Socialisez

FacebookTwitterRSS

Communiqué : Les membres du BDP incarcérés commencent une grève de la faim

Auteur/Source: · Date: 5 Août 2003
Catégorie(s): Communiqués BDP

Les dernières nouvelles en provenance du Gabon, nouvelles confirmées par des sources familiales, font état d’une grève de la faim commencée il y a cinq ou six jours par les membres du BDP-Gabon Nouveau incarcérés arbitrairement par le régime Bongo au Gabon depuis le mois de juillet dernier.

Cela fait en effet un mois jour pour jour que les membres du BDP sont détenus sans jugement par les autorités gabonaises, qui laissent actuellement traîner la procédure et se livrent à des pressions diverses à l’encontre des prévenus et des familles des membres de notre mouvement au Gabon.

C?est le mois dernier que quatre militants du BDP-Gabon Nouveau?Brice Obanda, Gervais Amogo, Abdul Allogo Mintsa et Pascal Nkoulou?furent écroués dans la nuit du 3 au  4 juillet 2003 à Libreville pour avoir posté des affiches demandant le départ d’Omar Bongo du pouvoir. Le 11 juillet, Hughes Bessacque, Président du Comité de Coordination Nationale du BDP au Gabon et Ministre du Transport, de l’Urbanisme, des Travaux Publics et de l’Aménagement du Territoire du gouvernement de salut national en exil, fut lui aussi incarcéré après avoir été initialement relaxé le 5 juillet. Ils furent déférés au parquet pour outrage à chef de l’état et trouble à l’ordre public.

Les sources familiales témoignent des conditions d’incarcération difficiles que rencontrent nos membres, dont certains, comme Monsieur Bessacque, sont tombés malades à plusieurs reprises sans que leurs détenteurs ne se soient souciés de leur apporter l’assistance médicale nécessaire. Ce sont les parents eux-mêmes qui, tant bien que mal, doivent acheter des médicaments et les faire parvenir aux prévenus sans que ceux-ci aient bénéficié de visites médicales en bonne et due forme. Malheureusement, à cause des difficultés que les parents et l’avocat des prévenus ont à rendre librement visite aux prévenus sans subir des brimades et pressions diverses, les visites limitées forcent parfois les familles à déposer les médicaments, habits et autres nécessités auprès des gardiens de la Prison Centrale de Libreville et ceux-ci se livrent souvent à des détournements de médicaments et autres commodités que les parents apportent aux prisonniers. Il faut aux parents corrompre parfois les gardiens pour espérer voir les prisonniers et avoir une idée réelle de leur état de santé.

C?est dire que les conditions difficiles à la limite de la torture physique et mentale que subissent actuellement les membres du BDP détenus arbitrairement par le régime Bongo donnent aujourd’hui la preuve aux Gabonais et à la communauté internationale de l’état de dictature dans lequel évoluent les Gabonais sous Omar Bongo. Ceci est d’autant plus vrai que les prévenus ne savent toujours pas si le gouvernement a l’intention de les juger ou non pour le crime de lèse-majesté envers la personne d’Omar Bongo dont on les accuse. Dans un état qui se dit de droit, il est inadmissible que des personnes soient détenues indéfiniment sans jugement et sans que ne leur soit donné la possibilité d’organiser leur défense. Le flou de la procédure judiciaire elle-même et le non-respect de cette même procédure par les juges qui suivent cette affaire, dont certains prennent des vacances sans avertir, restent des handicaps majeurs qui montrent que le régime Bongo compte garder en prison les membres du BDP sans jugement et sans respecter les injonctions légales qui s’appliquent dans des cas comme celui-ci.

Le BDP-Gabon Nouveau lance donc un avertissement au régime Bongo pour que soit faite immédiatement la lumière sur ce dossier et que ses membres soient libérés immédiatement. Si comme l’avocat des prévenus le dit, le dossier est vide et ne contient rien qui puisse justifier un jugement, et encore moins une détention, alors il apparaît que la détention continuelle de nos membres devient un fait arbitraire et illégal. La libération immédiate de nos membres est donc de rigueur.

Et maintenant que nos membres ont entamé une grève de la faim, la responsabilité de tout ce qui leur arrivera sera directement attribuée à Omar Bongo en personne vu que c’est sur sa personne que se basent les accusations d’outrage au Chef de l’état et trouble à l’ordre public. En d’autres termes, puisque c’est Omar Bongo qui, de par la plainte d’outrage, se constitue personnellement en partie plaignante dans cette affaire, tout ce qui arrivera à nos militants sera de sa responsabilité directe et il devra personnellement en répondre le moment venu.

