Socialisez

FacebookTwitterRSS

Hillary Clinton, une victoire annoncée qui s’achève en défaite

Auteur/Source: · Date: 4 Juin 2008
Catégorie(s): Monde

C’est fini. Elle ne sera pas la candidate du Parti démocrate à l’élection présidentielle américaine du 4 novembre. Elle ne l’a pas encore explicitement admis, mais elle le sait, et ses partisans le savent aussi. Qui l’eut cru, à l’automne 2007 ?
De tous les démocrates, elle avait été la première à se porter candidate. Elle savait la partie loin d’être gagnée. Une femme ? Une Clinton, en plus ? Personne n’avait été aussi méchamment attaqué qu’elle dans l’histoire récente américaine. Pas sur ses mœurs, comme son ex-président de mari, mais sur sa personne : sa rigidité, sa manie du secret, sa supposée “duplicité”.
Hillary, disait-on alors, avait deux atouts formidables : elle-même et son époux – la capacité de conviction de Bill, son flair, leur connaissance commune des entrelacs de la politique washingtonienne. Et elle avait deux gros handicaps : elle-même et son époux… Hillary élue, serait-ce le retour de Bill ? “Beaucoup de gens, expliquait Carl Bernstein, son dernier biographe, se demandent s’ils ont envie d’un nouveau psychodrame au sommet de l’Etat.”

Pourtant, sa candidature est vite apparue “évidente”. Rien ne semblait l’ébranler. Exemple : le magazine dominical du New York Times sortait une enquête terrible, en juin 2007, intitulée “Les guerres d’Hillary”. Pour résumer : elle a voté par conviction la guerre en Irak et, depuis que celle-ci est devenue impopulaire, elle brouille les pistes. Les auteurs listaient ses explications peu probantes, ses manœuvres visant à masquer cette réalité. Ces attaques semblaient glisser sur elle; parce que, notaient ses partisans, la plupart des démocrates se reconnaissaient en elle. N’avaient-ils pas, eux aussi, soutenu l’invasion de l’Irak avant que leurs yeux se dessillent ?

En août 2007, elle menait la course avec 51% des intentions de vote. Ses concurrents ? Des nains : Barack Obama était à 21 %, John Edwards à 15 %, les autres n’existaient déjà plus. En novembre, à deux mois du début des primaires, elle devançait encore le jeune sénateur de l’Illinois de 21points. Elle avait réponse à tout : son programme était de loin le plus élaboré. Que s’est-il passé? Dans un premier temps, elle n’a pas perçu la “menace Obama”. Malgré ses équipes de sondeurs aguerris, estime Dante Scala, professeur de sciences politiques à l’université du New Hampshire, elle n’a “pas vu l’aspiration au changement ni l’exaspération de la base démocrate et le désabusement de l’opinion vis-à-vis de l’administration Bush”. “Changement”, “espoir” étaient les mots d’ordre de son adversaire.

Ensuite, pour beaucoup d’analystes, l’entrée des Etats-Unis en récession ne lui a pas été favorable. A l’hiver, la crise économique s’est ajoutée à l’Irak. Si Mme Clinton a su s’attirer les faveurs des “cols bleus”, beaucoup d’autres démocrates ont été plus encore convaincus que, décidément, il fallait vraiment tout changer. Or Hillary Clinton apparaissait plus liée au “système” et aux milieux financiers que son adversaire. Lorsque, au début des primaires, se sont tenus, le 3 janvier, les caucus de l’Iowa, ce fut un coup de tonnerre : arrivée troisième, elle était battue avec 9 points d’écart.

Très vite, elle a recadré son discours. Moins programmatique, plus centré sur une idée-force : dans un monde menaçant, l’Amérique a besoin de quelqu’un “prêt à gouverner dès le premier jour”. L'”expérience”, c’était elle. Donc, Barack Obama, l’aventure. Résultat concret : un succès, surtout parmi les salariés âgés, qui n’allait plus se démentir. Et une victoire à l’élection suivante, la primaire du New Hampshire. Mais, ce faisant, elle menait une autre campagne : encore plus conventionnelle; plus “droitière”, aussi. Le marketing prenait le pas sur les convictions. Sondage après sondage, Mme Clinton est apparue comme la moins “sincère” des candidats, la plus encline à dire à chacun ce qu’il souhaite entendre.

Au départ, elle se situait plus à gauche que M. Obama, qui prônait l'”union”, ratissant au centre. En cherchant à le pousser dans l’angle du candidat des progressistes et des Noirs, elle-même s’attirait les faveurs des victimes de la désindustrialisation et des “rednecks” (Blancs un peu rustres). Elle a bu une bière au whisky dans un bar, tiré au fusil, été à la rencontre des passionnés de course automobile… Début mai, le gouverneur de Caroline du Nord, Michael Easley, vantait sa “force d’âme testiculaire”. Ce faisant, son image passéiste s’ossifiait. Et, malgré son programme, la frontière avec le républicain John McCain devenait plus floue. Plusieurs fois, M. Obama en a habilement joué.

