- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Environnement : Les pygmées se servent de la technologie des satellites pour protéger les forêts congolaises

Dans la deuxième plus vaste étendue de forêts ombrophiles du monde située en Afrique centrale, les pygmées recourent aux technologies modernes pour sauver des arbres sacrés, grâce aux fonds du concours du Marché du développement de la Banque mondiale. Ce concours est organisé à l’échelle planétaire et fournit aux entrepreneurs sociaux des ressources financières leur permettant d’utiliser le pouvoir des idées pour promouvoir le développement durable.
Grâce à des appareils portatifs du système mondial de localisation (GPS), les pygmées Mbendjele de la République du Congo aident une société forestière à éviter d’abattre des arbres auxquels les communautés forestières attachent une importance spéciale, ce qui permet de réduire les sempiternelles tensions entre les populations forestières et l’industrie forestière.

« Amener les pygmées à effectuer le recensement était d’une importance fondamentale pour reconnaître leurs droits sur la forêt », a déclaré M. Scott Poynton, directeur exécutif de Tropical Forest Trust.

« Lorsqu’on veut assurer une gestion durable des forêts, autant procéder comme il se doit et permettre à ces populations de faire entendre leur voix dans le cadre de la gestion des forêts ».
Tropical Forest Trust, une entreprise basée au Royaume-Uni, a gagné le prix du concours du Marché du développement en 2005 et s’emploie à promouvoir la gestion durable des forêts en Afrique et en Asie.

L’appareil GPS permet aux pygmées de déterminer la position des arbres sacrés, des terrains de chasse ancestraux et des plantes qui ne peuvent être touchées pendant la saison où elles produisent des fruits spéciaux ou des chenilles.

Une fois que les pygmées localisent un arbre ou une zone, ils le marquent en peignant le tronc des arbres. Ensuite, en appuyant sur un bouton, les coordonnées précises de l’emplacement concerné sont transmises à un satellite puis au siège de la société forestière où elles sont converties en cartes qui permettent d’éloigner les bulldozers et les scies à chaîne des arbres retenus et des zones choisies.

« Les pygmées ont une connaissance approfondie de la forêt. Grâce aux appareils GPS, ils peuvent non seulement communiquer ce savoir, mais aussi exprimer leur désir que certaines zones des forêts restent préservées de l’exploitation commerciale, pour qu’ils puissent les utiliser et les gérer conformément à leurs traditions et selon leur volonté de partager généreusement les autres produits du trésor forestier », a déclaré M. Giuseppe Topa, expert en foresterie de la Banque mondiale, en service dans la région Afrique. « Ils veulent respecter les forêts et ils veulent que leur culture et leurs souvenirs soient respectés ».

Ils maîtrisent désormais les techniques requises pour se servir de la nouvelle technologie qui a été tout spécialement adaptée à cette fin par l’anthropologue Jerome Lewis, un spécialiste des pygmées. Pour surmonter les obstacles liés à l’analphabétisme, M. Lewis a décidé de créer des icônes illustrées, à la place des mots, pour les boutons d’exécution, afin que les pygmées puissent cliquer et localiser les sites importants sur les récepteurs GPS.

À titre d’exemple, une seringue représente des plantes ayant une valeur médicinale, tandis qu’un pygmée muni d’une flèche indique une zone de chasse.

Le projet prévoit la collaboration avec l’une des plus grandes sociétés forestières du bassin du Congo, la Congolaise industrielle des bois (CIB), qui gère 1,3 million d’hectares de forêts. Le projet s’apprête par ailleurs à lancer la toute première station radio des populations autochtones d’Afrique centrale pour faciliter le dialogue entre les habitants de la forêt et la CIB en diffusant les dates des réunions, des conseils pratiques sur la gestion durable des forêts et de la faune, et d’autres informations utiles.

