Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Omar Bongo ou ce roi nègre qui dirige la France ?

Auteur/Source: · Date: 6 Mai 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde

Sarkozy - BongoDoit-on admettre en France le grand pouvoir insoupçonné des chefs d’Etats africains ? L’Elysée n’aurait-il pas les mains libres face à ces encombrants « amis » africains de la France ? En tout cas une chose est sûre, on ne soupçonne pas souvent l’immense pouvoir dont disposent certains chefs d’Etats africains. Eh oui, la Françafrique a ses revers, et ceux-ci peuvent être aussi dangereux pour la France que ne le sont ses réseaux mafieux pour l’Afrique. La Françafrique ne serait-elle pas tout simplement contre-productive pour la France et l’Afrique ? En France, le gabonais Omar Bongo, ce roi nègre, a toujours influencé le cours des choses en tirant les ficelles. Cet inamovible et indétrônable roi nègre dispose en effet d’un pouvoir immense et d’importants leviers de pression sur les locataires successifs de l’Elysée depuis de Gaulle jusqu’à Jacques Chirac et maintenant Nicolas Sarkozy qui prônait pour tant la rupture. Ainsi, de son palais du bord de mer à Libreville, d’un simple coup de colère accompagné d’un simple coup de fil à l’Elysée, il fait et défait des gouvernements français depuis des décennies. Le récent « limogeage » de l’ex-secrétaire d’Etat à la coopération, Jean-Marie Bockel par Nicolas Sarkozy est à cet égard une parfaite illustration. Comme bien d’autres avant lui, Omar Bongo a eu la peau de Jean-Marie Bockel. Et, à Libreville il est presque de notoriété publique que c’est Omar Bongo qui avait obtenu de Jacques Chirac la nomination de Dominique de Villepin au poste de Premier ministre.

“L’un des premiers freins au développement, c’est la mauvaise gouvernance, le gaspillage des fonds publics, l’incurie de structures administratives défaillantes, la prédation de certains dirigeants. Quand le baril est à 100 dollars et que d’importants pays producteurs de pétrole ne parviennent pas à se développer, la gouvernance est en question. Quand les indicateurs sociaux de ces pays stagnent ou régressent, tandis qu’une minorité mène un train de vie luxueux, la gouvernance est en question. Que deviennent ces revenus pétroliers’ Pourquoi la population n’en bénéficie-t-elle pas’ Est-il légitime que notre aide au développement soit attribuée à des pays qui gaspillent leurs propres ressources ?” Ces récentes déclarations du secrétaire d’Etat à la Coopération avaient déplu au roi nègre. Elles lui ont coûté son poste. Le reportage diffusé sur France 2 début mars n’a sans doute pas aidé à reconduire le patron de la Coopération. Reprenant les informations mises au jour par les policiers et les juges l’été dernier, la chaîne publique a montré l’étendue du patrimoine immobilier du grand et tout puissant roi nègre : 33 appartements ou maisons, un hôtel particulier de 19 millions d’euros…

Re-colère d’Omar Bongo qui, en guise de représailles, expulse deux ressortissants français. Evoquant une véritable “cabale” et un “complot contre le Gabon et son président”, le porte-parole de son gouvernement, René Ndemezo’ Obiang, fustige la diffusion du reportage dans un communiqué : “En autorisant la diffusion par les chaînes publiques de reportages divulguant l’adresse privée du président de la République gabonaise en France, mettant ainsi en danger son intégrité physique ainsi que celle de sa famille, les autorités françaises ont manqué à leurs obligations de protection d’un chef d’Etat en exercice.” Le ton menaçant et inhabituellement peu diplomatique laisse augurer des conversations houleuses échangées entre l’Elysée et le palais du bord de mer. Deux semaines plus tard, Bockel fait ses valises pour les Anciens combattants, où il pourra sans doute méditer sa propre réponse faite en janvier dernier au journal « Le Monde », qui l’interrogeait sur le précédent de Jean-Pierre Cot, écarté en 1982 de la Coopération par François Mitterrand pour cause de réformisme trop enthousiaste : “C’est un vieil ami. Il s’est vite isolé et n’a pas forcément fait la bonne analyse. Moi, je suis avant tout un pragmatique. Je sais gérer les gens, les budgets, les contradictions. Je sais qu’on ne décalquera pas du jour au lendemain notre morale en Afrique. Je sais aussi que l’Afrique est le continent de demain, et qu’il en va de l’intérêt de la France de mettre en œuvre cette rupture. La jeunesse africaine l’attend.” Eh bien, la jeunesse africaine attendra encore. Et tant pis pour les promesses de rupture annoncées lors de la campagne présidentielle.

