Socialisez

FacebookTwitterRSS

Françafrique: La non rupture: La Françafrique a de beaux jours devant elle

Auteur/Source: · Date: 25 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique

Un reportage E-D-I-F-I-A-N-T sur la Françafrique diffusé sur Canal + le 13/04/2008. Autrefois, la Françafrique se cachait. A présent, tout se fait au grand jour sans que personne ne semble trouver à y redire. Reportage sur la visite à Libreville du secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant et du secrétaire d’Etat français à la Coopération Alain Joyandet le 10 avril dernier. Voir article AFP.


SUR LE MÊME SUJET
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
En 2007 déjà, certains candidats à la présidentielle avaient rivalisé de promesses sur le thème de la rupture avec la Françafrique. Les révolutions dans le monde arabe et les revendications démocratiques qui s’expriment en Afrique subsaharienne ont depuis changé la donne. Alors que les peuples africains dénoncent de plus en plus bruyamment les élections truquées et que le financement occulte de la vie politique française s’étale au grand jour, le contexte 2012 est favorable à l’irruption de la thématique « Françafrique » dans le débat de la présidentielle et des législatives. A quelques mois de l’échéance, Billets d’Afrique inaugure une ...
Lire l'article
L’Union du peuple gabonais (UPG), pourtant parti de l’Alliance pour la restauration et le Changement (ACR, opposition), annonçant ce jeudi qu’il ne participera ni au meeting ni à la marche organisés par certains partis et regroupements de partis de l’opposition gabonaise, samedi prochain, a, à ce qui semble, voulu marquer une rupture, mieux, afficher sa « désormais » responsabilité devant la classe politique nationale et internationale. LA POLITIQUE N’A PAS BESOIN DE LA RUE POUR EXISTER Alors que l’on s’attendait à voir le contraire, notamment la participation de l’Union du peuple gabonais, principal locomotive de l’Alliance pour la restauration et le Changement, ...
Lire l'article
L'association Les Anges gardiens de l'Afrique organise le 12 septembre prochain devant l'Elysée à Paris un Sit-in pour dénoncer l'ingérence des réseaux occultes de la Françafrique dans l'élection présidentielle gabonaise ayant conduit à la victoire d'Ali Bongo Ondimba. Rappelant le président français, Nicolas Sarkozy, à ses promesses de rupture avec ces réseaux, l'assocaition dénonce, dans le communiqué que nous publions in extenso, l'entrave que constitue la Françafrique dans le choix de son leader par un peuple. © D.R./Manifestation à Paris «Soyons Solidaires et Ensembles, habillés d'un costume noir (chemise blanche et ...
Lire l'article
Même s'il ne représentait pas à lui seul la "Françafrique", la disparition du président gabonais marque la fin d'une certaine relation franco-africaine. Avec la mort d'Omar Bongo Omdimba, c'est un pilier de la "Françafrique" qui s'effondre. C'était l'une des figures les plus emblématiques de l'Afrique post-coloniale. Il a été l'interlocuteur privilégié des présidents français depuis plus de 40 ans, même si les relations avec Paris se sont récemment crispées. Doyen des chefs d'Etats africains, son influence tenait avant tout à son ancienneté: 41 ans de pouvoir. Agé de 73 ans, il avait accédé au pouvoir en 1967, avec l'aval de la France. ...
Lire l'article
Le Secrétaire général de l’Elysée (Présidence française), Claude Guéant et le Secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet, ont représenté ce jeudi à Libreville, la France à l’hommage des délégations des pays amis aux obsèques de la Première Dame du Gabon, Edith Lucie Bongo Ondimba, ont constaté les reporters de GABONEWS. Messieurs Claude Guéant et Alain Joyandet ont déposé une gerbe de fleurs devant la dépouille de l’épouse du chef de l’Etat gabonais. En début de semaine, le président Sarkozy avait adressé un message de condoléances à son homologue gabonais en se déclarant « personnellement et sincèrement affligé » par ...
