spacer

ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN AVRIL 2008.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT AVRIL 2008. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

Bienvenue
Home
Accueil
Toute l'actualité
Forums
Ancien Site
Présentation
Historique
Charte
Appel à la Nation
Idéologie
Organes
Gouvernement
Comité Directeur
Le Mamba
Adhésion
Devenir Membre
Donations
Animer une Cellule
Actus BDP
A La Une
BDP Discours
BDP Communiqués
BDP@Médias
Vidéos BDP
Audios BDP
Galerie Images
Traîtres & Imposture
Publications
Livres
Articles
Films
Nous Contacter
Infos Contact
Home
Accès Membres
  Accès Site
  Inscription Site
  Newsletter
  Forum Email
  Réactions
Username

Password

Remember me
Password Reminder
No account yet? Create one
Syndication
Mettez nos news
sur votre site!
Favoris BDP
 
 

Top 20 des News
Gabon : Mbira, l'expulsé de France PDF Print E-mail
Divers
Written by SERVICE DE PRESSE DE LA MAISON DU GABON   
Mardi 04 Mars 2008 à 19:50
Après l’affaire Raïssa Mengué, étudiante gabonaise à Toulouse expulsée de force le 19 février dernier, qui avait suscité des vives réactions de la communauté gabonaise tant en France qu’au Gabon,, un autre Gabonais, monsieur Mbira vient d'être expulsé de la France. Il s’agit d’un étudiant gabonais et père de famille résidant en France depuis dix ans et dont le rapatriement forcé constituerait une nouvelle violation des accords franco- gabonais en matière d’immigration.

L'association des gabonais de France, la maison du Gabon, fait état dans ce communiqué daté 3 mars, que nous publions in extenso, des contours d’un nouveau cas d’expulsion jugée abusive. Le gouvernement gabonais a réagi le 3 mars en déclarant qu'il entend désormais appliquer la réciprocité. C'est en principe ce soir que les sujets français concernés par cette mesure doivent être expulsés du Gabon.

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Maison du Gabon condamne la reconduite illégale et inhumaine d’un ressortissant Gabonais de Reims Apporte son soutien à la communauté Gabonaise de la MARNE et à Monsieur MBIRA et sa famille Les faits Monsieur Mbira L est arrivé en France en septembre 1998, en qualité d’étudiant. Après un brillant parcours académique à l’université de Reims, il obtient dans un premier temps une maîtrise en Ressources Humaines puis une autre en Administration Economique et Sociale.

Souhaitant intégrer une grande école de commerce à 5000 euros l’année pour passer un MBA en Ressources Humaines, il va trouver un emploi étudiant au Centre international de séjour, un centre d’hébergement de passage et de repos à Reims.

Il est père d’un enfant de 4 ans né en France en 2004 et scolarisé sur Reims où vit également la mère est en situation régulière. Les problèmes de Monsieur Mbira commence en 2007, une entreprise parisienne, OG sécurité cherche un formateur qui dirigerait le service des Ressources Humaines voilà ce que dit en préambule la promesse d’embauche : « OG SECURITE vous propose un contrat en CDI en qualité de responsable et formateur en ressources humaines à condition de présenter les documents vous autorisant à travailler sur le territoire français fait à Paris le 20 octobre 2007 »

Monsieur MBIRA envisage alors un changement de statut pour passer d’étudiant au statut salarié. Avant d’entreprendre ses démarches, il se rend à l’ambassade, après avoir exposé ses intentions à certains fonctionnaires du Consulat du Gabon en France, sans solution évidente, il s’attarde sur les affichages publicitaires du Consulat et tombe sur l’annonce d’un cabinet d’avocat « HL juristes conseil plus » spécialiste des démarches administratives. Monsieur Mbira va contacter un avocat de ce cabinet en la personne de Maître ONEL MAGNAN à qui il règlera des honoraires conséquents.

Ayant déposé au préalable un renouvellement de titre de séjour étudiant et obtenu un récépissé de renouvellement valable jusqu’en avril 2008. Parallèlement à son statut étudiant, L’avocat saisi, va déposer auprès de la préfecture de Reims une demande de changement de statut en début février 2008 et obtenu un rendez-vous pour examen du dossier le 24 avril 2008. Dans l’attente de ces différentes démarches, Monsieur Mbira reçoit le 17 février 2008 un refus de séjour avec obligation de quitter le territoire français dans un délai d’un mois. Celui-ci saisi rapidement son avocat qui décide de faire un recours gracieux auprès du préfet. Le lundi 25 février 2008 au matin, Monsieur dépose sa fille à l’école et rentre chez lui.

