Socialisez

FacebookTwitterRSS

Des conneries politiques de Pierre Mamboundou et d’Omar Bongo: Un statut de chef de l’opposition, pour quoi faire ?

Auteur/Source: · Date: 1 Juin 2006
Catégorie(s): Analyses

Initialement Publié le 29 mai 2005.
L?idée d’un statut institutionnalisé de Chef de l’opposition donné au candidat arrivé en seconde position de l’élection présidentielle est certainement l’idée la plus ridicule et la plus dangereuse de l’histoire politique gabonaise. Nous nous expliquons.

Idée ridicule
Ridicule parce que cette idée dénote de la surprenante légèreté politique de Pierre Mamboundou qui, à ce niveau, fait montre d’une naïveté politique inattendue. D?abord parce que, de son propre aveu, l’idée vient d’Omar Bongo lui-même et non de lui, ce qui veut dire que finalement, c’est Omar Bongo qui contrôlait la direction de ces négociations, et qu’il a su détourner Mamboundou du domaine politique pour l’acculer à des considérations et concessions purement personnelles et particulières. Ensuite parce qu’un statut de Chef de l’opposition ne peut se décréter sur la simple base de l’élection présidentielle. Trop de cas de figures contradictoires rendent cette idée impraticable dans le cadre actuel de la constitution gabonaise. Par exemple :
– Un candidat à l’élection présidentielle comme Mamboundou peut certes arriver deuxième et obtenir le statut de Chef de l’opposition. Bien.  Mais qu’est-ce qui arrivera le jour où un parti autre que celui de Mamboundou arriverait deuxième dans le cadre des élections législatives en termes de nombre de députés à l’Assemblée nationale ? Quel sera alors le statut du leader du parti de l’opposition arrivé deuxième à l’Assemblée nationale ? Prendra-t-il le statut de chef de l’opposition à Mamboundou qui n’a aucun député à l’Assemblée nationale ?
– Vu que l’élection présidentielle ne se passe que tous les 7 ans, un candidat arrivé deuxième à l’élection présidentielle peut facilement devenir impopulaire au cours de cette période et se faire dépasser sur le plan sociologique et politique par un leader politique charismatique qui contrôlerait globalement les masses de l’opposition, donc la direction du pays. Que vaudrait un statut de chef de l’opposition institutionnalisé dans ce cas-là ?
– Vu que l’élection présidentielle ne se passe pas en même temps que l’élection présidentielle, que se passerait-il si un autre parti de l’opposition que celui du candidat arrivé deuxième aux présidentielles devenait majoritaire à l’Assemblée nationale, contrôlant ainsi le parlement du pays alors que le président appartiendrait à un autre parti? Qu?adviendrait-il, dans ce cas, de ce statut de Chef de l’opposition ? Serait-il donné au leader du parti majoritaire au parlement ou au leader arrivé deuxième aux présidentielles ?
– Et imaginons une situation ou des partis différents seraient majoritaires et des partis différents deuxièmes au Sénat et  à l’Assemblée nationale. Qui, dans cas, mériterait le statut de chef de l’opposition ?
Il semble donc que ce statut, s’il est basé sur le résultat de l’élection présidentielle, n’a aucun sens et se heurterait à des situations qui n’en permettraient pas l’applicabilité. Il faut donc voir dans cette démarche de Mamboundou le mal habituel de l’opposition gabonaise que nous avons souligné au début de cet article, mal qui consiste pour cette opposition à toujours s’accrocher à des solutions de facilité et de rechange qui traduisent leur incapacité à réellement se battre jusqu’au bout pour la prise effective du pouvoir. Quelle petitesse d’esprit, donc, pour Mamboundou, de vouloir ainsi se contenter d’un poste fantôme au rabais après avoir revendiqué haut et fort, l’espace de 5 mois, la victoire électorale.
Idée dangereuse.
Idée dangereuse parce qu’elle permettrait tout simplement à Bongo de nommer qui il veut comme Chef de l’opposition. Autrement dit, dans un pays où la fraude électorale est endémique comme le Gabon et où Omar Bongo concocte plus ou moins les pourcentages électoraux que les uns et les autres reçoivent, il serait facile au régime de placer de faux candidats dans l’opposition et de les faire arriver en deuxième position lors des élections, leur permettant ainsi de devenir Chefs de l’opposition.
Ainsi, il suffirait que ce statut force, constitutionnellement, tous les autres partis de l’opposition à se soumettre aux injonctions ou prises de décision du chef pour que le Gabon se retrouve avec une opposition de façade contrôlée et télécommandée par le pouvoir en place. Ce serait là en effet, la mort de l’opposition véritable au Gabon.
Cette idée de Pierre Mamboundou et d’Omar Bongo doit donc être rejetée et combattue avec toute la vigueur nécessaire. Le Gabon n’a pas besoin d’une opposition nommée par Omar Bongo. Le statut de chef de l’opposition a toujours existé dans notre pays, mais c’est un statut simplement symbolique et informel qui revient souvent au leader du parti qui, en fonction de l’élection, arrive en deuxième position. Il convient donc de garder ce statut totalement informel. Aujourd’hui, par exemple, tout le monde reconnaît informellement Mamboundou comme chef de l’opposition, et c’est bien comme cela car ceci ne donne aucunement le droit à Mamboundou, ni à son parti, de parler au nom de tous les partis politiques Gabonais ou de bénéficier de quelqu’avantage que ce soit sur la base du simple fait d’être arrivé deuxième à l’élection présidentielle. Si demain, aux législatives, un autre parti arrive en tête, son leader portera informellement ce titre, ni plus ni moins, sans pouvoir aucun et sans statut institutionnel particulier.
Cette idée est donc une idée dangereuse qu’il faut bannir de nos esprits si nous ne voulons pas nous retrouver avec une opposition bâillonnée et encore plus corrompue qu’aujourd’hui puisqu’elle ne serait là que pour servir les intérêts du régime.
Articles apparentés:

