Socialisez

FacebookTwitterRSS

EDITO: Gabon: Bongo, Mamboundou et Myboto: Une danse des vampires faite de dérives et conspirations bien préparées

Auteur/Source: · Date: 16 Juin 2008
Catégorie(s): Analyses,Editoriaux,Politique

Bongo et Compagnie

Quoi ! Les tourments des « collabos », et oui, c’est le titre d’un article du journal gouvernemental l’union pour qualifier Mamboundou et Myboto. Ces deux leaders de “l’opposition” ont signé des accords avec le pouvoir pour gérer ensemble les grandes villes du Gabon (Libreville et Port Gentil).

Il faut dire qu’avant les élections locales, certains initiés de la politique gabonaise avaient déjà vu venir ces alliances. C’est ainsi que Jeune Afrique du mois de mars 2008 consacrait un article au Gabon intitulé Gabon : recherche opposition désespérément. Cet article relayait le mécontentement de certains membres de l’UPG qui reprochaient au chef de file de l’UPG d’opérer un rapprochement avec Omar Bongo. Eh oui, trop de visites de Mamboundou au palais du bord de mer. De même le BDP, dans un article intitulé Gabon : Mamboundou chez bongo ondimba, Touchez pas à mon pote Omar, s’interrogeait sur le changement de ton chez Mamboundou, soudain passé du statut de censeur de Bongo à celui de protecteur d’Omar. Il s’agissait de dénoncer également les visites de Mamboundou chez Bongo ainsi que ses déclarations ambiguës sur le document diffusé par France 2 sur les biens immobiliers mal acquis de Bongo en France. En réaction à ce documentaire, Mamboundou défendit Omar Bongo, allant jusqu’à appeler ce documentaire « cabale organisée contre le président de la république Omar Bongo». Ce document de France 2 ne faisait que révéler des faits pourtant connus de tous les Gabonais!

Après cet article éloquent et salé, l’UPG à travers son représentant et porte-prole personnel Jean Félix Mouloungui, accusa le BDP de vouloir “la mort” de Pierre Mamboundou. Eh oui, alors que le BDP ne faisait qu’analyser les faits, rien que les faits. Et aujourd’hui, les élections locales étant passées par là, tout semble montrer que le BDP avait eu raison trop tôt car ce rapprochement entre Mamboundou et Bongo que dénonçait le BDP avant les élections locales est aujourd’hui réel. Il est matérialisé par ces accords contre nature signés entre Bongo, Myboto et Mamboundou.

Si hier certains se posaient la question de savoir à quoi servent les rencontres entre Mamboundou et Bongo, rencontres dont personne ne connaissait l’ordre du jour, ils ont aujourd’hui une première réponse : les accords de la honte du « bord de mer ». Aller aux élections locales en se disant opposant, en dénonçant la mauvaise gestion du Gabon par l’état PDG et ensuite, sitôt les élections terminées, on va signer les accords avec le PDG, c’est cyniquement et insidieusement bien fait pour tromper les électeurs. Et comme si ça ne suffisait pas, on a vu l’UPG organiser une grande conférence de presse « fantoche » pour dénoncer la fraude organisée par le PDG aux élections locale. Quelle comédie !!!

On dénonce les élections truquées par le PDG et le lendemain, on signe des accords avec ce parti pour gérer les villes ensemble. Eh oui, tout le monde aura compris que tout ceci est une grosse comédie où les uns et les autres se partagent les rôles. Pauvre Gabon!

Et depuis lors, aucune déclaration du bureau national de l’UPG. C’est le silence absolu. Ah oui, autant pour moi, il y a eu une déclaration, celle du numéro 1 de l’UPG dans la province de l’Ogooué Maritime. Il s’agit de monsieur André Moukagni. Il justifiait ces accords par « L’attitude non favorable que le chef des bâtisseurs affichait vis-à-vis du leader de l’UPG à chaque fois qu’il sollicitait de le rencontrer. Sa mauvaise gestion des ressources humaines et son manque de respect pour les autres n’ont pas permis à l’UPG de se rallier à lui ». Ah bon ! c’est ça la raison ? C’est pour cette raison que Mamboundou est parti voir Bongo et signer ces accords au bord de mer?

Non, non et non : ne trompons plus le peuple et admettons une chose simple. C’est la danse des vampires. Ces vils qui ont décidé ensemble de spolier entièrement le Gabon en suçant le sang de ses citoyens.