A peine rentré, la police sonne à sa porte. Monsieur déclare aux policiers qu’il est serein et n’a rien à se reprocher puisque son avocat à déposer un recours qui normalement suspend son obligation à quitter le territoire. Les policiers ne veulent rien savoir et l’amènent au poste. Monsieur Mbira passe tout de même un coup de fil aux proches pour aller récupérer sa fille dont la mère se trouve au même moment hospitalisée. A 10 h45 un policier appelle la mère pour vérifier si la mère se trouve à l’hôpital, convaincu, il l’ordonne pourtant d’aller récupérer sa fille sinon passer l’heure de la cantine, elle se verra confier aux services sociaux puisque le père est en garde à vue. La mère alitée ne peut se déplacer selon ses médecins, mais arrive tout de même à joindre sa sœur pour récupérer sa fille. La jeune tante s’est vue dans l’obligation de garder sa nièce pendant une semaine, période pendant laquelle la tante n’a pas pu se rendre en cours.

Arrêté le lundi 25 février 2008 et après une nuit de garde à vue, mardi 26 février 2008, Monsieur Mbira fait venir son avocat à Reims pour l’assister lors de sa présentation au tribunal administratif, on lui apprend que sa demande ne peut-être examiné, son avocat n’a pas introduit un recours en suspension.
Monsieur demande alors à changer d’avocat et charge Maître MIRAVETTE du barreau de Reims d’assurer sa défense, celui- ci réussi à obtenir une audience devant le juge des libertés au tribunal de Châlon le mercredi 27 février 2008.

La probabilité pour Monsieur Mbira de s’évanouir dans la nature étant jugé possible, ce dernier ne peut obtenir une mesure provisoire de liberté. Son nouvel avocat veut obtenir d’un juge une audience le jeudi 28 février 2008 devant le tribunal administratif de Reims mais sans succès. L’avocat est obligé d’appeler la presse France 3 Champagne Ardenne, qui va évoquer cette affaire douloureuse pour le père d’un enfant né en France.

En voyant son papa à la télévision, la fille de 4 ans va demander a à sa mère pourquoi son papa passe à la télé, la maman a du expliqué à sa fille que son papa allait voir ses grands parents au Gabon et disait au revoir à ses amis, « il reviendra pour continuer à t’amener à l’école ».

Le même jour, c'est-à-dire jeudi, Monsieur Mbira appelle la mère de sa fille qui venait de sortir de l’hôpital en lui précisant qu’il vivait mal cette situation, qui n’avait rien fait de mal et pourtant il était traité comme un criminel : « je suis menotté, je ne mange que des sandwichs ». Après 20 heures, effondrée et en larmes, la maman de la fille de Monsieur Mbira rappelle à nouveau l’avocat pour connaître la suite de l’affaire, celui-ci répond à la dame que son client et lui se verront, vendredi vers 11H. Seulement vers 5 du matin vendredi 28 février, Monsieur Mbira apprend par la police que son vol pour le Gabon est prévu à 10h. Il fût amené aussitôt à la zone d’attente de Roissy de là il fut embarqué sur un vol Air -France pour le Gabon.

En France depuis 10 ans, Monsieur Mbira, quitte le pays de 1789, avec comme effets personnels une paire de chaussure, une chemise. Il laisse en France, un enfant de 4 ans dont il avait la charge, un bail de location d’appartement, toutes se affaires personnelles, son compte en banque et ses amis. La Maison du Gabon, une fois de plus se charge de l’oraison funèbre pour confirmer haut et fort, que Monsieur Mbira est une victime de plus de la violation flagrante des accords franco-gabonais liés à l’immigration et cela à trois niveaux. Le premier niveau est relatif au statut actuel de Monsieur Mbira, il était étudiant et son récépissé de renouvellement de carte de séjour étudiant était valable jusqu’en avril 2008.