Lire l'article
Maroclear, l’un des partenaires techniques de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC), a prédit par la voix de son Président directeur général, Fathia Bennis, que l’institution boursière de la sous – région a un « bel avenir devant elle ». Elle l’a dit lors du lancement récent des activités de la BVMAC à Libreville Réagissant au sujet de la nature de l’assistance que Maroclear entend apporter à la BVMAC en tant que partenaire technique, son président directeur général, Fathia Bennis, a fait savoir que son institution assurera la maintenance et la formation des cadres de la ...
Lire l'article
La corruption, qui mine l`ensemble de la société gabonaise, semble avoir de beaux jours devant elle, malgré des campagnes fortement médiatisées lancées par le gouvernement pour l`éradiquer. "Je dis non à la corruption", indique une affiche sur laquelle des liasses de billets de 10.000 francs CFA (15 euros), la plus grosse coupure en circulation, passent d`une main à l`autre. Accrochées à des lampadaires, ces affiches ont fleuri par dizaines ces derniers jours à Libreville appelant les Gabonais à lutter contre la corruption. Une citation, en gras, du président Omar Bongo Ondimba enfonce le clou: "La corruption est un serpent et l`argent gagné ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo s'est dit "très heureux" que la "petite hache de guerre" entre son pays et la France soit enterrée après plusieurs semaines de tension, lors d'un entretien à la chaîne française Canal+ diffusé dimanche. L'entretien avait été réalisé à l'occasion de la visite jeudi à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet. "Je suis très heureux que le président Nicolas Sarkozy ait dépêché son secrétaire général et son ministre de la Coopération pour venir au Gabon et puis qu'on s'explique, qu'on enterre cette petite hache de guerre ...
Lire l'article
Gabon: le tandem Guéant-Joyandet travaille à faire oublier la Françafrique
La visite à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet a aplani les différends avec le Gabon mais, malgré les déclarations de rupture, elle démontre que la "Françafrique" a la peau dure. "Il y a une symbolique forte puisque le représentant du président de la République et le représentant du gouvernement que je suis viennent rendre visite au président Bongo. C'est la première visite officielle du nouveau secrétaire d'Etat", a souligné M. Joyandet. La "symbolique" est d'autant plus forte que M. Joyandet rend ainsi hommage au président Bongo, une des plus ...
Lire l'article
Gabon: visite de Guéant et Joyandet pour aplanir les différends
Le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et le secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet, dont c'était le premier déplacement à l'étranger, ont effectué jeudi une visite express à Libreville pour aplanir les différends après une crise diplomatique. "Quelques nuages ont traversé le ciel de nos relations. Ils sont derrière nous. C'est ce que nous pouvons dire aujourd'hui après un temps passé avec le président de la République du Gabon (Omar Bongo Ondimba). Les relations sont au beau fixe", a affirmé M. Joyandet. Le nouveau secrétaire d'Etat a remplacé le 18 mars Jean-Marie Bockel qui voulait signer "l'acte de décès ...
Lire l'article
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
Politique: L’UPG opterait-elle pour la rupture et la responsabilité?
Gabon : Sit-in devant l’Elysée pour dénoncer la Françafrique
La mort du président gabonais signe-t-elle la fin de la “Françafrique” ?
Gabon: La France hautement représentée aux obsèques de la Première Dame du Gabon
Gabon: Economie: « la BVMAC à un bel avenir devant elle », Fathia Bennis (PDG – Maroclear)
Au Gabon, la corruption est combattue, mais a de beaux jours devant elle
France-Gabon: Omar Bongo “heureux” que la “hache de guerre” soit enterrée
Gabon: le tandem Guéant-Joyandet travaille à faire oublier la Françafrique
Gabon: visite de Guéant et Joyandet pour aplanir les différends

