Socialisez

FacebookTwitterRSS

Harcèlement Politique : Réponse officielle du BDP à André Mba Obame et Omar Bongo

Auteur/Source: · Date: 9 Août 2003
Catégorie(s): Communiqués BDP

Que veulent Monsieur André Mba Obame et El Hadj Omar Bongo?

Le BDP-Gabon Nouveau, par cet article, lance un avertissement et fait une clarification sans équivoques au régime Bongo et à son homme des missions secrètes, Monsieur André Mba Obame, pour que cessent immédiatement les multiples harcèlements et tentatives de manipulation et de corruption dont nos membres font actuellement l’objet.

En effet, depuis le 17 juillet dernier, jour où le régime a joué à la télévision gabonaise l’épisode de trahison publique ratée de Siméon Ekoga, André Mba Obame, Jean Ping, Paul Toungui et Omar Bongo lui-même se sont mis dans l’idée qu’il leur fallait à tout prix réduire le BDP au silence. Ayant remarqué que cet épisode de trahison manipulée n’a fait que renforcer l’impact du BDP auprès des populations gabonaises, le régime ne sait plus où donner de la tête et fait tout aujourd’hui pour faire taire le BDP.

C?est dans ce cadre que André Mba Obame, Ministre bongoïste des affaires sociales, s’est convaincu que pour en finir avec le BDP, il lui fallait absolument rencontrer le Dr. Daniel Mengara. C?est ainsi qu’au cours des 23 derniers jours depuis le 17 juillet, Mba Obame a multiplié les tentatives de contact avec les membres connus du BDP, n’hésitant pas à les appeler en personne pratiquement tous les jours, pour les supplier d’arranger une rencontre avec le Dr. Daniel Mengara ou au moins leur demander de le rencontrer pour qu’il puisse en personne leur expliquer les raisons de sa requête. Apparemment, Mba Obame semble totalement incapable de comprendre pourquoi le Dr. Daniel Mengara refuse de le rencontrer, tellement il est habitué à voir les Gabonais sursauter et ramper à chaque fois qu’on leur dit qu’un ministre bongoïste ou Omar Bongo lui-même désire les rencontrer. André Mba Obame ne comprend pas que c’est d’abord un problème de méthode d’approche, de dignité, de respectabilité et de sincérité. Comment en effet peut-il s’imaginer que le Dr. Daniel Mengara lui accordera le respect qu’il se doit s’il se démène comme un beau diable dans toutes les directions comme un enfant, alors qu’il s’agit de tout simplement donner une image sérieuse à sa démarche ?

Le BDP n’est pas un parti d’enfants ou d’opportunistes qui n’attendent que le sifflet bongoïste pour accourir et s’aligner. Le BDP est un mouvement avec des idées sérieuses pour le Gabon. C?est dire que nous sommes un mouvement qui ne fonctionne ni dans le désordre ni dans le flou. Pour rencontrer le BDP, il faut toute une préparation. Il ne s’agit pas tout simplement de demander une rencontre. Encore faut-il définir une telle rencontre, la préparer, en fixer le cadre et le contexte et la présenter en toute transparence aux Gabonais comme un dialogue patriote pour le bien de tous. Or, la méthode d’approche de Mba Obame est à la fois désordonnée, floue et mesquine. En cela, elle sent la manipulation, la cachotterie machiavélique et l’envie de nuire. La preuve : André Mba Obame est passé par au moins une douzaine de personnes pour essayer d’obtenir un meeting avec le Dr. Mengara. Parmi les tentatives les plus notables, il y a des prises de contacts directes avec des membres du BDP, prises de contacts faites dans des conditions de manipulations évidentes puisque dans certains cas, Mba Obame a utilisé des méthodes de pression et de chantage directes sur les familles de nos membres pour parvenir à eux. De telles méthodes gestapistes ne sont donc pas pour nous rassurer sur le sérieux d’André Mba Obame et nous font nous interroger sur ses motivations réelles.

