- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon: Le japonais Masaki Miyaji traite de la question de « l’importance des investissements par le secteur privé »

L’expert japonais, conseiller spécial du président auprès de Mitsubishi corporation, Masaki Miyaji, avec l’appui de sa représentation diplomatique au Gabon, a organisé et présenté jeudi à Libreville, une conférence de presse dont le thème s’articule autour de la question de « l’importance des investissements par le secteur privé » qui vient en appoint à la conférence ministérielle préparatoire à la Conférence de Tokyo pour le développement de l’Afrique (TICAD) qui s’est tenu, il y a deux semaines, à Libreville et dont la phase 4 se déroulera en mai prochain à Yokohama, ceci en vue d’amener les opérateurs économiques présents à Libreville et principalement les Gabonais à bénéficier des expériences et du savoir nippons dans le domaine des investissements privés, a constaté GABONEWS.

Avant d’entrer dans le vif de la question à l’ordre du jour, l’homme d’affaire japonais à souligné que sa visite au Gabon reposait sur le fait que ce pays disposait d’énormes richesses et méritait plus d’appui et de conseils pour le développement des investissements, en particulier privés.

Ainsi, fondant son propos sur trois points à savoir « les expériences du Japon dans le développement de la micro, petite et moyenne entreprise », « les expériences et les instructions sur l’investissement direct en se fondant sur le projet Mozal du Mozambique », un projet d’environ 1,34 milliards de dollars, développé au Mozambique dans lequel la Mitsubishi Corporation s’est amplement investie en vue de la construction et de l’exploitation d’une fonderie d’aluminium pour favoriser la relance de l’économie de ce pays à la sortie de 17 années de guerre civile et enfin, « Cluster industriel et développement des ressources du capital humain », Masaki Miyaji a tôt fait d’utiliser le modèle japonais pour montrer que le développement du secteur privé n’était possible que si le gouvernement y mettait du sien.

Autrement dit, il s’est appesanti sur le cas du Japon à la sortie des deux grandes guerres pour montrer comment le gouvernement de ce pays avait choisi de poser ses espoirs sur le secteur privé en le finançant et en facilitant les moyens de mise en œuvre des projets. Et le résultat est ce géant économique indéniable que représente ce pays aujourd’hui dans le concert des nations développés.

Selon lui, le gouvernement devrait être capable de financer, d’accorder des prêts, de subventionner… les PME d’aujourd’hui pour qu’ils deviennent les grandes entreprises de demain.

Mais avant tout, il a souligné que l’apport en capital humain était la chose la plus importante. Dès lors, il a exhorté les populations à se mobiliser et à s’impliquer davantage pour l’éradication d’un secteur privé viable. 