Vu que les médias bongoïstes ont à l’insu du BDP proclamé publiquement le ralliement de notre mouvement au régime Bongo, l’on se demande aujourd’hui pourquoi on continue à garder en prison les membres d’un groupe s’étant rallié au régime. Il y a là un paradoxe et une ironie insoutenables qui traduisent de manière indiscutable la dérive autoritaire dans laquelle s’est engagée le régime Bongo. Après avoir échoué dans sa tentative de déstabilisation du BDP-Gabon Nouveau par l’achat des consciences, le régime Bongo utilise maintenant nos membres emprisonnés comme des moyens de pression et de chantage, dans l’espoir de faire abandonner son combat à notre mouvement. Or, le BDP n’a commis aucun crime. Les militants du BDP, en postant ouvertement au vu et au su de tout le monde des affiches anti-Bongo, n’ont fait qu’exprimer leur droit à la libre expression politique. Au Gabon, tous les partis politiques collent des affiches et Libreville est jonchée d’affiches de tous bords politiques. Par ailleurs, il n’y a rien que le BDP dise qui n’ait pas encore été dit par d’autres partis politiques au Gabon. Le discours de Pierre Mamboundou, par exemple, n’est pas différent en substance de celui du BDP. La seule différence entre ces autres partis et nous se situe dans le fait que nous évitons la langue de bois et mettons directement Omar Bongo en cause pour le crime de sous-développement meurtrier qu’il a commis envers le Gabon, et le refus des compromissions qui se font sur le dos du peuple. On se demande alors pourquoi ce sont les militants du BDP que le régime Bongo semble vouloir abattre et priver de leur droit constitutionnel à la libre expression politique au Gabon, dans un contexte où aucun autre parti n’est inquiété.

Mais que le régime Bongo se détrompe. Les arrestations arbitraires, les brimades, les manipulations médiatiques et la corruption de membres égarés ne suffiront pas à arrêter le BDP-Gabon Nouveau. Notre mouvement est plus que jamais convaincu que le salut du Gabon passe forcément et nécessairement par le départ immédiat du régime Bongo du pouvoir. Le BDP s’attellera à cette tache avec une diligence patriotique et ne reculera devant rien tant que le régime Bongo continuera à assassiner les Gabonais dans leur corps et dans leur âme comme il le fait aujourd’hui. Nos membres actuellement en prison, qui se sont lancés courageusement dans une grève de la faim pour réaffirmer leur attachement aux idéaux de renouveau du peuple gabonais, sont de vrais patriotes héros de la nation gabonaise. Ils deviendront demain le symbole de la lutte de libération nationale que le BDP-Gabon Nouveau avec le soutien total du peuple mène contre le régime moribond d’Omar Bongo.

Vive le Gabon.

Vive la nouvelle république.

