Socialisez

FacebookTwitterRSS

France-Afrique, l’heure du grand deballage?

Auteur/Source: · Date: 10 Mar 2008
Catégorie(s): Françafrique,Rumeurs

Il a suffi d’un incident hélas routinier -l’expulsion brutale de deux Gabonais en situation administrative irrégulière en France- pour ouvrir les vannes. Après le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, l’affaire de l’Arche de Zoé au Tchad, les rancoeurs accumulées par la politique française d’immigration, l’heure du grand déballage est-elle arrivée entre le continent noir et l’ancienne métropole?

A la fois dans les commentaires de plusieurs articles de Rue89, dont le dernier sur le pied de nez d’Omar Bongo décidant de renvoyer en France tout Français en situation irrégulière au Gabon, mais aussi dans des contributions reçues de la part de Gabonais, il y a un côté déballage. Qui destabilise les Français peu habitués à voir l’Afrique rendre coup pour coup… L’état du débat, résumé en trois points.

La rupture impossible.

Nicolas Sarkozy avait promis la “rupture” là aussi, mais elle est mal partie avec son discours de Dakar, en juillet 2007, considéré comme paternaliste, voire raciste, par de nombreux Africains. Il est devenu le symbole, pour de nombreux Africains, de tous les reproches que le continent africain adresse à son ancien colonisateur, et de ce rapport d’amour et de haine, de bons sentiments et d’affairisme cru, qui caractérisent les relations entre ces deux mondes.

Deux livres ont déjà été écrits par des intellectuels africains pour répondre à cet improbable brûlot. Rue89 en a rendu compte, en soulignant que ces livres à charge “doivent être pris pour ce qu’ils montrent: la blessure ouverte par un discours à côté de la plaque”. L’un de ces livres a été sévèrement critiqué dans Le Monde, suscitant une réaction très violente des auteurs, qui, dans un droit de réponse qui circule sur l’Internet, s’en prennent au journaliste:

” Il a voulu se payer des nègres qui n’ont eu comme seul tort de vouloir défendre la dignité de l’homme africain dont le Président de la Patrie des Droits de l’homme dit qu’il ‘n’est pas assez entré dans l’histoire'”

Plusieurs “riverains” de Rue89, tel Azza, ont souligné, à propos de ce discours, que la mainmise française sur l’Afrique francophone post-coloniale est restée telle que:

“Si vous étiez Togolais, Camerounais, Congolais, ou Tchadien, sans pour autant haïr tous les Français (je vous assure que la plupart des gens que j’ai pu croiser en Afrique ou venant d’Afrique ont toujours été charmants avec moi), vous pourriez peut être montrer quelques signes de lassitude. Surtout en entendant le président français sortir des discours comme celui de Dakar”.

Au Cap, le 28 février, Nicolas Sarkozy a corrigé le tir, annonçant en particulier une remise à plat des accords de défense entre la France et un certain nombre de pays africains. Sur Rue89, l’africaniste Philippe Hugon se demande s’il s’agit d’une “rupture de ton ou d’un changement de cap”. Mais il conclut, relativement pessimiste:

“Il y a tout lieu de penser que le changement de ton, aussi important soit-il sur le plan symbolique, ne traduira pas une réelle rupture face aux contraintes de la realpolitik”.

Dans les commentaires d’un autre article analysant l’annonce du Président sur les accords de défense, Thierry Reboud s’interroge:

“Au-delà de la satisfaction qu’on peut éprouver à cette annonce, reste à déterminer les critères qui présideront à une nouvelle politique africaine.

Sous cet angle, deux questions se posent: quel intérêt la France peut-elle trouver à une politique africaine? Mais surtout, quel intérêt les Etats africains et leurs dirigeants pourraient-ils avoir à poursuivre une coopération avec une France devenue plus sourcilleuse?

Finalement, la question qui me vient à l’esprit est la suivante: une telle déclaration n’est-elle pas que le masque vertueux d’une pure et simple volonté de désengagement politique et militaire? Une telle perspective indiquerait peut-être une salubre prise de conscience du gouvernement français, à savoir que notre pays n’a plus vraiment les moyens de s’offrir une politique néo-coloniale onéreuse et dont les bénéfices deviennent de moins en moins évidents.”

Peu de commentaires africains, à ce stade, de ce deuxième discours de Nicolas Sarkozy sur le continent. Comme si la crédibilité personnelle du chef de l’Etat était aussi basse en Afrique qu’ici… Notamment en raison de son attitude au Tchad, tant sur l’Arche de Zoé que pour sauver, même sans tirer un coup de feu, le régime guère reluisant d’Idriss Déby. Il y a pourtant là une porte entrouverte, dont il sera intéressant de voir si elle débouche réellement, sinon sur une improbable rupture, au moins sur un changement réel.

