- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Jean Ping chez Mugabe: l’UA se penche sur la crise politique et l’ONU s’inquiète

Jean Ping [1]Le président de la commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping, en mission au Zimbabwe, a rencontré Robert Mugabe pour faire le point sur la crise électorale. Aucun candidat n’a obtenu la majorité absolue au premier tour de la présidentielle, le 29 mars dernier, et l’opposant Morgan Tsvangirai tarde à se prononcer sur sa présence au second tour contre le président sortant. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon est en concertation avec l’UA.

Le ministre des Affaires étrangères du Gabon, Jean Ping, a été élu président de la Commission de l’Union africaine le 1er février 2008.

Jean Ping s’est entretenu avec le président sortant Mugabe et a eu une séance de travail avec le président de la Commission électorale du Zimbabwe (ZEC). Les autorités de Harare n’ont pas confirmé cette information mais, dans l’entourage du président de la commission de l’UA on indique, en effet, qu’un rendez-vous s’est tenu, ce lundi, entre Jean Ping et Robert Mugabe. Aucune déclaration officielle n’a été faite, à l’issue de cet entretien. L’Union africaine se fait toujours très discrète sur la crise électorale au Zimbabwe.

Une source diplomatique, citée par l’Agence France Presse, évoque bien « des discussions très constructives » qui auraient permis d’examiner la crise électorale « sous tous ses aspects ». Et le diplomate de préciser que « tous les scenarios pour les semaines à venir » ont été étudiés, notamment « les dispositifs en place pour la bonne tenue du second tour ». Quels dispositifs ? Aucune réponse concrète, pour l’instant.

En tout cas, l’Union africaine semble estimer qu’un second tour de scrutin au Zimbabwe est inévitable. Pourtant Morgan Tsvangirai n’a toujours pas annoncé sa décision d’y participer et son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), continue à revendiquer une victoire dès le premier tour.

La Grande Bretagne et les Etats-Unis, de leur côté, émettent de sérieux doutes sur la capacité de Robert Mugabe à permettre un second tour de scrutin libre et transparent.

Selon les résultats officiels annoncés vendredi dernier, le candidat de l’opposition n’a reporté que 47,9% des suffrages, contre 43,2% pour le président sortant. La Commission électorale n’a pas encore annoncé la date du second tour de l’élection présidentielle. La loi électorale zimbabwéenne stipule que le second tour doit avoir lieu dans les trois semaines suivant l’annonce des résultats.

Le MDC revendique la victoire de Tsvangirai avec plus 50% des suffrages au premier tour, considère qu’un second tour « n’est pas nécessaire » et que Robert Mugabe devrait « accepter la défaite ». Le président a fait savoir par l’intermédiaire de son parti, l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front populaire (ZANU-PF), qu’il serait présent au second tour.

L’Union africaine souhaite que le processus électoral zimbabwéen puisse aboutir dans de bonnes conditions pour éviter que la situation actuelle au Zimbabwe ne dégénère en un scénario à la kényane, selon une source proche de la Commission des Affaires politiques de l’UA. Des dispositions devraient être prises pour renforcer substantiellement l’équipe d’observateurs de l’organisation panafricaine, dans la perspective d’un second tour de la présidentielle au Zimbabwe.

Le secrétaire général des Nations unies s’est déclaré inquiet au sujet des informations concernant « l’augmentation des niveaux de violence et d’intimidation » au Zimbabwe. Ban Ki-moon a déclaré aux journalistes, lundi à New-York, qu’il était en consultations, au sujet de crise zimbabwéenne, avec le président de l’Union africaine, Jakaya Kikwete, chef d’Etat de la Tanzanie, et également avec le président de la Commission africaine, Jean Ping, et le président de la Zambie, Levy Mwanawasa, qui dirige actuellement la Communauté pour le développement de l’Afrique Australe (SADC).
 


