Socialisez

FacebookTwitterRSS

La France des paradoxes et des ambiguïtés démocratiques: Quand Omar Bongo donne des conseils électoraux à Nicolas Sarkozy

Auteur/Source: · Date: 9 Mai 2007
Catégorie(s): Analyses

Comment les valeurs républicaines de la France peuvent-elles trouver des accointances avec une dictature vieille de 40 ans ? J’adresse ici ici une série d’interrogations au nouveau président élu, futur chef de l’état Français.

– quel conseil Omar Bongo peut-il donner à Nicolas Sarkozy alors qu’il a lamentablement échoué dans son pays sur tous les plans’

– quelle expérience positive Omar Bongo a-t-il à transmettre à Nicolas Sarkozy pour la gestion de son pays si ce n’est celle de sa pérennité cynique et perverse au pouvoir ?

– quel sérieux omar bongo peut-il inspirer aux gens qui connaissent son dossier, c’est-à-dire des gens intelligents et informés’

– quel sérieux ce gérontozaure dictateur peut-il inspirer aux chefs d’états sérieux et démocratiquement élus quand on sait que son pays, pourtant très riche, est inscrit au tableau de déshonneur par rapport au niveau de vie de ses concitoyens ?
Monsieur Sarkozy,
Agrandir Image
Nicolas Sarkozy
Jusqu’à très peu, j’avais mobilisé autour de moi un nombre de citoyens proches de ma profession pour vous soutenir et vous élire : sauf que, depuis un certain temps nous avions l’impression que vous hésitiez sur votre prise de position de départ sur la politique franco-africaine. Une position qui faisait de vous un homme différent et courageux, face au chaos dans lequel sombre l’Afrique francophone. Vous connaissez bien l’étiologie de ses maux : l’incompétence et le cynisme monarchique de ses dirigeants.

On ne vous a plus entendu parler de la politique que vous attendiez mener contre ces régimes immondes, alors même que vous mainteniez la lutte contre l’immigration sauvage ? Ne vous étonnez pas: nous nous accordons parfaitement sur ce point dans la mesure où tout état qui veut préserver l’équilibre intérieur de son pays doit maîtriser son flux d’immigrants.

Mais !

Savez-vous que si tous ces dictateurs d’Afrique, qui plus est sont de notoires incompétents, étaient déposés, l’Afrique se porterait mieux et “notre” pays la France serait fière d’avoir de vrais collaborateurs pour un co-développement intelligent et sain ? Nous avons cru entendre et comprendre que vous accordiez une oreille tendre à Omar Bongo du Gabon ? J’ai personnellement observé votre entretien télévisé avec Omar Bongo et entendu vos réponses aux questions des journalistes. Hélas !

Savez-vous qui est vraiment Omar Bongo ?

Que pensez-vous qu’un homme de plus de 73 ans dirigeant un pays depuis 40ans puisse inspirer comme rêve ou avenir à une jeunesse qui se voit maltraitée, méprisée et absente devant les enjeux du monde ?

Omar Bongo  fait partie des générations qui mirent l’Afrique à genoux. Les générations qui ont spolié l’Afrique de ses énergies vives et de ses intelligences, les obligeant justement à émigrer vers les démocraties qui leur ont permis d’être ce qu’ils auraient dû être dans leurs pays d’origine si ces derniers souffraient, un tant soit peu, de valeurs dignes.

Pour être concret, vous-même souligniez il y a quelques années que certains pays d’Afrique comptaient plus de cadres en France que chez eux, alors que ces pays ont besoin justement de compétences. Ce n’est pas un fait stochastique mais la conséquence d’une politique africaine vile et longtemps soutenue par “notre” pays la France.

Omar Bongo incarne, au superlatif, la honte de l’Afrique et le contraire de la démocratie qui vous désigna et vous porta le 06 mai dernier à la plus haute fonction de l’état.

– Imaginez-vous un instant que ce choix que le peuple français souhaitait manifester depuis que la France souffre de son immobilisme ne se soit pas exhaussé pour cause d’arbitraire et que votre victoire vois ait été volée au profit de votre adversaire alors même que vous auriez emporté l’élection’

– Imaginez-vous un instant que cet espoir que vous représentez dans la tête de plus de la moitié des Français ne fut pas légitimé à cause d’une décision arbitraire de Jacques Chirac souhaitant mettre à votre place Dominique de Villepin ?