L’arrogance française.

L’affaire de l’Arche de Zoé, puis ces derniers jours les questions liées à l’immigration et aux rapports franco-gabonais, ont en revanche fait couler beaucoup d’encre. L’Arche de Zoé, d’abord, qui connait ces jours-ci de nouveaux rebondissements avec le refus du gouvernement français de payer les dommages et intérêts de 8 millions d’euros réclamés par le Tchad, avait déjà provoqué quelques poussées de fièvre.

Nous avions accueilli, sur Rue89, une contribution d’Ashanti, riveraine africaine, qui s’était interrogée à propos de l’affaire des humanitaires au Tchad:

“L’humanitaire serait-il le nouveau visage de la mission “civilisatrice” dont se croit investi le monde dit occidental’ Les ONG sont-elles les nouvelles vitrines officielles des ‘bonnes âmes’ des pays riches qui y voient l’opportunité de s’acheter un coin de paradis quitte à bafouer volontairement les principes régissant les pays'”

Cette question de l’arrogance française revient régulièrement. Après les missionnaires, les colons, les militaires, les coopérants et maintenant les ONG, le tout au nom d’une supériorité européenne et d’un universalisme mal digéré? Dur à entendre pour une France qui se vit encore porteuse d’un “modèle” de civilisation, et qui reste solidement attachée à des valeurs qu’elle espère encore universelles…

Le débat provoqué par la réaction gabonaise aux expulsions d’étudiants, puis à la controverse née de la diffusion d’un reportage sur France2 sur la fortune d’Omar Bongo en France (à noter que Rue89 avait réalisé un dossier sur le sujet dès juin 2007) a pris un tour plus violent encore. Dans lequel la question de l'”arrogance” revient régulièrement.

Axel Ozangué, un journaliste de la presse privée gabonaise”, nous a ainsi adressé une longue tribune intitulée “les Etats voyous ne sont pas ceux que l’on croit”… Il écrit:

“Si un Etat voyou est celui qui est en rupture de ban avec les règles de la vie internationale, il n’y a aucun doute: la France, prétendue patrie des droits de l’homme, est sans exagération et incontestablement un Etat voyou”.

Il passe en revue les accords non respectés par la partie française, et ajoute:

“Et que dire en matière d’immigration’ Les Français sont traités comme des hommes au Gabon, un Etat civilisé. Quant aux Gabonais en France, il ne s’agit que de pauvres nègres, réduits au rang de bête sauvage, qu’on vient cueillir à l’aube et qu’on expédie comme des criminels menottés dans le premier avion en partance pour Libreville. Mais, au fond, quoi d’étonnant’ Celui qui a été une seule fois demander un visa au Consulat de France connaît parfaitement la morgue et le mépris qui caractérisent les agents consulaires français qui prennent un plaisir sadique à humilier les demandeurs de visas en exigeant les papiers les plus farfelus, avant de refuser le visas tout en ayant empoché au préalable les frais de visa qui ne sont pas remboursé”.

La France paye-t-elle aujourd’hui des décennies d’attitude au mieux condescendante, au pire arrogante et brutale, vis-à-vis de ses anciennes colonies’ Beaucoup de commentateurs semblent le penser, même si, côté français, on souligne aussi la responsabilité des dirigeants africains eux-mêmes, et certains refusent d’applaudir le geste de Bongo en raison de la personnalité plus que contestable du président gabonais. C’est là encore, une pierre d’achoppement entre les commentaires des Français et des Africains. Mais, quoi qu’il en soit, la France a quelques leçons de modestie à prendre…

Comment avancer?

La question de la nature des régimes africains constitue un autre enjeu central. Et, quoi qu’ils pensent de leurs dirigeants, de nombreux Africains vivent mal les critiques émanant de l’ancienne puissance coloniale. Un mail reçu d’un Gabonais à Libreville nous affirme par exemple que:

“la majorité des Gabonais sont convaincus que l’actuelle camapagne médiatique contre Bongo est organisée et financée par ses propres amis français (avec à leur tête Bolloré) qui lui en veulent de remetttre en cause leur pillage personnel du Gabon au profit de la concurence chinoise. Et c’est triste que des journalistes ‘sérieux’ se laissent embarquer dans une telle aventure. Car quelle est l’actualité des biens de Bongo en ce moment, alors qu’il en a acquis la plupart depuis des décenies au vu et au su de tous en France.”

