Socialisez

FacebookTwitterRSS

L'”obamania” gagne la France

Auteur/Source: · Date: 26 Avr 2008
Catégorie(s): Monde

Dans un immeuble cossu du boulevard Saint-Germain, une quarantaine d’Américains de Paris, un verre de vin à la main, écoutent avec attention la voix masculine sortant d’un haut-parleur téléphonique posé sur la table basse du salon. Elle leur parvient de Chicago, plus exactement du quartier général du candidat à l’investiture démocrate Barack Obama. C’est Michael Robertson, chargé des relations avec le Congrès, qui décortique savamment, ce 23 avril, les résultats des primaires de Pennsylvanie, gagnées quelques heures auparavant par Hillary Clinton. Même si c’était assez prévisible, son discours triomphal a semé la consternation chez les partisans du sénateur de l’Illinois.
“Avez-vous des questions ?”, demande le commentateur lointain à l’issue de son exposé. L’assistance s’ébroue. Bien sûr qu’elle a des questions ! C’était même l’objectif de cette petite réunion du groupe de soutien à Barack Obama (289 membres référencés à Paris, contre 64 dans celui d’Hillary Clinton). Constance Borde, l’hôtesse de la soirée, vice-présidente de Democrats Abroad, se lance : “Nous savons tous qu’Hillary ne peut pas rattraper son retard. Mais j’ai peur que ses attaques fielleuses n’affaiblissent Obama dans le combat qu’il devra livrer contre le candidat républicain. Croyez-vous que des dégâts irréparables aient été commis ? Que des électeurs se tourneront vers McCain ?”
Les visages se tendent vers le haut-parleur. C’est bien là la question. Et la franchise de Constance Borde paraît soudain libérer l’anxiété, voire la colère, qui imprègne les esprits. “C’est terrible ! reprend une femme aux cheveux blancs. Hillary a fait une campagne odieuse, négative, typiquement républicaine.” Un homme enchaîne : “Pendant huit années, on a eu affaire à un président américain borné et sourd. Je crains qu’Hillary ne lui ressemble ! Le pays est en feu, et elle n’écoute rien, n’entend rien, s’accroche au-delà de toute raison !”
Certains sourient, la plupart hochent la tête. “C’est incroyable qu’on parle encore d’elle ! Elle a perdu !”, dit une femme ulcérée. “Ce n’est pas seulement son ambition ou son ego qui la propulse, renchérit son voisin. Ce sont les gros groupes et lobbies qui tiennent Washington. Ils ne pensent qu’à leurs contrats et tremblent de voir arriver un homme neuf.” Elle mise sur les super-délégués, explique Constance Borde : “C’est eux qu’elle entend séduire et convaincre. Elle était la candidate du parti, celle qui contrôlait la machine, et elle veut leur montrer qu’elle est la mieux à même de l’emporter dans les grands Etats généralement attirés par les républicains.” Une voix s’élève : “Mais à quel prix ? Elle joue la carte Bush et la politique de la peur. C’est à elle que nous devons le biais racial honteux introduit dans la campagne ! Ça me rend dingue !”
Tous, en tout cas, se réjouissent que leur candidat résiste à la tentation des attaques personnelles et continue de se comporter en gentleman. “Hillary nous fait perdre de vue l’essentiel quand Obama porte haut notre idéal, affirme un professeur. Mais quand donc se décidera-t-on à travailler sérieusement le dossier McCain ? C’est un type dangereux, proche de certains fascistes de Washington, qui ne se plaisent que dans la guerre et le conflit. Or voilà qu’il finit par apparaître comme un modéré…”
Un homme jeune, né en France mais fraîchement débarqué de Los Angeles, avoue ignorer pour qui ont voté les démocrates de l’étranger. “Pour Obama !”, répond d’un même élan l’assistance. Sur 25 000 Américains démocrates répartis dans le monde, 65,6 % se sont prononcés pour Obama contre 32,7 % pour la sénatrice Clinton. Seuls deux pays sur soixante-dix (Israël et la République dominicaine) ont résisté à la déferlante Obama. En France, le score de ce dernier a même atteint 71,8 %. “Et qu’en pensent les Français ?”, poursuit l’Américain. Cette fois, l’assistance éclate de rire. Là-dessus, aucun doute : les Français votent Obama.
