Socialisez

FacebookTwitterRSS

Dans l’est du Tchad, premier incident armé entre Eufor et rebelles venus du Soudan

Auteur/Source: · Date: 16 Juin 2008
Catégorie(s): Afrique

Pick-up chargés d’hommes en armes passant en trombe, blindés déployés, rumeurs affolantes sous le vrombissement des hélicoptères d’attaque : Abéché, la grande ville de l’Est tchadien, hume l’air de la guerre qui vient. Celle que se livrent, par procuration, le Tchad et le Soudan vient d’entrer dans une nouvelle phase, encore incertaine, avec l’irruption de rebelles tchadiens en provenance de leurs bases arrière du Darfour, à l’ouest du Soudan.

Leur entrée en territoire tchadien, jeudi après de brefs combats, ressemblait à une simple démonstration militaire, avant la saison des pluies, qui va figer les activités d’ici quelques semaines.
Lundi matin 16 juin, l’est du Tchad redoutait une percée, menée par plusieurs groupes qui se livrent en brousse à “une guerre de mouvement, pas de positions”, selon le ministre de la communication tchadien, Mahamat Hissène, et dans laquelle des soldats de l’Eufor, la force européenne au Tchad et en Centrafrique, se sont trouvés engagés brièvement, pour la première fois depuis le début de leur déploiement en mars.

Pour l’Eufor, ce début d’épreuve du feu a eu lieu à Goz Beida, au sud d’Abéché, l’un des pôles humanitaire de l’Est où sont déployés plus de quatre cents soldats européens, majoritairement irlandais. Samedi, une colonne rebelle de près de cent véhicules, approchant de la ville, a engagé des combats avec des troupes gouvernementales. Les forces irlandaises de Goz Beida ont alors “déployé leurs blindés autour de la ville pour protéger les camps”, explique, à Abéché, le chef d’état-major de l’Eufor, le colonel Dumont Saint Priest, qui conclut : “C’est un bon exemple de la façon dont on remplit notre mandat. On montre aujourd’hui qu’on a une véritable efficacité.” A Goz Beida, le camp de l’Eufor a servi de zone de protection pour les humanitaires qui étaient parvenus à le rejoindre. Cela n’a pas empêché la colonne rebelle d’entrer dans la ville et d’y passer quelques heures, le temps de s’emparer de véhicules tout-terrain et de téléphones satellites dans plusieurs ONG.

“NOUS REGARDERONS PASSER LES OBUS”
Avec trois mille hommes actuellement sur le terrain (sur un total de 3 700 lorsque son déploiement sera achevé), l’Eufor a été créée dans le but de protéger les réfugiés, les déplacés et les opérations humanitaires dans l’est du Tchad, frontalier du Soudan. Depuis sa conception, défendue à grand-peine par la France, qui en est la nation cadre, plane dans plusieurs capitales européennes le soupçon que Paris cherche à faire de cette force un parapluie de protection pour le président tchadien, Idriss Déby, son allié. Alors que commençait le déploiement de ses hommes, en février, le général Ganascia, commandant de la force sur le terrain, s’en défendait et affirmait au “Mond” : “En cas d’attaque rebelle, nous regarderons passer les obus.”

L’Eufor, à présent, risque surtout de “regarder passer” des rebelles, à condition de les trouver. Ces derniers circulent en plusieurs colonnes, qui tentent de se dissimuler pour échapper aux bombes de 250 kg des hélicoptères de combat de l’armée tchadienne. Joint par téléphone, le colonel Adouma Hassaballah, dont les hommes ont mené l’attaque de Goz Beida, affirmait, dimanche soir, continuer à se déplacer et avoir affronté quelques heures plus tôt les forces gouvernementales dans la région d’Am Djerema, près de la frontière soudanaise. “Notre objectif est de rester en dehors des centres urbains, d’attaquer l’ennemi pour le fatiguer. Ils vont s’éparpiller et on pourra marcher vers N’Djamena”, affirmait-il en promettant de “continuer la guérilla”.

Quelques heures plus tôt, d’autres éléments de l’Alliance nationale, coalition de mouvements rebelles dirigée par le général Mahamat Nouri, étaient signalés à Am Dam, une petite bourgade plus à l’ouest, à environ 600 km de N’Djamena. Certaines sources estimaient qu’elle pourrait compter deux cents véhicules, déployés sur 7 km, et compter des camions chargés de nourriture et de munition.

