Socialisez

FacebookTwitterRSS

France – Afrique : la rupture… dans la continuité

Auteur/Source: · Date: 5 Mai 2008
Catégorie(s): Françafrique

Mise en œuvre par de Gaulle après les indépendances africaines, la Françafrique a été un instrument d’une politique hégémonique de la France vis-à-vis de ses anciennes colonies, hégémonie qui se développera quelque temps après dans d’autres pays non francophones. Mais cette Françafrique, que Nicolas Sarkozy ne voulait plus à cause des relations opaques entre ses prédécesseurs et certains dirigeants africains, a résisté à la tempête de la rupture et continue sa mission dominatrice sur la politique et l’économie du continent.

De De Gaulle à Sarkozy, la politique française en Afrique, s’est caractérisée par un impérialisme politique et économique par le biais de la Françafrique. Respectant la parole de De Gaulle qui spécifiait que la France n’avait pas d’amis, mais seulement des intérêts, tous les présidents français qui se sont succédé après lui ont travaillé avec les dirigeants africains corrompus. Et quand leurs peuples ont voulu décrier leur incurie politique acceptée par la Françafrique, les dirigeants ont été protégés par la France, grâce aux militaires français basés sur le continent, à l’instar de Eyadema de son vivant ou encore aujourd’hui de Deby. Les quelques dirigeants politiques qui ont voulu demander une coopération équitable, à l’instar des réalités sociales occidentales, ont été punis car considérés comme des révoltés qui pourraient mettre en danger la politique néocoloniale d’exploitation des richesses qui paradoxalement ne profitent pas au développement du continent.

Ceux qui ont voulu braver la Françafrique se sont confrontés à l’impérialisme français des années 60 à nos jours, et ont été bien souvent broyés par la machine des réseaux Françafrique. Ces complots politiques se sont réalisés sur fond d’une exploitation des matières premières qui servent certains intérêts français. Le Camerounais Félix Mounié fut empoisonné par les services secrets suisses et français en 1961 et Thomas Sankara assassiné en octobre 1987 par la Françafrique qui ne pouvait accepter sa rébellion et son insoumission vis-à-vis de Mitterrand. Sékou Touré est sévèrement puni par De Gaulle pour avoir demandé son indépendance en 1958. Le Sénégalais Mamadou Dia est arrêté, condamné et déporté à Kédougou à cause de son discours incendiaire du 8 décembre 1962 (que l’on peut lire dans son Afrique : le prix de la liberté) dans lequel il tentait de « modifier les rapports de subordination au système colonial et d’opérer une complète mutation des structures et des institutions, afin que le progrès économique puisse assurer l’harmonie de la croissance et l’équilibre économique et sociologique traditionnel de la société [sénégalaise] ». Au Congo, pour avoir voulu que l’exploitation du pétrole soit correcte, Marien Ngouabi est curieusement assassiné en mars 1977 au moment où l’armée est consignée, quelque temps après avoir énervé l’ambassadeur français qui n’avait pas apprécié son franc parler au cours d’un meeting populaire.

Et quand en 2007, dans son discours électoral, Sarkozy dénonce les liens mafieux entretenus par ses prédécesseurs avec certains dirigeants africains à travers la Françafrique, l’espoir renaît du côté des jeunes Africains. Mais hélas ! Au pouvoir, Sarkozy se confronte à la puissance françafricaine. Incapable de changer la politique néocoloniale de cette institution, il soutient, comme ses prédécesseurs, Deby dans la dernière guerre du Tchad. Il fait profil bas devant Omar Bongo humilié par les médias français et envoie Claude Guéant et Alain Joyandet à Libreville pour effacer la bavure de Jean Marie Bockel. En aidant Deby à se maintenir au pouvoir, la France a démontré son refus pour des véritables changements démocratiques en Afrique. Le réseau françafrique a soutenu Deby afin d’empêcher l’accès au pouvoir à des rebelles proches de l’Islam soudanais et soutenus, financés et armés par le Soudan, connu pour ses liens avec la Chine –peu démocratique. Mais, il ne faut pas oublier que c’était surtout l’exploitation du pétrole tchadien par les compagnies françaises qui pouvait être mise en péril.