– Imaginez-vous un instant, encore, que la constitution française soit sculptée aux seules mensurations et seuls lubies de Jacques Chirac qui, pris de folie monarchique, aurait fait changer la constitution de manière à lui permettre de diriger la fRance ad vitam aeternam, vous privant non seulement de votre chance, mais plongeant la France dans le marasme d’une dictature qui se refuserait à l’alternance démocratique, exactement comme le fait depuis 40 ans le dictateur Omar Bongo du Gabon ? 
Agrandir Image
L’alliance des Mafieux
Je vous invite personnellement à enquêter sur le nombre de fois qu’Omar Bongo a fait modifier la constitution gabonaise rien que pour entraver l’émergence de nouvelles énergies vives au Gabon, pis encore pour satisfaire son clan ethnique même quand ces derniers n’en valaient pas la syllabe ! Et vous verrez alors comment tout un système peut briller par une incompétence chronique! Tout cela vous semble-t-il raisonnable pour un pays qui se veut digne ?

Le temps ne me permet pas ici de vous dresser la liste des responsabilités que Bongo distribue à ses proches de manière arbitraire, ni de souligner le nombre d’entreprises ou d’administrations mises en faillite au Gabon par l’incompétence qui en résulte. Mais c’est un secret de polichinelle.

Mais tenez et constatez vous-mêmes:

– Imaginez-vous que Pompidou soit toujours Président de France aujourd’hui, et qu’il ait brigué le même mandat que vous et vous ait “battu” tout en narguant les Français en se déclarant déjà candidat au scrutin présidentiel de 2012, et ce malgré l’échec et le bilan désastreux de ses multiples mandats à répétition ?

Je ne pense pas que les Français apprécieraient. VOus non plus. Alors pourquoi avez-vous tenance, en France, à croire que les Gabonais accepteraient chez eux ce que les Français ne sont pas prêts à accepter pour la France?

Il y aurait certainement eu plusieurs guerres civiles en France car aucun Français n’aurait accepté, même sous joug soviétique ou allemand, que ses libertés soient si cruellement bafouées, ni à l’intérieur de la France par un dictateur, ni de l’extérieur par une puissance tierce. Bref, si vous aviez été Gabonais, vous n’auriez pas été élu et cela vous serait resté en travers de la gorge.

Et pourtant, voilà ce que subissent les Africains face à leurs dirigeants que vos prédécesseurs ont soutenus mordicus.

Et vous alors Monsieur Sarkozy, vous faites quoi ?

– Croyez-vous que, vous, fils d’immigrés, vos ancêtres Hongrois auraient prédit que leur postérité irait incarner l’espoir d’un peuple loin de leurs terres ?

– Croyez-vous, vous-même, que vous auriez pu incarner l’espoir dans un pays qui n’est point celui de vos essences culturelles à deux générations près, n’eussent été la noblesse et la force de la démocratie, autrement dit de l’esprit de loi dans le pays qui vous accueillit jadis’

La France de Rousseau, la France de Montesquieu , la France de De Gaulle est une France où l’état de droit est institué. Et c’est cet état de droit, imprégné d’esprit de justice, qui a fait qu’un fils d’immigré puisse devenir Président de la république dans un pays prétendu raciste, xénophobe et voire antisémite ! Imaginez-vous maintenant être un Français à peau nègre et imaginez-vous Jean-Marie Le Pen jurant de vous renvoyer chez vous à coups de charters bondés de nègres renvoyés chez eux manu militari!

Qule bonheur pour vos parents de vous avoir élevé dans un état de droit!

Quel paradoxe, alors, de voir quelqu’un qui inspire la vie et l’espoir comme vous s’inspirer, pour gagner une élection, de la vile pensée de quelqu’un qui, au contraire, confisque le bohneur à plusieurs générations de ses compatriotes depuis 40 ans !

– Savez-vous Monsieur Sarkozy qu’Omar Bongo a du sang dans les mains ?

– Saviez-vous qu’Omar Bongo est au pouvoir, au Gabon, depuis 40 ans ?

– Saviez-vous qu’Omar Bongo est au pouvoir, au Gabon, depuis 1967. Vous aviez à peine la douzaine d’âge ?

