Socialisez

FacebookTwitterRSS

France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »

Auteur/Source: · Date: 16 Mai 2008
Catégorie(s): Françafrique

Soldats françaisLe retrait des troupes françaises des pays africains non compris le Sénégal peut être ’’un facteur de déstabilisation’’, a déclaré jeudi le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, qui s’est dit cependant favorable à la révision des accords de défense entre la France et des pays du continent.

Le retrait de la France ’’de tous les pays d’Afrique, je ne parle pas du Sénégal, je pense que c’est un facteur de déstabilisation’’, a notamment dit le chef de l’Etat dans un entretien à Radio France internationale (RFI).

’’Il y a des gouvernements en Afrique qui ont besoin d’avoir des accords visibles avec des puissances extérieures parce que ça dissuade. Le jour où certaines oppositions comprendront qu’en fonçant sur certains gouvernements, rien ne viendra de l’extérieur, on s’engage dans la déstabilisation’’, a ajouté le président de la République.

’’C’est dangereux. Beaucoup de pays n’en sont pas au niveau du Sénégal’’ qui n’’’a que faire’’ des accords militaires stipulant que ’’si l’un des pays est agressé de l’intérieur ou de l’extérieur, l’autre intervient militairement’’, a souligné le chef de l’Etat.

’’Ce genre d’accord, a-t-il ajouté, je n’en ai que faire et je l’ai dit au président Sarkozy. Ça ne m’intéresse pas. Moi, je ne risque pas de coup d’Etat militaire au Sénégal. Je dors tranquille et il n’y a pas, il n’y en a jamais eus et il n’y en aura pas au Sénégal’’.

’’Donc l’histoire de pouvoir faire appel à la France en cas d’émeutes, ça n’existe pas pour le Sénégal encore une fois et vous ne m’entendrez jamais, jamais lancer à la France un appel pour dire : voilà il y a telle ou telle chose qui se produit au Sénégal je demande à l’armée française de venir. C’est exclu’’, a-t-il martelé.

Le préside Wade a tout de même relevé que ’’la France a une base au Sénégal, ce qu’on appelle base entre guillemets. Ma position dans cette affaire que j’ai exprimée à Sarkozy, c’est que la France est un pays ami. Donc si elle a besoin d’une base au Sénégal pour mettre ses troupes où je-ne sais-pas-quoi, ça ne me dérange pas’’.

’’Et si M. Sarkozy lui-même pense que ce n’est pas bon pour l’image et la politique de la France d’avoir des bases au Sénégal, je dis +banco+.je reprends mes terres, les terres que j’ai prêtées à la France au Sénégal. C’est clair et c’est net’’, a-t-il indiqué.

Relevant n’avoir jamais lu les accords secrets qui ‘’paraît-il’’ lient la France à certains pays africains, le chef de l’Etat s’est montré ’’tout à fait d’accord’’ pour la révision des accords de défense franco-africains.

Interrogé sur la Françafrique, le président de la République a déclaré qu’il n’a ’’jamais su encore ce que c’est’’. Pourtant, a-t-il fait remarquer, ’’je crois avoir lu tout ce qui a été écrit sur la Françafrique. Ce qu’on appelle la Françafrique’’. Prié de dire si cela veut dire que les réseaux et les relations personnelles n’existent pas dans les relations que la France entretient avec certains pays africains, le président Wade s’est interrogé : ’’Est-ce que c’est dangereux ça, qu’un président de la République ait des relations personnelles avec d’autres présidents ?’’.

’’Mais ça, s’est-il empressé de souligner, c’est l’histoire de la France qui veut ça. Vous voulez nier l’histoire de la France, elle existe, ça fait trois siècles que nous sommes avec vous’’.


