Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon refoule un cadre français

Auteur/Source: · Date: 6 Mar 2008
Catégorie(s): Politique

Le dictateur Bongo du gabon
Réciprocité”. Jugeant “abusive” l’expulsion récente par la France de deux de ses ressortissants, le gouvernement gabonais a décidé d’appliquer la même règle en matière de politique migratoire à l’égard des Français en situation irrégulière sur son territoire, aussi bien ceux qui arrivent que ceux qui y résident déjà. Mardi 4 mars, un cadre français du secteur pétrolier venant travailler au Gabon a été refoulé à son arrivée à l’aéroport Léon Mba de Libreville. Il a été empêché de pénétrer sur le territoire gabonais et a dû repartir.

La veille, Libreville avait fait part de sa “stupeur et (de son) indignation”, estimant que la France avait “violé” de manière “flagrante” les accords entre les deux pays avec des “reconduites abusives”. Les autorités gabonaises ne digèrent pas la reconduite à la frontière en février de deux de ses ressortissants étudiants en France.

Le 19 février, Raïssa Menge Ondo, 29 ans, qui préparait une licence en droit à Toulouse, a été expulsée par les autorités préfectorales de Haute-Garonne au motif qu’elle “n’est pas menacée dans son pays” et qu’elle “manque de sérieux dans ses études”.

Léguy Mbira, 32 ans, a été mis le 29 février de force dans un avion à destination de Libreville. Père d’une fille de 4 ans restée en France, M. Mbira avait obtenu un master en ressources humaines à l’université de Reims en 2004. Il avait entrepris des démarches pour changer de statut et pouvoir honorer un contrat de travail à durée indéterminée. Contrat qui lui aurait permis de financer le doctorat qu’il projetait de suivre dans une école privée.

“Normalement il y a une concertation entre les services gabonais et français, mais depuis quelque temps les services français arrêtent des Gabonais sans nous consulter et ils les mettent dans l’avion”, relevait, mercredi, le ministre de l’intérieur gabonais André Mba Obame. Il a annoncé que désormais son pays n’aviserait plus les services français et reconduirait les Français à la frontière : “Ce sont les services français qui ont commencé les premiers.” “Il y a beaucoup de Français en situation irrégulière au Gabon. Ils pourront être reconduits à la frontière, si au cours d’un contrôle de police, ils ne justifient pas de carte de séjour”, a insisté M. Mba Obame. Selon lui, “5 à 10 %” des quelque 10 000 Français installés au Gabon ne seraient pas en règle et pourraient donc être expulsés.

Le Gabon entend aussi appliquer la règle de la réciprocité à tout Français qui débarquerait sans visa à Libreville. Bien que soumis à une obligation de visa, les ressortissants français arrivaient jusqu’alors fréquemment sans visa. Il leur était cependant possible d’en obtenir un à l’arrivée à l’aéroport de Libreville : cela ne devrait plus être le cas.

Les autorités gabonaises ne comprennent pas pourquoi la France n’a toujours pas ratifié l’accord signé à l’été 2007 entre les deux pays. Le 4 juillet, le ministre français de l’immigration, Brice Hortefeux, s’était rendu à Libreville pour signer un accord de “gestion concertée des flux migratoires”. Accord qui prévoit notamment d’alléger et faciliter la délivrance de visas à des Gabonais souhaitant venir étudier ou travailler en France. En contrepartie, le Gabon s’est engagé à faciliter le rapatriement de ses ressortissants qui résideraient en France en situation irrégulière.

Au ministère français de l’immigration, on précise que cet accord est en cours de ratification. “Le projet de loi de ratification a été adopté le 20 février en conseil des ministres et doit être soumis au Parlement au printemps”, explique-t-on, tout en ajoutant que “cet accord n’a pas pour finalité d’accorder des visas à des étudiants qui ne le justifient pas”.

Les deux reconduites à la frontière qui ont suscité la colère des Gabonais ne sont ni plus ni moins, pour le ministère, que “l’application normale de la loi par le préfet”. “Il s’agit, souligne-t-on dans l’entourage de M. Hortefeux, d’une étudiante de 29 ans inscrite pour la septième année en licence. Et d’un étudiant de 32 ans n’ayant plus obtenu de diplôme depuis 2004. Ce qui suffit à démontrer que le maintien d’une carte de séjour en tant qu’étudiant n’est pas justifié.”  