D’après l’étymologie du terme opposant (personne hostile, qui s’oppose à un programme politique, à un gouvernement), peut-on continuer d’appeler Pierre Mamboundou opposant ? ou UPG parti de l’opposition ? Mamboundou, dans le passé, a toujours refusé que le PGP de Ndaot assiste aux réunions de l’opposition. La raison évoquée par Mamboundou était que le PGP de Ndaot avait signé les accords avec le PDG pour diriger la ville de Port-Gentil. Mamboundou considérait donc à juste titre que le PGP de Ndaot faisait partie de la majorité présidentielle et non de l’opposition. Et aujourd’hui, la même question est posée à l’UPG de Mamboundou. Voilà un parti politique de l’opposition qui va chercher la feuille de route des locales à la présidence de la république, chez l’autre, le dictateur Bongo que Mamboundou combat par ailleurs, allez-y comprendre quelque chose !

En tous les cas, certains groupes politiques comme le FRAP ont demandé à l’UPG de clarifier son positionnement politique et de se déclarer parti politique de la majorité présidentielle vu que de toute évidence le titre de parti de l’opposition ne peut plus convenablement décrire l’UPG.

Et comme la nature a horreur du vide, ce sont maintenant les ONG qui jouent le rôle de l’opposition au Gabon : ils dénoncent la vie cher, l’état des routes, l’exploitation de Belinga, l’exploitation des forêts gabonaises, les accords signés entre le Gabon et les Chinois. Et comme il fallait s’y attendre, les leaders de ces ONG sont menacés (coup de fils anonymes, pressions de toutes sortes, des bureaux cambriolés, des interdictions de sortie du territoire…). Eh oui, au pays de Bongo, il ne fait pas bon de dénoncer la corruption et tous les dossiers sombres. Marc Ona Essangui a donc été interdit de sortir du territoire. Raison invoquée par Mba Obame (l’autre succube du régime) : « Marc Ona Essangui doit clarifier ce dont il parle car il a beaucoup de casquettes ». C’est donc à lui Mba Obame le grand maître du Gabon, l’autre vampire, de recevoir Marc Ona Essangui et de déterminer qui fait quoi, qui est qui, qui peut faire quoi et qui peut dire quoi sous quel nombre de casquettes!!

O parabole du seigneur! Au début du commencement du Gabon, il y avait Bongo, et Bongo créa Mba Obame afin qu’il déterminât pour les Gabonais ce qu’ils peuvent faire, dire, penser et quel type d’air ils peuvent respirer. Demain, Mba Obame déterminera sans doute quand vous pouvez coucher avec votre femme, quand vous pourrez rêver d’un Gabon meilleur et quand vous devrez vous jeter à la mer pour noyer dans la mort le désarroi né de ce vampirisme d’état à la gabonaise. Certains conseillers du ministère de l’intérieur proches de Mba Obame qui ont souhaité garder l’anonymat ont affirmé que la vraie raison de cette interdiction était la collaboration de Marc Ona Essangui avec les associations françaises qui luttent contre la Françafrique. En effet, le très bouillonnant et courageux Marc Ona Essangui avait assisté à la pose symbolique de scellés sur un hôtel particulier d’Omar Bongo à Paris. Après avoir visionné cette vidéo, aux dires de ces conseillers, le pouvoir avait donc pris la décision de ne plus laisser sortir Marc Ona Essangui du territoire. Si hier c’était devant les Français que Marc Ona a humilié Bongo, le régime voulait bien empêcher que cette humiliation ne continue aux Etats-Unis!

Le Gabon viole ainsi, une fois de plus, l’article13, alinéa 2, des droits de l’homme et du citoyen qui stipule que « toute personne a droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays ». Rappelons qu’à l’issue du scrutin du 21 mai dernier, le Gabon avait obtenu un des quatre sièges africains au conseil des droits de l’homme de l’ONU. Des ONG américains et suisses (Freedom House et UN Watch) avaient d’ailleurs à cet effet reproché à cinq des pays en lice (Pakistan, Sri Lanka, Bahreïn, Zambie et Gabon) de présenter des bilans en matière des droits de l’homme auraient dû les disqualifier.

