Socialisez

FacebookTwitterRSS

1958-2008 : 50 ans de République Françafricaine. Communiqué de Survie

Auteur/Source: · Date: 7 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde

Aujourd’hui, 7 avril 2008, on commémore le douloureux 14ème anniversaire du début du génocide des Tutsi au Rwanda qui, du 7 avril au 4 juillet 1994 a fait environ 1 million de victimes. Ce plan machiavélique d’extermination d’individus pour le simple fait d’être « tutsi » (ou pour s’être opposés à cette extermination) a été mis en œuvre grâce au soutien politique, diplomatique, militaire et financier que la France a apporté au régime d’apartheid de Juvénal Habyarimana dans un premier temps, puis aux génocidaires pendant et après le génocide lui-même.

Aujourd’hui très documenté, cet épisode a constitué la pire dérive d’un système de relations que la France entretient depuis les « Indépendances » avec les pays africains : la Françafrique. Le Rwanda a permis de voir jusqu’où était capable d’aller la République française, à savoir se rendre complice d’un génocide, pour défendre ses intérêts politiques ou économiques en Afrique, et ensuite nier toute responsabilité pour défendre l’honneur de son Armée.

Si la plupart des colonies françaises ont accédé à l’Indépendance en 1960, c’est bien dès 1958, en parallèle à l’instauration de la Vème République qui fêtera ses 50 ans cette année, qu’a été mise en place cette Françafrique néocoloniale, qui fait de la Vème République une « République françafricaine ».

Après un bref épisode consistant à tenter de mettre en place une Communauté avec les pays africains de l’ancien empire colonial, les indépendances formelles ont en effet été verrouillées par un ensemble d’accords économiques, monétaires, diplomatiques, militaires qui reviennent à établir une domination française de fait. Les hommes politiques africains qui ont eu d’autres ambitions pour leurs pays ont été éliminés par l’assassinat : Sylvanus Olympio en 1963, Thomas Sankara en 1988, ou par des coups d’Etat : Modibo Keita (1968), Amani Diori (1974), etc.

Tous les présidents français ont utilisé la trop fameuse « cellule africaine » de l’Elysée pour manipuler les pouvoirs africains. Lorsque, dans les années 90, des conférences nationales tenteront de réformer des relations opaques et corrompues et d’instaurer des régimes représentatifs, la manipulation des élections assurera la continuité du système. Omar Bongo (Gabon), Paul Biya (Cameroun), le clan Eyadéma (Togo), Lansana Conté (Guinée), Denis Sassou Nguesso (Congo-B.), Idriss Déby (Tchad), restent aujourd’hui en place grâce au soutien de la France. Le système de corruption mis en place est scandaleux. L’affaire Elf en a témoigné, même si les investigations sont restées très partielles, tandis que l’édification par les présidents africains de fortunes pharaoniques (« biens mal acquis ») commence à engendrer enquêtes et plainte.

Après avoir promis une rupture avec ce système de corruption, le président français Nicolas Sarkozy a donné des gages aux régimes les plus corrompus, avec comme dernier épisode l’éviction de Jean-Marie Bockel de son poste de Secrétaire d’Etat à la Coopération à la demande des principaux prédateurs qui, précisons-le, sont aussi bien des Présidents africains dictateurs que des affairistes français implantés en Afrique.

Afin de dénoncer cette perpétuation du néocolonialisme français en Afrique et de susciter un mouvement de réprobation, Survie lance aujourd’hui un « Moi(s) contre la Françafrique ».
Ce « Moi(s) » se déroulera du 7 avril (date du début du génocide au Rwanda en 1994) au 13 mai (le 13 mai 1958 pouvant être considéré comme l’avènement de la Vème République avec le retour au pouvoir du général de Gaulle). Conférences, projections-débats, concerts, manifestations seront organisés un peu partout en France sur les sujets aussi cruciaux que le soutien militaire à Idriss Déby au Tchad, le pillage de l’uranium nigérien par Areva, les biens mal acquis des dictateurs africains en France, etc. (Voir le dossier de presse ci-joint).

