Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Marc Ona interdit de quitter le territoire

Auteur/Source: · Date: 10 Juin 2008
Catégorie(s): Société

Le principal porte-parole de la société civile au Gabon, Marc Ona Essangui, a été empêché de prendre l’avion le 6 juin dernier à Libreville alors qu’il était attendu à New York pour une conférence sur la transparence des contrats. Le coordinateur des ONG Environnement Gabon et «Publiez ce que vous payez» envisage de porter plainte au ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, qui n’a pas voulu se prononcer sur les motifs de cette mesure.
«C’est insensé, absurde. On ne me reproche rien de concret. Il n’y a pas de papier mais je ne peux pas partir. C’est du harcèlement» s’est indigné Marc Ona Essangui le 6 juin dernier à l’aéroport de Libreville, où il a été retenu sur le sol gabonais par les forces de l’ordre malgré son autorisation de sortie.

Le coordinateur des ONG «Publiez ce que vous payez» (PCQVP) et Environnement Gabon était attendu à New York pour prendre part à une conférence sur «la transparence des contrats en Afrique et notamment au Gabon», explique le principal porte parole de la société civile au Gabon, qui n’en est pas à ses premiers démêlés avec le gouvernement.

Invité à New York par le «Revenue Watch Institute» pour tenir une conférence le 12 juin prochain sur la transparence des contrats en Afrique, il devait notamment abordé la polémique qui plane autour de la convention pour l’exploitation du gisement de fer de Belinga par les chinois.

«Le ministère de l’Intérieur m’avait informé il y a ne semaine qu’on m’empêcherait de sortir du pays mais sans me donner de motif ni de document le justifiant. Je me suis rendu à l’aéroport avec une trentaine de personnes, notamment des syndicalistes et des membres d’ONG» a confié Marc Ona Essangui.

Il aurait été retenu sur le tarmac au dernier moment, suite à un appel du ministère de l’Intérieur.

«Alors que j’allais embarquer [un policier] m’a dit qu’il avait reçu un coup de fil du ministère et qu’il ne pouvait pas me laisser partir. (…) C’est absurde, regardez mon passeport» rapporte monsieur Ona indigné, brandissant son document sur lequel figure un tampon de sortie daté du 6 juin.

Le ministre de l’Intérieur, Andre Mba Obame, a confirmé par téléphone que monsieur Ona était interdit de sortie du territoire. «Nous lui avons notifié il y a plus d’une semaine. Mon chef de cabinet s’est déplacé personnellement pour le voir» rappelle le ministre.

En déplacement, monsieur Mba Obame n’a pas daigné détailler par téléphone motifs de cette interdiction.

L’écologiste a déclaré avoir rédigé une plainte contre le ministère de l’Intérieur et interpellé la communauté internationale et la société civile gabonaise sur les «conséquences qui pourraient advenir de ces dérives dictatoriales, contraires aux principes de l’état de droit tant vantés à cœur joie par le pouvoir».

«De toute façon c’est une mesure idiote. S’il le faut, je donnerai ma conférence par Internet ou vidéo» a renchérit le porte parole de la société civile au Gabon.

L’organisme américain de renforcement des capacités des organisations de la société civile, Revenue Watch Institute, a pour sa part qualifié cette attitude «ubuesque, rétrograde, en violation flagrante des droits de l’Homme et des libertés fondamentales [qui] constitue une menace grave (…) pour le citoyen mettant en péril la paix civile au Gabon».

Dans un communiqué de presse, monsieur Ona Essangui a indiqué que le ministre gabonais de l’Intérieur n’en était pas à sa première tentative d’entraver une activité liée aux Droits de l’homme ou à la vie syndicale et associative constitutionnellement établies. En février dernier, le ministre Mba Obame avait suspendu pendant une semaine les activités des ONG environnementales, qu’il accusait de faire de la politique.

De nombreux observateurs politiques estiment par ailleurs que les ONG représentent la seule véritable opposition au Gabon.


