Socialisez

FacebookTwitterRSS

France-Gabon: Omar Bongo “heureux” que la “hache de guerre” soit enterrée

Auteur/Source: · Date: 15 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde

Le président gabonais Omar Bongo s’est dit “très heureux” que la “petite hache de guerre” entre son pays et la France soit enterrée après plusieurs semaines de tension, lors d’un entretien à la chaîne française Canal+ diffusé dimanche.

L’entretien avait été réalisé à l’occasion de la visite jeudi à Libreville du secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant et du secrétaire d’Etat français à la Coopération Alain Joyandet.

“Je suis très heureux que le président Nicolas Sarkozy ait dépêché son secrétaire général et son ministre de la Coopération pour venir au Gabon et puis qu’on s’explique, qu’on enterre cette petite hache de guerre que j’estime déjà dépassée”, a déclaré le président gabonais.

La visite de MM. Guéant et Joyandet était destinée à aplanir les différends nés entre la France et le Gabon ces dernières semaines.

Les relations s’étaient notamment tendues après la reconduite aux frontières françaises en février de deux étudiants gabonais et d’un reportage télévisé sur le luxueux patrimoine immobilier en France du président gabonais.

Le Gabon avait également jugé “inacceptable” le discours, en janvier, de l’ancien secrétaire d’Etat français à la Coopération Jean-Marie Bockel promettant la fin de la “Françafrique”.

Libreville s’était ensuite réjoui ouvertement du départ de M. Bockel, nommé secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants à l’occasion d’un remaniement ministériel le 18 mars. Des sources française et gabonaise avaient indiqué à l’AFP que Libreville avait oeuvré à ce départ de M. Bockel de la Coopération.

“Il y a des secrets d’Etat, il y a des choses entre les chefs d’Etat qui ne doivent être dites qu’entre chefs d’Etat”, a encore déclaré M. Bongo.

“On a voulu signer, il paraît, l’acte de décès de la Françafrique, mais c’est un risque qu’il a provoqué, celui-là”, a ajouté le chef d’Etat gabonais à propos de M. Bockel.  