Par conséquent en tant qu’étudiant gabonais, la décision de reconduite à la frontière viole les accords franco-gabonais sur l’enseignement supérieur. En effet, Selon l’article L313-7 (Loi n°2006-911 du 24 juillet 2006), du CESEDA, la carte de séjour temporaire est accordée à l’étranger qui établit qu’il suit en France un enseignement ou qu’il y fait des études, c’était le cas de monsieur Mbira. S’agissant de certains étudiants étrangers, cette carte doit être délivrée de plein droit. En effet, l’article L313-7 du code des étrangers, stipule que la carte temporaire doit être délivrée de plein droit à l’étranger qui poursuit non seulement ses études mais également celui qui est ressortissant d’un pays ayant signé avec la France un accord de réciprocité relatif à l’admission au séjour des étudiants, c’est le cas des étudiants gabonais.

D’une part, selon l’article 1er de l’accord de coopération en matière d’enseignement supérieur entre la République française et la République gabonaise du 17 août 1960 : l’accès des établissements universitaires et des instituts de recherche scientifique ou relevant de leur autorité ». Ainsi, le titre de séjour étudiant des ressortissants gabonais doit-être délivré de plein droit. Par ailleurs, depuis la loi Chevènement de 1998, lorsque la loi prescrit qu’un étranger doit se voir attribuer de plein droit un titre de séjour, cette circonstance fait obstacle à ce qu’il puisse légalement être l’objet d’une reconduite à la frontière (CE 10 décembre 2004, YOUNESSE req n° 265629).

Question : Pourquoi la préfecture de Reims a-t-elle reconduit illégalement Monsieur à la frontière piétinant au passage les accords franco-gabonais ?

Le deuxième niveau est relatif au séjour de Monsieur Mbira, il était père de famille, que devient sa fille, a-t-on respecté sa vie privée familiale telle que le stipule l’article 8 de la convention européenne des droits de l’homme. Monsieur Mbira est arrivé en France en 1998, il ne pouvait pas être reconduit à la frontière parce que protégé par l’accord multilatéral sur les droits fondamentaux que le Gabon a conclu avec la France le 15 août 1960 à Brazzaville.

Les ressortissants gabonais ne peuvent se voir frapper d’une mesure d’obligation de quitter le territoire français, car en cas d’application d’une telle mesure à un ressortissant gabonais, cela violerait l’article 2 de l’accord multilatéral sur les droits fondamentaux conclu entre la France et le Gabon et qui a été signé le 15 août 1960 à Brazzaville.

L’article 2 de cet accord dit que les ressortissants gabonais peuvent rentrer librement en France, d’installer leur résidence dans le lieu de leur choix et d’y sortir librement. Comment comprendre qu’avec un accord aussi important, un gabonais peut se voir imposer une obligation de quitter le territoire c’est là une violation des droits fondamentaux reconnus aux ressortissants gabonais en France par les accords conclus par les deux pays.

Ainsi, pour le gouvernement gabonais, en dehors du cas d’expulsion possible dans les deux pays en cas de menace à l’ordre public, les mesures de reconduite à la frontière appliquées aux étrangers sans titre de séjour ou dont le titre de séjour n’est plus valide ne sont pas appliquées aux ressortissants français.

Le troisième niveau concerne le droit de travailler des ressortissants gabonais et qui permet le changement de statut. Selon l’article 1 de l’accord multilatéral sur les droits fondamentaux de la Communauté que le Gabon a signé le 15 Août 1960 à Brazzaville au Congo : «Les nationaux des Etats de la Communauté bénéficient du libre exercice des activités économiques, professionnelles, et sociales dans les mêmes conditions que les français… »
Cet accord donne aux ressortissants gabonais le droit de travailler dans les mêmes conditions que les français. Cette liberté des activités professionnelles est confirmée par l’article 1er de la convention d’établissement France/Gabon du 11 mars 2002. Selon cette stipulation conventionnelle. «Les nationaux de chacune des parties contractantes jouissent sur le territoire de l’autre partie des libertés publiques dans les mêmes conditions que les nationaux de cette dernière partie ». Les libertés considérées sont énumérées dans le préambule, il s’agit notamment : « Du libre exercice des activités culturelles, religieuses, économiques, professionnelles, sociales, les libertés individuelles et publiques telles que la liberté de pensée, de conscience, de religion et de culte, d’opinion, d’expression, de réunion, d’association, ainsi que la liberté syndicale».

