Socialisez

FacebookTwitterRSS

Virus d’Ebola, la fin du mystère

Auteur/Source: · Date: 24 Jan 2008
Catégorie(s): Santé

Selon une étude publiée le 21 janvier dans les annales de l’Académie nationale des sciences, des chercheurs américains sont parvenus à rendre le virus mortel d’Ebola inoffensif en laboratoire. Cette avancée pourrait accélérer la mise au point d’un traitement ou d’un vaccin. Les scientifiques ont découvert qu’ils pouvaient empêcher le virus de se développer et de se multiplier en enlevant un gène du virus.

Yoshihiro Kawaoka, professeur de sciences pathobiologiques à l’université américaine du Wisconsin, a indiqué que le VP30, l’un des 8 gènes du virus, fabrique une protéine qui lui permet de se dédoubler au sein d’une cellule hôte. En retirant ce gène, le virus ne peut plus grandir.

En effet, le système de réplication du virus Ebola dépend d’un gène unique, connu sous l’appellation VP30. Comme la plupart des autres virus, Ebola est un indigent génétique Composé de seulement 8 gènes, il dépend entièrement des cellules hôtes qui lui fournissent le matériel nécessaire à la reproduction.
Ainsi, le gène VP30 utilise le milieu cellulaire pour produire une protéine spécifique qui joue un rôle capital dans le processus de réplication. Sans ce gène, il ne peut se développer.
Yoshihiro Kawaoka a retiré ce gène du virus, et constaté qu’en effet, Ebola devenait incapable de proliférer. « Le virus modifié ne se développe plus dans des cellules normales, rapporte Kawaoka. Cependant, nous avons aussi expérimenté au moyen de cellules exprimant elles-mêmes la protéine VP30, et là, le virus arrive à s’y développer parce que la protéine manquante est alors fournie par la cellule.»
Le virologue explique que cette découverte, fruit d’un travail acharné de plusieurs années, permettrait de cultiver le virus modifié en toute sécurité dans des cellules fabriquant la protéine VP30. Dans un tel milieu, le virus conserve son caractère pathogène mais ne peut pas aller contaminer des cellules saines.
De nombreuses expérimentations, conduites en laboratoire de niveau BSL 4 et comprenant un grand nombre de cycles de réplication, n’ont produit aucun virus infectieux et ont démontré l’absence de toxicité de la protéine VP30.
Selon les chercheurs, excepté le fait qu’il ne peut se reproduire que dans des cellules manipulées pour produire la protéine VP30, le virus modifié est parfaitement identique au virus pathogène répandu dans la nature, ce qui le rend idéal pour les études biologiques nécessaires au développement d’un vaccin ou d’un antiviral spécifique
« Ce système peut être utilisé aussi bien pour l’expérimentation que pour la future production en masse d’une substance vaccinatrice, affirme Kawaoka, car il est pratiquement impossible de mener de tels travaux sur une grande échelle dans l’espace exigu d’un laboratoire BSL 4 ».
Le virus d’Ebola a émergé pour la première fois en 1976, provoquant des épidémies au Soudan et en RDC. Des épidémies sporadiques ont ensuite éclaté au Gabon, au Congo, en Ouganda ou en Cote d’Ivoire.
Le caractère brutal de son attaque et sa mortalité très importante ont aussitôt focalisé l’attention du monde scientifique, tandis que son degré de contamination particulièrement élevé imposait de nombreuses mises en quarantaine, parfois d’hôpitaux entiers, accompagnées de précautions rappelant celles entourant les grandes épidémies de peste.

Les personnes touchées peuvent développer une fièvre hémorragique, pour laquelle il n’existe à ce jour aucun traitement et qui tue dans 50 à 90% des cas.
 


