Socialisez

FacebookTwitterRSS

Environnement : Comment sauvegarder la biodiversité pour assurer les ressources alimentaires de demain’

Auteur/Source: · Date: 19 Mai 2008
Catégorie(s): Environnement

La conférence des Nations Unies sur la biodiversité a été lancée le 19 mai à Bonn où sont réunis près de 200 gouvernements pour coordonner la lutte contre l’extinction des espèces dans le monde. D’ici une semaine, les participants devront juger s’ils sont parvenus à mettre en place les moyens nécessaires à l’objectif fixé en 2002 qui visait à ralentir le taux de disparition de la biodiversité d’ici 2010.
Réunis depuis le 19 mai à Bonn, en Allemagne, pour la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité, près de 200 gouvernements devront déterminer la semaine prochaine s’ils réussiront ou non à atteindre l’objectif visant à ralentir le taux d’extinctions des espèces vivantes d’ici 2010. Un échec pourrait menacer les futures réserves de nourriture du monde.

Près de 5000 délégués et chefs d’Etat, dont la Chancelière allemande Angela Merkel, essaieront de s’accorder lors de ces assises sur des façons de sauver les espèces végétales et animales.

Les experts des Nations Unies affirment que la planète est confrontée au pire taux d’extinction depuis que les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années. Certains prétendent mêmes que trois espèces disparaissent toutes les heures, conséquence de la pollution et de la perte de leur habitat, phénomènes liés aux activités des hommes.

«Nous espérons rappeler à l’ordre l’humanité. Nous avons besoin d’un effort sans précédent pour relever le défi de la perte de biodiversité» a indiqué le secrétaire exécutif de la Convention de la diversité biologique, Ahmed Djoghlaf.

Il a par ailleurs ajouté que la consommation avait atteint des niveaux non durables, que les hommes détruisaient la base de toute vie et que sans un changement de comportement rapide, nourrir 9 milliards d’individus serait très difficile dans les années à venir.

L’augmentation des prix de la nourriture, conduite par la demande croissante des économies émergentes telles que la Chine, a permis de mettre en lumière ce problème et les experts indiquent que la perte d’espèces végétales pourrait être catastrophique pour les approvisionnements en nourriture sur le long terme.

Au sommet de l’agenda du meeting, les délégués devront évaluer l’avancement de l’objectif des Nations Unies mis en place en 2002 et qui visait à ralentir le taux de disparition de la biodiversité d’ici 2010. A ce titre, nombre d’experts estiment d’ores et déjà que les gouvernements ont échoué à mettre en place cet objectif.

Ahmed Djoghlaf a en outre indiqué que les dernières données montraient qu’encore plus d’espèces disparaissaient qu’auparavant. Près de deux millions d’espèces sont enregistrées mais certains experts pensent qu’il pourrait y avoir des dizaines de millions d’autres espèces, une incertitude qui complique les tentatives de mesure du taux d’extinction.

«C’est un peu comme l’objectif de la paix dans le monde (…) même si nous ne l’accomplissons pas totalement, c’est important d’avoir un objectif à poursuivre» a déclaré le ministre de l’environnement de la Norvège, Erik Solheim.

Le ministre de l’environnement allemand, Sigmar Gabriel, a ouvert la conférence et la rencontre atteindra son apogée lors des trois derniers jours, lorsque les responsables des gouvernements de 191 pays, dont Angela Merkel, rejoindront la conférence.

Les délégués tenteront de préparer la mise en place de règles d’ici 2010 sur l’accès aux ressources génétiques et sur le partage de leurs bénéfices, qui demeure un point important pour les pays en développement et pour les compagnies de biotechnologie et pharmaceutique.

Ils discuteront également les moyens envisagés pour augmenter le nombre et coordonner les «zones protégées» visant à conserver les habitats naturels. La convention s’est fixée pour objectif de sauvegarder au moins 10% des régions écologiques du monde dans ces zones protégées.

La conservation des océans sera enfin un point important abordé lors de ses assises, au même titre que les forêts. Près de 80% de la biodiversité du monde se concentre dans les forêts tropicales, et pourtant chaque minute, 20 hectares de forêt sont détruits dans le monde.
 


