Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le BDP-Gabon Nouveau dit “non” à toute idée de participation au gouvernement Bongo

Auteur/Source: · Date: 21 Jan 2002
Catégorie(s): Communiqués BDP

Pour diffusion immédiate

Montclair, NJ (BDP-Gabon Nouveau, 21 janvier 2002) ? Le BDP-Gabon Nouveau dit “non” à toute idée de participation, de près ou de loin, à un gouvernement Bongo, refuse la main tendue de Bongo et réitère qu’une telle participation ne sera possible, ni hier, ni aujourd’hui, ni demain.

Nous pensons que le régime Bongo est foncièrement incapable de se réformer et qu’entrer dans un gouvernement Bongo aujourd’hui c’est accepter d’aller participer au pillage du Gabon au profit d’un régime qui, en 35 ans de gestion, s’est montré inacceptablement incompétent dans sa gestion corrompue des biens de la nation. Ce n’est donc pas en situation de minorité au sein d’un système pourri que les Gabonais bien intentionnés pourront aider à résoudre les problèmes immédiats du Gabon sur le plan politique et économique. Entrer dans un système comme celui-là c’est se rendre complice, donc coupable, du pillage de notre nation.

Nous pensons que le gouvernement et l’Assemblée nationale qui sortiront des élections législatives de décembre 2001/janvier 2002 seront totalement illégaux et illégitimes car ces élections ont vu plusieurs articles cruciaux de la constitution et du code électoral gabonais violés, ce qui a privé la majorité des Gabonais du droit constitutionnel de voter dans des conditions acceptables de transparence.

Par ailleurs, le peuple lui-même, au vu de la désorganisation et du désordre volontaires entretenus par le régime Bongo afin de garantir frauduleusement sa victoire, a signifié son désaveu à ce régime en boycottant les élections par une très grave et forte abstention de 80%, ce qui enlève toute crédibilité au régime en place.

Nous pensons que l’idée de “consensus” et d'”ouverture” post-électoraux actuellement prônée par le régime Bongo est une autre machination savamment préparée par lui et son complice Paul Mba Abessole en vue de ramener le Gabon à un système de parti unique. Nous pensons que si consensus il y avait, ce consensus aurait dû se faire avant les élections, pas après. Un consensus pré-électoral aurait eu l’avantage de placer le pays dans la voie de la réforme consensuelle et de garantir aux yeux de la nation et du monde une élection dont l’issue aurait été acceptable pour tous.

Or, le régime Bongo avait refusé tout au long de l’année 2001 de composer avec l’opposition et d’accepter ses propositions de transparence. Ce n’est pas après une élection aussi ignominieuse et scandaleuse que doit se faire le consensus. Le consensus n’est possible aujourd’hui que si le régime Bongo annulait en bonne et due forme l’élection et se mettait sur la table de négociations avec l’opposition pour ramener la légalité au Gabon par une nouvelle élection en juin 2002 et la formation d’un gouvernement d’union nationale à la suite de cette nouvelle élection.

Omar Bongo et son régime sont donc, à nos yeux, frappés d’illégalité et d’illégitimité. Les élections législatives de décembre 2001/janvier 2002 ont été les plus illégales et anticonstitutionnelles qui n’aient jamais étés organisées au Gabon.

Parce que le droit de vote des Gabonais a été bafoué en toute impunité, le BDP-Gabon Nouveau, qui se réclame d’un patriotisme républicain dans lequel le respect de la constitution tient une place sacrée, ne peut accepter de donner quelque crédit que ce soit aux propositions bongoïstes car ce serait-là reconnaître une certaine légitimité à ce régime vieux de 35 ans.

Au vu de l’histoire récente et ancienne du Gabon, dans laquelle le régime Bongo s’est distingué par l’arbitraire et l’illégalité, le BDP-Gabon Nouveau déclare donc qu’il n’y a plus aucune légalité au Gabon et que le Gabon est aujourd’hui un pays sans Etat, sans gouvernement, sans parlement et sans droit ni loi.