En effet, de nombreuses questions se posent. André Mba Obame essaie-t-il de nous contacter pour discuter de l’avenir du Gabon ou essaie-t-il de nous contacter parce qu’il essaie de voir par qui il peut passer pour détruire le BDP ? Les questions restent posées. Mais connaissant les méthodes André Mba Obame, surtout quand on sait que c’est bien lui qui, avec Jean Ping et Paul Toungui, a orchestré la mascarade de la trahison de Siméon Ekoga et Okili-Boyer, le BDP est loin d’être dupe quant aux vraies motivations d’André Mba Obame. Le Monsieur est tout simplement incapable de sérieux. Et à ce titre, il est à l’image de son maître Omar Bongo lui-même, car ils sont incapables de comprendre ce que le mot « non » veut dire, et croient que tous les Gabonais se laisseront corrompre par le système.

Mba Obame fait donc pitié quand on le voit se débattre dans toutes les sauces et dans tous les coins pour solliciter des rencontres avec le Dr. Daniel Mengara et les membres du BDP, malgré les divers « non » qui lui ont été signifiés. Dans son désespoir, Mba Obame est d’abord passé par le porte-parole du BDP, Léon Obame, pour solliciter une entrevue avec le Dr. Daniel Mengara. Refus lui fut opposé à ce niveau. Par la suite, le trio Paul Toungui, Jean Ping et André Mba Obame tentèrent de passer par le Dr. Bruno Ella, Ministre de l’éducation du BDP qui était récemment au Gabon, pour établir le contact avec le BDP. Là encore, consigne fut donnée au Dr. Ella de ne rencontrer personne. Parallèlement, André Mba Obame, traduisant un désespoir grandissant, contacta le petit frère d’Alexandre Ondo Ndong pour solliciter auprès de lui une entrevue. Monsieur Ondo Ndong, Ministre de la Culture du BDP, fit gentiment comprendre à Mba Obame au téléphone que c’était chose impossible. Puis, passant finalement par des personnes n’ayant aucun rapport avec le BDP, Mba Obame contacta un certain Symphorien Eyegue, fils de l’ancien général Eyegue, pour essayer d’arranger une entrevue avec le Dr. Mengara. Là encore refus lui fut opposé. Vu que Monsieur Eyegue n’est ni membre du BDP, ni quelqu’un avec qui le BDP a flirté de par le passé, il était surprenant que Mba Obame soit passé par là pour solliciter des contacts avec divers membres du BDP alors que le BDP a des canaux de contacts officiels. Mba Obame a-t-il jamais pensé qu’une simple lettre officielle adressée au Comité Directeur du BDP ou au Coordonnateur du BDP, le Dr. Daniel Mengara, par les canaux officiels du mouvement aurait suffit pour lui donner une réponse simple comme le « non » catégorique qui lui a été signifié à plusieurs reprises’ A moins évidemment que Mba Obame ait à l’esprit des idées autres qu’une négociation honnête, ce qui conforterait notre désir d’éviter tout contact avec lui ?

La question que le BDP se pose aujourd’hui est la suivante : pourquoi Mba Obame montre-t-il autant d’entêtement à vouloir rencontrer des membres responsables du BDP, y compris le Dr. Mengara ? Et surtout, pour qui prend-il les membres du BDP ?

Monsieur Mba Obame comprend-il au moins que tant que les cinq membres du BDP?Hughes Bessacque (chef du Comité de Coordination Nationale), Brice Obanda, Gervais Amogo, Abdul Allogo Mintsa et Pascal Nkoulou?arrêtés les 5 et 11 juillet dernier seront arbitrairement détenus par le régime, il sera impossible d’espérer quoique ce soit avec le BDP en termes de négociation ou de rencontre ? En effet, comment le BDP pourrait-il négocier quoique ce soit avec un régime qui détient ses membres et qui continue, par la manipulation et la corruption, à vouloir déstabiliser notre mouvement ? Et comment pouvons-nous prendre au sérieux Mba Obame quand il essaie de faire chanter le BDP en marchandant la libération de nos membres contre une rencontre avec lui ?

