandez à Omar Bongo de les virer immédiatement de leurs postes de ministre pour les punir de lui avoir causé un embarras national (?). Le régime a dépensé près d?un milliard de francs CFA dans cette ?opération Ekoga? visant à détruire le BDP par la corruption et la mise en scène. 
 
15. SARKO OYééé
Posté par: ADhaine le 03-03-2008 12:16
Enfin un président qu sait parler à ces salauds de négros qui salissent le monde avec leurs habitudes de singes et de gorilles ! 
 
Bien fait pour la tuée tuée qui est venue là via un baiseur d'en haut et qui ne foutait rien en France !
16. C'est partout comme ca mais les autres au moins ont une avance sur nous: ils sont developpes
Posté par: Wilda le 03-03-2008 10:13
Je suis navree que jusqu\'alors nous qui sommes senses representer notre pays demain ne soyons pas capable ce qui est fondamental pour nous. 
 
Il ne sagit pas pour nous de jeter l\'anateme sur autrui. \" avant d\'aller balayer la cours d\'autrui il faut d\'abord s\'assurer que la notre l\'est\". Mais pourquoi le mal vient toujours de l\'autre? Je crois que nous n\'avons pas encore compri ce qui a mener notre pays au chaos. 
 
Car tant que nous n\'aurions pas fait le retour sur nous meme pour savoir ce qui ne va pas et envisager des voies de sorties nous ne seront jamais sorti de l\'auberge 
 
Je prefere le dire encore... pour pretendre relever notre pays il faudra disposer de toutes les donnes et etre le plus objectif du monde possible mais si cela doit nous faire mal..tres mal. Ceux qui l\'on compri ne sont pas des extra terrestre et cela leur vaut un developpement certain. 
 
Mois je repete ce qui devrait nous gener dans cette affaire C\'est le fait que Melle R.M.O. CONTINUE DE BENEFICIER D\'UNE BOURSE ALORS QUE SES RESULTATS NE SUIVENT PAS.. C\'EST DE L\'INJUSTICE !!! POINT C\'EST TOUT!!! 
 
Ne pas en parler reviens a insulter notre intelligence. Car tous autant que nous sommes savons qu\'il existe des inegalites partout dans le monde mais tant que cela reste du KONGOSSA, les reactions restent des rumeurs. Mais ont ont quand meme soumi cette affaire a la connaissance du public...  
 
A cause de cela, svp amis de la mediocrite laissez nous dire et nous repeter, ce n\'est pas normal.. qui dira le contraire???????
17. C'est partout comme ca mais les autres au moins ont une avance sur nous: ils sont developpes
Posté par: gouala le 03-03-2008 07:53
pour l'amour dieu arreter de vous acharnez sur ces expulsés qu'est ce que les français ne font pas chez nous pensez vous sincèrement qu'ils viennent tous faire ce pour quoi ils ont été envoyés,et pourtant leur cher compatriote trouve toujours des raisons pour les déculpabilisés, rappellez vous l'affaire des enfants tchadiens,eux c'est la solidarité envers leur citoyens qu'ils soient pédophile meurtriers, pourvue que ce soit fais au tiers monde ,alors faisons pareil agissons par réciprocité trouver des français en situation irrégulières et renvoyons les en gaulle.Quelle que soit sa faute elle a droit au soutien des siens dans le pays de molière 
arreter de faire comme si nous étions le seul pays au monde dans cette situation il t a pplusieurs français au pays dans cette situation arreter de faire les intellectuelles ou  
mettez plutot votre intelligence pour trouver des arguments contre la préfecture de toulouse au lieu ce que croyait moi un francais aurait fait pour un compatriote
18. RENTRONS!!!!
Posté par: xxl le 03-03-2008 07:31
dépasé qu\'elle rentre ya koi il faut leur laisser leur pays et rentrer chez nous dans NOTRE CONTINENT zut un peu de fierté quand même!!!
19. to Okili
Posté par: Makaya le 03-03-2008 06:37
quand les Gabonais vont ils regarder la réalité en face ?. il faut savoir que le nombre de bourses etudiantes est limité, donc une idiote qui squate injustement une licence alors qu'elle est incapable d'étudier, c'est un etudiant potentielement brillant qui poirrote au Gabon. tu as compris Ignare de mangara et okili ?
20. courage
Posté par: STEVY le 03-03-2008 06:18
bonjour, 
merci pour votre franchise, en reconnaissant que le gabon est miné par la fraude, c\'est en filigrane reconnaitre que nos parents sont tous des fraudeurs. je deplore que le débat soit deplacé sur la question de la bourse, combien sont venu ici avec du mérite, combien n\'ont pas sollicité l\'aide d\'un oncle, une tante, un copain pour obtenir une bourse.moi qui vous parle, je ne suis pas boursier, mais je regerde le problème autrement, avoir un echc est-il synonyme de manque de sérieux? les policiers français avec les niveaux que nous connaissons sont-ils abilités à juger du serieux ou non d\'un étudiant, pourquoi l\'université de l\'arsenal, une des meilleurs université de france de sciences sociales lui a accordé cette inscription connaissant bien son cursus? etes vous pret aujourd\'hui à accepter une revision sur les modalités d\'attribution des bourses au gabon? je suis heureux de voir que vous aimez votre pays, mais combien parmi vous compte sur leurs parents pour obtnir un job au pays? je vous souhaite d\'être bon patriote, mais si seulement avec la même vigueur on pouvait donnocer les crimes de nos propres parents, le gabon irait plus vite de l\'avant.
21. courage
Posté par: wilda le 03-03-2008 06:01
VRAIMENT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
22. qu'elle s'éfface et ne fasse pas honte au pays
Posté par: knbj le 03-03-2008 04:51
je remercie les autorité franciase d'y avoir songé.une personne de trene ans doit prendre ses études au sérieux .quand çà ne donne plus,on se trouver un emploi,un mari et on arréte de vivre au depend des parents. 
elle est la honte des gabonais.qu'elle reparte dans son bissok natale se faire lavé le corps au lieu d'emmerder les gens et de se présenter comme un drapeau de chaos. :cry
23. expulsion de deux gabonais ce matin à Reims
Posté par: Tsamba le 29-02-2008 15:27
bonsoir à vous qui me lirez . la loi des series se confirme je suis étudiant gabonais à Reims dans la marne et je viens vous informer que deux gabonais ont été expulsé ce matin sans aucun avis d\'expulsion ce qui montre que le cas de l\'étudiante de toulouse n\'est pas isolé .nous comptons organiser une marche de protestation . Reagissons vite .
24. expulsion de deux gabonais ce matin à Reims
Posté par: IBOGAPOWER le 29-02-2008 15:10
Alors mes chers compatriotes, vous comprenez maintenant l'expression " le pays est géré ? "  
 