S’agissant du contenu de l’accord d’établissement du 11 mars 2002, il dit ceci dans son article 5 al 2 : « Les nationaux de chacune des parties contractantes bénéficient sur le territoire de l’autre des dispositions de la législation du travail, des lois sociales et sécurité sociale dans les mêmes conditions que les nationaux de cette partie, sous réserve qu’ils soient en situation régulière ». Il est clair que les ressortissants gabonais en France ne peuvent se voir opposer la situation de l’emploi. Par conséquent, l’analyse faite sur les accords franco-gabonais liés à l’immigration est complètement scandaleuse.

Le refus d’appliquer les accords migratoires franco-gabonais à des conséquences néfastes pour les ressortissants gabonais en France. Tous les gabonais partout en France, qui souhaitent actuellement passer d’un statut d’étudiant au statut salarié, la carte de séjour n’est plus délivrée, opposition de l’emploi oblige, et c’est l’invitation à quitter le territoire français qui leur est délivrée en guise de document administratif.

Après Raïssa dont l’expulsion a suscité des débats stériles, le cas de Monsieur MBIRA vient confirmer ce que La Maison du Gabon dénonce et condamne : « la violation par la partie française des textes de loi qui lient la France et le Gabon ». Monsieur MBIRA n'est que la énième personne d'une longue liste de ressortissants gabonais reconduits à la frontière en violation flagrante des accords franco-gabonais.

Dans toute la France, à l’heure actuelle, pour faire respecter les accords franco gabonais liés à l’immigration il faut saisir les tribunaux. Ces procédures sont couteuses et longues avec des conséquences dans la vie des gens.
Les futurs cadres de notre pays, doivent-ils passer par la case garde à vue, menottes au poignet, centre de rétention et expulsion?

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.
SVP, connectez vous ou enregistrez vous.



Total Actuel: 12 Réactions
1. hvvbelit
Posté par: hvvbelit le 30-03-2008 12:16
utsovbcx txejiovd http://fjnpkxbt.com shzfycpg sjtjpllp uwojeehp
2. A BAS LA FRANCE
Posté par: ambogo eddie le 11-03-2008 11:18
il faut dans l\'immediat que le gouvernement gabonais expulse sans delais les ressortissants français qui sont en port a faux avec le gabon. CHASSER LES FRANçAIS du gabon par la force s\'il est nécessaire
3. sont 'ils les 1er gabonais a etre expulsé?
Posté par: mon pauvre gabao le 08-03-2008 02:54
frere pourquoi cette reaction tardive de notre etat? est ce la 1ere fois que des gabonais sont expulsée? que vont 3 ong francaise en ce moment contre les grands voleurs africains, lol( elles persiste je crois car trop s'est trop pour elles lol), pensez vous que ce soit le sort de ces 3 ou 4 gabonais qui préocupe notre gouvernement? meme toi meme quand tu penses
4. ma réaction
Posté par: CAMARA le 07-03-2008 06:59
Bonjour mes chèrs frère.Je suis autant touché que vous par ce comportement imoral du coté de la france. 
Vous dévez réagire comme ça se doit.je veux dire: le nombre de gabonnais expulsés doit être égale au nombre de français expulsés aux gabon au même jour et par le même avion utilisé pour le rapatriment de nos frère.
5. ma réaction
Posté par: l'enfant du pays le 07-03-2008 05:20
Chers amis 
Comme le disait l\'hiostorien Ratanga Atos, sur la RTG 1 hier soir je cite \"Nous sommes entrain de vivre la 2eme décolonisation qui va marquer notre véritable indépendance \" 
 
Depuis 40 ans, les Gabonais ont pensé qu\'ils sont des privilégiés en France par rapport à nos autres frères Africains\" ;  
On a offert aux francais vivant au gabon, des avantages qu\'ils ne nous ont même pas donnés chez eux. 
Hélas, c\'est après 40 ans qu\'on va enfin comprendre le jeu de la France qui exploite nos richesses et nous fait rêver en nous fesant croire que nous sommes des privilégiés par rappots aux autres Africains. Mais comme notre patriarche adore qu\'on lui donne les honneurs .... 
 
Mais c\'est l\'occasion de comprendre que nous devons arrêter d\'accepter les cadeaux empoisonnés de la France et des autres. Il ne donnent rien pour rien. Ils ne cherchent que leurs intérêts. 
Il est temps de dévelpper nos universités et de trvailler réellement pour le développement de notre pays. La solution à nos problèmes se trouve ici chez nous. 
 