Enfin voilà, quoi. La danse des vampires façon Gabon continue. La machination que le BDP avait dénoncée lors de la fausse création de l’UGDD par Myboto comme parti de l’opposition à la veille des élections présidentielles de 2005 se confirme donc aujourd’hui avec le rapprochement PDG/UGDD/UPG/RPG/BUCHERONS, sans compter tous les autres partis parasitaires de la fameuse majorité bongoïste. L’étau de la dictature et du parti unique s’est presque entièrement refermé sur le Gabon. La conférence nationale est devenu un amer souvenir et Bongo s’est vautré à vie sur le trône gabonais désormais monarchisé à perpétuité. Que le peuple gabonais prenne donc acte car le changement au Gabon n’a plus qu’un seul visage: le visage ensanglanté d’une révolution tous azimuts. Gare aux ennemis du peuple car nombreux seront les grincements de dents au jour du jugement dernier.

Dr. Pauline N’Zame


SUR LE MÊME SUJET
La Famille de Pierre Mamboundou Mamboundou, a officialisé, ce dimanche sur la télévision nationale (RTG1), son décès par un communiqué dont en voici l’intégralité : Les Clans Badjema et Dibamba , les familles de feu Mamboundou Jean et de Mboumba Elisabeth ont la profonde douleur d'annoncer aux parents, amis, connaissances, aux militants de l'Union du Peuple Gabonais, au Peuple gabonais, aux autorités gabonaises, aux autorités diplomatiques accréditées au Gabon, au peuple africain et au monde le décès de leur fils Pierre Mamboundou Mamboundou, Président de l'Union du peuple Gabonais et Député à l'assemblée nationale. Décès survenu dans la nuit du ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo Ondimba a exprimé, mercredi à Libreville, sa préoccupation face à ‘’certaines dérives à coloration identitaire’’, dans ses vœux au gouvernement, au parlement et aux corps constitués de la République. Autant de dérives ‘’susceptibles de porter de sérieux coups à la cohésion nationale’’, a averti le chef de l’Etat. ‘’Il n’est pas tolérable que certains aient choisi comme métier la stigmatisation des communautés qui constituent la Nation. Comme il est inacceptable que d’autres se fassent les chantres de l’auto-stigmatisation identitaire’’, a-t-il dit. Le président gabonais a dénoncé ‘’certains médias’’ qui se font ‘’la vitrine de ces combats ...
Lire l'article
Ali Bongo s’est officiellement exprimé le 22 décembre à Oyem sur les déclarations récentes de l’Union nationale (UN, opposition), qui a demandé sa démission, suite aux révélations du documentaire "Françafrique" diffusé par la chaine publique française France 2. Face à la presse, le président gabonais a indiqué que la «Cour constitutionnelle a parlé». A l’occasion d’une conférence de presse tenue le 22 décembre à Oyem, le président gabonais s’est exprimé sur les déclarations de l’Union nationale (UN, opposition). Lors d’un meeting organisé le 18 décembre à Libreville, le président de ce parti, Zacharie Myboto, avait notamment demandé la démission du ...
Lire l'article
Le président de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition), Pierre Mamboundou, a été reçu en audience le 6 décembre à Libreville par le président Ali Bongo. Les deux hommes ont échangé sur «l’état général de la Nation». Le chef de l’Etat Ali Bongo et l’opposant historique Pierre Mamboundou, se sont une nouvelle fois rencontrés le 6 décembre au palais de bord de mer de Libreville. «La rencontre de ce jour s’inscrit dans la logique de celle de Paris», a commenté le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi. Le secrétaire général du PDG a ajouté que l’Union ...
Lire l'article
L'opposant gabonais Pierre Mamboundou, lors d'un discours devant ses partisans, le 2 septembre 2009 à Libreville - AFP