Je parie que cette demoiselle à abandonner les études depuis longemps pour se consacrer à autre chose, le statut étudiant n'étant qu'un moyen pour elle de rester en règle en territoire français. elle n'était plus étudiant si on vérifie bien, elle était surement babysitter quelque part. Mais le vrai problème , c'est les bourses et stages , comment cela a pu être possible, percevoir une bourse pendant 7 ans sans succès? dans les pays normaux, les populations devraient organiser une marche pour récclammer la démission des responsables de cette institution. Mais comme au Gabon, on a vendu la honte depuis, on trouvera toujours des excuses. VIVE LE GABON ET VIVE YAYA OMAR POUR L'ETERNITE. Nous attendons comme de tradition la promotion du DGBS . AINSI VA GABAO
25. expulsion de deux gabonais ce matin à Reims
Posté par: bertrand zotta le 29-02-2008 14:17
a tous nos compatriotes urgence 1 gabonais a été expulsé A REIMS aujourdhui!
26. Grossiere erreur!!!
Posté par: Willda le 29-02-2008 10:28
Je crois que nous avons fait une enorme betise !!! On aurait meme du commencer par plebisciter la controvenante et lui signifier toute notre admiration... Dommage. 
 
Toutefois mieux vaut tard que jamais !!! 
 
MERCI Melle R.M.O. DE NOUS AVOIR MIS EN FACE DES TRISTES REALITES ET DES INEGALITES PROFONDENT QUI MINENT NOTRE TRES MERVEILLEUX PAYS.
27. mon avis
Posté par: ss le 29-02-2008 09:33
Cette fille a tort a cause du fait qu\'elle n\'ait pas pris ses etudes aux serieux. QUand les resultats ne suivent pas ,les bourses et stages doivent etre la pour supprimer la bourse? Qu\'on pointe du doigt les bourses et stages et toute sa clique . Voila les resultats de la fraude et de la corruption. Pauvre Gabon !!!!
28. mon avis
Posté par: il faut l'acclamé le 29-02-2008 08:43
dans un pays ou l'on n'acclament des voleurs, et ont les soutient 
je penses que la soeur merite d'etre acclamé a son tour lol
29. Evitons de faire le patriotisme pour rien
Posté par: Ondekson le 28-02-2008 19:48
Salut! 
juste dire qu'il faut de jouer au patriotisme pour rien. Je comprends, nous sommes tous de gabonais et nous vivons toutes ces réalités au pays comme en France. Deux entités sont indexées : Les bourses et stages et le régime gabonais en général. Selon la préfecture, une licence se prépare en 3 ans. Ce qui est vrai. On peut comprendre qu'une personne fasse 4 ou cinq ans au plus. Et au delà? Où était les bourses et stages pour couper ou suspendre la bourse? la preuve : elle a quelqu'un qui travaille labàs. La préfecture n'a fait que respecter les clauses du contrat. Quand on pense que de milliers de gabonais ont besoin de ces bourses pour sortir. D'autre part il y a le système gabonais qui est mis en cause. Sur une chaine française (France 3), on a encore montré les dérives de ce système et même au delà des frontières gabonaises. Des immeubles qu'on achètent avec l'argent du contribuable. Arrêtons. Comme quelqu'un l'a dit, cette étudiante est mal tombée au mauvais endroit. La France a promis, elle commence à le faire. Qu'il y cru? un(e) gabonais(e)? expulsé(e)? Ce n'est qu'un version officielle de la préfecture. Demander la la version officieuse. Nous voulons bien croire que les étudiants n'avancent pas au même rythme mais qu'est ce qu'elle faisait en 7 ans?
30. Il faut comprendre!!!
Posté par: Wilda le 28-02-2008 11:14
Et puis nous ne sommes pas contre le fait que chacun avance a sa vitesse mais bien plutot que la machine des bourses et stage s fonctionne a 2 vitesses. Si elle reprend et qu'au bout d'un moment sa bourse est coupee conformement a la norme... le probleme ne se pose pas. Nous ce qui nous derange c'est l'INJUSTICE et la MAUVAISE FOI des uns et des autres !!!
31. Bien sur !!!
Posté par: Wilda le 28-02-2008 11:09
Je dirai tout simplement qu'elle s'est trouvee au mauvais endroit au mauvais moment. Comme pour toute chose il faut un bouc emissaire... Je crois que la FRANCE en a un peu marre et elle voulait percer l'abces... attirer l'attention !!!
32. soyons objectif!!!!
Posté par: minana le 28-02-2008 10:19
Salut à tous, j'ai parcouru vos commentaires!! vos point s de vues sont légitimes! 
à sa 7ème inscription pour une licence de droit et etre toujours boursiere c'est vrai que là ça pu la fraude des BS.mais là il s'agit d'un cas de rapatriement d'une soit disant sans papieers puisque les préfectures sont dans l'aobligation de satisfaire aux demande de leur chèr ministre B H, les SP ne sont pas identifiables dans la rue, ils ne sont pas étiquetés (lol) en revanche il faut il faut les fabriquer pour atteindre les quotas fixés par la france, autrement dit , ce st les personnes repertoriés par la prefecture qui seront les premieres cibles!!!d'où les étudiants et les demandeurs d'asiles en premier......ça je trouve ça illégale, malhuereusement Raissa a eu la mal chance de faire partie de ceux là...tout le monde va à son rythme dans les études, tout le monde n'a pas la science infuse!! si tu te rend compte qu'une filiere ne te convient pas dans la mesure où tu as du mal à réussir, tu te réoriente malheureusement la france ne laisse pas cette seconde chances aux étudiants étrangers....car elle qualifie cela de "non serieux dans les études" et je trouve l'article posté par obulicifer tres intéréssant sur ce point.....
33. Dr Mengara fait fort!!
Posté par: Nguéma-Ondo le 28-02-2008 06:45
Heureusement qu'il y a ce site du Dr Mengara pour permettre les échanges entre gabonais de tous les coins du monde! 
Bravo à son initiateur. Mengara comptera dans les années à venir!
34. Bonne lecture
Posté par: OBOLUCIFER le 28-02-2008 06:38
Version des faits, relatée par le journal gouvernemental gabonais " L'Union " - Boursière de l'Etat gabonais et régulièrement inscrite à l'Université Toulouse 1, R. Mengue Ondo, sans antécédents judiciaires, a été "expulsée" manu militari de France le 19 courant. Motif : elle n'évoluerait pas de façon satisfaisante dans ses études. 
 