Si Mba Obame n’a pas lu les 10 commandements du BDP qui définissent notre pacte de salut national avec le peuple gabonais, qu’il comprenne donc, une bonne fois pour toutes, que passer par des membres individuels ne lui apportera rien de concret. La consigne, au sein de notre mouvement, est que personne au sein du BDP n’est autorisé à rencontrer qui que ce soit, ni à négocier quoique ce soit avec le régime. Pour le BDP, aucune négociation n’est possible avec le régime Bongo, surtout pas tant que ce régime se livrera au type d’enfantillages auxquels il se livre actuellement au Gabon : arrestation de membres, pressions politiques et manipulations de la constitution, et au travers de la personne de Mba Obame : tentatives de corruption.

Le pire dans tout cela est que Monsieur Mba Obame, qui ne semble toujours pas avoir compris le message de refus du BDP, s’entête jusqu’au point du ridicule. Aux dernières nouvelles, Monsieur Mba Obame, Ministre des affaires sociales de Bongo, s’apprêterait à faire le forcing en se rendant non seulement en France la semaine prochaine, mais aussi aux Etats-Unis, où il espère que sa seule présence sera suffisante pour convaincre les membres du BDP à le rencontrer, et ceci sans rendez-vous et sans leur accord. Apparemment, le ridicule ne tue plus les bongoïstes. Mba Obame comprend-il au moins qu’aucun membre du BDP qui se définisse vraiment comme membre du BDP ne se permettra de le rencontrer sans l’accord du mouvement ? Comprend-il que même si Omar Bongo lui-même se pointait devant la porte d’un membre du BDP pour le rencontrer, une telle rencontre serait impossible et qu’Omar Bongo serait abandonné sous la pluie à attendre éternellement’

Le BDP, cher Monsieur Mba Obame, a dépassé le cadre des petites machinations qui ont fait le succès du régime Bongo auprès des opposants « manioc » qui ont défilé devant lui au cours des trente six dernières années. Le BDP est un mouvement sérieux qui ne fait pas les choses juste parce qu’il faut les faire. Ses membres, contrairement aux habitudes qui ont été prises, ne sursauteront pas juste parce qu’un ministre bongoïste ou Omar Bongo lui-même aura voulu les rencontrer. Cette époque où les Gabonais rampaient devant un ministre ou devant Omar Bongo est révolue, parce que plus personne ne les respecte au Gabon. On ne peut respecter des personnes sans dignité qui passent leur temps à machiner des stratégies visant à détruire tout ce qui pourrait apporter le mieux-être aux Gabonais.

Car, en fin de compte, il nous faut être très clairs : que nous vaut une rencontre avec André Mba Obame ou avec Omar Bongo si une telle rencontre ne peut aboutir à quelque chose de positif pour le peuple gabonais ? Le travail du BDP n’est pas un travail centré sur le désir d’obtenir des postes politiques ou de l’argent. Le travail du BDP est une action patriote qui se base sur la nécessité d’une réforme au Gabon qui puisse mener le pays au bien-être et au progrès. Le travail du BDP est pour une démocratisation immédiate du Gabon afin de permettre un décollage économique positif et profitable à tous. Que nous vaut donc une rencontre avec Mba Obame si une telle rencontre ne s’articule pas autour des idées de réforme du BDP ? Que nous vaut une entrevue  avec Omar Bongo si une telle rencontre ne contient pas en elle la perspective d’une libéralisation politique immédiate ? Que nous vaut une négociation avec le régime si les contacts que le régime sollicite avec nous se font dans le secret, le désordre et d’une manière dispersée qui ne laisse aucune image de sérieux dans le message et dans la méthodologie de travail que ce régime adopte pour traiter avec nous’

Pour que le BDP puisse un jour commencer à considérer la possibilité d’une négociation avec le régime Bongo, il faudra beaucoup plus qu’une simple sollicitation de rencontre de la part d’André Mba Obame. Il faudra, pour qu’une telle possibilité devienne envisageable, qu’un certain nombre de conditions soient réunies. Ces conditions s’articuleraient de la manière suivante :