L'opposant gabonais Pierre Mamboundou "est à l'étranger" et "il se porte très bien", a affirmé lundi soir son parti, rassurant sur la situation de son leader qui n'a pas été vu en public depuis plusieurs mois et que la rumeur avait donné pour mort en juin. "Nous pouvons rassurer d'ores et déjà les populations que M. Mamboundou est en pleine santé - il se porte très bien - et qu'il rentrera au pays d'ici peu", a déclaré sur la télévision publique RTG1 Jean-Pierre Yakounda, membre du comité d'organisation du 21e anniversaire de l'UPG. Cet anniversaire sera marqué par des manifestations sur deux ...
Lire l'article
Une rumeur faisant état de la mort de Pierre Mamboundou, président de l’Union du peuple gabonais (UPG), enfle depuis quelques jours à Libreville. Le leader de l’opposition est bel et bien vivant, selon les témoignages recueillis auprès des hiérarques de l’UPG qui restent toutefois muets sur la maladie dont souffre celui qui a été proclamé deuxième à la présidentielle d’août dernier. Des informations alarmistes circulent à Libreville concernant la santé de Pierre Mamboundou, président de l’Union du peuple gabonais (UPG) et candidat arrivé deuxième à la présidentielle d’août dernier. Depuis quatre jours, les ragots de bistrot font état de la mort ...
Lire l'article
Après M. Mouloungui cousin de Pierre Mamboundou qui intègre le gouvernement d’Ali Bongo, sa fille aîné Dana Mamboundou promue au poste de expert résidant du ministère dont a la charge son oncle Moulingui ; nous avons maintenant Me Louis Gaston Mayila membre influent de l’ACR, dans une interview accorder au journal l’Union du mercredi 28 avril 2010 dans la rubrique ‘Politique et Economie’, qui dit « Nous ne combattons pas le parti au pouvoir c’est la politique qu’il mène que nous combattons. » et « Au sein de l’ACR, nous ne suspectons personne d’être à la solde ...
Lire l'article
Lambaréné, 21 août (GABONEWS) - La ville de Lambaréné, province du Moyen-Ogooué (Centre) a été particulièrement sollicitée ce vendredi avec la présence de trois des principaux candidats à la présidentielle du 30 août dont Ali Bongo Ondimba, champion du Parti au pouvoir (PDG), André Mba Obame, ex- hiérarque de cette formation et sans étiquette pour ce scrutin ainsi que Zacharie Myboto, leader de l’Union gabonaise pour la Démocratie et le Développement (UGDD, opposition), ont constaté nos envoyés spéciaux. Outre le terrain, la campagne électorale se poursuit également à la radio et télévision nationales pour les 23 prétendants à la succession d’Omar ...
Lire l'article
EDITO: Gabon : Disparition de la cagnotte pétrolière gabonaise : Silence ! Bongo Vole…
Avec la cagnotte du pétrole, Omar Bongo alias « petit nègre » vient fêter l’Europe avec son fiston « petit napoléon ». Au passage, c’est l’argent du pétrole gabonais qui est distillé à tout vent, laissant les Gabonais plus pauvres et plus démunis que jamais. Cagnotte ou surplus du pétrole, appelez ça comme vous voulez : on vole au Gabon et c’est Omar Bongo et son clan qui volent. Et ils exigent des Gabonais le silence le plus absolu, ou plutôt la cécité des peuples traumatisés. Le prix du baril de pétrole (un baril de pétrole équivaut à 42 gallons américains ...
Lire l'article
La famille de Pierre Mamboundou Mamboundou annonce officiellement son décès
Ali Bongo Ondimba préoccupé par les dérives à coloration identitaire
Gabon : Ali Bongo dans la danse de l’Union nationale
Gabon : Mamboundou chez Ali Bongo
Gabon: l’opposant Pierre Mamboundou est à l’étranger et va bien
Gabon : Pierre Mamboundou serait bien vivant
Gabon / Politique : Mamboundou et l’ACR en négociation avec Ali Bongo Ondimba ?
Bongo Doit Partir
Gabon: Présidentielle 2009/ Ali Bongo Ondimba, Mba Obame, Zacharie Myboto courtisent Lambaréné
EDITO: Gabon : Disparition de la cagnotte pétrolière gabonaise : Silence ! Bongo Vole…

