Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les jeunes élites de Charlotte, deuxième centre bancaire des Etats-Unis, votent Obama

Auteur/Source: · Date: 6 Mai 2008
Catégorie(s): Monde

On croit arriver en pays sudiste traditionnel, dans la “cité des églises”, comme on surnomme Charlotte. Et on se retrouve dans un lieu jeune, vibrant et cool à la fois. Jeff Michael, directeur de l’Institut urbain de la grande ville de Caroline du Nord, s’amuse toujours de l’étonnement du visiteur. “On vous excuse. Très peu d’Américains savent ce que nous sommes devenus. Bienvenue dans le Nouveau Sud.”Certes, de délicieux petits bus en bois sillonnent encore le centre-ville. Mais dans ce quartier juxtaposant gratte-ciel et habitat moderne, plusieurs grands chantiers sont en cours, dont deux musées. Le soir, sans un regard pour les SDF occupant les bancs publics, une foule de jeunes s’y déverse : des Blancs, des Africains-Américains et des Asiatiques aisés. Cheveux ras, les mâles sont en bras de chemise ; les femmes en robe légère, talons très hauts.
Des restaurants branchés se sont ouverts. “Pour les autres habitants de l’Etat, on est des snobs”, sourit Eric Heberlig, professeur de sciences politiques à l’université publique de Caroline du Nord (UNC).
Charlotte est aujourd’hui le deuxième centre bancaire des Etats-Unis. Deuxième et troisième banques de dépôts du pays, Bank of America et Wachovia y ont leur siège. Des entreprises s’installent, profitant de ces cadres de 25-40 ans venus y chercher une “qualité de vie” : soleil, bons salaires, coûts inférieurs aux grandes mégalopoles, golf et nature à deux pas. Depuis dix ans, ils arrivent de l’est de l’Etat – la “vieille Caroline” –, mais aussi de Virginie, de Pennsylvanie ou même de New York. De 396 000 habitants en 1990, Charlotte est passée à 630 000.
Le taux de saisies d’appartement dues à la crise du crédit y est très bas. Mieux : alors que partout l’immobilier s’effondre, ici, les prix grimpent encore ! Charlotte est “attractive”.
Le sénateur de l’Illinois, Barack Obama, a longtemps tenu pour acquis que Charlotte ne pouvait voter qu’en sa faveur. Certes, la ville a un maire républicain. Mais au Sénat et à la Chambre, elle vote démocrate. Accueillant le principal centre de recherches de l’UNC, Charlotte est ” naturellement pro-Obama”, estime le professeur Heberlig : ” Jeunes éduqués et Noirs sont les catégories les plus favorables au changement.” Or la ville est également africaine-américaine à 28%.
Pourtant, constate tristement Renée Hill, une adhérente noire des “Femmes pour Obama”, l’affaire du révérend Jeremiah Wright, en particulier sa phrase “Dieu maudisse l’Amérique” pour le traitement qu’elle a réservé aux Noirs, “a entamé son crédit chez beaucoup de Blancs”. Explication de M. Heberlig : “L’outsider contre les vieux politiciens, cela a longtemps constitué un avantage pour Obama. C’est devenu un inconvénient. Ici, les gens se déterminent surtout en fonction de la personnalité des candidats. Brusquement, ils se demandent Qui est-il vraiment ?” Vendredi, Barack Obama tenait meeting : 20 000 personnes à la Cricket Arena, dont une moitié de Noirs.
En introduction, le révérend Cook a dénoncé la “stratégie de la peur”. La mise en avant de ce baptiste noir de Charlotte visait à faire oublier le pasteur Wright. Après avoir passé en revue ses thèmes de campagne – “l’urgence” du changement, l’Irak, le prix de l’essence, les délocalisations –, M. Obama a longuement conclu sur son parcours personnel. En résumé : oui, il est proche du peuple. La foule l’a acclamé. Pourtant, à la sortie, on ne parlait que du pasteur Wright.
Phyllis McLendon, VRP noire de 45 ans : “Ce n’est pas Obama qui a tenu ces propos. Et puis, qu’y a-t-il de grave dans ce que dit Wright ?” Pasteur méthodiste – et blanc, puisqu’il faut désormais préciser, tant l’enjeu racial a pris d’importance – Arthur Holt, 59 ans, ajoute : “Assez des divisions ! L’Amérique célèbre Martin Luther King. Relisez certains de ses discours avant son assassinat ! Wright, à côté, ce n’est rien.”Dustin Bennett, 33 ans, agent administratif (blanc) à l’université : “Si pour sa couleur de peau Obama n’est pas notre candidat, ce sera notre honte.”
