Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les députés ratifient l’accord France-Gabon sur l’immigration

Auteur/Source: · Date: 10 Avr 2008
Catégorie(s): Monde

Les députés ont ratifié jeudi l’accord entre la France et le Gabon relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au co-développement.

Cet accord signé le 5 juillet 2007 est le premier du genre ratifié par l’Assemblée nationale. Trois accords similaires, toujours pas ratifiés, ont été négociés avec le Bénin, le Congo-Brazzaville et le Sénégal.

Ces accords concrétisent la “nouvelle politique” de l’immigration “choisie” voulue par Nicolas Sarkozy, et mise en oeuvre par son ministre Brice Hortefeux.

L’accord ratifié par les députés permet, sous certaines conditions, aux étudiants gabonais formés en France d’y rester pour une première expérience professionnelle. Il prévoit en contrepartie une “coopération renforcée” entre les deux pays dans la lutte contre l’immigration clandestine. La France et le Gabon s’engagent à réadmettre sur leur territoire leurs ressortissants en situation irrégulière dans l’autre pays, ainsi que ceux des pays tiers.

La gauche s’est abstenue sur un texte porteur d’une “approche utilitariste, sécuritaire et discriminatoire”, selon Jean-Pierre Brard (apparenté PCF).

Serge Blisko (PS) a estimé que cet accord n’était ratifié qu’en raison de la grande proximité entre le gouvernement français et le président gabonais Omar Bongo, pilier historique de la “Françafrique”. Selon le député socialiste, seulement “5.000 à 6.000” Gabonais vivent en France, dont “200 en situation irrégulière”. “Il s’agit pour l’essentiel d’enfants de dignitaires, les seuls qui peuvent venir en France à cause du prix du billet d’avion”, a noté M. Blisko.