EN allant le 18 courant faire renouveler son titre de séjour, qui expirait deux jours plus tard, R. Mengue Ondo, étudiante boursière gabonaise régulièrement inscrite à l'Université Toulouse 1 a été interpellée par des policiers, sur ordre de la préfecture de Haute-Garonne. Le lendemain au petit matin, ses "geôliers" l'ont embarquée dans un avion à destination de Paris, d'où, quelques heures après, on lui a fait prendre un autre pour le Gabon. 
 
La préfecture justifie la reconduite à la frontière par "l'absence de sérieux des études de cette jeune femme", qui a entamé en 2001 un cursus menant à la licence en droit. Mlle Mengue Ondo est détentrice d'un certificat de scolarité pour l'année académique 2007-2008 établi le 9 octobre 2007 par le secrétaire général de l'Université Toulouse 1, Jean-Pierre Barbier. 
 
Les versions divergent sur le traitement de l'étudiante au centre de rétention de Toulouse. L'intéressée affirme y avoir été conduite menottée avant de se voir intimer l'ordre de se dévêtir aux trois quarts. "On ne m?a pas donné la possibilité de communiquer avec quelqu'un de mon choix. On a plutôt fait venir un dame pour me consoler", a soutenu l'étudiante, que nous avons reçue à notre rédaction la semaine dernière. A l'en croire, c'est une codétenue qui l'avait mise en contact avec un avocat, qui n'a malheureusement pas pu la rencontrer avant son acheminement express sur Paris. 
 
Dans le document qu'elle a adressé à l'ambassade de France au Gabon, la préfecture affirme que la demoiselle s'est vu proposer "l'ensemble des garanties prévues par les textes (accès à un avocat, à un soutien juridique, un médecin...)". Sauf que la préfecture n'a pas indiqué l'identité de l'avocat ou du médecin qui aurait échangé avec l'étudiante. 
 
Au contraire, dans le dossier transmis au ministère gabonais des Affaires étrangères, le consulat général du Gabon en France signale l'extrême rapidité avec laquelle la jeune compatriote a été reconduite à la frontière, ce qui ressemble à une expulsion. Or, l'administration française ne signale à aucun moment que l'infortunée représente une menace. En ce qui les concerne, les milieux académiques, que nous avons joints au téléphone, eux aussi surpris par les événements, ne lui connaissent pas d'antécédents. 
 
NOMBREUSES PLAINTES La préfecture justifie la célérité de la procédure de reconduite à la frontière par le fait qu'elle aurait adressé à R. Mengue Ondo, le 21 décembre 2007, " un arrêté (...) lui demandant de quitter le territoire français au plus tard le 22 janvier 2008 ". La destinataire émet des réserves. " Bien qu'en vacances au Gabon à cette époque-là mes proches, que j?avais autorisés à lire mon courrier, m'en auraient aussitôt informé", rétorque-t-elle. 
 
Des documents de voyage renseignent que l'étudiante était au Gabon entre décembre 2007 et la mi-janvier 2008.Exigeant l'application des accords franco-gabonais en matière d'enseignement supérieur, l'association des Gabonais de Toulouse, qui estime par ailleurs que seuls les milieux académiques sont bien placés pour évaluer le sérieux des résultats des étudiants, envisage d'organiser un sit-in samedi après-midi devant la préfecture de Haute-Garonne. Le ministère gabonais des Affaires étrangères, lui, a adressé une correspondance en bonne et due forme à l'ambassade de France au Gabon, pour que le cas Mengue Ondo soit examiné avec beaucoup de compréhension et que prévale l'amitié franco-gabonaise. 
 
Au regard des nombreuses plaintes que notre rédaction enregistre, ladite amitié est, en effet, plutôt mise à mal dans l'Hexagone. Plusieurs compatriotes, et pas seulement des étudiants se plaignent du traitement de leur de leur demande de titre de séjour dans les préfectures. 
 
Il arrive que l'attitude de ces administrations ait des répercussions sur la délivrance de visas aux consulats de France au Gabon. Le cas d'une étudiante venue en vacances à Libreville et dont le titre de séjour a expiré parce que, malade entre-temps, elle ne pouvait pas regagner le territoire français. La délivrance d'un visa retour dépendait de la réponse de la préfecture de sa ville d'accueil, qui a pris tout son temps avant de réagir. 
 
Au finish, pour cette raison et pour bien d'autres, la demoiselle ne s'est pas vu délivrer de visa. Ce qui a des répercussions sur ses études, sérieuses celles-là, à la lecture des relevés de notes et des appréciations des enseignants. 
 
En juillet 2007, le Gabon et la France ont signé un accord sur la gestion des flux migratoires. Le texte qui aurait dû l'être avant la fin de l'année dernière, selon l'engagement pris par lu ministre français de l'Immigration, Brice Hortefeux, est toujours en attente de ratification par le parlement de son pays. 
 