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Avr 2008
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

8 Réponses à Françafrique: La non rupture: La Françafrique a de beaux jours devant elle

  1. BEMBA

    25 Mai 2008 a 00:16

    Regardez plusieurs fois cette vidéo, et vous allez saisir le degré zéro d’intelligence de Bongo. Omar Bongo a été vouer aux gémonies par les français il n’y a pas ci longtemps, et il dit que pour lui, cet incident est clos, parce-que Sarkozy a envoyé au Gabon un simple secrétaire d’état, et son directeur de cabinet. Pensez-vous honnêtement que s’il s’agissait d’un différent aussi grave entre la France et le Vénézuéla, un simple secrétaire d’état suffirait ?

  2. BEMBA

    23 Mai 2008 a 23:52

    Hé oui Aris, je vous comprend, c’est lugubre, mais c’est la réalité depuis plus de 40 ans au Gabon. Aujourd’hui le baril de pétrole est à plus de 130$, et partout dans les pays producteur de pétrole, des investissements lourd seront réalisés. Au Gabon on ne rénovera pas une seule rue à Libreville. En effet, lorsque que le chef de l’état a un QI qui n’est pas supérieur à celui d’un singe, cela donne ce genre de résultat.

  3. Aris

    17 Mai 2008 a 08:27

    Je suis troublé il y’a des jours ou j’ai honte d’etre Gabonais comment peut on accepter qu’un homme au QI inférieur à celui d’un singe puisse depuis 40 ans dirigé notre pays et on s’étonne que le pays soit aussi mal en point.Bongo ne veut pas de la fin de la franceafrique car il trouve son interret dans les combines qui ce font notament entre la France et le Gabon . Le petrole à 120$ mon Dieu le peuple Gabonais profitera de sa richesse quand? chassons Bongo au pouvoir et je suis sur que nous vivrons mieux
    Tous ensemble mobilisons nous pour le bouter loin des cotes GAbonaise

  4. BEMBA

    5 Mai 2008 a 04:57

    Qui en Afrique noire où ailleurs dans le monde oserait faire un parallèle, une dissemblance entre un Hugo Chavez, président du Vénézuéla, et un Omar Bongo “président” du Gabon ? Qui ! Personne. C’est le jour et la nuit. Chavez est un homme, un vrai, un homme qui revendique sa virilité, son courage, sa bravoure, sa hardiesse, sa témérité. Bongo est le contraire, c’est un homme vil, ignare, lâche, louangeur, mesquin, égocentrique, et qui n’a aucun sentiment nationaliste. Nous africains, nous devons sortir de l’enfermement de la victimisation. Nous devons voir les choses en face. Nos rois nègres sont les seuls responsables de nos malheurs présent. Bongo n’a que quelques séquelles d’instruction, de vague souvenir d’une scolarité, comment voulez-vous qu’il arrive à comprendre les méandres de l’économie mondiale. Comment s’étonner qu’après 40 ans de pouvoir de Bongo au Gabon, que le pays soit en ruine. C’est notre faute à nous les africains, car ailleurs, il y a longtemps que Bongo serait soit en exil, soit six pieds sous terre. Au Gabon il pavane sans peur ni scrupule, car il sait qu’il n’a pas affaire à un peuple révolutionnaire. Pensez-vous que si Bongo était irakien, il pavanerait aussi tranquillement, avec autant d’assurance, aussi sereinement à Bagdad ? La colonisation n’est pas responsable de notre passivité, notre fatalisme, notre résignation.

  5. ribero michael

    3 Mai 2008 a 08:04

    vos articles sont clairs. tout le monde se cache derriere son petit doigt en ignorant une telle verite. nos rois negres sont la honte de l’afrique et la cause de nos malheurs.
    mais moi je dis que la solution a un probleme est en partie trouvee lorsqu’on le connait bien ou que l’on l’ a bien analyse.
    de chez nous en farique il est dit: on peut soigner une maladie des qu’on sait la designer par son nom.
    nous devons donc comme vous l’avez fait, oublier toutes les solutions a nos problemes qui passent par la diabolisation du neocolonialisme qui n’existe que grace a la cupidite de nos dirigeants et nous poser les vraies questions qui concernent notre avenir.
    comment faire comprendre a une majorite d’africains noirs que les solutions sont en interne, que votre diagnostic est le seul qui peut nous amener a faire notre revolution des mentalaites et entrainer le developpement de notre continent?
    quelle solution pour les rois negres?
    faut-il d’autres guerres de liberation apres celles contre le colonisateur?
    y at-il des organismes entre africains qui se posent et reflechissent sur ces questions?
    si oui, diffusez leur liste et sites si possible.
    il faut rassembler des medecins, psychologues, psychiatre, economistes, ingenieurs de tous bords pour conduire une reflexion.
    on a assez crie dans le desert….
    on a assez chante…. la cigale a chante tout l’ete … c’est nous… l’hiver arrive… il n’ y pas de place pour les faibles dans ce monde globalise… surtout pas pour les chanteurs insoucieux et irresponsables.

  6. BEMBA

    1 Mai 2008 a 12:07

    En France, le noir occupe le bas fond dans l’échelle de la hiérarchie des races ou des peuples. Un conflit entre un noir et un asiatique, le noir aura tord. Un conflit entre un arabe et un noir, le noir aura aussi tord. Un conflit entre un noir et un blanc, le noir aura bien évidemment tord. Cela n’est pas forcement dû à la couleur de peau, c’est aussi la faute aux africains eux-même. Lorsque le français moyen entend un homme comme Bongo, que voulez vous qu’il pense de l’homme noir. Nul part dans le monde, “hors mis l’Afrique noire”, un homme comme Bongo serait accepter comme président. Au Gabon, cela fait plus de 40 ans qu’il est au pouvoir. Ailleurs, il y a longtemps qu’une bombe aurait déchiqueté sa carcasse, au Gabon, il a une vie de nabab. Bongo a comme habitude lorsqu’il vient à Paris, de descendre à l’hôtel Crillon, un palace de luxe parisien. L’hôtel ce trouve à la place de la concorde, et c’est justement sur cette place que la tête du roi soleil a été coupé. En France, Bongo serait au mieux éboueur, au pire clochard, en Afrique noire, il est président. Nous devons savoir que contrairement à l’adage qui dit que “l’habit ne fait pas le moine”, il faut aussi tenir compte de celui qui dit : “dit moi qui tu fréquentes et je te dirais qui tu es”. Lorsque les autres peuples de la terre, s’abreuve des singeries et de l’incompétence de nos rois nègres, ils n’ont d’autres choix que de nous considérer comme des sous-hommes. Ont-ils tord ? Pensez-vous que les tueries tribale au Libéria ne les confortaient pas dans leur pensée.