SUR LE MÊME SUJET
Un nouvel accord de défense France-Gabon signé mercredi
Nicolas Sarkozy signera mercredi à Libreville un nouvel accord de défense qui, à l'inverse des traités historiques liant la France à ses anciennes colonies africaines, ne prévoit plus d'intervention automatique de Paris pour défendre des gouvernements menacés. Après le Cameroun et le Togo, le Gabon sera le troisième pays africain à réviser ainsi des accords militaires qui, pour certains, remontaient à leur indépendance en 1960. A l'inverse des précédents, le président français a décidé que chaque nouvel accord devrait être ratifié par le Parlement et que ses termes seraient rendus publics. "On sort de la logique initiale qui était celle de 1960", explique-t-on ...
Lire l'article
L'association française de lutte pour l'assainissement des relations franco-africaines, Survie, a récemment lancé un appel aux députés français afin qu'ils saisissent le gouvernement sur l'implication de la France dans le processus élecoral. Dans une correspondance aux parlementaires français, que nous publions in extenso, Survie demande notamment l'invalidation des résultats officiels, après les félicitations «précipitées» du président Sarkozy avant même la fin du contentieux électoral, et l'éclaircissement du rôle de Robert Bourgi, le «monsieur Afrique» des couloirs de l'Elysée, dans l'élection d'Ali Bongo à la tête de l'Etat gabonais. Lettre de l’association Survie «Madame, Monsieur le(a) député(e), Les élections présidentielles qui viennent de se ...
Lire l'article
L'association française de lutte pour l'assainissement des relations franco-africaines, Survie, a récemment lancé un appel aux députés français afin qu'ils saisissent le gouvernement sur l'implication de la France dans le processus élecoral. Dans une correspondance aux parlementaires français, que nous publions in extenso, Survie demande notamment l'invalidation des résultats officiels, après les félicitations «précipitées» du président Sarkozy avant même la fin du contentieux électoral, et l'éclaircissement du rôle de Robert Bourgi, le «monsieur Afrique» des couloirs de l'Elysée, dans l'élection d'Ali Bongo à la tête de l'Etat gabonais. © D.R. En haut, Le président français, Nicolas ...
Lire l'article
Huit associations d’aide aux immigrés jugent ces textes déséquilibrés, au détriment des pays africains L’Assemblée nationale française a approuvé, jeudi, des accords relatifs « à la gestion concertée des flux migratoires et au co-développement » entre la France et la Tunisie, le Congo Brazzaville, le Bénin et le Sénégal. La veille, huit associations d’aide aux immigrés avaient appelé les députés à refuser ces textes « déséquilibrés, conclus essentiellement à l’avantage de la France pour servir ses objectif de renforcement des contrôles migratoires ».Malgré l’appel lancé par huit associations d’aide aux immigrés, l’Assemblée nationale a approuvé, jeudi, quatre accords de gestion concertée ...
Lire l'article
Le porte- parole du ministère français des Affaires étrangères, Eric Chevallier, a dédramatisé, lundi, la tension diplomatique entre la France et le Gabon, estimant qu’il est dans l’intérêt mutuel des deux pays de poursuivre leur coopération. "Notre dialogue et notre coopération sont favorables à nos deux pays", a-t-il déclaré lors d’un point de presse. Le Parti démocratique gabonais (PDG, pouvoir) a demandé samedi une mise à plat des accords de coopération entre la France et le Gabon, jugeant inacceptable "la campagne orchestrée [en France] contre le Gabon et ses plus hautes autorités". "Nos relations avec le Gabon sont anciennes et couvrent un très ...
Lire l'article
La secrétaire générale adjointe du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) chargée de la Communication, Angèle Ondo a invité samedi instamment le gouvernement et le parlement gabonais à réexaminer en ‘’profondeur’’ les accords de coopération entre le France et le Gabon, ainsi que le recommande le communiqué final eyant sanctionné les travaux du bureau politique de ce parti tenus vendredi. ‘’Le communiqué du bureau politique rendu public par Mme Ondo invite instamment le gouvernement et le parlement gabonais à réexaminer en profondeur les accords de coopération entre la France et le Gabon, afin d’opérer une « rupture » d’ailleurs préconisée par ...
Lire l'article
La France et l'Union économique et monétaire ouest africaine (Uémoa) ont signé samedi à Ouagadougou un accord sur l'immigration visant une utilisation des compétences de la diaspora de l'Uémoa dans le développement de leur pays. L'accord signé par le ministre français de l'Immigration, Brice Hortefeux et le président de la Commission de l'Uémoa, Soumaïla Cissé, prévoit la "mobilisation des compétences de la diaspora des Etats membres de l'Uémoa" en France pour le développement communautaire. Il vise aussi à appuyer "les initiatives de la diaspora dans le cadre de programme d'échanges et de solidarité" dans les huit pays de l'Uémoa: Bénin, Burkina Faso, ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
En urgence, les députés ont débattu du traité migratoire franco-gabonais le 10 avril dernier. Un accord étrange qui a réveillé l’opposition, qui a flairé le cirage de pompes d’Omar Bongo et rappelle que les flux migratoires avec le Gabon sont quasi-inexistants. Le calendrier parlementaire a ses petits hasards. Le 10 avril dernier, le secrétaire d’État à la coopération, Alain Joyandet, part à Libreville faire allégeance au président gabonais Omar Bongo, grand maître de la Françafrique, à qui l’on prête volontiers l’éviction de son prédécesseur Jean-Marie Bockel. Pendant ce temps-là, Palais-Bourbon, le projet de loi sur un traité migratoire franco-gabonais est discuté ...
Lire l'article
L'Assemblée nationale française a accordé aujourd'hui son feu vert à la ratification par Paris d'un accord France-Gabon sur "la gestion concertée des flux migratoires et le codéveloppement", signé par les deux pays le 5 juillet 2007 à Libreville. L'accord prévoit notamment la suppression des visas de court séjour pour les titulaires de passeports de service et instaure des "visas de circulation" de deux ans à entrées multiples "notamment pour des motifs économiques, professionnels, médicaux ou familiaux". Il facilite le séjour en France des étudiants gabonais ainsi que celui des jeunes salariés gabonais. Selon de récents chiffres du ministère de l'Immigration, la France ...
Lire l'article
Un nouvel accord de défense France-Gabon signé mercredi
France : «Survie» appelle les députés à déjuger Sarkozy sur l’élection gabonaise
France : «Survie» appelle les députés à déjuger Sarkozy sur l’élection gabonaise
France : les accords sur les flux migratoires lus et approuvés par les députés
France-Gabon: Paris minimise la tension diplomatique
Gabon/France : Le PDG se prononce pour un réexamen en “profondeur” des accords entre le Gabon et la France
Immigration: accord entre la France et l’Uémoa sur l’utilisation des compétences
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
France-Gabon: l’accord bidon Immigration
Immigration/Gabon: feu vert des députés

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Avr 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*