“Regardez mon tee-shirt ! sourit Constance Borde, la poitrine moulée dans l’effigie du jeune sénateur. Je me le suis procuré sur un site Internet français pro-Obama.” Jeannette Demeestere, professeur à Sciences Po, renchérit : “Mes étudiants français sont fascinés par le phénomène. Ils n’arrêtent pas de me dire : “Quelle chance d’avoir un homme politique de cette trempe !” Ils sont jaloux.”
D’après Zachary Miller, qui anime en France la campagne du sénateur métis, les sondages montrent que le coeur des Français penche nettement vers son protégé. Pas une semaine sans que tel ou tel ne lui demande de venir parler de lui ou, à l’inverse, ne propose son aide. Une Américaine arborant l’autre jour un pin’s à l’effigie d’Obama a été saluée joyeusement par un chauffeur de bus noir qui l’a transportée gratuitement. Une autre s’est vu offrir des fruits sur un marché de Pigalle. “Sympathique ! glisse Anna Marie Mattson, elle aussi responsable des Democrats Abroad. Mais franchement, ce n’est pas le genre d’information à ébruiter : le soutien de l’opinion française constitue plus un handicap qu’un atout pour un candidat américain !”
Samuel Solvit, 22 ans, le président du Comité français de soutien à Barack Obama, met pourtant tout en oeuvre pour “ébruiter” l’affaire. Il veut, lui, élargir le mouvement qu’il a lancé en y associant dès l’origine quelques noms célèbres : Pierre Bergé, Sonia Rykiel, Bernard-Henri Lévy, Jack Lang, Bertrand Delanoë et… Axel Poniatowski, président UMP de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Incollable sur le parcours, les discours et le programme du sénateur de l’Illinois, l’étudiant en école de commerce rêve de susciter une dynamique autour du candidat Obama.
D’abord, dit-il, “pour stimuler un débat : l’Amérique, la mondialisation, le renouvellement nécessaire de la classe politique, l’engagement des jeunes…” Et puis pour faire savoir aux Etats-Unis que “cette élection concerne la planète, qu’elle nous importe et que nous sommes attentifs à l’émergence de ce candidat porteur d’espoir et ouvert sur le monde”.
Créé fin janvier, son site www.pour-obama.fr n’a cessé de se perfectionner, suivant au jour le jour l’actualité de l’élection américaine, multipliant les témoignages, et renvoyant sur une multitude de sites, blogs, et réseaux de soutien (une douzaine sur Facebook rassemblant près de 2 000 personnes).
Le politologue Olivier Duhamel, inscrit parmi les premiers au comité français, n’est évidemment pas dupe de l’influence d’une telle initiative, mais espère favoriser une réflexion du monde politique, économique et institutionnel sur le retard de la France en matière d’ouverture à la diversité. “La simple observation de l’émergence d’Obama devrait faire bouger les esprits, dit-il, surtout à un moment où les idéologies se brouillent et où la haine de l’émigré agit comme un ressort démagogique venimeux.”
Et puis, ajoute le professeur, “comment bouder le plaisir que donne le sentiment d’assister à un tournant de l’histoire ?” Axel Poniatowski est pour sa part convaincu qu’Obama apportera une vision beaucoup plus multilatérale du monde, favorisera un rapprochement France-Amérique, et abordera avec “plus d’ouverture et d’équilibre” le dossier du Moyen-Orient. “C’est une opportunité magnifique”, dit-il. Enthousiaste, mais sans illusion. Dans la campagne pour la présidentielle américaine, la sympathie du reste du monde compte, hélas !, pour… peanuts !  