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (10 votes, moyenne 3,60 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Juin 2008
Catégorie(s): Analyses,Editoriaux,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

12 Réponses à EDITO: Gabon: Bongo, Mamboundou et Myboto: Une danse des vampires faite de dérives et conspirations bien préparées

  1. Parapsychologue

    6 Juil 2009 a 07:47

    Pourquoi les politiciens se plongent dans la magie noire?

    Chers frères,
    après plusieurs de mes articles sur la relation entre la politique et la magie noire,j’ai la joie de vous informer aujourd’hui les raisons qui poussent certains politiciens à pratiquer la magie noire.

    En effet,la politique est ce système démocratiqque qui pousse les gens à chercher le pouvoir grace à la bénédiction du peuple.Cela signifie qu’en temps normal,c’est le peuple qui vous hisse au sommet.
    La plus part du temps,les politiques sont des gens instruits,des docteurs,medecins,juristes,ingénieurs…Ce sont des gens qui ont fréquenté des universités et écoles dans des pays occidentaux.
    Mais nous remarquons que depuis bien longtemps,certains politiciens se lancent dans des pratiques occultes de barbarie.Ces pratiques consistent à faire des pactes avec des esprits INFERNAUX,à sacrifier leurs propres progénitures,à pactiser avec certains esprits démoniaques.
    Ce qui amène ces politiciens à agir de la sorte,c’est la peur de perdre leur notoriété et leur infleunce et donc par voie de conséquence l’ARGENT.Mais que signifie ce mot argent? En magie, l’argent est un Esprit,c’est lui qui symbolise le matériel et la luxure.Cet esprit est purement satanique.car par exemple pour pouvoir le multiplier magiquement(qui sera visible physiquement) il faut souvent du sang humain,ou un crane humain.Donc dans ce monde physique,vouloir avoir un maximum d’argent coûte que coûte en se forçant à être dans des postes à responsabilité fait de vous que vous soyez obligé de pratiquer de la magie noire en passant par des sacrifices humains.Et c’est pour cette raison que l’on retrouve souvent des corps sans vie décapités ça et là.C’est pourquoi les enfants des hommes dits “grands types” meurent souvent d’une façon curieuse que même le boutiquier d’en face a des soupçons.

    Et c’est pourquoi après leurs morts physiques,la plus part de ces hommes deviennent des “esclaves spirituels” des esprits infernaux.J’ai vu beaucoup de Gabonais esclave spirituel dans l’astral,certain me faisaient signe durant leurs tortures ATROCES de dire aux citoyens gabonais terrestres de ne plus pratiquer des choses sombres,mais ils n’avaient même pas le temps de terminer que le feu ardent les fit crier comme d’habitude.
    Il va sans dire,que il y a également des politiciens qui sont pures,mais en général,ils n’évoluent pas beaucoup.vaut mieux ne pas beaucoup évoluer en politique et avoir une âme pure que d’évoluer et terminer au “goulague astral” mefiez vous de nuire à autruit mes frères.

    En parapsychologie par exemple,nous connaissons plusieurs méthodes pour devenir riche ou très riche matériellement,sans passer par des esprits démoniaques.Mais cela exigent de longue et fastidieuses prières adressées aux anges(et pas aux esprits infernaux).certaines sont à reciter 12000 ou 20000 fois en plusieurs heures sans jamais s’arreter.Les résultats peuvent arriver en 2 ou 3 ans de pratique,mais rare sont ceux qui sont prêt à attendre,beaucoup préfèrent le rapidité de la magie noire malgré les conséquences.

    Magickalement
    Parapsychologue
    Votre frère

  2. ndh

    6 Juil 2009 a 03:52

    arretez de nous prendre pour des cons

  3. c'est la vérité et rien que la vérité

    26 Juin 2009 a 11:11

    C’est la vérité et rien que la vérité,n’en déplaise ceux qui font de la politique politicienne.Myboto,n’a jamais été un opposant car des décennies durant,il a contribué à la débacle du gabon.Tout puissant ministre des TP à l’époque;regardez le réseau routier gabonais.Mais soyons quand même sérieux…
    Mamboundou,le pseudo opposant radical a rejoint l’ancêtre Bongo.Visites sur visites au palais du bord de mèr alors qu’il avait déclaré n’est jamais mettre pieds au du bord de mèr si Bongo est encore au pouvoir;et la suite?
    alors,le BDP a tout à fait raison de s’interroger sur Mamboundou qui n’est autre qu’un corrompu comme mba abessole et myboto.
    Heureusement qu’il ne sera jamais président du gabon malgré le soutien de son ndéndé natal…
    A bon entendeur,

  4. Pierre Kiroule

    23 Juin 2009 a 18:23

    Il est facile de démarrer une révolution bien assis devant son écran d’ordinateur, encore plus facile lorsqu’on se trouve hors du gabon d’inciter les locaux à s’entretuer, et puis ensuite venir tranquillement sans égratignure venir récolter les lauriers nés du sang des autres. Belle vision pour notre pays!

  5. l'homme fort

    19 Juin 2009 a 06:23

    Le BD-P, n’est pas un mouvement à prendre au sérieux car pour moi du vivant de BONGO on avait besoin des gens qui pouvaient l’affronter et non fair des discours à distance!!! Maintenant, il y a une occasion donnée à tous de déboulonner le PDG, et certainement bien d’autre que se soit de l’Opposition, rentrez M. Mengara, pour nous prouver que vous pouvez être élu!!!

