Socialisez

FacebookTwitterRSS

Vie chère au Gabon : « les Gabonais doivent se connecter à la nature »: Entre colère, résignation et improvisation, la population témoigne

Auteur/Source: · Date: 24 Avr 2008
Catégorie(s): Economie

La hausse des prix est aujourd’hui une question qui préoccupe le monde entier. De plus en plus, les tensions augmentent dans les pays pauvres du globe, dont ceux d’Afrique, où plusieurs émeutes ont éclaté ces derniers mois. Afrik.com publie cette semaine une série d’articles dans lesquels les Africains témoignent des difficultés du quotidien et de leurs attentes. Quatrième étape : le Gabon où, hier, des manifestations ont eu lieu pour protester contre la vie chère.

Depuis plusieurs mois, les prix des produits de première nécessité ont grimpé au Gabon. Du lait à l’huile, en passant par la sardine, le sucre ou la tomate, tout a été revalorisé sur le marché alors que le pouvoir d’achat du citoyen est resté sans changement. Les ménages survivent et toutes les solutions sont inventées pour vaincre la galère.

« Ce n’est pas normal et on ne comprend pas pourquoi les pouvoirs publics sont restés muets devant cette inflation généralisée qui risque un jour de compromettre la paix sociale dans notre pays » nous a lancé une jeune ménagère, la quarantaine révolue. « Il ya quelques mois on achetait un litre d’huile à 800 francs, aujourd’hui il coûte 1300 francs. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres et, c’est pénible pour nous qui sommes sans revenus » a-t-elle poursuivi.

Les consommateurs sont les seuls à payer les frais de cette inflation galopante. Les commerçants continuent à faire allègrement leurs affaires en essayant d’adapter les prix à la nouvelle conjoncture. « On a réajusté nos prix par rapport aux prix des fournisseurs en essayant de conserver notre marge bénéficiaire. Ces sont les consommateurs qui subissent la situation » explique Ayat, un commerçant du marché de Nkembo.

Un recul de la qualité des produits accessibles aux consommateurs

Le phénomène de la vie chère n’entraîne pas sensiblement le recul de la clientèle qui continue à acheter, quoique la quantité prime aujourd’hui sur la qualité des produits acquis. « Nous avons toujours nos clients et nos recettes sont restées invariables même si actuellement, les gens ont une forte propension à privilégier la quantité à la qualité » révèle Ayat. « Nous achetons les produits bon marché et à la maison nous évitons le gaspillage. Nous n’avons pas de choix en ce moment où l’Etat semble se désintéresser du problème », déclare pour sa part une étudiante de vingt ans à l’Université Omar Bongo.

Pour Evelyne Moussavou, face à la vie chère, il faut opposer le retour à la nature et aux produits du terroir. « J’ai remplacé le lait et la farine par la pâte d’arachide et la patate écrasée. C’est ce que je donne à mes enfants et nous évitons le plus possible les produits manufacturés. Cela nous permet d’épargner un peu. Je pense que les Gabonais doivent se connecter à la nature pour sortir de la dépendance alimentaire. Les pays Occidentaux ont programmé leur développement en nous assujettissant et en conditionnant nos habitudes alimentaires. » « Le problème de l’inflation et de la crise alimentaire actuelle doit susciter une remise en question de nos stratégies de développement surtout en matière alimentaire. En copiant naïvement les habitudes alimentaires des pays développés nous ne manquerons de rencontrer des difficultés » a-t-elle conclu.

A la recherche de solutions alternatives

Pour André Mbourou, agent de sécurité, « il serait souhaitable que l’Etat revoit à la hausse les salaires des fonctionnaires pour nous permettre de joindre les deux bouts. C’est vraiment difficile en ce moment quand on a une famille nombreuse. Avec mon maigre salaire, j’arrive à peine à nourrir mes enfants et ma femme »

Selon Jacques Roland, membre de l’association végétariene gabonaise, il est temps que l’Afrique arrête d’exporter certains produits alimentaires, notamment les céréales qui servent à nourrir le bétail de boucherie dans les pays Occidentaux. « Il est anormal d’arracher la nourriture dans l’assiette des pauvres en Afrique pour satisfaire les industries de la viande dans les pays développés. Le Gabon doit chercher à développer l’agriculture et à domestiquer la technologie. Ce n’est qu’à travers ces axes que le coût de la vie peut baisser » a-t-il proposé.

