Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: le tandem Guéant-Joyandet travaille à faire oublier la Françafrique

Auteur/Source: · Date: 11 Avr 2008
Catégorie(s): Diplomatie,Françafrique,Monde

Alain JoyandetLa visite à Libreville du secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant et du secrétaire d’Etat français à la Coopération Alain Joyandet a aplani les différends avec le Gabon mais, malgré les déclarations de rupture, elle démontre que la “Françafrique” a la peau dure.

“Il y a une symbolique forte puisque le représentant du président de la République et le représentant du gouvernement que je suis viennent rendre visite au président Bongo. C’est la première visite officielle du nouveau secrétaire d’Etat”, a souligné M. Joyandet.

La “symbolique” est d’autant plus forte que M. Joyandet rend ainsi hommage au président Bongo, une des plus parfaites incarnations de la Françafrique dont son prédécesseur Jean-Marie Bockel voulait signer “l’acte de décès”.

Plusieurs sources ont d’ailleurs confié à l’AFP que M. Bongo avait oeuvré pour obtenir l’éviction de M. Bockel, muté le 18 mars aux Anciens combattants.

Et jeudi, Claude Guéant n’a cessé de couvrir d’éloges le “doyen des chefs d’Etats africains reconnu par tous ses pairs”, parlant de “ses initiatives qui concourent à la paix et au développement” ou de son “rôle (…) dans la résolution de nombreuses crises”.

De là à penser que M. Bongo, qui n’a pas apprécié la diffusion par des médias français de reportages sur son luxueux patrimoine immobilier en France, et dont le pays s’est insurgé contre la reconduite de deux Gabonais aux frontières de l’Hexagone, réclamait quelques gages de bonne volonté de Paris…

“Joyandet va faire des courbettes devant Bongo” qui est responsable du “pillage de son pays”, a dénoncé jeudi à Paris un militant de l’association “Cellule Françafrique”, lors d’une tout aussi “symbolique” pose de scellés sur un hôtel particulier présenté comme appartenant à la famille du président gabonais.

S’il a gardé le sourire, Alain Joyandet a dû avaler quelques couleuvres: il s’est infligé six heures d’avion pour attendre une bonne heure que Claude Guéant s’entretienne en privé avec M. Bongo, avant d’accéder lui-même à l’audience présidentielle, et ensuite repartir illico, non sans avoir essuyé ironies et questions embarrassantes des journalistes.

Les émissaires français n’étaient pas trop de deux pour tenter d’expliquer, après tout cela, qu’on n’était justement pas revenu à la “Françafrique”.

“Nicolas Sarkozy l’a dit à plusieurs reprises (…) Le temps du pré carré français en Afrique (…) et un certain paternalisme qui a succédé à la période coloniale sont derrière nous”, a lancé Claude Guéant avant d’ajouter: “La France ne renie rien de ses amitiés. La France souhaite poursuivre une relation privilégiée avec tous les pays d’Afrique avec lesquels elle a des liens anciens. Et singulièrement avec le Gabon.”

“L’objectif du président de la République n’est pas de créer des vagues avec qui que ce soit et encore moins avec des pays qui sont foncièrement et anciennement des amis très proches”, a expliqué M. Guéant.

M. Joyandet s’est lui tiré par une pirouette d’une question d’un journaliste lui demandant s’il avait “remercié le président Bongo pour sa promotion”: “J’ai remercié le président pour son hospitalité et son accueil particulièrement chaleureux.”

Les précautions oratoires pour éviter de dédire les uns tout en flattant les autres ont leurs limites. M. Joyandet a ainsi été contraint de se justifier: “Non, il n’y a pas une façon de dire une chose et son contraire.”

Le secrétaire général de l’Elysée a fini par trouver une figure de style plutôt réussie: “Si la Françafrique c’est une relation post-coloniale, elle est derrière nous. Si la Françafrique, c’est la recherche par les partenaires d’une amitié, solide, réelle dans le respect des peuples et des souverainetés, oui c’est une Françafrique qui a de l’avenir.” 