  7. BEMBA

    1 Mai 2008 a 01:26

    Nous africains, nous ne pouvons plus, nous ne devons plus utiliser le terme de “françafrique” pour mettre en accusation les français. Bongo a été limpide, il a fait des menaces ouvertes aux responsables politique français, il les a mises en garde contre une tentative de mettre fin à la françafrique. Contre toute tentative de lâchage de l’Afrique par la France. Bongo a dit qu’il y a des secrets d’états qui ne sont connus que par les chefs d’états. Il veut dire sans doute, qu’il risque de divulguer certains secrets de la françafrique, comme par exemple : que c’est la France qui a fait assassiner Sankara. Que c’est la France qui a déstabilisé les régimes progressiste d’Afrique. Que c’est la France qui a chassé Lissouba au pouvoir au Congo Brazza. Que la France a livré des armes au régime raciste de Prétoria du temps de l’apartheid. Que l’armée française a pris part au massacre du Gabon en 1992. Que la France était impliquée dans le génocide rwandais, etc:. Bongo est un pygmée inculte, c’est un sous-homme sans culture, il est totalement attardé, il ne sait même pas parler le français, et on dirait que c’est un trisomique 21 qui parle. La preuve de son analphabétisme, le Gabon est un pays extrêmement riche, alors que plus de 70% de la population gabonaise vie en dessous du seuil de pauvreté. Ou ! passe l’argent des richesses du Gabon ? Bongo est tellement niais que les multinationales donnent à Bongo un petit pourboire, et il est content, il fait le macaque devant le blanc, il se roule par terre, il fait mille grimaces de joie. Voilà pourquoi partout dans le monde, si vous faites un sondage, 80% des personnes interrogées diront que les africains sont des hommes inférieur, et ça ; nous le savons tous.

  8. BEMBA

    27 Avr 2008 a 21:37

    Si les rois nègres de l’époque de la traite négrière étaient tous aussi simplet, mais aussi cupide que Bongo, je comprend alors pourquoi elle a durée plus de 4 siècles aux Amériques, et plus de 1300 ans avec les arabes. Je comprend mieux maintenant, pourquoi qu’autant de nègres ont été déportés. Je comprend l’animosité, les rancunes, voir l’hostilité des noirs des états unis, des Caraïbes, et d’amérique du sud à notre égard nous africains. Nous devons être honnête, il n’y a pas eu une véritable résistance de la part des africains durant la traite, il y a eu connivence, complicité voir même collusion entre rois nègres vendeurs avisés et acheteurs blancs, tatillon sur la qualité de la marchandise. Avec cette terrible vidéo accablante, on voit Bongo qui dit ouvertement que : je ne souhaite pas la fin de la françafrique. Il dit clairement que le pillage de l’Afrique par la France doit continuer, car il trouve un intérêt personnel à ce pillage. ça c’est aussi le nègre. Il n’y a pas que la fantasque fraternité africaine. Nous pouvons dire ce que nous voulons sur la période de la colonisation, mais depuis 50 ans, rare sont les présidents africains qui ont été des véritables démocrates, et des hommes totalement intègres. Tous ont pensés qu’à un chose, voler et fuir en Europe où aux USA. Le Gabon est un pays riche en matière première, alors que 70% de la population vie en dessous du seuil de pauvreté. Mais Bongo vie dans un Palais à Libreville, avec du marbre à profusion. Beaucoup de gabonais ne font pas trois repas par jour, et vivent dans des bidonvilles sans eau, ni électricité, et le pygmée illettré au pouvoir au Gabon depuis plus de 40 ans, n’est pas content contre ceux (Bockel et d’autres de gauche en France) qui veulent qu’il distribue un peu à sa population. Voilà pourquoi que les africains sont considérés comme des sous-hommes à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*