- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Paris-Libreville, une complicité qui résiste aux brouilles

Sarkozy et le dictateur Bongo
Désaccords et embrouilles n’ont pas manqué entre la France et le Gabon depuis la prise du pouvoir par Omar Bongo, il y a quarante et un ans. Mais jamais ils n’ont remis en question l’alliance profonde entre Libreville et Paris. “Le Gabon est un partenaire privilégié depuis 1967, quelle que soit la majorité en place en France”, faisait observer Nicolas Sarkozy en juillet 2007, lors d’une visite à Libreville, la capitale. Il n’avait pas tort.

Les occasions de crise grave n’ont pas manqué, de l’assassinat, en France à la fin des années 1970, d’un adversaire personnel d’Omar Bongo, selon toute vraisemblance commandité par Libreville, à l’implication, une décennie plus tard, du chef de l’Etat gabonais dans le scandale politico-financier de “l’affaire Elf”.

Il y eut plus grave : en 1990, dans un Gabon en proie à des émeutes, la compagnie pétrolière française, qui venait d’interrompre la production de brut pour des raisons de sécurité, se vit accusée de vouloir déstabiliser le régime. La décision de François Mitterrand d’envoyer des parachutistes français à Libreville et à Port-Gentil, la ville pétrolière, avait calmé la colère d’Omar Bongo et maintenu le Gabon dans l’orbite française.

Depuis, entre l’ancienne colonie et la métropole, la complicité demeure nourrie d’intérêts réciproques. Au Gabon, Total, qui a absorbé Elf, reste l’acteur clé dans le domaine pétrolier, même si la Chine est présente; les entreprises tricolores, des grands groupes comme Bolloré aux PME, ont pignon sur rue à Libreville ; et l’armée française y dispose d’une solide base militaire. C’est elle qui a accueilli, il y a peu, les Français évacués du Tchad. A l’heure où le dispositif militaire français doit être réduit, la base de Libreville ne devrait pas être touchée.

Le régime gabonais trouve aussi son compte à cette alliance. Jamais l’ancien colonisateur n’a contesté la légitimité d’un président qui, arrivé au pouvoir lorsque le général de Gaulle était à l’Elysée, a toujours réussi à fausser le jeu électoral; jamais, non plus, Paris n’a véritablement critiqué la gestion clientéliste de l’argent du pétrole. Au contraire, la France lui a trouvé la vertu d’avoir évité au pays des coups d’Etat.

Faiblement peuplé (1,4 millions d’habitants) et riche en matières premières, le Gabon devrait être un émirat opulent sans problème financier. C’est le contraire. Si bien que Nicolas Sarkozy, allant au-delà des recommandations du Trésor français, a annulé 20 % de la dette gabonaise à l’égard de la France.
 