En écartant Bockel du Secrétariat d’Etat à la Coopération, Sarkozy a renié sa prétendue rupture annoncée pendant sa campagne présidentielle. Et par ce geste, l’acte de décès de la Françafrique n’a pu être signé par Bockel. Aussi, pour narguer Sarkozy qui n’avait pas encore compris les véritables tenants et aboutissants de la Françafrique de De Gaulle à Chirac, Bongo, dans son interview à France 2 déclare ironiquement : « Sarkozy sait ce qu’il veut entendre par la rupture. Est-ce que Sarkozy a dit qu’il va rompre avec l’Afrique ? Non, c’est vous [les journalistes] qui inventez tout cela. ».

Guerre du Tchad et imbroglio entre la France et le Gabon, voilà deux situations qui devraient interpeller les jeunes Africains qui se considèrent comme trahis par leurs dirigeants. Ces derniers ne profitent pas de l’Union Africaine pour avoir les moyens d’en finir avec les réseaux de la Françafrique. Souveraineté politique avec mise en place d’une gouvernance transparente de l’Union africaine pour un réel développement économique avec une monnaie commune (à l’instar de l’Euro pour l’Europe), tel est le leitmotiv qui devrait servir de réflexion aux compétences africaines du continent et de la diaspora, pour une véritable indépendance politique et économique du continent.