Source : Journal L'Union Plus du 27/02/2008
35. OBOLUCIFER
Posté par: Wilda le 28-02-2008 04:22
JE M'ADRESSE A OBOLUCIFER dans la reaction ARRETEZ !!!
36. ARRETEZ !!!
Posté par: Wilda le 28-02-2008 04:19
Je ne me permettrai guere de vous tutoyer. 
De prime abord je vous dit bonjour et veux retenir votre attention sur un fait non negligeable que vous avez omi de mentionner. 
 
Nous sommes l\'avenir de demain et pour eviter que nous ne versions dans la demagogie qui a longtemps fait du mal a notre tres beau pays que nous cherissons tous... du moins je l\'espere, plusieurs valeures sont requises. Entre autre: l\'objectivite, la mesure, la raison, la parsimonie ainsi que toutes les valeurs intrinseques qui font de nous quelqu\'un qui merite de vivre en societe. 
 
vous nous avez longtemps entretenu sur des raison sommes toutes fondees. mais vous avez, peut etre volontairement, oublie de parler du fait que pour un cycle de trois l\'on fasse 7 ans et on continue de beneficier de la bourse !!! Dites nous ci c\'est normal !!! 
 
Moi je pense que pour cette derniere raison vous auriez du vous taire !!! Parceque est ce que vous savez combien de fils de pauvre arretent les etudes malgre eux apres un cycle de 3 ans parce qu\'ils auront en vain chercher a continuer, sollicitant une bourse NATIONALE !!! leur parents ete cultivateur en province et ne savant pas quoi faire vont se mettre a s\'appitoyer sur leur propre sort !!! 
 
Ils sont nombreux a l\'UOB qui se battent sans bourses attendant des resultats incertains et j\'en passe... avec la misere de l\'UOB... NON ARRETEZ !!! STOP !!! CA SUFFIT !!! ce pays est a nous tous. Elle a eu sa chance elle n\'a pas pu la saisir qu\'elle debarrasse le plancher et que quelqu\'un de plus valeureux prenne sa place. 
 
Moi je suis jeune etudiant diplomee. Par la grace de DIEU je suis a mon premier emploi mais beaucoup de mes collegues ont un avenir incertain. D\'autres on Solliciter des bourses nationale pour continuer avec de tres bon resultats et les sans coeurs de la DGBS leurs ont di que s\'il continuent c\'est a leurs propres frais...  
 
NE NOUS FAITES PAS ACCEPTER LA LOI DE DEUX POIDS DEUX MESURE, PLEASE!!!
37. les choses du pays
Posté par: okoss le 28-02-2008 03:38
tchouooooooooo comment peut on mettre 7ans pour arriver à la licence qui ne nécessite que 3ans? mais c\'est une honte!!! 
et avec cà nos autorités ont le courage de faire un recours mais cela revient à cultiver et à encourager la médiocrité. 
cette raissa fait partie de la catégorie d\'étudiant gabonais qui ternissent la réputation de tous les étudiants gabonais à l\'étranger. c\'est pourquoi on nous taxe de partisans du moindre effort, de fainéants... 
raissa si tu as encore la moindre dignité, laisse tomber les démarches pour retourner en france et contente toi de passer les concours pour avoir un travail car je doute fort que tu puisse tenir à l\'UOB vu que tu n\'as pas pu t\'en sortir en france. 
au lieu d\'aller vous pavaner et faire le ngounda ngounda à paris pensez plutot à construire votre pays ...
38. DURA LEX, SED LEX
Posté par: OBOLUCIFER le 28-02-2008 02:11
DURA LEX, SED LEX :  
 
Il paraît que ces préfectures sont dirigéEs par des élites??!!! (Cf. énarques) : HALLUCINANT 
 
 
 