En cette année 2008, et à l’occasion du 50ème anniversaire d’une Vème République Françafricaine, il est plus que temps d’opérer une véritable rupture avec la Françafrique et de mettre en œuvre une réforme de la politique de la France vis-à-vis du continent africain par l’arrêt du soutien aux dictatures, la promotion de la démocratie et la défense des droits de l’Homme, la conditionnalisation de l’aide à la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, l’instauration d’un contrôle sur les activités des multinationales françaises en Afrique, la fin de l’ingérence militaire, la fin du domaine réservé de l’Elysée et l’instauration d’un contrôle parlementaire sur la politique extérieure de la France. Un engagement à encourager à tous les niveaux, politiques et citoyens.

Source: survie


SUR LE MÊME SUJET
Suite à l’incident survenu la semaine dernière entre le Gabon et le Bénin, le Secrétaire général de la présidence de la République du Bénin a donné lecture d’un communiqué officiel mardi dernier à la télévision publique béninoise. GABONEWS vous le propose en intégralité: « Le vendredi 11 novembre 2011, une mission en provenance du Gabon est arrivée par vol spécial conduite par le Directeur de cabinet de Son Excellence Ali BONGO, président de la République sœur du Gabon. Le vol spécial est reparti à Libreville pour revenir le dimanche 13 novembre 2011 chercher le directeur de cabinet et sa suite qui ...
Lire l'article
Selon l’association, en plein « dictateur-gate », Paris continue de soutenir les régimes autocratiques en Afrique. Réagissant à la réception du président gabonais Ali Bongo par son homologue français Nicolas Sarkozy aujourd'hui (21/2/11), l’association Survie a souligné dans un communiqué émis ce lundi que cette réception officielle disqualifiait une fois de plus la politique étrangère de la France : "En plein 'dictateur-gate' pour Michèle Alliot Marie et François Fillon, Nicolas Sarkozy maintient le cap d'un soutien fidèle et assumé aux régimes autocratiques en Afrique en recevant, ce lundi 21 février 2011, le président gabonais, Ali Bongo. Cette réception officielle disqualifie une ...
Lire l'article
La fin du régime Bongo est proche . C’est sûrement l’innocence et la naïveté des débutants qui a fait dire à Henri de Raincourt, le ministre français de la Coopération, que la France soutient le président gabonais, Ali Bongo, face à son ex-copain d’enfance devenu opposant, André Mba Obame, car « personne ne se hasarde à contester son élection » (TV5-Monde, 26 janvier). Réflexion tout à fait hasardeuse puisque Obame, ancien ministre des basses oeuvres d’Omar Bongo, poulain des services français, s’est autoproclamé président du Gabon à la suite des propos de Michel de Bonnecorse, ancien Monsieur Afrique de Chirac avouant, ...
Lire l'article
lors que les Gabonais aspirent à la démocratie et au changement après les 41 ans de gabegie du règne d’Omar Bongo, Ali Ben Bongo, fils du précédent, vient, non sans difficulté, d’être déclaré vainqueur de l’élection présidentielle au terme d’une mascarade électorale et d’un coup de force qui vise à prolonger la mainmise du clan Bongo sur le pays, avec la bénédiction des autorités françaises. Ali Ben Bongo, fils et ex-ministre de la Défense d’Omar Bongo, également visé en France par une plainte sur les " biens mal acquis ", a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle gabonaise du 30 ...
Lire l'article
Retranscription de conférences-débat données par F. X. VERSCHAVE, président de Survie de 1995 à 2005. (L’ensemble de ces textes a été publié en 2000 dans un petit fascicule intitulé Françafrique, le crime continue, Tahin Party.) "Je suis dans le malheur. Je ne veux pas retourner dans un pays noir." Bouna Wade, Sénégalais de 17 ans, mort le 9 juin 1999 en tentant de rallier clandestinement la France par avion. Je commencerais par une précaution oratoire : mon exposé en prendra forcément l’allure puisqu’il me faut résumer en peu de temps environ mille pages de faits et d’analyses, assorties de plus de deux mille notes ...
Lire l'article