Nous déclarons également que le régime Bongo a plus que jamais démontré ce n’est pas par les urnes, la légalité, le consensus ou la négociation que les conditions légales de la transparence et de l’état de droit s’instaureront au Gabon.

Parce que notre peuple a été cruellement lésé dans ses droits constitutionnels et humains les plus fondamentaux par le régime Bongo, et qu’il est impossible pour ce peuple d’obtenir gain de cause en combattant l’illégalité bongoïste par une légalité qui n’existe point au Gabon, le peuple gabonais se réserve le droit, désormais, d’utiliser tous les moyens possibles pour se faire rétablir dans ses droits et dans sa suprême souveraineté.

Pour le BDP-Gabon Nouveau et le Comité Directeur,

Dr. Daniel Mengara, Coordinateur

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey 07052, USA
Tel: (973) 655-5143 (Jour)
Tel: (973) 233-1651 (nuit)
Fax: (973) 233-1652
Fax: (973) 655-7909
Email: bdp@bdpgabon.org 


SUR LE MÊME SUJET
Les électeurs gabonais sont appelés aux urnes samedi 17 décembre pour élire les 120 députés de leur Assemblée nationale. Les premières élections législatives de l’ère Ali Bongo auront lieu ce samedi 17 décembre. Les candidats en lice jettent leurs dernières forces dans la bataille. La campagne électorale prend fin ce vendredi à minuit. A l’endroit de la branche de l’opposition qui a appelé la population à empêcher le bon déroulement du scrutin, le gouvernement vient tout juste publier une déclaration menaçante. La menace du gouvernement vise particulièrement les dirigeants de l’Union nationale, le parti dissous il y a près d’un an. Les ...
Lire l'article
La Libye se dote d’un nouveau gouvernement de transition
Le Premier ministre libyen Abdel Rahim al-Kib a annoncé mardi soir la formation de son gouvernement, réservant au moins deux ministères régaliens aux ex-rebelles ayant combattu le régime de Mouammar Kadhafi. Ainsi, Oussama Jouili, un commandant ex-rebelle de la ville de Zenten, a été nommé à la Défense, tandis que le ministère de l'Intérieur a été confié à Faouzi Abdelali, de la ville de Misrata. "Je peux rassurer tout le monde: toute la Libye est (représentée) dans le gouvernement", a déclaré le Premier ministre au cours d'une conférence de presse à Tripoli. Le nouveau gouvernement compte 24 ministères. Certains ont été créés pour ...
Lire l'article
Le nouveau Premier ministre du Gabon, Paul Biyoghé Mba, a annoncé mercredi soir la composition d'un gouvernement dans lequel est reconduit Ali Bongo, candidat à la présidentielle, mais pas les barons dissidents du parti au pouvoir André Mba Obame et Casimir Oyé Mba. Ali Bongo, fils du défunt président Omar Bongo Ondimba, est ministre de la Défense sans discontinuer depuis 1999. Il a été choisi comme candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) parmi dix candidats à l'investiture de cette formation, parmi lesquels figurait Casimir Oyé Mba, précédemment ministre des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures, qui, lui, quitte le gouvernement. André ...
Lire l'article
Le porte parole du gouvernement, René Ndemezo’o Obiang, rendant public le communiqué final du Conseil des ministres de ce jeudi, a fait part des orientations au nouveau gouvernement « d'ouverture, de mission et conquérante » fixées par le chef de l'Etat, Omar Bongo Ondimba. Citant Jean Eyéghé Ndong, premier ministre, lors des travaux, René Ndemezo’o Obiang a déclaré que « cette équipe doit, pour y parvenir, s'approprier véritablement, méthodiquement et avec détermination des dossiers dont elle est chargée notamment les chantiers de construction des infrastructures routières, ceux de la remise à niveau des aéroports provinciaux, de la Coupe d'Afrique des ...
Lire l'article