Fait le 5 août 2003 à Montclair, New Jersey, USA

BDP-Gabon Nouveau

P.O. Box 3216 TCB

West Orange, New Jersey 07052, USA

Tel: 973-655-5143 / 973-233-1652

Fax: 973-233-1652 / 973-655-7909

Site: http://www.bdpgabon.org 


SUR LE MÊME SUJET
Poursuite de la grève de la faim des leaders de la CONASYSED en dépit de l’annonce du rétablissement de leurs salaires
Les neuf leaders membres de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) ont décidé lundi, de poursuivre leur grève de la faim entamée vendredi dernier, en dépit de l’annonce du ministère gabonais de l’Education nationale de rétablir leurs salaires suspendus depuis janvier 2011. ‘’Nous ne pouvons pas lever notre mouvement sans que ne soyons de manière effective en possession de nos salaires. Il faut que nos arriérés de salaire soient virés au Trésor pour que nous levons notre grève de la faim’’, a déclaré, Alain Mangouadi, un des 9 leaders syndicaux. Le secrétaire général du ministère de l’Education ...
Lire l'article
Initialement prévu pour le 26 août dernier, ce n’est que ce 2 septembre que les neuf leaders de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) ont lancé leur grève de la faim illimitée du côté de la cathédrale sainte Marie, à Libreville. Les nouveaux grévistes de la faim réclament le rétablissement, avec rappel, des mois de salaires impayés depuis le 25 janvier ainsi que le paiement de leur Prime d’incitation à la fonction enseignante (PIFE). Les 9 neuf leaders de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), dont les salaires ont été suspendus depuis le 25 ...
Lire l'article
Les handicapés gabonais réunis au sein du ''collectif 116'' ont entamé, mardi à Libreville, une grève de la faim illimitée pour réclamer les financements promis par l’Etat en vue de leur autonomisation, a constaté un journaliste de l'AGP. ’’Nous allons nous laisser mourir de faim si rien n’est fait pour débloquer la situation’’, a confié le porte-parole du collectif, Jean Makita. ’’Nous ne comprenons pas pourquoi la financement débloqué par l’Etat en vue de l’autonomisation de la personne handicapée tarde à venir’’, a ajouté M. Makita, soulignant qu’aucune explication valable ne leur a été fournie pour justifier cette situation. Depuis le 15 ...
Lire l'article
Deux dirigeants syndicaux gabonais, incarcérés depuis juillet à la suite d'un mouvement social d'agents municipaux de Libreville protestant contre des retards de salaires, observent une grève de la faim contre leur détention "arbitraire", a-t-on appris jeudi auprès de leur avocat. Alexandre Nzengui, président du syndicat des agents de la mairie de Libreville (SYAML), et Olui Nzué Memine, secrétaire général de l'Action pour le renouveau municipal (ARM), refusent de s'alimenter depuis mardi, ont indiqué à l'AFP un agent municipal et le cabinet de l'avocat René Fidèle Gomes qui les défend. Les deux syndicalistes entendent protester contre leur détention préventive qu'ils jugent "arbitraire", a ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame, arrivé troisième à l'élection présidentielle du 30 août au Gabon remportée par Ali Bongo, a annoncé mardi qu'il avait cessé sa grève de la faim entamée le 12 octobre. "Je l'ai arrêtée samedi", a déclaré sans plus de précisions à l'AFP M. Mba Obame, joint par téléphone. Pendant les trois semaines qu'a duré sa grève, l'ancien ministre est toujours resté évasif sur les raisons qui le pousseraient à l'arrêter. Le 21 octobre, il avait déclaré qu'il l'arrêterait "quand la situation politique sera apaisée". Il avait entamé cette grève le jour de la validation de la présidentielle -après ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame, arrivé 3e de l'élection présidentielle selon le nouveau comptage de la Cour constitutionnelle, a affirmé mercredi à la presse qu'il poursuivait sa grève de la faim entamée lundi. "J'économise mes forces. Le combat continue, vous allez voir que ce n'est pas un jeu. Et vous continuerez à entendre parler de nous", a affirmé à la presse M. Mba Obame, présent lors d'une déclaration commune de la coalition de candidats de l'opposition rejetant les résultats de la présidentielle. Visiblement fatigué, M. Mba Obame avait annoncé lundi avant la validation de l'élection d'Ali Bongo à la présidence commencé ...
Lire l'article
La campagne pour l'élection présidentielle à tour unique du 30 août au Gabon a débuté samedi sans grande effervescence, avec l'organisation à Libreville de quelques meetings et une grève de la faim d'un candidat indépendant réclamant un report du scrutin. Bruno Ben Moubamba, candidat sans étiquette issu de la société civile, a déclaré à l'AFP avoir entamé "une grève de la faim illimitée" devant le siège de l'Assemblée nationale pour réclamer le report de l'élection", qu'il a qualifiée de "farce". "Je reste dans le processus, mais je ne battrai pas campagne pour le moment", a précisé M. Moubamba. Il a demandé ...
Lire l'article
Pour imprimer le PDF de la pétition et nous envoyer la pétition par Courrier postal ou par fax, cliquez ici. (et prière de faire circuler partout dans le monde): Lisez la pétition, ensuite pour signer la pétition directement sur ce site, remplissez les informations dans le formulaire ci-dessous. PETITION INTERNATIONALE POUR L'HONNEUR DU GABON ET LA DIGNITE DE L'AFRIQUE La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National vous invite à signer la pétition ci-après. La raison principale de la présente pétition est la suivante : Le régime Bongo, au pouvoir depuis 41 ans, a perverti l'imaginaire et compromis le devenir de générations ...
Lire l'article
GABON : INCARCERATIONS A CAUSE DE LA LETTRE OUVERTE DU 8 DECEMBRE 2008 Dans la soirée du 7 janvier 2009, quitte à exaspérer le Peuple Gabonais, le Procureur de la République du Gabon, Mr Alaba Bosco Fall, a décidé sur ordre d'envoyer à la prison centrale de Libreville (déjà surpeuplée de victimes détenues sans jugement depuis des mois comme Marlène Rapontchombo) : - Grégory Gnbwa Mintsa (plaignant contre les Biens Mal Acquis de Mr Omar Bongo Ondimba et de son entourage en France), - Marc Ona Essangui (BRAINFOREST) et Georges Mpaga (ROLBG) qui ont porté plainte devant la « Commission Mains Propres » ...
Lire l'article
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la société civile incarcérés
C'est avec consternation et révolte que le BDP-Gabon Nouveau constate, une nouvelle fois, l'arrestation arbitraire de Marc Ona Essangui et de ses collègues de la société civile gabonaise par le régime dictatorial d'Omar Bongo. Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement de résistance et de libération nationale en exil,  condamne sans détour et avec vigueur cet énième forfait du régime terroriste d'Omar Bongo contre le peuple gabonais, peuple qui depuis 41 ans subit le terroriste d'état d'une mafia criminelle, incapable et  incompétente. C'est ce matin 31 décembre que Messieurs Marc Ona Essangui et ses collègues de la coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) et ...
Lire l'article
Poursuite de la grève de la faim des leaders de la CONASYSED en dépit de l’annonce du rétablissement de leurs salaires
Gabon : Les leaders de la Conasysed en grève de la faim illimitée
Des handicapés gabonais en grève de la faim
Gabon: deux dirigeants syndicaux incarcérés en grève de la faim
Gabon: l’ex-ministre de l’Intérieur Mba Obame a cessé sa grève de la faim
Gabon: André Mba Obame poursuit sa grève de la faim
Gabon: début de la campagne avec des meetings et une grève de la faim
Pétition Honneur et Dignité
Gabon: Communiqué Acteurs Libres: Marc Ona et ses collègues incarcérés pour Propagande orale ou écrite en vue de l’incitation à la révolte contre les
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Août 2003
Catégorie(s): Communiqués BDP
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*