– Saviez-vous qu’Omar Bongo est arrivé au pouvoir au Gabon quand, moi qui vous écris, avais à peine 1 an d’âge ? Tous les rêves des Gabonais nés sous son règne se sont effondrés dans sa dictature.

– Saviez-vous qu’Omar Bongo est au pouvoir au Gabon depuis que la France, elle, avait comme président de la république le Grand général De Gaulle ?

– Saviez-vous qu’Omar Bongo est au pouvoir au Gabon depuis 1967, alors que la France, elle, a changé 5 fois et démocratiquement son président ?

– Saviez-vous qu’Omar Bongo traque tous les Gabonais qui échappent à sa dictature et qui vont trouver dignité et vie ailleurs dans le monde, et jusqu’en France même ?

– Saviez-vous qu’Omar Bongo a maintes fois déjouées les institutions françaises pour empêcher la circulation et la diffusion d’informations sur son régime putride dans le territoire français que vous allez diriger incessamment sous moins de dix jours ?

– Quel exemple de démocratie voudriez-vous incarner et inspirer si, paradoxalement, vous confortiez ces pratiques d’une époque que vous-même fustigiez ?

– Où seront passées les grandes valeurs républicaines qui constituaient vos laïus et qui auront bercé l’espoir de tous les Français si vous empêchiez aux Français dans les jours qui viennent de connaître la vérité sur les dirigeants africains à l’instar du chef d’orchestre et incompétent Omar Bongo alias  le dernier Gérontozaure de la dictature africaine ?

Comment voulez-vous, Monsieur Sarkozy, que des pays dont les défis sont aussi grands à relever comme ceux d’Afrique puissent s’en sortir si les rêves de plusieurs générations sont d’emblée confisqués par une génération dont la vision et le réel sont anachroniques aux enjeux du monde ?

Comment vous,

Vous Monsieur Sarkozy,

Vous qui incarnez le renouveau de “notre” cher et grand pays la France,

Vous qui devriez inspirer l’espoir et le rêve des jeunes Africains,

Comment vous permettez-vous d’hésiter à vous prononcer ouvertement sur la dangerosité, l’incompétence et le cynisme d’un septuagénaire devenu gâteux et s’accrochant bestialement pouvoir alors que ses arrières petits-fils sont en âge de pré-retraite sans avoir vu, ni connu, la prospérité de leur pays !

Non, Monsieur Sarkozy,

Ne commettez pas la même erreur que vos prédécesseurs, sinon vous trahirez la France qui a pris conscience des vrais problèmes dont souffre l’Afrique.

Vous êtes homme courageux, nous aimerions continuer à y croire !

Oseriez-vous vous inscrire dans le registre des piètres hommes d’état français tels Chirac, d’Estaing et Mitterand, qui en fin de compte ont laissé une trace lisible dans l’amertume?

A défaut d’être homme d’état, soyez humain tout simplement !

Soyez humain en réfutant toutes les pressions de compromissions auxquelles, j’en suis certain, vous êtes confronté actuellement. Les pactes sataniques et inintelligents auxquels vous êtes sommés ne valent pas plus que l’éducation d’honneur et de morale que vous ont transmise vos parents.

On ne peut pas arrêter la roue de l’histoire, vous le savez bien.

Et si le champ de lutte s’est libéré progressivement devant vous, c’est parce que l’heure du changement et du renouveau est inexorable pour la France. Mais cette heure doit l’être aussi pour cette pauvre et triste Afrique et en particulier le Gabon. Sachez que si ce n’est pas vous qui le faites, d’autres le feront, mais dans un contexte qui ne cachera plus ses violences.

Une thèse franco-africaine dirait que pour qu’un citoyen français soit élu à la plus haute fonction de l’état, il doit avant tout décliner sa démocratie et s’incliner au pied des régimes putrides des pays d’Afrique noire francophone !

Est-ce là, finalement, le but d’une prétendue grande démocratie comme la France?

La démocratie est-elle finalement l’opium des couillons et des sans-couilles’

Qu’est-ce qui pourrait justifier qu’un jeune, dynamique et combatif homme d’état comme vous, Nicolas ; un jeune qui passa parce qu’il incarnait vraisemblablement le renouveau; allât demander conseils de réussite à un vieux couillon d’un pays dont l’indice de développement humain est au plus bas dans le monde ?

Qui pourra nous expliquer ce mystère ?