A travers un communiqué de presse, Zacharie Myboto, président de l’Union gabonaise pour la Démocratie et le développement (UGDD), a laissé entendre que son parti ne participera pas au gouvernement dit de large ouverture dernièrement proposé par le Président Bongo Ondimba dans son message de vœux à la Nation, le 31 décembre dernier. Dans son message de vœux à la Nation, le 31 décembre dernier, le Président Omar Bongo Ondimba, a annoncé la formation prochaine d’un "gouvernement de large ouverture". Il avait suggéré que les chefs des différents partis politiques lui fassent des propositions concernant les membres ...
Lire l'article
Dans la foulée du « tour du propriétaire » qui a suivi sa prise de fonction, l’édile de Libreville, Jean-François Ntoutoume Emane, a clairement décliné son ferme engament pour la lutte contre les marchés anarchiques qui prolifèrent dans la capitale ; initiative très saluée et louée par l’opinion publique qui, tout de même, émet un bémol au regard des « poches de résistance » sur lesquelles les précédentes équipes municipales, malgré leur détermination, ont buté d’où l’invite à l’ancien premier ministre à faire preuve de rigueur et de sévérité à l’endroit de ces marchands aux comportements et habitudes peu citadins, ...
Lire l'article
Gabon: Politique / A l’approche des locales, l’UPG et Pierre Mamboundou n’excluent pas une participation à un gouvernement d’ « ouverture » à l’opposition
Répondant à la question de savoir si oui ou non, l’Union du Peuple Gabonais (UPG) n’est plus un parti de l’opposition radicale et que conséquemment, le dialogue politique engagé avec le régime en place signifie l’acceptation prochaine de participer au gouvernement, Pierre Mamboundou n’a rien exclu quant à l’avenir, se contentant d’expliquer, pendant la conférence de presse, jeudi dernier, au siège du parti, à Libreville, qu’avant la composition de l’actuel cabinet Eyéghé Ndong, le pouvoir en place l’avait approché, en vue de faire son entrée dans ce gouvernement d’ouverture à l’opposition sans exclusive. « J’ai décliné l’offre d’entrer au gouvernement parce ...
Lire l'article
Vous pouvez, si vous êtes un patriote ou une patriote qui croit en la nécessité de démanteler immédiatement le régime Bongo, participer à l'effort collectif en animant une cellule ou un Comité BDP dans la ville où vous vivez. Pour animer une cellule, vous devez devenir membre du BDP-Gabon Nouveau en remplissant notre formulaire d'adhésion. Et si vous êtes déjà membre, contactez-nous pour nous parler de votre projet de cellule. L'adhésion est entièrement libre et gratuite. Cependant, vous êtes libre de faire des donations volontaires pour soutenir financièrement notre combat, qui est également le vôtre. Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion au BDP-Gabon ...
Lire l'article
L'adhésion au BDP-Gabon Nouveau est libre et gratuite pour tous. Pour plus d'informations sur les modalités d'adhésion au BDP-Gabon Nouveau et les conditions relatives aux divers statuts de membre, cliquez sur les liens ci-dessous. Adhérer au BDP-Gabon Nouveau: Modalités et Conditions Faire une donation Animer une Cellule ou un Comité Les Statuts du BDP-Gabon Nouveau Taux de cotisation pour les membres responsables.
Lire l'article
Gabon : le gouvernement met en garde contre toute tentative d’empêcher le bon déroulement du scrutin
La Libye se dote d’un nouveau gouvernement de transition
Bongo Doit Partir
Nouveau gouvernement au Gabon: Ali Bongo reconduit, pas les barons dissidents du PDG
Gabon: Bongo Ondimba fixe des orientations au nouveau gouvernement « d’ouverture et de mission »
Gabon: L’UGDD décline sa participation au gouvernement
Gabon: Destruction des marchés anarchiques, une idée en perspective à Libreville
Gabon: Politique / A l’approche des locales, l’UPG et Pierre Mamboundou n’excluent pas une participation à un gouvernement d’ « ouverture » à l’opposition
Animer une Cellule
Adhésion


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Jan 2002
Catégorie(s): Communiqués BDP
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*