Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le cri de détresse des enfants des rues de Libreville

Auteur/Source: · Date: 19 Juin 2008
Catégorie(s): Société

Organisés en réseau de solidarité, les enfants des rues de Libreville ont lancé un appel aux autorités compétentes le 16 juin dernier pour la mise en place de mesures incitatives de réinsertion sociale et professionnelle. A l’occasion de la Journée de l’enfant africain, ces jeunes démunis ont témoigné de la précarité de leur situation et de l’exclusion socio professionnelle à laquelle ils sont confrontés.

Les laissés pour compte des mutations de la famille africaine ont élevé la voix le 16 juin dernier, à l’occasion de la Journée de l’enfant africain, pour réclamer la mise en place de structures spécialisées en vue de leur réinsertion socio professionnelle.

Organisés en bandes, en guise de réseau de solidarité, les enfants de la rue ont lancé un appel de détresse aux autorités compétentes pour qu’une main leur soit tendue afin qu’ils aient une chance de sortir du carcan de la misère qui pousse certains d’entre eux vers la délinquance.

En vue d’affronter les difficultés du quotidien, plusieurs centaines d’enfants et d’adolescents, âgés de 9 à 20 ans, errent dans les rues de la capitale gabonaise et se sont organisés en réseau de solidarité, par quartiers ou par activités de subsistance.

Gestionnaires de parkings publics ou nettoyeurs de véhicules, les alternatives sont peu nombreuses et peu reluisantes pour ces enfants qui sont pour la plupart orphelins quand ils n’ont pas fuit les maltraitances familiales.

“Chacun cherche ce qui peut lui permettre de manger, de se vêtir, de se soigner, de subvenir à ses besoins. Les enfants de la rue bravent tous les dangers. (…) Je n’ai jamais souhaité être là ou je suis, mais je compte bien m’en sortir en suivant une formation car, nous ne voulons plus que le gouvernement nous regarde comme des délinquants, des ratés, des pestiférés dangereux, mais plutôt qu’il nous vienne en aide en nous offrant des portes de sortie, car nous avons la volonté de changer” explique Yoann, 16 ans, qui a quitté le domicile familial à l’âge de 11 ans suite à des maltraitances.

“Pourquoi le gouvernement ne prend-il pas la décision de nous recenser et de créer des centres d’apprentissage des petits métiers pour nous’ (…) Les enfants de la rue ont aussi des ambitions dans la vie comme trouver un travail, fonder une famille et se prendre en charge. Tout cela n’est possible que si une opportunité leur est offerte!” s’insurge Rony, 18 ans, orphelin livré à lui même depuis l’âge de 7 ans.

Ikapy, 15 ans, affirme que sa famille étant trop pauvre pour l’assumer, il est “bien obligé d’aller chercher de quoi manger, et se vêtir. Par mes business, j’arrive à m’offrir de temps en temps l’essentiel”poursuit-il.

Les structures d’accueil des enfants abandonnés sont également pointées du doigt par les enfants des rues, qui dénoncent des maltraitances récurrentes. Jean Bosco, 17 ans, ancien pensionnaire du centre pour enfants abandonnés d’Angondjé, raconte que des traitements parfois inhumains sont infligés aux enfants à l’intérieur de certains de ces centres, comme la privations de nourriture ou de libertés élémentaires.

Si en 1980, les pays africains brandissaient la notion de famille africaine élargie comme barrière au phénomène des enfants des rues, il semblerait que les mutations socio culturelles aient créé des laissés pour compte dans les grandes métropoles du continent.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’enfant africain, le Mouvement pour le redressement de la nation (MORENA) a dénoncé que “la situation de l’enfant demeure stagnante et caractérisée par de nombreuses violations des droits à l’éducation et à la santé” s’est insurgé Luc Bengono Nsi.

En commémoration des morts de Soweto en 1976, la Journée de l’enfant africain est devenu un tremplin pour des actions humanitaires et informationnelles organisées par diverses organisations en vue de soutenir les enfants défavorisés du continent. 


