Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon – France: Dans ses journaux, Bolloré caresse Bongo dans le sens de l’ego

Auteur/Source: · Date: 11 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde

Vincent BolloréSanction de Jean-Marie Bockel, biens immobiliers, Françafrique… Tous les médias français critiquent le président gabonais Omar Bongo. Tous’ Non. Vaillamment, le grand patron breton Vincent Bolloré résiste et offre à son ami et client une tribune en forme d’interview, aujourd’hui dans les colonnes de son Direct Matin, dont le Monde possède également 30%.

Dans cette interview, recueillie par on ne sait qui (les journalistes ne signent pas dans ce journal), pas de mention claire de la mésaventure de Jean-Marie Bockel, qui a perdu son portefeuille de secrétaire d’Etat à la Coopération pour avoir eu l’outrecuidance de souhaiter “l’acte de décès de la Françafrique”. Bongo s’en était ouvertement félicité.

Le papier évoque en revanche la visite du successeur de Bockel, Alain Joyandet, qui “a effectué hier sa première visite à l’étranger au Gabon”. Un honneur auquel Omar Bongo est sensible et qu’il rend bien à Paris: “La France reste le pays le plus privilégié au Gabon.” Et l’entretien “exclusif” de développer le “lien économique privilégié” entre les deux pays, et de ses à-côtés politiques. Il faut dire que le groupe Bolloré est lui-même très présent au Gabon, comme ailleurs en Afrique, dans le transport et la logistique portuaire. Le journal de Bolloré n’allait donc pas compromettre un tel lien en évoquant frontalement les sujets qui fâchent, abordés via les déclarations du Parlement gabonais:

“L’Assemblée nationale et le Sénat gabonais ont évoqué une campagne de dénigrement à votre encontre en France, ces dernières semaines. Quelle est votre position'”

Réponse de l’intéressé:

“L’Assemblée et le Sénat, bref le Parlement gabonais a réagi parce qu’ils ont trouvé que c’était excessif, tous les jours, tous les jours. Si je vous prends le résumé que l’on me fait de la presse française, vous voyez que sur 50 journaux, à peu près 30 ou 40 parlent du Gabon et de Bongo. Bongo, c’est une vedette, mais est-ce en bien ou en mal’ C’est en mal, parce que ce qu’on écrit est loin d’être la vérité. Mais les chiens aboient et la caravane passe.”

Autre cocasserie, Direct Matin propose cette biographie du président gabonais:

“1973. Se convertit à l’islam et prend le nom d’El Hadj Omar Bongo.
1990. Instaure le multipartisme.
2003. Il ajoute à son nom le patronyme de son père, et devient Omar Bongo Ondimba.”

A part Bretagne Plus (détenu en direct par Vincent Bolloré), aucun journal provincial du réseau Ville Plus, qui associe le groupe Bolloré et différents titres de la presse régionale, n’a accepté de reprendre cette interview “exclusive”.