SUR LE MÊME SUJET
Malgré le décès du président gabonais, il est peu probable que les rapports entre la France et l’Afrique changent. Les intérêts bien compris des uns et des autres favorisent le statu quo. Au lendemain du décès du président gabonais Omar Bongo qui a connu tous les présidents de la Ve République : Le général de Gaulle, Georges Pompidou, Valery Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, après plus de 41 ans au pouvoir, un débat agite la classe politique française : le financement des campagnes électorales françaises par Omar Bongo. C’est le président Giscard d’Estaing qui a dégainé en premier ...
Lire l'article
Le président français avait salué un ami fidèle de la France et une haute figure de l'Afrique après la mort lundi d'Omar Bongo et exprimé beaucoup de "tristesse et d'émotion". "La France, fidèle à sa longue relation d'amitié, demeure, dans cette épreuve, aux cotés du Gabon, de ses institutions et de son peuple", écrivait-il. La mort d'Omar Bongo, survenue à Barcelone à l'âge de 73 ans après 41 ans au pouvoir, a relancé en France le débat sur la "Françafrique", les relations des hommes politiques français avec les dirigeants des pays d'Afrique de l'Ouest, notamment les accusations de financement occulte. L'ex-président Valéry Giscard ...
Lire l'article
Les Forces françaises au Gabon, ont rendu ce vendredi à Libreville au Camp de Gaulle et à Port-Gentil un hommage aux soldats morts pour la France durant la Seconde guerre mondiale, à l’occasion du 64ème anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie, le 8 mai 1945, en présence de l’Ambassadeur, Haut représentant de la France au Gabon, Jean Didier Roisin, a constaté un reporter de GABONEWS. Les cérémonies de commémoration de cette date historique ont débuté avec le dépôt de gerbes au monument du Capitaine N’Tchoréré qui a servi dans l'Armée française lors des deux guerres mondiales. Il est mort exécuté ...
Lire l'article
Le Gabon, "partenaire privilégié (de la France) depuis 1967", selon les mots de Nicolas Sarkozy, s'interroge sur ses liens avec Paris. Une pluie de déclarations officielles a dénoncé, ces derniers jours, une "virulente campagne de dénigrement systématique" contre le président Omar Bongo Ondimba, au pouvoir depuis 1967. Le soupçon d'une complicité de l'exécutif français affleure, menaçant d'ébranler une relation emblématique de la "Françafrique". Présidé par M. Bongo, le conseil des ministres du jeudi 5 mars a mis en cause "énergiquement l'abjecte campagne de calomnies et d'insultes orchestrée par les médias français (...) contre la personne" du président gabonais. Un ton au-dessus, ...
Lire l'article
Gabon: Omar Bongo ou ce roi nègre qui dirige la France ?
Doit-on admettre en France le grand pouvoir insoupçonné des chefs d'Etats africains ? L'Elysée n'aurait-il pas les mains libres face à ces encombrants « amis » africains de la France ? En tout cas une chose est sûre, on ne soupçonne pas souvent l'immense pouvoir dont disposent certains chefs d'Etats africains. Eh oui, la Françafrique a ses revers, et ceux-ci peuvent être aussi dangereux pour la France que ne le sont ses réseaux mafieux pour l'Afrique. La Françafrique ne serait-elle pas tout simplement contre-productive pour la France et l'Afrique ? En France, le gabonais Omar Bongo, ce roi nègre, a ...
Lire l'article
Gabon – France: Silence d’Etat pour Omar Bongo
«Une nouvelle plainte est à l'étude» explique Olivier Thimonier (association Survie), après le classement sans suite de l’enquête sur les biens des présidents africains à Paris. Un hôtel particulier du dirigeant gabonais, Omar Bongo, (2 000 m2 estimés à 19 millions d’euros) a été symboliquement placé sous scellés le 10 avril. Les ONG expliquent leur action. Olivier Thimonier (association Survie). «Même si elle avance l’argument de "l’infraction insuffisamment caractérisée", la décision du Parquet de Paris de classer sans suite l’enquête préliminaire sur les biens des chefs d’Etat africains en France est clairement politique. Tous les éléments de la plainte ont été ...
Lire l'article
Gabon : Bongo enterre la petite hache de guerre avec la France
Le président gabonais a choisi le prétexte de la visite officielle au Gabon des deux émissaires du président Sarkozy, le Secrétaire Général de l’Elysée, Claude Guéant et le Secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, pour réagir sur la crispation des relations franco-gabonaises du mois de mars. Il a tenu à sensibiliser la presse et les autorités françaises sur la bonne gestion des relations de coopération post-coloniale, qui unissent les deux pays, au cours d’un entretien qu’il a accordé à la presse nationale et internationale ce dimanche 13 avril 2008, en présence de ses hôtes, des plus hautes autorités ...
Lire l'article
Lapsus au secreétariat à la Coopération jeudi: «On a eu quelques soucis avec le Bongo... Heu, pardon, le Gabon, il fallait rattraper cela». Paris est prêt à tout pour recoller les morceaux avec Omar Bongo, à la têe du Gabon depuis quarante et un ans. Au point, semble-t-il, d’incarner son pays pour les representants de notre Etat. Hier, Alain Joyandet, qui vient de remplacer Jean-Marie Bockel comme secretaire d’Etat à la Coopeération, s’est rendu, avec Claude Gueant, au Gabon. Pour une premiere visite en Afrique, le geste est symbolique. Surtout apres que Libreville eut salue le transfert de Bockel, le 18 ...
Lire l'article
Gabon – France : Paris cherche à dégripper les relations franco-gabonaises
Pour son premier déplacement en Afrique, le nouveau secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, est en visite le 10 avril au Gabon, accompagné du secrétaire général de la présidence, Claude Guéant, pour se présenter et s’entretenir avec le président Bongo Ondimba et tenter de raffermir l’axe Paris-Libreville mis à mal par de récentes tensions diplomatiques entre les deux pays. Après l’éviction le 18 mars dernier de l’ancien secrétaire d’Etat français à la Coopération, Jean Marie Bockel, sur fond de tensions dans les relations franco gabonaises, son successeur, Alain Joyandet, effectue ce 10 avril son premier déplacement ...
Lire l'article
Bongo Doit Partir
Le président Omar Bongo finançait-il les campagnes électorales en France ?
Gabon – France: Sarkozy assistera aux obsèques de Bongo mardi à Libreville
Les forces françaises au Gabon rendent hommage aux soldats morts pour la France lors de la Seconde guerre mondiale
Omar Bongo dénonce une “campagne de calomnies” contre le Gabon
Gabon: Omar Bongo ou ce roi nègre qui dirige la France ?
Gabon – France: Silence d’Etat pour Omar Bongo
Gabon : Bongo enterre la petite hache de guerre avec la France
Gabon – France: Paris recolle les morceaux avec Bongo
Gabon – France : Paris cherche à dégripper les relations franco-gabonaises


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à France-Gabon: Omar Bongo “heureux” que la “hache de guerre” soit enterrée

  1. BEMBA

    23 Juil 2008 a 21:56

    Bongo est épouvanté à l’idée que la France le lâche. Bongo sait parfaitement qu’il sera éjecté de “son” palais moins de six mois après son lâchage, alors il flatte Sarkozy à outrance et parle de la petite hache de guerre. L’expression “petite hache de guerre” signifie qu’il n’était pas réellement fâcher, ceci afin de ne pas mettre Sarkozy à dos.
    Si la France lâche Bongo, c’est qu’un coup d’état est déjà préméditer. Les candidats à la succession de Bongo ne manquent pas, et les “généraux” de pacotilles gabonais feront le cas échéant des courbettes à l’Elysée pour être l’heureux élu de Paris. Quelle honte.
    L’Afrique noire n’a pas évoluer d’un iota depuis 1885, date de son partage par les européens, et la France continue de faire la pluie et le beau temps dans la partie francophone du continent noir. le drame de l’Afrique c’est l’absence de culture nationale, l’absence d’une culture africaine, c’est le tribalisme, c’est la haine entre les ethnies. Ainsi les africains restent les hommes les plus vulnérable, et le plus manipulable de la terre, donc les damnés de la terre.
    Depuis 1960, combien de pays africains hors mis la Guinée du temps de Sékou Touré, ont eu le courage de rompre les relations diplomatiques avec la France ? Pourtant ce n’est pas les mortifications venant de France qui ont manquées. Les africains sans papiers en France sont ceux que l’on expulsent avec le plus de bassesses de France. les dirigeants africains avalent à longueur de journée non pas des couleuvres, mais des Anacondas sans dire un mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*