Beaucoup de femmes lui maintenaient leur confiance, mais son adversaire, lui, montrait du souffle. Bientôt, Mme Clinton est aussi apparue “prête à user des moyens les plus laids pour flatter un certain électorat”, selon Jane Kramer, célèbre journaliste du New Yorker. Ses attaques contre son adversaire – en particulier, sa relation avec le pasteur noir Jeremiah Wright – ont suscité autant de rejet que d’adhésion. Et plus son retard se confirmait, plus elle devenait procédurière. “Combattante”, indubitablement, mais c’est elle aussi qui divisait le parti.

Plus la fracture s’élargissait au sein du camp démocrate, plus Mme Clinton était identifiée à sa propre base : blanche, pas métissée; style “vieille économie”. Pas quelqu’un de tourné vers l’avenir. Elle écrasait M. Obama dans les Etats de la vieille industrie lourde et minière en déréliction. Il l’emportait largement dans l’Oregon, un Etat pas moins blanc, mais à l’économie “high tech”. “Elle n’a pas compris que, sociologiquement, les démocrates avaient changé”, juge M. Scala.
Peu à peu, ses thèmes de campagne ont commencé à être battus en brèche. Elle fustigeait l'”inexpérience” de M. Obama. Quatre ans au Sénat : insuffisant, clamait-elle. Elle y a passé huit ans, plus huit à la Maison Blanche. En mars, Time publiait une enquête : “L’expérience compte-t-elle ?” Comme souvent, les lecteurs regardaient d’abord l’infographie. On y apprenait qu’Abraham Lincoln avait été élu président après deux ans seulement au Sénat. Beaucoup n’avaient pas eu auparavant une longue carrière de représentant, de sénateur ou de gouverneur : Woodrow Wilson : deux ans; Franklin Roosevelt : quatre…

A la veille de l’élection du 1er juin à Porto Rico, en “une”, le Wall Street Journal publiait une photo cruelle : Mme Clinton en campagne dans le Dakota du Sud. Derrière elle, sur l’estrade, un groupe d’hommes en rang d’oignons, tous blancs, visages fermés, lunettes et calvitie. Moyenne d’âge : 55-60 ans. La caricature de son électorat. Une caricature injuste, au vu de sa carrière, de ses combats passés. Injuste car des jeunes se sont aussi mobilisés pour Hillary Clinton. Mais un cliché au fond peu surprenant, au vu de l’évolution de sa campagne.
 


