Socialisez

FacebookTwitterRSS

La pression démographique menace les forêts du Congo

Auteur/Source: · Date: 28 Mai 2008
Catégorie(s): Afrique

Jean-Louis Borloo souhaite faire de la lutte contre la déforestation une des priorités de la présidence française de l’Union européenne, qui débute le 1er juillet. C’est dans cette perspective que le ministre de l’écologie s’est rendu à Kinshasa (République démocratique du Congo) et à Brazzaville (République du Congo), du 22 au 25 mai, pour y rencontrer ses homologues.

Deux textes sont actuellement en discussion à la Commission de Bruxelles. Le premier, qui devrait être présenté en juin, imposerait l’obligation d’acheter du bois certifié par un label écologique pour pouvoir l’importer en Europe. Le second, prévu à l’automne, vise à établir une position commune entre les Vingt-Sept sur les moyens à mettre en oeuvre pour protéger ces zones tropicales désormais considérées comme bien public mondial.

VITRINE DE LA COLONIE BELGE

L’Afrique centrale constitue le deuxième poumon de la planète – après l’Amazonie – et plus de la moitié des écosystèmes majeurs pour la conservation de la biodiversité du continent africain y sont réunis. “Les grandes forêts humides sont en danger, constate Jean-Louis Borloo. Nous avons le devoir de les protéger mais nous ne pouvons pas demander aux pays concernés de faire cet effort sans les aider financièrement. La communauté internationale a accepté ce principe à la conférence de Bali sur le climat, il faut maintenant construire le mécanisme.”

Rien n’est moins simple. En particulier dans cette région où les arbres ne tombent pas – comme en Amérique du Sud ou en Asie – sous la poussée de coupes à blanc pratiquées par les grands exploitants agricoles. Ici, la pression démographique fait plus de dégâts que l’exploitation forestière. La population de la République démocratique du Congo devrait passer de 65 millions d’habitants aujourd’hui à 125 millions dans vingt ans. Autour des grandes villes, des fronts de déforestation se créent pour alimenter les citadins en bois de chauffage. Ailleurs, la forêt est grignotée par la progression des surfaces agricoles dont les familles tirent leurs seuls moyens de subsistance.

Dans ce pays mis à genou par des années de guerre, la province de l’équateur concentre toutes les difficultés que la communauté internationale devra surmonter pour freiner le recul des forêts. Avec ses plantations d’hévéa et de café, cette région septentrionale fut jadis la vitrine de la colonie belge. Elle est aujourd’hui la plus pauvre du pays. Plus aucune route ne la relie à Kinshasa. Deux semaines de navigation sont nécessaires pour rejoindre la capitale par le fleuve Congo.

La forêt reste la seule richesse de la province. C’est là que le ministre congolais de l’environnement, Joseph Endundo Bononge, a choisi d’emmener Jean-Louis Borloo. “Comment les paysans pourraient-ils arrêter de déforester alors qu’ils n’ont pas l’électricité ?, interpelle-t-il. Nous sommes prêts à jouer le jeu de la communauté internationale, mais il faut une contrepartie.”

Cette contrepartie est évaluée par le ministre, en s’appuyant sur des chiffres de Greenpeace, à 3 milliards de dollars (1,9 milliard d’euros) par an pour la RDC. Un pactole équivalent au budget actuel du pays. Le ministre de l’environnement de la République du Congo tient le même discours : “La conservation a un coût”, prévient André Okombi Salissa.

Encore faudrait-il savoir où trouver l’argent et à qui le distribuer : aux communautés paysannes ? Aux concessions forestières s’astreignant à des règles d’exploitation durable ? Aux Etats, avec le risque, dans ces pays où la corruption est un des principaux écueils au développement, de voir ces milliards de dollars consolider des comptes personnels plus que des politiques publiques ?

Le débat est à peine lancé, mais les dirigeants africains ont bien compris qu’ils tiennent entre leurs mains le destin d’un bien rare. “Nous faisons partie des nouvelles puissances de la biodiversité, il serait irresponsable de nous ignorer”, prévient M. Endundo. Entre les tentations de surenchère des pays forestiers et les sommes qu’il est réaliste d’attendre de la solidarité internationale, Jean-Louis Borloo admet que le compromis ne sera pas facile à trouver. Mais il considère que l’Europe doit montrer le chemin. En consacrant, par exemple, une partie des recettes de sa fiscalité écologique aux forêts tropicales.