En visite en Côte d’Ivoire, le ministre des affaires étrangères français, Bernard Kouchner, a affirmé, au sujet de cette offensive rebelle, que “la France n’est pas intervenue et n’interviendra plus”. Les forces françaises, présentes au Tchad dans le cadre de l’opération “Epervier”, ont apporté à l’armée tchadienne une aide décisive au cours des précédentes attaques.

Ali Gadaye, porte-parole de l’Alliance nationale, déclarait dimanche au téléphone “enregistrer avec satisfaction cette déclaration”, affirmant y voir “une évolution de la position de la France”. Tandis qu’à N’Djamena le pouvoir dénonçait une manœuvre d'”intoxication”, Mahamat Hissène prédisait : “Depuis 2005, l’objectif de Khartoum est de renverser le régime en place au Tchad, c’est pourquoi il leur faut attaquer N’Djamena. Mais ils ne réussiront pas. A chaque fois, ils viennent, ils sont repoussés et ils rebroussent chemin.”
 


SUR LE MÊME SUJET
La bande à Nduka Emmanuel alias « Papy », sujet nigérian et présumé coupable de plusieurs braquages à main armée, traquée depuis le 30 octobre dernier par la Police Judicaire (PJ), a été présentée ce jeudi à la presse par la direction générale des services criminels de la PJ. Ce gang de malfaiteurs se composait de cinq bandits de grand-chemin dont la majorité serait des récidivistes à l’image de leur chef. Parmi les malfaiteurs se trouvent un Camerounais, un Burkinabé, un Togolais et deux sujets Nigérians. D’après les faits rapportés, ce gang aurait bénéficié des informations de leur acolyte burkinabé, par ...
Lire l'article
Le ministre de la Défense Alain Juppé se rendra à partir de dimanche au Gabon et au Tchad, où il rencontrera notamment les forces françaises qui y sont stationnées, a-t-on appris vendredi auprès du ministère. A Libreville, Alain Juppé doit s'entretenir avec le président Ali Bongo Ondimba et d'autres responsables gabonais, a-t-on précisé. Il rencontrera également les quelque 900 militaires français stationnés dans le pays. Le ministre de la Défense et numéro 2 du gouvernement se rendra ensuite à N'Djamena, où il assistera mardi aux cérémonies marquant le 50e anniversaire de l'indépendance du Tchad. Près de 1.000 militaires français sont ...
Lire l'article
La sélection gabonaise de football des moins de 17 ans a battu le Tchad sur la marque de 3 buts contre 1 le 15 décembre dernier, lors de la première journée de la deuxième édition de la coupe de l'Union des Fédérations de Football de l'Afrique Centrale (Uniffac) qui se déroule dans la ville de Limbe, capitale de la province du Sud Ouest, l’une des deux provinces anglophones du Cameroun. Trois buts à un, c’est le score par lequel les Panthéreaux du Gabon des moins de 17 ans ont dominé les Sao du Tchad de la même catégorie le 15 décembre ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - Le président de la République du Tchad, Idriss Deby Itno, a adressé ses félicitation et son soutien Ali Bongo Ondimba, proclamé jeudi dernier nouveau chef de l’Etat gabonais, à l’issue du scrutin du 30 août, selon un communiqué de la présidence tchadienne diffusé sur le site officiel de la Présidence du Tchad. ’’Votre brillante élection à la magistrature suprême de votre pays, m’offre l’agréable occasion de vous présenter au nom du peuple tchadien, de son gouvernement, ainsi qu’en mon nom personnel, nos très vives et chaleureuses félicitations et nos souhaits de pleins succès dans l’exercice de vos hautes ...
Lire l'article
Le Gabon a condamné avec fermeté et rigueur l’attaque rebelle contre le peuple tchadien et a apporté son soutien au président Idriss Déby Itno, rapporte lundi le quotidien l’Union. ’’Le Gabon condamne avec fermeté et vigueur l’attaque rebelle contre le peuple frère tchadien, épris de paix et soucieux d’œuvrer à son développement durable’’, indique le communiqué de la présidence gabonaise. Le Gabon poursuit le document, réaffirme particulièrement en cette circonstance, son soutien total et sa solidarité au peuple tchadien, au président Idriss Déby Itno et au gouvernement. Libreville invite en conséquence, à l’instar de la communauté internationale toutes les parties en conflit à ...
Lire l'article
