Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les jeunes Camerounais déçus par une France timorée sur les droits de l’homme en Afrique

Auteur/Source: · Date: 3 Juin 2008
Catégorie(s): Monde

Placardés sur les murs, Mandela, Luther King et Guevara assistent, muets, au procès improvisé : “Depuis quarante ans que la France “aide” le Cameroun, les gens vivent-ils mieux dans ce pays ?, attaque Mouafa Djontu, dirigeant d’une association d’étudiants de Yaoundé. Elle n’est là que pour conforter ses intérêts !”.
Au coeur d’un village de brousse, un jeune agriculteur exprime autrement des sentiments comparables : “Quand un ministre camerounais vole, c’est notre argent qui va à Paris. La France est notre marraine. Elle ne devrait pas laisser passer ça !” Nul besoin d’orienter la conversation sur l’image de la France au Cameroun. La présence d’un journaliste blanc suffit à la déclencher, quitte, parfois, à forcer le trait. Jamais d’agressivité personnelle, mais des griefs ordonnés autour de trois thèmes : le soutien de Paris à l’éternel président Paul Biya, l’exploitation des richesses du pays, et la fermeture des frontières de la France.
Latente, l’animosité à l’égard de la France n’est pas l’élément déclencheur des émeutes qui, à la fin février, ont fait plusieurs dizaines de morts au Cameroun. L’explosion des prix du carburant et du riz et la réforme autorisant le président, Paul Biya, au pouvoir depuis vingt-six ans, à briguer un nouveau mandat ont enflammé la rue.
Mais tout le monde l’a remarqué : les entreprises françaises ont été prises pour cibles, au même titre que celles que la population attribue au président. Les stations Total, les agences Orange, les kiosques du PMU ont été pillés. “Les jeunes se sont attaqués à ce qu’ils croient être la cause de leur malheur”, résume Pius Njawé, directeur du quotidien Le Messager.
L’hostilité antifrançaise relève du politique. Aucun Européen n’a été pris à partie. Rien à voir non plus avec les années 1990, lorsqu’un mot d’ordre de boycottage des produits français accompagnait la lutte contre le parti unique. “Au Cameroun, rien n’est plus prisé que les marques françaises. Mais l’image de la marque “France”, elle, passe mal”, sourit Gabin Nguidjoc, 30 ans, consultante en relations publiques.
Branchés sur RFI, TV5 ou Yahoo.fr, les jeunes rêvent de découvrir les richesses qui, comme si elles venaient d’une autre planète, s’étalent sur leurs écrans. “Chacun veut avoir sa chance”, glisse une étudiante à qui un visa pour Paris a été refusé.
Entre dépit et colère, les jeunes Camerounais enragent contre une “France qui ne s’aperçoit pas que l’Afrique change” et continue de traiter les Africains en enfants immatures. “Si la France voulait, les choses changeraient ici.”
Paris éternelle responsable ? “Voilà une rhétorique du passé dont il est difficile de se passer, tranche Jean-Jacques Ekindi, député de l’opposition. Le véritable problème du Cameroun, ce sont les Camerounais.”
De façon inattendue, Nicolas Sarkozy a plutôt bonne presse parmi ces jeunes en rogne contre la France. Ils sont nombreux à le créditer d’une énergie inépuisable dont il ne peut sortir que du bien. “Il a demandé aux Africains de se prendre en main. Mais certains trouvent plus commode d’accuser la France”, affirme une étudiante.
Mais les diplomates français en prennent pour leur grade : ils sont accusés de parler “toujours par euphémisme alors que c’est d’eux que nous attendons les offensives sur les droits de l’homme et contre la corruption”. “Ils sont vieux jeu, incapables de regarder sous les jupes de l’Afrique qui est tout de même l’épouse de leur propre pays”, ose l’éditorialiste radical Shanda Tonme. Les jeunes mettent en exergue les prises de position plus nettes des ambassadeurs américains ou néerlandais sur les atteintes aux libertés.
