Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Bongo enterre la petite hache de guerre avec la France

Auteur/Source: · Date: 15 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde,Nation

Sarkozy et BongoLe président gabonais a choisi le prétexte de la visite officielle au Gabon des deux émissaires du président Sarkozy, le Secrétaire Général de l’Elysée, Claude Guéant et le Secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, pour réagir sur la crispation des relations franco-gabonaises du mois de mars. Il a tenu à sensibiliser la presse et les autorités françaises sur la bonne gestion des relations de coopération post-coloniale, qui unissent les deux pays, au cours d’un entretien qu’il a accordé à la presse nationale et internationale ce dimanche 13 avril 2008, en présence de ses hôtes, des plus hautes autorités de l’Etat gabonais, et des membres de son gouvernement.

Pour le président gabonais, “si on veut parler de la France et de ses anciennes colonies, il faut remonter à 1960, lors des indépendances. Mais bien avant, on était des colonies françaises, et quand on est devenu indépendant, il y a des accords qui ont été signés. On ne peut pas fouler ces accords du pied, ni les critiquer parce qu’il y a un nouveau Monsieur l’Afrique à la rue Monsieur. Mais, il a osé…nous attendons”.

” Si vous voulez signer un acte de décès…il y a des occasions pour le signer, Sarkozy passera, Bongo passera, lui passera, la France restera, le Gabon restera, nous avons déjà assisté à ce genre de numéro, je crois qu’il se trompe d’époque et de personnes”, a poursuivi le président de la République du Gabon, en présence des autorités françaises, à la tête desquelles se trouvait le Secrétaire Général de l’Elysée et le Haut représentant de France au Gabon, Jean Marc Simon.

Passant en revue des propos malveillants qui ont été proférés par des Français (autorités et presse) concernant sa personne et sa gestion du pays, le président de Bongo s’est voulu sobre, mais sans ambages sur ces attitudes qu’il a jugées ridicules et rétrogrades.

“Quand Mitterrand est arrivé à la tête de la France, d’aucuns ont pensé qu’il y allait avoir des bouleversements, des changements, avec un président socialiste de gauche, mais au contraire, il était venu en visite d’Etat au Gabon, je suis allé en visite, non pas visite tout court, mais visite d’Etat. Je suis allé à Paris, il est venu au Gabon, et Mitterrand c’était Mitterrand. Et on a essayé de faire la même chose avec Sarkozy, lui demandant pourquoi il tenait à aller au Gabon, qu’il y a un monstre, un corrompu, un dictateur qui dirige le Gabon sans partage…je ne sais pas ce que vous Français entendez par “sans partage”.

“Au Gabon il y a toutes les institutions, l’Assemblée nationale, le Sénat, la Cour Constitutionnelle, un président de la République, un Vice-président de la République, un premier ministre chef du gouvernement. Si vous prenez la Constitution gabonaise, vous ne verrez pas qu’il y a un seul homme, président fut-il, élu par ses compatriotes, qui a le monopole du pouvoir. Je ne peux pas répondre à un ministre. Ici, pour répondre à ces propos, c’est le Conseil des ministres qui s’est prononcé. La presse est libre non seulement en France, mais aussi au Gabon, et elle va être plus que libre au Gabon, mais nous Africains, nous avons un certain sens de l’honneur, de l’amour propre, on ne s’attaque pas aux gens pour dire des choses, quand on est petit, on agit comme tel, et quand on est grand, on agit en grand”, a argumenté Bongo Ondimba.

Condamnant fermement l’attitude irresponsable du « Monsieur Afrique » sortant, le président gabonais a tenu à rappeler la ligne de conduite des personnalités publiques, fussent-elles de nationalité française, gabonaise ou appartenant à un autre Etat: un sens de la retenue, de la maîtrise des rouages de la diplomatie et même de la gestion des informations interétatiques dans l’exercice de leurs fonctions, qui plus est, quand on est appelé à occuper un poste de ministre.

Une occasion propice pour le président gabonais de se prononcer sur l’état des relations de coopération entre la France et le Gabon face aux émissaires de son homologue français, venus en quête d’une normalisation des relations entre les deux pays, après les expulsions des étudiants gabonais de la France.

