- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Elections Présidentielles en République manioc, pour quoi faire ?

Tsir?Ella-Nguéma
BDP-Bordeaux

Le droit peut-il devenir illégal’

La réponse est oui !

Depuis Aristote dans ?Politique? jusqu’à J.J. Rousseau dans ?le contrat social’ en passant par Montesquieu et ‘L?Esprit de loi’, la sémiologie
du droit et l’acception de la politique en prennent un coup. Elles qui qualifient le droit comme étant l’essence même ou l’ascendant de la légalité pour asseoir la force du politique dans la cité.

Oui, le droit peut devenir illégal.

Car dans une communauté où règnent l’arbitraire au nom de la loi et un déficit immanent des intellectuels libres, les institutions et les valeurs fondamentales de la république peuvent avoir un autre sens et susciter des déviances dangereuses dans la tête des gens qui sont en leur charge. D?autant pire que ces derniers n’ont eu aucune lecture ni audience de ces choses trop savantes pour leur piètre formation.

C?est pourquoi une enquête de moralité est indispensable pour désigner ou élire un homme d’Etat.

Pour mieux comprendre, nous vous faisons remarquer que : dans des pays où ces processus sont bien huilés, chaque fois qu’un citoyen honnête postule à une quelconque responsabilité dans une quelconque entreprise ou administration honnête ou malhonnête, on lui demande son identifiant vital, son curriculum vitæ (cv). Autrement dit, il est impératif de savoir et d’exposer à la connaissance officielle d’où il vient, comment a-t-il été élevé et par qui ? Qu?a-t-il réalisé dans son adolescence ? à sa majorité ? est-il marié et avec qui ? A-t-il des enfants’ Combien ? Ses loisirs ? Et passons.

Tout ce questionnaire est établi pour avoir le profil psychologique et connaître les capacités morales et intellectuelles de celui à qui on va confier des responsabilités. C?est donc un drame que d’élire aux responsabilités de l’Etat, c’est-à-dire confier l’avenir de plusieurs générations à des individus ou un individu dont ces identifiants sont plus qu’indéfinis, nous dirions même obscurs. Ne nous étonnons donc pas de la situation chaotique de ce pays appelé Gabon.

J?aime la biologie médicale car elle nous enseigne que c’est à l’organique que viennent s’ajouter la psyché et le mental pour accomplir, ou non, un être humain. Ainsi, dans la graine, le biologiste discerne déjà la plante épanouie. C?est donc à partir de la cause finale que le biologiste tire ses lois. Autrement dit, quelles sont les conditions pour que la graine atteigne sa fin, ce pourquoi elle a été faite : la plante ? Telle est la question qu’un père et une mère de famille doivent résoudre pour l’enfant dont ils ont décidé la naissance, ou encore, qu’un homme d’Etat doit s’astreindre à cogiter pour son pays avant et durant son mandat politique.

Si les institutions régissent l’Etat, on peut alors se demander ce qu’est l’Etat par rapport à la société d’hommes libres ? Je pourrais m’inspirer des interrogations ô combien différentiées d’Eikath Ndama de son vivant, ou encore, plus académiques, des questions tant posées par Aristote (dans Politique,III, 6) à son siècle à savoir: Quelle est la raison d’être de la vie sociale ?

Il est, pourtant, fondamentalement défini que l’Etat n’est autre qu’une communauté d’hommes libres. C?est donc le considérer comme sa finalité ou cause finale. On peut l’appeler ?le bien commun’. Ce bien est distinct des biens individuels de chacun des membres du corps social, et ce bien leur est objectivement supérieur : le bien de tout vaut mieux que le bien de chacune des parties. Et la patrie vaut mieux que mon village, qui que je sois et où qu’il soit. D?autant plus que le bien commun s’inscrit dans la logique du bien particulier, chaque citoyen doit pouvoir profiter personnellement de ce bien qui est à tous, sinon il ne serait pas commun. Ce bien est un patrimoine construit par la volonté d’esprits élevés et ne doit pas être l’héritage d’un clan.

On pourrait donc définir le bien commun comme l’ensemble des conditions qui permettent à chaque citoyen d’obtenir, au sein de son Etat, son épanouissement personnel sans entraver celui d’autrui. Les hommes s’unissent entre eux non seulement pour vivre, c’est l’instinct grégaire, mais encore pour mieux vivre, c’est le décalage entre l’animal et l’homme. C?est-à-dire, donc, que les hommes s’assemblent pour obtenir des conditions de vie optimales pour chacun des membres de la communauté citoyenne. Ces conditions sont certes, en partie, réunies lorsque la société parvient, grâce à l’effort de tous, à une situation matérielle ou économique qui apporte, pour chacun, un minimum d’aisance ; Encore faut-il donner aux membres de la société la liberté de leurs intelligences créatrices ! Mais, même pauvre, une société obtient ce pourquoi elle est faite pourvu qu’il y règne, entre autres, trois éléments fondamentaux et radicalement constitutifs du bien commun que sont : la paix, la justice et l’amitié.