On a vu sur Rue89 liver (single), un Gabonais, défendre son Président contre les agressions françaises, soulignant que les Gabonais veulent “laver leur linge sale en famille”.

“On a le Président que l’on veut, quarante ans de pouvoir ne nous fatigue pas, si ça fatigue les Francais nous en s’en fout, on est confiants.

Même agacement dans le long pamphlet d’Axel Ozangué disponible à titre de document:

“Il y a beaucoup d’hommes politiques, mais un seul homme d’Etat: Bongo Ondimba. Les vrais patriotes, au-delà des partis, ne peuvent que le suivre et s’il le faut, le moment venu, ils viendront lui servir de boucliers humains car à travers lui, c’est tout le pays qu’on veut recoloniser. Ceux qui ne l’auront pas compris, commettront une grave faute face à l’histoire. Ils iront grossir, dans les poubelles de l’histoire, la cohorte des maboules et des traîtres à leur pays. Et comme on dit, dans nos matitis, ‘affaire à bandit se règle en bandit’: face à un Etat voyou, il faut éviter d’être civilisé. A bon entendeur salut. ”

C’est évidemment faire peu de cas de la nature du régime de Bongo, pur produit de la Françafrique, ou d’autres héritiers de cette politique néocoloniale comme le Camerounais Paul Biya, qui vient de faire tirer sur la foule s’opposant à une modification de la Constitution destinée à lui permettre de rester au pouvoir.

Dans le débat sur le Gabon, je répondais à liver (single):

“Cher ‘jeune Gabonais’, je ne partage pas votre indignation. Certes, le linge sale doit être lavé en famille, comme vous écrivez, mais une partie de ce linge sale se trouve en France. Là où vous faites erreur, c’est que ce qui est en cause, ce n’est pas Omar Bongo, c’est le système, tant en France qu’en Afrique, qui a permis à tous ces gens, Français et Africains, de s’enrichir sur le dos de leurs peuples. Personnellement, ces résidences des présidents du Gabon et du Congo Brazza, ce malheureux Congo Brazza mis en coupe réglée depuis des décennies, me choquent. Et ce que je conteste, c’est à la fois les hommes qui les possèdent, dont Bongo, Sassou…, mais aussi les Français qui ont rendu ce système possible et se sont sucrés au passage. Ce linge sale, hélas, est notre linge sale commun. En réagissant à ces critiques avec des arguments nationalistes, vous faites le jeu des prédateurs, de part et d’autre, qui couleront encore quelques jours tranquilles de la sorte.”

Il y a rarement eu des échanges aussi violents entre l’Afrique noire et la France. Longtemps, la parole a été confisquée par les régimes installés par Paris, et qui empêchaient toute expression libre. Il en va autrement aujourd’hui, ce qui permet certes ce déballage pas toujours agréable, mais aussi de pouvoir envisager de changer d’époque, de changer de relations. Cela vaut pour les Etats, à condition que Nicolas Sarkozy définisse clairement quelle politique africaine il veut, au-delà des (plus) belles paroles du Cap; mais cela vaut aussi pour les sociétés, qui n’ont aucun intérêt à se laisser entraîner dans des dérives populistes (surenchère sur l’immigration) ou nationalistes (défendre Bongo contre l’agresseur). Vaste programme.