SUR LE MÊME SUJET
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon”
Ci-dessous, veuillez trouver la lettre remise aux autorités diplomatiques de l'ambassade de France aux Etats-Unis au cours de la manifestation symbolique d'enterrement de la Françafrique qui s'est tenue devant l'ambassade de France à Washington le 17 août 2010. C'est en effet à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance du Gabon que des Gabonais, amis du Gabon et autres africains victimes des méfaits avilissants du colonialisme français en Afrique ont organisé cette manifestation ayant pour objectif réel et symbolique de prier pour les martyrs africains et enterrer définitivement, au cours d’une cérémonie funéraire en bonne et due forme, la Françafrique. Les Manifestants ont ...
Lire l'article
Les bases militaires françaises devraient quitter Dakar à la suite d'un accord qui doit être signé le 4 avril, mais devrait conserver une présence au avec un "pôle de coopération militaire". Cet accord pourrait signifier pérennisation de celle de Libreville. La France s'apprête à fermer ses bases militaires au Sénégal mais entend y conserver un "pôle de coopération militaire à vocation régionale", a-t-on appris vendredi soir auprès du ministère de la Défense. 1 200 soldats français concernés "Le concept de base a vécu et on va vers autre chose, la mise en place d'un pôle de coopération régionale", a-t-on déclaré dans l'entourage ...
Lire l'article
« Faut-il encore investir en Afrique ? Bien sûr ! Nous ne sommes pas des sociétés de bienfaisance. Si nous ne trouvions pas notre compte en Afrique, nous n’y serions plus. D’ailleurs, les grands groupes sont toujours présents sur ce continent. » Jean-Louis Castelnau, Président délégué du Conseil français des investisseurs en Afrique, Le Figaro, 02/12/2004 De la colonisation à la mondialisation, un souci permanent de prédation économiqueDès l’origine, le pillage des matières premières africaines et la commercialisation de produits transformés étaient au cœur du processus colonial. Comme l’expliquait Jules Ferry, président du Conseil, en 1885 [1] : « Les colonies ...
Lire l'article
Le ministre français de la Défense Hervé Morin a annoncé mercredi que la France allait maintenir ses deux bases militaires permanentes de Libreville et Dakar, sur la façade atlantique de l'Afrique. "L'idée est que nous maintenions Libreville et Dakar", a déclaré M. Morin devant la presse, indiquant que "dans l'état actuel des choses, nos forces restent au Gabon". Selon le Livre blanc sur la Défense, signé du président Nicolas Sarkozy et publié au printemps 2008, la France devait réduire les implantations permanentes françaises en Afrique à "deux pôles (...), un pour chaque façade, atlantique et orientale". Un choix devait ainsi être opéré entre ...
Lire l'article
Le président du Rassemblement pour le Gabon (RPG, majorité), Paul Mba Abessole, ancien vice-Premier ministre en charge de la Culture et candidat à l'élection présidentielle du 30 août, est revenu sur ses positions d'opposant pour dénoncer les failles du système en place et promouvoir son projet de société. Dans une interview accordée le 24 août à RFI, que nous publions in extenso, Paul Mba Abessole réfute en bloc l'hypothèse d'une victoire du candidat du parti au pouvoir, Ali Bongo Ondimba, arguant qu'il n'a aucun crédit auprès des populations, même dans son village de Bongoville. © D.R. ...
Lire l'article
Le député PS André Vallini a estimé, mardi 9 juin, que le président gabonais Omar Bongo, décédé la veille, avait financé en France des campagnes électorales pour le compte de la droite comme "peut-être" de la gauche."Nous savons tous précisément qu'Omar Bongo a financé de nombreuses campagnes électorales à droite mais aussi à gauche, parfois, peut-être. On l'a entendu dire. Je crains hélas que cela soit un peu vrai, y compris concernant la gauche", a-t-il déclaré dans les couloirs de l'Assemblée nationale. M. Vallini était interrogé sur les propos de l'ex-président Valéry Giscard d'Estaing, selon qui Omar Bongo a financé la ...
Lire l'article