Tuer les petites pratiques moribondes et renouveler le dialogue avec les Africains ? Devant ce danger, en coulisse, le syndicat des chefs d’Etat africains s’organise. Bongo, Sassou (président du Congo) et Biya (président du Cameroun) prennent leur téléphone pour réclamer à Nicolas Sarkozy la tête de l’impétrant. Les jeux sont faits. Deux mois plus tard, la sanction tombe, alors même que le flamboyant Bockel s’est ravisé. Ainsi va la relation franco-africaine et plus exactement les relations franco-gabonaise et franco-congolaise. “C’est un signe intéressant.” C’est en ces termes ironiques que le porte-parole du gouvernement gabonais a accueilli chaleureusement la “bonne nouvelle” du départ de Jean-Marie Bockel du secrétariat d’Etat à la Coopération. En clair : victoire par KO d’Omar Bongo qui, ayant demandé sa tête, a obtenu la dépouille du maire Gauche moderne de Mulhouse. Celui qui, dans ses voeux à la presse, appelait à signer “l’acte de décès de la Françafrique”. Vous avez dit “rupture”?…

Alors doit-on parler d’une humiliation de plus pour la France comme l’avait récemment décrié l’opposition et le Parti socialiste, et d’autres membres de la majorité dans l’affaire Kadhafi ? Pas si sûr. En effet, le vrai problème dans ce pays, c’est que tout le monde ou presque est d’accord avec cet état des choses. L’opposition politique fondamentale en France réside aujourd’hui entre ceux qui soutiennent une gouvernance de droite plus libérale sous l’impulsion de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) et ceux qui, avec pour chef de fil le Parti Socialiste (PS), prônent un capitalisme plus modéré et plus social synonyme d’une meilleure répartition des richesses. Mais s’agissant de la politique africaine de la France, au-delà de quelques petites hostilités entre amis, ce clivage s’estompe nettement. À ce niveau en effet, la grille de lecture traditionnelle française opposant une gauche à une droite n’a plus de pertinence – car on retrouve des deux côtés des partisans de la Françafrique. C’est dire que parmi ceux qui dans le monde politique français aujourd’hui doivent s’inquiéter en cas d’un éventuel « déballage » des affaires illicites et compromettantes liées aux réseaux françafricains, il y a sûrement une majorité, même sûrement tous les membres des gouvernements successifs de droite depuis 1960. Et cela doit être exactement le même cas de l’autre côté de la barrière politique.

Parallèlement aux élites politiques, d’importantes opérations de lobbying auprès des décisionnaires africains sont constamment organisées par des hommes d’affaires représentant des intérêts tricolores en Afrique comme Total, Areva, Bouygues, Bolloré, CFAO (de François Pineau), Castel… ; et par les représentants des principales compagnies pétrolières (BP, Shell, ExxonMobil, Chevron, Total et Eni). Voilà pourquoi pendant des décennies les locataires successifs de l’Elysée (du général de Gaulle à Jacques Chirac) ont toujours montré une déférence extrême à l’égard des chefs d’Etats africains, notamment le gabonais Omar Bongo, le congolais Sassou-Nguesso, le camerounais Paul Biya, l’angolais José Eduardo dos Santos ou l’équato-guinéen Tedero Obiang Nguema dont les pays regorgent d’importantes ressources pétrolières, en faisant tant de concessions superflues que l’on a l’impression qu’un basculement a eu lieu dans lequel les deux parties ont oublié laquelle a le grand pouvoir et laquelle le petit. En effet, certains chefs d’Etats africains qui ont bien compris l’enjeu capital que représentent leurs colossales ressources naturelles pour les puissances occidentales et les appétits qu’elles aiguisent, se sentent pousser des ailes et se voient de ce fait investis d’un très grand pouvoir.