SUR LE MÊME SUJET
Le procès Ntumpa Lebani, général de la Garde républicaine accusé d’avoir projeté un coup d’Etat, en est à plus d’une semaine d’audience. Comme on pouvait s’y attendre, les auditions en vue de l’instruction de cette affaire qui font défiler à la barre des personnalités importantes, occasionnent autant de révélations que de surprises. Le général Jean-Philippe Ntumpa Lebani, ex-dirigeant du Conseil national de sécurité du Gabon, accusé de complot a affirmé son innocence devant la Cour de Sûreté de l’État qui a ouvert son procès le 21 février dernier. Incarcéré depuis septembre 2009, Ntumpa Lebani, initialement accusé de «tentative d’atteinte à ...
Lire l'article
Le 25ème Sommet Afrique-France s’est achevé mardi à Nice sur une déclaration finale soulignant la nécessité de renforcer les relations entre la France et l’Afrique par la création d'un partenariat fondé sur les intérêts partagés et une confiance mutuelle. Après deux jours de discussion à huis clos entre les 36 chefs d’Etat et des entretiens thématiques auxquels ont été conviées les forces vives du monde économique, ils ont pris un certain nombre d’engagements et appelé notamment à œuvrer de part et d’autre pour l’intégration de l’Afrique dans le jeu planétaire. C’est ainsi que sur l’importance de la participation du continent dans le ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo s’est envolé le 30 mai pour Nice, en France, où il prend part du 31 mai au 1er juin au 25e sommet France-Afrique, son premier depuis son investiture le 16 octobre 2009. La place de l'Afrique dans la gouvernance mondiale, la paix et la sécurité du continent mais aussi les grands dossiers internationaux comme le réchauffement climatique sont au cœur de ce Le 25e sommet France-Afrique tient ses assises du 31 mai au 1er juin à Nice, en France. C’est dans cette optique que le chef de l’Etat gabonais a quitté Libreville le 30 mai ...
Lire l'article
Le 25ème sommet Afrique- France s’est ouvert hier à Nice, au Sud de la France, en présence de trente-huit chefs d’Etat, dont le président gabonais Ali Bongo Ondimba, sous le signe du renouveau de la relation franco-africaine. A l’ouverture de ces assises marquées également, pour la première fois dans l’histoire de ces rencontres qui ont débuté en 1973, par l’implication des forces vives françaises et africaines du monde économique et social venues des différentes régions du continent noir. Le président Nicolas Sarkozy a souhaité que la nouvelle relation Afrique- France soit une «relation décomplexée», «une relation partenariale et tournée vers le futur», ...
Lire l'article
Un sommet réunissant les chefs d'Etats africains et français se tiendra à Nice du 24 au 31 mai, a indiqué lundi à l'AFP Christian Estrosi, maire de la ville et ministre de l'Industrie. Nice déjà organisateur des Jeux de la Francophonie Le sommet devait initialement se dérouler en février à Charm El Cheikh, en Egypte, avant qu'il ne soit décidé de le tenir en France. "Je m'en réjouis car cela signifie que nous sommes de plus en plus identifiés comme un lieu de grandes rencontres internationales", a dit M. Estrosi, évoquant la capacité hôtelière de sa ville, sa dimension culturelle, son aéroport international, ...
Lire l'article
Après la visite de Ségolène Royal au Sénégal où elle a présenté ses excuses pour le discours de Dakar du chef de l’Etat français qui affirmait que l’africain n’est jamais entré dans l’Histoire, un élu de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) a tenu des propos méprisants sur Ségolène Royal habillée à l'africaine, en déclarant qu’elle lui faisait penser à sa femme de ménage. Depuis le maladroit discours de Dakar du président Sarkozy, jusqu’aux expulsions arbitraires des Africains de France et les conditions précaires de rétentions dont ils sont victimes, la droite française au pouvoir se dessine les traits d’un ...
Lire l'article
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »
Le retrait des troupes françaises des pays africains non compris le Sénégal peut être ’’un facteur de déstabilisation’’, a déclaré jeudi le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, qui s’est dit cependant favorable à la révision des accords de défense entre la France et des pays du continent. Le retrait de la France ’’de tous les pays d’Afrique, je ne parle pas du Sénégal, je pense que c’est un facteur de déstabilisation’’, a notamment dit le chef de l’Etat dans un entretien à Radio France internationale (RFI). ’’Il y a des gouvernements en Afrique qui ont besoin d’avoir des accords visibles ...
Lire l'article
Mise en œuvre par de Gaulle après les indépendances africaines, la Françafrique a été un instrument d’une politique hégémonique de la France vis-à-vis de ses anciennes colonies, hégémonie qui se développera quelque temps après dans d’autres pays non francophones. Mais cette Françafrique, que Nicolas Sarkozy ne voulait plus à cause des relations opaques entre ses prédécesseurs et certains dirigeants africains, a résisté à la tempête de la rupture et continue sa mission dominatrice sur la politique et l’économie du continent. De De Gaulle à Sarkozy, la politique française en Afrique, s’est caractérisée par un impérialisme politique et économique par le biais ...
Lire l'article
Gabon : Grand déballage et contradictions au procès Ntumpa Lebani
Sommet France Afrique : Une déclaration forte
Gabon : Ali Bongo participe à son premier sommet France-Afrique
Sommet Afrique France : Sous le signe du renouveau
Le sommet France-Afrique du mois de mai aura lieu à Nice
France-Afrique : Les “bons petits nègres” de la droite française
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »
France – Afrique : la rupture… dans la continuité

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 4,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Mar 2008
Catégorie(s): Françafrique,Rumeurs
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*