- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Omar Bongo pique une colère contre Paris

Omar Bongo a vu rouge. Il semble que la diffusion, lundi soir, d’un reportage sur France 2 soit la cause d’un froid avec le meilleur allié de la France en Afrique. Le sujet évoquait le patrimoine immobilier français du chef de l’Etat gabonais : 33 propriétés réparties entre la région parisienne et la Côte d’Azur, d’une valeur totale de 150 millions d’euros, dont un immeuble en cours d’aménagement sur les Champs-Elysées, récemment acquis pour 19 millions d’euros.

Ces informations étaient déjà parues dans la presse après le dépôt d’une plainte par plusieurs ONG (Survie, Sherpa et la Fédération des Congolais de la diaspora) pour «recel de détournements de fonds publics». Bongo était visé avec quatre présidents africains, dont son parent par alliance, le Congolais Denis Sassou-Nguesso.

A l’automne, la justice française avait classé l’affaire sans suite, estimant que les infractions n’étaient pas assez caractérisées. Le Gabon, pays pétrolier d’1,6 million d’habitants, est 119e sur 180 dans l’indice de développement humain du Pnud. Mais la télé, surtout publique, n’est pas la presse écrite. Au lendemain de cette diffusion, le ministère gabonais des Affaires étrangères a diffusé un communiqué au ton inhabituellement explicite : en «autorisant la diffusion par les chaînes publiques de reportages divulguant l’adresse privée» du président Bongo, Paris aurait «manqué à [ses] obligations de protection d’un chef d’Etat en exercice». L’ambassadeur de France a été convoqué, la presse mène campagne contre la «cabale» et le «complot». Enfin, jouant sur une corde sensible en Afrique, les autorités ont refoulé un Français à la frontière et menacent d’expulser des expatriés en rétorsion à l’expulsion récente de deux Gabonais en situation irrégulière en France.

Ce n’est pas la première colère du plus ancien chef d’Etat, en exercice depuis 1967. Bongo avait déjà menacé de tout déballer sur la «pompe à fric» de la Françafrique lors de l’affaire Elf, dont le Gabon était une chasse gardée. Mais il espérait meilleur traitement sous Sarkozy, lui qui s’était vanté d’être le premier chef d’Etat appelé au téléphone par le nouveau président français le 6 mai 2007.


