Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Président Gbagbo à la France: “Sortons des relations hypocrites”/ Gbagbo à ses pairs africains – “Il faut sortir des slogans, pour avancer”

Auteur/Source: · Date: 14 Mar 2008
Catégorie(s): Afrique,Françafrique

Le Président Laurent Gbagbo ne veut plus d`Accords de défense loufoques entre les pays occidentaux et ceux de l`Afrique. Il l`a vivement dit dans l`interview qu`il a accordée aux journalistes dans le cadre de l`émission, “le plateau de l`intégration”. Le Président Laurent Gbagbo a profité de l`occasion offerte par l’émission Plateau de l’intégration africaine pour donner son point de vue sur la place de l`Afrique dans le concert des continents.

Surtout en matière de défense. S`appuyant sur les Accords de défense signés dans les années 1960 entre la France et certains pays de l`Afrique de l`Ouest, le chef de l`Etat ivoirien a dénoncé toute l`hypocrisie qui entoure lesdits Accords. Selon le Président Laurent Gbagbo, il faut que les citoyens africains y compris les autres chefs d`Etat comprennent que les autres ne peuvent pas assurer la défense d`un pays où leurs intérêts sont menacés. Pour étayer son argumentation, Laurent Gbagbo a cité l`exemple de la Côte d`Ivoire en disant aux journalistes que lorsque la guerre a éclaté et qu`il a demandé l`application desdits Accords, aucune réponse favorable ne lui a été donnée de la part de la France. Toutes choses qui lui ont fait dire qu`il est aujourd`hui, dans une logique de révision des accords en question. Soutenant ainsi la récente volonté de Nicolas Sarkozy, le Président français de revoir les Accords militaires entre son pays et ses anciennes colonies.

Sur ce chemin, Laurent Gbagbo a invité ses pairs africains à le suivre parce que pour lui, le continent a aujourd`hui les hommes et les moyens pour assurer sa défense pourvu que ceux qui le dirigent se fassent confiance. Pour ceux qui verraient en cela une sorte d`ingérence dans les affaires intérieures des autres, Laurent Gbagbo a été on ne peut plus clair en affirmant que mieux vaut une ingérence par exemple de la Côte d`Ivoire au Niger, une ingérence du Mali au Bénin etc.…, plutôt qu`une ingérence des pays européens qui font croire qu`ils vous aiment alors qu`en réalité, ils ne sont pas prêts à vous aider. “Les Africains ont peur d`être libres et indépendants. Dès qu`il y a une crise, ils courent vers les Occidentaux “, a déploré le Président Gbagbo.

Pour lui, il faut amener les uns et les autres à une prise de conscience sur le rôle qu`ils ont à jouer quant à la défense des pays qui composent le continent africain. Dans sa vision de l`intégration africaine, a-t-il dit, c`est un défi que l`Afrique devrait chercher à relever si l`on veut une véritable intégration qui ne soit pas un simple slogan politicien. Comme cela se voit, sur le chemin de l`indépendance totale de l`Afrique, Laurent Gbagbo est en train de jouer sa partition. Aux autres de faire leur part.
Quelle est la vision du Président ivoirien de l’intégration sous-régionale ? Sur cette question qui lui paraît très importante, le Président Gbagbo a dit avoir des idées très précises de l’intégration. Il a fait notamment allusion au problème de la monnaie unique, du marché africain, des communications et télécommunications etc, qu’il faut régler en Afrique de l’Ouest. A ce propos, il a dit qu’ “il faut sortir des slogans pour rentrer dans les faits. Parce que des gens crient intégration, mais ce qu’ils font souvent n’a rien à voir avec l’intégration. Ce ne sont pas des slogans que nous cherchons. Nous cherchons des faits, des actes pour avancer”. En plus, “on a des pays anglophones qui sont à côté de nous. Il faut donc permettre l’enseignement de l’Anglais au primaire, afin d’avoir une grande union avec les autres. Voilà ce qui me semble aller dans le sens de l’intégration”. Il a donc invité les autres à poser des actes, comme il l’a fait en ce qui concerne la carte de séjour. “Je pensais en mon fort intérieur que c’est une mauvaise chose pour l’intégration. Je n’ai donc pas négocié avec quelqu’un, pour supprimer cette carte que je combattais depuis 1990. Parce que j’estime que cela allait contre les intérêts de l’intégration”. En la matière, le Président Gbagbo a indiqué que la Côte d’Ivoire fait beaucoup pour l’intégration. Rappelant que “désormais, si quelqu’un vient avec les papiers de son pays, qu’on le reconnaisse”. Tout en insistant particulièrement sur le respect de l’identité de chaque Africain. “Les pièces d’identité délivrées par chaque Etat doivent être reconnues par les autres Etats”. Pour lui, ces progrès ne sont pas assez. Pensant que le marché africain n’est pas suffisamment unifié. “On n’a pas encore un marché unique vrai”. D’où, son rêve d’une monnaie unique des pays de l’UMOA qui pourrait s’étendre même aux pays de la CEDEAO. “Cela va arranger le commerce intra-territorial “.