 
DROIT DE REPONSE DE LA MAISON DU GABON 
 
Suite à l?affaire de la violation des droits d?une ressortissante gabonaise boursière de l?Etat gabonais, la préfecture de Haute-Garonne a réagi lundi à travers un communiqué de presse à la suite de la diffusion des articles du journal français la Dépêche du Midi des 23 et 25 février quant à la supposée absence de « cadre juridique » et de « procédure » pour la reconduite à la frontière de Mlle Raïssa Mengue Ondo. 
La Préfecture précise que la gabonaise « s?était vue notifier le 21 décembre 2007 un arrêté du Préfet refusant son renouvellement de titre de séjour en tant qu?étudiante en lui demandant de quitter le territoire français au plus tard le 22 janvier 2008 ». 
Le refus de titre de séjours était motivé par l?absence de sérieux des études de cette jeune femme qui s?était inscrite 7 fois successives pour passer une licence de droit. 
De plus, poursuit le communiqué de presse de la Préfecture de la Haute-garonne, « Mlle Mengue Ondo s?est présentée spontanément aux services de la préfecture le lundi 18 février 2008 ; compte tenu de sa situation irrégulière avérée, elle a été interpellée et après s?être vue proposer l?ensemble des garanties prévues par les textes (accès à un avocat, à un soutien juridique, un médecin...) a été reconduite au Gabon le 19 février 2008. 
Mlle Mengue est effectivement entrée en France le 18 septembre 2001 avec un passeport revêtu d?un visa de long séjour « étudiant » émis par le Consulat général de France à Libreville, au Gabon. Elle a bénéficié, depuis lors, de cartes de séjours temporaires d?un an portant la mention « étudiant » régulièrement renouvelées. 
Selon la Préfecture, « la loi prévoit toutefois que l?étranger qui séjourne en France en qualité d?étudiant doit justifier du sérieux de ses études, c?est-à-dire d?une progression significative validée par l?obtention d?un diplôme ». 
Or, est-il important de souligner, « Mlle Mengue Ondo a produit en 2007, pour l?université, une septième inscription en licence de droit, formation normalement diplômante au terme de trois années d?études ». 
Par ailleurs, l?examen par la Préfecture de la Haute-Garonne de sa situation personnelle et familiale (telle que résulte des éléments du dossier de Mlle mengue Ondo et de ses déclarations) a permis de conclure qu?elle n?était pas menacée dans son pays d?origine, où elle avait vécu jusqu?à l?âge de 23 ans et où elle disposait d?attaches familiales. 
Au regard des éléments énoncés ci-dessus et la difficulté de Mle Mengue Ondo de décrocher son diplôme (qui nécessite trois années d?études) en 7 ans, la Préfecture de la Haute Garonne a trouvé sage de la prier de regagner le Gabon, lui garantissant ainsi une sorte de sécurité. 
La reconduite hors de France pour le Gabon de Mlle Mengue Ondo est intervenu après que la Préfecture eut notifié à la gabonaise en date du 21 décembre 2007, par voie postale en recommandé à son adresse, un arrêté portant obligation de quitter le territoire français et précisant que cet arrêté serait exécutoire à compter d?un mois après sa notification, soit le 22 janvier 2008. 
Une certaine presse épaulée par des associations a fait un large amalgame de cette affaire qui a contraint les autorités françaises d?expulser cette étudiante et avait dénoncé « la violation répétitive et systématique des accords franco-gabonais liés à l?immigration par les préfectures de France », alors qu?il n?en était rien. » 
En réponse aux précisions de la préfecture de la Haute Garonne qui tente de justifier des violations graves et délibérées des accords franco-gabonais par des arguments fallacieux et non convaincants, la Maison du Gabon de Toulouse apporte les deux éclaircissements suivants. 
Violation de la procédure franco-gabonaise en matière de refoulement 
La préfecture de la Haute Garonne ignore la spécificité du statut des gabonais en France telle qu?elle découle des accords franco-gabonais. 
La procédure conventionnelle préalable à l?expulsion et au refoulement des ressortissants gabonais du territoire français. 
En cas d?expulsion du territoire français, l?article 8 alinéa 1 de la convention d?établissement franco-gabonaise : « lorsque l'une des Parties contractantes prend une mesure d'expulsion à l'égard d'un ressortissant de l'autre Partie dont la présence constitue une menace grave pour l'ordre public, elle en informe l'autre Partie. 
En cas d?expulsion, c?est la simple information préalable du gouvernement gabonais par l?intermédiaire du haut représentant officiel du Gabon en France c'est-à-dire l?ambassadeur du Gabon. C?est en lui que réside la voix du gouvernement gabonais en France. Le rôle du consulat général, c?est de gérer les ressortissants gabonais au quotidien et d?être détenteur de la parole ou de l?avis officiel du gouvernement gabonais, rôle dévolu au chef de la mission diplomatique. 
Au terme de l?article 8 alinéa 2, les autorités de l'une des Parties contractantes ayant prononcé une mesure d'éloignement à l'encontre d'un ressortissant de l'autre Partie sont tenues de lui permettre d'avertir immédiatement un conseil, son consulat ou une personne de son choix, afin d'assurer la sauvegarde de ses biens et intérêts privés. Il s?agit ici de préserver les affaires personnelles de tout gabonais faisant l?objet d?un refoulement ou d?une mesure de reconduite à la frontière. 
 