1- S?agissant de la Paix, elle peut être considérée comme l’absence de conflits au sens le plus large du terme, ce qui suppose donc l’absence de violences (guerres, arbitraire de la loi, dictature, détournements, mauvaise gestion, censure, criminalité, insécurité, etc.) entre les membres de la communauté (paix à l’intérieur de l’Etat) et l’absence d’agression étrangère (paix dans les relations extérieures). Est-ce le cas du Gabon ? NON !

Mais distinguons entre violence d’état et état de droit. Car les 2 aspects de paix extérieure et paix intérieure sont principalement assumés par deux institutions fondamentales pour toute vie authentiquement sociale que sont la police et l’armée, c’est-à-dire les forces de l’ordre qui garantissent l’état de droit par une combinaison d’actions entre la justice. la loi et les instruments dont la justice se sert pour garantir l’obéïssance à la loi (armée et police). Chacune de ces insritutions armées exerce par définition une certaine violence, mais cette violence, nécessaire, est soit passive (pour dissuader le potentiel hors la loi), soit active pour ramener coercitivement la tranquillité des citoyens quand ils sont pris en otage par des malfrats du bien commun. Cette violence est donc justifiée que par la nécessité de maintenir la paix qui, elle-même, est un bien commun dans un Etat (communauté d’hommes libres). Drame est de voir ces outils fondamentaux des sociétés évoluées à la solde d’un dictat et soumises à la volonté d’un seul homme.

2- S?agissant de la justice, c’est la situation dans laquelle tous et chacun des membres (citoyens) de la communauté possèdent effectivement les biens qui leur sont dus : Ceux pour lesquels ils ont droit et ont travaillé. S?ils les ont déjà, il ne faut pas les leur enlever ; s’ils ne les ont pas encore, il faut les leur donner. C?est la mission du législateur. Ainsi, les forces de l’ordre et la justice constituent, donc, un moyen essentiel de réalisation du bien commun. Viol et crime contre l’Etat sont établis lorsque ces moyens sont détournés et apprivoisés par un culte, le culte de la longévité du pouvoir. Une illusion qui est propre aux citoyens qui n’ont rien compris à la loi naturelle des générations qui doivent se succéder inéluctablement, et à la seule volonté de l’incontournable : la mort

3- L?amitié, quant à elle, correspond à une bienveillance réciproque entre citoyens et gouvernants. Autrement dit, dans une communauté d’hommes libres, dans un Etat digne, le citoyen veut du bien au citoyen, et vice versa. Le citoyen veut du bien au gouvernant, et vice versa. Mais pour que cette volonté soit réelle, elle doit se traduire par des actes, et non par des sempiternels discours fleuves et vides de suites. Cette volonté peut aboutir ainsi à renoncer à son propre bien (individu) afin de promouvoir au bien physique et moral de sa communauté (l’Etat).

De ces 3 valeurs (paix, justice, amitié) constitutives du bien commun, l’amitié sert de ligand aux deux autres. En effet, qu’adviendrait-il d’une société dans laquelle un minimum d’amitié, de concorde, entre les citoyens n’existerait plus ? Ce ne serait tout simplement plus une société. Car ces valeurs auront été transgressées et violées par ceux qui étaient investis à les promouvoir : des piètres dirigeants. Dans ce semblant de société, donc fausse, les hommes et les femmes, citoyens et gouvernants, vivent peut-être ensemble, mais cette apparente convivialité ne serait tout au plus qu’une juxtaposition. C?est-à-dire que chacun y poursuit ses intérêts (assassinat du bien commun et enrichissement personnel) sans se soucier des autres citoyens sauf pour leur réclamer l’exécution de leurs devoirs (incarcération arbitraire pour des prétendus troubles à l’ordre publique) ou pour éviter la lésion de leurs « droits illégaux ». Est-ce la volonté méphistophélique d’une génération d’hommes à bout de souffle, qui plus est, dont l’inventaire de l’actif est plus qu’une exécution physique et morale de plusieurs générations puînées ?

La réponse est : oui !