SUR LE MÊME SUJET
Gorbatchev appelle Poutine à quitter le pouvoir “maintenant”
L'homme fort de Russie Vladimir Poutine doit quitter le pouvoir "maintenant" face à la contestation sans précédent contre son régime, a déclaré samedi l'ex-président soviétique Mikhaïl Gorbatchev. "Je conseillerais à Vladimir Vladimirovitch (Poutine) de partir maintenant", a déclaré le père de la perestroïka sur les ondes de la radio Echo de Moscou. "Il a déjà fait trois mandats : deux en tant que président (2000-2008), un en tant que Premier ministre - trois mandats, ça suffit", a souligné M. Gorbatchev. Interrogé pour savoir s'il croyait à une telle possibilité, le prix Nobel de la paix a répondu : "cela n'a rien de dramatique". Actuellement ...
Lire l'article
Les Etats-Unis ont appelé jeudi leurs ressortissants à "quitter immédiatement" la Syrie "tant que des moyens de transport commerciaux sont encore disponibles". Après six mois de contestation et de répression violente, les Américains devant rester dans le pays doivent "limiter leurs déplacements non essentiels", demande par ailleurs le département d'Etat dans une note d'alerte. Au-delà de "l'incertitude et l'instabilité" de la situation en Syrie, le nouveau message, remplaçant un précédent émis le 5 août, vise à prendre en compte l'appel à un changement de régime lancé le 18 août par le président américain Barack Obama. Le département d'Etat évoque "une hausse du sentiment ...
Lire l'article
Un tribunal de Libreville a condamné l’Etat gabonais pour « voie de fait » envers un leader d’ONG, Marc Ona, rapporte rewni.com. Figure de la société civile gabonaise, Marc Ona avait saisi la justice en 2008 pour avoir été interdit de sortir du pays. La plainte de M. Ona visait André Mba Obame, ministre de l’Intérieur à l’époque des faits, et l’Etat gabonais. Dans sa décision rendue le 25 novembre, le tribunal de première instance de Libreville a condamné André Mba Obame et l’Etat gabonais à verser 5 millions de FCFA (7.600 euros) à Marc Ona, à titre de dommages ...
Lire l'article
Le procès intenté par le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, au ministre de l’Intérieur, Mba Obame, s’est ouvert hier, à Libreville. Le plaignant accuse le ministre d’avoir pris, en juin dernier, une mesure illégale qui l’avait empêché de se rendre à New York, où il devait assister à une conférence sur la transparence des contrats dans les industries extractives. Marc Ona et son avocat estiment que la mesure d’interdiction de voyager n’était pas fondée et exigent 50 millions de FCFA de dommages et intérêts, explique Guy-Pierre Bitégué, directeur de publication du bihebdomadaire Le Mbandja. L’avocat de l’Etat gabonais ...
Lire l'article
Le procès intenté par le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, au ministre de l’Intérieur, Mba Obame, s’est ouvert hier, à Libreville. Le plaignant accuse le ministre d’avoir pris, en juin dernier, une mesure illégale qui l’avait empêché de se rendre à New York, où il devait assister à une conférence sur la transparence des contrats dans les industries extractives. Marc Ona et son avocat estiment que la mesure d’interdiction de voyager n’était pas fondée et exigent 50 millions de FCFA de dommages et intérêts, explique Guy-Pierre Bitégué, directeur de publication du bihebdomadaire Le Mbandja. L’avocat de l’Etat ...
Lire l'article
Le procès opposant le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, et le ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, a été ouvert ce 24 mars au tribunal de première instance de Libreville après plusieurs reports. Le procès devait s’ouvrir depuis le 10 juillet dernier suite à la plainte déposée par l’avocat de Marc Ona Essangui pour dénoncer l’interdiction «abusive» de quitter le territoire national qui lui avait été adressée le 6 juin 2008. Depuis, de nombreux événements ont perturbé la tenue de ce procès, notamment l’incarcération à la fin du mois de décembre dernier de Marc Ona Essangui ...