SUR LE MÊME SUJET
Le Centre culturel français Saint-Exupéry de Libreville (CCF) devient à partir de ce jeudi à 19 heures, l'Institut français du Gabon. Cet institut sera le 5e après ceux de Paris, Pékin, Johannesburg et Londres. Le concept d' "Institut français" naît de la fusion des centres culturels français de l'étranger avec les services d'Ambassade chargés de la coopération et de l'action culturelle. L'Institut français du Gabon aura pour vocation de développer les échanges culturels internationaux (langue, idées, savoirs français etc.) ainsi que la coopération avec les pays du sud. En plus du changement d'appellation, ses prérogatives changeront également de celles du Centre culturel Saint-Exupéry. Il ...
Lire l'article
La ministre de la Communication gabonaise a dénoncé jeudi une "énième atteinte" au défunt président Bongo de la télévision France 24 et de Radio France internationale (RFI) qui diffusent des informations selon lesquelles il aurait versé des fonds à des partis français. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et rendues publiques mercredi par le quotidien espagnol El Pais, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) par Omar Bongo pour son propre usage mais aussi à destination de certains partis politiques français.
Lire l'article
Le chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, dans un message publié dans les colonnes du quotidien L’Union Plus de ce jeudi, a adressé ses condoléances à ses homologues français, Nicolas Sarkozy, et brésilien, Lula Da Silva, suite au crash d’avion d’Air France intervenu le week-end dernier, faisant 228 victimes. A tous les deux président, le chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba a manifesté sa compassion, signalant que « c’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le dramatique accident de l’Airbus de la compagnie Air France survenu lors de la traversée entre le Brésil et l’Europe ». « Cette ...
Lire l'article
Un jeune français, Volontaire international en entreprise (VIE) en poste à Libreville, Olivier Turpin, a été porté disparu en mer le 11 avril dernier alors qu’il pratiquait la chasse sous-marine au large de la Nyonié, derrière la Pointe Denis face à Libreville. Malgré d’importants dispositifs de recherches déployés par les forces militaires française et gabonaise, le corps du ressortissant français n’avait toujours pas été retrouvé dans la matinée du 14 avril. Un jeune ressortissant français a disparu en mer le 11 avril dernier alors qu’il pratiquait la chasse sous-marine au large de la Nyonié, derrière la Pointe Denis qui fait ...
Lire l'article
Dans un communiqué rendu public le 4 mars dernier, le gouvernement gabonais a fermement condamné les campagnes médiatiques menées en France à l’encontre du président Bongo Ondimba, considérées comme une tentative de déstabilisation organisée avec la complicité de «certains acteurs». Rappelant les événements de 2008 qui avaient déjà jeté un froid sur les relations diplomatiques entre Paris et Libreville, le gouvernement a mis en garde les autorités françaises sur la dégradation des relations entre les deux pays que pourrait engendré la récurrence de ces attaques. Se dirige-t-on vers une nouvelle brouille entre Paris et Libreville, comme en mars 2008 où les ...
Lire l'article
Les Français en service ou résidant dans la province du Haut-Ogooué (sud – est), ont anticipé samedi dernier à Franceville la fête du 14 juillet. La cérémonie solennelle marquant cette fête a vu la présence de plusieurs autres colonies amies de la France, vivant en harmonie dans la province du Haut – Ogooué, aux côtés des populations autochtones. Célébrée dans une structure hôtelière de la place, la soirée a été agrémentée par des groupes socio – culturels venus de plusieurs villes de la localité à l’instar de Bongoville afin d’apporter un cachet particulier à l’évènement. Un défilé militaire a mis un terme aux ...
Lire l'article
Alors que les Gabonais de Toulouse avaient annoncé une marche ce 4 juillet dans la capitale française, pour protester contre le traitement des Gabonais de France par les services de l'Immigration, le ministre de l'Immigration, Brice Hortefeux, a annoncé à Bongo Ondimba l'entrée en vigueur des accords de gestion concertée des flux migratoires entre le Gabon et la France, après la ratification du texte par le Sénat français il y a quelques jours. Les rencontres diplomatiques entre le chef de l'Etat gabonais et les membres du gouvernement français se multiplient et tendent à confirmer le retour au beau fixe des ...
Lire l'article
Sarkozy et le Dictateur Bongo du Gabon: 40ans au pouvoir!!! "Beaucoup de Français" en situation irrégulière au Gabon pourraient être reconduits aux frontières, a affirmé mercredi le ministre gabonais de l'Intérieur en réaction à la reconduite par la France dans leur pays de deux Gabonais en février. "Il y a beaucoup de Français en situation irrégulière au Gabon. Ils pourront être reconduits à la frontière si, au cours d'un contrôle de police, ils ne justifient pas de carte de séjour", a affirmé à l'AFP le ministre de l'Intérieur André Mba Obame. Il a regretté que les "services français" n'aient pas "avisé ...
Lire l'article
Suite aux expulsions jugées abusives de plusieurs étudiants gabonais de France, dont mademoiselle Mengué le 16 février dernier et monsieur Mbira le 28 février dernier, considérées comme des violations flagrantes et répétées des accords franco gabonais en matière d’immigration, le Gabon envisage l’application de la réciprocité en matière de politique d’immigration avec la suppression de certains privilèges pour les Français au Gabon à compter du 3 mars 2008. Le gouvernement aurait annoncé l’application à partir de ce lundi 3 mars, de la règle de la réciprocité en matière de politique d’immigration avec la France pour réagir à l’expulsion du territoire ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a vigoureusement réagi jeudi aux propos de rupture dans les relations France-Afrique, prononcés récemment par le Secrétaire d'Etat français à la coopération Jean Marie Bockel. «Des tels propos ne peuvent être mus que par l'ignorance des réalités de la coopération franco-africaine », souligne un communiqué publié à l'issue du conseil des minitres réuni dans la journée par le président Omar Bongo Ondimba. Le Gabon s'est senti indexé par M. Bockel lorsque le secrétaire d'Etat français a affirmé: « ... céder à un certain nombre de caprices, un certain nombre de demandes incohérentes de certains pays qui ont d'un côté ...
Lire l'article
Le CCF devient l’Institut Français du Gabon ce jeudi
Bongo: Le Gabon critique les médias français
Gabon: Omar Bongo adresse ses condoléances aux présidents brésilien et français
Gabon : Un volontaire français se noie dans la Nyonié
Gabon : Le gouvernement sur le pied de guerre face aux médias français
Gabon: Les Français du Haut-Ogooué ont anticipé la fête du 14 juillet
Gabon : Le Parlement français ratifie les accords concertés sur l’Immigration
Gabon: “beaucoup de Français” pourraient être reconduits à la frontière
Gabon : Libreville prête à expulser aussi les Français
Françafrique: Le Gabon dénonce “l’ignorance” et le “cliché méprisant” d’un secretaire d’Etat francais


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Mar 2008
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*