Le gouvernement gabonais a tenté de résoudre ce problème, il y a trois mois, en demandant aux industriels de reconsidérer les prix des produits de première nécessité. Les contrôleurs de prix ont été mis alors sur le terrain pour décourager les commerçants véreux. Mais, aucune autre mesure d’accompagnement n’a été prise pour soulager le panier de la ménagère.

Au Sénégal, au Cameroun et en Côte d’Ivoire, le peuple est descendu à la rue pour exiger de leurs gouvernements des solutions. Ces émeutes de la faim et de la vie chère ont été étouffées et réprimées, conduisant à des arrestations et parfois même à des fusillades. « Nous croyons que le gouvernement gabonais saura anticiper et n’attendra pas que le peuple descende à la rue » estime Justin Ibinga, Comptable retraité.

par Pierre Eric Mbog Batassi
Notre correspondant à Libreville 


SUR LE MÊME SUJET
Le gouvernement gabonais a annoncé, dans un communiqué rendu public jeudi à Libreville à l’issue du conseil des ministres, réuni par le président par Ali Bongo Ondimba, qu'il allait s’approprier tout bois abandonné dans la nature. ’’A l’issue du délai de six mois prévu à l’article 134 du Code Forestier, le bois abandonné devient propriété de l’Etat", souligne le communiqué, ajoutant qu’un tronc d’arbre abattu, ébranché, étêté, tronçonné ou scié issu d’une exploitation forestière, et les bois délaissés dans les parcs à bois et chantiers fonctionnels sont considéres comme du bois abandonné. Cette mesure a pour but de préserver ...
Lire l'article
Après la réduction du prix du gaz butane à 5450 francs CFA, le gouvernement continue son bonhomme de chemin contre la cherté de la vie au Gabon. Le 6 janvier il annoncé la réduction du taux de TVA sur certains produits. Le ministre de l’Economie, Magloire Ngambia, a annoncé le 6 janvier à travers un communiqué lu à la télévision nationale, la baisse de la TVA sur plusieurs produits de première nécessité. «En application du protocole d’accord signé le 27 août 2010 entre le gouvernement de la République gabonaise et les centrales syndicales des travailleurs, il est porté à la ...
Lire l'article
Des organisations de la société civile gabonaise ont affirmé jeudi que les biens détenus par le défunt président Omar Bongo à l'étranger devaient désormais revenir "à l'Etat gabonais". "M. Bongo a laissé des héritiers. Ces héritiers souhaitent jouir de tous les biens qu'il a laissés" à l'étranger, a déclaré le porte-parole des Acteurs libres de la société civile, Marc Ona Essangui, au cours d'une conférence de presse à Libreville. "Il faut se battre (...) pour que ces biens reviennent à l'Etat gabonais et que les Occidentaux n'en profitent pas", a-t-il ajouté. "Il faut restituer" ces biens, a-t-il insisté. Cette coalition d'organisations non gouvernementales ...
Lire l'article
Réunies en assemblée générale, les organisations non gouvernementales de la coalition contre la vie chère a entériné la création d’une coopérative des consommateurs pour la promotion de l’agriculture à Libreville et Port-Gentil. Cette initiative s'inscrit dans le cadre de lutte contre la flambée des prix des produits agricoles. Parallèlement aux initiatives du gouvernement pour réduire la dépendance alimentaire, cette structure financée par les partenaires au développement devra contribuer à faire baisser les coûts des produits agricoles locaux de base pour les ménages gabonais les plus démunis. Pour accompagner les mesures gouvernementales de lutte contre la flambée des prix agricoles, les ONG ...
Lire l'article
La directrice de la Consommation à la direction générale de la Concurrence et de la consommation (DGCC), Pepercy Ogouliguende a indiqué, jeudi, que le gouvernement a réussi à canaliser la hausse des prix. Selon la directrice de la Consommation, la grande satisfaction du gouvernement gabonais vient du fait que le marché intérieur a continué à être alimenté correctement, et même mieux que par le passé avec une hausse des prix plus qui s'est stabilisée. Elle a par ailleurs indiqué que le prix de certains produits est fixé par leur service et aucun container ne peut sortir du Port d'Owendo sans l'accord ...
