Socialisez

FacebookTwitterRSS

Bernard Kouchner : “La France n’interviendra plus dans le conflit tchadien”

Auteur/Source: · Date: 15 Juin 2008
Catégorie(s): Françafrique

Bernard Kouchner

Alors que les rebelles tchadiens ont repris ces derniers jours leur offensive vers la capitale, N’Djamena, Bernard Kouchner a très nettement pris ses distances avec ce conflit, dimanche 16 juin à Abidjan.”Il n’y a pas de position de la France à entretenir. C’est un général irlandais qui commande l’Eufor (la force européenne chargée de protéger les réfugiés), avec dix-sept nations”, dont la France, a répondu le chef de la diplomatie française à la question d’un journaliste sur la position de Paris dans la crise tchadienne. “La France n’est pas intervenue et n’interviendra plus”, a-t-il ajouté lors de cette conférence de presse marquant la fin de sa visite en Côte d’Ivoire.

Or Paris avait fourni un appui décisif – sans toutefois intervenir directement – en février au président Idriss Deby, encerclé dans son palais à N’Djamena lors d’une offensive rebelle. Les soldats français présents au Tchad depuis 1986 dans le cadre de l’opération Epervier n’avaient pas alors utilisés leurs avions et héicoptères, mais avaient sanctuarisé et défendu l’aéroport, permettant ainsi aux forces gouvernementales tchadiennes de pilonner les rebelles et d’être ravitaillées.

Bernard Kouchner a par ailleurs démenti la progression des rebelles vers la capitale tchadienne, citant “les forces de l’Eufor (…) qui ont démenti cela”. Les rebelles du Tchad, qui ont lancé mercredi depuis le Soudan une offensive dans l’est, ont occupé quelques heures samedi la ville de Goz Beida, à 75 km à l’intérieur des terres. Dimanche à la mi-journée, ils ont annoncé avoir pris le contrôle de la localité d’Am-Dam, certes plus à l’ouest, mais distante de 600 km de N’Djamena, leur objectif. Leurs annonces d’une forte progression avaient été qualifiées vendredi de”campagne d’intoxication dénuée de tout fondement” par le gouvernement. Vendredi également, les rebelles avaient demandé à la France de cesser ses missions aériennes de “renseignement” menées dans le cadre de l’opération Epervier, et menacé de prendre ses avions “pour cible”.