Mahamat Nouri, principal chef rebelle du Tchad, a affirmé mercredi que le président Idriss Deby "détourne l'argent du pétrole" tandis que "la population paie", réagissant à la décision de la Banque mondiale (BM) de supprimer son aide à l'infrastructure pétrolière tchadienne. "Idriss Deby n'a respecté aucun engagement avec la Banque (mondiale). Détournement, pillage de l'argent du pétrole, utilisation à des fins militaires (...). Tout cela a contraint la Banque à se retirer", a déclaré à l'AFP le général Nouri, qui avait dirigé l'attaque rebelle sur N'Djamena en février, joint par téléphone satellitaire depuis Libreville. "La population paie depuis longtemps les détournements ...
Lire l'article
La capitale gabonaise, Libreville, abrite à partir de jeudi, la première réunion ministérielle du « Groupe de contact » de l’accord de paix signé à Dakar, la capitale sénégalaise, entre le Tchad et le Soudan le 13 mars dernier, en marge du 11e sommet de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) et qui prévoit la participation de la Libye, du Congo, du Sénégal, du Gabon, de l’Erythrée, du Tchad et du Soudan, rencontre qui sera précédée, selon les termes de cet accord, d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays précités, qui doivent se retrouver une fois par mois, ...
Lire l'article
La principale alliance rebelle tchadienne a appelé, mercredi 2 avril, la France à "s'abstenir de tout soutien" au président Idriss Déby et les avions militaires français à "cesser tout survol" de ses positions, au lendemain de nouveaux combats contre l'armée dans l'est du Tchad. "L'Alliance nationale [AN] réitère une fois de plus une mise en garde à la France et aux autres [alliés de N'Djamena] à s'abstenir de tout soutien au dictateur", a déclaré la coalition rebelle du général Mahamat Nouri dans un communiqué reçu par l'AFP à Libreville (Gabon). "L'aviation française doit cesser tout survol et autres parades dissuasives dans ...
Lire l'article
La diplomatie gabonaise est de nouveau en première ligne dans la recherche de la paix et de la stabilité régionale, via le règlement de la crise politico-diplomatique entre Ndjaména et Karthoum, en raison de la tenue, annoncée comme pratiquement acquise et imminente, à Libreville, de la première réunion du Groupe de contact de l’accord de Dakar sur le Tchad et le Soudan, à laquelle prendront part les ministres des Affaires étrangères et de la Coopération de plusieurs pays du continent (Libye, Congo-Brazzaville, Sénégal, Erythrée, et Gabon), les représentants de nombreuses Organisations internationales (CENSAD, CEEAC, UA, UE, ONU), auxquels devraient se ...
Lire l'article
L'organisation de défense de la presse Reporters sans frontières (RSF) dénonce dans son rapport annuel publié le 13 février une "répression sans complexes" de la presse en Afrique en 2007. Selon RSF, au Niger, en Angola, au Sénégal, au Tchad, au Soudan et au Gabon, "des journalistes ont connu l'arrestation, souvent brutale, l'inculpation, souvent extravagante, et l'incarcération, toujours pénible". "L'infamie et la prison" sont réservées à ceux qui refusent d'être aux ordres. Le rapport de Reporter sans frontière dresse un portrait peu reluisant des régimes africains en matière de libertés de la presse. Selon cette organisation de défense de la presse, ...
Lire l'article
Fait-divers : Un gang armé tombe dans les nasses de la PJ
Juppé au Gabon et au Tchad dimanche
Coupe de l’UNIFFAC : Les Panthéreaux du Gabon s’offrent les Sao du Tchad
Gabon/Tchad : Idriss Deby Itno adresse ses très vives félicitations et son soutien à Ali Bongo
Le Gabon condanme l’attaque contre le Tchad et soutient Idriss Deby
Tchad: selon la rebellion, Deby “détourne l’argent” du pétrole
Tchad – Soudan: Le « Groupe de contact » en réunion dès jeudi à Libreville
Au Tchad, les rebelles somment la France de ne plus soutenir Idriss Déby
Gabon: Diplomatie : le Groupe de Contact de l’accord de Dakar sur le Tchad et le Soudan en réunion à Libreville
Liberté de la presse : RSF épingle l’Angola, le Tchad et le Gabon


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Juin 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*