CHIFFRES

Superficie des bassins du Congo : 2 millions de kilomètres carrés qui comptent parmi les dernières zones intactes de la planète. Elles se partagent entre six pays : Cameroun, Guinée équatoriale, Congo, Gabon, Centrafrique et République démocratique du Congo. Cette dernière, à elle seule, en possède plus de la moitié.

Population : 65 millions de personnes – parmi les plus pauvres du monde – dépendent de ces forêts pour leur subsistance, soit plus des deux tiers de la population de toute l’Afrique centrale.

Faune et flore : 400 espèces de mammifères, dont les singes bonobos et les 700 derniers gorilles de montagne, plus de 1 000 espèces d’oiseaux, 10 000 espèces de plantes – dont le tiers est endémique – caractérisent une biodiversité particulièrement riche.10 % environ de ces forêts sont classées en aires protégées. 


SUR LE MÊME SUJET
En vue du lancement de l’Enquête démographique et de santé au Gabon deuxième génération (EDSG II), réalisé par le ministère de l’Economie et le ministère de la Santé, avec l’appui technique d’ICF-Macro et des partenaires internationaux et onusiens, le Directeur général de la Statistique, Francis Thierry Tiwinot et les membres du directoire ont tenu un point presse ce 11 août 2011 à Libreville, pour présenter le projet et son bien fondé par rapport aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) 2015. Dans la perspective du lancement prochain de l’enquête démographique et de santé au Gabon deuxième génération (EDSG II) ...
Lire l'article
Les forêts du Bassin du Congo jouent un rôle primordial dans la régulation climatique, selon un haut responsable de l’Institut de recherche en écologie tropicale (IRET), basé à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo, dans le nord -est du Gabon. ‘’A l’échelle planétaire, nos forêts jouent un rôle primordial dans la régulation climatique’’, a affirmé, mardi à Libreville, le directeur de l’IRET, Alfred Ngomanda, à l’ouverture du 4ème séminaire-atelier ACP-Forenet/Afrique centrale sur la ‘’conservation et la gestion durable des forêts tropicales’’. ‘’La gestion durable des écosystèmes du Bassin du Congo impose désormais aux scientifiques africains d’acquérir une ...
Lire l'article
La ministre gabonaise de la santé, des affaires sociales, de la solidarité et de la famille, Alphonsine Mbié N’na, a appelé ses concitoyens à la plus grande vigilance face à la menace d’une épidémie virale qui sévit depuis plusieurs semaines en République du Congo voisin, selon un communiqué officiel. ‘’J’en appelle donc à la vigilance et à la surveillance accrues de tous, pour signaler tout cas suspect à la structure sanitaire la plus proche, et prendre toutes les mesures d’hygiène élémentaires (lavage des mains et des aliments)’’, a déclaré Mme Mbié N’na. Selon le communiqué, une épidémie virale liée au poliovirus sauvage ...
Lire l'article
Assurer le suivi des forêts, étudier leur évolution sont des enjeux stratégiques dans la lutte contre les changements climatiques. La déforestation est à l'origine de 18 % environ des émissions mondiales de CO2. Dans ce contexte, l'accord qui lie, depuis le 1er juillet, les instituts de recherche pour le développement français (IRD), de recherche spatiale brésilien (INPE) et l'Agence gabonaise d'études et d'observation spatiale (Ageos) est inédit. "Exemplaire, assure Michel Laurent, président de l'IRD, car nous nous associons avec des puissances émergentes pour échanger nos connaissances issues de technologies de pointe." Cet accord tripartite permettra de surveiller les forêts tropicales du bassin ...
Lire l'article
Les yeux – deux petites fentes – de cet élégant masque en forme de cœur enveloppé de cornes d’antilope se plantent dans ceux du visiteur. Recouverte d’une teinture blanche, cette pièce kwélée du nord du bassin du Congo et de l’Ogooué fait partie des trésors que propose de découvrir le musée du Quai Branly (Paris) dans une exposition consacrée aux arts d’Afrique centrale. Les 170 œuvres présentées (issues­ pour la plupart de collections particulières belges et françaises) retracent l’histoire des différentes cultures des populations de langue bantoue vivant de part et d’autre des rives du fleuve Congo. Six pays sont concernés : ...