Qu’un fils de la démocratie exemplaire se trouve obligé d’aller demander des leçons du succès à un “has been” politique de l’Afrique des dictatures sauvages, celle dont la jeunesse, de Côte d’Ivoire au Gabon, demande la suppression ?

Monsieur Sarkozy, sachez que si une grande communauté de Français d’origine africaine a contribué à ce scrutin qui vous érigea, vous leur devez des réponses claires. A moins que comme vos prédécesseurs vous ne choisissiez de taire la vérité des machinations françafricaines qui ont mis à genoux tout un continent. Beaucoup de Français n’ont pas l’opportunité de connaître ces vérités occultées depuis la nuit des temps.

Faire la langue de bois devant ces sujets, ou se défiler par des réponses « fourre tout » alors que les preuves sont plus que tangibles, serait la preuve que vous cautionnez la thèse de votre prédécesseur Chiraquien qui affirmait du haut d’une tribune officielle que la démocratie était un luxe pour l’Afrique noire !

Au fait qu’est-ce que la démocratie ?

Est-elle une valeur uniquement faite pour les « Hommes » et non pour les « sous-hommes » ?

Cette thèse est certainement bien démontrée puisque quel que soit l’impétrant de droite ou de gauche à l’Elysée, sa politique à l’égard de l’Afrique, et du Gabon en particulier, est toujours condescendante et méprisante pour la jeunesse de ces pays.

Reconnaissons une vérité qui est celle de l’audace de Mitterand face à Omar Bongo. Il fut le seul chef d’état français à prendre Omar Bongo pour un idiot. Et d’ailleurs ces éléments sont bien reconnus par Omar Bongo lui-même dans son interview au sommet des neuneux à Cannes. Ce n’était pas les grandes accolades entre les deux. Et c’est vrai !

Et d’ailleurs dans la fin des années 80, si ces pays d’Afrique avaient osé se mobiliser pour des valeurs nobles, c’était sous le règne de la gauche française, avant que la chape de plomb et des compromissions ne revienne.

Oserez-vous fairte pour l’Afrique ce que ni de Gaulle, ni Giscard, ni Mitterand, encore moins Chirac n’ont pu faire?

Alors cher descendant d’immigrés, repentez-vous !

Purifiez-vous de ce parfum funèbre qu’est Omar Bongo, le dernier des dictateurs de la cité des hommes. Un parfum qui risque d’obscurcir votre étoile. Une étoile que la jeunesse franco-africaine veut voir briller de prospérité, de travail, de justice et d’équité mutuelles.

Cette jeunesse ne veut plus de cette vielle France demeurée sur des rapports dangereux et délétères pour les deux peuples à l’image de ce que nous voyons en Côte-d’Ivoire. Croyez-vous vraiment que l’immigration choisie sera possible pendant que vous, Président de la France, maintenez au pouvoir des dictateurs dans ces pays qui continueront de semer la misère qui renverra chez vous tous les affamés du monde ?

Vous avez beaucoup de choses à rendre à la France, vous l’avez dit vous-même. Et la plus importante de ces choses est la dignité des Africains. Or dignité et dictature sont incompatibles avec les valeurs dont vous étiez le défenseur durant toute votre campagne.

Si moi, mon épouse, et beaucoup d’autres avons mis nos bulletins dans l’urne pour contribuer à votre érection au pouvoir suprême, c’est pour que le solfège politique de la France vis-à-vis de ces dictateurs change en profondeur, c’est-à-dire au kärcher.

Bonne chance, Monsieur le Président.
Tsir’Ella-Nguéma
Porte-Parole du BDP-Gabon nouveau

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey, 07052
USA
Tel: 973-447-9763 / 973-655-5143
Fax: 973-447-9763 / 973-655-7909
Site: http://www.bdpgabon.org 