« Quand on est membre d’un gouvernement, des propos à l’emporte-pièce ne doivent pas être de mise, quand un ministre veut parler, surtout d’un autre pays, il faut qu’il tourne sept fois sa langue, peut-être la septième fois, il s’apercevra que ce qu’il allait dire c’est un leurre,… ce n’est pas Bongo. Les relations entre la France et le Gabon sont privilégiées, mais de grâce n’allez pas croire que parce que nous faisons désormais une politique dans le sens de la diversification de notre économie, que l’ouverture à d’autres partenaires viendrait bouleverser les choses entre la France et le Gabon », a précisé Bongo Ondimba.

Tout en minimisant cet incident, ce dernier pense néanmoins que la succession des événements qui l’ont provoqué, de l’expulsion des étudiants gabonais de France, aux propos vexatoires à son endroit, tout porte à croire qu’il s’agissait bien d’un complot. Cependant, a-t-il poursuivi, l’heure est venue pour dissiper ces égarements et il est plus que jamais temps pour les uns et les autres de prendre leurs responsabilités, et de bien examiner le contexte du changement des relations entre la France et l’Afrique.


SUR LE MÊME SUJET
Le Gabon enterre le Maroc
Au terme d'une fin de match époustouflante, le Gabon a battu le Maroc, vendredi à Libreville (3-2). Ce succès valide le billet des hommes de Gernot Rohr pour les quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations tout en éliminant les protégés d'Eric Gerets. La Tunisie, victorieuse un peu plus tôt à l'arraché du Niger (2-1), sera également au rendez-vous du tour suivant. C'est un véritable couac. Après deux journées, le Maroc prend la porte d'une CAN dont il visait le sommet. A quelques jours du début de la compétition, alors qu'il se trouvait en stage à Marbella, Éric Gerets ...
Lire l'article
Alain RUELLO Trois mois après son déclenchement, la guerre en Libye a coûté 87 millions d'euros à la France, a indiqué hier le ministre de la Défense : 60 millions pour les munitions, 25 millions pour les primes des soldats, et le solde en frais divers de logistique. Les missiles représentent en particulier un coût élevé, notamment les Scalp à environ 500.000 euros pièce, dont 11 exemplaires ont été tirés dans les premières semaines de la guerre. Ces 87 millions d'euros représentent le double de la somme constatée après un gros mois d'intervention. A ce rythme, la facture de l'opération Harmattan ...
Lire l'article
La Cour d’appel de Paris a annulé une décision d’enquêter sur le patrimoine détenu en France par trois chefs d’Etat africains; une demande déposée en 2008 par Transparence international France, organisation non gouvernementale, spécialisée dans la lutte contre la corruption, rapporte ce mercredi le site Radio France International (RFI). La chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris s’est opposée ce jeudi à l’ouverture d’une enquête judiciaire sur les conditions d’acquisition en France du patrimoine de trois chefs d’Etat africains et de leurs proches. A l’origine de la plainte, Transparence international France, une organisation spécialisée dans la lutte contre la ...
Lire l'article
Suite au branle-bas né dans la classe politique gabonaise après la récente rencontre, à Paris (France), du président de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition), parti de l’Alliance pour le changement et la Restauration (ACR, opposition) et le président de la République Ali Bongo Ondimba, chef de file du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), l’ACR est monté au créneau ce jeudi pour « faire sa mise au point » et taire la guerre des communiqués qui en a découlé, a constaté GABONEWS. GABONEWS livre, in extenso, le communiqué rendu public ce jeudi, en après-midi, à Libreville, par le Secrétaire ...
Lire l'article
Les "relations exclusives" entre le Gabon et la France font partie du passé, a affirmé le président gabonais Ali Bongo Ondimba mercredi quelques jours après la signature de gros contrats avec des entreprises indiennes et singapouriennes. "La France a des partenaires, les Etats africains ont aussi des partenaires, ce ne sont pas des relations exclusives. Cela, ça n'existe plus", a-t-il déclaré lors de sa première conférence de presse depuis qu'il a remporté l'élection présidentielle en octobre 2009, à l'issue des festivités du cinquantenaire de l'indépendance, célébrées mardi. "Quand nous disons que le Gabon est ouvert au business, c'est vrai sans exclusive", a-t-il ...
Lire l'article
Les Forces françaises au Gabon, ont rendu ce vendredi à Libreville au Camp de Gaulle et à Port-Gentil un hommage aux soldats morts pour la France durant la Seconde guerre mondiale, à l’occasion du 64ème anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie, le 8 mai 1945, en présence de l’Ambassadeur, Haut représentant de la France au Gabon, Jean Didier Roisin, a constaté un reporter de GABONEWS. Les cérémonies de commémoration de cette date historique ont débuté avec le dépôt de gerbes au monument du Capitaine N’Tchoréré qui a servi dans l'Armée française lors des deux guerres mondiales. Il est mort exécuté ...
Lire l'article
Interrogé en 2007, lors de son premier voyage au Gabon (photo), sur une enquête préliminaire ouverte en France concernant les biens immobiliers d'Omar Bongo, Nicolas Sarkozy avait déclaré : « Je ne vois pas au nom de quoi cette enquête préliminaire devrait avoir de l'impact sur les relations entre la France et le Gabon ». Le parti au pouvoir au Gabon a appelé à réexaminer en profondeur les accords de coopération avec la France. A Libreville, on invoque une vaste campagne de déstabilisation orchestrée à Paris contre le Gabon et ses plus hautes autorités. Sont en cause la justice et les ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo s'est dit "très heureux" que la "petite hache de guerre" entre son pays et la France soit enterrée après plusieurs semaines de tension, lors d'un entretien à la chaîne française Canal+ diffusé dimanche. L'entretien avait été réalisé à l'occasion de la visite jeudi à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet. "Je suis très heureux que le président Nicolas Sarkozy ait dépêché son secrétaire général et son ministre de la Coopération pour venir au Gabon et puis qu'on s'explique, qu'on enterre cette petite hache de guerre ...
Lire l'article
Lapsus au secreétariat à la Coopération jeudi: «On a eu quelques soucis avec le Bongo... Heu, pardon, le Gabon, il fallait rattraper cela». Paris est prêt à tout pour recoller les morceaux avec Omar Bongo, à la têe du Gabon depuis quarante et un ans. Au point, semble-t-il, d’incarner son pays pour les representants de notre Etat. Hier, Alain Joyandet, qui vient de remplacer Jean-Marie Bockel comme secretaire d’Etat à la Coopeération, s’est rendu, avec Claude Gueant, au Gabon. Pour une premiere visite en Afrique, le geste est symbolique. Surtout apres que Libreville eut salue le transfert de Bockel, le 18 ...
Lire l'article
Le Gabon enterre le Maroc
La guerre en Libye a déjà coûté 90 millions d’euros à la France
Politique / Biens mal acquis: la Cour d’appel de Paris enterre l’enquête (RFI, intégral)
Politique – Opposition / Après la guerre des communiqués, l’ACR fait sa mise au point et « déclare clos l’incident avec la CPPA»
Gabon: les “relations exclusives” avec la France, du passé pour Ali Bongo
Bongo Doit Partir
Les forces françaises au Gabon rendent hommage aux soldats morts pour la France lors de la Seconde guerre mondiale
Gabon: Le gouvernement gabonais souhaite le réexamen des accords avec la France
France-Gabon: Omar Bongo “heureux” que la “hache de guerre” soit enterrée
Gabon – France: Paris recolle les morceaux avec Bongo