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Qui a réellement gagné les élections législatives de décembre 2011 ?
Le parti au pouvoir et l’opposition archaïque crient victoire. De ces cris lancés simultanément, on peut effectivement se demander : qui a réellement gagné les élections législatives au Gabon ? En effet, le 17 décembre 2011, 34% des gabonais en âge de voter se sont rendus aux urnes afin de se choisir librement leurs représentants à l’assemblée nationale. Et de cette volonté affichée par les gabonaises et des gabonais, c’est le parti démocratique gabonais (PDG) qui a remporté la majorité des sièges. Cependant, au regard de la mobilisation enregistrée, le PDG dirigé par Faustin Boukoubi ne devrait pas vraiment bomber le ...
Lire l'article
Le phénomène de la mendicité, jusqu’alors inconnu, a fait son apparition dans la ville de Koula-Moutou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo, dans le centre sud-ouest du Gabon. Les mendiants, pour la plupart des jeunes, âgés de 8 à 12 ans, sont désormais visibles à la gare routière, au marché Mambenda, et devant les espaces commerciaux de la ville. La plupart des enfants mendiants sont issus de parents atteints d’une maladie mentale, réduits au chômage ou des orphelins du SIDA. Abandonnés à eux-mêmes, couchant à la belle étoile, les jeunes mendiants en quête de pitance ou d’une pièce de monnaie écument les ...
Lire l'article
Le Gabon a été classé 93ème sur 169 pays à l'Indice de développement humain (IDH), selon le rapport 2010 du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Le pays a ainsi réalisé un bon de dix places par rapport à 2009, où il occupait le 103 rang. "Notre espérance de vie est désormais de 61 ans et notre durée moyenne de scolarisation de 7,5 ans", s’est réjoui le ministre délégué à l’Economie, Françoise Assengone Obame, lors du lancement du rapport du PNUD, jeudi à Libreville. "Cette performance s’inscrit dans la poursuite des Objectifs du millénaire pour le ...
Lire l'article
L’opposant togolais Fabre dit avoir gagné la présidentielle
"Sur la base du décompte provenant de diverses préfectures, le candidat de l'UFC a remporté en moyenne de 75 à 80% des suffrages", a déclaré Fabre. "Nous en déduisons que nous avons remporté l'élection présidentielle du 4 mars 2010", a ajouté le candidat de l'Union des Forces pour le changement. Le scrutin de jeudi est considéré comme un test pour la démocratie dans une région où violences et coups d'Etat se sont multipliés ces dernières années. Les précédentes présidentielles au Togo, qui avaient vu Gnassingbé succéder à son père Gnassingbé Eyadéma en 2005, avaient entrainé des violences qui avaient fait un demi-millier de ...
Lire l'article
Le Français Samuel Dumoulin (Cofidis) a remporté la première étape de la 5e Tropicale Amissa Bongo au Gabon, devant Giovanni Bernaudeau (B Box Bouygues Telecom) et le Sud-Africain Christoff Van Heerden (MTN). A l'issue d'un parcours de 81 km entre Bongoville et Akiéni (sud-est), Dumoulin a remporté l'étape au sprint en 1 h 57 mn 31sec, soit une moyenne de 41,36 km/h, devant un peloton groupé d'une vingtaine de coureurs. Les coureurs avaient pris le départ à Bongoville, lieu de naissance du défunt président gabonais Omar Bongo. Mercredi, la deuxième étape conduira le peloton de Kabala, ville frontalière du Congo, à Franceville ...
Lire l'article
Stade National de Tundavala, Lubango,(GABONEWS) - A l’issue de la victoire (1-0) des Panthères du Gabon sur les Lions Indomptables du Cameroun, ce mercredi soir, en phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), à Lubango, en Angola, l’entraîneur de l’équipe gabonaise, Alain Giresse, a estimé, lors d’une conférence de presse que « Nous avons simplement gagné un match qu’on a voulu gagner » en se refusant d’être « euphorique ». « Nous savions que cette rencontre devait être difficile. Nous avons été persévérants dans nos efforts, organisés, avec la réussite: les 3 points contre le Cameroun », ...
Lire l'article
Mouila, 26 août (GABONEWS) – Après une première semaine de campagne électorale de la présidentielle anticipée du 30 août prochain qualifié de timide, la seconde et dernière semaine est montée en intensité avec, depuis samedi 22 août dernier, l’arrivée en grande pompe de plusieurs candidats se succédant, jour après jour, dans la province de la Ngounié, rapporte le correspondant de GABONEWS. C’est le Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) avec le candidat Ali Bongo Ondimba qui a été le premier à mobiliser les populations de la commune de Mouila et ses environs le samedi 22 août. Regroupé sur ...
Lire l'article
Le visiteur qui débarque à Libreville est frappé par une chose : la présence des portraits géants du défunt président de la République El Hadj Omar Bongo Ondimba sur les grandes artères de la capitale. Le Gabon continue toujours de pleurer Omar Bongo inhumé le 19 juin dernier à Franceville. La transition se déroule sans anicroches. La présidente de la République par intérim, Rose Francine Rogombé, veille sur les institutions et la bonne marche du pays. Elle préside régulièrement les conseils ministériels au palais du peuple, luxueux édifice en marbre situé en bord de mer. Depuis quelques jours, elle est ...
Lire l'article
Il y a des chips au cheddar dans les saladiers et des sourires d'enfant sur les visages de ces couples d'Américains expatriés. Ce soir-là, une soixantaine de partisans de Barack Obama arrosent le succès de leur champion dans l'Oregon. La fête se déroule sous le ciel étoilé d'un atelier d'artiste parisien, à deux pas de la place des Vosges. Dans le staccato des conversations en VO se glisse, ici et là, une pointe d'accent français. A côté d'un seau à champagne, une pile de tracts pose la question : « Why Obama ? » Pourquoi lui ? Il est un ...
Lire l'article
Les établissements scolaires du Gabon, un peu plus que par le passé, ont été cette année, le théâtre de plusieurs scènes aussi rocambolesques les unes et que les autres, mettant au jour le problème de violence et d’insécurité à l’intérieur et aux abords de ces lieux devant être le creuset de la formation, de l’éducation et de l’orientation des jeunes enfants, apprenants vers les voies de la droiture, de l’honnêteté et de la probité pour une meilleure évolution et intégration dans le monde actif. En effet, on a enregistré successivement, en février dernier, d’abord au CES Olivier Ambaye de Glass à ...
Lire l'article
Gabon : Qui a réellement gagné les élections législatives de décembre 2011 ?
Koula-Moutou gagné par le phénomène de la mendicité
Le Gabon gagne dix places à l’Indice du développement humain 2010
L’opposant togolais Fabre dit avoir gagné la présidentielle
Cyclisme. Dumoulin gagne la 1re étape de la Tropicale Amissa Bongo
Gabon: « Nous avons simplement gagné un match qu’on a voulu gagner », (Alain Giresse)
Gabon: Présidentielles 2009 / Après une première semaine terne, la campagne présidentielle gagne en intensité à Mouila
Gabon: La fièvre électorale gagne le pays
La France vote Obama
Gabon: Education / Le milieu scolaire gabonais gagné par l’insécurité et la violence


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Avr 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*