- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Zimbabwe: Tsvangirai reporte son retour au Zimbabwe évoquant un projet “d’assassinat”

Tsvangirai [1]Le chef de l’opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai, absent du Zimbabwe depuis début avril, a retardé son retour au pays prévu samedi après l’annonce par son parti de la découverte d’une “tentative d’assassinat” contre lui.

Tsvangirai doit affronter au second tour de la présidentielle le 27 juin le président Robert Mugabe, qu’il a battu au premier tour le 29 mars sans, selon les résultats officiels, obtenir la majorité absolue requise pour être élu.

“Nous avons eu ce matin des informations émanant d’une source crédible sur une tentative d’assassinat planifiée contre le président Tsvangirai”, a déclaré son porte-parole George Shibotshiwe dans un communiqué lu à l’AFP.

“Nous ne pouvons pas dire si des acteurs gouvernementaux sont liés ou non à cette menace”, a-t-il ajouté. “Au vu de cette information, il a été décidé que le président (Tsvangirai) ne regagnerait pas le Zimbabwe aujourd’hui”, a-t-il ajouté, soulignant que l’ancien syndicaliste était “déterminé à rentrer à la première occasion”.

Une source MDC, sous couvert d’anonymat, a déclaré à l’AFP que la police était “incapable ou ne (voulait) pas garantir la sécurité de Tsvangirai”.

Vendredi, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC-opposition) avait affirmé que M. Tsvangirai rentrerait samedi à 13H00 (11H00 GMT).

Dès samedi matin, la question de la sécurité du leader de l’opposition, sévèrement battu par la police en mars 2007 et menacé d’être accusé de trahison, était mise en avant pour expliquer ce report.

Le porte-parole du MDC, Nelson Chamisa, a toutefois précisé que le meeting de dimanche à Bulawayo, auquel Tsvangirai devait intervenir, était maintenu.

Un porte-parole de la police, Oliver Mandipaka, a affirmé à l’AFP que les forces de l’ordre n’étaient “pas au courant” des menaces d’assassinat. “Nous sommes convaincus que le pays est tranquille, chacun mène ses affaires régulières comme il veut, sans nécessité de sécurité spéciale pour certains”, a-t-il ajouté.

M. Mugabe, 84 ans, dont 28 au pouvoir, a reconnu vendredi que le résultat du premier tour avait été “désastreux”. Le plus vieux président d’Afrique a débuté dès samedi sa campagne pour le second tour avec des publicités dans la presse d’Etat. “Je vous remercie de voter en paix. Votez pour RG Mugabe”, affirmait l’une d’elles dans le quotidien d’Etat The Herald.

Vendredi, M. Tsvangirai avait rendu hommage aux victimes des violences politiques post-électorales et déclaré à Belfast: “C’est pour eux que je dois rentrer au Zimbabwe, pour être avec eux, pour les sauver de ces ténèbres qui imprègnent nos vies”. Il s’était affirmé confiant pour le second tour.

Tsvangirai continue la course alors que les conditions qu’il a posées à sa participation ont été rejetées par le régime, notamment un scrutin avant le 23 mai et l’acceptation d’observateurs occidentaux.

Le régime a confirmé qu’il n’inviterait pas de nouveaux observateurs, rejetant les appels de la communauté internationale: “les invitations que nous avons lancées au début restent valables. Il n’y (en) aura pas d’autres”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Simbarashe Mumbengegwi, dans The Herald.

Sibotshiwe a dit que l’opposition en appelait à la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) pour aider à garantir la sécurité de Tsvangirai, ajoutant que des “consultations à un haut niveau” allaient commencer.

Si les élections se sont déroulées pacifiquement, le Zimbabwe a été depuis le théâtre d’une forte montée de la violence. Des centaines de personnes ont été arrêtées et des associations font état de milliers de blessés et de déplacés.

Le MDC affirme que 40 de ses partisans ont été tués par des sympathisants de Mugabe et accuse le régime d’orchestrer une campagne de violence pour l’emporter au second tour.