  6. le patriote

    26 Juin 2008 a 08:42

    le piège du pouvoir est entrain de se refermer. Bongo a donné 3 milliards à Mamboundou pour devélopper Ndendé et aujourd’hui ce même pouvoir se poser des questions ou induit que cet argent n’a servi à rien. et avant, il traitait Mamboundoun de collabos. la 2ème tactique du pouvoir est en marche.

  7. Militant du Changement

    25 Juin 2008 a 03:49

    Depuis quand un militant dit du changement peut-il narguer la cause pour laquelle il se bat ? Frère Bobo, je trouve votre conclusion quelque peu absurde !
    Ce que je dis dans mon premier post, c’est simplement que tout le Gabon ne peut pas coordonnées des mouvements insurrectionnels visant à la libération de notre peuple. Or il s’avère que le BDP, à travers le “Mamba”, a ouvert la boîte de pandore dans laquelle chaque militant du changement devrait s’engouffrer en vue de la l’aboutissement de leur cause commune. En tant que militant du changement, j’attends donc simplement que ce mouvement ouvre ses registres, afin que je puisse m’enrôler et faire mon devoir de citoyen et de défenseur des intérêts de mon pays.
    Je ne sais pas où avez-vous vu cru voir à travers cela, une malhonnêteté ou une malice de ma part !
    Voyez-vous, à force de soupçonner tout, n’importe qui et n’importe quoi, j’ai bien peur qu’il vous soit difficile d’ériger une véritable armée du changement, telle que le Mamba la projete dans ses textes !

    Ouvrez donc votre esprit, cher… Bobo ; vous en êtes capable, et je le sens.

    A bon entendeur…

  8. bibalou

    22 Juin 2008 a 06:41

    Bien parle BOBO.certains esprits malins veulent nous faire croire que liberer le Gabon est le probleme du seuL Mengara.
    L etat du Gabon doit nous interpeller…nous tous.
    Que ceux qui profitent ( malhonnetement)aujourd’hui et qui nous narguent Comme ce militant de changement dans la betise se souviennent du piege et de l’oiseau….
    Nous ne les oublierons jamais

  9. Bobo

    21 Juin 2008 a 17:51

    C’est simple, militant du changement. Tu prends les armes et tu commences. Le BDP c’est pas un miracle ni une sorcellerie. Si leur Mamba existe, ce sera parce que ce sont des Gabonais qui ont décidé de se sacrifier. Alors, n’attend pas le BDP ni le mamba si tu es un citoyen préoccupé. Prend les armes et assume ta propre libération.

  10. Militant du Changement

    20 Juin 2008 a 09:09

    Alors, au vu de tout cela, au vu de cette quasi-disparition de l’opposition gabonaise locale, qu’est-on en droit d’attendre le peuple gabonais des autres formations dites d’opposition, qui sont hors d’atteinte du pouvoir Bongo, et dont le BDP fait figure de proue ?

    Où en est le BDP au sujet de la préparation des soldats du MAMBA ? Où en est ce parti révolutionnaire au sujet des actes de sabotage que ses partisans devaient financer, lesquels actes visaient à détruire tous les biens que les voleurs du Gabon se sont appropriés sur le dos du peuple affamé ?

    Si les premiers opposants se sont compromis comme vous le dites, n’est-il pas temps pour les seconds de prendre la relève, au lieu de perdre du temps à critiquer l’irréparable !?

  11. GUERRIERO

    18 Juin 2008 a 05:12

    Bjr,
    Je suis très heureux de lire enfin une autre analyse du BDP qui n’est pas celle du Dr Mengara. ça se reconnait par la différence de style.Comme je l’avais dit dans un de mes commentaires,c’est la diversité qui entraine la crédibilité.Il faut que les gens se rendent compte que Mengara n’est pas un Homme seul,qu’il est bien entouré.Afin de démentir ce qu’affirment certains de ses détracteurs et ses anciens collaborateurs!
    Concernant l’analyse,tout gabonais qui s’intéresse à la politique sait bien qu’il est très difficile d’être opposant et rester au Gabon,que les gabonais ne croient plus au changement par les élections(ils ne partent plus voter depuis plusieurs années)et que le changement ne peut venir que par la révolution. Comme le pensait LE CHE,la seule façon de chasser un dictateur du pouvoir c’est par la révolution.

  12. sadam

    17 Juin 2008 a 05:28

    j’observe que le BDP reste un mouvement libre, non lié à ce system pouvoir-opposition ou tout se mélange et s’entremélange.
    bravo les gars, restez vous même et critiquez quand c’est necessaire.

    soyez courageux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*