- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Journal Afrique RFI: Omar BONGO lance un défi électoral au BDP

Au cous d’une interview diffusée par RFI le 29 octobre 2003, Omar Bongo lançait un défi au BDP. Voici l’interview dans lequel le dictateur gabonais dans la section Gabon de l’interview fustige le BDP et invite le BDP à croiser le fer avec lui à l’élection présidentielle de 2005.

L?interview se passe de commentaires. Le BDP répondra à Bongo dans quelques jours.

Voici ci-dessous le texte de l’interview. Pour ceux qui ont le moyen d’écouter l’interview sur leur ordinateur, vous pouvez le télécharger ici :

Version RealPlayer
Version Windows Media Player

RFI : Alors, bon, il y a un problème au Gabon, c’est que les réserves pétrolières sont annoncées en baisse, comment allez-vous faire face à l’avenir à la baisse des recettes pétrolières ?

BONGO : On le dit, on le dit, mais nous faisons toujours 13 millions de tonnes et quelques, on a fait je crois 13 millions 200 cette année, et je crois que l’année prochaine ce sera encore mieux. Quoiqu’il en soit, nous nous battons toujours pour la recherche du pétrole, on peut pas dire que demain on ne trouvera plus du pétrole au Gabon. Et puis, il y a d’autres ingrédients, nous avons du bois, nous avons fait d’autres découvertes dans d’autres secteurs qui sont pas le moins négligeables.

RFI : Sur le plan politique Monsieur le président vous avez fait modifier la constitution il y a trois mois, cela vous permettrait de vous représenter ad vitam aeternam, pourquoi avez-vous fait cela ?

BONGO : Ecoutez, vous êtes marrant vous, vous êtes marrant, je dis vous, vous les journalistes et tous ceux qui ne comprennent pas les choses. La constitution gabonaise, avant qu’elle ne soit même modifiée me laissait encore le droit de me présenter à un second mandat’
RFI : En 2005 ?

BONGO : En 2005. Après ce mandat, si je suis élu ou battu, eh bien nous en parlerons. Mais pour le moment il ne s’agit pas de dire que je veux être président à vie. Que s’est-il passé ? Est-ce qu’il appartient à un individu ou à un club des individus comme nous l’étions de décider en disant le mandat du président doit être limité à deux mandats ? Nous avons enlevé ce verrou. Voilà ce qui a été fait. Il ne s’agit pas de faire de Bongo un président à vie. Pourquoi ? Il faut tout de même que je sache quitter les choses avant qu’elles ne me quittent.

RFI : Vous savez ce que disent beaucoup d’Africains, un chef meurt au pouvoir?

BONGO : Non, mais pas moi. Est-ce que vous pouvez me dire franchement en votre âme et conscience qu’il n’y a qu’en Afrique ?

RFI : On pense à Houphouët par exemple?

BONGO : Parler d’Houphouet, que Dieu aie son âme, laissez Houphouet tranquille à où il est, et parlons des vivants.

RFI : Serez-vous candidat en 2005 ?

BONGO : Il y a encore le temps d’ici 2005 l’eau va beaucoup couler sous le pont encore. Alors, demandez-moi si je vais réussir à signer un accord triennal avec le FMI. Ne me parlez pas de 2005.

RFI : Parce qu’en 2005 vous serez président depuis 38 ans, est-ce que vous ne commencerez pas à penser à votre succession par exemple ?

BONGO : Ma succession, il faut seulement dire est-ce que vous ne penserez pas à s’arrêter, pas de cesser à mon successeur. Mon successeur c’est pas moi qui le chercherai, qui le trouverai.

RFI : Au sein du parti au pouvoir PDG?

BONGO : Oui, mais le parti il y aura des candidats, mais le meilleur gagne?

RFI : Mais est-ce que ce sera le moment où vous commencerez à y penser ou bien vous pensez que c’est trop tôt déjà ?

BONGO : Mais on y pense tout le temps, mais on ne veut pas le dire.

RFI : Qu?est-ce que vous répondez à ces compatriotes peut-être provocateurs qui distribuent des affiches BDP, Bongo Doit Partir ?

BONGO : C?est leur affaire. Moi je leur dis à ceux-là : ayez une manière élégante. Je dis venez au Gabon, constituez-vous en un parti politique qui s’appellerait Bongo Doit Partir, et ce parti présentera son candidat contre Bongo et on verra qui battra l’autre.. Mais voilà la bonne politique, mais pas de faire des petits tracts, c’est mesquin tout ça.

RFI : M. le président, vous savez que par votre longévité politique exceptionnelle beaucoup vous comparent au président Eyadéma. Que pensez-vous de cette réflexion d’un de vos vieux opposants, vous le connaissez bien, il est aussi un de vos parents, Maître Agongjo?

BONGO : Lui c’est lui, moi c’est moi?

RFI : Maître Agondjo qui dit’

BONGO : Et le Gabon c’est le Gabon’

RFI : Mr. Eyadéma règne par la terreur et Mr. Bongo par l’argent’

BONGO : Un jour posez la question à Maître Agondjo. Dites-lui s’il n’a pas été chez Bongo prendre l’argent.

RFI : Il dit que « non ». Il dit qu’il n’a jamais pris d’argent chez vous’

BONGO : Il dira ça à vous, mais pas devant moi? et pas à moi. Je l’invite à venir le dire devant moi. Et c’est pas moi qui le lui ait donné, c’est lui qui me l’a demandé.

RFI: M. le président, merci. 