Samedi, Hillary Clinton visitait l’Auto Racing Hall of Fame à Mooresville, un faubourg de Charlotte. Elle y intervenait devant un public masculin fanatique de course automobile. Des “cols bleus” plutôt âgés : ceux qui, selon les sondages, s’écartent de M. Obama. “Les plus de 50 ans ont déjà été amoureux un jour. Le changement, c’est séduisant, mais des politiciens qui le leur ont promis, ils en ont vus”, dit Eric Heberlig. Il pronostique cependant un succès de M. Obama à Charlotte. Et en Caroline du Nord ? “L’est de l’Etat est démocrate conservateur. Si elle gagne, elle dira qu’Obama est fini. Si lui gagne de trop peu, ce ne sera pas non plus une victoire.”
Samedi, dernier jour d’enregistrement pour participer au scrutin, des queues de centaines de mètres se formaient devant les bâtiments administratifs. “Je n’ai jamais vu ça, disait Bob Emadi, un scrutateur bénévole.Le duel Hillary-Obama, c’est la folie. ”
 


SUR LE MÊME SUJET
Le Consul de l’ambassade des Etats-Unis au Gabon, Jessica Munson, a annoncé mercredi, à Port-Gentil, la capitale économique du pays, la mise en place prochaine d’un centre d’orientation au sein de l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville pour les étudiants gabonais désireux d’étudier dans les universités américaines. ‘’Nous sommes en négociations avec l’UOB en vue de la mise en place d’un centre d’orientation pour éclairer les étudiants pendant tout le processus de sélection d’une université américaine dans laquelle l’étudiant désire s’inscrire’’, a déclaré Mme Munson devant une quinzaine d’élèves des lycées de Port-Gentil venus s’enquérir des informations à l’American Corner ...
Lire l'article
A l’attention du Président des Etats-Unis d’Amérique BARACK OBAMA A l’occasion de son entretien avec ALI BONGO ONDIMBA, Président du Gabon  Excellence Monsieur le Président, C’est au nom des valeurs démocratiques cardinales qui fondent les Etats-Unis d’Amérique que la Société Civile gabonaise vient, au moment ou vous vous apprêtez à recevoir Monsieur ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République gabonaise, qui préside aux destinées du Conseil de Sécurité des Nations Unies, vous exposer la situation catastrophique de gouvernance et de la démocratie au Gabon. Indépendant depuis 1960, le Gabon souffre de deux pathologies principales qui affectent tous les segments de la société : La ...
Lire l'article
Suite à l'annonce de la rencontre prévue mercredi 8 juin 2011 à Washington entre Barack Obama et Ali Bongo Ondimba dans le cadre de la prise de Présidence du Gabon à la tête du Conseil de Sécurité des Nations Unies, la Communauté Gabonaise des Etats-Unis s'est mobilisée pour condamner cette rencontre. La Lettre ci-dessous, écrite par le Comité de Suivi de la Plateforme Citoyenne, a été dispatchée aujourd'hui 7 juin sur les faxes et emails de la Maison Blanche, du Département d'Etat, du Congrès et de certains médias en vue d'interpeller Barack Obama sur ses promesses quant à l'avenir démocratique du Gabon. PLATEFORME CITOYENNE The ...
Lire l'article
La diaspora gabonais aux Etats-Unis a organisé une manifestation pacifique ce 16 octobre à Atlanta, en Géorgie, pour dénoncer le «coup d'Etat constitutionnel» qui a mené à la confirmation de l'élection d'Ali Bongo le 12 octobre dernier. Les manifestants ont tenu un sit-in devant le siège de la chaîne CNN puis devant le Consulat de France pour rappelé au président américain, Barack Obama, ses promesses de défendre la démocratisation en Afrique. Alors que Libreville sonne le clairon pour l'investiture du nouveau président, Ali Bongo, une frange de la diaspora gabonaise aux Etats-Unis s'est réunie ce 16 octobre à Atlanta, dans l'Etat ...
Lire l'article
Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a reçu le prix Nobel de la paix 2009 contre toute attente, pour son engagement dans le renforcement de la diplomatie au niveau international et sa volonté de promouvoir un monde sans armes nucléaires. Plébiscité pour avoir placé la résolution du conflit israélo-palestinien comme une de ses priorités dès le début de son mandat, le président américain succède au Finlandais Martti Ahtisaari. A la surprise générale, c’est le président des Etats-Unis, Barack Obama, qui s’est vu décerné le prix Nobel de la Paix pour ses «efforts extraordinaires en vue de renforcer la diplomatie internationale et ...