– il faut une libération et une relaxe immédiate, totale et sans conditions de nos membres actuellement détenus par le régime, c’est-à-dire Hughes Bessacque (chef du Comité de Coordination Nationale), Brice Obanda, Gervais Amogo, Abdul Allogo Mintsa et Pascal Nkoulou. Parce que nous en avons assez de voir nos membres harcelés de toutes parts par le régime dans sa tentative désespérée de nous rencontrer et de nous discréditer, nous avons donné à Mba Obame jusqu’à mardi 12 août 2003 pour libérer nos membres prisonniers. Si cette libération n’est pas obtenue, toute possibilité de contact avec le BDP sera irrévocablement perdue et aucune négociation officielle ne pourra plus jamais commencer ni s’envisager. Et puisque Mba Obame, qui sait pourtant ce que sont les revendications du BDP, continue à prétendre ne pas savoir ce que le BDP veut, eh bien voici ce que le BDP dit, officiellement. Pour que la possibilité d’une négociation avec le régime soit considérée par le BDP :

– il faut que cette négociation se fasse dans un cadre officiel. Si le régime Bongo a besoin d’aide et pense qu’il a besoin de discuter avec le BDP pour sauver le Gabon, alors qu’il cesse de vouloir nous rencontrer dans le secret. En général, les secrets cachent des manigances et machinations qui finissent toujours par prendre en otage le peuple. Le BDP ne veut prendre part à aucune négociation qui ne se fasse dans un cadre officiel connu du peuple gabonais car nous voulons que le peuple suive avec nous dans la transparence tout ce qui peut se négocier en son nom.

– il faut que le régime nous fasse parvenir, sous pli officiel signé de Bongo lui-même, le contenu de ce dont le régime veut discuter avec le BDP. Parce que le BDP ne peut travailler dans le flou et le manque de méthode, il faut au régime présenter dans le détail les différents points à discuter de manière à nous permettre de les étudier pour voir si oui ou non une discussion en la matière est nécessaire.

– il faut que le régime montre des signes de sincérité et de bonne volonté. Le BDP ne peut prendre le régime Bongo au sérieux que si, dans le cadre d’une négociation officielle, le régime annulait les modifications unilatérales faites à la constitution et s’asseyait sur une table des négociations avec le BDP pour développer une loi fondamentale conforme aux idéaux de réforme du BDP, idéaux qui seuls seraient capables de garantir l’alternance démocratique au Gabon. Il va sans dire qu’une négociation qui met en avant les intérêts supérieurs de notre nation sera forcément porteuse d’évolution positive, dans un sens qui assurera une gestion responsable de notre économie dans un contexte de réconciliation nationale et de transparence démocratique. Notre site contient tout ce dont le régime a besoin pour savoir ce que le BDP pense et propose. Une réunion préalable n’est donc pas nécessaire. Tout ce que le régime a à faire c’est lire nos propositions sur notre site (http://www.bdpgabon.org), les analyser et nous dire dans un document officiel les points qu’ils sont prêts à discuter et nous permettre d’étudier ces points avant même qu’une rencontre ne puisse être envisagée.

– il faut que le régime cesse de contacter nos membres en privé de manière individuelle et, surtout, cesse de passer par leurs familles pour essayer de faire sur eux des pressions malsaines. De telles approches ne pourront qu’éloigner le BDP d’une possible négociation car elles démontreraient un manque de sérieux de la part du régime et un refus de se départir de méthodes politiques qui n’ont pas changé depuis 36 ans, méthodes qui aujourd’hui dégoûtent les Gabonais.

Le BDP renouvelle donc ici son attachement à se battre pour le peuple gabonais et seulement pour lui. Le BDP refuse toute compromission avec le régime et rejette toute idée de négociation avec le régime tant que les conditions ci-dessus énoncées ne sont pas réunies.

Il est donc inutile, pour Mba Obame de faire du forcing en se rendant en France et aux Etats-Unis la semaine prochaine pour essayer de rencontrer les membres du BDP. Personne ne le rencontrera. Qu?il sache par ailleurs que si d’aventure il arrivait à rencontrer en secret des membres du BDP, ceux-ci ne parleront pas au nom du BDP et seront exclus de notre mouvement pour avoir failli aux consignes de la direction du BDP-Gabon Nouveau. Par conséquent, toute négociation avec le BDP ne se fera que dans un cadre officiel qui mettra au centre de ses préoccupations l’avenir démocratique du Gabon et le bien-être du peuple Gabonais. Et ceci ne sera possible que si les conditions ci-dessus énoncées sont respectées à la lettre et sans tentative de manipulation.