Mademoiselle Mengue n?a eu connaissance de son Obligation de Quitter le Territoire Français que lorsqu?elle s?est rendue à la préfecture le 18 février 2008, elle n?a pas disposé d?un mois pour faire des recours à partir de l?accusé de réception du courrier. La préfecture de Toulouse n?a jamais eu l?accusé de réception de la lettre envoyée à cette étudiante. 
Mademoiselle MENGUE était en déplacement au Gabon lorsque la lettre a été envoyée à son domicile. Après 15 jours, la lettre a été renvoyée à la préfecture avec la mention non réclamée. 
Si la faute de mademoiselle Mengue c?est de n?avoir pas accusée réception du courrier de la préfecture, elle pouvait simplement justifier le fait qu?elle était à l?étranger et dès son retour, pourquoi n?avoir pas pris attache avec l?expéditeur du courrier, c'est-à-dire la préfecture ? 
Rien ne prouve que le facteur ait laissé l?avis de passage et que personne d?autre ne puisse avoir accès à la boîte aux lettres de Mademoiselle Mengue. Si cette dernière avait quelque chose à se reprocher avec la législation française sur les étrangers et donc par rapport à la préfecture, elle ne se serait pas rendu en toute quiétude à la préfecture vu la pression constante de reconduite à la frontière des étrangers en situation irrégulière. 
Toutes ces interrogations auraient permis à la préfecture de ne pas être expéditive avec la ressortissante gabonaise et de lui notifier simplement le refus de séjour en lui permettant de se défendre, puisque selon la convention franco-gabonaise d?établissement article 5 alinéa 1 : « Chacune des parties contractantes s?engage à accorder sur son territoire un traitement juste et équitable aux biens, droits et intérêts appartenant aux nationaux de l?autres partie, à leur assurer la pleine protection légale et judiciaire et à faire en sorte que l?exercice de droit ainsi reconnu ne soit pas entravé. » 
La violation de la procédure est manifeste, ce qui rend la décision du refoulement vers le Gabon illégale. 
II/ Discrimination sur la poursuite des études dans les mêmes conditions que les étudiants français 
Le préfet n?a aucune compétence pour étaler la vie d?un justiciable ou d?un administré sur la place publique fut-il étranger selon les principes de la CNIL. 
L?étranger est un Homme et les étrangers gabonais ne sont pas en France pour des raisons humanitaires ou pour cause de mendicité. L?Etat gabonais a des moyens pour envoyer ses étudiants dans les pays du monde entier. 
Selon la préfecture, Mlle Mengue a produit en 2007, pour l?université, une septième inscription en licence de droit, formation normalement diplômante au terme de trois années d?études 
Comment la préfecture justifie qu?une étudiante gabonaise qui arrive en France en 2001 (2001-2007= 6 ans) va solliciter une septième inscription en licence de droit au bout de sa sixième année consécutive de présence en France ? C?est tout simplement impossible. 
S?il est vrai que tout parcours académique est sanctionné par l?obtention des diplômes, mais l?Université n?est-elle pas plus compétente que la préfecture pour apprécier le sérieux et la réalité des études. Peut-on dire d?un étudiant qui se retrouve en licence de droit qu?il ne peut-être considéré comme poursuivant réellement les études ? 
Il est dommage que la préfecture réponde par l?affirmative, en empêchant l?administrée de la possibilité de laisser le juge administratif d?apporter sa caution ou non à cette appréciation qui est complètement discriminatoire s?agissant des ressortissants gabonais. Les accords franco-gabonais sur l?enseignement supérieur qui permet aux étudiants gabonais d?accéder aux universités et écoles françaises dans les mêmes conditions que les français, n?ont jamais dit que cet accès est conditionné à la réglemention interne. C?est à dire que le maintien dans les universités françaises est conditionné par une progression significative validée par l?obtention d?un diplôme. 
La préfecture reproche en fait à Mademoiselle Mengue, de progresser lentement dans son cursus scolaire. Ce reproche est valable pour tous les étudiants de France. 
Selon le rapport ministériel sur « L'enseignement supérieur en France, publié en mai 2007, et des chiffres, fournis par l'Observatoire de l'insertion professionnelle (OIP), 
L?on constate des taux d'échec spectaculaires sur l'ensemble des filières au sein des universités françaises. 
Seuls environ 25% des étudiants inscrits en lettres et sciences humaines passent en deuxième année, c'est-à-dire un étudiant sur quatre. Rapporté à l'ensemble des filières universitaires (IUT et formations d'ingénieur compris). 
Le taux d'échec reste très élevé : environ 54% des inscrits échouent à l'issue de la première année et 1/4 des entrants quitte l'université après un an. Ce taux est encore plus important à l'Université Paris-Sorbonne où 29% des primo-inscrits sortent du système universitaire à l'issue de la première année. 
Sur l'ensemble des filières universitaires, ce sont généralement les titulaires de baccalauréats scientifiques qui s'en sortent le mieux : 90% d'entre eux réussissent le DEUG en 5 ans. C'est parmi les titulaires des bacs technologiques et professionnels que se rencontrent les plus forts taux d'échec dans les premières années. 
Les bacheliers issus de bacs professionnels ont, quant à eux, des chances encore plus faibles de réussite : ils ne représentent que 0,4% des diplômés 
Par conséquent, imputer à Mademoiselle MENGUE, le symbole des échecs à l?université française c?est dire « d?une mangue qu?elle est verte parce que l?on ne peut la cueillir ». 
La préfecture ne sort pas honorée en stigmatisant les étudiants gabonais, alors que le fort taux d?échec dans les études reste une préoccupation majeure du gouvernement français. 
Il est dommage en outre que la préfecture de la Haute Garonne pratique de la discrimination fondée sur la nationalité en distinguant les étudiants gabonais des étudiants français. Les étudiants de nationalité française n?encourent aucune sanction en cas d?échec dans les études alors que les étudiants gabonais se voient refuser le séjour en France pour cause d?échec dans les études. Cette pratique est discriminatoire et prohibée par les accords franco-gabonais sur l?enseignement supérieur. En effet, selon l?article 2 de l?accord de coopération sur l?enseignement supérieur France/Gabon du 17 août 1960 : « Le gouvernement de la République française s?emploiera en particulier à faciliter l?admission dans les grandes écoles françaises des candidats gabonais reconnus aptes à suivre l?enseignement. Ces étudiants élèves bénéficieront des droits et avantages accordés ou reconnus sur le territoire de la République française aux ressortissants français » Les étudiants français et gabonais sont donc assimilables par conséquent les ressortissants gabonais ne peuvent se voir reconduire à la frontière sous le motif d?un manque de succès des les études. 
Selon la Préfecture de Toulouse, c?est la loi qui prévoit que l?étranger qui séjourne en France en qualité d?étudiant doit justifier du sérieux de ses études, c?est-à-dire d?une progression significative validée par l?obtention d?un diplôme. Cette affirmation est inexacte, une circulaire n?est pas une loi, mais une mesure d?ordre intérieur dans la caractéristique première c?est de ne pas faire grief, c?est à dire, elle ne doit faire du tord à personne. Le ministre de l?intérieur ou de l?immigration qui prend des circulaires n?a pas de pouvoir réglementaire en France. 
Ainsi, la préfecture applique plutôt la circulaire du 26 mars 2002 sur les conditions d?entrée et de séjour en France des étudiants étrangers et modalités de renouvellement des cartes de séjour étudiant qui a repris en grande partie la circulaire n° 9100235C du 29 octobre 1991 relative au contrôle de la réalité des études des étudiants étrangers, ces différentes circulaires posent les critères du sérieux et de la réalité des études exigé aux étudiants étrangers. 
 
Ces critères ne sont pas explicitement posés par les textes mais a été développé par la jurisprudence administrative qui reconnaît à l?administration le pouvoir de s?assurer que la demande qui lui est présentée correspond bien au motif effectif du séjour en France. Cette compétence de principe a été rappelée notamment par le Conseil d?État dans un arrêt Djiro du 11 février 1994 (req n° 104337), selon lequel « les dispositions de l?article 8 du décret du 30 juin 1946 n?obligent pas l?administration à délivrer une carte de séjour à tout étranger qui produit un certificat d?inscription. 
 
 
Selon la position du Haut juge administratif, la préfecture était contraint de délivrer un titre de séjour à mademoiselle Mengue puisque c?est la loi qui pose cette obligation. Selon l?article L313-7 (Loi n°2006-911 du 24 juillet 2006), du code des étrangers, 
 
La carte de séjour temporaire est accordée à l?étranger qui établit qu?il suit en France un enseignement ou qu?il y fait des études, c?est le cas de Mademoiselle Mengue. 
S?agissant des ressortissants gabonais, cette carte doit être délivrée de plein droit. En effet, selon L313-7 du code des étrangers, la carte temporaire doit être délivrée de plein droit à l?étranger qui poursuit non seulement ses études mais également celui qui est ressortissant d?un pays ayant signé avec la France un accord de réciprocité relatif à l?admission au séjour des étudiants. 
 