SUR LE MÊME SUJET
Les étudiants de l’université Omar Bongo (UOB) de Libreville ont érigé des barricades samedi à l’entrée de l’institution, pour exprimer leur colère suite au décès d’un des leurs, fauché par un véhicule, non loin de l’entrée principale de l’Université. Alors qu’il rentrait d’une promenade à bord de sa moto, l’étudiant Sérège Ditengou Maganga, inscrit en master professionnel en aménagement du territoire, au département de géographie, a été fauché, aux environs de 2H00 du matin (1h00 GMT), par un véhicule qui roulait à vive allure dans le sens "derrière la prison/carrefour ancien Sobraga". Le véhicule de marque Mitsubishi de ...
Lire l'article [1]
Le gouvernement gabonais a vivement dénoncé, la cabale orchestrée ces derniers temps par les médias français à l’encontre de l’ancien chef de l’Etat feu Omar Bongo Ondimba qui serait à l’origine des détournements présumés à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) estimés à 30 millions d’euros, indique un communiqué officiel dont l’AGP a reçu copie vendredi. « Profondément surpris par ces allégations grotesques et inopportunes, le gouvernement gabonais tient à préciser que la gestion des ressources des Etats placées à la BEAC est entièrement déléguée à cette institution par les Etats membres de la Communauté Economique et Monétaire ...
Lire l'article [2]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [3]
Dans ce second volet du bilan, c’est la Françafrique qui est à l’honneur. Nicolas Sarkozy avait promis une "rupture" avec certaines pratiques néocoloniales. Or, rien a vraiment changé entre Paris et ses anciennes colonies. a scène se passait à Dakar, il y a peu, par une chaude soirée. Un serveur dont le client était assailli par les moustiques s’est exclamé : "Ce ne sont pas des moustiques, ce sont des Français !" Il ne fait pas bon être français en Afrique francophone par les temps qui courent. Alors que le combat pour la démocratie gagne, l’un après l’autre, les pays de ...
Lire l'article [4]
Au nom du peuple gabonais, du mouvement " Bongo Doit Partir " (BDP-Gabon Nouveau), et de mon nom propre en tant que Président de ce mouvement, je tiens ici à saluer la décision rendue ce mardi 5 mai par la juge d'instruction française Françoise Desset trouvant recevable la plainte déposée par les associations Sherpa et Transparency International contre les trois dictateurs kleptocrates africains que sont Denis Sassou Nguesso du Congo Brazza, Omar Bongo du Gabon et Teodoro Obiang Nguéma de Guinée Equatoriale. Dans ce dossier qui a connu mille revirements et rebondissements, la recevabilité de cette plainte pour recel, blanchiment et ...
Lire l'article [5]
Le Gabon, "partenaire privilégié (de la France) depuis 1967", selon les mots de Nicolas Sarkozy, s'interroge sur ses liens avec Paris. Une pluie de déclarations officielles a dénoncé, ces derniers jours, une "virulente campagne de dénigrement systématique" contre le président Omar Bongo Ondimba, au pouvoir depuis 1967. Le soupçon d'une complicité de l'exécutif français affleure, menaçant d'ébranler une relation emblématique de la "Françafrique". Présidé par M. Bongo, le conseil des ministres du jeudi 5 mars a mis en cause "énergiquement l'abjecte campagne de calomnies et d'insultes orchestrée par les médias français (...) contre la personne" du président gabonais. Un ton au-dessus, ...
Lire l'article [6]
Selon les autorités, les médias français seraient partie prenante d’un complot visant à déstabiliser le pouvoir en place Les autorités de Libreville ont condamné hier, dans une déclaration télévisée,ce qu’ils ont jugé être une campagne de dénigrement menée par les médias français contre le président gabonais, Omar Bongo Ondimba. Le gouvernement dénonce un complot visant à déstabiliser le pouvoir en place. Pierre Eric Mbog Batassi Notre correspondant au Gabon Le gouvernement gabonais soupçonne une connivence entre les médias français et certaines personnalités qui agissent dans l’ombre, afin de tenir l’image du chef de l’Etat gabonais. La déclaration parle précisément de l’existence d’une « coalition ...
Lire l'article [7]
Le porte-parole du Gouvernement gabonais, René Ndémézo’o Obiang, a livré ce mercredi à Libreville, devant la presse nationale et internationale, la Déclaration relative à la campagne des médias français portant atteinte à la personne président de la République, Omar Bongo Ondimba. Voici ci-après le texte intégral de la Déclaration: « Le gouvernement gabonais observe depuis quelques semaines le développement persistant d’une campagne des médias français portant atteinte à la personne du président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence El Hadj Omar Bongo Ondimba. Cette campagne pernicieuse, indécente et empreinte de préjugés, s’illustre dans les médias français tant publics que privés. L’opinion nationale ...
Lire l'article [8]
Programme Meeting de Paris
PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus, y compris le programme du meeting de Paris. Voir Communqué de presse de lancement. Voir Le Programme Meeting de Paris Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Activités et News de la Coalition PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE PDF du Programme: Cliquez ici pour obtenir le programme provisoire en format PDF. COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL Réunion du 20, 21 et 22 février 2009 HOTEL IBIS (Situation de l'établissement ) PARIS ALESIA MONTPARNASSE 49 ...
Lire l'article [9]
Selon l’Etat gabonais, elles agissent à l’intérieur comme à l’extérieur du pays Le ministre gabonais de l’Intérieur, M. André Mba Obame, a affirmé vendredi dernier, au cours d’un point de presse à Libreville, que le régime politique gabonais est victime d’une tentative de déstabilisation orchestrée par des ONG françaises. Directement accusé, M. Bruno Ben-Moubamba, Porte-parole des Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise en Europe, a qualifié les déclarations du ministre de l’intérieur d’ « élucubrations ». « M. Bruno Ben-Moubamba et ses complices se livrent depuis plusieurs mois, avec le soutien moral et financier d’organisations étrangères, à des tentatives de ...
Lire l'article [10]
Colère des étudiants de l’université Omar Bongo suite au décès accidentel d’un des leurs
Le Gabon fustige la cabale orchestrée contre le défunt Omar Bongo Ondimba par la presse occidentale
Bongo Doit Partir
POLITIQUE AFRICAINE : La colère monte contre l’ancienne métropole
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” salue la décision de la justice française jugeant recevable la plainte contre Omar Bongo et appelle le parquet de
Omar Bongo dénonce une “campagne de calomnies” contre le Gabon
Gabon : le gouvernement dénonce un « lynchage médiatique » orchestré contre Omar Bongo
Gabon: Campagne des médias français contre le président Omar Bongo Ondimba: Déclaration du gouvernement gabonais
Programme Meeting de Paris
Des ONG françaises accusées de préparer un soulèvement contre Omar Bongo