Paraphe de l`APE / Accusé d`avoir fait cavalier seul, Laurent Gbagbo “Notre démarche visait à sauvegarder l`économie nationale”-

“L’essentiel, c’est que l’Etat est debout. Depuis que cette crise a éclaté, la Côte d’Ivoire vit, elle fait face aux dépenses d’ un Etat et paye ses fonctionnaires sans retard. Ce qui nous permet de ne pas être traumatisé. Maintenant, il faut récupérer les taxes et les impôts de toutes sortes sur l’étendue du territoire national. Nous ne sommes pas traumatisés c’est pourquoi, nous ne précipitons rien” a déclaré le Président Gbagbo en abordant des questions économiques fiscales. Parlant du retour de l’administration douanière dans les zones ex-assiégées, le Président Gbagbo a été on ne peut plus clair : “Nous devons doucement, doucement, installer des postes de douanes à toutes les sorties où, les postes de douanes n’étaient pas installés. Nous en discutons avec le Premier ministre et nous sommes en train de préparer les douaniers qu’il faut. Notamment, à Ouangolodougou et Minignan. On connaît ces postes et le nombre de douaniers qu’il faut. Nous ne sommes pas pressés, parce que nous avons les moyens d’exister sans même ces postes de douanes…” Le paraphe de l’Accord de Partenariat économique (APE) par la Côte d’Ivoire
Pourquoi le chef de l’Etat ivoirien qui appelle à la solidarité de ses homologues de la CEDEAO, a fait cavalier seul, lorsqu’il s’est agi de parapher l’Accord de Partenariat économique ? “Ce n’est pas du tout un double langage. Chaque chef d’Etat, a-t-il indiqué, défend l’économie de son pays. Je voudrais vous dire que récemment, nous avons tenu une réunion de la CEDEAO à Ouagadougou sur ce dossier. Il n’y a eu aucun chef d’Etat, pour jeter la pierre ni à la Côte d’Ivoire ni au Ghana… Si je ne paraphais pas l’APE, puisque c’est moi qui ai donné l’ordre à mon ministre de le faire, la Côte d’Ivoire perdrait au moins 400 milliards de FCFA. Je refuse que mon pays perde 400 milliards de FCFA par an. Si c’était à refaire, je le referai sans aucun regret. Il faut mettre la responsabilité là où, on doit la mettre. J’ai pris la parole et le Ghanéen Kufuor aussi et nous avons tenu le même langage, nous avons paraphé le même texte”. Sachant que depuis 2000, on savait que l’entrée en vigueur de l’ APE était fin 2007, qu’a fait concrètement la commission de la CEDEAO en charge du dossier ? “Visiblement aucun acte ! S’est indigné le Président Laurent Gbagbo. Les pays de la CEDEAO qui nous jetaient la pierre, ne perdaient rien du tout qu’on ait signé ou non, rien. Alors que le Ghana et nous, nous perdions”. Car, il y a des pays du fait de leur volume d’exportations agricoles, à des destinations de l’Union européenne (UE), subiraient le contrecoup. Citons dans le cadre de la CEDEAO, la Côte d’Ivoire et la Ghana. “En clair, a dit le Président ivoirien, la démarche du gouvernement ivoirien visait à sauvegarder son économie”. A la question du confrère Mohamed Fima, du Niger, si la vision du Président Gbagbo de l’intégration africaine consiste en la protection par chaque pays, de ses intérêts, il affirme pour conclure. “Chaque pays défend toujours ses intérêts. Quand le Nigeria fait 2,3 millions de barils de pétrole par jour, c’est pour le Nigeria d’abord. Si vous interrogez vous-même, vous comprendrez que la Côte d’Ivoire fait en sorte de mettre ce qu’elle gagne à la disposition du plus grand nombre. Mais, justement, pour qu’elle continue de le faire, elle ne peut pas donner des verges pour se faire fouetter. Elle ne doit pas chercher à perdre. Elle doit chercher à gagner. Parce que quand elle gagne, c’est tout le monde qui gagne…”


