Socialisez

FacebookTwitterRSS

Barack Obama et le “vote juif” : l’ère du soupçon

Auteur/Source: · Date: 3 Mai 2008
Catégorie(s): Monde

L’image de Barack Obama est-elle ternie dans l’électorat juif américain au point de lui faire perdre l’investiture du Parti démocrate pour l’élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis ? La question a rebondi après l’affaire Jeremiah Wright. Le sénateur de l’Illinois a rompu avec son révérend, mais ses relations passées avec un homme favorable aux Palestiniens et qui défend le mouvement noir Nation of Islam sont venues confirmer, pour nombre de juifs américains, des craintes sourdes alimentées par des cercles pour lesquels sa présidence serait “mauvaise pour les juifs et Israël”.
“J’ai commencé à recevoir des courriels en janvier” explique J. J. Goldberg, éditeur du vieux journal juif de New York The Forward : tous clamaient que Barack Obama serait un “musulman caché” et que son “agenda” politique viserait à faire disparaître Israël. Des messages évoquaient un nommé “Barack Osama”… La campagne a pris une telle ampleur que, le 19 janvier, 7 des 13 sénateurs juifs américains ont, dans une “Lettre ouverte à la communauté juive”, condamné ces “attaques ignominieuses”.
Mais la campagne s’est poursuivie, relayée de manière plus sophistiquée par des intellectuels juifs ultraconservateurs. Elle vise beaucoup l’entourage du candidat, en particulier Zbignew Brzezinski, ex-conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter, qui a pris le parti des auteurs d’un ouvrage critiquant l’influence du “lobby pro-israélien” (dit “Aipac”) à Washington, et Robert Malley, ex-conseiller du président Bill Clinton sur le Proche-Orient, favorable à une négociation avec le Hamas palestinien. De fait, la plupart de ceux qui ont soutenu les efforts de paix des administrations Carter et Clinton au Proche-Orient se retrouvent du côté de M. Obama, mais aussi d’autres, plus vivement critiques de la politique israélienne.
Barack Obama a le soutien de nombreux intellectuels juifs, de financiers tel George Soros, de célébrités comme Steven Spielberg. Son porte-parole, David Axelrod, est également juif. Mais il a eu beau expliquer qu’il connaît “à peine” MM. Brzezinski et Malley et que son conseiller sur le Proche-Orient est Dennis Ross, un homme très proche de l’Aipac, jurer de son “inébranlable engagement pour la sécurité d’Israël”, assurer qu’il ne “négociera pas avec le Hamas”, désormais, dit M. Goldberg, “pour une partie de la communauté juive américaine, sa bonne foi est contestée”.
L’ère du soupçon s’est ouverte. Chaque fois, un nouveau spectre surgit, comme cette déclaration de 2007 où M. Obama affirmait qu'”aucun peuple n’a récemment autant souffert” que les Palestiniens. Il explique qu’on “tronque” ses propos, peu importe, on ne retient qu’eux. Pour caractériser l’état d’esprit auquel il se heurte, M. Goldberg cite une plaisanterie juive : “C’est un télégramme qui dit : “Commencez à vous inquiéter, détails suivent…””
Ses adversaires se chargent d’alimenter cette défiance. Le 25 avril, le candidat républicain John McCain a qualifié M. Obama de “candidat préféré du Hamas”. L’équipe d’Hillary Clinton, sa concurrente démocrate, distribue les pamphlets d’Ed Lasky, un ultra-conservateur qui a consacré 10 de ses 25 dernières chroniques dans American Thinker au seul thème d’Obama et Israël. Lorsque ce dernier explique qu’il entend “combler le fossé croissant entre les musulmans et l’Occident”, Daphna Ziman, conseillère de Mme Clinton, se dit “horrifiée” : “Il n’affirme pas le droit d’Israël à exister.”
Quel peut-être l’impact de ce “buzz” ? “Si l’on agrège les facteurs richesse, éducation, plus un regard sur le monde fondé sur la peur d’un regain d’antisémitisme”, explique Allan Silver, socio-politologue à l’université Columbia, l’électorat juif “devrait être républicain ; or il reste massivement démocrate”. Selon la dernière étude annuelle de l’American Jewish Committee (décembre 2007), 58 % des juifs américains penchent du côté démocrate contre 15 % vers les républicains ; 67 % (contre 27 %) jugent aujourd’hui que leur pays n’aurait pas dû envahir l’Irak.
Cet électorat est aussi particulièrement âgé et vote massivement. Comparé aux Noirs américains, cinq fois plus nombreux mais plus jeunes et qui votent une fois et demi moins que la moyenne, le “vote juif” compte presque autant. Or ces électeurs juifs sont concentrés dans neuf Etats. Et le système électoral fait que le vainqueur dans un Etat rafle tous ses “grands électeurs” à l’élection présidentielle. Electoralement, estime M. Goldberg, 30 % de cet électorat “fluctuant”, soit 1,2 million de voix, peuvent faire la différence dans certains Etats.
