Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’économie mondiale entre le feu et la glace

Auteur/Source: · Date: 9 Avr 2008
Catégorie(s): Monde

“Some say the world will end in fire, some say in ice.” C’est par une citation du poète Robert Frost que Kenneth Rogoff, professeur à Harvard, a résumé les incertitudes économiques actuelles. L’image est juste : d’un côté, l’inflation est un peu partout en hausse, à 3,5 % dans la zone euro, 4 % aux Etats-Unis et 8,7 % en Chine ; de l’autre, le Fonds monétaire international, que seule la pudeur retient de parler de récession aux Etats-Unis, abaisse une nouvelle fois ses prévisions de croissance mondiale, à 3,7 % pour 2008 contre près de 5 % en 2007. Pour les banques centrales, c’est la pire des situations : doivent-elles relever les taux pour combattre le feu, ou les abaisser pour éviter la glaciation ?
En dépit des apparences, l’interrogation ne tient pas aux derniers chiffres. La simple inertie peut expliquer que les prix continuent d’accélérer alors que la croissance ralentit. S’il faut s’étonner de quelque chose, c’est bien plutôt de la modération dont ils avaient fait preuve jusqu’à tout récemment. Depuis les débuts de la reprise mondiale, il y a six ans, le prix de l’énergie (en dollars) a été multiplié par plus de trois, celui des autres matières premières par deux. Un choc, donc, presque aussi violent qu’en 1973-1975. Mais au lieu de s’envoler, l’inflation mondiale a cette fois tout juste frémi : sa hausse n’est que d’un à deux points, à peu près exactement l’effet mécanique de la hausse des matières premières.
La question, plutôt, porte sur l’avenir. Elle est de savoir si les facteurs sous-jacents à la modération des prix sont en train de s’inverser. De la réponse dépend l’attitude à tenir : étouffer l’inflation avant qu’il ne soit trop tard, ou amortir en priorité les effets du choc financier.
Pour les matières premières, le changement est net. Pendant vingt ans, nous avons vécu en régime d’abondance et de prix bas. Insuffisance des investissements, tensions géopolitiques et demande des pays émergents nous en ont fait sortir. Pour partie, le phénomène va se corriger : la hausse des prix suscite de nouveaux investissements qui se traduiront demain par une hausse de l’offre. Mais pour partie seulement, car plus la croissance mondiale se déplace vers les pays émergents, plus elle se porte sur les matières premières. Les Américains ont beau être gourmands en énergie et gros mangeurs, une hausse de leur revenu se traduit d’abord par une demande de services. Il en va tout autrement pour les Chinois ou les Indiens, pour qui hausse du revenu signifie transport automobile et alimentation animale. Or les ressources énergétiques comme la terre arable sont limitées. Nous entrons dans une nouvelle économie de la rareté.
Face à ces tensions persistantes sur les prix des ressources, le premier facteur de modération est la capacité des banques centrales à convaincre qu’elles ne laisseront pas l’inflation déraper durablement. Il est remarquable que dans les pays où elles sont mesurées, les anticipations de hausse des prix restent stables à un bas niveau. Là est sans doute le principal acquis du modèle de la banque centrale indépendante qui s’est généralisé à travers le monde : plus la crédibilité de l’institution monétaire est forte, plus elle peut – paradoxalement – s’accommoder sans dommages de bouffées temporaires d’inflation. Nous engrangeons aujourd’hui les bénéfices des investissements institutionnels des années 1990.
Le second facteur est la mondialisation elle-même. Depuis les années 1990, l’une des raisons de la modération persistante des prix a été l’accentuation de la concurrence internationale. L’ouverture économique a fait participer des millions de travailleurs chinois, indiens ou polonais aux échanges internationaux. Comme chacun a pu l’observer dans les rayons d’une grande surface, leur irruption – pour faire image, ce que l’économiste Richard Freeman a appelé doublement de la force de travail mondiale – a exercé une forte pression à la baisse des prix des produits manufacturés. Elle a même affecté ceux des services dans les pays ouverts à l’immigration, comme la Grande-Bretagne. Cette pression, disent certains, serait en voie d’atténuation. La grève des ouvriers roumains de Dacia ou la législation sociale d’esprit européen adoptée par la Chine à la fin 2007 signaleraient la fin d’une période. Après avoir entretenu la désinflation, la mondialisation alimenterait l’inflation. Cette thèse est exagérée. Elle ignore, d’abord, que les revendications salariales sont généralement la contrepartie de gains de productivité. Elle oublie ensuite que la Chine, pour ne citer qu’elle, va pendant de longues années encore devoir créer dix millions d’emplois par an pour absorber la main-d’oeuvre en provenance des campagnes. Que des tensions apparaissent ici où là ne doit pas faire oublier que des centaines de millions de travailleurs, de mieux en mieux formés, attendent encore de pouvoir accéder au capital et à la technologie qui leur permettront de multiplier leur productivité. Les absorber est l’affaire d’une génération, pas de quelques années.
Le plus probable est donc que, dans les années à venir, les matières premières resteront chères et le travail bon marché. Ce ne sera pas le monde d’abondance d’hier, mais pas non plus l’enfer inflationniste. Si cette perspective justifie la vigilance des banques centrales, elle ne les empêche pas d’agir contre les risques récessifs.