SUR LE MÊME SUJET
Un traitement expérimental a permis de protéger des singes exposés au virus Ebola, un des virus les plus redoutés du monde, selon une étude menée en collaboration avec des scientifiques du Pentagone, publiée vendredi par la revue médicale britannique The Lancet. Depuis le premier cas recensé en 1976 au Zaïre, devenu République démocratique du Congo (RDC), la fièvre hémorragique Ebola foudroie épisodiquement humains et grands singes au Gabon, en République du Congo, en RDC, au Soudan et en Ouganda. La souche la plus mortelle sur les cinq identifiées est celle du Zaïre, avec un taux de 80 à 90% de décès parmi ...
Lire l'article
Selon des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), plusieurs spécimens de la population gabonaise, soit plus de 15%, seraient insensibles au très dangereux virus Ebola. Les chercheurs expliquent ce phénomène par le fait que ces populations auraient développés des anticorps contre le virus en consommant depuis plusieurs années, des fruits contaminés par de la salive de chauves-souris. Catalogué de mortel, le virus Ebola n’aurait cependant pas d’effet sur 15,3% de la population gabonaise, selon des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), probablement après avoir consommé des fruits contaminés par de la salive ...
Lire l'article
Une part étrangement élevée de la population gabonaise serait immunisée du virus Ebola. Ils auraient probablement consommé des fruits contaminés par la salive de chauves-souris, apprend-on dans TV5. L’étude des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) s’est effectuée sur plus de 4000 prélèvements sanguins et a été publiée mardi dans la revue américaine PLoS ONE. 15,3% des habitants testés possèdent en effet des anticorps contre le virus. Ils n’ont jamais eu de fièvre hémorragique ni d’autres symptômes (diarrhées, vomissements). Depuis le premier cas recensé en 1976, la fièvre Ebola foudroie humains et grands singes dans de nombreux ...
Lire l'article
Pour la première fois, des chercheurs ont observé qu’un moustique pouvait être porteur en même temps de deux virus. Du point de vue du moustique tigre, ces dernières années sont le récit d’une success story : ce moustique originaire d’Asie s’est répandu sur tous les continents, profitant des transports de pneus pour voyager et des réserves d’eau stagnante à sa disposition pour proliférer. Il est devenu célèbre en en 2006 à l’île de la Réunion en tant que principal vecteur du virus du chikungunya, qui a infecté près de 300.000 personnes en quelques mois. Aedes albopictus, de son nom latin, gagne ...
Lire l'article
Le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), dans le Haut-Ogooué, vient d’annoncer l’opérationnalité de ses capacités d’analyse épidémique, pour lesquelles trois jours suffiront désormais à confirmer un foyer épidémique, contre les deux semaines nécessaires pour attendre les résultats des laboratoires américains. Il y a un an, l’équipe de recherche du CIRMF avait annoncé lors d’un congrès mondial à Libreville la découverte du réservoir des virus Ebola et Marbourg, la chauve-souris, qui avait permis de débloquer les moyens de développer les capacités de recherches du centre. Depuis l’annonce il y a un an de la découverte du réservoir des ...
Lire l'article
L'organisation Médecins sans frontières (MSF) a annoncé, lundi 29 décembre, que 11 personnes étaient mortes en République démocratique du Congo (RDC) après avoir été infectées par le virus Ebola. Selon Auguste Mupipi Mukulumany, ministre congolais de la santé, cette épidémie de fièvre hémorragique aurait commencé fin novembre à Kaluamba, au Kasaï-Occidental, dans le centre du pays. Une quarantaine de cas suspects auraient été recensés et des analyses ont permis d'identifier la présence du virus. Les autorités sanitaires congolaises ont appelé à l'aide l'Organisation mondiale de la santé (OMS). MSF a annoncé avoir pu installer une petite unité d'isolement de six ...
Lire l'article
Le virus Ebola, identifié pour la première fois en 1976 en République Démocratique du Congo (ex-Zaïre), est à l’origine de plusieurs épidémies mortelles en Afrique Centrale. Depuis quelques années, plusieurs de ces épidémies foudroyantes se sont produites simultanément en République du Congo et au Gabon, plaçant ainsi le contrôle de l’infection par le virus Ebola au rang de priorité sanitaire majeure pour ces pays. L’infection se manifeste chez l’homme par une fièvre hémorragique qui entraîne la mort en quelques jours dans 80 % des cas. Le virus, qui se transmet par contact direct, provoque ainsi une mortalité aux conséquences sociales ...
Lire l'article
Les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo annoncent un retour du virus Ebola, qui a fait neuf morts dans la province du Kasaï, dans le sud de la RDC. Ce virus a fait son apparition le 27 novembre dans le Kasaï occidental et des échantillons de sang et de selles ont été envoyés à des laboratoires situés au Gabon et en Afrique du Sud à des fins d'analyse. "A la suite des analyses d'échantillons prélevés à Kalwamba, il est maintenant reconnu que nous faisons face à une épidémie de la fièvre virale hémorragique Ebola", a déclaré le ministre congolais ...
Lire l'article
L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a annoncé le 4 novembre que les scientifiques canadiens avaient fait une découverte qui devrait permettre de mieux comprendre les éléments déclencheurs dans la transmission du virus Ebola d'un animal à l'humain et pourrait éviter des épidémies. Cette découverte a été rendue possible grâce aux tests réalisés sur des chauve souris, identifiées comme le réservoir naturel du virus 4e Congrès International sur les virus Ebola et Marburg qui s’était tenu du 26 au 28 mars dernier à Libreville, au Gabon. La maîtrise épidémiologique du virus Ebola pourrait avoir fait un pas de ...
Lire l'article
Le virus du sida aurait franchi la barrière d'espèces, en passant du chimpanzé à l'homme, il y a environ un siècle et non pas dans les années 1930 comme on l'avait estimé précédemment, selon une étude paraissant dans la revue scientifique britannique Nature, datée de jeudi. Michael Worobey (université de Tucson, Arizona, Etats-Unis) et des collègues de divers pays (République Démocratique du Congo, Belgique, Lyon-France...) ont analysé des séquences d'un virus extrait d'un prélèvement de ganglion conservé dans la paraffine datant de 1960 et provenant d'une femme de Léopoldville (aujourd'hui Kinshasa) à l'époque coloniale belge. Ils l'ont comparé au plus ancien virus ...
Lire l'article
Virus Ebola : résultat prometteur d’un traitement expérimental chez le singe
Gabon : Plus de 15% de la population immunisée contre le virus Ebola
Des Gabonais immunisés contre le virus Ebola
Un moustique, une piqûre, deux virus
Gabon : Franceville à la pointe de la recherche sur le virus Ebola
Le virus Ebola frappe à nouveau au Congo-Kinshasa
Le virus Ebola au rang des priorités sanitaires majeures au Gabon…et au Congo
Le virus Ebola refait surface en RDC, neuf morts
Santé : Une découverte pour lutter contre la propagation du virus Ebola
Le virus du sida aurait touché l’homme plus tôt qu’on ne le croyait


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Jan 2008
Catégorie(s): Santé
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*