SUR LE MÊME SUJET
Le Maire de la Commune de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane, a offert samedi des cadeaux de noël à 600 enfants issus des familles économiquement faibles recensés à travers trois arrondissements de sa circonscription administrative. Les 600 enfants bénéficiaires ont été recensés dans le 1er, 5ème et 6ème arrondissement de la commune de Libreville. Pour la remise des cadeaux la caravane baptisée « Noel 2011 », l’édile de la capitale gabonaise a sillonné l’ensemble de ces trois arrondissements afin de partager équitablement les jouets à tous ces enfants. Les présents ont été offerts personnellement par le Maire de Libreville. Selon le donateur, cette ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale, « AGOS », a procédé le week-end écoulé, à la distribution gratuite de fournitures scolaires aux enfants démunis des quartiers sous intégrés de Libreville et aux orphelins, avec le concours et l’appui des partenaires internationaux. Ce sont au total 100 enfants dont l’âge oscille entre 3 et 15 ans, issus des familles défavorisées, du pré primaire, primaire et secondaire, préalablement recensés dans les quartiers sous-intégrés comme Avéa, dans le 2ème arrondissement, ainsi que Kinguélé et Mbatavéa, dans le 3ème arrondissement de la capitale gabonaise, qui ont gracieusement reçu des trousseaux scolaires. Ces trousseaux scolaires étaient composés essentiellement de cartables, ...
Lire l'article
L’association Jeunesse en action pour l’émergence du 4ème arrondissement (JAE4) de Libreville, a initié depuis samedi dernier, des activités ludiques et sportives à l’endroit des jeunes de cette partie de la commune de la capitale gabonaise, en vue de leur épanouissement à moins d’un mois de la rentrée scolaire. Selon la porte-parole de cette association, Nathalie Paturault Khayat, le but de cette action, est d’achever les vacances en beauté. ‘’Nous organisons ces journées culturelles pendant les vacances pour occuper les jeunes, parce que cette période est souvent l’occasion pour les jeunes de se livrer à la délinquance. Ces activités permet à ...
Lire l'article
La Première Dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a offert des appareils électroménagers au centre d’accueil d’Angondjé, une structure accueillant des enfants en difficulté, dans le nord de Libreville. Les machines à laver constituaient le gros des appareils remis au responsable du centre, Didier Hilaire Renombo, qui a remercié Mme Bongo Ondimba pour l’attention qu’elle ne cesse de porter à sa structure où vivent 37 pensionnaires de différentes nationalités, âgés de 0 à 12 ans. Mme Sylvia Bongo Ondimba a noué les relations avec le centre d’Angondjé bien avant l’élection de son époux à la magistrature suprême, le 31 août 2009. Elle ...
Lire l'article
Les soldats de la garde républicaine sont positionnés et armés ce samedi sur les principales artères de la capitale gabonaise, Libreville, ainsi qu’aux abords du palais présidentiel, au lendemain de la fin des consultations initiées par le président de la République par Intérim, Rose Francine Rogombe, avec les partis politiques et la société civile gabonaise. « Aidez-nous à maintenir la paix dans le pays », a-t-elle lancé en direction de la société civile gabonaise. S’agissant du calendrier électoral, la plupart des membres de la société civile, trouvent les délais imposés par la constitution trop courts, pour mener à bien une élection ...
Lire l'article
L’humaniste français, le docteur Xavier Emmanuelli animera jeudi prochain au Centre culturel français (CCF) de Libreville une conférence sur le thème : ’’La place des enfants dans le développement des grandes villes, les enfants de la rue’’. Cette conférence dont l’entrée sera gratuite est organisée par l’Association des anciens élèves de science Pô et le CCF, jettera un regard critique sur la situation des enfants déshérités dans le développement des grandes villes. La problématique des enfants de la rue touche beaucoup les pays en voie de développement. Ce phénomène n’épargne pas également le Gabon qui enregistre au cours de ces deux dernières décennies ...
Lire l'article
Certaines paroisses catholiques de Libreville ont été prises d’assaut dimanche 22 juin par de nombreuses familles venues assister leurs enfants qui ont eu leur première communion, un sacrément accompli selon la tradition de l’église romaine et qui contribue à l’éducation spirituelle des jeunes à qui les écritures saintes recommandent la chasteté et l’abnégation dans l’accomplissement parfait d’une vie pieuse, a constaté GABONEWS.
Lire l'article
Les élèves de terminale admis en internes au lycée Eugène Marcel Amogho de Franceville, dans la province du Haut-Ogooué, sont montés au créneau le 10 juin dernier pour alerter la tutelle sur la précarité de leurs conditions de vie. Le personnel de l’internat soutien la plainte des élèves qui réclament notamment l’accès à l’eau et à l’électricité. Précarité, insalubrité et études scolaires ne font pas bon ménage. Les élèves internes des classes de terminales ainsi que le personnel du lycée Eugène Marcel Amogho de Franceville ont haussé le ton le 10 juin dernier pour protester contre les conditions de vie ...
Lire l'article
Le phénomène est devenu récurrent depuis quelques temps à Libreville où on remarque de plus en plus en circulation sur les différentes artères de la capitale gabonaise, des véhicules présentant un défaut, ou absence totale de plaque d’immatriculation, une situation qui préoccupe au plus haut les riverains, sachant que nombre de ces véhicules difficilement identifiables, ont très souvent été utilisés pour de basses besognes, d’où l’inquiétude des populations. Au nombre de ces véhicules, plusieurs sont à usage de transport urbain, toute chose qui laisse un peu perplexe les populations qui condamnent tout de même, l’attitude laxiste des autorités compétentes en la ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de la Justice a ouvert le 26 février dernier à Libreville un atelier national pour l’élaboration d’un manuel des procédures de prise en charge des enfants victimes de maltraitance. Initié conjointement par le ministère gabonais du Travail et l’UNICEF, cet atelier doit conduire à l'harmonisation des normes et pratiques en matière de protection des droits de l'enfant, conformément au traité d'Abudja (Nigeria) signé en juillet 2006, pour lutter fermement contre la traite des enfants. Libreville abrite depuis le 26 février dernier un atelier pour la rédaction d’un manuel des procédures de prise en charge des enfants victimes ...
Lire l'article
Société / Le Maire de Libreville offre Noël à 600 enfants de sa commune
L’ONG « AGOS » octroie des trousseaux scolaires aux enfants démunis de Libreville
Jeux de société et activités sportives pour occuper les enfants du 4ème arrondissement de Libreville
La Première Dame du Gabon au chevet d’un centre pour enfants en difficulté dans le nord de Libreville
Gabon : Des soldats de la garde républicaine dans les rues de Libreville
Gabon: L’humaniste français Xavier Emmanuelli animera conférence sur les enfants de la rue à Libreville, jeudi
Gabon: Dimanche de communion pour les enfants de Libreville
Gabon : Le cri de détresse des internes du lycée Amogho de Franceville
Gabon: Des véhicules hors la loi de plus en plus visible dans les rues de Libreville
Gabon : Libreville élabore ses procédures de prise en charge des enfants maltraités


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Juin 2008
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*