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde,Nation
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : Bongo enterre la petite hache de guerre avec la France

  1. BEMBA

    15 Avr 2008 a 14:31

    Bongo est irrémédiablement un imbécile, il est irrécupérable, Bongo est de la vielle école, l’école de la françafrique, l’école du néocolonialisme. Il n’y aura jamais de progrès, de développement, d’évolution vers la modernité au Gabon. Bongo est trop naïf pour comprendre la politique internationale. Le niveau de Bongo est primaire, comment voulez-vous qu’il analyse avec brio une thèse universitaire, puisqu’il n’a pas le niveau requise. Il ne pense que la France, ne rêve que de la France et vie que pour faire plaisir aux français. Lorsque l’on compte le nombre de mépris que Bongo a reçu de la part de “ses amis” français, alors que Bongo est toujours à ramper devant les français, on finit par ce demander si Georges CUVIER n’avait pas “raison” lorsqu’il disait avec mépris à propos du nègre: “Les nègres restaient enchaînés à l’esclavage et aux plaisirs des sens. […] La forme de leur crâne les rapprochaient, plus que nous, quelque peu des animaux”. Bongo fait tout pour lui donner raison. Ses grimaces caméléonesques contre la France lors de la diffusion sur France 2 étaient que la manifestation d’un cocu humilier. Il a suffit de deux émissaires de Paris pour que Bongo rentre dans les rangs, et recommence ses singeries pour faire plaisir aux français. BONGO est la honte de l’homme noir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*