SUR LE MÊME SUJET
Débat: Le Dr. Daniel Mengara au vice-président du Front National français: Les Africains veulent « un désengagement de la France qui  permettra aux Africains de se débarrasser tranquillement de leurs dictatures »
Au cours d’un débat (émission débat « Le Dr Mouketou Reçoit ») présenté et organisé mardi sur INRA RADIO, une radio de la Diaspora africaine émettant depuis Washington DC par le Dr Jean Aimé MOUKETOU entre Maître Wallerand Saint Just, vice-président et membre du Bureau exécutif du Front national français et des universitaires africains vivant en Amérique du Nord et en Europe occidentale, le Dr Daniel MENGARA, Président du Mouvement Politique « BONGO DOIT PARTIR » a dit admirer depuis très longtemps comme beaucoup d’Africains d’ailleurs le discours de franchise du Front national français qui « ne mâche pas ses mots sur la question de ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: un mois après sa chute, l’ex-président Gbagbo devant la justice
Près d'un mois après son arrestation et la chute de son régime, l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo va être entendu pour la première fois vendredi par la justice ivoirienne, dans le cadre d'une enquête préliminaire portant notamment sur des accusations de crimes et exactions. Les violences qui ont secoué la Côte d'Ivoire ont fait près de 3.000 morts selon le nouveau président Alassane Ouattara, et causé le déplacement d'environ un million de personnes. AFP - Sia KambouPrès d'un mois après son arrestation et la chute de son régime, l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo va être entendu pour la première fois vendredi par la justice ...
Lire l'article
“Il faut panser les plaies de la Côte d’Ivoire”, dit Gbagbo selon Mgr Tutu
L’ancien président Laurent Gbagbo a reçu sa première visite officielle à Korhogo. Desmond Tutu, qui l’a rencontré avec deux autres membres des Elders, l’a trouvé détendu et visiblement prêt à œuvrer pour que le pays "retrouve sa situation normale". De passage en Côte d’Ivoire, l'archevêque sud-africain Desmond Tutu a livré à la presse l’impression que lui a faite l’ex-président Laurent Gbagbo, qu’il a pu rencontrer pendant quarante-cinq minutes dans sa résidence surveillée de Korhogo (nord). L'archevêque était avec l'ex-secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, ainsi que l'ancienne présidente d'Irlande et ex-Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Mary Robinson, dans le cadre ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : Gbagbo arrêté par la France ?
Laurent Gbago a été arrêté avec son épouse lundi. Certains spécialistes estiment que les forces spéciales françaises ont décidé du moment opportun de l'opération. Paris dément. Officiellement, la France n'a pas participé à l'arrestation Laurent Ggagbo. APJusqu'au bout, il aura résisté, retranché avec son épouse, Simone, et son fils Michel dans le bunker du sous-sol de sa résidence d'Abidjan, solidement défendue par 200 fidèles. Depuis quatre mois et demi, Laurent Gabgbo refusait de reconnaître la victoire de son rival, Alassane Ouattara, à l'élection présidentielle du 28 novembre. Mais lundi, peu après 15 heures, il s'est finalement « rendu sans opposer ...
Lire l'article
Le temps est compté pour Laurent Gbagbo, selon Washington
Le temps est compté pour le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo dont la position est considérablement affaiblie et qui devrait céder le pouvoir maintenant afin d'éviter des violences supplémentaires, ont averti jeudi les Etats-Unis. "Il est absolument clair qu'il est dans une position fortement affaiblie après avoir perdu la plus grande partie du territoire qu'il tenait dans le sud et avec les défections dans les rangs" de son armée, a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint Johnnie Carson. "Il reste une possibilité pour Gbagbo de s'effacer de manière à prévenir une effusion de sang. Nous espérons qu'il verra et saisira cette occasion de ...
Lire l'article