Vendredi, M. Mugabe a fait porter au MDC la responsabilité des actes de violences.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai est arrivé lundi à Libreville, pour une visite de travail et d’amitié de 24 heures au Gabon. Accueilli par son homologue gabonais Paul Biyoghé Mba à l’aéroport international Léon Mba où les deux hommes ont eu un premier entretien en tête-à-tête centré sur la coopération bilatérale, M. Tsvangirai a été reçu lundi en fin d’après-midi par le président gabonais Ali Bongo Ondimba. Le Premier ministre zimbabwéen doit quitter Libreville mardi en fin de matinée, a annoncé le service de presse de la primature gabonaise, soulignant que sa première visite au Gabon doit ...
Lire l'article [2]
Le leader de l'opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, devient mercredi Premier ministre de son rival de toujours, l'octogénaire président Robert Mugabe, avec lequel il va devoir reconstruire un pays en ruine. "La prestation de serment de Tsvangirai symbolise l'aube d'une nouvelle ère" pour le Zimbabwe, souligne Daniel Makina, de l'Université d'Afrique du Sud. "Mais de là à savoir si le gouvernement d'union va réussir..." L'ampleur des attentes, après les mois de statu quo qui ont suivi la signature le 15 septembre d'un accord de partage du pouvoir, se lit dans les déclarations qui se sont enchaînées mardi. Le Fonds des Nations ...
Lire l'article [3]
Un éventuel gouvernement d'union au Zimbabwe ne sera pas nommé avant au moins 30 jours par le président Robert Mugabe, a assuré mercredi le quotidien d'Etat The Herald. Le régime avait indiqué la veille avoir rédigé un projet d'amendement constitutionnel pour créer un poste de Premier ministre, réservé au chef de l'opposition Morgan Tsvangirai conformément à un accord de partage du pouvoir signé en septembre. Cet amendement a été envoyé au médiateur en Afrique du Sud, l'ancien président Thabo Mbeki, "après avoir été étudié par les parties concernées", a précisé mercredi le ministre de l'Information Sikanyiso Ndlovu cité par the Herald. Il devra ...
Lire l'article [4]
Le leader de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, a accusé samedi 18 octobre le président Robert Mugabe de l'échec des pourparlers sur le gouvernement d'union nationale, qui doivent reprendre lundi avec l'aide des voisins d'Afrique australe. "Les quatre derniers jours ont été comme un dialogue de sourds", a lancé le chef du Mouvement pour le changement démocratique lors d'un meeting politique, en référence aux négociations menées cette semaine sous l'égide du médiateur sud-africain Thabo Mbeki. "Ce fut un monologue. Mugabe ne négocie pas. Il sait juste dire 'non'. Il a dit 'non' dès le lundi. Nous avons dû dire à Mbeki ...
Lire l'article [5]
Après plusieurs semaines de négociations, les discussions entre le président Mugabe et l'opposition semblent encore dans l'impasse, mercredi 27 août. Dans The Herald, le quotidien d'Etat, le président du Zimbabwe, réélu fin juin lors d'un scrutin contesté, affirme qu'un gouvernement va "bientôt" être formé. Les deux factions de l'opposition ont immédiatement annoncé qu'elles refusaient de participer à ce gouvernement tant que les négociations sur un partage du pouvoir n'auraient pas abouti. "Il est clair que s'il annonce un nouveau gouvernement, c'est une déclaration de guerre contre le peuple", a déclaré à l'AFP Nelson Chamisa, porte-parole du Mouvement pour le changement ...
Lire l'article [6]
Une vidéo, filmée en caméra cachée, par un gardien de prison de Harare, au Zimbabwe et diffusée samedi 5 juillet, démontre les méthodes des partisans du président Robert Mugabe pour truquer la récente élection présidentielle. "IL SURVEILLAIT COMME UN FAUCON" A l'origine, Shepherd Yuda, 36 ans , devait simplement faire une chronique de la vie quotidienne en prison pour le quotidien britannique The Guardian, mais il s'est retrouvé être le témoin d'une fraude électorale opérée par des partisans du Zanu-PF, le parti présidentiel. Sur le film, le gardien de prison et ses collègues, recoivent, chacun à leur tour, des mains d'un ...