source: le monde avec l’AFP


SUR LE MÊME SUJET
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Bernard Kouchner reprend ses activités de conseil aux entreprises et aux gouvernements étrangers, qui avaient suscité beaucoup de polémiques. L'ex-ministre des Affaires étrangères vient de créer une société au nom explicite, No Borders Consultants. Mais s'il est déjà très actif en Guinée, c'est selon lui à titre bénévole : le Président est un ami. Pour son retour dans le privé, Bernard Kouchner a choisi une référence à son passé chez Médecins sans Frontières. Le 10 juin, il a enregistré au tribunal de commerce de Paris les statuts de No Borders Consultants, une société domiciliée à son adresse personnelle. « Développement ...
Lire l'article
Libye: Kadhafi lâché par Moscou, le conflit entre dans une nouvelle phase
Le conflit en Libye a connu vendredi un développement politique majeur, avec la décision de la Russie de lâcher Mouammar Kadhafi, et pourrait entrer dans "une nouvelle phase" militaire avec le déploiement d'hélicoptères d'attaque britanniques au côté des français. Sur le terrain, le régime libyen ne semblait pourtant prêt à aucune concession. L'Otan l'a accusé d'avoir posé "un champ de mines" autour de Misrata, une ville que Kadhafi cherche à reprendre. Ahmed Omar Bani, porte-parole militaire de la rébellion à Benghazi (est), a affirmé que les forces de Kadhafi avaient posé les mines juste avant de partir "quand elles ont senti qu'elles ...
Lire l'article
"On assiste là à une belle démonstration de langage diplomatique". Le "compliment" formulé en fin d'interview par un auditeur de France Inter est mérité. Invité de la radio publique ce matin (18 mai), Bernard Kouchner a pris soin d'esquiver les questions polémiques pendant une bonne demi-heure. L'une d'elles lui a même fait perdre la parole... Après une première partie très calme [voir vidéo], le ministre des Affaires étrangères s'est d'abord échauffé quand les journalistes entourant Nicolas Demorand ont évoqué sa position (très évolutive) sur la Turquie dans l'Union Européenne en désaccord avec celle de Nicolas Sarkozy. Est-il toujours favorable à l'ouverture ...
Lire l'article
Bernard Kouchner a-t-il compromis la figure du "French Doctor", en rédigeant des rapports généreusement financés par des potentats africains ? La question posée par le livre du journaliste Pierre Péan, Le Monde selon K (Fayard, 324 p., 19 euros), est éclairée par les deux études sur le système de santé du Gabon dont Le Monde a pris connaissance. Conduits par M. Kouchner, à une époque où il n'exerçait pas de responsabilités politiques, ces travaux ont été commandés en 2003 par le président Omar Bongo à la société Imeda. Les deux rapports de 107 et 24 pages ne relèvent ni d'une ...
Lire l'article
Mis en cause par Pierre Péan dans son livre Le Monde selon K, Bernard Kouchner se défend sur tous les fronts. A l'Assemblée nationale, à la télévision, dans la presse, le ministre des affaires étrangères réfute tout mélange des genres entre activités publiques et privées en Afrique. "Je suis l'objet de la publication d'un livre calomnieux, d'une entreprise de déstabilisation qui est évidemment politique mais aussi éditoriale. L'auteur du livre est coutumier du fait", assure-t-il dans un entretien au Figaro. Sur le plateau de France 2, le ministre déclare qu'il portera "probablement" plainte contre contre l'auteur du Monde selon K. Le ...
Lire l'article
Le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, a qualifié, lundi 12 janvier, d'"allégations inexactes" des informations diffusées le même jour par le site Internet du magazine Marianne, qui cite des extraits d'un livre à paraître du journaliste Pierre Péan, mettant en cause M. Kouchner pour des activités de conseil qu'il a eues auprès des autorités du Gabon, dans le cadre de la réforme du secteur de la santé dans ce pays. Selon ces extraits de l'ouvrage de M. Péan, M. Kouchner est intervenu auprès du président gabonais Omar Bongo, le 25 mai 2007, alors qu'il était déjà nommé à ...
Lire l'article
Accusé d'avoir facturé des rapports à des pays africains, au nom d'une société dirigée par un de ses proches, il dénonce une "vraie calomnie". Marianne2.fr publie ce lundi des extraits du livre du journaliste d'investigation Pierre Péan -auteur de plusieurs ouvrages sur des scandales politiques- consacré à Bernard Kouchner. Un conflit d'intérêt pour Bernard Kouchner? Dans cet ouvrage, Pierre Péan accuse le ministre des Affaires étrangères d'un présumé conflit d'intérêts. D'après le journaliste, avant son entrée en fonctions, Bernard Kouchner aurait facturé plusieurs rapports à certains africains, dont le Gabon d'Omar Bongo, au nom de la société IMEDA dirigée par un de ...
Lire l'article
Exclusif: l’étrange diplomatie africaine de Bernard Kouchner
Pierre Péan se prépare à publier dans les semaines qui viennent un livre-portrait sans complaisance sur Bernard Kouchner. L’enquête, dont Marianne2 a pu avoir accès à certains extraits en avant-première, met en cause le désintéressement du «French doctor»: peu avant de devenir ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner aurait facturé, via une société créée par deux proches collaborateurs, plusieurs rapports à certains États, dont le Gabon. Le paradoxe est énorme : l’homme qui incarne, auprès de millions de Français, la générosité, l’altruisme, la paix et le partage, l’homme qui truste tous les prix de popularité dans les machines à sondages, l’homme ...
Lire l'article
Le premier ministre tchadien, Youssouf Saleh Abbas, émissaire du président Idriss Deby Itno, a été reçu le 11 novembre au palais présidentiel de Libreville par le chef de l’Etat gabonais Bongo Ondimba. Deux jours après le rétablissement des relations diplomatiques entre le Tchad et le Soudan, cette visite a permis à l’émissaire tchadien de saluer le président gabonais pour ses efforts en faveur de la stabilisation politique du Tchad et de lui rendre compte des fruits et du suivi des résolutions issues de la dernière médiation libyenne pour la normalisation des relations tchado soudanaises. Sept mois après les vaines tentatives ...
Lire l'article
L'ancien président tchadien Hissène Habré, en exil à Dakar et poursuivi pour crimes contre l'humanité a été condamné à mort par contumace vendredi 15 août par la Cour criminelle de N'Djamena. Réfugié au Sénégal depuis 1991, Hissène Habré, qui a dirigé le Tchad de 1982 à 1990, est poursuivi pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et actes de torture. Une "commission d'enquête sur les crimes et détournements" commis durant les années Habré, créée après sa chute, a estimé à plus de 40 000, dont 4 000 identifiées nommément, le nombre de personnes mortes en détention ou exécutées au cours ...
Lire l'article
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Libye: Kadhafi lâché par Moscou, le conflit entre dans une nouvelle phase
France – Gabon: Kouchner évite Bongo
Questions sur les rapports de Bernard Kouchner pour Omar Bongo
Bernard Kouchner rejette les accusations portées contre lui
Accusations contre Bernard Kouchner à propos d’activités de conseil pour le Gabon
Franec – Afrique: Kouchner en plein conflit d’intérêts?
Exclusif: l’étrange diplomatie africaine de Bernard Kouchner
Gabon : Le premier ministre tchadien reçu par Bongo Ondimba
L’ex-président tchadien Hissène Habré condamné à mort à N’Djamena

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Juin 2008
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Bernard Kouchner : “La France n’interviendra plus dans le conflit tchadien”

  1. BEMBA

    15 Juil 2008 a 23:13

    La France n’interviendra plus dans le conflit Tchadien ? C’est à voir. Cela ne signifie pas que La France n’interviendra plus en Afrique noire. La France, au nom des fameux intérêts de la France arrogante, continuera à intervenir en Afrique encore des siècles, et cela tant que les populations africaines, ne feront pas leur révolution. Il n’y a qu’en Afrique noire que la France peu donner encore l’illusion d’être une grande puissance. Il n’y a qu’en Afrique noire que des militaires français peuvent s’exhiber en toute quiétude dans les capitales. Il n’y a qu’en Afrique noire que des militaires français peuvent se pavaner avec des filles du pays dans les bras en boîte de nuit. Même à l’époque de la colonisation, les français n’étaient pas aussi suffisant. Mais en Afrique noire, nos “présidents” ne sont que des carpettes à la solde de la France, donc les populations n’ont pas d’autres choix, que de se prostituer pour les soldats français. AMEN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*