SUR LE MÊME SUJET
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
En 2007 déjà, certains candidats à la présidentielle avaient rivalisé de promesses sur le thème de la rupture avec la Françafrique. Les révolutions dans le monde arabe et les revendications démocratiques qui s’expriment en Afrique subsaharienne ont depuis changé la donne. Alors que les peuples africains dénoncent de plus en plus bruyamment les élections truquées et que le financement occulte de la vie politique française s’étale au grand jour, le contexte 2012 est favorable à l’irruption de la thématique « Françafrique » dans le débat de la présidentielle et des législatives. A quelques mois de l’échéance, Billets d’Afrique inaugure une ...
Lire l'article
Affaire Bourgi : les doutes de Claude Guéant
Par Charles Jaigu Selon le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a bien évoqué avec l'avocat la question du financement d'hommes politiques par des fonds africains. Interrogé lors du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», Claude Guéant a confirmé dimanche que l'avocat Robert Bourgi avait évoqué avec Nicolas Sarkozy, «en termes très généraux», la question du financement d'hommes politiques français par des fonds africains. «Je crois que Robert Bourgi a effectivement évoqué en termes très généraux des financements. Je ne pense pas qu'il soit jamais descendu dans ce luxe de détails qu'il a fournis aujourd'hui», a déclaré Claude Guéant en réaction à l'interview accordée par ...
Lire l'article
Son prédécesseur, Jean-Marie Bockel, avait pris au mot le président Sarkozy et voulu rompre avec la tradition de la Françafrique. En renouant avec la realpolitik, le nouveau ministre de la Coopération français, Alain Joyandet, sert mieux les intérêts de la France en Afrique, écrit L'Observateur Paalga, de Ouagadougou. En voulant signer "l'acte de décès de la Françafrique", l'ancien ministre de la Coopération, Jean-Marie Bockel, a été tout simplement remercié – pardon, redéployé à la Défense. "Le sacrifié" avait été amnésique sur plusieurs sujets. D'abord il a occupé la rue Monsieur avec un préjugé défavorable : son patron, Bernard Kouchner, semble-t-il, ...
Lire l'article
Le nouveau secrétaire d’Etat à la coopération, Alain Joyandet, refuse le terme "Françafrique" au motif qu’il daterait des années 60. Certes, l’épouvantail agité par Paris n’est plus le bloc soviétique, mais la Chine. A cette réserve près, le père du néocolonialisme français, Jacques Foccart, aurait pu tenir, mot pour mot, le même discours que le petit soldat africain de Sarkozy. Jugez-en plutôt. La tête de Bockel tombée pour plaire à Bongo, Sarkozy a voulu le maire de Vesoul. Et on a le maire de Vesoul - pour paraphraser le grand Jacques. Deux semaines après sa nomination, le premier fait d’arme de ...
Lire l'article
Mardi, le nouveau sous-ministre de la Coopération et de la Francophonie doit se rendre dans les Alpes-Maritimes à l’occasion du 61e festival de Cannes. « Bakchich » s’interroge. Le bon Joyandet serait-il victime de ses propres ambitions ? Le tout frais Secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie, Alain Joyandet, n’est pas là que pour prêter allégeance aux pontes de la Françafrique. Installé là en remplacement de Jean-Marie Bockel – jugé un peu trop offensif contre les grands démocrates et fin gestionnaires des ressources de leurs pays que sont le président Bongo du Gabon ou Sassou du Congo ...
Lire l'article
Un reportage E-D-I-F-I-A-N-T sur la Françafrique diffusé sur Canal + le 13/04/2008. Autrefois, la Françafrique se cachait. A présent, tout se fait au grand jour sans que personne ne semble trouver à y redire. Reportage sur la visite à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet le 10 avril dernier. Voir article AFP.
Lire l'article
L'Economie française dépend de ses possessions dans les ex-colonies. Mettre fin aux relations françafricaine c'est plonger la France dans la recession économique. De Air France à Areva , en passant par Total, Bolloré... l'économie française est pour plus de la moitié dépendante de l'Afrique francophone. Le gabon en est un exemple frappant où les hommes politiques français au pouvoir sont obligés d'aller pour faire allégeance et permettre une continuation du pillage des matiers premieres gabonaise (Petrole, bois...). Toute autorité française remettant en cause ce rapport inégalitaire entre la France et le gabon, est tout bonnement ecarté. Jean-Marie Bockel vient d'en ...
Lire l'article
"L’un des premiers freins au développement, c’est la mauvaise gouvernance, le gaspillage des fonds publics, l’incurie de structures administratives défaillantes, la prédation de certains dirigeants, la Françafrique est moribonde. Je veux signer son acte de décès". Paroles martelées le 15 janvier 2008 par Jean-Marie Bockel, alors secrétaire d’Etat à la Coopération de France. Et ce n’était pas tout : plusieurs semaines après, 2 étudiants gabonais étaient expulsés, et, surtout, France 2, l’une des chaînes publiques, diffusait une élément sur les biens immobiliers d’Omar Bongo Ondimba, un documentaire repris du reste par TV5. De même, Denis Sassou N’Guesso ne sera pas épargné, ...
Lire l'article
Gabon: visite de Guéant et Joyandet pour aplanir les différends
Le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et le secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet, dont c'était le premier déplacement à l'étranger, ont effectué jeudi une visite express à Libreville pour aplanir les différends après une crise diplomatique. "Quelques nuages ont traversé le ciel de nos relations. Ils sont derrière nous. C'est ce que nous pouvons dire aujourd'hui après un temps passé avec le président de la République du Gabon (Omar Bongo Ondimba). Les relations sont au beau fixe", a affirmé M. Joyandet. Le nouveau secrétaire d'Etat a remplacé le 18 mars Jean-Marie Bockel qui voulait signer "l'acte de décès ...
Lire l'article
Joyandet se rend au Gabon, pour sa première visite en Afrique
Pour sa première visite en Afrique, le secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet ira jeudi au Gabon, dont les autorités avaient salué l'éviction de son prédécesseur, Jean-Marie Bockel, qui avait promis la fin de la "Françafrique". Accompagné du secrétaire général de la présidence Claude Guéant, M. Joyandet s'entretiendra avec le président Omar Bongo Ondimba durant cette visite de quelques heures, ont annoncé mercredi ses services. "Je vais aller faire mon premier déplacement africain au Gabon pour rendre visite au président, parce que je veux renouer les fils partout, je veux que l'ambiance constructive soit là", a déclaré M. Joyandet à ...
Lire l'article
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
Affaire Bourgi : les doutes de Claude Guéant
FRANCE • Alain Joyandet sait s’y prendre avec les dictateurs africains
Foccart est mort, vive Joyandet: Néocolonialisme décomplexé à la française
SARKO & Cie : Les grandes fautes de Joyandet
Françafrique: La non rupture: La Françafrique a de beaux jours devant elle
Claude Guéant et Alain Joyandet à Libreville pour que le système de pillage puisse continuer sans heurts
Françafrique: Joyandet est allé faire allégeance à Bongo
Gabon: visite de Guéant et Joyandet pour aplanir les différends
Joyandet se rend au Gabon, pour sa première visite en Afrique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Avr 2008
Catégorie(s): Diplomatie,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*