Lire l'article
La vie chère est depuis le début de cette année une question préoccupante pour les Gabonais à tel point qu’à Libreville des tensions ont été enregistrées et augmentent au jour le jour chez les ménagères gabonaises qui n’arrivent plus à se procurer l’essentiel des produits de première nécessité; ainsi, les regards restent braqués vers la Commission qui a été mise en place pour parvenir à trouver des voix et moyens pour sortir de cette sphère de la vie chere. « Hier, j’ai acheté au marché Mont Bouet de Libreville 1 kilo de ragoût à 3000 francs CFA, quelques petites tomates en ...
Lire l'article
Malgré l'annonce par le gouvernement d'un ensemble de mesures fiscale et budgétaires le 25 avril pour contrer la flambée des prix, la coalition d'ONG contre la vie chère qui mène ses activités sous l'enseigne de la "révolte des paniers vides", a poursuivi ses manifestations de protestation face à une réponse gouvernementale jugée encore insuffisante. La suspension des taxes sur les produits de première nécessité pour période de six mois n'aura pas suffit à apaisé la "révolte des paniers vides" qui a annoncé la poursuite de ses marches de protestation contre la vie chère et le maintien de ses revendications. Toujours ...
Lire l'article
Plus de 200 Gabonais de la coalition des ONG contre la vie chère ont organisé samedi, à Libreville, une marche de protestation, la troisième du genre en moins s’une semaine, contre l'augmentation des prix des denrées de première nécessité. Cette marche de protestation est la troisième du genre en moins d'une semaine, après les précédentes qui ont été dispersés par les forces de l'ordre. Combattre la vie chère est l'objectif de la "Coalition contre la vie chère" soutenue par certaines ONG. La Coalition contre la vie chère demande au gouvernement de réduire la TVA sur les produits de consommation courante et la suppression ...
Lire l'article
La coalition des ONG contre la vie chère a décidé de passer à la vitesse supérieure, en s’établissant à la place de la paix, ceci après l’interruption par les forces de l’ordre de la marche pacifique de protestation contre la vie « chère », organisée par les deux organisations non gouvernementales, qui attendent un signal fort de l’Etat, face à la hausse des prix, a constaté GABONEWS. En effet, à la place de la paix, la manifestation attire de nombreux curieux: les hommes et les femmes brandissent des paniers vides et animent les lieux à l’aide d’objets de toutes ...
Lire l'article
Une coalition d’une vingtaine d’Organisations non gouvernementales gabonaises organisée le 22 avril prochain à Libreville une marche de protestation contre la vie chère qui sera placée sous le sceau de «la révolte des paniers vides». Cette marche pacifique dont l'objectif est d'appeler l'attention du gouvernement sur la précarité des ménages sera précédée le 19 avril par une conférence sur «les causes réelles de la hausse des prix». D'ores et déjà, les ONG ont prévenu que les Gabonais sont fatigués de souffrir dans l'indifférence. Une coalition de 23 Organisations non gouvernementales (ONG) dont une dizaine milite pour les droits des consommateurs ...
Lire l'article
L’Etat gabonais décide de s’approprier le bois abandonné dans la nature
Gabon : Mesures “émergentes” contre la vie chère
Les biens d’Omar Bongo à l’étranger doivent revenir à l’Etat gabonais
Gabon : La coalition contre la vie chère créée sa coopérative
Gabon: Vie chère: le gouvernement réussit à canaliser l’inflation
Gabon: Vie chère: la situation préoccupe de plus en plus et les Gabonais attendent les résultats de la Commission
Gabon : La coalition d’ONG contre la vie chère toujours insatisfaite
Gabon: Troisième marche, en moins d’une semaine, contre la vie chère à Libreville
Gabon: Société: Coalition des ONG contre la vie chère: après la marche, le sit-in
Gabon : La révolte des paniers vides, une marche contre la vie chère


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Avr 2008
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*