SUR LE MÊME SUJET
Libye : Syrte résiste aux forces du CNT
Les combats sont toujours d'une extrême violence jeudi au abord de Syrte. Le dernier bastion des pro-Kadhafi résiste aux assauts CNT et de l'OTAN empêchant la « libération » totale de la Libye. La situation est toujours la même en Libye. Malgré d'âpres combats, les forces du Conseil national de transition (CNT) libyens ne parviennent pas à prendre aux pro-Kadhafi la ville de Syrte. Mercredi, l'OTAN a réaffirmé que les combats ne cesseraient pas tant que « toute » la Libye ne serait pas libérée. Le Conseil national de transition (CNT), ex-rebelles qui ont renversé le régime Kadhafi, attendent désormais la ...
Lire l'article [1]
L’ambassadeur de France au Gabon, Jean Didier Roisin, a été reçu le 30 octobre dernier par le chef de l'Etat, Ali Bongo, pour une séance de travail sur le projet de partenariat de défense militaire entre les deux pays. Le chef de la diplomatie française au Gabon, Jean Didier Roisin, a été reçu le 30 octobre dernier, par le président de la République, Ali Bongo, pour discuter du projet de renforcement du partenariat militaire entre les deux pays. Cet accord de partenariat proposé par le président français, Nicolas Sarkozy, doit permettre de dynamiser les manœuvres défensives militaires du Gabon, mais aussi de ...
Lire l'article [2]
Suite à la libération le 23 avril dernier par la justice française de Félix Bongo, sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour malversations financières dans l’affaire «des fourgons blindés», le Procureur du Parquet de Libreville, Bosco Alaba Fall, a dénoncé une décision abusive de la justice française, en violation des conventions d’aide mutuelle judiciaire en vigueur entre les deux pays. Le Procureur Alaba Fall a indexé la condescendance du Parquet de Paris dans cette affaire et décidé d’appliquer le principe de réciprocité aux demandes similaires ultérieures de la France. Interpellé le 31 mars dernier à Paris par les services ...
Lire l'article [3]
La coopération militaire entre la France et le Gabon s’est enrichie de cinq nouvelles conventions signées le 14 avril dernier à Libreville entre le ministre gabonais de la Défense nationale, Ali Bongo Ondimba, et l’ambassadeur de France au Gabon, Jean Didier Roisin. Ces nouveaux accords renforcent la coopération militaire entre les deux pays dans les domaines de l’aviation légère, de la marine, de la formation ou encore de la santé. L’axe militaire Paris-Libreville se trouve renforcée de cinq nouvelles conventions de coopération depuis le 14 avril dernier, où le ministre gabonais de la Défense, Ali Bongo Ondimba, et l’ambassadeur de ...
Lire l'article [4]
Programme Meeting de Paris
PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus, y compris le programme du meeting de Paris. Voir Communqué de presse de lancement. Voir Le Programme Meeting de Paris Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Activités et News de la Coalition PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE PDF du Programme: Cliquez ici pour obtenir le programme provisoire en format PDF. COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL Réunion du 20, 21 et 22 février 2009 HOTEL IBIS (Situation de l'établissement ) PARIS ALESIA MONTPARNASSE 49 ...
Lire l'article [5]
Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a remercié ce dimanche à Libreville, le président Bongo Ondimba pour la coopération que les forces militaires gabonaises ont apporté dans le cadre du drame qui a coûté la vie samedi à 7 soldats français lors du crash de l’hélicoptère de l’Armée française au large des côtes gabonaises. A l’issue de l’entretien avec le chef de l’Etat gabonais, Hervé Morin a expliqué que sa visite « se déroule dans un contexte triste pour nous, triste pour la France, triste pour les armées puisqu’un hélicoptère s’est abîmé hier soir et un certain nombre ...
Lire l'article [6]
L'accord signé le 5 jui llet dernier entre les autorités françaises et gabonaises relatif à la gestion concertée des flux migratoires paraît largement ignoré aux frontières françaises et dans les préfectures de Police, déplorent à Libreville les autorités gabonaises. Un incident sur la durée de validité d'un titre de séjour (portée de 6 à 9 mois en vertu de l'accord) est intervenu récemment entre un jeune Gabonais résidant à Melun, en Seine-et-Marne et un fonctionnaire de Police, qui a passé outre l'accord de flux migratoire signé entre la France et le Gabon, dénonce ce vendredi un officiel du ministère gabonais des ...
Lire l'article [7]
En acceptant à chaque fois de se rendre au sommet du G8 alors même qu’à chaque fois on ne leur fait que des promesses sans lendemain, les chefs d’Etat africains ridiculisent le continent et montrent à quel point ils sont des pantins aux yeux des pays industrialisés. Le sommet des pays du G8 va s’achever au Japon dans quelques heures. Et les chefs d’Etat africains reviendront encore une fois expliquer à leurs peuples les promesses des pays riches pour accompagner la lutte contre la pauvreté, le paludisme et le Sida en Afrique. Pourtant rien de ces maux ne changera pour les ...
Lire l'article [8]
Le diplomate français Jean Marc Simon a été reçu le 26 mars dernier au palais présidentiel du bord de mer à Libreville par le chef de l'Etat gabonais Bongo Ondimba pour faire le point sur les récentes tensions dans les relations entre les deux pays et confirmer un retour au calme des relations franco gabonaises. Le représentant de la diplomatie française au Gabon, Son Excellence Jean Marc Simon, a été reçu en audience au palais présidentiel de Libreville le 26 mars dernier par le chef de l'Etat gabonais Bongo Ondimba pour aborder les récentes tensions observées dans les relations franco gabonaises ...
Lire l'article [9]
On ne parle pas encore, à l'heure qu'il est, du rappel des ambassadeurs des deux pays. Et il est à peu près certain, d'ailleurs, que la France et le Gabon ne franchiront pas le Rubicon en appelant à la rupture de liens diplomatiques qui les unissent depuis des décennies. Mais la levée de boucliers est bien réelle dans la capitale gabonaise où l'on dénonce « le manque de considération » à l'égard du chef de l'Etat gabonais après la diffusion par la chaîne de télévision française France 2, d'un reportage consacré au décompte des biens familiaux ou personnels du président ...
Lire l'article [10]
Libye : Syrte résiste aux forces du CNT
Gabon : Paris et Libreville renforcent leur coopération militaire
Gabon : Libreville condamne la libération «abusive» de Félix Bongo à Paris
Gabon : Paris et Libreville renforcent leur coopération militaire
Programme Meeting de Paris
Gabon: Crash du Cougar: Paris remercie Libreville pour son soutien dans les recherches
Gabon: Libreville accuse Paris d’ignorer l’accord sur les flux migratoires
Exclusion de l’Afrique du développement : l’horrible complicité des dirigeants noirs
Gabon : Libreville et Paris enterrent la hache de guerre
Paris et Libreville ne rompront pas, mais…