Lire l'article
L’avocat de Marc Ona Essangui, leader d’ONG et porte-parole de la société civile gabonaise, a réclamé mardi de verser à son client une somme de 50 millions de F CFA pour dommages et intérêts subit dans une affaire l'opposant au ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame. ’’Nous n’acceptons pas qu’on prive quelqu’un de son droit de circuler sans motif. Et si la République ne fonctionne pas selon un Etat de droit, alors c’est grave’’, a dit Me Homa Moussavou lors de l’audience. ’’Nous réclamons 50 millions de F CFA à l’Etat gabonais parce que la liberté n’a pas de prix’’, ...
Lire l'article
Le porte-parole de la coalition ‘Publiez ce que vous payez’ (PCQVP), Marc Ona Essangui, a été à nouveau empêché de sortir du Gabon samedi, alors qu’il souhaitait se rendre à Doha au Qatar pour une conférence internationale sur la bonne gouvernance, a annoncé l’intéressé dans un communiqué. « Comme il fallait s’y attendre, j’ai une fois de plus été empêché de sortir du territoire », a déclaré Marc Ona dans le communiqué dont APA a reçu une copie. « Je regrette donc de ne pas pouvoir me rendre à ce rendez-vous de la société civile internationale », a-t-il ajouté. « Je pense que ...
Lire l'article
L’ambassadeur de France, Jean-Marc Simon est allé faire ses adieux mercredi au chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, au terme de 5 années passées en terre gabonaise, a rapporté jeudi la télévision nationale.Le diplomate français est allé remercier le chef de l’Etat gabonais pour l’accueil qu’il a eu en terre gabonaise, mais aussi pour défendre le bilan qu’il estime positif dans le cadre de sa mission à Libreville. Si entre autres missions accomplies à mettre à l’actif de Jean Marc Simon on peut noter l’augmentation de l’Aide française au développement au niveau du Gabon, on retient également qu’il a été ...
Lire l'article
Marc Ona Interdit de Voyage aux USA par le régime Bongo
COMMUNIQUE Dans le cadre des activités de « Revenu Watch Institute», organisme Américain de renforcement des capacités des organisations de la société civile, Monsieur Marc ONA ESSANGUI, Coordonnateur de la Coalition PUBLIEZ CE QUE VOUS PAYEZ (Gabon), invité pour la circonstance à donner une communication le 12 Juin 2008 à NEW YORK s’est vu malheureusement interdit d’effectuer ce déplacement par le ministère gabonais de l’intérieur, sans motif apparent, ni notification officielle. Cette attitude ubuesque, rétrograde, en violation flagrante des droits de l’homme et des libertés fondamentales, constitue une menace grave à la cohésion sociale et à la paix civile. La ...
Lire l'article
Gorbatchev appelle Poutine à quitter le pouvoir “maintenant”
Les USA appellent les Américains à “quitter immédiatement” la Syrie
Gabon : l’Etat condamné pour avoir interdit à un leader d’ONG de sortir du pays
Gabon : ouverture du procès de Marc Ona Essangui contre le ministre de l’Intérieur Mba Obame
Gabon : ouverture du procès de Marc Ona Essangui contre le ministre de l’Intérieur Mba Obame
Gabon : Marc Ona et Mba Obame au parquet
Gabon: Justice : La défense de Marc Ona Essangui réclame 50 millions de FCFA pour préjudice
L’activiste gabonais Marc Ona empêché de sortir du Gabon pour la 4ème fois
Gabon: Jean-Marc Simon devise avec Bongo Ondimba avant de quitter le Gabon
Marc Ona Interdit de Voyage aux USA par le régime Bongo

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Juin 2008
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : Marc Ona interdit de quitter le territoire

  1. amzy

    10 Juin 2008 a 13:06

    trop triste …le seul opposant qui nous reste …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*