Lire l'article [7]
Le chef de l'opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, a imploré mercredi le continent africain d'agir "maintenant" pour favoriser une solution négociée dans son pays, et des dirigeants d'Afrique australe ont appelé au report du second tour de la présidentielle. Morgan Tsvangirai, réfugié depuis dimanche à l'ambassade des Pays-Bas, a fait une brève apparition dans sa demeure d'Harare, le temps d'une conférence de presse, avant de retourner dans la chancellerie occidentale. Le leader de l'opposition, arrivé en tête devant le président Robert Mugabe au premier tour mais qui a renoncé à participer au second prévu le 27 juin face à une "orgie ...
Lire l'article [8]
Daniel Compagnon, chercheur en sciences politiques et professeur à l'IEP de Bordeaux, est un spécialiste du Zimbabwe. Il estime que Morgan Tsvangirai, en se retirant maintenant, a mis la balle dans le camp de la communauté internationale, et plus particulièrement de l'Afrique du Sud, seul pays à pouvoir exercer une pression sur le régime de Robert Mugabe. Le chef de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, s'est retiré dimanche de la course présidentielle, alors qu'il était arrivé en tête au premier tour. A-t-il cédé devant la violence du régime de Robert Mugabe ? La première explication possible est la peur, devant l'intensité que ...
Lire l'article [9]
Le gouvernement du Zimbabwe interdit tout rassemblement politique
Le gouvernement zimbabwéen a interdit tout rassemblement à caractère politique, pour des raisons de sécurité dans un pays au bord du gouffre depuis les élections générales contestées du 29 mars derniers, a annoncé vendredi, la radio d’Etat à Hararé. Citant le porte-parole du chef de la police, Wayne Bvudzijena, la ‘Zimbabwe Broadcasting Corporation’ a expliqué que la police n’avait pas assez d’effectifs pour veiller sur toutes les différentes manifestations politiques. Cette interdiction survient à un moment où le Zimbabwe peut à tout moment sombrer dans une crise politique aux conséquences incalculables, suite à la rétention des résultats du scrutin présidentiel du 29 ...
Lire l'article [10]
Lors d'une conférence de presse, samedi 5 avril, le chef de l'opposition, Morgan Tsvangirai, s'est déclaré pour la première fois vainqueur de l'élection présidentielle du 29 mars alors que la Commission électorale n'a toujours pas publié les résultats officiels de cette élection. M. Tsvangirai, qui n'était pas apparu en public depuis mardi, a également estimé qu'un second tour contre le chef de l'Etat Robert Mugabe n'était "pas nécessaire". "Nous avons gagné l'élection sans qu'un second tour soit nécessaire", a affirmé devant la presse le leader du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), principal parti d'opposition. "En cas de second tour, ...
Lire l'article [11]
Visite au Gabon du Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai
Zimbabwe: Tsvangirai devient Premier ministre d’un pays en ruine
Zimbabwe: pas de gouvernement d’union avant un mois, selon la presse d’Etat
Zimbabwe : Tsvangirai dénonce un “dialogue de sourd”
Zimbabwe : Robert Mugabe annonce la formation prochaine d’un gouvernement
Au Zimbabwe, une vidéo filmée en caméra cachée révèle des fraudes électorales
Zimbabwe: le chef de l’opposition implore l’Afrique d’agir “maintenant”
Le retrait de Tsvangirai est un appel à la communauté internationale
Le gouvernement du Zimbabwe interdit tout rassemblement politique
Zimbabwe : le candidat de l’opposition se déclare vainqueur à la présidentielle