Le préfet n?a pas compétence de violer les accords franco-gabonais, il est plutôt chargé d?être le garant de son application dans toute sa région. Que la préfecture fasse amende honorable en corrigeant son erreur en ordonnant le retour de Mademoiselle MENGUE en France afin qu?elle termine son cursus universitaire. Le gouvernement gabonais peut-il ordonner une seule fois d?expulser les élèves français du lycée Blaise Pascal de Libreville qui reprendraient des classes ou qui échoueraient au baccalauréat ou les examens à l?université, c?est toute simplement impensable grâce de nos accords sur l?enseignement. 
 
En somme, il est manifestement avéré que la préfecture use de mensonge pour enfoncer ou du moins pour justifier la violation grave des droits de mademoiselle MENGUE. 
La maison du Gabon demande au préfet de la Haute-Garonne de lui donner le nom de l?avocat commis d?office qui a été sollicité dans cette affaire, l?heure à laquelle il a été saisi et le nom du fameux médecin qui a ausculté Raïssa. 
 
La préfecture a fait usage d?une justice de droit privé qui ne l?honore pas. Les gabonais ne doivent plus faire les frais des politiques françaises en matière d?immigration. Que la France dénonce les accords bilatéraux qui la lient au Gabon et alignent les gabonais sur le droit commun pour éviter que ceux-ci se prévalent des droits soit disant imaginaires. 
 
La Maison du Gabon dénonce cette méthode cupide qui consiste à faire passer des victimes pour des coupables, nous réaffirmons que Raïssa est bien une victime comme beaucoup de ressortissants gabonais avant elle et La Maison réitère ses propos : les préfectures de France et plus particulièrement celle de la Haute-Garonne violent systématiquement depuis 20 ans les accords franco gabonais liés à l?immigration. 
LA MAISON DU GABON, LA DIAPORA GABONAISE et la COMMUNAUTE GABONAISE de Midi-Pyrénées réaffirment son soutien indéfectible à Raïssa et sa famille et rappellent à tous que la marche de protestation contre la violation des accords franco-gabonais liés à l?immigration du samedi 1 mars 2008 à 14 heures / place du capitole est confirmée.
39. c'est regrettable
Posté par: kanYe west le 27-02-2008 20:28
chers freres gabonais, c'est regrettable. soyons realistes, l'etat francais a bien raison de mettre dehors une compatriote de la sorte . car si pour une licence elle traine pour 7 ans , alors c'est pas la peine . la france par cette acte nous montre qu'elle n'accepte pas les conneries gabonaises. cette raissa , c''est deja une mama , elle est tres agée pour etre encore a cette etape bien fait pour elle qu'elle soit expulsée car l'enafant du pauvre qui reclamait cette bourse aurait mieux fait en travaillant dur pour la meriter.soyaons realistes , il faut que les choses avancent , nous les etudiants sommes l'avenir du Gabon de demain , donc ne cautionnons pas des betises du genre. c'est normal qu'elle soit expulsée, il fo etre OBJECTIF. les choses doivent bie changer un jour
40. réaction au post de wilda
Posté par: Go the revolution le 27-02-2008 19:34
Bien sure que l'on se foute du peupleet cela depuis longtemps! D'après le journal télévisé ce soir sur fr3,les biens immobiliers d'obo à paris viennent de passer à la trappe,il vient d'acquerir un immeuble dans le 16e avenue foch à paris cout 19000000?,d'ou sort cette argent????? pour quelqu'un qui déclare un revenu mensuel de 15000???? 
Monsieur se permet meme l'achat d'1 merco à 400000? tiré d'1 chèque des comptes publiques! 
Putain je suis révolté! Que va t-il laissé o pays ce type,des dettes et de la misère!!!
41. Régretable et honteux à la fois
Posté par: Bush Kouzu le 27-02-2008 17:59
Cher Vous! 
Avant hier, j'étais surpris en apprenant cette nouvell d'expulsion en cascade qui nous touche.. au point mem d'accabler le "Tchoupa Tchoup" à ma reine du 93. Hier, j'ai fais le procès des relation Franco Gabonaiss et aujourd'hui la préfectur de haute garonne nous inform tous du véritable statut de notre compatriote, qui a brillé d'une "compétence" académique jamais réalisé en territoire français au grand dam des autorités administratives: Préparer une licence de droit en 7 ANS!!! 
C'est certain, la fraude de renouvellemnt des allocations vient des bourses et stages du Gabon, le CROUS généralement prend acte! C'est l'argent du contribuable Gabonais que je sache! Autant de fois que la DGBS délivre des attestations pour les enfants chéris de sa maison en dépit des piètres résultats et bien... on assistera tjours à ce genre de chose. Le Gabon doit néttoyer son salon afin de tuer les microbes qui l'empestent. 
Pour revenir à notre compatriote expulsée, comprennez que la france nous a pulvérisé... n'est ce pas pour implicitement dénoncer la pratique illégale de renouvellemnt de bourse aux non méritant? 
Kongonsseusement votre!
42. La fraude vient du CROUS de Toulouse
Posté par: Nguéma-Ondo le 27-02-2008 12:25
Les bourses gabonaises en France sont payées par les CROUS de France. 
Le renouvellement se fait sur résultats universitaires validés par les CROUS et avec leur avis.  
Si cette dame Mengue a continué à perçevoir la bourse gabonaise étant en France, c'est que le CROUS de Toulouse a triché quelque part sur ses résultats présentés aux bourses et stages. 
Autre possibilité:la fraude vient des bourses et stages qui peuvent imposer au CROUS en France une bourse à un(e) étudiant(e) quand bien même ses résultats sont médiocres. Pour cela, il faut être une des maitresses de Mr Moutou ou de Mr Michel Essonghé ou d'un quelqu'un des bourses et stages ou de la présidence. Ou alors relever d'une bourse présidentielle qui n'est pas attribuées sur la base du travail mais sur la capacité à danser et bouger les fesses avec les femmes de l'UFPDG. 
Disons quand même que la France ne veut plus de noirs en France. Elle est souveraine. Les gabonais doivent récupérer leur pays à la clique affairo-maçonique et françafricaine qui nous exploite à Libreville.  
Nous aussi, nous devons arriver à dire qui nous voulons sur notre territoire.  
 