Je travaille dans un secteur où j\'ai des collègues francais et européens qui ont laissé leurs pays pour venir travailler au Gabon. Pour eux, le Gabon est un el dorado. Il gagnent au gabon, ce qu\'il ne pourront jamais gagner chez eux.Mais les Gabonais continue de croire que la solution se trouve chez les blancs. Il est temps de donner ces postes là aux Ganonais.  
 
Il ya quelques mois, même la CNSS a été obligé de revoir les accords signés avec les caisses Francaises concernant les pensions versées aux Francais travaillant au Gabon. Ces pensions sont jugées trop élevés. Au point qu\'elle alimente aussi en partie les deficits de la CNSS. Nous payons aux francais des pensions retraite plus élevés que celles que recoivent les Gabonais. Mais on continue de dire que noussommes de privilégiés. 
 
J\'invite nos autorités à revoir notre législation par rapports aux travail des étrangers et surtout les Francais qui trouvent aux Gabon les avantages que les Francais n\'ont pas en France, et même que les Gabonais n\'ont pas au Gabon. 
 
Le Gabonais vit dans l\'utopie, on rêve trop.  
 
Depuis 40 ans on raconte que nous ommes riches, qu\'on a le petrole, que notre president est le doyen des doyen, que nous sommes un pays qui vit la paix des cimétières, nous jouons aux pompiers pour éteindre le feu chez es autres alors que chez nous ça brule mais tout le monde dit qu\'il y a la paix et on vit bien. 
 
On fait la charité chez les voisins et en même temps on continue de s\'endetter, on continue d\'aller demander de l\'argent en France alors que les entreprises francaises gagnent leurs argent ici chez nous. Quel dilem !!! 
 
Mais hélas tout cela n\'est que utopie et mensonge. Nous somme riches c\'est vrai. Mais notre pays est un pays pauvre et misérable, les Gabonais vivent mal. Notre pays manque d\'infrastrrutures. Et depusi 40 ans on vit dans le rêve. 
 
Sachez que dans 10 ans, avec l\'epuisement de nos richesses, Lorsque la France ne va plus trouver son compte au Gabon le traitement reservé aux Gabonais en France sera plus pire qu\'aujourd\'hui. 
 
Un peuple oprimé qui veut être libre doit rechercher son autonomie, se donner les moyens d\'assurer sa survie, et s\'abstenir de demander de l\'aide à son oppresseur. La liberté ne se donne pas, elle s\'arrache, elel se batit. 
 
ça ne sert à rien de dévélopper au Gabon un sentiment anti Francais, nous devons simplement revoir nos relations et appliquer nos lois comme tout pays libre et souverain. 
 
L\'enfant du Pays
6. réponse à julien
Posté par: wilona le 06-03-2008 21:53
certes je vis en france mais mon chéri, tu n'as qu'à lire ce que j'ai écris!!je n'ai pas dit que les gabonais ne doivent plus ou pas venir en france!je demande qu'on les chasse aussi(ts ceux qui sont en situation irrégulière) car ils sont nombreux à venir au gabon sans visa et à ne pas faire de démarche pour l'obtention du titre de séjour!! Moi je n'ai rien à me reprocher!!je ne serai pas expulsée car je compte rentrer dès que j'ai fini!  
qu'est-ce qu'il ya?tu n'as pas pu sortir du gabon ou quoi?cette quoi cette réaction terre à terre?
7. réponse à julien
Posté par: ndama le 06-03-2008 17:35
je pense que les autorités de reims sont comme la majorité des autorités françaises qui ne connaissent pas les lois et les conventions qu'ont la france et d'autres pays. 
Un ex, ayant passé qques années avec le titre de séjour étudiant vue ma situation nouvelle j'avais droit à un changement de statut mais je suis tombé sur le personnel de la préfecture qui m'a fait savoir que ce n'était pas possible. Grace à ma tenacité, je dispose aujourd'hui de ce changement de statut.
8. ??????????????????????
Posté par: Nathalie le 06-03-2008 15:27
On dit:CE QUE TU N\'AIME PAS QU\'ON TE FASSE FAUT PAS LE FAIRE A L\'AUTRE. OU AVANT DE BALAYER DEVANT LA PORTE DU VOISIN, BALAIS DABORD DEVANT TA PORTE. En Afrique non plus les droits de l\'homme ne sont pas respectés. Je parle des droits des Africains surtout. les pays comme le gabon ont passés leurs temps a combattre leurs frères africain les expulsant allant même jusqu\'à tuer certain tout en croyant nouer des relations privilégié avec les occident, qui eux leur but c\'est diviser pour mieux régner. Pendant que l\'occident s\'unit et nous traite comme du bétail et continu a piller nos richesses(états unis d\'Amérique, union européenne) nous les africains passons notre temps a nous discutés pour des petites portions de terre et a nous entre tuer comme des animaux. que tout ceci ouvre les yeux à la nouvelle génération. En France tous les africains sont des noirs même ceux du maghreb que nous en Afrique noir appelons blanc sont tous des noir aux yeux des occidentaux. Alors, que certains pays d\'afrique ne croient pas qu\'ils sont plus privilégié que d\'autres nous sommes tous dans le même pagnié. Nous devons plutôt nous unir et nous battre ensemble pour notre AFRIQUE ET POUR NOS DROITS.
9. ??
Posté par: julien le 06-03-2008 09:45
Je reagis par rapport au opinions du 05 03 2008!!! 
Tu dis de chasser les français comme en cote d'ivoir! toi meme qui est je ne sais ou en Enrope(peut-etre) tu n'as qu'as immédiatement laisser tes etudes et rentré parceque la tu profite bien de la vie en Europe et tu veux pas que nos freres gabonais aussi decouvre le monde!!!  
 