Lors du référendum du 24 septembre 1958, les populations gabonaises approuvèrent à 92% l’adhésion du Gabon à la Communauté française. Forts de ce résultat, le Conseil de gouvernement du Gabon et son président, Léon Mba, mandatèrent le gouverneur Louis Sanmarco à Paris, afin de négocier la départementalisation du Gabon. Reçu par le ministre de l’Outre-mer, Bernard Cornut-Gentille, Louis Sanmarco essuya un refus tonitruant. Contrairement à ce que pourrait laisser à penser la réaction du ministre, la demande de départementalisation formulée par Louis Sanmarco au nom du Conseil de Gouvernement du Gabon n’était pas une lubie sortie tout armée du fantasque esprit ...
Lire l'article
Sous la haute présidence de son excellence El Hadj Omar BONGO ONDIMA, Président de la république, Chef de l’Etat, le conseil des Ministres s’est tenu ce jeudi 18 Septembre 2008 à partir de 10 heures 30 dans la salle habituelle au Palais de la présidence de la République AU TITRE DES PROJETS DE TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES, DU BUDGET ET DE LA PRIVATISATION Le Ministre d'Etat, Ministre de l'Economie, des Finances, du Budget et de la Privatisation a présenté au Conseil, qui l'a adopté, le projet de Loi de Finances Rectificative de l'année 2008. Le Budget rectifié de l'année 2008 est marqué par la ...
Lire l'article
Paris, le 1 août 2008 Monsieur le Président, Les excellents rapports que vous entretenez avec le président du Gabon sont de notoriété publique. Or, comme vous le savez, des responsables d’organisations de la société civile gabonaise – de longue date victimes d’innombrables harcèlements et menaces sur leurs personnes et leurs droits – sont à nouveau visés par le pouvoir gabonais en raison de leur combat contre la pauvreté, la corruption, l’opacité de l’utilisation des revenus miniers et le détournement de l’argent public. Pour avoir dénoncé un scandale financier dans lequel serait impliqué le Procureur de la République du Tribunal de première instance de ...
Lire l'article
Pendant l’émission politique télévisée phare de la RTG 1, intitulée « Face à la Une », co-animée par les Directeurs généraux de Radio Télévision Gabonaise, David Ella-Mintsa et de l’Agence de presse privée en ligne GABONEWS, Jean-Christian Kombila, jeudi soir, en direct, et consacrée au bilan sans complaisance des dernières élections locales en vue du renouvellement des Conseils municipaux, départementaux et d’arrondissement du pays majoritairement confiés au PDG (1153 conseillers sur 1990) à l’échelle du pays, et dont l’organisation a été critiquée par l’opposition, y compris dans la majorité parlementaire, les universitaires conviés à ce débat, le Pr Grégoire Biyogho ...
Lire l'article
En outre, à l'occasion du voyage de M. Joyandet au Gabon, la "Cellule Françafrique" organise une action devant un bien mal acquis du dictateur gabonais. Rendez-vous à 12h30 au 4 rue de la Baume 75008, pour une saisie symbolique de l'hotel particulier de la famille Bongo, acquis en juin 2007 pour la coquette somme de 18 millions d'euros. Contact presse: 06 12 93 23 04] A peine choisi en remplacement du malheureux Jean-Marie Bockel, remercié pour avoir vexé les dictateurs d’Afrique centrale, assis sur le pétrole et la misère de leurs pays, en critiquant la façon scandaleuse dont ils gèrent les ...
Lire l'article
Diplomatie / Communiqué de presse officiel de la Présidence de la République du Bénin du 15 novembre
L’association ”Survie” critique la réception d’Ali Bongo par Nicolas Sarkozy
Ali Bongo: imposteur selon l’ONG Survie
Gabon – Association SURVIE – Coup de Force Africain
La françafrique par F. X. VERSCHAVE, président de Survie de 1995 à 2005.
Après la Marseillaise sifflée : retour sur l’affaire gabonaise (1958)
Gabon: Communiqué final du Conseil des Ministres présidé ce jeudi 18 septembre 2008 par Hadj Omar Bongo Ondimba
Survie: Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, président de la République: Les militants pour la démocratie et des droits de l’Homme au Gabon en danger
Gabon: Elections locales 2008 / Taux d’abstention élevé (plus de 70% ) : le président de la République doit « créer » d’urgence « une
Communiqué de Survie: La vieille République bananière françafricaine se porte bien

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*