Le budget du service provincial de la Jeunesse, des sports et des loisirs, chargé de la vie associative de l’Ogooué-Ivindo (Nord-est), ne peut-être exécuté depuis trois mois en raison du départ en stage de son chef de service, a constaté surplace samedi l’AGP. Depuis le départ du chef de service en stage au Sénégal depuis novembre, son remplaçant n’a pas été officiellement nommé par le gouvernement. Cette situation fait qu’aucun des deux conseillers, agents de conception en poste audit service, ne bénéficiant pas d’un document administratif désignant l’un d’eux comme responsable par intérim, ne peuvent avoir accès au crédit délégué au service ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, a indiqué vendredi que son pays était victime d'une tentative de déstabilisation orchestrée par des d'organisations étrangères avec l'appui de Gabonais. Cette tentative de déstabilisation serait à l'origine de l'arrestation et la détention préventive de cinq Gabonais actuellement écroués à la prison centrale de Libreville. Les Gabonais mis en cause sont Marc Ona Essangui, porte-parole de la coalition Publiez ce que vous payé (PCQVP), Georges Mpaga, un membre de la coalition, Grégory Nbgwa Mintsa, fonctionnaire gabonais qui ...
Lire l'article
La France fermera des bases militaires en Afrique, dans le cadre de la redéfinition de sa stratégie de défense et de sécurité nationale, a rapporté samedi le quotidien français Le Figaro. Un nouveau livre blanc sur la défense et la sécurité nationale vient d'être remis aux parlementaires directement concernés par les questions de défense, selon le journal. Le document, rédigé par une commission spéciale créée par le président français Nicolas Sarkozy, doit être adopté définitivement lors du Conseil des ministres en juin prochain. Tout en adpatant sa défense au nouveau contexte international, la France doit tenir compte de l'impératif de ...
Lire l'article
Communiqué de presse, pour diffusion immédiate Dr. Daniel Mengara (BDP-Gabon Nouveau, 26 juillet 2007) - Lettre ouverte du Dr. Daniel Mengara à Nicolas Sarkozy, Président de France : " Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon ". Vous conviendrez avec nous, Monsieur le Président, qu'une situation de dictature, aussi bénigne qu'elle puisse paraître, ne pourrait être tolérée dans un pays démocratique comme le vôtre. Elle ne doit pas non plus être tolérée au Gabon. A Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République française. Monsieur, Au nom du mouvement " Bongo Doit Partir - Pour la ...
Lire l'article
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit
Sénégal: La France s’apprête à fermer ses bases militaires
Les entreprises françaises en Afrique: Pillage contre transparence
La France maintient ses bases militaires permanentes à Libreville et Dakar
Gabon : Paul Mba Abessole, «Ali Bongo ne peut pas être élu président»
Bongo a financé des campagnes à droite et “peut-être” à gauche
Le budget du service provincial de la Jeunesse et Sports de l’Ogooué-Ivindo, ne peut-être exécuté faute de responsable nommé
Le Gabon se dit être victime d’une tentative de déstabilisation
La France fermera des bases militaires en Afrique
Lettre ouverte du Dr. Daniel Mengara à Nicolas Sarkozy, Président de France : ” Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 4,50 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Mai 2008
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »

  1. BEMBA

    29 Juil 2008 a 06:26

    Abdoulaye Wade est un imbécile, totalement sénile, gaga, gâteux, impotent, sénescent. Il ne sait pas se qu’il dit, il milite pour le maintient de l’armée coloniale française en Afrique, alors pourquoi l’indépendance si c’est pour vivre la même situation d’occupation militaire qu’à l’époque de la colonisation officielle ?
    Lorsque Wade affirme que si l’armée française venait à quitter l’Afrique, les africains s’extermineraient comme des bêtes sauvage, alors cela revient à approuver la théorie des intellectuels européens et arabes du siècles des lumières sur la prétendu babarie des nègres.
    Les intellectuels arabes affirmaient à l’époque et à propos des nègres : ” Au-delà du Maghreb, vers le sud, il n’y a pas de civilisation à proprement parler. Des êtres y sont plus proches d’animaux muets que d’humains doué de raison… Ils se mangent fréquemment les uns les autres. on ne peut les considérer comme des êtres humains”. Ou est la différence entre cette théorie raciste arabe du 18è siècle, et ce que dit aujourd’hui Wade sur le risque d’explosion de violence tribale en cas de départ de l’armée française en Afrique noire. Wade est illogique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*