Oui, car ils n’ont de vie que la leur. Les enfants qu’ils n’arrêtent d’essaimer çà et là ne sont que le déchet d’une satisfaction purement bestiale et charnelle : pauvres enfants ! Vos parents qui dirigent votre pays ne vous aiment pas. Vous n’êtes que la conséquence de leur envie effrénée d’assouvir une pulsion primaire, celle d’une sexualité animale et donc sans projection : triste espèce que celle-là pour prétendre à un Etat.

Sans aucune dose des valeurs sus citées, la société est ce qu’elle reflète aujourd’hui au Gabon, c’est-à-dire une juxtaposition d’individus aux intérêts personnels et méprisant le bien commun. Il n’y a donc pas d’Etat au Gabon.

Dire qu’il n’existe pas d’Etat au Gabon n’est pas une contradiction sémantique ; en revanche, vanter qu’il en existe un au Gabon est une véritable confusion dans l’esprit du législateur gabonais. Une société qui n’est pas ce qu’elle devait être dans le sens de l’Etat à savoir une pluralité ordonnée où chacun concourt au développement harmonieux du corps social ; Où est, aujourd’hui, le prétendu débat contradictoire parlementaire quand tous les indifférenciés ont avoué leur défet mental et leur déférence au maître incompétent ? Or la cité, telle que nous voulons l’emprunter à l’occident, est une pluralité qui, par le moyen de l’éducation, doit être ramenée à une communauté d’individus libres. Autrement dit:

– Pères et mères de famille,
– Professeurs,
– Maires,
– Parlementaires,

Monsieur Bongo, méditez !

Méditez, car il est du ressort du rôle que vous jouez illégitimement aujourd’hui que de veiller au sens de l’Etat, sinon ABANDONNEZ et ne vous représentez plus à la moindre élection dont la finalité serait de VOUS SERVIR au lieu de SERVIR. Il faut répondre au bien commun, c’est-à-dire au bien de l’Etat. Car Paix, Justice et Amitié constituent, entre autres, les conditions sine qua non de la réalisation d’un authentique bien commun : un Etat digne. Et en ce sens ils sont de droit naturel.

Parmi ces trois valeurs fondamentales du bien commun, la justice occupe une place centrale car elle constitue l’essence même de la communauté politique : ce par quoi une société se constitue comme telle. L?injustice, l’arbitraire et l’obstination au pouvoir (38 ans aujourd’hui, demain 45 ans) sont le propre d’un Etat incompétent c’est-à-dire une dictature, un NON-ETAT. Remarquons que ces trois déterminants sont en collusion étroite. En effet, la Paix n’est pas seulement l’absence de troubles sociaux ; elle ne prend tout son sens que par rapport à la justice (transparence et protection de la liberté d’élire ses dirigeants, droit au bien-être, etc.). La véritable paix n’existe que lorsque chacun a ce qui lui est dû en justice (dire basta à un système sénile et surtout incompétent). Sans cela, une certaine tranquillité peut bien apparaître extérieurement, mais en réalité elle n’est que le résultat de la peur d’un chaos inéluctable et imminent : Celui que les brigands politiques ont fomenté au rythme de leur sempiternelle incompétence.

D?où les interrogations suivantes :

– Elections présidentielles pour quoi faire dans une dictature soutenue par une opposition déficiente ? (collusion des partis politiques du ventre avec celui du roi incompétent)

– Elections présidentielles pour quoi faire dans un système qui s’est assigné la mission d’Euthanasier les intelligences ? (traitement de mépris et soumission de l’intellect au viol des valeurs cardinales d’un Etat)

– Elections présidentielles pour quoi faire, quand on sait que la candidature d’un seul individu est perpétuellement assignée à la pérennité dans un contexte où il y a déficit cruel des intelligences ? Notons-le bien: Quand un handicapé mental fait des enfants, ses enfants n’héritent pas forcément du même handicap. Mais si, malgré leur instruction et leur niveau présumé d’études, les enfants soumettent leurs acquis intellectuels aux inepties injustifiées de leur père géniteur ou politique, alors ils sont doublement handicapés mentaux (le PDG et ses petits pdg qui ont foisonné depuis là, la projéniture ventrue du chef, l’entourage vampire, etc.).

Ces élections 2005 serviront, une fois de plus, à rajouter au palmarès déjà tristement très célèbre le crime de l’absolutisme bongoïste sur d’autres générations gabonaises à venir (lire la lettre du continent du 10-03-05 qui parle d’emblée de chiens de garde des perpétuelles (ré)-élections).

Alors, pour nos arrières petits-enfants, il est de notre devoir et de notre droit naturel de ne pas contribuer à cette volonté politique infâme. Dans une communauté d’hommes, les erreurs sont possibles certes, mais y persévérer relève de l’idiotie collective, voire du satanisme.