SUR LE MÊME SUJET
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Hillary Clinton, demandent le retrait de son soutien au dictateur gabonais
Dans une lettre adressée le 30 juin à Hillary Clinton dans le cadre de la marche de protestation qu'ils préparent pour le 16 juin à Washington, des Gabonais demandent à la Secrétaire d'Etat américaine de retirer ses mots de soutien au dictateur gabonais Ali Bongo. Essentiellement, la lettre reproche à la Secrétaire d'Etat ses mots de soutien à Ali Bongo le 8 mars dernier lors d'une conférence de presse conjointe à Washington en marge de la session du Conseil de Sécurité dont le Gabon allait assurer la présidence tournante. La lettre lui demande de retirer ces mots que les Gabonais ...
Lire l'article
Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, qui est arrivé hier à Washington, a aussitôt été reçu par la secrétaire d’Etat américain Hillary Clinton, avec, au menu de cette entrevue, des questions de coopération bilatérales mais aussi celles ayant trait à la présidence gabonaise du conseil de sécurité. Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a quitté New York hier pour Washington, où il est arrivé aux environs de 13 heures locales (19 heures au Gabon). En compagnie des ministres des Affaires étrangères, Paul Toungui, et de la Communication et de l’Economie numérique Laure Olga Gondjout, le chef de ...
Lire l'article
Communiqué: Le Dr. Daniel Mengara appelle Hillary Clinton à ne pas recevoir Ali Bongo Ondimba
Dans une lettre à Hillary Clinton diffusée ce dimanche 7 mars 2010, le Dr. Daniel Mengara, Président du mouvement "Bongo Doit Partir", appelle la secrétaire d'Etat américaine à ne pas rencontrer Ali Bongo Ondimnba lors de la visite du dictateur gabonais aux Etats-Unis depuis vendredi. Communiqué de presse pour diffusion immédiate Ci-dessous la lettre en anglais du Dr. Daniel Mengara. La version PDF est disponible ce lien.   BONGO DOIT PARTIR Office of the President   Hillary Rodham Clinton Secretary of State U.S. Department of State 2201 C Street NW Washington, DC 20520 Sunday, March 7, 2010 Re: Urgent Call to Cancel Meeting with Ali Bongo Ondimba Dear Mrs. Secretary of State: Having become ...
Lire l'article
Le président élu Barack Obama présentera, lundi 1er décembre, son Conseil national de sécurité, avec notamment la nomination très attendue de son ancien rivale Hillary Clinton à la tête du département d'Etat. Les rumeurs faisant de Mme Clinton la nouvelle patronne de la diplomatie américaine se sont fait plus insistantes ces dernières semaines. Le choix de M. Obama d'inclure la sénatrice de New York dans son administration semble désormais quasiment acquis. Citant plusieurs sources au sein du Parti démocrate, le New York Times assure qu'Hillary Clinton sera bien nommée secrétaire d'Etat en remplacement Condoleeza Rice. Preuve supplémentaire, l'entourage de la sénatrice ...
Lire l'article
Comme cela avait été annoncé au cours des derniers jours, la sénatrice de New York, Hillary Clinton, a profité d'un rassemblement, jeudi 7 juin à Washington, pour mettre un terme à sa campagne pour l'investiture démocrate à l'élection présidentielle et apporter son "plein soutien" à son ancien rival Barack Obama en vue du scrutin de novembre. Devant ses partisans et amis rassemblés au National Building Museum de Washington, Mme Clinton a déclaré qu'il était désormais temps de "mettre notre énergie, notre passion et nos forces pour faire tout ce que nous pouvons pour faire élire Barack Obama, le futur président des ...
Lire l'article
La sénatrice démocrate Hillary Clinton va apporter son soutien à Barack Obama en vue de l'élection présidentielle de novembre et appeler à l'unité du Parti démocrate contre le républicain John McCain vendredi 6 juin, a annoncé, mercredi, son équipe de campagne, dans un communiqué. "La sénatrice Clinton organisera vendredi à Washington une réunion au cours de laquelle elle remerciera ses partisans et apportera son soutien au sénateur Barack Obama ainsi qu'à l'unité du parti", indique le texte. Cette déclaration ne précise pas si Mme Clinton mettra formellement un terme à sa campagne ou suspendra seulement ses activités, mais semble confirmer que ...
Lire l'article
Avant la fin des primaires démocrates, mardi 3 juin, deux incertitudes subsistent : quand Barack Obama va-t-il décrocher définitivement la nomination du parti ? Et la fracture entre ses partisans et ceux de Hillary Clinton pourra-t-elle être réduite avant l'élection de novembre ? Ni l'écrasante victoire de Mme Clinton dimanche à Porto Rico (68% contre 32%), ni le compromis décidé samedi par une commission d'arbitrage à propos des délégués de la Floride et du Michigan n'ont modifié le tableau d'ensemble : le retard de Mme Clinton est trop insurmontable pour menacer la position de M. Obama. Le sénateur de l'Illinois a ...
Lire l'article
Forte de sa large victoire en Virginie Occidentale, Hillary Clinton a réaffirmé sa détermination à rester dans la course à l'investiture démocrate. Une grande part de ses espoirs repose désormais sur l'influence du Comité national démocrate (CND) qui doit se réunir le 31 mai à Washington pour décider, entre autres, si oui ou non les primaires en Floride et au Michigan peuvent être réhabilitées. Sanctionnés pour avoir avancé la date de leur scrutin avant le "Super Mardi" du 5 février, ces deux Etats ne peuvent envoyer aucun délégué à la Convention nationale démocrate le 3 juin. Une décision positive de la ...
Lire l'article
Un cap peut-être décisif a été franchi ce week-end dans la course à l'investiture démocrate. En s'assurant, vendredi 9 mai, du soutien de sept "superdélégués", puis de trois autres samedi, Barack Obama a fait un pas de géant vers une victoire face à sa rivale Hillary Clinton. En tête dans la course aux délégués "simples", vainqueur des primaires dans un plus grand nombre d'Etats, plus populaire au plan national que Mme Clinton, le sénateur de l'Illinois est en passe de franchir le seul obstacle qui pouvait encore lui barrer la route de l'investiture : obtenir le ralliement d'une majorité de ...
Lire l'article
Barack Obama a réaffirmé, lundi 10 mars, son intention d'être président, sans se contenter d'une éventuelle vice-présidence de Hillary Clinton, alors qu'il espère donner un nouveau souffle à sa campagne mardi lors d'une primaire dans le Mississippi. "J'ai gagné plus de voix que la sénatrice Clinton, j'ai plus de délégués, donc je ne comprends pas comment une personne qui est en seconde position peut proposer d'être vice-président à celui qui est en première position", a lancé Barack Obama pendant un rassemblement électoral. Le sénateur a relevé un paradoxe : l'équipe Clinton "vient de passer les deux, trois dernières semaines (...) à ...
Lire l'article
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Hillary Clinton, demandent le retrait de son soutien au dictateur gabonais
Gabon-USA : Ali Bongo Ondimba s’entretient avec Hillary Clinton
Communiqué: Le Dr. Daniel Mengara appelle Hillary Clinton à ne pas recevoir Ali Bongo Ondimba
Barack Obama s’apprête à faire d’Hillary Clinton sa secrétaire d’Etat
Hillary Clinton met un terme à sa campagne et apporte son soutien à Barack Obama
Hillary Clinton va soutenir Barack Obama
Barack Obama-Hillary Clinton, la dernière bataille
Les espoirs de Hillary Clinton reposent désormais sur le Comité national démocrate
Barack Obama passe devant Hillary Clinton dans la course aux superdélégués
Barack Obama ne se voit pas en co-listier d’Hillary Clinton en novembre


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Juin 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*