Suffisamment grand en tout cas pour leur permettre d’exiger et d’obtenir de l’Elysée de nommer un Premier ministre ou de limoger un ministre et ou encore d’influer la liberté de la presse et sur le cours de la justice en France. De plus ils se sont offerts en France de supers réseaux de communicants et de lobbyistes bien introduits dans la classe politique française de tous bords. C’est pourquoi quand par exemple Omar Bongo, non content qu’on lui fasse un procès pour ses quelques « masures » à Paris, menace de fermer l’antenne librevilloise de Radio France internationale (RFI), les autorités françaises s’empressent de le calmer par un coup de fil apaisant. Une seule règle donc lorsque vous êtes élu président français et arrivez à l’Elysée : Ne surtout pas offusquer le « doyen » des chefs d’Etats africains, Omar Bongo qui a connu toutes les présidences françaises depuis le général de Gaulle. Ce roi nègre connaît tout le monde, sait tout sur tout le monde et surtout il maîtrise tous les dossiers brûlants de la Françafrique. C’est donc une véritable bombe qui peut vous exploser à la figure si vous n’y prenez garde. C’est à croire que pour les autorités françaises, ces encombrants « amis » chefs d’Etats africains seraient devenus une vraie menace.

Il faut dire que cette politique hasardeuse et très risquée de l’Elysée, essentiellement axée sur des relations personnalisées avec les chefs d’Etats africains, a en effet solidarisé les présidents français successifs : Giscard D’Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac, avec des régimes corrompus et dictatoriaux qui ont même parfois commis des crimes contre l’humanité. Comme nous pouvons le voir, l’Elysée n’a donc pas les mains libres face à ces encombrants « amis » africains de la France. Alors la question est : L’Elysée, qui redoute qu’un jour ces puissants et encombrants « amis » chefs d’Etats africains, qui connaissent bien trop de secrets et de dossiers sensibles, et qui prennent trop de liberté, soient tôt ou tard emmenés à tout déballer sur la place publique, ne ferait-il pas mieux de les mettre aujourd’hui hors circuit, à la loyale, par la voie judiciaire ?