Il faut notamment que la libération inconditionnelle de nos membres emprisonnés soit effective au plus tard mardi 12 août à minuit. Passé cette date, le BDP coupera irrémédiablement toute possibilité de contact avec le régime et s’engagera de manière encore plus radicalisée dans une lutte dont la finalité sera un démantèlement total et irrévocable du régime Bongo, sans possibilité de concessions ou autres aménagements pacifistes.

Que cet texte serve donc de clarification finale, officielle et absolue à André Mba Obame, Omar Bongo et tous les représentants ou envoyés du régime qui ne cessent de harceler notre mouvement avec des propositions de rencontre et de discussions.

Vive le Gabon.

Vive la nouvelle république.

Fait le 9 août 2003 à Montclair, New Jersey, USA

BDP-Gabon Nouveau

P.O. Box 3216
TCB

West Orange, New Jersey 07052, USA
Tel: 973-655-5143 / 973-233-1652
Fax: 973-233-1652 / 973-655-7909
Site: http://www.bdpgabon.org 


SUR LE MÊME SUJET
Bruno Ben Moubamba: “Je choisis de m’extraire officiellement de la compétition politique entre André MBA OBAME et Ali BONGO ONDIMBA ”
A la veille de la fête du 17 Août 2011, marquant le 51ème anniversaire de l’indépendance du Gabon, Bruno Ben MOUBAMBA, Vice-président de l’ex Union Nationale a accordé une interview exclusive à notre rédaction après la dissolution de leur parti et le discours de Zacharie MYBOTO. Il est largement revenu sur les maux qui ont conduit l’UN au suicide. La politique nationale et d’autres sujets d’actualité, notamment le débat au Gabon sur « pas de Législatives sans biométrie » ainsi que les conflits ethniques nourris par certains politiques étaient aussi au centre de cet entretien. Sans toute fois oublier « ...
Lire l'article
Monsieur Obame Ngomo, bonjour. Votre article intitulé "Barack Obama plus que jamais aux côtés d’Ali Bongo Ondimba" a attiré mon attention. En effet, vous affirmez qu'"en recevant Ali Bongo Ondimba à la maison blanche, en qualité de Président de la République gabonaise, Barack Obama, le président des Etats-Unis vient de valider et de clore une fois pour toute les débats qui tournaient autour de la légitimité du quatrième président de notre pays même si quelques langues mal rangées vont tenter de se cacher derrière la raison de la présidence du conseil de sécurité assurée par notre pays pour se voiler la ...
Lire l'article
Le Secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, parti de la Coalition des partis politiques pour l’Alternance (CPPA)), André Mba Obame, n’a pas répondu présent au meeting et à la marché organisé par les partis de l’opposition, ce samedi à Libreville pour réclamer l’application de la biométrie dans le processus électoral au Gabon, a constaté GABONEWS. En dehors des cadres et des leaders des différents partis de l’Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR, opposition) qui se sont désistés pour ces événements, l’on a noté l’absence remarqué de André Mba Obame, le secrétaire exécutif de l’UN, au point que des militants ...
Lire l'article
Le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition), André Mba Obame, a critiqué mardi la politique du gouvernement. En cause, l’interdiction de l’exportation de bois en grumes et l’emprunt par l’Etat de plus de 175 milliards de francs CFA auprès des banques commerciales, afin de rembourser la dette intérieure. Le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition) et candidat malheureux à la présidentielle anticipée du 30 août 2009, André Mba Obame, de retour d’un séjour de près de 3 mois à l’étranger, a condamné mardi la politique du gouvernement de l’émergence. Notamment en ce qui concerne l’interdiction de l’exportation du bois ...
Lire l'article