SUR LE MÊME SUJET
Libreville abrite, depuis le 8 décembre 2011, le premier salon des entrepreneurs du Gabon. La rencontre vise à encourager et à promouvoir l'investissement privé en Afrique, en général, et au Gabon, en particulier. Encourager et promouvoir l'investissement privé en Afrique en général, au Gabon en particulier, et contribuer à l'amélioration du climat des affaires, est l'objectif du premier salon des entrepreneurs du Gabon qui s’est ouvert ce 8 pour s’achever le 9 décembre prochains à Libreville. Organisé par le Label Gabon Entreprise International, l’initiative de ce premier salon des entrepreneurs du Gabon est née des constats du besoin de lancer le ...
Lire l'article [1]
Le Représentant en Afrique centrale de la Banque Africaine de Développement, (BAD), Boubacar S. Traoré, a déclaré , lundi, au terme d'un entretien avec le premier ministre, que l’institution financière allait organiser , à Libreville, du 11 au 13 octobre prochain, un grand séminaire de financement des activités du secteur privé au Gabon. Pour Boubacar S. Traoré, ce séminaire vise à montrer à quel point la BAD veut soutenir les initiatives du Gouvernement dit de l’émergence tout en « conditionnant sa proposition » à ce que les autorités continuent à promouvoir les règles de bonne ...
Lire l'article [2]
Le gouvernement du Gabon a doublé le salaire minimum garanti. Le secteur privé est sommé de s’aligner. La promesse électorale du président Ali Bongo Odimba s’est matérialisée. Le Gabon a doublé son SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) passé de 80 000 à 150 000 F CFA (306 dollars). Seuls en sont exlus le personnel des collectivités locales et le personnel domestique. Le secteur privé est invité fermement à s’aligner sur la nouvelle règlementation, selon les déclarations du ministre du travail, Maxime Ngozo Issondou. Parallèlement, les indemnités de transport des employés du privé ont été fixées à 35 000 F CFA, ...
Lire l'article [3]
Les pêcheurs de Lambaréné ont pris part le 19 février à un atelier de démonstration d’élevage de poissons en cage flottante organisé par la coopération japonaise dans le cadre du programme de développement de la pêche et de l’aquaculture. Ces nouvelles techniques d’élevage doivent permettre aux pêcheurs locaux de compenser la pénurie de poissons pendant la saison des pluies. La coopération japonaise poursuit son programme de soutien au développement de la pêche artisanale et de l’aquaculture au Gabon avec un atelier sur l’élevage de poissons en cage flottante organisé le 19 février dernier à Lambaréné, dans le ...
Lire l'article [4]
Le président du Conseil économique et social (CES), Antoine de Padoue Mboumbou Miyakou, a clos le 24 octobre à Libreville la session extraordinaire relative à l’examen de la loi de finances rectificative 2008. Les conseillers ont recommandé au gouvernement de renforcer la pertinence des affectations budgétaires avec les priorités économiques et sociales. Le CES a demandé l’allocation de 20% des ressources propres du pays au budget d’investissement pour rattraper l’écart entre le Produit intérieur brut (PIB) élevé et la faiblesse de l’Indice de développement humain (IDH).Le Conseil économique et social (CES) a recommandé le 24 octobre dernier l’allocation de l’excédent ...
Lire l'article [5]
Le président du Conseil économique et social (CES), Antoine de Padoue Mboumbou Miyakou, a clos le 24 octobre à Libreville la session extraordinaire relative à l’examen de la loi de finances rectificative 2008. Les conseillers ont recommandé au gouvernement de renforcer la pertinence des affectations budgétaires avec les priorités économiques et sociales. Le CES a demandé l’allocation de 20% des ressources propres du pays au budget d’investissement pour rattraper l’écart entre le Produit intérieur brut (PIB) élevé et la faiblesse de l’Indice de développement humain (IDH). Le Conseil économique et social (CES) a recommandé le 24 octobre ...
Lire l'article [6]
Dans son discours inaugural à la tête du Conseil municipal de la cite pétrolière, le Maire de la commune de Port – Gentil, André Jules Ndjambé s’est voulu rassembleur et déterminé à redorer l’image dégradée de la capitale économique où sévit la précarité galopante, en prenant soin de décliner les grands axes de son mandat (cinq ans) qui s’articulent autour de l’accroissement des investissements pour promouvoir les infrastructures sociales de base devenues obsolètes en précisant que fort du soutien politique élargi non seulement à l’ensemble des partis de la Majorité présidentielle (PDG, ADERE) en plus du Groupe Tchango (Indépendants), mais ...
Lire l'article [7]
En séjour à Libreville depuis quelques jours, une délégation de la Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC), conduite par son président Anicet Georges Dologuélé, a organisé le 21 mai dernier un atelier à l’intention des opérateurs économiques sur les possibilités de financement du secteur privé. Dans le cadre de la relance de ses lignes de crédits depuis 2003, la Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC) a mandaté une délégation dans la capitale gabonaise pour sensibiliser les opérateurs économiques du secteur privé sur l’accès au financement de la banque. A cet effet, la délégation, ...
Lire l'article [8]
La Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC) a annoncé le 6 mai dernier à Brazzaville un plan d’investissement de 220 milliards de francs CFA réparti sur 5 ans, dont 70 % devraient être injectés dans le financement des projets privés au niveau de la sous région d’Afrique centrale Pour encourager les projets de développement privés au niveau de la sous région, la Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC) a lancé un plan d’investissement sur la période 2008-2012 d’un montant total d’environ 220 milliards de francs CFA, dont 70%, soit environ 154 milliards de ...
Lire l'article [9]
Le conseiller spécial du président auprès de la société Mitsubishi Corporation, Masaki Miyaji, tient le 3 avril à l'hôtel Laico Okoumé Palace de Libreville une conférence sur "l'importance des investissements par le secteur privé" dans le but de faire profiter aux acteurs économiques gabonais l'expérience nippone dans le développement du secteur privé. Dans le cadre du suivi de la Conférence ministérielle préparatoire de la TICAD IV, une conférence sur "l'importance des investissements par le secteur privé" a été tenue le 3 avril à l'hôtel Laico Okoumé Palace par le conseiller spécial du président auprès de la société Mitsubishi Corporation, ...
Lire l'article [10]
Gabon : Echanges à Libreville sur la promotion des investissements privés en Afrique
Un séminaire de financement des activités du secteur privé , en octobre prochain, à Libreville
Gabon: le SMIG qui fait peur au secteur privé
Gabon : Cours japonais d’aquaculture à Lambaréné
Gabon : Le CES veut 20% du budget aux investissements
Gabon : Le CES veut 20% du budget aux investissements
Gabon: Le Maire élu de Port – Gentil s’engage à impliquer le secteur privé (SOGARA et Total…) dans le développement durable de la ville
Gabon : La BDEAC se positionne en partenaire du secteur privé
Afrique centrale : 220 milliards sur 5 ans pour booster le secteur privé dans la sous région
Gabon : Le Japon propose son expertise au développement du secteur privé

1 Comment (Open | Close)

1 Comment To "Gabon: Le japonais Masaki Miyaji traite de la question de « l’importance des investissements par le secteur privé »"

#1 Comment By yao kouassi charles On 25 Fév 2009 @ 15:37

je suis monsieur yao kouassi charles responsable d’une ONG basée en COTE D’IVOIRE (en Afrique de l’ouest) qui s’occupe des veuves, des orphelins(es) de la COTE D’IVOIRE du sida et d’autres personnes démunies d’ici et d’ailleurs par la prise en charge de leur frais de scolarisation et d’apprentissage d’un métier.je Viens vers vous dans le but de vous solliciter une aide afin de mener à bien la mission que l’ONG s’est donnée. Convaincu d’une réponse favorable à ma demande je vous pris d’agréer, monsieur l’expression de mes considérations distinguées.

yao kouassi charles
[11]
00225 07 57 52 20