Bienvenu MABILEMONO


SUR LE MÊME SUJET
Le président Ali Bongo s’est envolé le 30 mai pour Nice, en France, où il prend part du 31 mai au 1er juin au 25e sommet France-Afrique, son premier depuis son investiture le 16 octobre 2009. La place de l'Afrique dans la gouvernance mondiale, la paix et la sécurité du continent mais aussi les grands dossiers internationaux comme le réchauffement climatique sont au cœur de ce Le 25e sommet France-Afrique tient ses assises du 31 mai au 1er juin à Nice, en France. C’est dans cette optique que le chef de l’Etat gabonais a quitté Libreville le 30 mai ...
Lire l'article
Omar Bongo, corrupteur ? Le Gabon, émirat pétrolier ? Les campagnes électorales financées par des fonds africains ? Vous n'y pensez pas bonnes gens ! Face aux dénégations multiples des hommes politiques, de Jacques Chirac à Nicolas Sarkozy, en passant par le timide Parti socialiste, Rue89 exhume quelques courriers du Vieux sage, époque Elf-Aquitaine. Souvenirs, souvenirs… Le « protocole Guillaumat » des années 1970 Le pacte de corruption date des années 70 et s'appelle le « protocole Guillaumat ». Du nom de ce grand commis de l'Etat, homme du renseignement, nucléocrate et surtout architecte de l'empire pétrolier tricolore. Conséquence directe des chocs ...
Lire l'article
Malgré le décès du président gabonais, il est peu probable que les rapports entre la France et l’Afrique changent. Les intérêts bien compris des uns et des autres favorisent le statu quo. Au lendemain du décès du président gabonais Omar Bongo qui a connu tous les présidents de la Ve République : Le général de Gaulle, Georges Pompidou, Valery Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, après plus de 41 ans au pouvoir, un débat agite la classe politique française : le financement des campagnes électorales françaises par Omar Bongo. C’est le président Giscard d’Estaing qui a dégainé en premier ...
Lire l'article
Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd'hui qu'"on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète" au lendemain de la mort du président du Gabon Omar Bongo, "symbole" selon lui de "la Françafrique". "On ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète. Tous ceux qui sont attachés à la démocratie ne pleureront pas la mort du président Bongo", a déclaré M. Mamère, interrogé sur France Inter. Selon lui, Omar Bongo "était le symbole de tout ce que nous dénonçons depuis 30 ans, c'est-à-dire la Françafrique, ces relations incestueuses, mafieuses ...
Lire l'article
Un juge d'instruction de Paris a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour "recel de détournement de fonds publics" concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains en exercice. Parmi eux, le Gabonais Omar Bongo. C’est contre l'avis du parquet que la doyenne des juges du pôle financier de Paris, Françoise Desset, a décidé mardi d'ouvrir une information judiciaire pour "recel de détournement de fonds publics" concernant le patrimoine détenu en France par trois personnalités influentes, trois présidents africains de pays producteurs de pétrole : le dirigeant du Congo-Brazzaville Denis Sassou-Nguesso, celui de Guinée équatoriale Teodoro Obiang et le Gabonais ...
Lire l'article
Gabon – France: Silence d’Etat pour Omar Bongo
«Une nouvelle plainte est à l'étude» explique Olivier Thimonier (association Survie), après le classement sans suite de l’enquête sur les biens des présidents africains à Paris. Un hôtel particulier du dirigeant gabonais, Omar Bongo, (2 000 m2 estimés à 19 millions d’euros) a été symboliquement placé sous scellés le 10 avril. Les ONG expliquent leur action. Olivier Thimonier (association Survie). «Même si elle avance l’argument de "l’infraction insuffisamment caractérisée", la décision du Parquet de Paris de classer sans suite l’enquête préliminaire sur les biens des chefs d’Etat africains en France est clairement politique. Tous les éléments de la plainte ont été ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo s'est dit "très heureux" que la "petite hache de guerre" entre son pays et la France soit enterrée après plusieurs semaines de tension, lors d'un entretien à la chaîne française Canal+ diffusé dimanche. L'entretien avait été réalisé à l'occasion de la visite jeudi à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet. "Je suis très heureux que le président Nicolas Sarkozy ait dépêché son secrétaire général et son ministre de la Coopération pour venir au Gabon et puis qu'on s'explique, qu'on enterre cette petite hache de guerre ...
Lire l'article
Reporters sans frontières dénonce la suspension pour trois mois du bimensuel privé Tendance Gabon ordonnée le 11 mars 2008, après que le journal a publié un article du quotidien français Le Monde sur le luxueux patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France, ainsi qu'un éditorial critiquant des décisions inéquitables du Conseil national de la Communication (CNC, organe de régulation de la presse gabonaise). "Cette sanction cache mal une décision très politique et très complaisante envers le chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo. Tendance Gabon est injustement puni, en s'appuyant sur un argumentaire maladroit, pour un crime de lèse-majesté envers le ...
Lire l'article
Comment les valeurs républicaines de la France peuvent-elles trouver des accointances avec une dictature vieille de 40 ans ? J'adresse ici ici une série d'interrogations au nouveau président élu, futur chef de l'état Français. - quel conseil Omar Bongo peut-il donner à Nicolas Sarkozy alors qu'il a lamentablement échoué dans son pays sur tous les plans' - quelle expérience positive Omar Bongo a-t-il à transmettre à Nicolas Sarkozy pour la gestion de son pays si ce n'est celle de sa pérennité cynique et perverse au pouvoir ? - quel sérieux omar bongo peut-il inspirer aux gens qui connaissent son dossier, c'est-à-dire des gens ...
Lire l'article
Gabon : Ali Bongo participe à son premier sommet France-Afrique
Bongo Doit Partir
Omar Bongo, Elf et la France : le pacte de corruption
Le président Omar Bongo finançait-il les campagnes électorales en France ?
Bongo: “une crapule disparaît”(Mamère) Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd’hui qu'”on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de
Gabon: La France enquête sur le patrimoine d’Omar Bongo
Gabon – France: Silence d’Etat pour Omar Bongo
France-Gabon: Omar Bongo “heureux” que la “hache de guerre” soit enterrée
Gabon: Un journal suspendu pour avoir reproduit un article du Monde sur le patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France
La France des paradoxes et des ambiguïtés démocratiques: Quand Omar Bongo donne des conseils électoraux à Nicolas Sarkozy

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 3,50 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Mai 2008
Catégorie(s): Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Gabon: Omar Bongo ou ce roi nègre qui dirige la France ?