L’ancien ministre de l’Intérieur et candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 au Gabon, André Mba Obame, a déclaré lors d’un entretien accordé à l’Express que « si rien ne change au Gabon, on va au coup d’Etat avant la fin de l’année ». M. Mba Obame, secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN-opposition), un nouveau parti créé par la fusion de trois formations politiques de l’opposition, avait été interdit de voyage durant sept mois mais finalement obtenu un nouveau passeport début mars. M. Mba Obame précise que « s’il y a eu chez nous un coup d’Etat électoral, on ne ...
Lire l'article
Déclaré vainqueur au cours d’un long processus de contestation du scrutin présidentiel du 30 août 2009 au Gabon, Ali Bongo avait décidé de placer son mandat sous le signe de la rupture. Du côté de ses adversaires, si le Front du refus du coup d’Etat électoral a perdu quelques membres au passage, six anciens candidats ont décidé de créer un grand parti d’opposition. Pour eux, il s’agit de proposer une alternance politique crédible face au PDG (Parti démocratique gabonais) au pouvoir. mais aussi, il s’agit de disposer d’une tribune légale pour faire entendre les voix de ceux qui continuent de ...
Lire l'article
« L'union de l'opposition est en marche (...). La manoeuvre ou l'initiative n'est pas dirigée contre une personne, elle est plutôt pour atteindre un objectif : l'alternance. » L'opposition gabonaise, qui n'a toujours pas digéré l'élection d'Ali Bongo, le 30 août dernier, se lance dans la formation d'un grand parti unifié face au régime du PDG, le parti au pouvoir. Plusieurs figures de la vie politique gabonaise, dont six candidats à l'élection présidentielle du 30 août 2009, ont décidé de créer un grand parti dont le nom reste à trouver. André Mba Obame, ancien candidat à l'élection présidentielle est l'un des ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le soutien qu’auraient apporté ce vendredi matin 11 candidats à l’élection présidentielle de dimanche prochain autour de la candidature de l’ex-ministre gabonais de l’intérieur André Mba Obame semblait ‘’voler en éclat’’, a constaté l’AGP après les démentis en cascade de certains de ces candidats. Dans un point de presse, tenu en fin de matinée au quartier général du dernier Premier ministre du président Omar Bongo Ondimba, Jean Eyéghé Ndong, le camp des pro-Mba Obame a tenu à faire la lumière sur les mobiles qui ont abouti à la désignation d’André Mba Obame comme candidat de cette coalition de ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’intérieur, des collectivités locales (…), André Mba Obame, a installé mercredi dernier à Port-Gentil, le maire de la commune et le président de l’assemblée départemental de Bendjé, André Jules Ndjambé et George Mouketou, en présence du gouverneur de la province de l’Ogooué Maritime, Jean Marie Béka B’Obame. ‘’Nous sortons d’une élection, nous préparons une autre élection, il ne faut jamais insulter l’avenir’’, a exhorté M. Mba Obame à l’occasion de l’installation du maire de la commune de et du président de l’assemblée départemental de Bendjé. M. Mba Obame qui s’exprimait ainsi, voulait calmer les ardeurs des uns et ...
Lire l'article
Bruno Ben Moubamba: “Je choisis de m’extraire officiellement de la compétition politique entre André MBA OBAME et Ali BONGO ONDIMBA ”
Rencontre Ali Bongo – Barack Obama: Réponse du Dr. Jean Aimé Mouketou à Télesphore Obame Ngomo
Politique / André Mba Obame, grand absent du meeting et de la marche de samedi à Libreville
Gabon : André Mba Obame contre la politique du gouvernement
Gabon : André Mba Obame est persuadé qu’un nouveau rapport de force politique subviendra après les législatives de 2011
Bongo Doit Partir
Gabon : Sur RFI, André Mba Obame, candidat malheureux contre Ali Bongo, parle du grand parti d’opposition
André Mba Obame, ancien candidat à l’élection présidentielle gabonaise
Politique-présidentielle: Le soutien autour du candidat André Mba Obame semble ‘’voler en éclat’’
Gabon: Politique : André Mba Obame installe MM. Ndjambé et Mouketou à Port-Gentil


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Août 2003
Catégorie(s): Communiqués BDP
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*