SUR LE MÊME SUJET
France-Afrique: Il y aurait eu plus de vingt millions de dollars dans les « mallettes »
Les accusations fracassantes de l’avocat Robert Bourgi sur des fonds occultes africains qui auraient inondé la présidence Chirac continuent de susciter beaucoup de questions, tout en donnant du grain à moudre aux acteurs et aux observateurs politiques. Ce système de valises n’est-il apparu qu’en 1997 ? A-t-il disparu en 2005 ? Après être sorti de l’ombre avec un long entretien au Journal du Dimanche, l’avocat franco-libanais Robert Bourgi s’est démené, hier, sur les radios (Europe 1, RFI, RMC), pour multiplier les divulgations de détails croustillants sur ce qu’il appelle le « côté obscur de la Françafrique ». Cette face cachée, il admet ...
Lire l'article
Un an après la mort de son père Omar Bongo Ondimba, Ali Bongo tente de donner au Gabon un nouveau style avec des plans de réforme de l'administration et de l'économie, des annonces dans l'écologie et des promesses de moralisation mais l'opposition se montre sceptique. "L'émergence": avec ce mot, Ali Bongo résume tout son projet de société pour le Gabon. Le nouveau président a multiplié les chantiers avec l'ambition de sortir le "pays de l'immobilisme" qui avait marqué les dernières années au pouvoir de son père. Il a ainsi pris de nombreuses mesures spectaculaires. La première d'entre elles, dès octobre, a été ...
Lire l'article
Alors que vient de se tenir le 25e sommet Afrique-France à Nice, "Jeune Afrique" a enquêté sur les nouveaux visages d'une réalité souvent fantasmée : la Françafrique. Petit guide pratique pour ceux qui veulent s'aventurer dans ses maquis. Alors que le 25e sommet Afrique-France, qui est aussi celui du cinquantenaire des indépendances, s'est tenu à Nice les 31 mai et 1er juin, l’affaire est assez emblématique des mutations de cet étrange serpent de mer qu’est la Françafrique. Chacun sait, depuis le 15 mai, que la libération de l’universitaire Clotilde Reiss est en partie due à une médiation sénégalaise, au sein de ...
Lire l'article
Il y eut Guy Penne, « Monsieur Afrique » de François Mitterrand, ou encore le sénateur Pierre Biarnès, éminence de la Françafrique et de la franc-maçonnerie. La relève se fait aujourd’hui plus discrète. Pas question, à la Grande Loge nationale française (GLNF), de révéler qui est le « Monsieur Afrique ». Si certaines obédiences africaines se disent proches d’Alain Bauer, ancien grand maître du Grand Orient et conseiller pour la sécurité de Nicolas Sarkozy, lui se fait discret. Tout comme Patricia Balme, gourou en communication de Paul Biya. La « franc-maçonnafrique » est loin d’être enterrée. Le conseiller régional Philippe Guglielmi, ...
Lire l'article
Comme annoncé, le chef de l’État français se rendra donc au Gabon et au Rwanda les 24 et 25 février prochains. À Franceville, il ira se recueillir au mausolée de l’ancien président gabonais – une suggestion de son conseiller Robert Bourgi, qui devrait être de l’étape –, avant de s’entretenir avec Ali Bongo Ondimba et de passer la nuit à Libreville. Ce dernier, ravi de la venue – et donc du soutien – de Nicolas Sarkozy, fait préparer minutieusement la visite d’État depuis plusieurs semaines. L’accueil sera beaucoup plus sobre à Kigali, parfaitement étranger à tout ce qui relève du folklore ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy est attendu au Gabon mercredi puis au Rwanda jeudi. A Libreville, le président de la République signera de nouveaux accords de défense avec le Gabon, censés incarner la "rupture" souhaitée par la France en Afrique. A Kigali, il s'agira avant tout d'une visite symbolique, supposée marquer la détente des relations franco-rwandaises. Deux visites déjà très commentées. La dernière fois qu'il s'est rendu en Afrique, c'était déjà au Gabon. Nicolas Sarkozy avait alors été sifflé par une dizaine de jeunes à son entrée dans le palais présidentiel de Libreville, où se tenaient les obsèques du président Omar Bongo, le ...
Lire l'article
Un an après un voyage éclair de six heures à Luanda, Nicolas Sarkozy renoue jeudi et vendredi avec l'Afrique pour un périple tout aussi minuté à Kinshasa, Brazzaville et Niamey conçu comme un exemple des liens rénovés qu'il veut instaurer avec le continent noir. En visite en Afrique du Sud en février 2008, le chef de l'Etat avait jeté les bases d'un nouveau "modèle de relations" franco-africaines, enfin débarrassé des outrances de la "Françafrique". Mais la rupture annoncée reste balbutiante, illustrée par le départ précipité il y a un an du secrétaire d'Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel. C'est donc avec ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »
Le retrait des troupes françaises des pays africains non compris le Sénégal peut être ’’un facteur de déstabilisation’’, a déclaré jeudi le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, qui s’est dit cependant favorable à la révision des accords de défense entre la France et des pays du continent. Le retrait de la France ’’de tous les pays d’Afrique, je ne parle pas du Sénégal, je pense que c’est un facteur de déstabilisation’’, a notamment dit le chef de l’Etat dans un entretien à Radio France internationale (RFI). ’’Il y a des gouvernements en Afrique qui ont besoin d’avoir des accords visibles ...
Lire l'article
La politique africaine de la France a été oubliée par Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée du 24 avril dernier. Par manque de temps (j'ose le croire), le journaliste Vincent Hervouët de LCI n'a pas pu placer une question qui aurait amené le Président à reconnaître ses erreurs sur ce plan. Lui qui avait durant la campagne électorale promis "la rupture" avec les anciennes pratiques des relations franco-africaines, déclarant: "Il faut débarrasser nos relations des réseaux d'un autre temps […] Il faut tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés." Comme sur d'autres points, un an après, le bilan de ...
Lire l'article
France-Afrique: Il y aurait eu plus de vingt millions de dollars dans les « mallettes »
Un an après la mort d’Omar Bongo: le Gabon entre rupture et continuité
France-Afrique: Les nouveaux réseaux
France-Afrique: Des maçons bien discrets
France-Afrique : Sarkozy, de Libreville à Kigali
Afrique: La rupture selon Sarkozy
Sarkozy de retour en Afrique pour y réaffirmer le virage de la rupture
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »
Sarkozy an I: quel bilan pour les relations France-Afrique?

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Mai 2008
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*