Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Coopération: Jean-Marie Bockel regrette son départ du gouvernement français

Auteur/Source: · Date: 24 Mar 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde

Jean-Marie Bockel a exprimé, mercredi dernier à Paris, ses regrets de quitter le secrétariat d’Etat à la Coopération et à la Francophonie, tout en assurant être heureux d’avoir désormais à s’occuper des questions de Défense et des Anciens combattants dans le nouveau gouvernement français formé mardi soir, rapporte la PANA.

“Evidement, ce serait faire de la langue de bois que de voir que je ne regrette pas de quitter le travail que je fais à la Coopération”, a-t-il dit, lors de la passation de pouvoir avec M. Alain Joyandet, nouveau secrétaire d’Etat français à la Coopération.

“Je voudrai dire que nous avons essayé, pendant les 9 mois passés à la Coopération, de renforcer l’efficacité de l’aide, de la bonne gouvernance en matière. Je pense qu’on a eu sur ce terrain un certain nombre de résultats”, a-t-il expliqué.

Refusant de faire le lien entre son départ de la Coopération et l’agacement suscité par ses propos sur la Françafrique auprès de certains chefs d’Etat africains, M. Bockel a admis que les relations franco-africaines sont “un grand chantier” qu’il n’a pas eu le temps de poursuivre.

“Sur les relations avec l’Afrique notamment, nous avons un grand chantier. J’ai exprimé un certain nombre de souhaits. Je considère que le discours prononcé au Cap (Afrique du Sud) par le président Sarkozy sur l’Afrique est un grand discours, dans lequel je me retrouve pleinement”, a assuré l’ancien secrétaire d’Etat français à la Coopération.

Selon le bimensuel La lettre du continent édité à Paris, Jean- Marie Bockel a dû quitter son portefeuille ministériel à la demande du président gabonais Omar Bongo Ondimba, qui n’avait guère apprécié ses critiques sur la gestion de la rente pétrolière par certains Etat africains.

Dans une charge très remarquée contre la Françafrique prononcée en janvier dernier, M. Bockel avait invité le président Sarkozy à ne pas plus “céder à un certain nombre de caprices (…) de certains pays qui ont (…) une rente pétrolière qu’ils ne consacrent pas aux investissements qu’ils nous demandent de financer”.

S’étant senti directement visé par ces propos, le gouvernement gabonais avait vivement réagi après un conseil des ministres extraordinaire, en qualifiant les propos de M. Bockel “d’inacceptables et de méprisants”.

“Si la France pense que l’Afrique lui coûte cher, il lui revient souverainement d’en tirer les conclusions sans être obligée de se justifier de façon aussi péremptoire”, avait protesté le gouvernement gabonais, indiquant de que “le Gabon se réserve le droit de se tourner vers d’autres partenaires que la France”.

Le cabinet de l’ancien secrétaire d’Etat avait transmis mardi à la presse un important programme d’activités pour la Journée internationale de la Francophonie prévue ce jeudi, confirmant ainsi que M. Bockel ne s’était nullement préparé à quitter de ses fonctions à la Coopération.

“Je suis dans l’action. Je ne suis pas dans le commentaire. Le commentaire vous appartient”, a-t-il déclaré mercredi à la PANA, en réponse à une question sur les raisons de son départ du secrétariat d’Etat à la Coopération.

Pour les observateurs des relations entre la France et l’Afrique, il ne fait aucun doute que Jean-Marie Bockel a été sacrifié sur l’autel de la Françafrique, plus de 26 ans après Jean-Pierre Cot, éphémère ministre de la Coopération de François Mitterrand.

Prenant ses distances avec son prédécesseur, M. Joyandet a déclaré, en prenant ses fonctions, qu’il ne fera que mettre en oeuvre, sous l’autorité de Bernard Kouchner, la politique de coopération définie par le président Nicolas Sarkozy.

“Le président de la République ayant tracé la voie, il ne me reste plus qu’à la suivre”, a dit le nouveau secrétaire d’Etat là où son prédécesseur réclamait une accélération de la rupture dans les relations franco-africaines.

