Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: L’ALCR dénonce le mutisme de l’Etat face à la recrudescence des crimes rituels au Gabon

Auteur/Source: · Date: 10 Mar 2008
Catégorie(s): Société

Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Elvis Ebang Ondo, a dénoncé samedi dernier à Libreville, au cours d’un point de presse, le mutisme de l’Etat gabonais face à la recrudescence des crimes rituels, et propose des moyens de lutter contre ces actes jugés « sataniques », « indignes » « barbares » et « inhumains », en souhaitant une révision du code pénal gabonais.

Malgré la rencontre bipartite en 2005, entre le gouvernement gabonais et les agences des Nations unies, relative aux crimes atroces suivis de mutilations à la plage de Libreville des jeunes écoliers cette même année, et la rencontre d’espoir, le grand colloque sous régional sur les causes et moyens de prévention des crimes rituels et les conflits en Afrique centrale, qui s’est tenu à Libreville, organisé par l’Unesco, suivi en novembre 2006 de la mise en place par l’Etat gabonais de l’observatoire national des droits de l’enfant, qui est chargé du suivi et de la mise en œuvre de la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, en vue de promouvoir ses droits de manière permanente , et la volonté affichée des états, force est de constater aujourd’hui, qu’aucun résultat n’a été relevé face à la recrudescence des crimes rituels.

« Nous demandons à ce que les statistiques des enfants assassinés soient publiés, les meurtres rituels recensés. Pourquoi ce mutisme de l’Etat ? », S’interroge Elvis Ebang Ondo.

« Le 17 janvier 2008, le conseil des ministres a annoncé la révision de notre code de procédure pénale qui date de 1961. A quand l’application de ce nouveau code pénal révisé ? Va-t-on omettre volontairement le terme « crimes rituels », et la durée des procédures avant le jugement des assassins et leurs commanditaires ? », a-t-il poursuivi.

A quelques semaines des élections locales, la psychose s’est emparée des populations, suite à la série de meurtres recensés dans la capitale (12), liés selon l’ALCR, à l’échéance électorale qui approche à grand pas.