Ces électeurs sont-ils sensibles au facteur racial ? Question délicate… En 1945 s’était formée la Coalition noire-juive contre le racisme. Elle a commencé de se désagréger à la fin des années 1960, avec l’émergence d’un mouvement identitaire noir incluant des tendances antisémites.
Depuis, avec la référence croissante “Noirs américains-Tiers-mondisme” et l’idée qu'”antisionisme égale antisémitisme”, nombre de juifs ont développé vis-à-vis des Noirs des sentiments de crainte, sinon d’hostilité, expliquent MM. Goldberg et Silver. “Candidat noir”, M. Obama en souffre.
Jusqu’ici, lors des primaires démocrates, 54 % des juifs ont voté Hillary Clinton et 44 % Barack Obama. Il a emporté leurs suffrages dans le Massachusetts et le Connecticut, sa rivale à New York, dans le New Jersey et en Pennsylvanie. Ils ont fait jeu égal en Californie.
La crainte de perdre des voix juives lors de l’élection présidentielle si M. Obama est désigné pourrait amener certains “grands électeurs” démocrates à choisir Mme Clinton lors de la Convention. Car si le sénateur de l’Illinois était investi, un nombre difficilement quantifiable d’électeurs juifs basculerait en faveur de John McCain.
Les prochaines primaires démocrates
– 3 mai : Guam
– 6 mai : Indiana, Caroline du Nord
– 13 mai : Virginie-Occidentale
– 20 mai : Kentucky, Oregon
– 1er juin : Porto Rico
– 3 juin : Montana, Dakota du Sud
Les conventions des partis
– 25-28 août : 45e Convention nationale du Parti démocrate à Denver (Colorado).
– 1er-4 septembre : 39e Convention nationale du Parti républicain à Minneapolis-Saint-Paul (Minnesota).
L’élection présidentielle
– 4 novembre : les électeurs américains élisent (indirectement) le président et le vice-président des Etats-Unis. Ils renouvellent par ailleurs les 435 membres de la Chambre des représentants et un tiers du Sénat.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le président élu Barack Obama présentera, lundi 1er décembre, son Conseil national de sécurité, avec notamment la nomination très attendue de son ancien rivale Hillary Clinton à la tête du département d'Etat. Les rumeurs faisant de Mme Clinton la nouvelle patronne de la diplomatie américaine se sont fait plus insistantes ces dernières semaines. Le choix de M. Obama d'inclure la sénatrice de New York dans son administration semble désormais quasiment acquis. Citant plusieurs sources au sein du Parti démocrate, le New York Times assure qu'Hillary Clinton sera bien nommée secrétaire d'Etat en remplacement Condoleeza Rice. Preuve supplémentaire, l'entourage de la sénatrice ...
Lire l'article
Le camp de Barack Obama commence à croire à une victoire écrasante lors de l'élection présidentielle en novembre prochain. Et le dernier sondage réalisé par le magasine Newsweek qui donne une avance de 15 points à Barack Obama face à son rival républicain, John McCain, ne viendra pas ternir cet espoir. 51 % pour M. Obama contre 36 % pour M. McCain. Ce sondage, réalisé sur un échantillon de 1 010 électeurs, montre trois choses. Premièrement, le bon report des intentions de vote des électeurs de Clinton. Les incorruptibles pro-Clinton se sont finalement ralliés au sénateur de l'Illinois, renforçant ainsi le ...
Lire l'article
Comme cela avait été annoncé au cours des derniers jours, la sénatrice de New York, Hillary Clinton, a profité d'un rassemblement, jeudi 7 juin à Washington, pour mettre un terme à sa campagne pour l'investiture démocrate à l'élection présidentielle et apporter son "plein soutien" à son ancien rival Barack Obama en vue du scrutin de novembre. Devant ses partisans et amis rassemblés au National Building Museum de Washington, Mme Clinton a déclaré qu'il était désormais temps de "mettre notre énergie, notre passion et nos forces pour faire tout ce que nous pouvons pour faire élire Barack Obama, le futur président des ...
Lire l'article
La sénatrice démocrate Hillary Clinton va apporter son soutien à Barack Obama en vue de l'élection présidentielle de novembre et appeler à l'unité du Parti démocrate contre le républicain John McCain vendredi 6 juin, a annoncé, mercredi, son équipe de campagne, dans un communiqué. "La sénatrice Clinton organisera vendredi à Washington une réunion au cours de laquelle elle remerciera ses partisans et apportera son soutien au sénateur Barack Obama ainsi qu'à l'unité du parti", indique le texte. Cette déclaration ne précise pas si Mme Clinton mettra formellement un terme à sa campagne ou suspendra seulement ses activités, mais semble confirmer que ...