Vu l’héritage satanique que cette génération de leader, d’Omar Bongo à Mba Abessole, laisse à nos enfants, et par conséquent à leurs petits-enfants et arrières petits-enfants, il y a va du devoir de chacun d’entre-nous de dire, dès maintenant, NON!

Non, les élections prévues décembre prochain en République manioc n’ont aucun contrat, ni aucune correspondance avec les valeurs cardinales qui garantissent la bonne marche de la société, et donc aucun sens de l’Etat. 


SUR LE MÊME SUJET
MOUILA (sud), (AGP) – Alphonse Moussavou Doukaga, directeur provincial de campagne au compte de l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR) pour la Ngounié et ses militants ont contesté jeudi à Mouila à l’occasion d’un entretien avec la presse les résultats des élections présidentielles annoncés par le ministre gabonais de l’intérieur Jean François Ndongou. Pour l’opposant Moussavou Doukaga, les militants de l’ACR contestent les résultats rendus publics jeudi dans l’après-midi par le ministre gabonais de l’Intérieur, Jean François Ndongou, via la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap). Il a estimé que ’’60% des populations gabonaises auraient voté pour ...
Lire l'article [1]
Dans le cadre des élections présidentielle du 30 août prochain, plusieurs organisations internationales et sous régionales ont mandaté des missions d’observation pour veiller au bon déroulement des élections et garantir la fiabilité et la crédibilité du scrutin. Alors que de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer l'illégalité du processus électoral, les observateurs internationaux semblent tous d'accord pour annoncer un scrutin fiable et transparent. © D.R. Les observateurs internationaux ont annoncé la fiabilité et la transparence du processus électoral Depuis l'ouverture de la campagne électorale le 15 août dernier, plusieurs missions d’observation ont ...
Lire l'article [2]
Chers compatriotes, Cette élection anticipée du 30 août prochain, vous vous en doutez, est truquée d'avance et c’est une erreur historique vers laquelle vous avancez que de réclamer la « transparence des élections », et même de la quémander. Celui dont le père affirme" Dites- moi comment on peut organiser une élection en Afrique la perdre; on n'organise pas une élection pour la perdre...", n’hésitera devant rien et n’aura aucun scrupule et aucune retenue pour se plier au respect du Droit et de la légitimité politique de notre pays. Vous qui réclamez la transparence électorale, c’est- à dire la tenue ...
Lire l'article [3]
Initialement Publié le 29 mai 2005. L?idée d'un statut institutionnalisé de Chef de l'opposition donné au candidat arrivé en seconde position de l'élection présidentielle est certainement l'idée la plus ridicule et la plus dangereuse de l'histoire politique gabonaise. Nous nous expliquons. Idée ridicule Ridicule parce que cette idée dénote de la surprenante légèreté politique de Pierre Mamboundou qui, à ce niveau, fait montre d'une naïveté politique inattendue. D?abord parce que, de son propre aveu, l'idée vient d'Omar Bongo lui-même et non de lui, ce qui veut dire que finalement, c'est Omar Bongo qui contrôlait la direction de ces négociations, et qu'il a su ...
Lire l'article [4]
Communiqué de presse du BDP-Gabon Nouveau, pour diffusion immédiate Ayant constaté la fraude systématique -- listes électorales préfabriquées, faux observateurs internationaux, censure et contrôle des médias, corruption politique, importation d'électeurs congolais, bureaux de vote fantaisistes, interdiction de séjour d'opposants, etc. -- orchestrée par le régime Bongo en vue de maintenir le dictateur Omar Bongo au pouvoir pendant 7 ans de plus, pour un scandaleux total de 45 ans au moins ; Ayant constaté la dérive dictatoriale et les manipulations constitutionnelles -- institution de la présidence à vie, limites d'âge arbitraires, révisions abusives, etc. -- visant à priver les Gabonais du droit de ...
Lire l'article [5]
-------------------------------------------------------------------------------- Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate. Montclair, BDP-Presse, 22 novembre 2004 ? C'est ce 22 novembre 2004 que, lors d'une cérémonie secrète à huis clos à Paris, le Comité de Suivi coordonné par Vincent Essono, a remis au Dr. Daniel Mengara, Coordonnateur du BDP-Gabon Nouveau, le manifeste du mouvement pour l'organisation des élections présidentielles de décembre 2005 par l'ONU. La remise du manifeste fait suite au discours du 17 août 2004 du Dr. Daniel Mengara, dans lequel le Coordonnateur avait lancé un défi patriotique à Omar Bongo, l'invitant à montrer qu'il avait des "couilles" en acceptant que l'élection présidentielle de décembre 2005 ...