De la nécessité d’un boycott révolutionnaire au Gabon: Répondre aux actes de guerre du régime terroriste d’Omar Bongo par des actes de légitime défense
C’est quoi cette opposition ? Le malheur du Gabon, c’est d’avoir eu une opposition inepte
BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052
USA
Tel/Fax: 973-447-9766 


SUR LE MÊME SUJET
Hommage de quelques universitaires et hommes politiques de la Diaspora à l’illustre Opposant historique Pierre Mamboundou
Hommage de quelques universitaires et hommes politiques de la Diaspora Gabonaise de l’Europe et de l’Amérique, à l’illustre Opposant historique Pierre Mamboundou, décédé le 15 octobre 2011 à Libreville Gabon. Par Jean Aimé MOUKETOU, Canada. Le Gabon, malgré sa petite population estimée à 1 million d’âmes, a toujours produit des figures politiques historiques, de Germain Mba à Joseph Rendjambé, de Moubamba Nziengui à Simon Oyono Aba’a, pour ne citer que ces quelques Résistants qui ont relevé la tête aux temps les plus durs du parti unique et de la dictature stalinienne du Parti démocratique gabonais (PDG) ; Pierre Mamboundou en fait ...
Lire l'article
Après l’annonce du décès du leader de l’opposition gabonaise, Pierre Mamboundou dans la nuit du samedi 15 octobre à Libreville, l’agence de presse GABONEWS a sillonné les différents quartiers de la capitale gabonaise afin de recueillir les impressions du citoyen lambda. « Tout d’abord le président de l’UPG était réputé pour sa sagacité juridique, sa prolixité et bien évidemment pour sa rigueur morale et intellectuelle. Il était doté d’une culture politique et d’un sens de la dialectique qui en faisait un redoutable débatteur et un communiquant de bon niveau. La classe politique gabonaise perd là l’un des plus brillants de ses ...
Lire l'article
Pierre Mamboundou, visage de l'opposition gabonaise pendant 20 ans et ancien candidat à la présidentielle, est mort à l'âge de 65 ans, a annoncé le président Ali Bongo. Dans une déclaration lue à la radio d'Etat, le fils et successeur du défunt Omar Bongo a rendu lundi hommage à Pierre Mamboundou, un "patriote". Le communiqué lu par le porte-parole de la présidence parle d'une "énorme perte pour le Gabon". Selon un responsable de son parti Thomas Ibinga, la famille de Pierre Mamboundou a précisé qu'il avait succombé à une crise cardiaque. Fer de lance de l'opposition au Gabon pendant 20 ans, Pierre Mamboundou ...
Lire l'article
Le président de la République a quitté Libreville hier soir pour New York, siège de l’Organisation des Nations Unies (ONU) via Paris (France) ou il prendra part au sommet tripartie réunissant le Gabon, la Guinée Equatoriale et les Nations Unies, sur ile Mbanié. La rencontre s’ouvrira dans quelques jours au siège de l’organisation onusienne. Le chef de l’Etat est accompagné d’une forte délégation composée d’hommes politiques de premier plan. Il s’agit, entre autres, de l’opposant Pierre Mamboundou (UPG), de Paul Mba Abessole (RPG) et de Faustin Boukoubi (PDG).
Lire l'article
L’opposant Pierre Mamboundou reçu par Ali Bongo Ondimba à Paris
L’opposant gabonais, Pierre Mamboundou et leader de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) a été reçu lundi dernier à Paris (France) par le président Ali Bongo Ondimba, qui effectue une visite d’amitié et de travail dans la capitale française, a rapporté mardi, l’envoyé spécial de l’AGP. «On m’avait dit mort, je suis bien là et je suis d’aplomb pour reprendre le combat politique», a déclaré Pierre Mamboundou à sortie d’audience. Interrogé sur la vie politique nationale, M. Mamboundou qui a estimé qu’il était malsain de parler du pays à l’extérieur, s’est plutôt borné à dire qu’il le fera le moment venu dès ...
Lire l'article
Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a reçu lundi soir, à Paris (France), où il séjourne actuellement le président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), Pierrre Mamboundou et ce, pour la première fois depuis l’avènement au pouvoir du chef de l’Etat, rapporte, ce mardi, l’Agence Gabonaise de Presse (AGP). L’entretien entre le chef de l’Etat et le leader de l’UPG a gravité autour des récents travaux de la 65ème session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et du sommet sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), ...
Lire l'article
Pierre Mamboundou, président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), chef de file de l’opposition a déclaré à la première chaîne de Radio Télévision Gabonaise (RTG1) que « face à la mort, nous devons mettre de côté les clivages politiques personnels » en présentant ce lundi soir ses condoléances au président de la République, Omar Bongo Ondimba et à sa famille à la suite du décès de la Première Dame du Gabon, Edith Lucie Bongo Ondimba. « Nous demandons au chef de l’Etat d’être fort. Nous pensions que la science aurait permis le rétablissement d’Edith Lucie Bongo Ondimba mais malheureusement les choses ...
Lire l'article
Après quelques temps de silence visant à observer l'évolution et la clarification de la situation politique au Gabon, et surtout pour éviter toute confusion entre les actes politiques de Pierre Mamboundou/UPG et ceux du BDP-Gabon Nouveau/Mamba, notre mouvement, après de larges consultations avec sa base, ses troupes et sa direction, est désormais en mesure de prendre clairement position, en tant que seul groupe d'opposition radicale restant au Gabon, sur le bal des vampires actuellement en cours dans notre pays, et sur la poursuite  sans ambiguïté de la lutte de libération nationale par les vrais patriotes partisans du changement véritable. Autrement dit, ...
Lire l'article
Tsir?Ella-Nguéma BDP-Bordeaux Le droit peut-il devenir illégal' La réponse est oui ! Depuis Aristote dans ?Politique? jusqu'à J.J. Rousseau dans ?le contrat social' en passant par Montesquieu et 'L?Esprit de loi', la sémiologie du droit et l'acception de la politique en prennent un coup. Elles qui qualifient le droit comme étant l'essence même ou l'ascendant de la légalité pour asseoir la force du politique dans la cité. Oui, le droit peut devenir illégal. Car dans une communauté où règnent l'arbitraire au nom de la loi et un déficit immanent des intellectuels libres, les institutions et les valeurs fondamentales de la république peuvent avoir un autre sens et ...
Lire l'article
Hommage de quelques universitaires et hommes politiques de la Diaspora à l’illustre Opposant historique Pierre Mamboundou
Décès Pierre Mamboundou/ Micro-trottoir: « Pierre Mamboundou laisse un grand vide dans le système politique gabonais » selon de nombreux Librevillois
Mort de l’opposant gabonais Pierre Mamboundou
Gabon / Politique : Ali Bongo et Pierre Mamboundou à New York pour l’Ile Mbanié
L’opposant Pierre Mamboundou reçu par Ali Bongo Ondimba à Paris
Une première depuis l’investiture du chef de l’Etat : Ali Bongo Ondimba et Pierre Mamboundou se parlent, à Paris
Bongo Doit Partir
Gabon: « Face à la mort, nous devons mettre de côté les clivages politiques personnels », Pierre Mamboundou (Opposition)
Communiqué: Rendez-vous lundi 29 mai 2006 pour une communication d’envergure nationale du BDP-Gabon Nouveau sur les dangereuses conneries de Pierre Mamboundou et d’Omar Bongo
Elections Présidentielles en République manioc, pour quoi faire ?


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Juin 2006
Catégorie(s): Analyses
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*