Face à cette situation préoccupante, l’association propose une batterie de recommandations, parmi lesquelles, la dénonciation, la sanction et l’éducation, afin de venir à bout de ce fléau social, tout en espérant que l’Etat se lève pour mettre fin à ces pratiques barbares. 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Les crimes rituels dans la ligne de mire de l’Eglise
Réunis à Libreville en assemblée plénière, du 15 au 21 janvier dernier, les évêques du Gabon ont réfléchi à l’auto-prise en charge de leur Eglise, aux normes nationales en matière d’administration et d’aliénation des biens temporels de l’Eglise et au fléau des crimes rituels au Gabon. A-t-on appris de source ecclésiastique. A en croire cette source, les évêques sont montés au créneau pour condamner un phénomène devenu récurrent au Gabon, celui des crimes rituels. Des pratiques contraires à toute valeur humaine et chrétienne, et auxquelles la Conférence Episcopale compte s’attaquer, avec le concours de toutes les personnes qui craignent encore Dieu. D’après ...
Lire l'article
Président de l’Association de lutte contre les crimes rituels au Gabon, Jean-Elvis Ebang Ondo, mène son combat depuis une demi-décennie déjà. Dans cette interview accordée à "RFI", le professeur Ebang Ondo, dont l’un des fils fut kidnappé puis retrouvé mutilé sur une plage de Libreville, fait état de 119 crimes rituels recensés depuis 2008. Vous existez depuis 5 ans, est-ce que le nombre de crimes rituels a baissé ou pas ? Depuis la création de notre association, le nombre de cas enregistré par l’association ne fait qu’augmenter. Je voudrais prendre les cas des trois dernières années. En 2008, l’association a ...
Lire l'article
La province de l’Ogooué-Ivindo est décidément le lieu de prédilection des crimes rituels qui, à l’observation, se produisent souvent à l’approche des élections ou à l’annonce d’un remaniement du gouvernement. Deux cas de corps mutilés y ont été enregistrés durant le mois en cours tandis que la disparition du gardien de Maxime Ngozo Issoundou, ex-ministre du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance sociale, y défraie la chronique. Les contours de ce climat lugubre. La psychose s’est à nouveau emparée des populations de l’Ogooué-Ivindo du fait de la recrudescence des crimes rituels dans cette province. On note qu’il y a ...
Lire l'article
Les crimes rituels ont à nouveau refait surface au Gabon, notamment dans la province de l’Ogooué-Ivindo, dans le nord-est du pays, où le gouverneur Rufin Moutessayigoué, a dénoncé de ‘’basses manœuvres perpétrées à des fins fétichistes’’. « Avons-nous le droit, dans l’Ogooué-Ivindo, de supprimer la vie de nos enfants, parfois avec la complicité des parents, en échange de deux ou trois millions de FCFA », a interrogé M. Moutessayigoué, s’exprimant au cours d’une réunion regroupant les responsables administratifs, politiques, les tradithérapeutes et les parents d’élèves. Le gouverneur a aussi dénoncé la profanation des tombes et l’inceste qui deviennent ...
Lire l'article
Les crimes rituels seraient récurrents en période électorale. Combien de cas avez-vous enregistré depuis le 15 août dernier, date à laquelle le Gabon est entré en campagne électorale en vue de la présidentielle anticipée? Trois personnes ont été retrouvées mortes et quatre autres ont disparu. Au Gabon et dans la sous-région, l’accession aux postes politiques et la préservation du pouvoir nécessitent, selon une conception bien évidemment fausse, le sang et les sacrifices humains. Et tout cela se passe au nez et à la barbe des autorités judiciaires du pays. La période électorale est fertile en crimes rituels. ...
Lire l'article
L’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR) a dénoncé le 25 octobre la recrudescence des crimes rituels au Gabon, avec 13 nouveaux cas enregistrés depuis le mois de septembre dernier. L’Organisation non gouvernemental (ONG) a dénoncé également la banalisation de ce phénomène par les autorités et l’inertie de la justice contribuant à l’augmentation croissante des victimes de ces crimes qui seraient perpétrés par des réseaux organisés.Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Jean Elvis Ebang Ondo, a dénoncé le 25 octobre à Libreville la recrudescence des victimes de crimes rituels, dont treize nouveaux cas auraient ...
Lire l'article
Treize crimes rituels ont été enregistrés au Gabon depuis le mois de septembre, ont affirmé des représentants de la société civile samedi à Libreville, dénonçant une augmentation de ces pratiques et une "banalisation" du phénomène par les autorités. "A Libreville, nous avons totalisé cinq cas, et à l'intérieur du pays, (...) huit cas depuis le mois de septembre", a déclaré lors d'une conférence de presse Jean-Elvis Ebang Ondo, président de l'Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR). Ce chiffre pourrait cependant être en deçà de la réalité, l'ALCR ne disposant pas "d'antennes" dans tout le pays, a estimé M. Ebang Ondo, ...
Lire l'article
L’Association de lutte contre les crimes rituels au Gabon (ALCR) est montée au créneau samedi à Libreville au cours d’une conférence de presse, contre la recrudescence des crimes rituels après plus de 10 nouveaux cas recensés depuis septembre dernier dans le pays, rapporte un journaliste de l’AGP. Cette conférence de presse à laquelle ont assisté les membre de la coalition “Publiez ce que vous payez“ de Marc Ona, marque la reprise des activités de l’ALCR après un silence remarqué suite au kidnapping pendant trois jours, en septembre 2007, de l’un des fils du président cette association, Elvis Ebang Ondo. “Nous sommes ...
Lire l'article
Le président du Mouvement de redressement national (Morena, opposition), Luc Bengono Nsi a annoncé, mardi à Libreville, lors d'une conférence de presse, l'organisation d'une marche de protestation contre les crimes rituels samedi prochain à Libreville. Pour M. Bengono, le Morena ne peut rester insensible à ce qui s'apparente à une véritable chasse à l'homme organisée contre le peuple gabonais à l'exemple des nombreux articles parus dans le quotidien gabonais ''l'Union'' faisant état d'enlèvements, d'assassinats, de mutilations, de viol et autres abus exercés sur des mineurs pour des raisons de prestige. Par cette marche, a-t-il ajouté, ''nous voulons lancer un cri d'alarme contre ...
Lire l'article
Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Elvis Ebang Ondo, a dénoncé samedi dernier à Libreville, au cours d’un point de presse, le mutisme de l’Etat gabonais face à la recrudescence des crimes rituels, et propose des moyens de lutter contre ces actes jugés « sataniques », « indignes » « barbares » et « inhumains », en souhaitant une révision du code pénal gabonais. Malgré la rencontre bipartite en 2005, entre le gouvernement gabonais et les agences des Nations unies, relative aux crimes atroces suivis de mutilations à la plage de Libreville des jeunes écoliers cette ...
Lire l'article
Gabon : Les crimes rituels dans la ligne de mire de l’Eglise
Gabon : 119 crimes rituels sur les trois dernières années
Gabon : Recrudescence des crimes rituels dans l’Ogooué-Ivindo
Résurgence des crimes rituels au Gabon
Gabon : Recrudescence des crimes rituels pendant la campagne électorale
Gabon: 13 crimes rituels recensés depuis septembre
Gabon: 13 crimes rituels au Gabon depuis septembre, selon une association
Recrudescence des crimes rituels au Gabon : l’ALCR monte au créneau
Politique : Le Morena invite à une marche de protestation contre les crimes rituels samedi
Gabon: L?ALCR dénonce le mutisme de l’Etat face à la recrudescence des crimes rituels au Gabon


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Mar 2008
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*