Lire l'article [6]
-------------------------------------------------------------------------------- Communiqué de presse, pour diffusion immédiate Montclair, New Jersey, 30 août 2004 (BDP-Presse) - Dans une nouvelle vidéo de v?ux du 17 août à la nation rendue publique aujourd'hui sur le site du BDP-Gabon Nouveau (http://www.bdpgabon.org), le Dr. Daniel Mengara, sans ambages et sans détour, accuse Omar Bongo d'être un homme " sans couilles ", qui a peur non seulement du BDP, mais aussi de la possibilité d'une élection transparente au Gabon. C'est là, semble-t-il, la réponse du Dr. Daniel Mengara au défi que lui avait lancé Omar Bongo l'année dernière sur les ondes de RFI.  C'est en effet au cours d'une ...
Lire l'article [7]
Gabonaises, gabonais, chers compatriotes. Le Gabon a aujourd'hui 44 ans. Je vous souhaite donc à tous de joyeuses fêtes pour le 44e anniversaire de l'indépendance de notre cher pays. Le Gabon, notre pays, mérite notre amour. Aimer le Gabon, c'est s'investir totalement dans son renouveau, dans son développement et dans son bien-être. Aimer le Gabon, c'est non seulement se préoccuper du sort de sa mère, de son père, de son frère, mais aussi du sort de tous ses compatriotes, quelque soit leur origine ethnique. L'occasion du 17 août devrait ainsi être pour toute la nation une occasion de réjouissances, où les Gabonais unis dans ...
Lire l'article [8]
Lundi 30 Août 2004 à 00:00  -------------------------------------------------------------------------------- Message Audio de voeux du 17 août 2004 du Dr. Daniel Mengara à la Nation gabonaise "Les élections présidentielles de décembre 2005 doivent être entièrement organisées par l'ONU" 30 août 2004 --------------------------------------------------------------------------------   Pour écouter le reportage audio, vous pouvez utiliser n'importe quel logiciel de traitement audio dont dispose votre ordinateur, du moment qu'il est capable de lire les fichiers MP3 (Real Player, Windows Media, etc.) Pour écouter la version audio en format MP3, cliquez ici (30 minutes, 9Mo) Si vous préférez télécharger le fichier MP3, cliquez ici. (Vous aurez beoin de WinZip pour décomprimer le fichier MP3.) Pour la Version Vidéo, cliquez ici.   RealPlayer ...
Lire l'article [9]
Chers compatriotes, Monsieur Bongo vient encore une fois, dans son discours du 17 août 2003, date qui célèbre le 43ème anniversaire de l'indépendance du Gabon, de faire preuve d'irresponsabilité. Alors que le peuple gabonais se meurt à petit feu sous les rudes assauts d'une pauvreté injustifiable qui garde encore 60% de notre population sous le seuil de pauvreté après 43 ans d'indépendance et 36 ans de bongoïsme, Monsieur Bongo s'est de nouveau répandu dans un discours vide de sens qui, aujourd'hui, représente une insulte à l'intelligence des Gabonais. C?est dire, mes chers compatriotes, que ces 43 ans d'indépendance, au lieu d'être pour ...
Lire l'article [10]
Gabon- politique : Les militants de l’ACR contestent les résultats des élections présidentielles
Gabon : A quoi servent les missions d’observateurs des élections ?
Appel au refus inconditionnel des élections présidentielles au Gabon : Report des élections pour un an
Des conneries politiques de Pierre Mamboundou et d’Omar Bongo: Un statut de chef de l’opposition, pour quoi faire ?
Présidentielles 2005 : Le BDP-Gabon Nouveau ne présentera aucun candidat aux élections, lance un appel au boycott et à la résistance
Gabon: Le BDP publie son manifeste pour l’organisation des élections présidentielles de 2005 par l’ONU
Défi du Dr. Daniel Mengara à Omar Bongo : ” Si Bongo a des couilles, il doit accepter que les élections présidentielles de décembre 2005
Discours de voeux du Dr. Mengara à la nation gabonaise à l’occasion du 44e anniversaire de l’indépendance du Gabon: “Les élections présidentielles de décembre 2005
Message Audio de voeux du 17 août 2004 du Dr. Daniel Mengara à la Nation gabonaise: “Les élections présidentielles de décembre 2005 doivent être entièrement
Une trêve sociale pour quoi faire? Réponse du Dr. Daniel Mengara au discours d’Omar Bongo du 17 août