  1. BEMBA

    22 Juil 2008 a 00:08

    Bien sûr que les Français accèderont aux caprices des rois nègres d’Afrique. “La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts”. Telle est la devise de la France. Bongo fait des grimaces de joie, parce qu’il pense qu’il a un grand pouvoir sur la France. Ce n’est pas les simagrées de Bongo qui terrorisent les locataires de l’Elysée. Ce n’est pas Sarkozy qui a limogé J.M Bockel, mais les patrons de Total, Areva, Bouygues, groupe Bolloré, Castel, CFAO. Ce sont eux qui dictent à Sarkozy ce qu’il doit faire ou ne pas faire en Afrique noire. Sarkozy n’a quasiment aucun pouvoir en Afrique. Il fait ce que les grands patrons Français lui demande de faire, point. Il y a un pouvoir occulte en France comme dans toutes les grandes puissances industrielles du monde. Nous sommes dans un monde de prédateurs, et si la France perd du terrain en Afrique, les Américains, les Indiens, les Chinois, les Allemands, les Brésiliens, les Anglais s’engouffreront dans la brèche. La “chance” de la France, c’est que l’Afrique a beaucoup de richesses naturelles, mais avec des rois nègres totalement infantiles et trop souvent illettrés. En outre les populations africaines n’ont pas l’âme révolutionnaire, elles ne sont pas rebelles. Les Africains ne sont pas des poseurs de bombes, ils ne sont pas nationaliste. Par contre, pour nous esquinté entre ethnies, nous sommes en pôle position. Ce sont des dizaines de milliards d’euros que gagne la France chaque année en Afrique noire, pourquoi ne pas faire plaisir aux rois nègre immatures africains. Tant que cela est profitable. Pour preuve de la banalité des rois nègres africains pour la France, Bongo était à Paris le 1er Juillet, au même moment il y avait la libération d’Ingrid Betancourt, qui ! a entendu parler de la présence de Bongo en France ? le 14 Juillet il y avait 40 chefs d’états au défilé de la fête nationale, a t-on vu Bongo, Sassou, ou Biya à la tribune officielle ? la diplomatie française en Afrique noire n’a qu’un seul but, infantilisé les rois nègres à l’extrême, pour mieux les pillés.

  2. BEMBA

    12 Juil 2008 a 10:28

    C’est une mystification de faire croire que les pseudos chefs d’états africains ont une quelconque influence sur la politique française. Ce canular infantilisant est responsable de la banqueroute économique et sociale de l’Afrique. Ce n’est pas pour faire plaisir à Bongo que Sarkozy a limogé Jean-Marie Bockel de la coopération, mais c’est surtout pour permettre à Total de battre un nouveau record de bénéfice (l’année dernière 12 milliards dollars net de bénéfice, c’est bien plus que le PIB du Gabon qui selon la Banque mondiale était en 2007 d’un peu plus de 10 milliards de dollars). Dès 1960, les français avaient compris qu’ils pouvaient en toute impunité continuer à piller les richesses de l’Afrique en infantilisant les rois nègres. Ce n’est pas les petites caprices du petit roi nègre illettré de Libreville qui terrorise les locataires de l’Elysée, c’est avant tout les profits énormes que font les entreprises françaises au Gabon. Avec cette hérésie, c’est le peuple gabonais qui paie la facture. Le Gabon ce trouve au 117 rang mondial pour son I.D.H ( Indice de développement humain)pour seulement 1.300 million d’habitant, avec des ressources naturelles énormes. Le Gabon est pourtant bien loin de l’île de la Barbade, (31ème rang) qui n’a que le tourisme et un peu de canne à sucre. Donc, Sarkozy peu bien “sacrifié” Bockel pour faire plaisir à nos rois nègres incultes et cupides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*