Lorsqu’on a remis pour la première fois les appareils GPS aux pygmées, se souvient M. Poynton, le personnel de la CIB s’est demandé si la plupart des arbres seraient désignés : « à ne pas toucher ». Au contraire, les cartes nouvellement établies ont montré que peu d’arbres et de zones étaient considérés comme sacrés, mais que leur emplacement était imprévisible. En utilisant les nouvelles cartes, la CIB est en mesure de poursuivre l’abattage sans gêner la communauté locale.

Selon M. Topa, la Banque mondiale considère ce projet comme un modèle de pratique exemplaire qui respecte les droits traditionnels des populations autochtones et montre comment les communautés dont les moyens de subsistance dépendent de la forêt peuvent être associées à la gestion des ressources de la forêt. La Banque cherchera à développer la technologie et à reproduire son utilisation dans diverses zones forestières, du Cameroun en Malaisie.

source: Banque Mondiale 


SUR LE MÊME SUJET
Des Pygmées et des Bantu
Par Tshitenge Lubabu M. K. Au cours de la seconde quinzaine de mars, j’ai participé au Forum international sur les peuples autochtones d’Afrique centrale (Fipac), une initiative du ministère du Développement durable, de l’Économie forestière et de l’Environnement du Congo-Brazzaville. C’était à Impfondo, dans l’extrême nord-est du pays. Impfondo, c’est la forêt, le fleuve Oubangui (Ubangi) en plein étiage qui coule à ses pieds, trente mille âmes, trois taxis, quatre minibus, une armée de mototaxis. C’est deux ânes, deux vrais ânes resplendissants de santé, qui font un sit-in quotidien devant le siège local du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. ...
Lire l'article [1]
Un atelier régional de renforcement des capacités nationales dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation (STI), en Afrique centrale s’est ouvert ce mardi dans la capitale gabonaise, à l’initiative de la Communauté Economique et des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC), en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO). Cet atelier de quatre jours vise essentiellement à combler le retard accusé dans chaque pays de la CEEAC dans la mise en œuvre des politiques nationales en matière de science de la technologie et de l'innovation. Les pays de la région d’Afrique ...
Lire l'article [2]
Le gouvernement gabonais va faire livrer 10.000 litres de gasoil, destinés à alimenter les deux groupes électrogènes qui fournissent l’électricité à l’Ecole nationale des eaux et forêts (ENEF), située au Cap Estérias, dans le nord de Libreville, a appris l'AGP. Cet établissement supérieur sous-régional, confronté à un certain nombre de difficultés, dont l’absence de carburant pour les deux groupes électrogènes et le manque d’eau potable a reçu, vendredi dernier, la visite du ministre des eaux et forêts, Martin Mabala. M. Mabala, qui était à la tête d’une délégation comprenant de hauts responsables des ministère de l’Energie, des Travaux Publics et des Finances, ...
Lire l'article [3]
Après «Vivre en Afrique…un breton sous l’équateur», Yves Gaudrée, ancien exploitant forestier à la tête d’un entreprise de 150 salariés au Gabon pendant près de 33 ans, vient de sortir un nouvel ouvrage intitulé «Les tam-tams changent de son», qui présente la sagesse des peuples Pygmées qu’il a côtoyé au Gabon et au Congo. De retour en France après 33 années passées au Gabon à la tête d’une société d’exploitation forestière, le breton Yves Gaudrée vient de publier son premier roman, «Les tam-tams changent de son», qui entend faire connaître les peuples Pygmées et leur sagesse ancestrale. L’ouvrage est une ...
Lire l'article [4]
La France associée à quelques pays africains dont le Gabon, le Congo et de grands pays forestiers se sont opposés lors du Sommet européen du 10 décembre 2009, au sujet de la prise en compte des forêts des pays développés dans le futur accord. Le protocole de Kyoto établit deux comptabilités des émissions de CO2, une mesure des émissions liées aux énergies fossiles et les règles LULUCF (utilisation des terres, changements d’affectation des terres et foresterie) pour le CO2 absorbé ou émis via la gestion des terres. Les défenseurs de l’inclusion de LULUCF dans le protocole jugent qu’il est cohérent ...