(Par Seidik Abba) 


SUR LE MÊME SUJET
Jean-Marie Bockel : “Les accusations de Bourgi sont le chant du cygne de la Françafrique”
L’ancien secrétaire d’État à la Coopération avait appelé "au décès de la Françafrique", en janvier 2008. Deux mois plus tard, il était débarqué. Jeune Afrique l'a consulté pour avoir son sentiment sur les récentes déclarations de Robert Bourgi, qui affirme avoir fait transité des mallettes "pleines de billets" entre des présidents africains et des personnalités politiques françaises, dont Jacques Chirac. Jeune Afrique : Les accusations de Robert Bourgi sont-elles crédibles ? Jean-Marie Bockel : L’existence de financements occultes était un secret de polichinelle. Mais durant mon passage à la Coopération, je n’avais pas connaissance de qui recevait, combien et comment. Je n’étais pas dans ces ...
Lire l'article
Un ex-Premier ministre gabonais confirme les “mallettes” et évoque Jean-Marie Le Pen
L'ancien Premier ministre gabonais Jean Eyeghe Ndong a assuré mercredi que l'envoi de "valises d'argent" était une pratique courante entre l'ex-président Omar Bongo et "certaines autorités françaises", citant des versements au responsable d'extrême droite Jean-Marie Le Pen. Ces déclarations font suite aux accusations de l'avocat franco-libanais Robert Bourgi, ancien conseiller officieux de l'Elysée pour les affaires africaines. "J'en ai entendu parler comme beaucoup mais je n'en ai pas vu personnellement. Mais je sais qu'il a été question de valises d'argent entre le Gabon et la France. C'était une pratique courante, entre le président de la République gabonaise et certaines autorités françaises", a ...
Lire l'article
Accusations de Bourgi : Jean-Marie Le Pen saisit la justice
L'ex-président du Front national Jean-Marie Le Pen a saisi jeudi la justice contre les accusations de Robert Bourgi sur un financement de sa campagne électorale de 1988 par des fonds occultes provenant du Gabon, a-t-on appris de source judiciaire. M. Le Pen a saisi le tribunal de grande instance de Paris d'une citation directe pour diffamation à l'encontre de M. Bourgi. Il demande 100.000 euros de dommage et intérêts. Aucune date n'a encore été fixée pour l'audience, a précisé cette source. Après avoir mis en cause Jacques Chirac et Dominique de Villepin, Robert Bourgi, conseiller officieux pour l'Afrique de Nicolas Sarkozy, avait ...
Lire l'article
La démission de Madame Michèle ALLIOT MARIE (MAM) , Ministre des Affaires étrangères, ce dimanche 27 février 2011 n’est pas programmée. Il s’agit à mon avis plutôt d’un départ circonstanciel. En effet, les relations d’affaires de MAM avec la classe politique tunisienne, révélées au moment des mouvements d’émancipation entrepris par les peuples d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient contre les dictateurs corrompus jusqu’à la moelle épinière, ont donné maintenant à Monsieur Nicolas SARKOZY et à son clan, les arguments pour se débarrasser de celle qui a toujours incarné au sein des gouvernements de François FILLON l’idéologie du ...
Lire l'article
Quand ils ont appris que la France fermerait ses bases militaires à Dakar, certains Sénégalais ont dit: "il était temps", 50 ans après l'indépendance du pays. Mais l'anxiété a aussitôt gagné des milliers de familles dont les revenus dépendent de la présence des militaires français. "S'ils partent, comment ferons-nous pour vivre?" La question tourmente Coumba Ndiaye, mère de famille d'une cinquantaine d'années, depuis que Dakar a annoncé le 19 février que les bases françaises fermeraient, "en vertu d'un accord qui sera signé avant le 4 avril". La France n'a prévu de garder que 300 soldats au Sénégal, soit 900 de moins ...
Lire l'article