Par Jean Pisani-Ferry: Jean Pisani-Ferry est économiste et directeur de Bruegel, centre de recherche et de débat sur les politiques économiques en Europe.


SUR LE MÊME SUJET
A l’occasion de la 33ème édition de la Journée internationale de l’alimentation célébrée ce dimanche, le Ministre de l’Agriculture, Raymond Ndong Sima, a justifié ce vendredi les raisons d’une fluctuation rapide des prix en rapport avec le thème de cette année : « Prix des denrées alimentaires : De la crise à la stabilité ». Cette rencontre a été réservée aux conférences débats. Le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural doit prononcer son discours circonstanciel ce dimanche afin de célébrer officiellement la Journée internationale de l’alimentation.Dans une brève intervention, le Ministre en charge de l’agriculture ...
Lire l'article
L'Organisation non gouvernementale (ONG) Sos Consommateurs a dénoncé, vendredi à Libreville, la décision unilatérale prise par les boulangers d'augmenter de dix francs le prix de la baguette de pain de 200 grammes. Les boulangers ont justifié la hausse du prix de la baguette de pain, de 125 à 135 francs CFA, par celle du prix de la farine de blé, argument rejeté par le gouvernement. Le ministre gabonais de l’Economie, Magloire Ngambia, a indiqué que le prix du pain est réglementé vu que la farine de blé est subventionnée à raison de 17 milliards de FCFA par l’Etat ...
Lire l'article
La Zambie et la Tunisie se neutralisent (1-1) au terme des premières 45 minutes de jeu sanctionnant la mi-temps, dans le groupe D de la Coupe d’Afrique des Nation, Angola 2010. Dans l’ensemble, chaque équipe a eu son temps de jeu. Les 20 premières minutes de jeu ont tourné à l’avantage des zambiens, récompensés dès la 20ème minute en ouvrant le score. Après cette ouverture du score, les tunisiens, mieux organisés en milieu de terrain, on pris le match à leur compte en plaçant plusieurs attaques. C’est à la 40ème minute que les zambiens subissant le match, ont encaissé le ...
Lire l'article
Les associations de protections des droits des consommateurs sont montées au créneau suite aux nouvelles perturbations du réseau de la Société d'eau et d'électricité du Gabon survenues les 14 et 15 février derniers à Libreville. Le Réseau gabonais pour la protection des consommateurs (RGPC) organiseront une marche pacifique à cet effet le 20 février prochain pour protester contre la hausse constante des prix de l'électricité ainsi que les délestages intempestifs qu'ils attribuent à un abus de monopole de la société de fourniture d’électricité. Malgré les explications fournies par la Société d'eau et d'électricité du Gabon (SEEG) sur les incidents qui ...
Lire l'article
Les produits de première nécessité enregistrent une hausse des prix spectaculaires à Tchibanga (sud-ouest) au regard du prix des tas de banane qui passe du simple au double. Depuis la semaine dernière, le prix du tas de banane qui coutait habituellement 500 francs CFA est passé à 1000 Francs. Cette hausse selon les femmes commerçantes serait consécutive à la faible production de cet aliment dans les plantations des fournisseurs d’une part, et aux ravages causés par des éléphants à leur passage d’autre part. Une situation que les consommateurs vivent inconfortablement à Tchibanga.
Lire l'article
Le directeur général de la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC), Willy Ontsia, a livré son analyse sur la crise financière internationale qualifiée par certains observateurs de «septembre noir» et qui a plongé toutes les places financières du monde entier le 17 septembre dernier. Selon lui, les économies des pays d’Afrique centrale qui dépendent en grande partie des exportations pourraient sérieusement pâtir des retombées de cette crise financière généralisée.Les voyants sont passés au rouge dans la quasi-totalité des places boursière de la planète le 17 septembre dernier, victimes de la crise financière internationale due notamment à la crise des ...