Lire l'article
"Cette nuit, après 54 difficiles consultations, notre saison de primaires arrive à son terme (...). Cette nuit, je peux dire devant vous que je serai le candidat démocrate à la présidence des Etats-Unis", a affirmé le sénateur de l'Illinois devant des milliers de partisans rassemblés dans le palais des expositions de Saint Paul (Minnesota). "La route sera longue. Je fais face à ce défi avec une grande humilité et en connaissant mes propres limites. Mais je fais aussi face à ce défi avec une foi sans limite dans les capacités du peuple américain", a ajouté M. Obama. DISCUSSION TÉLÉPHONIQUE Rendant un ...
Lire l'article
L'Oregon et le Kentucky ont ouvert leur bureaux de vote, mardi 20 mai, pour départager à leur tour Barack Obama et Hillary Clinton de la course à l'investiture démocrate. Passé ce cap, il ne restera plus que trois primaires : Puerto Rico, dimanche 1er juin ; le Montana et le Dakota du Sud, mardi 3 juin. Quelles sont les chances de chacun ? Hillary Clinton est la favorite dans le Kentucky, Obama n'y ayant quasiment pas fait campagne. Dans l'Oregon, terre traditionnellement démocrate, le sénateur de l'Illinois jouit d'une avance dans les sondages, mais la sénatrice refait peu à peu son ...
Lire l'article
Un cap peut-être décisif a été franchi ce week-end dans la course à l'investiture démocrate. En s'assurant, vendredi 9 mai, du soutien de sept "superdélégués", puis de trois autres samedi, Barack Obama a fait un pas de géant vers une victoire face à sa rivale Hillary Clinton. En tête dans la course aux délégués "simples", vainqueur des primaires dans un plus grand nombre d'Etats, plus populaire au plan national que Mme Clinton, le sénateur de l'Illinois est en passe de franchir le seul obstacle qui pouvait encore lui barrer la route de l'investiture : obtenir le ralliement d'une majorité de ...
Lire l'article
"Déçu" puis "dégoûté" par Hillary Clinton, le cinéaste américain Michael Moore a décidé, lundi 21 avril, d'apporter son soutien au sénateur de l'Illinois Barack Obama dans la course à l'investiture démocrate. "Au cours des deux derniers mois, les actes et les propos de Hillary Clinton sont passés de décevants à écœurants", écrit le cinéaste sur son site Internet. Michael Moore qui avait exprimé de la sympathie dans ses livres pour Mme Clinton, se dit maintenant "triste" de la façon dont elle a mené sa campagne. Il explique que le débat télévisé diffusé la semaine dernière a été "la goutte d'eau qui ...
Lire l'article
Barack Obama a réaffirmé, lundi 10 mars, son intention d'être président, sans se contenter d'une éventuelle vice-présidence de Hillary Clinton, alors qu'il espère donner un nouveau souffle à sa campagne mardi lors d'une primaire dans le Mississippi. "J'ai gagné plus de voix que la sénatrice Clinton, j'ai plus de délégués, donc je ne comprends pas comment une personne qui est en seconde position peut proposer d'être vice-président à celui qui est en première position", a lancé Barack Obama pendant un rassemblement électoral. Le sénateur a relevé un paradoxe : l'équipe Clinton "vient de passer les deux, trois dernières semaines (...) à ...
Lire l'article
Barack Obama a remporté, samedi 8 mars, les caucus qui ont eu lieu dans l'Etat du Wyoming devant sa rivale Hillary Clinton, selon plusieurs médias américains. Après dépouillement de 96 % des votes, M. Obama obtenait 59 % des voix contre 40 % à Mme Clinton, ont rapporté les chaînes de télévision Fox et CNN. Le Wyoming, un des Etats les plus républicains et les moins peuplés des Etats-Unis, désigne douze délégués sur les 2 025 requis pour obtenir l'investiture comme candidat du parti démocrate. Sept étaient désignés samedi et les cinq autres le seront lors d'une convention locale prévue le ...
Lire l'article
Barack Obama s’apprête à faire d’Hillary Clinton sa secrétaire d’Etat
Barack Obama creuse l’écart dans les sondages face à son rival John McCain
Hillary Clinton met un terme à sa campagne et apporte son soutien à Barack Obama
Hillary Clinton va soutenir Barack Obama
Barack Obama revendique la victoire dans la bataille des primaires démocrates
Barack Obama espère une victoire dans l’Oregon pour mettre un terme à la bataille démocrate
Barack Obama passe devant Hillary Clinton dans la course aux superdélégués
Michael Moore soutient Barack Obama
Barack Obama ne se voit pas en co-listier d’Hillary Clinton en novembre
Barack Obama remporte les caucus démocrates du Wyoming


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Mai 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*