Lire l'article
L’ambassadrice des Etats-Unis au Gabon, S.E. Mme Eunice S. Reddick, a invité lundi soir à sa résidence des personnalités gabonaises pour visionner le discours prononcé à Accra, au Ghana, de Barack Obama, Président des Etats-Unis d’Amérique. Le discours du numéro Un américain met en exergue les relations entre les Etats-Unis et l’Afrique. Le texte intégral. C’est un grand honneur pour moi d’être à Accra et de parler aux représentants du peuple du Ghana. Je suis profondément reconnaissant pour l’accueil que j’ai reçu, comme le sont Michelle, Malia et Sasha Obama. L’histoire du Ghana est riche, les liens entre nos deux ...
Lire l'article
Mr le président, Barack Obama, le peuple américain vous a brillamment élu à la tête de la première puissance politique, économique et militaire du monde lors du scrutin présidentiel du 4 novembre 2008. Depuis le Canada où je réside comme exilé politique, j’ai pleuré de joie et d’espoir que vous représentez non seulement pour les Etats-Unis d’Amérique mais aussi pour le monde entier et particulièrement pour l’Afrique, continent à la remorque des autres à cause de dictateurs sanguinaires de l’acabit de O. Bongo. Mr le président démocratiquement élu des Etats-Unis, Barack Obama, si vous avez pu accéder à la magistrature suprême ...
Lire l'article
Le Conseil panafricain des jeunes (CPJ) a tenu une conférence de presse le 28 juin dernier à Libreville pour poser ses revendications sur les dossiers qui seront abordés par les chefs d’Etat du continent lors des assises de l’UA qui débutent ce 30 juin à Charm el-Cheikh, en Egypte. L’association gabonaise regroupant des jeunes de plusieurs pays du continent, a vivement exhorté les dirigeants à mettre à profit ce 11e sommet de l’organisation panafricaine pour mettre en place le gouvernement africain prôné par Mouammar Kadhafi. Les attentes s'amoncellent sur le sommet de Charm el-Cheikh pour faire de ces 11e assises des ...
Lire l'article
Selon John McCain, le futur candidat républicain à l'élection présidentielle de novembre, son adversaire démocrate, Barack Obama, augmenterait les impôts de "tous les Américains" s'il était élu. Ce dernier juge pour sa part "injuste" de comparer la politique fiscale préconisée par M. McCain à celle menée par George Bush : les propositions du sénateur de l'Arizona sont pires, selon lui. Entre les deux prétendants, le fer est engagé sur le terrain économique. M. McCain propose de pérenniser les baisses d'impôts générales accordées sous M. Bush, d'augmenter encore celles des plus fortunés, de réduire l'imposition d'une partie des classes moyennes de 2000 ...
Lire l'article
Le rêve que caressent les pays africains de voir un Noir accéder à la Maison-Blanche devient plausible. Pour le quotidien Le Soleil, de Dakar, Obama président serait une revanche sur l'Histoire. Aurait-il été permis, il y a dix ans, malgré le rêve prémonitoire de l'inoubliable Martin Luther King, de rêver à un président noir des Etats-Unis d'Amérique ? L'Amérique de la seconde moitié du XXe siècle avait beaucoup changé. La volonté d'intégration politique, l'acceptation du vote noir dans les grands partis et l'accès aux emplois les plus élevés d'une élite noire sortie des grandes universités américaines ont été les premiers ...
Lire l'article
Vers la mise en place d’un centre d’orientation pour étudiants gabonais désireux d’étudier au Etats-Unis
Communiqué de la Société Civile gabonaise à l’attention du Président des Etats-Unis d’Amérique BARACK OBAMA
La Communauté gabonaise des Etats-Unis écrit à Barack Obama, condamne la rencontre avec Ali Bongo Ondimba
Gabon : Les Gabonais des Etats-Unis demandent à Obama de déjuger Ali Bongo
Etats-Unis : Obama prix Nobel de la Paix 2009
Gabon : L’Ambassade des Etats-Unis à Libreville visionne le discours historique de Barack Obama à Accra
Lettre ouverte au Président démocratiquement élu des Etats-Unis Barrack Obama : demande de non invitation du dictateur sanguinaire O. Bongo à votre investiture du 20
Gabon : Le soutien des jeunes africains aux Etats-Unis d’Afrique de Kadhafi
Aux Etats-Unis, le débat électoral entre M.McCain et M.Obama se focalise sur la fiscalité
ÉTATS-UNIS L’Afrique attend Obama


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Mai 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*