SUR LE MÊME SUJET
trois mois et demi de l’ultimatum du gouvernement pour présenter un plan d’industrialisation et de traitement des ordures, la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) est face à un défi de taille pour en finir avec les «tas d’ordures» au Gabon. En dehors d’insuffisance de matériels et d’infrastructures, d’autres paramètres tels que la qualité du réseau routier urbain devront également être assurés pour atteindre l’objectif «ville propre». Le 4 mars dernier, le gouvernement a lancé un ultimatum indiquant que «le 1er juillet 2010 au plus tard, en accord avec la mairie de Libreville et ...
Lire l'article [1]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [2]
Unique quotidien national gabonais, L'Union serait-il de trop ? Son directeur, Albert Yangari, n'a pas été en mesure de présider la réunion de rédaction, vendredi 25 septembre, comme il le fait chaque matin. En chemin, sa voiture a été stoppée par une unité de bérets rouges, les soldats d'élite de l'armée gabonaise, aux abords du rond-point de la Démocratie, à Libreville. Interpellé et placé en garde à vue, il a été sommé de s'expliquer sur la nouvelle ligne éditoriale de son journal. L'Union Les autorités assurent que les trois morts déplorés ont été tués par les émeutiers. Les témoignages recueillis par le ...
Lire l'article [3]
Libreville, 7 septembre (GABONEWS) – Le chef de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, dans un communiqué parvenu ce lundi à GABONEWS et dans lequel il adresse « ses félicitations » et ses « vœux de succès pour l'exercice des hautes responsabilités » à Ali Bongo Ondimba, rappelle au président gabonais élu le 30 août dernier que « cette élection est venue souligner l'existence d'un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenariales et équilibrées entre nos deux pays ». Actualité du :07/09/2009 GABONEWS livre ici, dans son intégralité, le message que ...
Lire l'article [4]
Les experts et la délégation du Bureau Afrique centrale de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) se réunissent ce mercredi à l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville pour des travaux sur les bourses de mobilité internationale et les missions d’enseignement et de recherche de cette institution, a-t-on appris auprès de la représentation locale de l’AUF. Selon Antoine Perrier Cornet, le directeur du campus numérique francophone de Libreville (CNLF), les travaux des experts de l’Agence universitaire de la francophonie s’articuleront autour du classement des candidatures aux bourses de mobilité internationale ainsi que de l’attribution des missions d’enseignement et de recherche. Par ailleurs, a-t-il ...
Lire l'article [5]
Omar Bongo et les bien mal acquis : Le grand journal CANALPLUS, le 12/02/2009, l'émission Le Grand Journal met a nu les biens mal acquis d'Omar Bongo (42 ans au pouvoir) et de Sassou Nguesso respectivement president du Gabon et du Congo Brazaville
Lire l'article [6]
Reporters sans frontières dénonce la suspension pour trois mois du bimensuel privé Tendance Gabon ordonnée le 11 mars 2008, après que le journal a publié un article du quotidien français Le Monde sur le luxueux patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France, ainsi qu'un éditorial critiquant des décisions inéquitables du Conseil national de la Communication (CNC, organe de régulation de la presse gabonaise). "Cette sanction cache mal une décision très politique et très complaisante envers le chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo. Tendance Gabon est injustement puni, en s'appuyant sur un argumentaire maladroit, pour un crime de lèse-majesté envers le ...
Lire l'article [7]
Le formulaire de contact ci-dessous vous permet de contacter le BDP-Modwoam par courrier électronique. Vous avez la possibilité d'y attacher des pièces jointes de documents ou d'images que vous souhaitez nous transmettre.
Lire l'article [8]
Vous pouvez, si vous êtes un patriote ou une patriote qui croit en la nécessité de démanteler immédiatement le régime Bongo, participer à l'effort collectif en animant une cellule ou un Comité BDP dans la ville où vous vivez. Pour animer une cellule, vous devez devenir membre du BDP-Gabon Nouveau en remplissant notre formulaire d'adhésion. Et si vous êtes déjà membre, contactez-nous pour nous parler de votre projet de cellule. L'adhésion est entièrement libre et gratuite. Cependant, vous êtes libre de faire des donations volontaires pour soutenir financièrement notre combat, qui est également le vôtre. Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion au BDP-Gabon ...
Lire l'article [9]
-------------------------------------------------------------------------------- Communiqué de presse, pour diffusion immédiate Montclair, New Jersey, 30 août 2004 (BDP-Presse) - Dans une nouvelle vidéo de v?ux du 17 août à la nation rendue publique aujourd'hui sur le site du BDP-Gabon Nouveau (http://www.bdpgabon.org), le Dr. Daniel Mengara, sans ambages et sans détour, accuse Omar Bongo d'être un homme " sans couilles ", qui a peur non seulement du BDP, mais aussi de la possibilité d'une élection transparente au Gabon. C'est là, semble-t-il, la réponse du Dr. Daniel Mengara au défi que lui avait lancé Omar Bongo l'année dernière sur les ondes de RFI.  C'est en effet au cours d'une ...
Lire l'article [10]
Gabon : La SOVOG peut-elle relever le défi des «villes propres» d’Ali Bongo ?
Bongo Doit Partir
Au Gabon, “L’Union”, journal de feu Omar Bongo, se rebiffe
Gabon: Nicolas Sarkozy à Ali Bongo: « Cette élection est venue souligner l’existence d’un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenariales et
Gabon: Les experts Afrique centrale de l’AUF se concertent ce mercredi à l’Université Omar Bongo (UOB)
Omar Bongo et les bien mal acquis : Le grand journal CANALPLUS
Gabon: Un journal suspendu pour avoir reproduit un article du Monde sur le patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France
Nous Contacter
Animer une Cellule
Défi du Dr. Daniel Mengara à Omar Bongo : ” Si Bongo a des couilles, il doit accepter que les élections présidentielles de décembre 2005