Une délégation de chefs d'État de la région a demandé au président ivoirien de céder le pouvoir. La délégation est passée dans Abidjan sans soulever de grand enthousiasme. Comme si chacun savait déjà que l'arrivée, mardi, des présidents béninois, sierra-léonais et cap-verdien n'était qu'une simple étape vers une confrontation moins diplomatique. Les trois chefs d'État devaient enjoindre une nouvelle fois à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir et lui rappeler la décision de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) d'utiliser la «force légitime» pour obtenir gain de cause. Leur feuille de route était claire : «Ils iront ...
Lire l'article
Les trois chefs d'Etat ouest-africains envoyés à Abidjan pour demander à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir, ont entamé mardi leur entretien avec lui peu avant 14H00 au palais présidentiel. Les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires, sont arrivés dans des voitures séparées qui se suivaient au palais présidentiel du Plateau, quartier administratif d'Abidjan. Laurent Gbagbo les attendait à la sortie de leurs véhicules et a donné l'accolade à chacun d'eux, avant de les faire entrer dans un salon de la présidence. Les trois émissaires venaient de rencontrer Choï Young-jin, patron de l'Opération des Nations unies en Côte ...
Lire l'article
Alors qu'un climat de violence règne sur Abidjan, Laurent Gbagbo a été officiellement investi président de la République ce samedi après-midi un peu après 15 heures. Si le Conseil Contitutionnel avait proclamé vendredi le président sortant vainqueur des élections avec 51 % des voix, la commission électorale indépendante (cei), appuyée par l'ONU a pour sa part donné victoire à son rival Alassane Ouattara avec 54% des voix. Les contestations et les violences ont fait deux morts cette nuit à Abidjan, la capitale du pays.
Lire l'article
Les "relations exclusives" entre le Gabon et la France font partie du passé, a affirmé le président gabonais Ali Bongo Ondimba mercredi quelques jours après la signature de gros contrats avec des entreprises indiennes et singapouriennes. "La France a des partenaires, les Etats africains ont aussi des partenaires, ce ne sont pas des relations exclusives. Cela, ça n'existe plus", a-t-il déclaré lors de sa première conférence de presse depuis qu'il a remporté l'élection présidentielle en octobre 2009, à l'issue des festivités du cinquantenaire de l'indépendance, célébrées mardi. "Quand nous disons que le Gabon est ouvert au business, c'est vrai sans exclusive", a-t-il ...
Lire l'article
La politique africaine de la France a été oubliée par Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée du 24 avril dernier. Par manque de temps (j'ose le croire), le journaliste Vincent Hervouët de LCI n'a pas pu placer une question qui aurait amené le Président à reconnaître ses erreurs sur ce plan. Lui qui avait durant la campagne électorale promis "la rupture" avec les anciennes pratiques des relations franco-africaines, déclarant: "Il faut débarrasser nos relations des réseaux d'un autre temps […] Il faut tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés." Comme sur d'autres points, un an après, le bilan de ...
Lire l'article
Débat: Le Dr. Daniel Mengara au vice-président du Front National français: Les Africains veulent « un désengagement de la France qui permettra aux Africains
Côte d’Ivoire: un mois après sa chute, l’ex-président Gbagbo devant la justice
“Il faut panser les plaies de la Côte d’Ivoire”, dit Gbagbo selon Mgr Tutu
Côte d’Ivoire : Gbagbo arrêté par la France ?
Le temps est compté pour Laurent Gbagbo, selon Washington
Les émissaires africains somment Gbagbo de partir
Côte d’Ivoire: début des entretiens entre Gbagbo et les émissaires africains
Laurent Gbagbo investi président de la République
Gabon: les “relations exclusives” avec la France, du passé pour Ali Bongo
Sarkozy an I: quel bilan pour les relations France-Afrique?

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Mar 2008
Catégorie(s): Afrique,Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*