Lire l'article [5]
La Banque africaine de développement (BAD) a octroyé le 30 avril dernier un don de 23,6 milliards de F.CFA à la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) pour la conservation des écosystèmes des forêts du bassin du Congo. Ces fonds doivent permettre de renforcer la gestion durable de ce bassin forestier, le deuxième plus grand de la planète, qui joue un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique. Face à l'importance de la préservation des forêts du Bassin du Congo au regard des impératifs du réchauffement climatique, la Banque africaine de développement (BAD) a ...
Lire l'article [6]
Avec les trois dernières concessions forestières récemment certifiées Forest Stewardship Council (FSC) au Cameroun et au Gabon, le secteur forestier privé de la région marque son engagement à faire progresser la certification forestière dans le Bassin du Congo, avec aujourd'hui près de 3 millions d'hectares certifiés FSC en Afrique occidentale. Cette certification reconnue par les ONG environnementales atteste d’efforts probants des sociétés d’exploitation pour l’optimisation et la préservation des ressources, la protection de la biodiversité et le développement socio économique des populations des populations locales. La préservation et la gestion durable des forêts du Bassin du Congo se renforce ...
Lire l'article [7]
Selon une étude internationale à laquelle a participé une équipe du LSCE (CEA-CNRS-UVSQ), les bilans carbones de la planète devraient prendre en compte les forêts anciennes qui accumulent de grandes quantités de carbone au fil des siècles. Or, les forêts anciennes n'avaient pas été incluses dans le protocole de Kyoto. Dans le cycle du carbone, on sait que les forêts jouent un rôle très important. Elles permettent de ralentir l’augmentation du CO2 atmosphérique en absorbant cet élément, modérant ainsi le changement climatique. Plus concrètement, elles utilisent le CO2 pour synthétiser les molécules organiques stockées dans les arbres, puis dans la matière organique ...
Lire l'article [8]
Jean Eyegue Ndong Le chef du gouvernement gabonais, Jean Eyeghé Ndong, a souligné mercredi lors du séminaire consacré au Programme d’appui du fonds pour l’Environnement mondial à la gestion des Ecosystèmes Forestière du Bassin du Congo, en présence du corps diplomatique accrédité au Gabon, des organisations de coopération internationale et les experts de l’environnement, « le rôle éminemment positif de nos forêts dans la régulation et l’équilibre du climat mondial ». La succession des conférences sur les écosystèmes forestières du bassin du Congo a pu traduire l’intérêt croissant des partenaires au développement aux problématiques de conservation et de gestion durable de ...
Lire l'article [9]
La présidente et directrice générale du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), Monique Barbut a annoncé mardi à Libreville que son institution projette de débloquer une enveloppe de 40 millions de dollars pour appuyer un programme de gestion des écosystèmes forestiers dans les pays membres du Bassin du Congo. Mme Barbut a fait cette annonce à la veille de l'ouverture mercredi à Libreville des travaux d'une rencontre des ministres des Forêts des pays membres du Bassin du Congo. La réunion qui se tiendra dans la capitale gabonaise prendra fin vendredi. Selon Mme Barbut, arrivée mardi soir à Libreville, l'enveloppe du FEM ...
Lire l'article [10]
Des Pygmées et des Bantu
Technologie: la CEEAC comble le fossé de la science, de la technologie et de l’innovation (STI)
10.000 litres de gasoil pour l’Ecole nationale des Eaux et Forêts
Gabon : Un ancien forestier français sort un livre sur les pygmées
Gabon-Europe-Environnement-Le protocole de KyotoQue deviendront les forêts des pays développés dans l’accord post-Kyoto ?
CEEAC : 23,6 milliards de F.CFA de la BAD pour les forêts du Bassin du Congo
Environnement : 3 millions d’hectares de forêts certifiés FSC en Afrique occidentale
Environnement : 15% de la surface forestière mondiale “oubliée” des bilans carbones
Gabon: Environnement/ Jean Eyeghé Ndong souligne le rôle éminemment positif des forêts gabonaises dans la régulation climatique mondiale
40 millions de dollars pour préserver les forêts du Bassin du Congo