Jean-Marie Guéhenno, qui a dirigé les Casques bleus pendant huit ans, pense que le monde devra s'engager davantage en Afrique. Il espère aussi que, dans la crise, les pays riches seront solidaires des plus pauvres. Jean-Marie Guéhenno. Ce diplomate est spécialiste des questions de défense et des relations internationales. Il a été, de 2000 à 2008, secrétaire général adjoint et chef du Département des opérations de maintien de la paix à l'Organisation des Nations Unies. Âgé de 59 ans, il est le fils d'Annie et Jean Guéhenno, un écrivain né à Fougères en 1890 au sein d'une famille de chaussonniers. Entré à ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de la Défense, Ali Bongo Ondimba, a récemment été reçu à Paris par le chef de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, et le chargé des Affaires africaines, Bruno Joubert, pour faire le point sur la coopération militaire entre les deux pays. Cette séance de travail a notamment permis de faire le point sur le renforcement de la coopération française pour la formation des effectifs gabonais, à travers les différents centres et écoles à vocation sous-régionale mis en place dans le cadre de cette coopération. Le suivi de la coopération militaire entre la France et le Gabon était ...
Lire l'article
Jean-Marie Bockel a affirmé jeudi "ne pas retirer un mot" de ce qu'il avait pu dire sur les relations entre la France et les régimes africains au secrétariat d'Etat à la Coopération, récusant toute idée de "rétrogradation" dans son passage à celui des Anciens combattants. "Je ne retire pas un mot de ce que j'ai pu dire dans mes fonctions. Je considère que ce que j'ai pu faire et dire a été utile et que mon passage n'aura pas été indifférent et que j'aurai modestement contribué à ce changement de la relation entre la France et l'Afrique", a déclaré MM. Bockel ...
Lire l'article
Repêché de justesse après le remaniement ministériel du mardi 18 mars, Jean-Marie Bockel, l'un des symboles de l'ouverture, a perdu son secrétariat d'Etat à la coopération, pour un dossier encore moins en vue, celui des anciens combattants. Dans l'entourage de cet ex-socialiste réélu maire de Mulhouse sous la bannière de l'UMP, on tente de faire contre mauvaise fortune bon coeur. "Jean-Marie Bockel, assure-t-on, est tout au bonheur de sa nouvelle fonction." Officiellement, le ministre, colonel de réserve, est "passionné" par les dossiers du ministère de la défense auquel son secrétariat d'Etat est rattaché. Il souligne qu'il officiera "dans un ministère régalien" ...
Lire l'article
Le Gabon, dont le président Omar Bongo Ondimba est un des piliers des relations franco-africaines, a jugé "inacceptables" les propos du secrétaire d'Etat français à la Coopération sur la nécessité de signer "l'acte de décès de la Françafrique". "De tels propos ne peuvent être mus que par l'ignorance des réalités de la coopération franco-africaine", note sèchement vendredi un communiqué du Conseil des ministres, présidé par M. Bongo, au pouvoir depuis 1967. Le communiqué, essentiellement consacré à répliquer aux déclarations de Jean-Marie Bockel, affirme sa "surprise" que "soient véhiculés à un tel niveau de responsabilité des clichés méprisants faisant des Etats africains de ...
Lire l'article
Jean-Marie Bockel : “Les accusations de Bourgi sont le chant du cygne de la Françafrique”
Un ex-Premier ministre gabonais confirme les “mallettes” et évoque Jean-Marie Le Pen
Accusations de Bourgi : Jean-Marie Le Pen saisit la justice
La démission de Madame Michèle ALLIOT MARIE (MAM), Ministre des Affaires étrangères de France : un départ triomphant pour le clan sarkozien
Sénégal: départ annoncé de 900 militaires français, rude coup pour l’économie
Jean-Marie Guehenno : « Le monde doit s’engager davantage en Afrique »
Gabon : Ali Bongo fait le point sur la coopération militaire avec le président français
Bockel maintient ses critiques, des pays africains approuvent son départ
Deux mois après avoir dénoncé la “Françafrique”, Jean-Marie Bockel est débarqué de la coopération
Le Gabon juge inacceptables les propos de Bockel sur la Françafrique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Mar 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*