SUR LE MÊME SUJET
A l’occasion de l’Année Internationale de la Biodiversité, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) publient, en français et anglais, une analyse synthétique de l’état de la biodiversité terrestre et marine des 70 états et gouvernements de la Francophonie, a-t-on appris. Cet Atlas montre la biodiversité exceptionnelle abritée par la Francophonie avec des espèces emblématiques comme les gorilles, l’ours blanc, les lémuriens, l’okapi, les grandes tortues terrestres et marines, etc. Il propose aussi une série de pistes d’action pour le futur, adressées à la communauté internationale, à la Francophonie et aux Etats et ...
Lire l'article
A la faveur de la tenue, la semaine dernière, à Libreville de la première conférence panafricaine sur la biodiversité, le président de la République, Ali Bongo Ondimba, avait « instruit » le chef du Gouvernement, Paul Biyoghé Mba, de tout mettre en œuvre pour fédérer des pairs africains afin de mettre en place , dans la capitale gabonaise, un « Centre d’Excellence de la Biodiversité », a déclaré le ministre de l’Economie, Magloire Ngambia. Selon lui, le centre devrait remplir une dizaine d’objectifs : - Assurer la connaissance de l’ensemble de la ...
Lire l'article
Les ministres africains de l'environnement se sont engagés, samedi à Libreville, à adopter bi annuellement un thème pouvant faire l'objet d'une évaluation des efforts déployés par les pays du continent en matière de biodiversité. Dans un texte dit "déclaration de Libreville", adopté à l'issue de la conférence panafricaine de haut niveau sur le thème "Biodiversité et lutte contre la pauvreté: quelles opportunités pour l'Afrique"?, les ministres ont proposé que le premier thème de la série, pour 2011-2012, porte sur la déforestation en Afrique. La déclaration de Libreville propose à cet effet la mise en place d'un comité africain par la Conférence des ...
Lire l'article
L’agriculture est l’un des principaux exemples de la façon dont les activités humaines ont des répercussions profondes sur les écosystèmes de la planète. Pour répondre à ses besoins alimentaires, l’homme exploite la diversité du monde vivant. Comment protéger la biodiversité et assurer la sécurité alimentaire? Le Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique, Ahmed Djoghla, est formel : «pour que la population mondiale puisse se nourrir au 21ème siècle et au-delà, l’humanité doit préserver la diversité biologique qui nous accorde la complexité et la diversité de nos propres vies.» La biodiversité est à l’origine des plantes et des animaux ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a déclaré à l'ouverture de la conférence ministérielle panafricaine sur la biodiversité, jeudi à Libreville, que les "ressources biologiques renouvelables de la Planète représentent une opportunité unique pour le développement économique et social de l'humanité tout entière. Le chef de l'Etat gabonais, qui s'adressait aux conférenciers par vidéo, a souligné l'importance du lien entre la biodiversité et la lutte contre la pauvreté. "Les ressources biologiques renouvelables de la Planète représentent une opportunité unique pour le développement économique et social de l'humanité tout entière, et plus spécifiquement pour notre continent, si généreusement doté par la nature", ...
Lire l'article
L’absence de politiques volontaristes en faveur de la biodiversité va occasionner un coût économique estimé à 14.000 milliards d’euros par an à l’horizon 2050, selon un communiqué de presse publié à Libreville, dans le cadre de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE) prévue du 12 au 16 septembre dans la capitale gabonaise. «Si des politiques volontaristes pour la biodiversité et les services éco systémiques ne se mobilisent pas, le coût économique de cette inaction sera estimé à 14 000 milliards d’euros par an à l’horizon 2050», souligne le communiqué de presse distribué à l’ouverture de la réunion des experts ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’Habitat, de l’urbanisme, du logement, de l’environnement et du développement durable, Pacôme Ruffin Ondzounga, a appelé, lundi à Libreville, à la création d’un Comité panafricain de la plate-forme scientifique pour la biodiversité, à l’ouverture de la réunion des experts chargés de préparer les dossiers de la première conférence des ministres africains sur la biodiversité qui s'ouvre jeudi prochain dans la capitale gabonaise. M. Ondzounga a rappelé que depuis 1988, «les travaux du groupe intergouvernemental sur l’évolution de climat ont permis de parvenir à un consensus scientifique sur la réalité et la portée du réchauffement climatique que ...
Lire l'article
Le premier ministre, Paul Biyoghe Mba, a reçu le 12 juillet à Libreville le comité d’organisation de la conférence des Etats africains en septembre prochain, en prélude au sommet international sur la Biodiversité d’octobre au Japon. Lors de cette rencontre, les deux parties se sont accordées sur un budget d’un milliard de francs CFA pour cet évènement. Déclarée année de la biodiversité, 2010 va abriter un important sommet au mois d’octobre prochain à Nagoya, au Japon, auquel vont participer plusieurs pays. A cet effet, les pays africains ont décidé de se retrouver les 7 et 8 septembre à Libreville ...
Lire l'article
A l’occasion de l’Année internationale de la biodiversité, Libreville abritera les 2 et 3 juin prochains une conférence internationale sur les enjeux de la protection des ressources biologiques en Afrique. Les chefs d’Etat et de gouvernement du continent, les ministres, experts scientifiques, acteurs du secteur privé et représentants d’organisations internationales seront réunis à Libreville les 2 et 3 juin prochains pour la conférence internationale sur les enjeux de la protection des ressources biologiques en Afrique. Organisée en partenariat avec le Secrétariat de la Convention des Nations unies sur la Diversité Biologique (CDB) et l’Union Internationale pour la Conservation ...
Lire l'article
La ministre du Tourisme et des Parcs nationaux, Yolande Bike, a reçu le 11 février à Libreville le représentant résident de la Banque mondiale au Gabon, Olivier Frémont, pour faire le point sur la mise en œuvre du projet d’appui à la gestion des ressources naturelles et à la préservation de la biodiversité, financé par l’institution bancaire à hauteur de plus de 2,6 milliards de francs CFA. Le représentant résident de la Banque mondiale au Gabon, Olivier Frémont, assure le suivi des projets mis en œuvre par son institution au Gabon, notamment dans le secteur de l’environnement, pour lequel il ...
Lire l'article
Politique / Une première mondiale : Publication d’un état de la biodiversité de la Francophonie
Le Gouvernement gabonais favorable à la mise en place, à Libreville, d’un Centre d’excellence de la biodiversité
La déclaration de Libreville pour une évaluation bi annuelle des efforts en matière de biodiversité
Gabon : Quel avenir pour la biodiversité agricole ?
Les ressources biologiques, une opportunité unique pour le développement, selon Ali Bongo Ondimba
Le coût économique de la dégradation de la biodiversité estimé à 14.000 milliards d’euros par an
Appel pour la création d’un comité panafricain de la plate-forme scientifique pour la biodiversité
Gabon : 1 milliard de FCFA pour la conférence sur la biodiversité à Libreville
Gabon : Libreville capitale 2010 de la biodiversité
Gabon : La Banque mondiale suit ses projets pour la biodiversité


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Mai 2008
Catégorie(s): Environnement
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*