SUR LE MÊME SUJET
Pascaline Bongo, fille d’Omar Bongo, a démenti mercredi toute contribution financière du défunt président Gabonais à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy. « Je tiens à démentir formellement les propos sans fondement ni connexion avec la réalité » a fait savoir celle qui pendant un temps a occupé le poste de directrice de cabinet du président gabonais Omar Bongo. Des propos qui interviennent en réaction aux accusations de Mike Jocktane, ancien conseiller du président gabonais passé à l’opposition, qui affirme qu’Omar Bongo aurait contribué au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. La fille d’Omar Bongo a ...
Lire l'article
Omar Bongo a-t-il financé la campagne de Nicolas Sarkozy ?
Un proche du président défunt gabonais affirme dans un livre à paraître jeudi que de l'argent aurait été versé au candidat français. Un proche d'Omar Bongo affirme que le défunt président gabonais a "contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy", dans un ouvrage sur le scandale des biens mal acquis des chefs d'État africains en France, à paraître jeudi. Interrogée mardi par l'AFP, la présidence française se refuse à tout commentaire. L'accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition à ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy, dans une lettre adressé ce samedi à son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba, a apprécié le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France, « les positions courageuses » que le pays adopte, ainsi que les priorités de l’agenda international que soutient le président gabonais « avec une constance et une détermination qui forcent le respect ». Cette lettre qui est parvenu à la Rédaction de l’Agence de presse GABONEWS s’inscrit dans le cadre de la célébration du cinquante et unième anniversaire de l’indépendance du Gabon, le 17 août prochain. GABONEWS propose ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy recevra lundi son homologue gabonais Ali Bongo, qui a succédé à son père Omar Bongo en août 2009 à l'issue d'un scrutin contesté, a annoncé vendredi l'Elysée. "L'entretien portera sur les relations bilatérales entre nos deux pays ainsi que sur les questions régionales", écrit la présidence française dans un communiqué. Nicolas Sarkozy s'était rendu il y a un an au Gabon pour relancer la coopération entre Paris et Libreville et apporter son soutien au nouvel homme fort du pays. La France, ancienne puissance coloniale, a toujours été très proche de la famille Bongo. Omar Bongo a lontemps été considéré ...
Lire l'article
A l’ occasion de la célébration du 52ème anniversaire du président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, parmi les lettres qui lui sont adressées ce mardi, figure celle du président français, Nicolas Sarkozy dans laquelle il confirme le soutien de son pays au Gabon, ainsi qu’à la mise en œuvre de la politique conduite par le numéro un Gabonais en faveur du développement du pays. « Monsieur le Président, Cher Ali, Je suis heureux, à l’occasion de votre anniversaire, de vous transmettre les vœux très chaleureux que je forme pour vous-même et pour le succès de votre action ...
Lire l'article
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article
Il y a quelques mois, nous riions ensemble des belles leçons d’histoire de Nadine Morano, qui prétendait tirer argument de l’indépendance du Sénégal pour convaincre un passant africain, alpagué sur un marché, qu’il n’était pas chez lui en France. Nous pointions que la secrétaire d’Etat à la famille se livrait là à une falsification dans le droit fil de l’histoire officielle de la Ve République blanciste, qui prétend que les citoyens de l’Outre-Mer français exigèrent l’indépendance. Nous rappelions que les Africains, il y a cinquante ans, réclamaient bien davantage l’égalité et la fraternité, qui leur furent refusées. En se débarrassant ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le président français Nicolas Sarkozy a adressé ses félicitations et ses vœux de succès à Ali Bongo Ondimba, proclamé jeudi dernier nouveau chef de l’Etat gabonais, à l’issue du scrutin du 30 août, selon un message dont l’AGP a reçu copie lundi. ’’ (…) Je suis heureux de vous adresser mes félicitations et mes vœux de succès pour l’exercice des hautes responsabilités qui vous attendent’’, écrit M. Sarkozy dans ce message daté du 6 septembre. ’’Au-delà de ces défis gabonais, cette élection est venue souligner l’existence d’un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenaires et équilibrées ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Gabon : d’après sa fille, Omar Bongo n’a pas financé la campagne de Nicolas Sarkozy
Omar Bongo a-t-il financé la campagne de Nicolas Sarkozy ?
Nicolas Sarkozy salue le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France et félicite Ali Bongo Ondimba pour ses « positions courageuses »
Nicolas Sarkozy reçoit Ali Bongo lundi à l’Elysée
Politique / « la France se tient à vos côtés et vous apportera son soutien », Nicolas Sarkozy à Ali Bongo à l’occasion de l’anniversaire
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Gabon -France :L’outrage aux ancêtres de Nicolas Sarkozy
Bongo Doit Partir
Gabon/France : Nicolas Sarkozy adresse ses félicitations et ses vœux à Ali Bongo Ondimba
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Mai 2007
Catégorie(s): Analyses
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*