Mais c’est dans le domaine économique, ultrasensible pour une jeunesse massivement condamnée au chômage, que l’aigreur est la plus marquée. Le réquisitoire est récurrent : “Les Français exploitent notre port, notre bois, nos bananes. Ils se réservent les postes de direction et ne fraient jamais avec les employés. Ils donnent des ordres, mais ne vont jamais sur le terrain, ils ne construisent rien de visible.” Tout le contraire des vertus prêtées aux “partenaires” chinois qui multiplient les chantiers, notamment celui du rutilant palais des sports de Yaoundé.
Dans l’esprit des jeunes rencontrés, la Chine “investit” réellement pour l’avenir du Cameroun. Les ingénieurs envoyés par Pékin vivent dans des baraquements et se contentent de salaires modestes alors que les Français exigent air conditionné, piscine et salaire d’expatrié. “La France dépense de l’argent pour des conférences qui ne nous donne rien sauf des politiciens corrompus. Les Chinois nous facilitent la vie en nous vendant des motos à moitié prix et des objets quotidiens abordables”, tranche un jeune agriculteur.
Même si les coeurs restent tournés vers la France et sa langue, les regards d’admiration convergent désormais vers la Chine. Le volontarisme politique des Chinois, la fierté qui les conduit à refuser l’aide internationale sont perçus comme des vertus à importer d’urgence en Afrique. Avec un espoir largement exprimé : que la concurrence asiatique amène la France à considérer l’Afrique autrement.
 


SUR LE MÊME SUJET
L’association gabonaise des stagiaires experts comptables et fiscaux (AGSECF), organisation fondée par un jeune compatriote logovéen, Monsieur LONGA IMBOUMY Maurille, Expert Comptable Stagiaire bientôt diplômé, a organisé comme chaque année depuis 2010 sa journée annuelle d’information le samedi 26 novembre 2011 au Grand Hôtel Holiday Inn de Paris Porte de Clichy. C’était l’occasion pour les jeunes gabonais en cursus de gestion de s’imprégner de la réalité de leur futur métier au pays. Cette année, c’est le bureau gabonais de l’importante firme anglo-saxonne, Ernst and Young qui a souhaité encourager l’action des futurs Experts comptables gabonais. La firme a dépêché son responsable audit pour ...
Lire l'article
Le Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD) a déposé ce mardi une plainte à Paris contre Paul Biya le président camerounais pour "recel de détournement de fonds publics" . Dans cette plainte dont Camer.be a pu s'en procurer une copie, le chef de l'Etat Camerounais est accusé d'avoir constitué un patrimoine immobilier en France financé par des détournements des fonds publics. Selon le CCD, des enquêtes multiples et variées ainsi que certaines investigations émanant de publications et magazines reconnus, Français ou Camerounais tel «Le Monde», «Le Canard Enchaîné» ou «Germinal»sans oublier différents observateurs tel l’organisme CCFD ont recueilli un ...
Lire l'article
Les jeunes filles étrangères, victimes d'esclavage moderne en France essentiellement en tant que domestiques, sont en moyenne exploitées pendant six ans, une période dont elles conservent des séquelles, a révélé vendredi le Comité contre l'esclavage moderne (CCEM). Le CCEM a publié une étude inédite qui dessine les contours de cette forme de traite à des fins économiques, pour laquelle aucun chiffre officiel n'existe mais que l'association estime "à des milliers" au vu des "200 à 250 signalements pertinents" par an qu'elle reçoit. L'étude a porté sur les 79 personnes que l'association a accompagnées une fois majeures mais qui ont été exploitées mineures. A ...
Lire l'article
Je n’avais rien compris à ce que l’écrivain Slimane Zeghidour appelle « le secret de famille de la République ». Lorsque j’ai pris en charge l’instruction de l’affaire Elf, j’avais en face de moi les puissants du pétrole français, je n’aimais pas leur arrogance, la façon qu’ils avaient de se servir dans les caisses, mais lorsqu’ils invoquaient les intérêts supérieurs du pays, j’étais prête à les croire. Je sortais de plusieurs années en détachement au ministère des Finances, entourée de hauts fonctionnaires intègres, d ‘une compétence absolue. J’avais confiance dans les institutions de mon pays d’adoption. Je n’imaginais pas que la ...