SUR LE MÊME SUJET
Vincent Bolloré, PDG du groupe qui porte son nom, a signé, le 12 octobre au palais présidentiel de Libreville, un plan d’investissement de 70 milliards de francs CFA pour le port d’Owendo et s’est vu octroyé une convention avec le COCAN Gabon concernant la CAN Orange 2012. Arrivé au Gabon en vue de conclure un contrat de partenariat avec le Haut-commissariat à l’organisation de la Can Orange 2012, Vincent Bolloré, président directeur général du groupe éponyme, a été reçu par le président gabonais Ali Bongo, le 12 octobre. A l’issue de cette audience, il a été annoncé que le groupe ...
Lire l'article
Bolloré prêt à investir 70 milliards de FCFA pour le port d’Owendo
Vincent Bolloré, PDG du groupe éponyme, a présenté, mardi à Libreville, un plan d'investissement de 70 milliards de F CFA pour améliorer les performances du port d’Owendo situé au sud de Libreville. M. Bolloré a présenté le plan d’investissement au président Ali Bongo Ondimba, lors d’une audience que lui a accordée le chef de l’Etat gabonais. Le port d’Owendo, le plus grand du Gabon, dispose d’un quai de 445 m qui a besoin d’être rallongé de 300 m pour répondre aux normes internationales. Bolloré intervient dans les terminaux portuaires et port sec, les ports à bois, la manutention portuaire, les agences maritimes, ...
Lire l'article
Le groupe Bolloré s'intéresse à l'extension du port d'Owendo, le principal du Gabon, qui touche Libreville et est situé dans le même estuaire, a annoncé la présidence gabonaise vendredi. "Le président Afrique du groupe Bolloré, M. Antoine Horvath, est venu exposer cette semaine au président de la République (Ali Bongo) la nécessité de la remise à niveau de nos infrastructures portuaires (...) le port d'Owendo avec un quai de 455 mètres ne répond plus aux normes internationales", a affirmé le porte-parole de la présidence Guy Bertrand Mapangou lors d'un point de presse. Selon lui, il faudrait "l'étendre d'au moins 300 mètres". "Il y ...
Lire l'article
Le Collectif de résistance des Gabonais de l'extérieur (CREGE) a organisé un sit-in ce 16 octobre devant le siège de la multinationale Bolloré à Paris pour dénoncer le soutien des groupes français aux «dictatures» en Afrique subsaharienne. Depuis le début du processus électoral au Gabon, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer l'ingérence de la France dans le processus électoral qui a mené à la confirmation de l'élection d'Ali Bongo le 12 octobre dernier. e siège de la multinationale française Bolloré a été pris d'assaut par une horde de manifestants ce 16 octobre «pour dénoncer et protester contre l'ingérence des ...
Lire l'article
L’homme d’affaires français Vincent Bolloré a été inculpé le 14 octobre pour comparaître personnellement devant le Tribunal de première instance de Douala pour «favoritisme et de corruption» au sujet de la concession du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala (PAD). Une autre convocation avait été adressée en septembre à cinq cadres du groupe Bolloré, parmi lesquels le vice-président et ancien ministre français de la Coopération, Michel Roussin.L'homme d'affaires français Vincent Bolloré a reçu une convocation le 14 octobre dernier de la justice du Cameroun pour être entendu comme témoin à la suite d'une plainte contre X pour «favoritisme ...
Lire l'article
Bolloré Télécom qui détient vingt licences régionales a débuté à Paris des tests en situation réelle. C'est le camping du Bois-de-Boulogne qui bénéficie ainsi d'un accès Wimax, depuis la tour de la société située à un petit kilomètre de là. La capitale gabonaise devrait bénéficier dès le mois de septembre de l'implantation de premiers points d'accès Wimax. Bolloré Télécom effectue ses premiers tests Wimax en ce moment sur Paris. Le groupe a en effet implanté une antenne Wimax sur sa tour, visant le camping du Bois de Boulogne, à un kilomètre de là. Les résultats sont corrects selon le journal Libération, ...
Lire l'article
Sanction de Jean-Marie Bockel, biens immobiliers, Françafrique... Tous les médias français critiquent le président gabonais Omar Bongo. Tous' Non. Vaillamment, le grand patron breton Vincent Bolloré résiste et offre à son ami et client une tribune en forme d'interview, aujourd'hui dans les colonnes de son Direct Matin, dont le Monde possède également 30%. Dans cette interview, recueillie par on ne sait qui (les journalistes ne signent pas dans ce journal), pas de mention claire de la mésaventure de Jean-Marie Bockel, qui a perdu son portefeuille de secrétaire d'Etat à la Coopération pour avoir eu l'outrecuidance de souhaiter "l'acte de décès de ...
Lire l'article
Pourquoi les journaux du groupe Bolloré écrivent-ils des articles élogieux sur des chefs d’État africains en oubliant dictatures et violations des droits de l’Homme ? « Bakchich » a posé la question à des journalistes du groupe du meilleur ami industriel de Nicolas Sarkozy… Lagardère, Bouygues, Dassault, Arnaud, Bolloré : tous grands patrons français, et tous propriétaires de grands journaux français… Nos hommes d’affaires, nos bâtisseurs d’empires industriels seraient-ils pris au piège d’une nouvelle ambition : la rage d’informer ? D’enquêter ? D’éclairer le citoyen sur le monde ? Jean-Luc Lagardère, qui avait la rare qualité de ne pas intervenir sur le ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo s'est dit "très heureux" que la "petite hache de guerre" entre son pays et la France soit enterrée après plusieurs semaines de tension, lors d'un entretien à la chaîne française Canal+ diffusé dimanche. L'entretien avait été réalisé à l'occasion de la visite jeudi à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet. "Je suis très heureux que le président Nicolas Sarkozy ait dépêché son secrétaire général et son ministre de la Coopération pour venir au Gabon et puis qu'on s'explique, qu'on enterre cette petite hache de guerre ...
Lire l'article
Gabon : La CAN orange 2012 et le port d’Owendo pour Bolloré
Bolloré prêt à investir 70 milliards de FCFA pour le port d’Owendo
Gabon: Bolloré s’intéresse à l’extension du port de Libreville
Bongo Doit Partir
Gabon : Les opposants de France assiègent la tour Bolloré à Paris
Cameroun : Bolloré inculpé pour «corruption et favoritisme»
Gabon : Bolloré Télécom arrive avec son réseau Wimax
Dans ses journaux, Bolloré caresse Bongo dans le sens de l’ego
L’éloge des présidents africains dans les journaux de Bolloré
France-Gabon: Omar Bongo “heureux” que la “hache de guerre” soit enterrée