Lire l'article
Le nombre de passagers acheminés par rail au Gabon entre 2007-2008 a connu une baisse de 3,15%, estimée à 40 553 personnes en juillet 2008, contre 41871 en 2007, rapporte mardi à Libreville, une source de la direction de la Société d’exploitation du Transgabonais « SETRAG ». Selon la même source, cette légère baisse est enregistrée alors que les autres indicateurs touchant le transport de grumes, de bois débités, de clinker, de manganèse, connaît une hausse. Selon la direction de l’Economie, au cours du premier trimestre 2008, l'activité ferroviaire a progressé à cause de la hausse de la production du manganèse, appuyée ...
Lire l'article
La directrice de la Consommation à la direction générale de la Concurrence et de la consommation (DGCC), Pepercy Ogouliguende a indiqué, jeudi, que le gouvernement a réussi à canaliser la hausse des prix. Selon la directrice de la Consommation, la grande satisfaction du gouvernement gabonais vient du fait que le marché intérieur a continué à être alimenté correctement, et même mieux que par le passé avec une hausse des prix plus qui s'est stabilisée. Elle a par ailleurs indiqué que le prix de certains produits est fixé par leur service et aucun container ne peut sortir du Port d'Owendo sans l'accord ...
Lire l'article
La Banque mondiale (BM) a décidé d'octroyer une aide de 10 millions de dollars à Haïti et d'y envoyer des experts pour aider les autorités haïtiennes à répondre à la crise alimentaire, qui a généré de violentes émeutes (5 morts et 200 blessés) et coûté son poste au premier ministre, Jacques Edouard Alexis. L'aide débloquée vise à permettre au gouvernement de "réagir à la hausse des prix de l'alimentation, qui deviennent inabordables pour les familles pauvres", explique la Banque mondiale dans un le communiqué. Samedi le président haïtien René Préval a annoncé une réduction du prix du riz pour éviter ...
Lire l'article
Du 12 au 15 janvier dernier, se déroulait à Valloire en France le concours international de sculpture sur glace de Valloire. L’artiste peintre et sculpteur gabonais Guy Roger Mouanda, invité par la structure organisatrice, en est revenu doublement primé ! Deux prix à lui tout seul pourrait-on dire ! Guy Roger Mouanda, habitué des grands évènements culturels du genre au Gabon et, qui n’en est pas à son premier prix sur le plan local puisqu’il a été primé il y a quelques années par la BICIG, a sa sculpture qui trône en face de la poste Centrale de Libreville et, ...
Lire l'article
Journée mondiale de l’alimentation : Le Ministre de l’agriculture s’attaque à la fluctuation rapide des prix
Une ONG gabonaise dénonce la hausse du prix du pain
CAN 2010: Jeu égal entre la Zambie et la Tunisie au terme des 45 premières minutes (1-1)
Gabon : La société civile entre en guerre contre la SEEG
Gabon: Augmentation des prix des produits de première nécessité à Tchibanga
CEMAC : L’économie régionale sera touchée par la crise financière mondiale
Gabon: Economie/Activité ferroviaire: le taux de passagers en baisse de 3,15% entre 2007 et 2008
Gabon: Vie chère: le gouvernement réussit à canaliser l’inflation
Emeutes de la faim : la Banque mondiale tire la sonnette d’alarme
Gabon / Culture : Un gabonais doublement primé au Concours international de sculpture sur glace de Valloire en France !

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Avr 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*