TOi meme arrete tes etudes aprés en verra! de toute maniére l'afrcains a besoin de l'Europe!la preuve tt les etudiants qui sont en Europe!!!!
10. ??
Posté par: wilona le 05-03-2008 12:15
je crois que c'est le début d'une longue série noire!et dire que nous ne sommes pas pas au premier anniversaire de son élection 
et ça prouve tout simplement que la France méprise, écrase, et continue de diriger certaines de ses anciennes colonies! ils signet des accords, mais ils ne servent à rien.le Gabon prétend expulser des français?mais j'attends de le voir!c'est ça notre pays, beaucoup de bruit pour peu d'actions 
ces français qui parfois arrivent au gabon avec une formation minable et se voient attribuer des postes qu'ils n'occuperaient jamais chez eux! :( ils font ce qu'ils veulent dans notre pays!!je ne sais pas si nous serons capable de faire la moitié de ce qu'ils font au gabon en france. Mes frères, finissons os études et rentrons chez nous!! 
et je crois qu'on devrait faire comme les ivoiriens:les chasser de chez nous!!!!!ils nous pient seulement!alors cher gouvernement, expulsion de français!!!!
11. Une question de survie !!!
Posté par: Wilda le 05-03-2008 11:07
Le cas present nessecite effectivement qu\'on s\'arrete pour jauger le cote relationnel que l\'on devait entretenir. 
 
En fait notre cher patriarche n\'a pas compri que tisser des relations se fait par rapport a des raisons solides et objectives... a des normes. Je crois que le pb c\'est qu\'il a tisser des relations diplomatiques bassees sur l\'individu et aurait tot fait de comprendre que ce sont des relations ephemeres ... Dommage !!! 
 
Nous nous sommes souvent dit que nous feront les frais de la mauvaise gerance de ce pays et je crois que c\'est le debut d\'une longue serie noire. Et le probleme c\'est que ce sont toujours les innocent qui paient. 
 
D\'autre part l\'heure de verite est arrivee ou tous les gabonais doivent savoir par qui ils etaient geres. 
 
JE SUIS NAVREE DE LE DIRE MAIS ILS EST IMPORTANT DE SE DEMANDER SI LE GABON A REUSSIT A S\'IMPOSER AU POINT QUE LES PAYS QUI ONT DES TRAITES AVEC LUI AI PEUR DE RUINER LEUR RAPPORTS AVEC LUI? 
 
Or, malheureusement la France est serieusement maitre de nos avoirs et entend le revendiquer a cause du pouvoir que nous meme lui avons donne gracieusement. je crois meme qu\'ils sont pret a nous descendre avec nos propres armes... c\'est le revers de la medaille. 
 
Mais nous sommes tous coupables parceque ils sont nombreyx ceux qui ont voulu nous ouvrir les yeux sur les consequences de la relation Franco-gabonaise mais en vain.. 
 