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon – France: Dans ses journaux, Bolloré caresse Bongo dans le sens de l’ego

  1. BEMBA

    11 Avr 2008 a 23:59

    Bien sûr que Bolloré fera un pont en or pour Bongo, puisqu’il gagne des milliards de dollars au Gabon. Il fait parti de ceux qui pillent le Gabon par la bénédiction de Bongo. Si le Gabon avait un président nationaliste comme Hugo Chavez, je ne sait pas si les journaux du groupe Bolloré parleraient de lui avec autant de démagogie. La réaction de Bongo est vraiment la réaction typique d’un petit sous-développé complexé, et intellectuellement limité. Il n’a pas la réaction que nous africains souhaitons, celui d’un homme debout, qui exige le respect, qui force le respect, celui que l’on ose pas trop critiquer. Bongo, est constamment méprisé par la presse française, et les français n’ont que du dégoût pour lui. Il y a un sketch d’un humoriste français qui parle d’accident d’avion et il dit: “lorsque que c’est un avion Suisse qui s’écrase, il faut des semaines avant de rigoler, mais si c’est un avion d’air Gabon, on peut rigoler tout de suite, puisque c’est Air Gabon, et on ce demande même comment l’avion a fait pour décoller”. Bongo a fait du tapage nocturne lorsque la presse français parlait de sa fortune en France, mais c’est surtout le reportage de France 2 sur sa kleptomanie qui lui a fait mal. Mais depuis, Bongo est redevenu le laquais de Paris, le larbin de service. Je vous dit que la France peu faire se qu’elle veut avec Bongo, il sera toujours le domestique de la France. Les Marabouts charlatans de Bongo lui ont dit que s’il quittait le pouvoir, il mourrait dans les mois qui suivrait son départ, alors il ne partira jamais. Bongo est né dans le fétichisme, il pratique les sacrifices humais. Il croit plus aux paroles des sorciers que celles des prophètes de Dieu. Bongo ne partira jamais puisque en 2006, il a annoncé qu’il sera candidat à sa propre succession en 2012, et souhaite “gagner”. Je ne suis pas marabout, et pourtant je sais déjà que si les gabonais ne se soulèvent pas, alors il sera “réélu” à 84.52%. S’il fait 80% cela voudra dire qu’il sera “élu” de justesse, ouf ! Bongo fera toujours le macaque devant les français, puisqu’il fait face à un dilemme grave, soit il dit merde aux français, et demain des “rebelles” sortent des bois et le renverse, et ça il ne veut pas. Ou alors il fait le singe, et accepte toutes sortes d’humiliations, mais il mourra au pouvoir. Il a choisi de faire le pitre, et il le fait bien. Le problème, c’est que Bongo c’est qu’il a fait tellement de mal aux gabonais, que s’il quitte le pouvoir, il ne pourra pas vivre tranquillement au Gabon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*