Lire l'article
Un collectif d'organisations de Camerounais vivant en France a dénoncé le 21 juillet l'accueil réservé par Paris au président Paul Biya, en visite officielle de quatre jours, estimant qu'il s'agit d'une "prime accordée à la dictature et l'impunité". Au pouvoir depuis 1982, "Paul Biya est le nouveau doyen de la Françafrique depuis la mort du dictateur Bongo", a déclaré lors d'une conférence de presse Moïse Essoh, secrétaire exécutif du Collectif des organisations démocratiques et patriotiques de la diaspora camerounaise (Code). "Lorsque le gouvernement français lui tend la main, lui déroule le tapis rouge, il s'agit d'une prime à l'impunité, à la dictature", ...
Lire l'article
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article
En prélude aux 12es championnats du monde seniors d’athlétisme d’août 2009 en Allemagne, la Fédération camerounaise d’athlétisme (FCA) a annoncé l’envoi dès le 12 décembre d’une délégation d’athlètes à Libreville pour un stage de préparation. Ces cinq athlètes, principalement des jeunes de moins de vingt ans, devraient durant deux semaines bénéficier d’un entraînement intensif dans des conditions extérieures pour se préparer aux compétitions internationales et acquérir les savoirs techniques et psychologiques nécessaires à la gestion des défis de la haute compétition. Cinq jeunes athlètes camerounais devraient arriver à Libreville à partir du 12 décembre prochain pour un stage de formation ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy, a nommé le 12 novembre en conseil des ministres monsieur Pierre N'Gahane, d’origine camerounaise, nouveau préfet de la région Alpes-de-Haute-Provence. Pierre N’Gahane devient le premier préfet noir issu de l'immigration, après avoir assumé les fonctions de préfet délégué à l'égalité des chances dans la région Provence-Alpes-Côte-D’azur auxquelles il avait été affecté en 2007 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. Docteur en sciences de gestion âgé de 45 ans, Pierre N’Gahane est arrivé en France à l'âge de 20 ans et a effectué une grande partie de sa carrière à l’Université catholique de Lille, dont ...
Lire l'article
L’image très dégradée de la France en Afrique
Comme deux vieilles connaissances fatiguées l'une de l'autre, l'Afrique et la France ne se comprennent plus. Non seulement Paris perd pied sur le continent noir, mais son image se dégrade. Objet de débat depuis quelques années, cette réalité est désormais officiellement reconnue et préoccupe le sommet de l'Etat. Multiforme, le constat est dressé dans un ensemble de télégrammes rédigés à la demande du Quai d'Orsay à l'automne 2007 par 42 ambassadeurs en poste en Afrique, et dont Le Monde a pris connaissance. Pareil état des lieux tend à plaider en faveur de la "rupture" dans la politique de la France ...
Lire l'article
Comme deux vieilles connaissances fatiguées l'une de l'autre, l'Afrique et la France ne se comprennent plus. Non seulement Paris perd pied sur le continent noir, mais son image se dégrade. Objet de débat depuis quelques années, cette réalité est désormais officiellement reconnue et préoccupe le sommet de l'Etat. Multiforme, le constat est dressé dans un ensemble de télégrammes rédigés à la demande du Quai d'Orsay à l'automne 2007 par 42 ambassadeurs en poste en Afrique, et dont Le Monde a pris connaissance. Pareil état des lieux tend à plaider en faveur de la "rupture" dans la politique de la France ...
Lire l'article
Les jeunes financiers gabonais s’organisent en France
France- Cameroun,Biens mal acquis: Le Conseil des Camerounais de la diaspora (CCD) dépose une plainte contre Biya à Paris
En France, les jeunes domestiques-esclaves exploitées pendant 6 ans (étude)
France – Afrique : Comment la France pille l’Afrique
Fronde : Les Camerounais de France contre la visite de Biya
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête
Gabon : Des athlètes camerounais en stage à Libreville
France : Le camerounais Pierre N’Gahane nommé préfet
L’image très dégradée de la France en Afrique
L’image très dégradée de la France en Afrique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Juin 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*