Vive Laurent Gbagbo, le modèle de leader de notre Afrique de demain!
43. Ramassi de foutaise
Posté par: Wilda le 27-02-2008 11:32
Que la France soit respectueuse de contrat ou pas, la n'est pas la question. les gabonais sont habitues au laxisme, a la malhonnetete, a la fraude, a la corruption, a la betise, a la mediocrite... oh punaise c'est un ramassie de foutaise qui fait un fait un lamentable pays pauvre.  
 
Mon souhait c'est que la France et tous les autres pays africains ou Eurpeens... se mettent a traquer tous les voleurs de merites en situations irreguliere...qui privent des valeureux...
44. C'EST REGRETTABLE
Posté par: Wilda le 27-02-2008 11:20
Commencer cette reaction c\'est comme decider de tirer dans tous les sens du fait de la complexite de cette affaire et de tous les parametres qui entrent en ligne de compte. 
 
Non mais soyons serieux cette expulsion au dela tout est somme toute raisonnable et merite qu\'on arrete de verser dans une passion deraisonne, je dirai meme du sentimentalisme voir du fanatisme. Bien sur, cela ne s\'est pas fait dans les normes; bien sur ce n\'est pas la seule dans ce cas;  
 
MAIS JE CROIS QUE LES CHOSES DOIVENT SERIEUSEMENT CHANGER DANS CE PAYS ET TAMPIS SI CELA DOIT COMMENCER AVEC DES PERSONNES MOINS CONNUES DU FAIT QUE DES MAKAYA PAIENT AUSSI TROP D\'INJUSTICES DANS CE PAYS. 
 
Mon DIEEEEEEEEEEEEEEEUUUUUUUUUUUU... j\'ai envie de le crier a qui voudra bien l\'entendre. Qu\'est ce que les makayas font quand ils sont victimes d\'injustices... ou vont\'ils se plaindre. Chaque annee on leur ravit des bourses au detriment des plus nantis ou des favorises du pouvoir et puis quoi encore... 
 
Sept annees et elle beneficie encore de la bourse alors que les makayas qui restent aux pays malgre eux avec la miserable bourse nationale pays a la \"on s\'en fou\" voit leur bourse automatiquement coupee lorsque pour un cycle de 3 ans erreur de parcours il fait 4 ans... et la malhonnetes agents des bourses et stages n\'ont pas honte de flanquer aux visages des pauvres qu\'il ne peuvent rien...qu c\'est la loi... a qui s\'applique t\'elle finalement. 
J\'aurai meme entendu de source sur que la mere de cette derniere travaillerait a la DGBS. 
 
Oh MON DIEU VIENT NOUS EN AIDE. Car la triste realite c\'est que si pour la concernee c\'est la cas, qu\'en est t\'il des enfants des \"grands quelqu\'uun de ce pays\". Et on nous dit tous les jours au pays qu\'il n\'y a pas d\'argent? Qu\'il faut reduire le budget de ceci ou de cela? 
 
Non mais c\'est gens la se foutent bien de nous ? Ils le croient peut etre mais quelque soit la duree de la nuit... 
 
Non, cette affaire peut me rendre dingue...quand je pense que... Et ils ont le courage de foutre ca dans les medias... 
 
DIEU EST VIVANT POUR NOUS TOUS !!!

Sections Actualités: BDP | Dossiers | Gabon | Monde
spacer
RECHERCHE
Visiteurs
We have 1772 guests online
Actus Gabon
A La Une
Dossiers
A La Une
Françafrique
Libre Tribune
A la Une
Actus Monde
A La Une
CALENDRIER
Août 2022
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Activités Courantes
No Latest Events
Sondages
Que veut dire pour vous le mot "Opposition"?
  
REACTIONS
Sur: Gabon : Daniel Mengara, pr&eac...
Par cephas kouassa qui dit...
"message"
10/02/10 10:40
rappel
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par FIDIECK Célestin qui dit...
"Président d'un club de footbal au Cameroun"
09/02/10 09:36
Ceci est à encourager. J'amairais sav...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par mika qui dit...
"football"
05/02/10 14:27
salut mon c'est mika je cherch 1 centre ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"contact"
02/02/10 10:08
bonjour Mr NDONG Voila aujourdui 5ans q...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"RECHERCHE"
02/02/10 10:00
bonjour j'aimerai savoir ou trouver les...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par ROMEO E. KONU qui dit...
"JE CHERCHE LE CONTACT PERSONNEL DE PATRICK"
01/02/10 12:47
C'EST MOI QUI AI AMENER Mr. DAOUDA DIALL...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:55
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:52
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:42
Au fait je repond au +237 94 47 48 90 m...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:28
Salut et bonne année a tous moi c\'est M...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par mombouele qui dit...
"reaction"
23/01/10 08:42
si li la fait c'est parce que surement i...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Alliance secrète Myboto-Bongo:...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:49
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:43
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Législatives: Le Premie...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Communiqué: René...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:42
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Omar Bongo, en français petit ...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:36
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par boussougou roger gael qui dit...
"je veux integrer le club"
22/01/10 05:00
bonjour je suis un jeune tres embisieux ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par kobeyo qui dit...
"savoir"
21/01/10 15:37
salut jute pour savoir qu...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par diof qui dit...
"recherche de centre de formation de football au gabon"
19/01/10 08:00
bjr cher correspondant je suis un jeune ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par agent de jouer qui dit...
"agent de jouer"
18/01/10 12:27
Je suis un agent de joueur je suis à Lon...
Lire cette réaction...
Sur: Mafia au Gabon: Les mauvais pa...
Par Atchoutchou atchoutchou kiki qui dit...
""
18/01/10 12:04
NO MAIS ! Moi je dis seulement : GABON P...
Lire cette réaction...
Récents articles BDP, Gabon, Monde
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

Copyright©1998-2007 BDP-Gabon Nouveau.
Tous droits réservés.