Ce scenario n\'est pas loin de se reproduire avec la chine... la question c\'est : ALLONS NOUS ENCORE NOUS LAISSER PILLER ??? 
QUE FAUT-IL FAIRE ??? ET NOS ENFANTS, QUE VONT ILS TROUVER? 
 
Achacun d\'y reflechir, surtout de bien reflechir en arretant d\'etre facilement corruptible par les manigances de ceux qui dirigent actuellement notre pays dans un comat... un comat tres profond !!!!!!!
12. Une question de survie !!!
Posté par: Richard le 05-03-2008 03:04
C'est vraiment dommage que les étrangers en général et les gabonais en particulier soient traités de cette manière dans le pays des froits de l'homme. Cette situation lamentable me rappel l'intervention de Kadaffi qui, au regard des critiques des français qui le traitait de dictateur, disa ceci: "on m'accuse de ne pas respecter les droits de l'homme, mais le droit des immigrés sont-ils respectés en France"? 
C'est vraiment qui devrait amener les autorités gabonaises à refléchir profondement sur le droit des immigrés gabonais en France

Sections Actualités: BDP | Dossiers | Gabon | Monde
spacer
RECHERCHE
Visiteurs
We have 1757 guests online
Actus Gabon
A La Une
Dossiers
A La Une
Françafrique
Libre Tribune
A la Une
Actus Monde
A La Une
CALENDRIER
Août 2022
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Activités Courantes
No Latest Events
Sondages
Que veut dire pour vous le mot "Opposition"?
  
REACTIONS
Sur: Gabon : Daniel Mengara, pr&eac...
Par cephas kouassa qui dit...
"message"
10/02/10 10:40
rappel
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par FIDIECK Célestin qui dit...
"Président d'un club de footbal au Cameroun"
09/02/10 09:36
Ceci est à encourager. J'amairais sav...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par mika qui dit...
"football"
05/02/10 14:27
salut mon c'est mika je cherch 1 centre ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"contact"
02/02/10 10:08
bonjour Mr NDONG Voila aujourdui 5ans q...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par wane qui dit...
"RECHERCHE"
02/02/10 10:00
bonjour j'aimerai savoir ou trouver les...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par ROMEO E. KONU qui dit...
"JE CHERCHE LE CONTACT PERSONNEL DE PATRICK"
01/02/10 12:47
C'EST MOI QUI AI AMENER Mr. DAOUDA DIALL...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:55
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par junior mabita qui dit...
"demande pour le texte"
29/01/10 12:52
je suis dejà joueur je vien de l\"ecole ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:42
Au fait je repond au +237 94 47 48 90 m...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par Martin Franky qui dit...
"Je peu apporté un plus a l'équipe"
26/01/10 10:28
Salut et bonne année a tous moi c\'est M...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par mombouele qui dit...
"reaction"
23/01/10 08:42
si li la fait c'est parce que surement i...
Lire cette réaction...
Sur: Du Bongo sans "couilles" au Bo...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Alliance secrète Myboto-Bongo:...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:49
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 20:43
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Législatives: Le Premie...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:51
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Communiqué: René...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:42
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Omar Bongo, en français petit ...
Par rolex qui dit...
"http://www.newstylerolex.com/"
22/01/10 19:36
050With theof not aggressively Actor Sam...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par boussougou roger gael qui dit...
"je veux integrer le club"
22/01/10 05:00
bonjour je suis un jeune tres embisieux ...
Lire cette réaction...
Sur: Patrick Nguema Ndong journalis...
Par kobeyo qui dit...
"savoir"
21/01/10 15:37
salut jute pour savoir qu...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par diof qui dit...
"recherche de centre de formation de football au gabon"
19/01/10 08:00
bjr cher correspondant je suis un jeune ...
Lire cette réaction...
Sur: Gabon : La FIFA finance un cen...
Par agent de jouer qui dit...
"agent de jouer"
18/01/10 12:27
Je suis un agent de joueur je suis à Lon...
Lire cette réaction...
Sur: Mafia au Gabon: Les mauvais pa...
Par Atchoutchou atchoutchou kiki qui dit...
""
18/01/10 12:04
NO MAIS ! Moi je dis seulement : GABON P...
Lire cette réaction...
Récents articles BDP, Gabon, Monde
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

Copyright©1998-2007 BDP-Gabon Nouveau.
Tous droits réservés.