SUR LE MÊME SUJET
Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), le docteur Jean Ping a validé hier à Abidjan en Côte d’Ivoire, la victoire du président de la RD Congo, Joseph Kabila Kabangé. «Le président Joseph Kabila a été réélu. Il y a eu des contestations. Nous avons dit à ceux qui contestaient de porter leurs requêtes à la connaissance des juridictions. La justice s’est prononcée en confirmant la victoire du président Kabila.», a déclaré l’ex ministre des Affaires étrangères du Gabon à la sortie de son audience avec le numéro un ivoirien, Alassane Ouattara. « Nous nous réjouissons ...
Lire l'article [2]
Actuellement à Paris, où il tente une médiation entre les deux parties impliquées dans la crise en Libyenne, le président de la Commission de l’Union africaine (UA) s’est exprimé sur le cas de la Libye. Dans cette interview accordée le 23 mars à RFI, Jean Ping revient largement sur la résolution 1973 des Nations Unies en faveur de l’intervention militaire au pays du Guide libyen. Il évoque également la tenue d’un sommet sur la Libye le 25 mars à Addis-Abeba. Samedi dernier à Nouakchott, le comité de l’Union africaine a appelé la cessation immédiate des hostilités en Libye. Est-ce que ...
Lire l'article [3]
Dans un communiqué, M. Annan estime que le pouvoir en place a suscité "une amère déception" et appelle à "accélérer" la transition politique au Zimbabwe. Il demande également au pays membres de la SADC, la Communauté de développement d'Afrique australe, de s'impliquer davantage. Koffi Annan et les deux autres membres du groupe The Elders – l'ancien président américain Jimmy Carter et la militante des droits de l'Homme Graca Machel, épouse de Nelson Mandela – avaient tenté de se rendre au Zimbabwe les 22 et 23 novembre, mais s'étaient vus refuser leurs visas par les autorités d'Harare. "Nous n'avons pas pu ...
Lire l'article [4]
La crise politique qui agite le Zimbabwe depuis des mois s'apaisera-t-elle ? Selon le ministre zimbabwéen de la justice Patrick Chinamasa, interrogé lundi 21 juillet, le président Robert Mugabe et l'opposition doivent signer, dans la journée, un accord de principe. Ce document fixe le cadre de négociations sur l'avenir politique du pays : un échéancier, un modus operandi, ainsi qu'un ordre du jour. Les deux parties l'examinent depuis des contacts préliminaires il y a dix jours à Pretoria, en Afrique du Sud. ARRÊT DES VIOLENCES Le Zimbabwe vit une paralysie politique depuis la réélection contestée, fin juin, de Robert Mugabe, seul en lice ...
Lire l'article [5]
Selon El-Ghassim, porte-parole de la Commission de l’Union africaine (UA), le président de la Commission de cette instance, Jean-Ping, est «hors de danger». En effet, victime d’un malaise lors d’une réunion à Toyako, dans l’île japonaise de Hokkaïdo, avec des Chefs d’Etat et de gouvernement du G8, Jean-Ping a été brièvement hospitalisé. «Comme il est tard au Japon, a-t-il confirmé à l’AFP, les médecins ont préféré le garder en observation, mais il est hors de danger ». Jean-Ping, 65 ans, ancien ministre gabonais des Affaires étrangères et vice-Premier ministre, a été élu le 1er février 2008 à la présidence de la Commission ...
Lire l'article [6]
A peine réélu, dimanche 29 juin, à la tête du Zimbabwe au terme d'une élection très contestée, le président sortant Robert Mugabe a redit, lors de son discours d'investiture, qu'il était prêt à négocier avec l'opposition. "J'ai l'espoir que, bientôt, nous mènerons des consultations entre partis politiques de différentes opinions afin d'instaurer un dialogue sérieux qui tempèrent nos différends et débouchent sur une ère d'unité et de coopération", a-t-il déclaré. Cette proposition a été accueillie plutôt froidement par l'opposition, qui a boycotté le second tour de l'élection présidentiellle face aux violences, et qui avait déclaré plus tôt que la réélection ...
Lire l'article [7]
Elu à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA) le 1er février dernier, le gabonais Jean Ping enregistre son baptême de feu : Le problème zimbabwéen pour lequel il revient d'une mission en Afrique australe et à propos duquel il a déclaré, le 7 mai à Arusha (Tanzanie), que le devoir du gouvernement zimbabwéen est d’assurer la sécurité de ses citoyens. Ouverte le mardi 6 mai dernier à Arusha en Tanzanie, la 11è session extraordinaire du Conseil exécutif de l’UA était essentiellement consacrée à au projet d'intégration africaine. La crise zimbabwéenne y a également été évoquée, même si ...
Lire l'article [8]
Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping (Gabon), se trouve depuis dimanche à Harare où il devrait rencontrer dans la journée, le président sortant Robert Mugabe dans le cadre des efforts de l'UA pour résoudre la crise électorale au Zimbabwe, et certainement aussi le chef de fil de l’opposition, Morgan Tsvangirai, arrivé en tête lors de l’élection présidentielle du 29 mars avec 47, 9% de suffrages contre 43,2% pour le héros de l’indépendance acquise il y a un peu plus d’un quart de siècle, demeuré à la tête du pays depuis lors, rapporte un diplomate gabonais à ...
Lire l'article [9]
L'affaire est embarrassante pour la Chine mais aussi pour l'Afrique du Sud. Un cargo chinois, le An Yue Jiang, transportant des armes et des munitions à destination du Zimbabwe a été autorisé par les douanes sud-africaines à décharger sa cargaison, mercredi 16 avril, sur le port de Durban. Le quotidien sud-africain en afrikaner Beeld, qui a révélé l'information, a précisé que le bordereau de livraison de la marchandise destinée au ministère de la défense à Harare et incluant des fusils d'assaut, des mortiers et des grenades, avait été émis le 1er avril, soit trois jours après les élections au Zimbabwe. La ...
Lire l'article [10]
Ceci est un point de vue sur le changement intervenu à la présidence de la Commission de l'Union africaine. En élisant le Gabonais Jean Ping à la tête de la commission panafricaine en remplacement du Malien Alpha Oumar Konaré (A.O.K.), poussé discrètement vers la sortie, le 10e sommet de l'UA tenu en son siège en début janvier 2008 vient de lever, s'en félicite-t-il, ce qu'il qualifie d'obstacle gênant sur son chemin : le chemin des manipulateurs en chef de constitutions, dans l'unique but de présider aux destinées de leur pays respectif à vie. En effet, depuis l'annonce de la victoire controversée et ...
Lire l'article [11]
Jean Ping valide la victoire de Joseph Kabila
Crise libyenne : Jean Ping parle
Pour Kofi Annan, Mugabe est “incapable de sortir le Zimbabwe de la crise”
Mugabe et l’opposition vont signer un accord
Jean Ping hors de danger
Réélu à la tête du Zimbabwe, Robert Mugabe “espère” négocier avec l’opposition
Union africaine : Le Gabonais Jean Ping prend son baptême de feu sur la crise zimbabwéenne
Crise au Zimbabwé: Jean Ping engage la médiation de l’UA à Harare
Un cargo chinois livre des armes au régime Mugabe
POLITIQUE AFRICAINE: “Jean Ping, l’homme des manipulateurs en chef des constitutions”