Lire l'article
La Banque africaine de développement (BAD) a octroyé le 30 avril dernier un don de 23,6 milliards de F.CFA à la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) pour la conservation des écosystèmes des forêts du bassin du Congo. Ces fonds doivent permettre de renforcer la gestion durable de ce bassin forestier, le deuxième plus grand de la planète, qui joue un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique. Face à l'importance de la préservation des forêts du Bassin du Congo au regard des impératifs du réchauffement climatique, la Banque africaine de développement (BAD) a ...
Lire l'article
La première Dame du Gabon Edith Lucie Bongo Ondimba a été inhumée ce dimanche à 13 heures 25 minutes au cimetière familial de Konakona, à Edu au Nord du Congo, en présence notamment des présidents gabonais Omar Bongo Ondimba son époux, congolais, Dénis Sassou Nguesso son père, Joseph Kabila de la République Démocratique du Congo (RDC), de Faure Gnassingbé du Togo, de François Bozizé de la République Centrafricaine (RCA), ainsi que des membres des familles de la disparue et de nombreuses personnalités étrangères.
Lire l'article
Le président de la République gabonaise, Omar Bongo Ondimba, a quitté Libreville ce samedi à destination d’Oyo (Congo) pour assister à la deuxième phase des obsèques et à l’inhumation de son épouse, Edith Lucie Bongo Ondimba, décédée le 14 mars dernier à Rabat au Maroc, a appris GABONEWS de source officielle. Le N° 1 gabonais, Omar Bongo Ondimba, a été précédé vendredi par son beau-père, le président congolais, Denis Sassou Nguesso, et leurs deux familles qui ont quitté Libreville avec la dépouille de la Première Dame du Gabon pour Brazzaville au Congo. Le chef de l’Etat gabonais prendra part ...
Lire l'article
Après Libreville, la dépouille d’Edith Lucie Bongo Ondimba reçoit depuis son arrivée en début d’après – midi à Brazzaville, l'une des rives du fleuve Congo, son pays natal, des hommages de la Nation et de pays amis au stade Saint Denis, rapporte la chaîne de télévision privée gabonaise « TéléAfrica » qui retransmet la cérémonie en direct. Le corps sans vie de l’épouse du chef de l’Etat gabonais, fille aînée du président congolais, Sassou Nguesso, est exposé sous une tente, dans un cercueil toujours recouvert du drapeau gabonais (Vert-jaune-bleu). Plusieurs personnalités congolaises et étrangères dont le chef de l’Etat centrafricain, François Bozizé ...
Lire l'article
La présidente et directrice générale du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), Monique Barbut a annoncé mardi à Libreville que son institution projette de débloquer une enveloppe de 40 millions de dollars pour appuyer un programme de gestion des écosystèmes forestiers dans les pays membres du Bassin du Congo. Mme Barbut a fait cette annonce à la veille de l'ouverture mercredi à Libreville des travaux d'une rencontre des ministres des Forêts des pays membres du Bassin du Congo. La réunion qui se tiendra dans la capitale gabonaise prendra fin vendredi. Selon Mme Barbut, arrivée mardi soir à Libreville, l'enveloppe du FEM ...
Lire l'article
Gabon : La DGS annonce l’Enquête démographique et de santé
Les forêts du Bassin du Congo jouent un rôle primordial dans la régulation climatique
Les Gabonais appelés à la vigilance face à la menace d’une épidémie virale qui sévit au Congo
Le Brésil et la France vont aider les pays du bassin du Congo à surveiller leurs forêts
Exposition: Au coeur du Congo
CEEAC : 23,6 milliards de F.CFA de la BAD pour les forêts du Bassin du Congo
Gabon: URGENT/ Edith Lucie Bongo Ondimba portée en terre à Edu son village ancestral au Nord du Congo
Gabon: Le président Bongo Ondimba a quitté Libreville à destination d’Oyo (Congo)
Congo: La dépouille de la Première Dame du Gabon désormais sur la rive du fleuve Congo, à Brazzavillle, terre natale
40 millions de dollars pour préserver les forêts du Bassin du Congo


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Mai 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*